Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Information scientifiqueLecturesMéxico en un espejo. Los ex-votos...

Information scientifique
Lectures

México en un espejo. Los ex-votos de San Juan de los Lagos. Le Mexique dans un miroir. Les ex-votos de San Juan de los Lagos (1870-1945)

Mexico, UNAM-CEMCA, 2000 (CD-ROM en deux versions, espagnole et française)
Pierre Ragon
p. 239-341
Référence(s) :
México en un espejo. Los ex-votos de San Juan de los Lagos. Le Mexique dans un miroir. Les ex-votos de San Juan de los Lagos (1870-1945), Mexico, UNAM-CEMCA, 2000 (CD-ROM en deux versions, espagnole et française)

Texte intégral

1Le produit est nouveau. Il surprend un peu et séduit beaucoup, tant les possibilités qu’il offre sont importantes et exploitées avec finesse : musiques anciennes ou populaires, animations discrètes, décors, emblèmes baroques, fonds d’écran, boutons de sélection délicatement ornementés recréent l’atmosphère du musée d’art colonial et invitent à la découverte. Le document, en un même mouvement, pousse à la flânerie et incite à l’étude. Car la magie de l’ambiance recréée ne doit pas faire oublier l’énorme travail de recherche qui sous-tend cette entreprise. Cette œuvre est en effet le résultat d’une importante étude initialement menée par une étudiante de Paris X -Nanterre sous la direction de Thomas Calvo. Au point de départ de cette entreprise, il y a une dizaine d’années (1990-1991), Marianne Bélard, solidement installée à l’ombre du sanctuaire de San Juan de los Lagos, brassa plusieurs milliers d’ex-votos offerts à la Vierge de l’endroit. À partir de là, elle constitua une base de données photographiques et, dans le cadre d’un travail universitaire, en proposa une première étude. Ce CD-ROM peut être exploité de deux manières : il offre une galerie de cinq cents ex-votos et met à la disposition du public une série d’analyses organisées en une suite de fiches. L’une et l’autre fonction sont offertes d’emblée, l’utilisateur se trouvant convié à opter pour une approche ou pour l’autre dès la page d’accueil.

2Commençons par la seconde. Assurément, il n’était pas aisé de faire œuvre d’érudition car la support ne se prête guère à une lecture suivie. Le parti pris, l’organisation des développements en quatre jeux de quatre à six fiches chacun apparaît comme une formule de compromis. Les fiches, jamais plus de deux à cinq « pages » (c’est-à-dire « écrans ») restent maniables. Les nostalgies du livre y retrouveront les repères habituels qui permettent l’approfondissement de la réflexion. Une page de bibliographie leur est même proposée. Les choix de Thomas Calvo ne surprendront par ceux qui connaissent ses précédents travaux. Une première approche, sous le titre d’« Ex-voto et religion » est l’occasion de replacer l’objet dans le cadre plus général de ses différents usages au sein de la chrétienté d’une part et dans celui des cultes de la Nouvelle-Espagne d’autre part. Les trois autres sélections, « Société », « San Juan de los Lagos » et « Art populaire » sont l’occasion d’élargir les horizons de l’analyse. À travers les ex-votos, c’est toute une société régionale et, au delà, toute la culture populaire du monde rural mexicain, toute la misère de la vie quotidienne des hommes et les soubresauts de l’histoire du Mexique contemporain qui se laissent deviner. Les années passant, l’ex-voto reflète la transformation des modes de vie et des mentalités, du recul du monde rural au progrès de l’urbanisation, de l’angoisse de la nuit à la diffusion de l’électricité, de la peur de l’accident ou de la maladie à celle de l’hôpital, de l’acceptation fataliste de sa condition au souci sans cesse croissant de l’émancipation par l’éducation. Inversement, il rappelle aussi la permanence des angoisses populaires, la peur du voyage, à cheval puis en car ou en automobile, la crainte de la prison, la permanence de la maladie, de l’accident, de la violence privée et de la violence publique. Au fil de son parcours, de ces analyses, l’utilisateur voit émerger quelques idées-fortes. Au passage, l’historien du sentiment religieux y trouve des confirmations et fait quelques découvertes. Des confirmations tout d’abord : la demande d’intercession ou l’action de grâce demeurent la plupart du temps des actes individuels et il apparaît que, massivement, l’on prie pour soi-même, plus rarement pour son conjoint ou sa famille, exceptionnellement pour un parent plus éloigné ou pour un ami. Pareillement, avec une grande insistance, l’ex-voto refuse de faire de la Vierge de San Juan de los Lagos l’ultime dessinatrice des prières mais, de manière très orthodoxe, il la présente comme une avocate et un intercesseur. On est un peu plus surpris (mais pas totalement étonné cependant) de retrouver parmi les bénéficiaires des miracles n peu plus d’hommes que de femmes, des hommes qui, il est vrai, se contentent souvent de se mettre en scène dans les récits les concernant, quand les femmes préfèrent se faire peindre en orantes. En cela, l’ex-voto permet de dresser le constat d’une différence, il ne permet guère d’aller plus loin. Faut-il, comme Thomas Calvo, invoquer le plus grand engagement des hommes dans la vie publique alors que les femmes pourraient garder, dans l’espace privé, un moment pour le recueillement ? L’interprétation, on le voit, comme toujours lorsque l’analyse se fonde dans l’examen d’une source unique, n’est pas aisé. De même ne peut-on qu’entrevoir le grand tournant historique qui, peut-être, de la fin du XIXe siècle au début du XXe fait s’effacer le donateur aristocratique qui, depuis les derniers siècles du Moyen âge et la Renaissance, se pressait sans modestie tout contre l’image de sa dévotion.

3On appréciera pareillement les développements que l’auteur consacre aux conventions de la représentation populaire, notamment aux couleurs : le miracle se peint en bleu et en rouge, de la couleur du ciel et de l’Immaculée Conception, d’un côté, du pourpre de la Majesté de l’autre. Au sens propre, Marie ne serait-elle pas la reine du ciel ? Si ces lignes séduisent, certains, en revanche, trouveront peut-être un peu courtes les analyses consacrées à l’organisation de l’espace du miracle dont on sait, depuis Bernard Cousin, qu’il pourrait bien régir le rapport du fidèle au sacré. Sans doute, à cet égard, comme Thomas Calvo l’a montré par le passé, le Jalisco n’est-il pas la Provence de Bernard Cousin. On aurait tout de même apprécié que l’auteur revienne sur ce point. En effet, dans beaucoup de ces ex-votos, l’on est frappé par la brutalité de l’irruption de l’image miraculeuse et par la grande distance qui, toujours, la sépare du chrétien. À quelques nuances près, semble-t-il, l’image demeure jusqu’en ce début du XXe siècle, l’expression d’une « puissance » et l’on ne voit guère s’ouvrir d’espace à l’intimité des dévotions. Peut-être eût-il souhaitable de s’y arrêter un peu plus.

4Mais laissons là ces considérations : la richesse de ce type de document est ailleurs. Si le CD-ROM est peu propice aux démonstrations érudites, il offre des ressources documentaires dont on n’osait rêver il y a peu encore. Les cinq cents images d’ex-votos que recèle celui-ci sont d’une valeur inestimable. Chacune de ces reproductions, disponible en deux formats (une loupe est à la disposition des utilisateurs), se trouve accompagnée d’une fiche composée de quinze champs permettant de définir plus précisément ses caractéristiques ; fonctionnant comme un index, un moteur de recherche permet de faire des tris au sein du corpus et de visualiser les images correspondant au(x) critère(s) retenu(s). Les textes qui, presque toujours, apparaissent au bas de ces images ont tous été transcrits sur des fiches séparées. L’utilisateur trouvera donc là une matière considérable, la manipulation directe du catalogue par le système d’indexation proposé permettant d’approfondir la recherche. Enfin, richesse supplémentaire, la formule retenue ménage de très nombreux passages entre le texte d’analyse et le catalogue d’ex-voto lequel, du coup, se trouve grandement valorisé.

5Saluons, pour finir, cette entreprise qui préserve et jette un peu de lumière sur un capital culturel considérable dont l’existence se trouve aujourd’hui grandement menacée. Conservés dans des conditions souvent précaires, victimes de l’appétit des collectionneurs, ces témoignages de la foi des fidèles sont aujourd’hui en péril. Il n’est pas d’autre raison au choix chronologique post quem fait pour cette belle étude d’historiens : à San Juan de los Lagos, il ne subsiste pratiquement plus de documents utilisables qui soient antérieurs au Profiriat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Ragon, « México en un espejo. Los ex-votos de San Juan de los Lagos. Le Mexique dans un miroir. Les ex-votos de San Juan de los Lagos (1870-1945) », Cahiers des Amériques latines, 36 | 2001, 239-341.

Référence électronique

Pierre Ragon, « México en un espejo. Los ex-votos de San Juan de los Lagos. Le Mexique dans un miroir. Les ex-votos de San Juan de los Lagos (1870-1945) », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 36 | 2001, mis en ligne le 03 août 2017, consulté le 19 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/cal/6598 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.6598

Haut de page

Auteur

Pierre Ragon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search