Navigation – Plan du site
Information scientifique
Lectures

Jérôme Monnet et Guénola Capron (dir.), 2000, L’Urbanité dans les Amériques. Les processus d’identification socio-spatiale

Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, coll. ʺVilles et territoiresʺ, 220 pages, 34 illustrations
Vincent Gouëset
p. 190-192
Référence(s) :
Jérôme Monnet et Guénola Capron (dir.), 2000, L’Urbanité dans les Amériques. Les processus d’identification socio-spatiale. Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, coll. ʺVilles et territoiresʺ, 220 pages, 34 illustrations

Texte intégral

1L’ouvrage dirigé par J. Monnet et G. Capron sur l’urbanité dans les Amériques est une synthèse originale qui enrichit et renouvelle en partie l’étude des villes du continent américain. Traquant, selon une formule désormais consacrée, ʺl’urbanitéʺ au-delà de ʺl’urbainʺ, ce livre met en avant la question centrale des ʺprocessus d’identification socio-spatialeʺ de la ville, c’est-à-dire les formes d’appréhension de la ville par ses habitants (usages, perception, représentation, etc.), ainsi que l’inscription dans l’espace urbain de leurs modes de sociabilité. L’intérêt de ce travail est double : non seulement des champs thématiques assez neufs – ou peu explorés – y sont abordés (comme l’étude des images et représentations de la ville, ou celle de l’inscription dans l’espace urbain des nouvelles formes de sociabilité), et certaines problématiques anciennes y sont éclairées à la lumière de paradigmes interprétatifs renouvelés (comme la question des centralités et des périphéries urbaines), mais en plus, les auteurs ont cherché à élargir au maximum le champ géographique des espaces étudiés, osant notamment la comparaison Nord-Sud, en menant un réel effort pour appliquer à des espaces et des constructions sociales relativement contrastés des grilles d’analyse similaires.

  • 1 Monnet, Jérôme (dir.), 1996, Espace, temps et pouvoir dans le Nouveau Monde ; Monnet, Jérôme (dir. (...)

2Le livre dirigé par J. Monnet et G. Capron est le fruit d’une réflexion collective, menée par une équipe de jeunes chercheurs de nationalités et d’horizons disciplinaires divers (géographie, sociologie, économie, anthropologie), qui travaillent depuis plusieurs années sur le fait urbain dans les Amériques, comme en témoignent les autres ouvrages publiés par la même équipe1. Il associe avec pertinence réflexion théorique d’ensemble (introduction et chapitre I) et études de cas (chapitre II à VII), avec un effort sensible – quoique variable selon les auteurs – pour maintenir un aller-retour constant entre les positionnements conceptuels avancés en début d’ouvrage et les études empiriques qui leur succèdent. Il s’agit d’un véritable ouvrage de recherche, à valeur exploratoire, qui pose de nombreuses questions, et qui, à côté d’interrogations classiques et néanmoins justifiées (comme la question de la marginalité urbaine, ou celle des fonctions métropolitaines et du développement local), ouvre des pistes trop rarement empruntées (comme les représentations de l’espace urbain par les personnes âgées), et ose des questionnements parfois inédits, du moins dans la recherche francophone sur l’Amérique latine (la ville comme ʺOSSIʺ – objet socio-spatial identifiable ?). De même, les coordinateurs de l’ouvrage ont pris le parti intéressant de juxtaposer des résultats de recherches déjà confirmés (comme la contribution sur le commerce dans la ville) à des questionnements à caractère plus prospectif (comme la réflexion sur les conflits d’usage de l’espace public), ou en gestation (comme la réflexion sur les NTIC et les nouvelles formes de territorialité en milieu urbain).

3On appréciera la qualité du travail éditorial des PUM et le soin porté aux illustrations, ainsi que le parti qu’ont pris les auteurs de joindre aux études de cas, quand il y a lieu, une brève présentation des enquêtes et/ou des méthodes d’investigation, ce qui permet d’apprécier à sa juste valeur l’intérêt des recherches effectuées.

4Après une introduction et un premier chapitre théoriques qui fixent le cadre de la réflexion, les six chapitres qui suivent constituent autant de variations sur le thème des pratiques, des représentations et des modes d’identification des villes d’Amérique-une Amérique qui reste ici surtout latine. L’image de la ville est une construction complexe et évolutive, née d’une somme de processus individuels (notamment cognitifs) et collectifs de représentation de la réalité urbaine, comme le suggère la très (voire trop ?) subtile ʺgrille d’identification de la villeʺ que nous proposent J. Monnet et G. Capron.

5Le chapitre II, qui se distingue des autres en ce qu’il traite d’une ville chilienne de taille moyenne, Iquique, ne s’écarte pas du propos général de l’ouvrage en abordant la question du développement local à travers l’angle du ʺmarketing urbainʺ et des ʺreprésentations en géographie économiqueʺ (pour reprendre le titre d’un ouvrage classique de B. Debarbieux). L’étude d’A.-L. Amilhat-Szary et J. Y. Deler montre bien comment cette ville, où la croissance est une réalité soigneusement mise en scène, pourrait être élevée au rang de figure paradigmatique du nouveau modèle chilien de développement régional.

6Dans le chapitre suivant, G. Capron explore la relation singulière qui s’établit entre le caractère privé des espaces commerciaux urbains (dans le grand Buenos Aires) et l’usage public qui en est fait ; un usage conditionné par l’image – plus ou moins implicite – d’urbanité que les entreprises commerciales cherchent à promouvoir auprès du public... et y parviennent jusqu’à une certaine limite, comme le montrent les résultats de l’enquête minutieuse réalisée dans le cadre de cette recherche.

7V. Baby-Collin aborde, dans le chapitre IV, la question de la marginalité (marginalité spatiale et marginalité sociale) dans deux métropoles andines, Caracas et La Paz. La problématique est ancienne, mais n’a rien perdu de son acuité, et donne lieu ici à une lecture originale qui, s’appuyant sur un travail d’enquête appréciable, s’efforce d’appliquer la question centrale de l’ouvrage – ainsi que la grille de lecture du premier chapitre – aux populations des quartiers sous-intégrés ; lesquelles renvoient une image caractéristique de ce qu’est l’urbanité – ou de ce qu’elle n’est pas – pour ceux qui s’en trouvent en quelque sorte exclus.

8Le chapitre V (M. Jourdenais) se distingue du reste de l’ouvrage moins en raison des espaces étudiés (Los Angeles, la mégapolitaine, et Montréal, la ʺsageʺ) que par la problématique abordée : l’impact des NTIC sur les modes de territorialité urbaine. En tant que telle, la question n’est pas nouvelle, même si on attend toujours, dans la littérature scientifique, une démonstration convaincante des changements spatiaux générés par l’arrivée des nouvelles technologies, censées affranchir – au moins partiellement – les citadins des contraintes de l’espace, et leur permettre de développer de nouvelles stratégies spatiales. Les recherches empiriques à venir permettront sans doute de valider – ou de rectifier – les hypothèses avancées par l’auteur dans ce chapitre.

9P. García nous pose ensuite la question de l’appropriation de l’espace public urbain, dans un contexte sécuritaire et conflictuel, par les populations des quartiers résidentiels aisés de Caracas (chapitre VI). Cette question fait écho au chapitre III et renvoie au problème plus large de la relation bien ambiguë entre espaces publics et privés dans les métropoles latino-américaines (une question qui se pose également au nord du continent, mais selon des modalités bien différentes) ; relation volontiers excluante, qui nous rappelle une réalité simple : la citadinité latino-américaine s’est construite sur une base sociale et politique clairement fragmentée.

10Pour clore cette étude, M. Moraes aborde, dans le dernier chapitre, la question de l’usage, des représentations, et surtout de la mémoire de la ville de Rio de Janeiro auprès des personnes âgées. Par sa démarche, de facture anthropologique, et par son propos, qui aborde une catégorie de genre encore mal connue, les personnes âgées, l’étude intéressera sans nul doute les lecteurs francophones – et en particulier les géographes – peu familiers d’une réalité qui promet pourtant d’être un défi majeur de l’urbanité américaine (surtout latine) au XXIe siècle : l’insertion (et donc l’exclusion) des retraités dans de très grandes villes où ils font figure de ʺmémoire vivanteʺ des mutations rapides (et souvent brutales) ; une mémoire nécessairement partiale, et conditionnée par la subjectivité des individus – problème qui constitue précisément un des intérêts majeurs de ce chapitre.

11Au total, ce livre constitue une synthèse stimulante, qui parvient dans l’ensemble à éviter les défauts propres à ce genre d’exercice collectif (résultats de recherches insuffisamment aboutis ; lien ténu entre le cadrage théorique et les études de cas), et qui devrait être utile à tous ceux que la question urbaine – dans les Amériques et au-delà intéresse.

Haut de page

Notes

1 Monnet, Jérôme (dir.), 1996, Espace, temps et pouvoir dans le Nouveau Monde ; Monnet, Jérôme (dir.), 1999, Ville et pouvoir en Amérique : les formes de l’autorité ; Monnet, Jérôme (dir.), 2000, L’Urbanisme dans les Amériques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Gouëset, « Jérôme Monnet et Guénola Capron (dir.), 2000, L’Urbanité dans les Amériques. Les processus d’identification socio-spatiale », Cahiers des Amériques latines, 35 | 2000, 190-192.

Référence électronique

Vincent Gouëset, « Jérôme Monnet et Guénola Capron (dir.), 2000, L’Urbanité dans les Amériques. Les processus d’identification socio-spatiale », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 35 | 2000, mis en ligne le 02 août 2017, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/cal/6563

Haut de page

Auteur

Vincent Gouëset

Université de Rennes 2 UMR Espace géographique et Sociétés (CNRS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals