Navigation – Plan du site
Dossier. Les expériences de la Guérilla

De la « petite guerre » à la guerre populaire : genèse de la guérilla comme valeur en Amérique du Sud

Marie-Danielle Demélas
p. 17-35

Résumés

Ce que l’on désigne communément par « guérilla » résulte d’une mutation de sens attribué à l’action de troupes pratiquant la « petite guerre », changement qui se produit au même moment, en Espagne et en Amérique espagnole, à partir de 1810. Des forces à l’origine auxiliaires de forces régulières, privées d’autonomie et des bénéfices de l’honneur militaire, vont acquérir indépendance et prestige, du fait de leur isolement et de leur appartenance à un terroir. En un moment où l’Amérique adopte le principe de la souveraineté populaire, les forces de guérilla vont figurer le peuple en armes et la culture catholique qui caractérise leurs sociétés, ainsi que l’influence déterminante du clergé parmi elles, donnent à leur combat une signification sacrée et sacrificielle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les zones de guérilla, en Espagne, correspondirent aux provinces où s’établit le front entre l’arm (...)

1La guerre de guérilla – au sens où nous l’entendons aujourd’hui – est née en Espagne et en Amérique espagnole presque au même moment1, conséquence de la circulation des nouvelles et des hommes (tel le guérillero Mina, déçu par le retour de l’absolutisme en Espagne, qui s’en alla porter la révolution au Mexique où il trouva la mort) et, surtout, produit d’une même culture et d’une même conjoncture politiques qui permirent la naissance, dans la guerre, de l’idée nationale et du principe de la souveraineté populaire. La nouveauté de la guérilla ne résidait pas dans l’invention d’une tactique militaire (la « petite guerre » est connue en occident depuis l’Antiquité), mais dans la dimension politique et la valence positive qui s’y ajoutèrent désormais. Guerre idéologique, qui parvint à transformer une marge déconsidérée des armées régulières en une pratique de légitimation ; guerre dite « populaire », au moment où le peuple s’établit comme instance de souveraineté. Ce changement d’optique et cette légitimation s’établirent selon des modalités et des rythmes différents en Amérique et en Europe.

  • 2 C’est le nom que portait alors la Bolivie, également désignée par « Audience de Charcas ».
  • 3 Dans ces derniers cas, la résistance royaliste se maintiendra au-delà de l’indépendance, à Pasto e (...)

2Immédiat en Espagne, où l’armée régulière se révéla vite incapable de renouveler l’exploit de Bailén, le succès des partisans incita la Régence, puis les Cortès, à reconnaître la spécificité de ces forces et à en codifier les fonctions. Mais en Amérique, où les guérillas, royalistes ou indépendantistes, naquirent de l’échec et du repli de troupes régulières des deux camps qui abandonnaient derrière elles leurs forces auxiliaires, le processus qui aboutit à la constitution de la guérilla comme force autonome prit plus de temps. L’hétérogénéité de son statut politique – indépendantiste en Colombie, dans le reino de Quito, et dans le Haut-Pérou2, mais royaliste dans le sud de la Colombie, au centre du Pérou et dans le sud du Chili3 – éclaire en partie ces réticences.

  • 4 En outre, malgré la pléthore d’ouvrages consacrés à « l’histoire-bataille » de la geste indépendan (...)
  • 5 Sur ce point, je renvoie le lecteur aux remarques que j’ai publiées dans la revue Clio (« La notio (...)

3De même, la nature ambivalente de ces premières guérillas modernes fut à l’origine d’une historiographie embarrassée4. Chargées d’incarner un idéal – celui du peuple en armes –, et destinées à illustrer l’héroïsme patriotique qui fondait les nouvelles nations hispano-américaines, la plupart des troupes étudiées ont été celles qui pouvaient satisfaire aux exigences de cette pédagogie du citoyen. Ce fut au prix de la dissimulation d’un grand nombre de leurs caractéristiques, également aux dépens des guérillas qui n’appartenaient pas au camp patriotique. Enfin, ce tour de passe-passe se fondait sur la certitude de ce que la guerre d’indépendance était une guerre de libération nationale5. Or, la guerre de guérilla, en Amérique espagnole, est née de la guerre civile, et fut pratiquée aussi bien par les royalistes tenants de l’absolutisme espagnol que par les républicains partisans de l’indépendance américaine. Chacun des deux camps s’efforçant de nier cette conjonction, la guérilla décrite par ses propres acteurs apparaît d’abord comme le fait des autres.

Dénégations

  • 6 Pour une présentation des problèmes posés par la découverte et l’édition de cette œuvre, consulter (...)
  • 7 Le premier sens du terme est péjoratif (bravache) ; il devint, très tôt, synonyme de guérillero en (...)

4Le Journal du guérillero Vargas, qui représente la source la plus riche et directe que nous possédions sur ces guerriers6, ne désigne jamais par guerrilla une troupe, qu’il s’agisse de celle à laquelle il appartenait ou de l’une des multiples bandes qui guerroyaient alors dans le Haut-Pérou. Le terme le plus fréquent sous sa plume est la patria, ou los de la patria (ceux de la Patrie). Ou encore, afin de marquer l’inscription de ces forces improvisées dans un cadre militaire : la División de los Valles (la division des Vallées), puis, la victoire aidant, la División de los Aguerridos (la division des aguerris). Ou enfin, lorsque le chroniqueur entendait décrire la guérilla comme force maîtresse d’une zone libérée, el Interior et el Estado (l’Intérieur [du Haut-Pérou], l’État). S’adressant à son hypothétique lecteur, bien après la guerre, il reconnaîtra, un peu gêné, avoir appartenu à une troupe de montoneros7, alors que, dans une dédicace au président de la République, il revendiquera la gloire de s’être enrôlé dans les rangs de « l’armée qui a rendu la patrie indépendante » (el ejército independizador de nuestra patria). L’historien argentin presque contemporain de ces combats, Bartolomé Mitre, emploiera le terme de Republiqueta (petite république, synonyme de province indépendante) qui leur est resté, peut-être parce qu’il présentait l’avantage de ne pas évoquer de dimension guerrière.

  • 8 Archivo Nacional de Chile [ANC], Ministerio de Guerra, vol. 736, Decretos supremos. Servidores de (...)

5Au Chili, les guérilleros royalistes agissant au sud du fleuve Bío-Bío se considéraient comme une fraction de l’armée du roi au même titre que le régiment de Talavera ou celui de la Reine, même s’ils faisaient la guerre avec plus d’Indiens araucans ou pehuenches que de soldats venus d’Espagne ce qui leur valait d’être traités en chefs de bandits par leurs adversaires. Les traces de ce mépris se prolongèrent bien après la fin du conflit : en 1873, quand la république chilienne concédera enfin une pension aux anciens combattants de la guerre d’indépendance, ses agents prendront soin de préciser qu’en étaient exclus du bénéfice les officiers de contre-guérilla8. La seule guerre digne de mémoire s’était livrée sur des champs de bataille.

6Même déni pour le terme caudillo, alors très employé mais toujours pour désigner le commandant de l’ennemi. Pour les officiers royalistes, ou le vice-roi de Lima, la rébellion des provinces andines était alimentée par quelques dizaines de caudillos et leurs bandes ; pour les autorités de l’État indépendant du Chili qui le condamnent à mort, le colonel Vicente Benavides, chef des guérillas royalistes, n’est pas traité en officier mais en caudillo de los enemigos. Dans les deux cas, ceux qui désignaient ainsi leur adversaire signifiaient par ce terme qu’ils n’avaient pas affaire à un adversaire honorable – ce qu’aurait été un militaire respectant le droit des gens – mais à un chef improvisé, d’origine sociale vile et qui, ayant pris la tête de troupes indigènes, pratiquait forcément une guerre de sauvages.

  • 9 « Se entiende por formación en guerrilla la separación o dispersión metódica de una tropa, bien se (...)

7Dans quel cas parlaient-ils donc de guérilla, ceux qui pratiquaient la forme de combat que nous nommons ainsi ? Uniquement lorsqu’ils désignaient une tactique particulière, employée au cours d’une rencontre : la formation en guerrilla9. Il est sûr que tous pouvaient s’accorder sur cet usage technique d’un mot polysémique. Comme l’usage contemporain du terme « guerre civile », l’emploi fréquent et univoque que nous faisons désormais de « guérilla » ne tient pas compte de ces hésitations ni de ces dénis. Il tend, de même, à effacer la diversité de ces premières troupes. Or, les désigner toutes sous un même vocable n’allait certes pas de soi.

Diversité

  • 10 Jean-René Aymes, « La guérilla dans la lutte espagnole pour l’indépendance (1808-1814) : amorce d’ (...)

8En Espagne, dans une tentative de définir les francs-tireurs afin d’en contrôler l’action, la Régence entreprit très tôt de les classer en quatre types, simplifiant une situation foisonnante mais donnant néanmoins un aperçu de sa complexité. Elle reconnut ainsi l’existence de cuadrillas, naguère contrebandiers passés au service de la cause patriotique, auxquelles on accordait un droit sur le butin – on ne transforme pas en un jour des hors-la-loi en patriotes vertueux. Les somatenes, milices catalanes, n’étaient chargées que du maintien de l’ordre public au sein des bourgs et des villes. Catégorie plus exceptionnelle, celle des cruzadas, étaient formées de clercs et de séminaristes, placés sous l’autorité de leur évêque et du nonce et qui devaient, en tant que croisés, livrer une guerre religieuse contre les Français impies. Enfin, les partidas dont la composition et les missions se rapprocheraient le plus de ce que nous entendons par guérilla, se composaient de troupes de francs-tireurs formées sur une base idéologique (la défense de la patrie), destinées à seconder l’armée mais aussi capables d’agir de façon autonome afin de nuire le plus possible à l’occupant français10.

9En Amérique, la variété des troupes, et des raisons qui présidèrent à leur formation, quoique certaine, fut atténuée par une caractéristique commune : royalistes comme indépendantistes, les troupes irrégulières ne purent exister que grâce au soutien des sociétés indigènes, majoritaires dans les provinces où agissaient les guérillas, qu’il s’agisse d’Indiens sujets de la couronne ou d’ethnies toujours indépendantes. Cette participation indienne aux guerres d’indépendance, et, plus généralement aux conflits et aux révolutions qui ont marqué le premier siècle d’existence des États hispano-américains, a été fort discutée. Le plus souvent, ce fut pour conclure que la sphère politique ne concernait qu’une fraction de la population – celle que son statut socio-ethnique autorisait à se mêler de la chose publique –, la population indigène restant cantonnée à un rôle de spectatrice, ou de chair à canon, dans des conflits qui ne la concernaient pas.

10Toutefois, certains travaux ont permis de nuancer ce tableau, parmi les premiers ceux de F. Chevalier. Maître de la terre et des hommes qui la travaillent, l’hacendado qui se nommait lui-même colonel et prenait parti dans une guerre civile, prenait pour soldats ses péons. Dès lors, la participation de ces derniers aux dissensions politiques dépendait de ces liens anciens que continuaient de tisser, pour longtemps encore, les sociétés hispano-américaines. Les archives concernant la période de la guerre d’indépendance permettent d’aller plus loin que cette observation, et de conclure à la participation des communautés indiennes en tant qu’acteurs à part entière de ces conflits, avec ce que ce terme implique de stratégie propre et de projet de société. Dans les Andes comme au Chili, une même conscience de participer à des enjeux continentaux, des formes identiques de mobilisation politique, une même capacité à poursuivre des objectifs propres, quitte à se retourner contre les alliés de la veille, rendent comparables la collaboration indienne aux guérillas royalistes et celle qui permit la création et la survie des forces patriotes.

  • 11 Id., p. 82-83.
  • 12 Patrick Husson, De la guerra a la rebelión (Huanta, siglo XIX), Lima-Cuzco, Centre Bartolomé de la (...)

11Au sud du fleuve Bío-Bío, les officiers royalistes parvinrent à nouer (sans doute en arguant d’une même hostilité à l’État) des liens étroits avec les nations insoumises dont les parcours s’étendaient bien au-delà des frontières du nouvel État chilien, jusqu’en Argentine, à quelque vingt lieues de Buenos Aires, et constituaient une force considérable venant s’ajouter aux troupes permanentes des rebelles. À Huanta, au Pérou, les Iquichanas, qui avaient secondé les forces royalistes contre la révolution du Cuzco, en 1814-15, continuèrent de se battre contre la République après l’indépendance. Leurs caudillos, tous indiens, se prévalaient encore des grades que leur avaient décernés les derniers vice-rois, pour services rendus à la couronne en tant que chefs de guérillas11, et faisaient connaître, par écrit aussi bien qu’en campagne, leur refus d’un nouvel ordre qui niait l’existence de leurs communautés12.

  • 13 José Santos Vargas, Diario, Op. cit., p. 199.
  • 14 Id., p. 201. « - ¿Por qué no nos conviene meternos y saber la causa de la muerte del finadocomanda (...)

12La situation la plus explicite se rencontre dans les Vallées du Haut-Pérou, où l’assassinat du premier commandant de la guérilla, à la fin de l’année 1817, révéla une autonomie des communautés indiennes et une conscience des enjeux politiques que ne laissait guère présager leur participation, jusqu’alors subordonnée, à la cause patriotique. Dès que la nouvelle du meurtre est connue, les représentants des communautés les plus proches s’en viennent au village où les guérilleros ont établi leurs quartiers pour réclamer vengeance. Leur porte-parole réplique à l’officier qui tente de les renvoyer en leurs foyers13 : « – Pourquoi ne nous conviendrait-il pas de nous mêler des causes de la mort du commandant Lira ? Ces armes que possèdent les soldats que vous commandez pour l’instant, ne nous coûtent-elles pas bien des efforts et des prouesses, et notre sang, et nos vies elles-mêmes ?14 »

  • 15 Id., p. 202-203.

13Les communautés, qui représentent une vingtaine de villages, élisent alors des représentants chargés de négocier une redistribution du pouvoir en leur faveur : le droit de désigner le commandement de la guérilla et de diriger la lutte elles-mêmes15. Déçues dans un premier temps, leurs attentes furent satisfaites trois mois plus tard, le nouveau commandant, issu de troupes indigènes, étant désigné par acclamation de la indiada (la masse indienne), sans que les officiers participent à ce choix. La mort du premier commandant qui avait, en quelques jours, brisé l’équilibre qui fondait les rapports établis depuis plusieurs années entre les partisans et les villages, avait conduit les communautés à tenter une renégociation du contrat à leur profit. L’enjeu en était considérable : la guerre d’indépendance serait-elle menée désormais par des paysans indiens ou resterait-elle l’affaire de soldats métis et d’officiers créoles ? Toutefois, les Indiens ne prétendaient pas agir pour leur compte : leurs dirigeants – une junte de cinq membres – se réclamaient de la cause patriotique et abritaient leur initiative derrière l’autorité de Buenos Aires, qui faisait alors figure de capitale de la révolution à l’échelle continentale.

Individus et statuts hérités

14La participation des Indiens à la guerre de guérilla révèle l’un des modes d’engagement alors possibles : parce qu’il appartient à une communauté dont les instances de décision (cacique ou conseil, selon les ethnies) ont pris parti pour l’une des deux causes, un Indien est tenu de soutenir la cause du roi ou celle de la patrie. Sachant cela, on serait tenté d’appliquer un modèle d’adhésion inverse aux Créoles et aux Métis : aux Indiens, l’emprise de statuts hérités, la contrainte d’adhésions collectives ; aux métis et aux créoles, déliés de ces appartenances, le libre choix individuel. En quelque sorte, même au service de la cause patriotique, qui se confond avec celle de la souveraineté populaire, les membres de communautés indiennes n’accéderaient pas à la modernité politique, seulement offerte à ceux qui ne sont pas indiens.

  • 16 J’avance cette proposition avec quelques réserves : la dimension littéraire des manuscrits de Varg (...)

15Or, ce que révèle le Journal de José Santos Vargas au sujet des engagements personnels brouille cette belle ordonnance. Des comportements individuels sont à l’origine de volte-face et de trahison indiennes. D’autre part, certains guérilleros, dont le statut d’indiens est avéré, apparaissent libres de fidélité communale ; plusieurs d’entre eux, anciens soldats dans les armées de Buenos Aires, connaissent l’ascension rapide des autres capitaines de troupes improvisées. Ni leur engagement, ni leur maîtrise du langage patriotique, ni leur rang – ils ont droit au traitement de « don » comme tout officier –, ni leur mort devant un peloton royaliste, ne les distinguent des dirigeants métis et créoles. Néanmoins, l’adhésion de ces derniers à la cause patriotique n’apparaît pas tant le produit d’un libre choix que l’acceptation d’un destin transmis et assumé – l’exécution d’un père, d’un frère, détermine leur engagement et présage des circonstances de leur propre fin. Spécifique de sociétés en guerre civile, le devoir de vengeance semblerait se substituer au libre choix du citoyen moderne, et c’est en tant que membres d’un terroir et d’un lignage que les guérilleros agiraient plus souvent qu’en individus librement décidés pour l’un ou l’autre parti16.

Le commandement

  • 17 Bien qu’il la juge incomplète, le colonel Emilio A. Bidondo dresse une liste de 125 dirigeants de (...)
  • 18 Joaquín de la Pezuela, Memoria de gobierno, Séville, Escuela de estudios hispano-americanos, 1947, (...)

16Si, depuis les guerres de la Révolution, l’armée était devenue un lieu de promotion sociale plus rapide et ouvert que n’importe quel autre, la guérilla l’était plus encore. Désignation et promotion des dirigeants y échappaient aux cadres et aux normes de l’armée régulière. Si bien que le vice-roi du Pérou, Joaquín de la Pezuela, n’accordait de bonne naissance qu’à deux dirigeants des guérillas du Haut-Pérou (sur plusieurs dizaines qui prirent la tête de forces plus ou moins éphémères17) ; de tous les autres, il écrit : « Leur classe était des plus obscures ; Camargo, Umaña, Cárdenas, Padilla, Betanzos, Arévalo, Mena et les autres étaient indiens ou métis, et n’avaient jamais exercé de fonction plus relevée que celle de sacristain de leur paroisse. Zárate, Cardoso et d’autres, bien que Blancs, étaient de basse extraction […]18. »

17Il est vrai que ces hommes sont devenus commandants parce qu’ils ont pris l’initiative de poursuivre, avec d’autres moyens, le combat entrepris par l’armée régulière, défaillante ou vaincue. Leur savoir-faire, leur connaissance du terrain, leur audace, leur ruse, les ont bientôt placés à la tête d’une troupe permanente. Point essentiel et nouveau que cette transformation de troupes jusqu’alors auxiliaires et temporaires, en forces durablement constituées, devenues autonomes par la force des choses. Dotés d’un pareil atout, ces commandants deviennent maîtres d’une contrée – deux provinces dans le cas du commandant de la guérilla des Vallées, la plus grande partie du territoire chilien situé au sud du Bío-Bío pour le colonel Vicente Benavides.

  • 19 C’est une remarque que ne manque pas de faire Gunnar Mendoza, dans son introduction à la seconde é (...)
  • 20 M. E. del Valle de Siles, Historia de la rebelión de Tupac Catari, 1781-1782, La Paz, editorial Do (...)

18Dans ces deux derniers cas, les guérillas s’inscrivent dans une tradition rebelle : la guérilla royaliste du Chili s’implante dans la zone de la plus forte résistance à la couronne espagnole, sur les territoires de nations indiennes jamais soumises depuis le XVIe siècle. Quant à la guérilla des Vallées, elle occupe à son tour une zone-refuge, déjà investie par les rebelles de la guerra de Vicuñas contra Bascongados, au XVIIe siècle19, puis bastion des dernières forces de Tupac Catari lors de la Grande rébellion qui marque la fin du XVIIIe siècle dans les Andes20. Cette base territoriale acquise, la reconnaissance du commandement de la guérilla par la plus haute autorité politique dont il se réclame est de règle. Dans les deux cas, l’autonomie dont bénéficient ces capitaines résulte des conflits dont le pouvoir est l’enjeu, à Buenos Aires dans le camp indépendantiste qui se divise bientôt entre modérés et radicaux, entre gens du port et provinciaux ; à Lima où les royalistes se partagent entre absolutistes et constitutionnalistes quand la révolution libérale revient au pouvoir en Espagne, à partir de 1820.

  • 21 Le grade de caporal révèle autant l’origine socio-ethnique d’Eusebio Lira que son rang subalterne  (...)

19L’ascension de ces nouveaux soldats s’en accroît exceptionnellement. Eusebio Lira, simple caporal dans l’armée argentine en 181321, se déclare commandant dès qu’il prend la tête d’une partida, en 1814. Grâce à sa bravoure et à son astuce, mais aussi fort de ses liens avec les villages indiens des Vallées (liens hérités de son père), il se fait reconnaître pour chef de tout « l’intérieur », en novembre 1816, et agit dès lors comme le seul interlocuteur des forces révolutionnaires argentines que dirige Martín Guëmes à Salta. Au Chili, Vicente Benavides, qui n’était que premier sergent du bataillon de Concepción, est promu sous-lieutenant graduado (c’est-à-dire sans affectation qui corresponde à ce grade, attribué à titre honorifique) en janvier 1815, pour son action à la bataille de Rancagua. Lieutenant en octobre 1817, capitaine le mois suivant, lieutenant-colonel en juillet 1819 pour son action à Maipu, il devient dès lors Commandant de la frontière et finit avec le grade de colonel, en étant parfois qualifié de général dans sa correspondance privée.

20Enfin, ces soldats vite promus partagent une même fin tragique : le royaliste Benavides est livré par ses proches aux autorités de la République chilienne, en février 1822 ; deux semaines plus tard, il meurt pendu (une mort de brigand), son corps en morceaux exposé aux places de Concepción et de Valdivia. Quant aux commandants de la guérilla patriote des Vallées, tous sont tués par les leurs, et non par l’ennemi : Eusebio Lira, frappé d’une balle dans le dos, est victime d’un complot de ses officiers ; José Miguel Chinchilla est fusillé après un jugement sommaire ordonné par son supérieur, José Miguel Lanza ; ce dernier meurt d’une blessure reçue en s’opposant à un putsch tenté contre le maréchal Sucre, en 1828. Produit de luttes politiques qui la dépassent, la guérilla en subit les conséquences : ses dirigeants meurent pour avoir été des hommes de parti, et non plus seulement des hommes de guerre.

Guerre civile, violence et banditisme

  • 22 José Santos Vargas, Diario, op. cit., p. 198. « De balde hablarían como han hablado varios sujetos (...)

21Issues des marges de l’armée et, par conséquent exclues des bénéfices de l’honneur militaire, les troupes de partisans se réclamaient des valeurs les plus hautes dans le registre offert par la modernité, celles du patriotisme et de la liberté. Il leur fallut, toutefois, se défendre des accusations de banditisme portées à leur encontre par leurs adversaires, dès les débuts de leur intervention. Le chroniqueur Vargas traite la question avec un curieux mélange d’embarras et d’impudence : « On dira bien, comme l’ont déjà dit plusieurs, que [les guérilleros] volaient, que c’étaient des brigands et des bandits de grands chemins, mais c’est faux. Il existait, c’est vrai, je ne peux le nier, quelques Indiens qui se mêlaient d’être capitaines, commandants et chargés de mission : c’est eux qui infestaient les chemins et commettaient d’autres méfaits sur les frontières ou dans les zones limitrophes des territoires contrôlés par la cause de la liberté et de l’indépendance ; mais, en même temps, on les pourchassait et l’on châtiait ceux qui se livraient à ces délits, bien que ceux auxquels ils s’en prenaient étaient de peu de considération. Fait exception un convoi de valeur qu’enlevèrent les partidas d’un commandant [de la guérilla] de Morochata, don Pedro Alvárez, et un certain don José Miguel Chinchilla, également commandant de partidas, à un certain Fierrofrío qui était venu de Lima comme envoyé du général don José San Matín »22.

22Pour entendre le sel de cet aveu, il faut savoir que Pedro Alvárez était l’un des premiers membres de la guérilla des Vallées, et considéré comme l’un de ses héros les plus authentiques ; quant à José Miguel Chinchilla, il en fut le commandant en chef de mars 1818 à janvier 1821. Niant qu’il pût exister de confusion entre guérilleros et bandits, Vargas reconnaissait cependant que les plus fameux des soldats de la liberté agissaient parfois comme des bandoleros, et cela même aux dépens de la cause patriotique dont le général San Martín représentait le commandement suprême.

23Les limites entre guérilla et banditisme n’apparaissent donc pas tranchées. D’abord, parce que le pillage faisait partie des pratiques de la guerre ; le même guérillero, qui rendait hommage à ses compagnons pour le fait de se battre sans solde, s’indignait de ce qu’un commandant, féru de discipline et de vertu, les privât des bénéfices d’une mise à sac. D’autre part, la structure des troupes de guérilla – fédération lâche de petites bandes (quelques dizaines de permanents, rarement davantage) n’obéissant qu’à un homme –, leur intrication dans des jeux sociaux complexes, leur participation à des règlements de comptes souvent antérieurs à la guerre, la longueur du conflit qui ruina bien des situations acquises, l’existence d’une « frontière » mouvante entre les deux partis, tous ces facteurs aboutirent à la formation et la fortune de compagnies à la réputation douteuse.

  • 23 Situation aggravée par le fait que le tribut versé par les Indiens, et collecté dans le cadre des (...)
  • 24 Sur ce sujet, un article récent, consacré aux troupes d’Emiliano Zapata, fournit des éléments de r (...)

24En outre, certains épisodes du Journal de Vargas enseignent que des officiers de la guérilla pouvaient se livrer au brigandage de certains bourgs afin d’afficher leur indépendance à l’égard du commandant qui en protégeait les habitants. Provocations annonciatrices d’une crise de succession qui révèlent la prise en otage des villages pour des jeux politiques internes à la guérilla23. La distinction établie entre guérilleros et brigands, fondée sur l’engagement politique des premiers et les mobiles intéressés des seconds, ne permet donc pas d’entendre ce qui représente l’une des principales caractéristiques de ces troupes : leur territorialité, leur inscription dans des enjeux locaux24. Soldats de l’Amérique et de la liberté, ou défenseurs du roi et du Christ, les guérilleros appartiennent à des bourgs et à des lignages, rivaux de longue date auxquels la fracture de la guerre offre maintes occasions de revanche et de butin.

Nation et xénophobie

  • 25 Origine de 109 officiers de la guérilla patriotique des Vallées du Haut-Pérou :
    (...)

25Toutefois, si les guérilleros ne sont pas tous des enfants du pays25, ils incarnent désormais la force armée d’un territoire, d’un « pays », une force mobile, certes, mais qui ne s’éloigne jamais de sa base. Ce qui la distingue des troupes régulières de la guerre d’indépendance, formées d’Argentins partis combattre au Chili puis au Pérou ; de Vénézuéliens et de Colombiens entraînés sur les champs de bataille de l’Équateur, du Pérou, et jusqu’en Charcas, l’actuelle Bolivie, à mille lieues de leur terre d’origine.

  • 26 Étude inédite publiée à l’adresse http://www.multimania.com/demelas/Chauvinisme.html
  • 27 Benjamin Vicuña Mackenna, La guerra a muerte, Memoria sobre las últimas campañas de la independenc (...)

26Dans le Haut-Pérou, la guérilla, aux déclarations panaméricaines mais à l’enracinement local, se replie sur la « petite patrie » (la patria chica) dès que l’armée de Buenos Aires qui l’avait suscitée se trouve dans l’incapacité d’exercer sur elle un contrôle. Dès lors s’expriment sans masque toutes les facettes du « localisme » voire de la xénophobie. Dans le Journal de Vargas, une apologie des Vallées se trouve mise en scène à tel point qu’à partir d’un défi imaginaire, une sorte d’alliance semble s’établir entre la guérilla et un officier royaliste aux dépens d’une expédition venue des basses terres de Charcas26. Xénophobie qui se traduit aussi par la réactivation de conflits latents entre Indiens et métis ou créoles. Ainsi, des guérilleros indiens exécutent l’un de leurs officiers créoles parce qu’il ne parle pas aymara ; et au Chili, l’officier de guérilla royaliste Juan Manuel de Pico oppose les intérêts de la nation araucane à l’État républicain avec des accents qui préfigurent l’entreprise d’Orélie-Antoine Ier, roi de Patagonie27. Repli sur la Patria qui aboutit, au Chili encore, à une tentative d’alliance contre-nature entre le royaliste Vicente Benavides et le révolutionnaire en exil José Miguel Carrera, afin de mettre fin à l’arrogance des Argentins (los hinchados Porteños, selon les termes de Benavides) et à leur emprise sur la vie politique chilienne par l’intermédiaire de leur créature, le dictateur O’Higgins. Les frontières ne sont pas encore tracées entre des États qui n’ont pas encore de nom, mais les guérillas agissent comme si des nations susceptibles et jalouses existaient déjà. Successions violentes, exactions commises à l’encontre des civils, exclusions chauvines, ces aspects peu flatteurs des troupes de guérillas dont témoignent les sources ont été gommés par leurs acteurs, d’abord au service de leur réputation avant de servir à l’édification de la postérité, en une sorte de transmutation qui ne permit plus que l’expression des fins transcendantes du conflit.

Transmutation

  • 28 ANC, Ministerio de guerra, vol. 52, correspondance de l’intendant de Valdivia adressée à Benavides (...)

27Le Roi contre la Patrie, les Espagnols contre les Américains, mots d’ordre qui résumaient le sens d’une lutte de quinze ans. Pourtant, dans le même temps qu’ils se réclamaient de l’un de ces deux camps, les participants à la guerre civile niaient cette dichotomie. Pour les officiers royalistes, il n’était pas de guerre civile possible : leurs adversaires n’étaient que des rebelles qui restaient donc sujets du roi d’Espagne. Prémisses qui les menaient parfois à plaider – sans le moindre effet – pour plus de mesure dans la répression. Vicente Benavides se fit ainsi reprendre pour les exécutions de prisonniers auxquelles il procédait : « Étant donné que, dans le camp des révolutionnaires, il n’existe pas de gouvernement ni d’État libre, mais une tourbe de rebelles sujets de la Monarchie, vous veillerez désormais à éviter autant que possible ces exécutions »28.

  • 29 J. S. Vargas, Diario, op. cit., p. 176. « El 27 el comandante Lira mandó solemnizar por Alvarez su (...)

28Dans le même temps, parce qu’ils menaient une guerre de libération, les indépendantistes considéraient les partisans du roi comme des « Espagnols », c’est-à-dire des étrangers auxquels s’appliquaient les rigueurs de la guerre. Même si ces ennemis qu’ils prétendaient venus d’outre-mer étaient en réalité des voisins, issus du même bourg, comme le souligne le chroniqueur de la guérilla des Vallées à l’occasion des funérailles réservées à l’un des fondateurs de la guérilla, don Pedro Alvárez, dont il était question supra : « Le 27, le commandant Lira ordonna des obsèques solennelles dans le village [d’Inquisivi]. Elle nous fut très sensible, cette perte d’un défenseur de la Patrie et de la liberté de l’Amérique. Il s’agissait d’un homme qui n’avait jamais connu d’autres Espagnols que ceux qu’il rencontrait dans les combats, et qui n’avait jamais pensé à capituler, jusqu’à ce qu’il fût mort en versant son sang pour ses idées aux mains des tyrans qui tyrannisaient l’Amérique. Mais on prétendrait vainement que ces tyrans étaient des Espagnols d’Europe : c’était don José Manuel Fernández Antezana, américain, originaire et habitant de la province de Cochabamba, dans la région de Tapacarí, du village de Calliri, lui et ses frères, don Agustín, don Valeriano, et les autres »29.

  • 30 Archives des Cortès, Madrid [ACM], Documentación electoral, 2, 2.

29Dès leur fondation, les guérillas patriotes ont donc accepté de mener la guerre contre des proches qu’elles transformaient en étrangers. Conséquences redoutablement efficaces de l’élaboration d’une forme de guerre légitimante. Dans ce processus, l’instruction politique que dispensaient les commandants non seulement à la troupe, mais aussi aux villages de la zone contrôlée par la guérilla, a joué un rôle probablement essentiel, mais sur lequel on dispose encore de peu d’informations. Les moments de répit entre les combats, et les longues périodes d’inaction imposée par la saison des pluies, étaient consacrés à l’enseignement de catéchismes patriotiques, au commentaire de la presse révolutionnaire venue de Buenos Aires, et à la lecture commentée des proclamations imprimées du commandement. C’est à cette intention qu’en métropole, un dirigeant de francs-tireurs se prévalait d’avoir enlevé une presse d’imprimerie qu’il avait offerte à la junte de Burgos30 : que ces sociétés en guerre fussent en grande partie illettrées n’en donnait que plus de prestige aux manifestes des dirigeants et aux articles des journaux patriotes, dont on retrouve les traces jusque dans les contrées impénétrables tenues par les guérilleros. En très peu de temps – moins de deux ans, me semble-t-il – se mirent en place des clichés, des topiques et des rôles promis à un usage durable. Cette rhétorique, qu’elle fût révolutionnaire ou royaliste, n’était pas propre aux forces de guérilla, mais ces dernières présentaient la particularité d’en user bien davantage.

  • 31 Âge que son chroniqueur n’indique pas, mais on peut inférer de quelques détails que Lira meurt pro (...)

30La formation idéologique allait ainsi de pair avec l’instruction militaire, les valeurs guerrières restant étroitement mêlées à l’apprentissage des idéaux civiques. Pourtant, de cette guerre dominée par des enjeux et des valeurs politiques, les récits des acteurs ne retiennent que l’extrême vaillance des capitaines ; au lieu de l’habileté tactique ou de la justesse d’analyse, leur bravoure. Du commandant Lira, dont toute l’épitaphe se résume en un hommage à son courage exceptionnel (bárbaro valiente), on devine pourtant un savoir-faire peu commun à son âge31, et une connaissance aiguë des instruments nouveaux que la démocratie mettait à la portée des caudillos pour s’imposer – le discours, la manipulation des assemblées, le recours au suffrage.

  • 32 José Miguel Carrera rapporte la façon dont O’Higgins consultait ses officiers. (Diario Militar del (...)

31De cette confusion dépendait la transmutation de la guerre de guérilla en idéal. Faute d’un peuple en armes, la troupe bigarrée des guérilleros figurait une armée populaire dont le caractère était moins marqué par l’origine sociale des combattants (ce n’est pas en termes de catégories sociales que pensaient ces acteurs, mais de catégories ethniques), que par leur participation élargie aux décisions de la guerre. Témoin l’indignation de certains officiers causée par l’intervention de subalternes sur les décisions du commandement32, témoin aussi la pratique de désigner les dirigeants de guérilla par un vote à main levée ou par acclamation de la troupe.

La guérilla comme valeur suprême

  • 33 ACM, Documentación electoral, 2, 2.

32Le destin de la guerre de guérilla, fait du Peuple ici-bas, se déroulait aussi sur un autre théâtre, sacré celui-là. À l’origine de cette projection surnaturelle, une partie du clergé, bâtisseur de discours, créateur d’images, conseiller de caudillos, et dont les membres étaient parfois eux-mêmes chefs de guerre, malgré les interdictions canoniques. On constate en effet, en Espagne comme en Amérique, la présence de prêtres à la tête des troupes, tout comme la présidence, par les évêques, de juntes – révolutionnaires en Amérique et patriotiques en Espagne. En métropole, ont dirigé des guérillas bien d’autres que le célèbre curé Merino. Pour ne citer que deux exemples, de parfaits inconnus : le curé de Tamajón (prov. de Guadalajara), Matias Vinuesa López de Alfaro qui, mandaté par son évêque, surveille les routes d’une province occupée par l’armée française, arrête les suspects, opère de réquisitions, lève les impôts, recrute les jeunes gens pour l’armée, et livre bataille avec ses soldats33. Plus retors, ce curé de Vilueña (province de Burgos), Francisco Salázar, guérillero, aventurier et manipulateur de suffrage, qui semble avoir gardé à son profit le produit d’impositions patriotiques, et qui, aspirant à une carrière politique fondée sur ses mérites guerriers, use de subterfuge afin de représenter la province d’Álava en tant que député aux Cortès de Cadix.

  • 34 Aucune étude d’ensemble ne permet encore de quantifier la participation des clercs à la guerre d’i (...)
  • 35 Participation fort bien décrite et analysée par Juan Ortiz Escamilla (Guerra y gobierno. Los puebl (...)
  • 36 Diario Militar del jeneral José Miguel Carrera, op. cit., p. 168.
  • 37 ANC, Ministerio de guerra, vol. 52, fos 95 et sq.

33Les clercs américains s’engagent également, et se partagent entre les deux partis, on ne sait encore en quelle proportion34. Leur intervention est bien connue dans la guerre que déclenche, au Mexique, le « cri de Dolorès » du curé Miguel Hidalgo35. Au Chili, dès 1813, il est fait mention de prêtres chefs de guérillas royalistes établis dans le sud36. Après l’instauration de la république à Santiago, en 1819, Vicente Benavides s’appuie sur les curés des provinces de Concepción et de Valdivia dont il oriente les sermons et avec lesquels il entretient une correspondance aussi suivie qu’avec ses officiers37. La contre-propagande républicaine accusera ces prêtres d’entretenir la crédulité des fidèles par l’utilisation de statues dotées de vertus merveilleuses – celles de Vierges qui parlent en faveur du roi et pleurent quand on évoque le sort des Américains fourvoyés.

  • 38 Aspects développés dans M.-D. Demélas et Y. Saint-Geours, Jérusalem et Babylone. Religion et polit (...)
  • 39 Archivo general de Indias, Cuzco, 71.

34À Quito, la première république (1810-1812), placée sous la présidence de l’évêque, est en partie encadrée par une Église dont la répression qui suivra la défaite des révolutionnaire révélera l’étendue de la compromission38. Au Cuzco, José Angulo, caudillo qui prend la tête de la révolution (1814- 1815), suit les conseils de sa camarilla de clercs qui fait de lui un « nouveau Joseph, un nouveau Macchabée »39. Dans le Haut-Pérou, où chaque troupe de guérilla dispose d’un chapelain et certaines de prêtres guerriers, le commandant Lira s’entoure de ces mentors privilégiés, multiplie les célébrations associant l’action militaire à l’intervention divine (notamment en l’honneur d’une Vierge locale dont il affirme la protection particulière dans les combats), et meurt assisté de deux prêtres (Je meurs en chrétien, je meurs en patriote » seront ses derniers mots).

35Guerriers parfois, et toujours doctrinaires, les clercs bâtissent la meilleure justification des rebelles, opposant à l’ordre ancien qui se fondait sur Dieu et le roi – les « deux majestés » (ambas majestades) qui présidaient naguère à toute décision – un ordre nouveau, lui aussi providentiel. L’indépendance, cause sacrée voulue par Dieu afin de substituer à la tyrannie espagnole un gouvernement juste, se fonde sur le sacrifice nécessaire d’un petit nombre d’élus, les guérilleros. Les prémisses de cette construction classique reprenaient à leur compte la théorie du gouvernement tyrannique de la néo-scolastique espagnole. Mais un accent particulier était mis sur la dimension sacrificielle des acteurs du combat politique qui tendait à faire du guérillero un miles Christi.

36Ces hommes pris dans des enjeux familiaux, locaux, claniques, se retrouvaient ainsi, par des effets d’écriture et de verbe, transformés en personnages sans autres qualités que celles de guerriers voués au sacrifice pour une cause voulue par Dieu. La certitude de la mort pour conséquence de l’engagement transformait le choix des francs-tireurs en un pari sacrificiel – la doctrine qui prétend que les guérillas infligeraient plus de pertes à l’adversaire qu’elles n’en subiraient ne se vérifie pas du tout en Amérique espagnole – qui transfigurait la guerre de guérilla en une oblation collective.

  • 40 C’est bien le sens des réponses données par Vicente Benavides à son juge : comment se défendre de (...)
  • 41 Entre autres sources, l’ouvrage de José Arenalès (Memoria histórica sobre las operaciones e incide (...)

37En Amérique, cette transmutation ne fut, logiquement, à l’œuvre que dans un seul camp, celui des indépendantistes dont les projets politiques s’accordaient avec la nouvelle source de légitimité. La guerre de guérilla fut pratiquée par les deux camps, mais les royalistes restèrent des officiers partisans, se servant de forces indigènes pour mener une sale guerre, artisans de la mort nécessaire, peut-être fiers de faire leur devoir, mais certes pas des méthodes qu’il leur fallait employer40, tandis que les indépendantistes opéraient très tôt ce changement de perspective que manifestaient les tensions, au sein de la direction de guerre, à l’échelle continentale, entre les généraux favorables aux troupes de partisans – tel San Martín41 – et ceux qui y répugnaient, comme Bolívar. Là encore, la fracture entre les deux écoles d’officiers était d’ordre politique : acceptation du principe démocratique pour les uns, défiance pour les autres.

38C’est en subissant cette mutation, à des degrés et des rythmes variant selon les provinces et les conjonctures locales, que la guérilla est devenue un substitut de légitimité et de pratiques politiques démocratiques. Mais ce mélange de genres aboutit à ce que, bien souvent, la guérilla et ses acteurs inclinent du côté du sacré. Une pratique guerrière s’établit de la sorte comme la négation d’une laïcité possible de la modernité dans l’univers hispano-américain.

Haut de page

Notes

1 Les zones de guérilla, en Espagne, correspondirent aux provinces où s’établit le front entre l’armée française et celle des alliés espagnols et britanniques, dans la Manche et en Estrémadure. En Amérique, elles apparurent très tôt au Mexique, où elles poursuivirent leurs opérations après l’échec des troupes de Morelos (1815) et jusqu’à la proclamation de l’indépendance (1821), voire au-delà dans certaines zones où guérilla et banditisme rural firent bon ménage ; elles gagnèrent le Venezuela, le sud de la Colombie et le nord du royaume de Quito (l’Équateur actuel) après la défaite de la république de Quito devant l’assaut des troupes royalistes, en décembre 1812 ; dans le même temps, elles apparurent dans les Andes péruviennes, ainsi que dans le Haut-Pérou (l’actuelle Bolivie) et le sud chilien.

2 C’est le nom que portait alors la Bolivie, également désignée par « Audience de Charcas ».

3 Dans ces derniers cas, la résistance royaliste se maintiendra au-delà de l’indépendance, à Pasto et à Huanta au Pérou, à Chiloe ainsi qu’en Patagonie au Chili.

4 En outre, malgré la pléthore d’ouvrages consacrés à « l’histoire-bataille » de la geste indépendantiste, nous disposons de très peu d’informations directes sur ces guérillas. Il est étrange que le Journal de José Santos Vargas, guérillero du Haut-Pérou, soit le seul document de cette importance dont nous disposions, alors que le fait de tenir un journal ou des carnets de guerre était alors aussi répandu en Amérique espagnole qu’il l’était en Europe.

5 Sur ce point, je renvoie le lecteur aux remarques que j’ai publiées dans la revue Clio (« La notion de guerre civile en question », Clio, Toulouse, n° 5, 1997, p. 133-139).

6 Pour une présentation des problèmes posés par la découverte et l’édition de cette œuvre, consulter « Les deux journaux de José Santos Vargas (1814-1825). 1 : Problèmes d’édition », Bulletin de l’Institut Français d’Études Andines, Lima, 1995, 24 (1), p. 107-126, ainsi que « Le Journal de José Santos Vargas (1814-1825). 2 : Deux manuscrits », Bulletin de l’Institut Français d’Études Andines, Lima, 1997, 26 (2), p. 247-268.

7 Le premier sens du terme est péjoratif (bravache) ; il devint, très tôt, synonyme de guérillero en Argentine. José Santos Vargas, Diario de un comandante de la guerra de independencia, 1814-1825, Mexico, Siglo XXI, 1982, p. 11. « […] Tengo el grande placer de haber trabajado un poco siquiera, mas que sea en tropa de montoneros, pero a favor de la independencia y libertad de América del gobierno español tan odiado entonces. Mucho más placer tengo el saber de que habían sido las montoneras de estos Valles los primeros hombres de la nación boliviana que buscamos [sic] nuestra libertad. » C’est moi qui souligne.

8 Archivo Nacional de Chile [ANC], Ministerio de Guerra, vol. 736, Decretos supremos. Servidores de la independencia, capitán D. José Miguel Hormazábal (el fiscal de Hacienda, Sr. Lira, al Ministro de Gerra, Santiago, 6/03/1874). « Según la esposición de Homazabal y la declaración de los téstigos que ha presentado, él no ha pertenecido nunca ni al ejército ni a la armada, sino a la guardia civil. En clase de oficial de esta, parece que prestó algún servicio en los años de 1818 a 1822, haciendo algunas expediciones en persecución de las montoneras capitaneadas por Benavides, Pincheira y Zapata que asaltaban las poblaciones del sur, salteando e incendiendo y cometiendo toda clase de crímenes. A estos servidores no son los que la ley premia : la recompensa que acuerda es para aquellos militares que durante la guerra de la independencia sirvieron el en ejército o en la armada sacrificando su vida por hacernos libres e independientes ».

9 « Se entiende por formación en guerrilla la separación o dispersión metódica de una tropa, bien sea para batirse en terreno fragoso, que no admite otra, para encubrir o abrigar las maniobras de gruesos cuerpos, llevar la vanguardia de las columnas, flanquear sus marchas, o con el objeto, en fin, de reconocimientos ». Définition tirée de Instrucción de guerrilla por el Sr. Felipe de San Juan, compuesta y aumentada por el Teniente coronel Alfonso Balderrabano y el Teniente Juan Bautista de Maortua (Santiago de Chile, imp. nacional, 1823, p. 5).

10 Jean-René Aymes, « La guérilla dans la lutte espagnole pour l’indépendance (1808-1814) : amorce d’une théorie et avatars d’une pratique », dans Bulletin Hispanique, LXXVIII, 1976, p. 325-349.

11 Id., p. 82-83.

12 Patrick Husson, De la guerra a la rebelión (Huanta, siglo XIX), Lima-Cuzco, Centre Bartolomé de las Casas-IFEA, 1992, p. 33.

13 José Santos Vargas, Diario, Op. cit., p. 199.

14 Id., p. 201. « - ¿Por qué no nos conviene meternos y saber la causa de la muerte del finadocomandante Lira ? Estas armas que tienen los soldados que usted va mandando por ahora ¿no nos cuesta nuestro trabajo, nuestros desvelos, nuestra sangre y nuestras propias vidas ? »

15 Id., p. 202-203.

16 J’avance cette proposition avec quelques réserves : la dimension littéraire des manuscrits de Vargas incite à interpréter ces destins voués à la vengeance comme un topique romanesque autant qu’un témoignage.

17 Bien qu’il la juge incomplète, le colonel Emilio A. Bidondo dresse une liste de 125 dirigeants de guérillas (La guerra de la independencia en el Alto Perú, Buenos Aires, Círculo militar, 1979, p. 181-184).

18 Joaquín de la Pezuela, Memoria de gobierno, Séville, Escuela de estudios hispano-americanos, 1947, p. 64. « Su clase era la más oscura, pues Camargo, Umaña, Cárdenas, Padilla, Betanzos, Arévalo, Mena y otros eran indios y mestizos que jámas habán tenido más empleos que el de sacristán en su lugar. Zárate, Cardoso y otros, aunque blancos eran de la clase baja […] ».

19 C’est une remarque que ne manque pas de faire Gunnar Mendoza, dans son introduction à la seconde édition du Diario de José Santos Vargas, op. cit.

20 M. E. del Valle de Siles, Historia de la rebelión de Tupac Catari, 1781-1782, La Paz, editorial Don Bosco, 1990, p. 389-412.

21 Le grade de caporal révèle autant l’origine socio-ethnique d’Eusebio Lira que son rang subalterne : issu d’une bonne famille créole ou espagnole, il aurait intégré l’armée en tant que cadet et aurait été promu sous-lieutenant à la première occasion.

22 José Santos Vargas, Diario, op. cit., p. 198. « De balde hablarían como han hablado varios sujetos, en que [los guerrilleros] robaban, en que eran unos ladrones, unos apacheteros, en vano. Habían, sí, que no les puedo negar, algunos indios que se metían a ser capitanes, comandantes y comisionados : éstos eran los que perjudicaban en los caminos y demás travesías, esto es en las fronteras o limítrofes de los territorios de la dominación de la libertad e independencia ; pero al mismo tiempo se les perseguía a éstos y castigaban a los que incurrían en estos delitos, aunque tampoco era de consideración los que se perjudicaba, a excepción de un cargamento de valor que quitaron las partidas de un comandante de Morochata don Pedro Alvarez, y un don José Miguel Chinchilla también comandante de partidas ligeras, a un tal Fierrofrío que éste había venido de Lima como enviado del señor general don José San Martín […] ».

23 Situation aggravée par le fait que le tribut versé par les Indiens, et collecté dans le cadre des villages, représentait la plus forte source d’argent liquide, et la plus régulière.

24 Sur ce sujet, un article récent, consacré aux troupes d’Emiliano Zapata, fournit des éléments de réflexion très pertinents (Samuel Brunk, « The Sad Situation of Civilians and Soldiers »: The Banditry of Zapatismo in the Mexican Revolution », American Historical Review, avril 1996, p. 349: « More interesting was the banditry that occurred in the context of the many intervillage feuds that helped shape the movement. Here, banditry represented the pursuit of local political (and economic) goals, as neighboring villages sought to use their guerrillas to gain advantage over another. »)

25 Origine de 109 officiers de la guérilla patriotique des Vallées du Haut-Pérou :
Image
Source : José Santos Vargas, Op. cit., p. 403-422.
Depuis sa fondation jusqu’en 1820, la guérilla aurait donc été commandée par des hommes originaires du Haut-Pérou, pour une bonne part issus des Vallées mêmes. À partir de 1820, l’amplification de la guerre continentale et la volonté de ses dirigeants de reprendre en main ces troupes autonomes entraîne un brassage de leurs officiers, et une arrivée importante de Péruviens.

26 Étude inédite publiée à l’adresse http://www.multimania.com/demelas/Chauvinisme.html

27 Benjamin Vicuña Mackenna, La guerra a muerte, Memoria sobre las últimas campañas de la independencia de Chile, 1819-1824, Santiago-du-Chili, 1868.

28 ANC, Ministerio de guerra, vol. 52, correspondance de l’intendant de Valdivia adressée à Benavides, 7 décembre 1819, f° 114 v. « Como, entre los revolucionarios no hay gobierno, ni es un Estado libre sino una turba de hombres alzados dependientes de la Monarquía, procurará Ud. evitar en adelante este castigo lo más que pueda ». C’est moi qui souligne.

29 J. S. Vargas, Diario, op. cit., p. 176. « El 27 el comandante Lira mandó solemnizar por Alvarez sus exequias parroquiales en este pueblo ya dicho. Nos fue muy sensible la pérdida de un defensor de la Patria y libertad de América, y era un sujeto que jamás había conocido siquiera a los españoles más que cuando los veiya en alguna guirrila [sic] ni nunca pensaba capitular, hasta que murió derramando su sangre por la causa de su opinión en manos de los tiranos que tiranizaban las Américas ; pero de balde se diría que tales tiranos eran los españoles europeos : era este don José Manuel Fernández Antezana americano, natural y vecino de la provincia de Cochabamba en la quebrada de Tapacari, pueblo de Calliri, no sólo él sino con todos sus hermanos, don Agustín, don Valeriano y otros nombres ».

30 Archives des Cortès, Madrid [ACM], Documentación electoral, 2, 2.

31 Âge que son chroniqueur n’indique pas, mais on peut inférer de quelques détails que Lira meurt probablement avant l’âge de trente ans.

32 José Miguel Carrera rapporte la façon dont O’Higgins consultait ses officiers. (Diario Militar del jeneral [sic] José Miguel Carrera, colección de historiadores i de documentos relativos a la independencia de Chile, t. 1, Santiago, imp. Cervantes, 1900, p. 261). « O’Higgins que creía cerca el peligo por los refuerzos del enemigo, hizo una junta de oficiales a la que pidió asistiese […]. No es posible explicar lo que sucedió en aquella reunión. Los subalternos de última clase, los hombres más soeces, tomaron la palabra atropellando a los jefes, y mirando su jeneral con un desprecio intolerable. A poco rato, la reunión de oficiales parecía de muchachos de escuela, que ponían quejas a su maestro ».

33 ACM, Documentación electoral, 2, 2.

34 Aucune étude d’ensemble ne permet encore de quantifier la participation des clercs à la guerre d’indépendance, ni de connaître leur répartition au service du roi ou à celui de la patrie.

35 Participation fort bien décrite et analysée par Juan Ortiz Escamilla (Guerra y gobierno. Los pueblos y la independencia de México, Séville, 1997).

36 Diario Militar del jeneral José Miguel Carrera, op. cit., p. 168.

37 ANC, Ministerio de guerra, vol. 52, fos 95 et sq.

38 Aspects développés dans M.-D. Demélas et Y. Saint-Geours, Jérusalem et Babylone. Religion et politique en Amérique du Sud ; le cas de l’Équateur, Paris, ERC, 1989.

39 Archivo general de Indias, Cuzco, 71.

40 C’est bien le sens des réponses données par Vicente Benavides à son juge : comment se défendre de l’accusation de n’avoir pas respecté le droit des gens, si la guerre qu’il menait était, par nature, sans quartier ? ANC, Ministerio de Guerra, vol. 52, f° 178.

41 Entre autres sources, l’ouvrage de José Arenalès (Memoria histórica sobre las operaciones e incidencias de la División libertadora a las órdenes del general D. Juan Antonio Alvarez de Arenales en la segunda campaña de la sierra del Perú en 1821, Buenos Aires, 1832).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Danielle Demélas, « De la « petite guerre » à la guerre populaire : genèse de la guérilla comme valeur en Amérique du Sud », Cahiers des Amériques latines, 36 | 2001, 17-35.

Référence électronique

Marie-Danielle Demélas, « De la « petite guerre » à la guerre populaire : genèse de la guérilla comme valeur en Amérique du Sud », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 36 | 2001, mis en ligne le 03 août 2017, consulté le 17 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/cal/6581 ; DOI : 10.4000/cal.6581

Haut de page

Auteur

Marie-Danielle Demélas

IHEAL-Université de Paris III, CREDAL, Centre de recherches historiques (EHESS, Paris)

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals