Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Dossier.Le Mexique: Vieux Démons,...Délinquance, criminalité et senti...

Dossier.Le Mexique: Vieux Démons, Nouveaux Défis

Délinquance, criminalité et sentiment d’insécurité

Quelques réflexions sur le cas de Mexico
Marc Guerrien
p. 61-84

Résumés

Le propos de l’article est d’aborder à la fois la problématique de la montée des différents types de délinquance à Mexico au cours des dernières décennies, et celle de l’accroissement du sentiment général d’insécurité, en partant de l’hypothèse qu’elles s’alimentent réciproquement l’une l’autre. L’analyse statistique et socio-spatiale des délinquances doublée d’un regard anthropologique sur la question nous conduit à formuler une critique des discours dominants qui accompagnent et contribuent à la diffusion d’un sentiment parfois disproportionné d’insécurité parmi de larges couches de la population, dans la mesure où ils sont repris par les grands médias.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Aujourd’hui, le PRI est minoritaire dans chacune des seize délégations du District fédéral.

1La fin du regne du Parti de la révolution institutionnelle (PRI) sur le District fédéral a été marquée par une augmentation de la délinquance et du sentiment d’insécurité parmi la population qui n’est sans doute pas étrangère aux cuisants revers électoraux essuyés par les représentants de ce parti en 1997 puis 20001. L’omniprésence dans la presse de la capitale du thème de la délinquance et l’attrait croissant des Mexicains pour les différents types de résidences, îlots ou quartiers fermés, qui fleurissent dans les périphéries de la ville témoignent de ce sentiment d’insécurité qui tend à se généraliser à l’ensemble de la population.

2Un certain nombre de discours convenus et d’idées reçues repris dans la presse écrite et parfois même dans des travaux se voulant scientifiques accompagnent, et dans une certaine mesure favorisent, la diffusion de ce sentiment général d’insécurité. Dans ce contexte, le propos consistera ici à revoir certains raisonnements et arguments parfois simplistes ou réducteurs qui peuvent aujourd’hui être développés au Mexique sur la question sensible de la délinquance urbaine.

3Au mépris de toute analyse sur le contexte démographique et socio-anthropologique dans lequel apparaissent les phénomènes contemporains de délinquance, les politiques cèdent souvent à la tentation d’un traitement purement répressif du problème. Ceci d’ailleurs plus pour assouvir les demandes d’une grande partie de leur électorat, dont l’objectivité est pourtant généralement réduite en raison du fort contenu émotionnel de la question, que pour résoudre réellement les problèmes qui se posent à la société en s’attaquant à leurs causes profondes.

4Dans un premier temps, nous démontrerons les failles de l’argumentation de ceux qui décrivent la délinquance en négligeant les facteurs sociaux de son développement, à travers notamment une lecture critique des travaux de Rafael Ruiz Harrell sur la question et une analyse spatiale de la délinquance à Mexico. Cela nous permettra de montrer que les actes de délinquances ne sont pas toujours imprévisibles et irrationnels mais obéissent à des logiques socio-spatiales évidentes. Nous verrons aussi que les arguments selon lesquels une bonne santé de l’économie mexicaine est la solution à tous ses maux sociaux et notamment au problème de la délinquance et du sentiment d’insécurité sont contredits par la réalité des chiffres.

5Dans un second temps, nous nous intéresserons aux délinquants eux-mêmes, ainsi qu’aux catégories de la population, en particulier de la jeunesse urbaine, que certaines analyses convenues basées sur des idées reçues amènent parfois à assimiler hâtivement aux délinquants. Ceci pour montrer que de la petite délinquance bénigne – ses auteurs en sont souvent les premières victimes – à la grande délinquance violente représentant une menace inacceptable pour l’ensemble de la société, il existe une foule de comportements de nature et d’intensité différentes. Or le regroupement de l’ensemble des délinquants dans une seule et même catégorie ne peut conduire, par le biais de la politique de répression brutale auquel il invite souvent, qu’à une radicalisation et une accentuation de la violence perpétrée par les petits délinquants, voire de non-délinquants. Ces derniers représentent pourtant l’écrasante majorité de la population qualifiée de « délinquante », ou considérée comme telle dans les imaginaires collectifs. Il conviendrait donc de définir précisément les différents types de délinquance lorsque l’on traite cette question, sans quoi la démarche risque de ne conduire qu’à un rejet en bloc, une disqualification et une exclusion dans son ensemble de la jeunesse urbaine populaire, avec les tensions sociales croissantes que cela implique.

  • 2 Réalisé à partir des données de la PGJDF.

6Mais avant cela, revenons rapidement sur cette hausse générale du sentiment d’insécurité à Mexico. Les chiffres indiquent qu’au cours des années 1980, et plus encore dans les années 1990, la délinquance a fortement augmenté à Mexico, en particulier dans le District fédéral : le nombre annuel des délits dénoncés recensés dans le graphique ci-dessous pour la période 1970-19992 montre un accroissement continu de la délinquance au cours des deux dernières décennies.

7Dans le même temps, le sentiment d’insécurité, pas toujours proportionnel à la menace réelle, semble avoir augmenté plus encore. L’exploitation médiatique donnée aux moindres actes de délinquance contribue sans doute énormément à l’extension massive de ce sentiment, y compris auprès de populations en réalité peu touchées par la délinquance. La télévision mexicaine joue un rôle important dans la « psychose » qui s’est développée autour de la délinquance et de l’insécurité : les journaux télévisés de Televisa ou TV Azteca ont des suppléments quotidiens spécialement consacrés aux actes de délinquance du jour les plus spectaculaires et, d’une manière générale, se jettent sur le moindre événement pouvant survenir, en grossissant, si besoin est, la réalité des faits, pour satisfaire un auditoire apparemment demandeur d’images de violence. Ce phénomène, qui n’est d’ailleurs pas une spécificité mexicaine, contribue parfois autant au développement du sentiment général d’insécurité que les actes de délinquance eux-mêmes.

  • 1 Vols, coups et blessures, fraudes et escroqueries, abus de confiance, homicides, abandon de person (...)

Graphique 1 : Les délits1 enregistrés dans le district fédéral 1970-1999

Graphique 1 : Les délits1 enregistrés dans le district fédéral 1970-1999

8Mais malheureusement, les grands médias populaires de communication ne sont pas les seuls à diffuser un sentiment d’insécurité que toutes les couches de la société semblent, à des degrés divers, partager et vouloir partager. Ainsi, par exemple, les travaux et les discours de Rafael Ruiz Harrell, qui font figure de référence sur le thème de la délinquance et de l’insécurité dans le District fédéral, témoignent de cette tendance au catastrophisme, parfois au mépris de la réalité et du bon sens. Nous nous proposons donc ici d’analyser précisément ce type de discours à partir d’une analyse statistique et géographique des phénomènes de délinquance afin d’en déceler les faiblesses.

Perception de la menace et diffusion du sentiment d’insécurité

9Le quotidien Reforma a réalisé, sous la direction de Rafael Ruiz Harrell, une enquête de « victimologie » en octobre 1997, ayant pour but principal de déterminer l’écart existant entre les taux de plaintes déposées pour des actes de délinquance et le nombre réel d’actes de délinquance dans le District fédéral. En effet, les données « dures » disponibles auprès du PGJDF comme de l’INEGI ne concernent que les délits formellement déclarés aux autorités compétentes par les victimes, et on est en droit de penser que la majorité des petits délits commis « au quotidien » ne sont généralement pas signalés. Dans ce contexte, l’intérêt d’une enquête de victimologie est d’essayer, à partir d’une étude sur un échantillon de la population de la ville, de déterminer l’importance de la délinquance réelle.

  • 3 414 de sexe féminin (soit 52,7 %) et 372 de sexe masculin (soit 47,3 %).
  • 4 Rafael Ruiz Harrell, 1998, Criminalidad y mal gobierno, Mexico, Sansores y Aljures Editores.

10C’est ainsi que 786 habitants3 du District fédéral âgés de plus de 18 ans ont été interrogés à leur domicile dans le cadre d’une enquête de ce type réalisée pour le compte du quotidien Reforma. Les résultats de cette étude publiés dans l’ouvrage Criminalidad y mal gobierno de Rafael Ruiz Harrell4, étayent l’analyse de ce dernier.

11Malheureusement, on y déplore de nombreuses failles. Tout d’abord, il n’est pas précisé l’origine géographique et sociale des personnes interrogées, ce qui nous oblige à nous interroger sur la représentativité de l’échantillon choisi. Malgré tout, elle a été réalisée sur un nombre suffisamment important d’individus pour mériter d’être prise en considération et nous apporter des indications, à défaut de certitudes.

  • 5 Au moins jusqu’à l’arrivée au pouvoir du PAN.

12À ces habitants, il a été demandé si au cours des douze derniers mois ils avaient été la victime directe d’un délit d’une part et d’autre part si un membre de leur famille l’avait été. Dans le deuxième cas, une nouvelle faille apparaît. Le procédé est en effet contestable quand on sait qu’au Mexique la notion de famille est floue et vaste à la fois : ses limites peuvent être très variables (de la famille nucléaire à la famille élargie, on passe souvent de cinq personnes concernées à cinquante), et il aurait été souhaitable de définir une limite à celle-ci car, « en cherchant bien », on trouvera toujours quelqu’un – la cousine de la nièce du beau-frère du cousin de… – qui a été victime d’un acte de délinquance. En réalité, la seule information que nous apporte une telle question ne vient pas des réponses mais de sa formulation, en ce sens qu’elle trahi une volonté manifeste de Ruiz Harrell5 de grossir au maximum les chiffres de la délinquance pour étayer un discours qui, nous le verrons, se caractérise par son alarmisme. La rigueur nous impose donc de prendre uniquement en compte les réponses de cette enquête qui correspondent aux questions concernant les victimes elles-mêmes.

13Celles-ci nous indiquent que la proportion considérable de 42,24 % des personnes interrogées ont déclaré avoir été victime d’au moins un délit au cours de l’année écoulée.

14Ce chiffre ahurissant, qui signifierait que près de la moitié de la population adulte du District fédéral est victime d’actes de délinquance chaque année, semble en dehors de toute réalité. D’une part parce que cela signifierait que seul 7 % des délits seraient enregistrés par les autorités, d’autre part parce que d’autres sources donnent des ordres de grandeur tout à fait différents. Par exemple, une enquête réalisée par nos propres moyens dans une zone populaire de la délégation Magdalena Contreras (précisément le Cerro del Judío) à la fin de l’année 2000 montrait que sur 78 personnes interrogées autour de la délinquance, aucune ne mentionnait avoir été victime directe de celle-ci. Il y a donc de quoi se demander si Ruiz Harrell n’a pas choisi (c’est le cas de le dire) son échantillon à la sortie du bureau des plaintes d’un poste de police ou d’un tribunal pour obtenir des chiffres aussi éloquents…

  • 6 Rafael Ruiz Harrell, op.cit.

15Par ailleurs, l’enquête nous dit que si les victimes restent le plus souvent masculines (47,04 % des hommes interrogés ont déclaré avoir souffert d’un délit), la proportion de femmes victimes d’actes de délinquance est considérable (37,92 %). Ruiz Harrell, partant du fait que dans les autres grandes métropoles du monde occidental les femmes souffriraient en moyenne de 4 à 5 fois moins d’actes de délinquance que les hommes, conclut que l’on se retrouve dans une situation où « le crime se produit au hasard et est en dehors de tout contrôle6 », dans la mesure où les délinquants « attaqueraient » indistinctement hommes et femmes, passant outre les « sentiments moraux élémentaires ».

Géographie de la délinquance

16Pourtant, une analyse spatiale de la délinquance montre que celle-ci ne se produit pas tant que cela « au hasard ». La carte 1 montre ainsi une logique centre-périphérie évidente dans la distribution des actes de délinquance.

Carte N° 1 : Taux moyen d’actes délinquants dénoncés en 1998 dans les principales entités de l’Amcm

Carte N° 1 : Taux moyen d’actes délinquants dénoncés en 1998 dans les principales entités de l’Amcm
  • 7 Jérôme Monnet, 1993, La Ville et son double, la parabole de Mexico, Paris, Nathan.

17Les délégations du centre de l’agglomération (Venustiano Carranza, Cuauhtémoc, Hidalgo, Benito Juárez) sont celles où se concentrent le plus grand nombre de délits, viennent ensuite trois délégations de la première couronne (Coyoacán, Iztacalco, Gustavo A. Madero), puis au fur et à mesure que l’on s’éloigne du centre, les taux moyens de délinquance baissent considérablement. Ainsi, la délégation d’Iztapalapa ou le municipe de Nezahualcoyotl, municipe conurbain de l’État de Mexico, qui sont pourtant des entités généralement considérées comme particulièrement dangereuses, n’enregistrent que des taux moyens de délinquance intermédiaires (autour de 20 ‰), alors que d’une manière générale les municipes conurbains de l’État de Mexico présentent des taux dans l’ensemble faibles. Ces chiffres contredisent donc l’image répandue selon laquelle l’insécurité régnerait tout spécialement dans les périphéries populaires de l’agglomération, et notamment celles de l’État de Mexico. Jérôme Monnet7 a déjà montré combien la presse avait tendance à associer les phénomènes d’insécurité à l’État de Mexico. En comparant à travers une large revue de presse la proportion d’article consacrés à l’insécurité dans la presse de la capitale suivant l’espace considéré, il avait en effet noté que 14,3 % des titres concernant l’État de Mexico, contre 2 % seulement des titres concernant le centre historique, évoquait l’insécurité alors que seuls 2 % de ceux concernant le centre historique l’avaient pour thème. La carte 1 montre ici le décalage entre ces perceptions et représentations erronées de la géographie de la délinquance à Mexico véhiculés par la presse et la réalité des chiffres de la PGJDF.

18Quoi qu’il en soit, pour en revenir à la question de la prétendue nature aléatoire de la délinquance, la carte 1 montre clairement qu’il existe bien une logique spatiale dans la distribution de la délinquance. Les délégations les plus favorisées (Miguel Hidalgo, Cuauhtémoc, Benito Juárez et Coyoacán sont les délégations ayant les meilleurs indicateurs socio-économiques) et d’une manière générale les entités centrales sont en effet les plus touchées. La géographie de la délinquance nous indique donc qu’il est faux d’avancer que le crime se produit complètement « au hasard et en dehors de tout contrôle ».

19Cependant la cartographie de la délinquance diffère nettement suivant le type d’actes considérés, et la logique centre-périphérie ne s’applique pas à l’ensemble de ceux-ci.

20En effet, si pour les vols (Carte 2) on retrouve une logique centre-périphérie plus marquée encore que dans la carte 1, dans le cas des homicides (Carte 3), ce sont plutôt les délégations et municipes conurbains périphériques qui enregistrent les taux les plus élevés alors que les entités centrales sont relativement épargnées.

21Il s’agit donc ici de deux logiques spatiales complètement différentes, voire opposées, ce qui nous laisse envisager l’existence d’une démarcation assez nette entre la petite délinquance certes généralisée mais peu ou pas violente (Carte 2) et la grande délinquance, certes violente mais limitée dans l’espace et en nombre (Carte 3). Cette démarcation, qui laisse penser que les homicides ne sont pas très liés au reste de la délinquance et donc que les auteurs (comme les victimes) de petits délits ne sont pas forcément les mêmes que ceux concernés par les crimes violents et les meurtres est totalement oublitérée par Ruiz Harrell et le discours dominant. Ils font l’amalgame entre tous les types de délinquance sans aucun discernement.

Carte N° 2 : Taux moyen de vols dénoncés en 1998 dans les principales entités de l’Amcm

Carte N° 2 : Taux moyen de vols dénoncés en 1998 dans les principales entités de l’Amcm

Carte N° 3 : Taux d’homicide dans les principales entités de l’Amcm

Carte N° 3 : Taux d’homicide dans les principales entités de l’Amcm

22Pourtant, les chiffres montrent bien que les nombreux délinquants sévissant dans le centre ne sont pas, dans leur immense majorité, les « tueurs » que Ruiz Harell voudrait nous dépeindre. Les vols ont lieux là où il y a de la richesse, alors que les homicides ont lieu partout, particulièrement dans les délégations populaires (à l’exception notable de celle d’Hidalgo), ce qui donne à penser que les homicides sont plus à mettre en relation avec des logiques de « règlements de compte » personnels (vengeances, drames passionnels) ou entre bandits (dans le cadre de systèmes plus ou moins « mafieux »), alors que les victimes de vols sont plus anonymes. En un mot, on tue plutôt des gens que l’on connaît, alors que l’on vole avant tout ceux que l’on ne connaît pas.

  • 8 Il y a eu 4 228 hommes assassinés pour 1 133 femmes assassinées en 1997.

23Par ailleurs, la conclusion hâtive de Ruiz Harrell qui revient à présenter le délinquant comme un individu incontrôlable n’obéissant à aucune règle peut être contestée par le fait que la majorité des actes de délinquance ne sont pas des « attaques », mais plutôt de petits délits commis discrètement et habilement (les pickpockets qui opèrent dans les allées des marchés ou dans les rames et couloirs du métro sont souvent très professionnels, voire de véritables experts…) ou lâchement (vol à la tire). La carte 2 montre ainsi que les vols ont très majoritairement lieu dans les lieux d’intense circulation comme les délégations du centre : le métro, les grands marchés et rues commerçantes où des foules anonymes transitent sont propices aux délits mineurs discrets. Et il est raisonnable de penser que les femmes sont les principales victimes de ce type de petites exactions souvent pénibles et condamnables, mais qui ne sauraient être qualifiées pour autant d’« attaques sauvages ». Les véritables attaques et agressions violentes ne représentent quant à elles qu’une faible part du total des délits et semblent concerner principalement les hommes. C’est du moins ce que laissent penser les chiffres de l’INEGI concernant les morts violentes dont homicides puisque ceux-ci touchent presque quatre fois plus d’hommes que de femmes8.

24La géographie de la délinquance à Mexico nous montre donc que l’interprétation de Ruiz Harrell mérite d’être considérée avec beaucoup de circonspection. Implicitement, elle entre dans une logique de justification de la généralisation de la répression (fût-elle aveugle), notamment à l’encontre des jeunes des quartiers populaires. En affirmant que les délinquants sont dénués de « sentiments moraux élémentaires », qu’ils attaquent n’importe qui, n’importe où et n’importe comment, on ne fait que leur nier toute forme d’humanité pour ensuite en conclure qu’ils ne sont pas « récupérables » par la société et qu’ils ne méritent aucune clémence. Le refrain est bien connu, mais avec toutes les erreurs recensées dans la partition, on comprend pourquoi la mélodie sonne si faux aux oreilles averties.

25Pourtant ce type de discours reste très répandu dans la presse écrite et audiovisuelle mexicaine, notamment celle qui, à l’image du quotidien Reforma, est proche du Parti action nationale (PAN). L’exemple de cette enquête, aux procédés et aux résultats douteux nous donne finalement plus une indication sur les discours dominants sensationnalistes et catastrophistes que sur l’état réel et l’ampleur de la délinquance. On peut penser que cet alarmisme auquel contribue plus encore la télévision grâce à la force des images favorise la diffusion du sentiment d’insécurité au moins tout autant que la réalité des actes de délinquance. Chaque jour pratiquement, une attaque à main armée ou une agression violente est diffusée en long et en large par les grands médias, mais combien de voix s’élèvent pour signaler l’absence totale de représentativité de ces événements dans une agglomération vingt fois millionnaire en population ? En contrepartie, combien de reportages sur le quotidien paisible de la majorité des quartiers populaires ? Sans doute de tels reportages ne seraient pas de nature à doper l’audimat ou à faire vendre les journaux.

Croissance économique et délinquance

26Pour essayer d’expliquer l’augmentation de la délinquance, Ruiz Harrell établit une comparaison entre la croissance de celle-ci et la croissance économique. Son objectif est de montrer qu’une croissance macroéconomique forte entraîne mécaniquement une baisse de la délinquance. Pour étayer cette thèse, il nous propose le graphique suivant.

Graphique 2 : Croissance économique et délinquance : les courbes de Rafael Ruiz Harrel

Graphique 2 : Croissance économique et délinquance : les courbes de Rafael Ruiz Harrel
  • 9 Exemple simple : en passant de 1 à 2 on est en présence d’une augmentation de 100 %, puis en passa (...)
  • 10 (Valeur d’arrivée – valeur de départ)/valeur de départ

27Ce graphique est censé montrer une symétrie entre les deux courbes : lorsque le PIB augmente, la délinquance baisserait, et vice versa. Malheureusement, le procédé est une fois encore plus que douteux. Tout simplement parce qu’un tel graphique pose de grave problèmes méthodologiques, ce qui explique d’ailleurs, comme souvent dans ces cas-là, qu’il soit si peu intelligible. En effet, prendre pour élément de comparaison la hausse et la baisse des taux de croissance n’a aucun sens9, en raison de leur mode de calcul10 et constitue une erreur élémentaire qui biaise forcément l’analyse ultérieure de Ruiz Harrell. Pour pouvoir étudier le lien entre l’évolution du PIB et celle de la délinquance, il aurait fallu réaliser un tout autre type de courbe, en partant d’indices rendant la comparaison possible.

28C’est ce que nous proposons de faire ici, afin d’y voir plus clair. Ci-dessous les courbes comparées du PIB et de la délinquance sur la période 1970-1997 (indice 100 en 1970). Nous y avons ajouté celle de la population car ces croissances, calculées à partir de données brutes, doivent toujours être rapportées à la croissance de la population.

Graphique 3 : Évolutions comparées du Pib et de la délinquance dans le District fédéral (1970-1998)

Graphique 3 : Évolutions comparées du Pib et de la délinquance dans le District fédéral (1970-1998)

29Les évolutions apparaissent ici beaucoup plus clairement, et il est maintenant possible d’établir des comparaisons entre les courbes. En observant bien, on peut distinguer quatre grandes phases dans la période étudiée. Appelons-les simplement A, B, C, et D.

Graphique 4 : Phases de l’évolution Pib/délinquance dans le District fédéral (1970-1998)

Graphique 4 : Phases de l’évolution Pib/délinquance dans le District fédéral (1970-1998)
  • 11 On remarquera qu’il nous a semblé plus pertinent d’indiquer à titre indicatif la croissance de la (...)

30La phase A correspond aux années 1970 et se caractérise par une corrélation négative entre croissance économique et augmentation de la délinquance. En effet, au cours de cette période, le PIB du District fédéral augmente beaucoup plus rapidement que sa population, et même que la population de l’ensemble de la vallée11, alors que la délinquance augmente moins rapidement que celle-ci. Autrement dit, alors que le taux de croissance économique augmente nettement par rapport à celui de la population, la délinquance baisse relativement à l’augmentation de l’effectif de la population de la vallée. La phase A correspond à une période, les années 1970, où la croissance économique bénéficie à de larges couches de la population mexicaine, ce qui est sans doute un facteur explicatif important du déclin relatif de la délinquance à ce moment-là.

31La phase B se caractérise, elle aussi, par cette corrélation négative, mais dans une conjoncture économique cette fois-ci beaucoup moins stable et monotone. Le pic de croissance de la fin des années 1970 et du début des années 1980 se traduit ainsi par une nette chute de la délinquance – non seulement par rapport à la population mais même en valeur absolue –, alors que la crise de 1982 et la dépression qui s’ensuit entraîne une remontée de la délinquance. Les phases A et B correspondent donc à des configurations allant dans le sens de l’hypothèse de Ruiz Harrell selon laquelle une croissance économique soutenue suffirait à résoudre le problème de la délinquance.

32Cependant les phases C et D viennent contredire cette hypothèse. La représentation peu rigoureuse et inappropriée, pour ne pas dire fausse, que fait Ruiz Harrrell de l’évolution comparée de la croissance du PIB et de celle de la délinquance ne permet pas de saisir ce que l’on voit nettement apparaître ici avec la représentation par indice que l’on a élaborée. À savoir qu’à partir de la fin des années 1980 la croissance macroéconomique ne permet plus d’enrayer la montée de la délinquance. La phase C correspond à une période où la croissance du PIB est soutenue et celle de la délinquance tout autant. Pour la première fois, cette dernière devient d’ailleurs plus rapide que celle de la population. Quand à la phase D, elle est marquée par une véritable explosion de la délinquance dans un contexte macroéconomique et démographique pourtant relativement favorable, malgré la crise de 1994.

33Il est donc hâtif et très simplificateur de penser qu’il existerait une formule du genre : « Plus de croissance économique ➞ Moins de délinquance ».

34En effet, si dans le contexte actuel, la croissance économique est sans doute une condition nécessaire au recul de la délinquance à Mexico, elle n’est pas suffisante, comme le montre l’évolution des courbes durant les phases C et D, et l’on regrettera que Ruiz Harrell n’intègre pas dans son analyse d’autres paramètres – tels la répartition de la croissance entre les différentes couches de la population ou la proportion de jeunes dans la pyramide des âges. Sa représentation erronée le conduit ainsi sans surprise à des conclusions erronées, ou pour le moins incomplètes.

  • 12 INEGI, Encuesta nacional de ingreso gasto en los hogares, 1998, Mexico.
  • 13 INEGI, Encuesta nacional de ingreso gasto de los hogares, 1994, Mexico.
  • 14 Entretien publié dans le journal La Jornada du 21 août 2000.

35Car au cours des années 1980 et 1990, période correspondant précisément aux phases C et D, les écarts de richesse se sont amplifiés au sein de la société mexicaine et de la capitale. Les réformes libérales et le démantèlement de l’appareil d’État menés notamment par les gouvernements de MM. Salinas et Zedillo ont accentué les inégalités sociales, malgré la croissance économique. L’enquête nationale sur les revenus et dépenses des foyers mexicains de 199812 montre ainsi que le revenu mensuel moyen disponible dans les 10 % des foyers les plus pauvres était en 1998 de 28 % inférieur à celui de 1994, date de la précédente enquête de ce type réalisée par l’INEGI13. Au cours de la même période, la part de Mexicains vivant en dessous du seuil de pauvreté est passée de 69 % à 76 % de l’ensemble de la population. Pour Julio Boltvinik Kalinka, chercheur au Colegio de México et spécialiste des problèmes de pauvreté et de distribution des revenus, croissance économique ne rime ainsi pas toujours avec réduction de la pauvreté14 :

Schéma 1 : « Phases de l’évolution Pib/délinquance

Schéma 1 : « Phases de l’évolution Pib/délinquance
  • 15 «Cuando el modelo económico seguido hasta ahora en México logra generar crecimiento, lo hace acomp (...)

36« Quand le modèle économique suivi jusqu’à maintenant au Mexique arrive à générer de la croissance, cela s’accompagne d’une croissante concentration des revenus et d’une accentuation de la pauvreté dans les strates les plus pauvres15

37À la lumière de ce propos et des chiffres précédents, l’analyse des courbes correctement représentées par indice nous incite à penser que le problème de la délinquance au Mexique et dans sa capitale est au moins autant social que lié à la croissance économique, et que la relance de celle-ci ne garantit en rien la baisse du nombre des pauvres, et donc des délinquants potentiels. Mais Ruiz Harrell, et le quotidien Reforma dans lequel il dispose d’une tribune hebdomadaire, se gardent bien d’intégrer cet élément à leur analyse. On peut y voir la conséquence de leur proximité politique avec le PAN dont le programme de réformes économiques et les résultats ne diffèrent guère de ceux menés sous les dernières législatures du PRI. Le vrai point d’inflexion, le « changement » pour utiliser une terminologie utilisée inlassablement par le nouveau président Vicente Fox durant sa campagne (dont les mauvaises langues disent qu’elle ne s’est pas encore achevée), semble en réalité avoir eu lieu dans les années 1980, plutôt qu’avec l’alternance politique formelle de la fin de siècle.

  • 16 INEGI, 2001, XII Censo General de Población y vivienda 2000, Mexico.

38Toutefois, il ne faut pas tomber dans le travers inverse qui consisterait à associer exclusivement l’augmentation de la délinquance à celle des inégalités sociales et de la pauvreté. En effet, un paramètre n’apparaissant pas dans les courbes mais non négligeable pour autant est celui de la structure par âge de la population. La population de Mexico est aujourd’hui jeune, et ce sont les classes d’âges 10-20 ans et 20-30 ans qui sont les plus nombreuses (elles représentent 37,35 % de la population totale du D. F. en 200016). Or ce sont ces classes d’âges qui fournissent le plus de délinquants, en particulier de petits délinquants. Par conséquent, la hausse récente de la délinquance ne saurait être dissociée aussi d’un effet démographique structurel. La surpopulation dans les écoles, le manque de moyens du système éducatif et la mauvaise prise en charge des enfants par l’appareil scolaire qui en découle sont peut-être les facteurs explicatifs les plus importants de l’explosion de la délinquance à Mexico au cours de la dernière décennie.

39Toutes ces remarques nous invitent à penser que l’on est plutôt en présence d’équations du type :

40« Croissance économique + répartition équitable (augmentation du niveau de vie des couches les plus vulnérables) = moins de délinquance »
et
« Augmentation des inégalités sociales + augmentation de la proportion de jeunes dans la population = plus de délinquance »

41Par conséquent, une éventuelle diminution de la délinquance passerait par une diminution des inégalités sociales d’une part, et une meilleure prise en charge de la jeunesse urbaine d’autre part.

42Le rôle joué par la jeunesse urbaine des quartiers populaires dans l’augmentation du sentiment d’insécurité nous amène précisément à aborder la question de la délinquance sous son autre aspect. De la délinquance, on connaît en effet généralement les victimes, mais plus rarement les auteurs. Il est nécessaire, de fait, pour les comprendre de s’intéresser aux auteurs des actes de délinquance, et d’une manière plus générale à ceux qui leur sont associés. Or l’essor du phénomène des chavos bandas est communément associé à la montée de la délinquance et du sentiment d’insécurité à Mexico.

Essor du phénomène banda

  • 17 Un chercheur est généralement bien plus familier du monde estudiantin que de celui des quartiers p (...)

43Au Mexique, en particulier à Mexico, comme partout dans le monde occidental, les études sur la jeunesse se sont concentrées à partir des années 1980, et plus encore dans les années 1990, sur ces phénomènes de bandes juvéniles. Jusque là les études sur les mouvements juvéniles urbains avaient eu pour objets les groupes issus principalement des couches moyennes et aisées à la tête de mouvements étudiants hautement politisés. Il n’existait alors aucun amalgame entre jeunesse et délinquance. Le développement massif des bandas dans les périphéries de Mexico et le phénomène des cholos dans les villes frontières du Nord comme Tijuana ont éveillé l’intérêt de la recherche urbaine mexicaine pour ces questions, mais l’approche est en général différente de celle qui prévaut dans le cas par exemple d’études sur la jeunesse estudiantine : pour des raisons évidentes17, le regard ne vient plus depuis l’intérieur mais depuis l’extérieur – une subjectivité (disqualifiante) en remplaçant une autre (sympathisante). C’est pourquoi ces mouvements ont vite été étiquetés par les commentateurs : on les associe à la marginalité, à la désintégration familiale, une sorte de contre-culture néfaste qu’il faudrait combattre. Pourtant les politiques policières répressives contre ces mouvements jugés violents – au moins potentiellement – n’ont pas empêché leur essor. Dans ce contexte, il convient de s’interroger sur la pertinence du terme « marginaux » pour les qualifier puisqu’ils concernent, de près ou de loin, des dizaines de milliers d’individus.

  • 18 Maritza Urteaga Castro-Pozo, « Identidad y jóvenes urbanos », dans Amparo Sevilla, Miguel Ángel Ag (...)
  • 19 Voir bibliographie.
  • 20 Jorge Garcia Robles, 1985, ¿Que transa con las bandas?, Mexico, la. Ed.

44Les travaux de Maritza Urteaga18, du groupe d’anthropologie urbaine de la UAM-Iztapalapa, et des différents chercheurs19 qui se sont intéressés à la question des bandas à partir des années 1980 marquent un changement : on privilégie une approche plus objective du phénomène. Ils mettent en lumière un certain nombre des caractéristiques de celui-ci. Premièrement, l’origine sociale des chavos bandas comme les quartiers où ils sont le plus nombreux montrent la nature prolétaire et populaire de ces mouvements. Par ailleurs, si les rassemblements juvéniles existaient depuis les années 1940 dans les quartiers populaires avec d’autres noms (gavillas, palomillas, pandillas), les chercheurs mettent directement en relation l’essor des mouvements actuels avec la crise structurelle de la société industrielle. Le chômage, le sous-emploi, la désinsertion scolaire qui touchent les milieux populaires et notamment les anciennes zones ouvrières seraient étroitement liés au phénomène banda. Ainsi, alors qu’avant on associait les mouvements de jeunesse pandillera à l’industrialisation, à la modernisation et à l’urbanisation, les chavos bandas sont, eux, généralement associés à la déstructuration industrielle, au chômage et à la croissance explosive des villes. Enfin, les études sur la question soulignent, en opposition avec les discours comme celui de García Robles20 qui expliquaient jusqu’alors leur irruption par la désintégration familiale dans les « cultures de la pauvreté », l’importance du quartier et des liens primaires d’affection dans la constitution des bandes. On peut d’ailleurs penser que la forte inclusion à l’intérieur de la banda vient compenser l’exclusion à l’échelle de la société, en se nourrissant de celle-ci tout en contribuant à l’accentuer.

45Quoi qu’il en soit, ces analyses rejoignent celles qui sont généralement faites sur la question des « banlieues » en France par exemple. Toutefois, on remarquera que l’importance des phénomènes est indépendante ici de mouvements ethniques ou para-religieux à la différence des situations rencontrées aux États-Unis ou en Europe de l’Ouest ; cela semble montrer que ces mouvements sont avant tout sociaux : les questions ethniques peuvent venir se superposer dans des sociétés où l’on trouve de fortes proportions de populations immigrées ou de minorités « raciales » dans les quartiers populaires, mais l’existence de phénomènes type banda dans une société comme la mexicaine où la population étrangère est presque nulle (et où les minorités les plus marginales comme les indigènes ne participent pas au phénomène) montre que l’essence du phénomène des bandas semble bien être avant tout sociale et économique.

46De fait, les caractéristiques de ces groupes sont assez similaires à celles d’autres sociétés : vêtements, musique, langage codé propre, graffitis, bagarres, usage de drogues légales ou illégales, etc., ne différencient guère les chavos bandas mexicains de ceux du reste du monde.

47Les bandas, entre microgroupes sociopolitiques et associations de délinquants

  • 21 Zermeño, Sergio, 1988, Nuevos planteamientos en la relación juventud popular-juventud estudiantil. (...)

48Face au développement de ce type de mouvements, il existe deux sortes d’approche et d’analyse, allant au-delà du clivage traditionnel gauche-droite. Francisco Gomez Jara est de ceux qui considèrent les bandas comme des organisations autonomes de jeunes de nature sociopolitiques. Il les assimile à des groupes qui résistent à partir de leur quartier à des impositions venues de l’État et de la société civile qu’ils jugent injustes ou contraires à leurs intérêts. De ce point de vue, malgré l’absence de programme politique et de volonté ou de perspective d’exercer un pouvoir à une échelle dépassant celle du quartier, il s’agit bien sous certains aspects de groupements de nature sociopolitique. Une autre approche, telle celle de Sergio Zermeño21, érige pour seules caractéristiques des bandas la violence, le vol, la drogue, l’insalubrité, en un mot l’individualisme propre au délinquant.

  • 22 On entend par mouvements révolutionnaires ceux qui rejettent en bloc le fonctionnement de la socié (...)

49En réalité, il nous semble que le propre du mouvement banda et la lecture qu’on peut en faire sur le plan sociopolitique metent en lumière ces deux aspects : politique et délinquance. L’un n’empêche d’ailleurs pas l’autre : les Forces Armées Révolutionnaires Colombiennes (FARC), l’Armée Populaire Révolutionnaire (EPR) dans l’État de Guerrero au Mexique et même les différents groupes armés en Afghanistan ont eu ou ont toujours des activités politiques qui ne les empêchent pas, au contraire, d’avoir par exemple des liens avec et de tirer profit du narcotrafic. Vouloir opposer groupe de nature sociopolitique et groupe de nature délinquante comme le fait Maritza Urteaga à travers les propos respectifs de Gomezraja et de Zermeño n’a donc pas forcément toujours un sens. Et même si ce phénomène d’imbrication entre le sociopolitique et la délinquance semble prendre un essor particulier dans un monde actuel caractérisé par sa fragmentation, il n’est pas inutile de rappeler que de tout temps les mouvements révolutionnaires22, à leur état embryonnaire, ont eu des liens avec certains réseaux délinquants. On pense par exemple, pour ne remonter qu’un siècle en arrière, au jeune Joseph Djugachvili (qui deviendra Staline), organisant des attaques à main armée de convoi dans sa Géorgie natale, ou encore au « héros » révolutionnaire mexicain Francisco Villa.

50Nul doute donc qu’il est possible de voir cohabiter ces deux aspects différents (sociopolitique et délinquant) à l’intérieur d’un même groupe, et notamment, à l’échelle urbaine, d’une même banda. Mais résumer à une forme d’« individualisme anomique « comme le fait Zermeño le phénomène des bandas semblera bien réducteur à tous ceux qui ont l’habitude de vivre dans les quartiers populaires. Premièrement parce que les bandas ne sont pas des rassemblements de criminels se réunissant ponctuellement par pur intérêt comme le feraient par exemple des politiques ou des entrepreneurs dans le cadre d’alliances temporelles pour atteindre un objectif commun, elles constituent souvent des ensembles où existent de véritables amitiés bilatérales ou multilatérales profondément enracinées. Les liens sont forts entre les individus de la banda, et dépassent des intérêts ponctuels et éphémères. Le rite du tatouage, voué à laisser une marque d’appartenance indélébile, illustre l’importance donnée à la notion de fidélité chez les bandas. Ceci dit, tous les individus à l’intérieur de la banda n’ont pas forcément des liens très forts entre eux. Cela étant, par effet de réseau, la cohésion et la solidarité sont importantes à l’intérieur de la banda. C’est ce qui explique les relations conflictuelles que les chavos bandas entretiennent par exemple avec la jeunesse estudiantine et que constate Zermeño. La volatilité, le caractère parfois éphémère ou superficiel des relations pouvant exister dans le monde estudiantin apparaît aux jeunes chavos bandas comme de l’hypocrisie, des relations de pur intérêt comme une manifestation de l’individualisme et de l’absence de respect de valeurs fondamentales de solidarité vis-à-vis de ses semblables que des sociologues comme Zermeño, ayant une échelle de valeur et une grille d’analyse distinctes, leur reprochent à eux.

51Deuxièmement, la banda ne peut être assimilé à un groupement de délinquants caractérisés par un « individualisme anomique » en raison du fait que ses limites ne sont généralement pas clairement définies. Il existe certes quelques groupuscules s’apparentant, eux, effectivement plus à des organisations criminelles mais ils sont totalement marginalisés à l’intérieur même de leur environnement socio-spatial direct. Ils sont pratiquement totalement exclus du « système » et hermétiques vis-à-vis des éléments extérieurs à la banda. Ils ont des codes vestimentaires ou linguistiques très précis qui leur permet de s’identifier entre eux. Mais ils sont très peu nombreux à Mexico. Quand on parle de chavos bandas, on désigne généralement une population beaucoup plus vaste que celle des gangs, d’où une certaine confusion. Faire l’amalgame entre chavos bandas et jeunes des quartiers conduit à augmenter démesurément l’importance des premiers. Tout dépend donc de la population que l’on définit par chavos bandas. Si ceux-ci sont les jeunes aux faibles revenus qui « traînent » dans le quartier, parlent le langage de la rue, s’habillent en tenue décontractée (« jean-basket », ou survêtement), se retrouvent pour bavarder, consomment régulièrement ou occasionnellement drogues légales et illégales (alcool, marihuana, coke, colle), écoutent de la musique « urbaine » (mélange de hip-hop, rock, etc.), alors on peut effectivement affirmer qu’il s’agit d’une composante importante de la jeunesse populaire – surtout masculine – mexicaine. Mais dans ce cas, les caractériser uniquement par la violence, la délinquance et un « individualisme anomique » comme le fait Zermeño est très réducteur.

52Maintenant si l’on définit les chavos bandas comme les jeunes équivalents aux membres des gangs nord-américains, on peut effectivement affirmer qu’ils se construisent une identité et que leur raison d’être est intimement liée à la délinquance, mais on ne peut alors plus les confondre avec l’ensemble de la jeunesse populaire tant leur proportion par rapport à l’ensemble est faible. Et il est impropre de les considérer comme population de référence pour traiter la question des rapports entre la jeunesse estudiantine (elle-même peu importante et très hétérogène) et la jeunesse populaire. En réalité, la majorité des bandas au Mexique sont des groupes dont le « territoire » est assez flou et généralement relativement ouverts et intégrés à leur quartier : leurs membres peuvent avoir des amis (d’enfance, de l’école, du quartier, etc.) qui n’en font pas partie mais qui gravitent dans leur environnement social. Identifier ceux-ci à la banda elle-même reviendrait à adopter une démarche similaire à celle qui consiste par exemple à assimiler l’Islam au fondamentalisme islamiste, et ce dernier au terrorisme aveugle et sanglant. L’existence de liens et le partage de certaines expériences et valeurs entre les jeunes des quartiers populaires avec des intégrants de bandas ne signifie pas pour autant qu’ils cautionnent ou approuvent les éventuelles dérives délinquantes ou violentes de ceux-ci, et encore moins qu’ils y participent. Tous les mouvements sociopolitiques ont leurs branches extrémistes, et faire l’amalgame entre l’ensemble d’un mouvement et ses courants extrêmes – qui sont souvent les plus « visibles » et de ce fait attirent l’attention des éléments extérieurs ayant une faible connaissance de l’environnement social dans lequel ils se développent – ne peut conduire qu’à les disqualifier dans leur ensemble et faire stagner l’étude dont ils sont l’objet.

53Il existe en réalité toute une échelle de graduation dans le mouvement chavo banda, qui va du jeune étudiant consciencieux et sérieux mais aimant la musique urbaine et portant une chemise de footballeur américain et une paire de baskets au grand délinquant capable d’organiser avec quelques alter ego un enlèvement en vue d’une rançon ou de violer une jeune fille à la sortie d’une discothèque. Entre les deux, il y a le jeune étudiant qui parfois adopte un langage excessivement vulgaire ; puis celui qui consomme de temps en temps des substances illicites ; le jeune chômeur qui en consomme plus régulièrement et à qui il arrive aussi de « servir » ses cuates, se transformant subtilement et progressivement en un petit dealer ; celui à qui il arrive de commettre de petits larcins contre des institutions (supermarchés) en prétextant que cela ne leur cause guère de dommages (phénomène que l’on pourrait qualifier d’« invisibilité de la victime », qui rend plus tolérable car moins cruel l’acte de délinquance) ; ou encore celui qui s’en prend directement mais sans violence à des personnes sous le prétexte que ce qu’il leur prend est beaucoup plus important pour lui qui est pauvre que pour elles qui sont riches ; celui qui en fait de même mais qui en vient parfois à la violence, etc. Dans ce contexte, il est parfois difficile de distinguer nettement une frontière claire entre le « bien » et le « mal ». Mais cela n’est pas l’exclusivité du mouvement bandas. Dans d’autres groupes sociaux, les plus aisés, il existe par exemple une échelle de graduation dans le traitement du personnel de maison qui va de la relation inclusive, respectueuse et cordiale avec la muchacha (intégration à la famille) aux abus sexuels sur celle-ci, en passant par l’indifférence, les insultes, le harcèlement, etc., et où la frontière entre ce qui est tolérable et toléré et ce qui ne l’est pas n’est pas toujours facilement délimitable.

54Cette relativisation parfois extrême des valeurs et de la notion de justice est selon nous un élément majeur du phénomène des bandas et plus généralement des tensions ou conflits intra-urbains, de la même manière qu’il l’est dans nombre de conflits intra ou internationaux contemporains. Le rejet affiché de la part de ces groupes de jeunes du « système », de l’État et de la « société civile » (si tant est que cette expression ait un sens autre que l’opposition à une société incivile, voire incivilisée, aux contours peu clairs) engendre naturellement un rejet de ses normes juridiques. Dans son quartier populaire, un jeune pourra rentrer sans le lui demander dans la maison de son meilleur ami et y « squatter » (et donc violer la propriété privée), mais ne pourra pas tutoyer le grand-père de son cuate ou faire des avances à la sœur de son voisin (ce que la loi permet pourtant). De la même manière, dans des cas plus extrêmes, il sera toléré par les autres (du moins fermeront-ils les yeux) de voler la montre en or massif d’un junior qui s’est égaré dans le quartier, mais pas de refuser de prêter son ballon aux enfants qui le demandent pour jouer au football. Ces exemples rendent caduque l’expression de « zones de non-droit » : il s’agit de zones où existe souvent un autre droit dont les habitants sont tout aussi conscients que les habitants de la « société civile » sont conscients du droit officiel.

55Le danger évident de tels phénomènes est que la fragmentation du droit en arrive à un point tel que chaque individu ou groupe d’individus en arrive à avoir son propre droit, ce qui revient finalement à la disparition de celui-ci. C’est sans doute ce qui explique la force des discours tels que celui de Ruiz Harrell. Néanmoins, le danger le plus grand pour la recherche urbaine est de tomber dans les clichés conduisant à regrouper sans discernement les délinquants dans une seule et même catégorie alors que, nous l’avons vu, les limites entre la légalité et l’illégalité, la délinquance et la non délinquance, peuvent parfois apparaître comme floues, notamment dans une société comme la mexicaine.

56L’objet de cet article était précisément de montrer la subtilité des mécanismes en jeu dans le développement des phénomènes de délinquance et d’augmentation du sentiment d’insécurité. Ceux-ci ne peuvent être compris s’ils sont séparés du contexte social, démographique et culturel de cette fin de siècle. Les tendances à l’alarmisme, et les réponses émotionnelles à la délinquance qu’elles provoquent, empêchent souvent une analyse objective des phénomènes en cause et l’identification des racines profondes du problème, au risque de voir celui-ci s’amplifier. Il convient pourtant, plus que jamais, de conserver une approche rationnelle et mesurée sur les questions de délinquance, afin que les travaux sur ce thème puissent inspirer des mesures efficaces et ne deviennent pas un simple vecteur supplémentaire de diffusion d’un sentiment d’insécurité disproportionné. Celui-ci, à travers les comportements hostiles et les politiques répressives parfois aveugles qu’il inspire, semble n’avoir pour effet que de mettre à l’écart des pans entiers de la jeunesse urbaine populaire, pourtant majoritairement non délinquante et non violente, de la société autoproclamée « civile » mais qui n’hésite pourtant pas à se réfugier derrière ses polices pour exorciser ses peurs et affronter les questions sociales et humaines qui se posent aux sociétés urbaines contemporaines.

Fresque murale sur la Planta de asfalto de México. L’image de la femme et de la mère ne se limite plus aux stéréotypes traditionnels, même si les représentations de la colère maternelle face à l’injustice et à la violence font partie du patrimoine artistique mexicain.

Fresque murale sur la Planta de asfalto de México. L’image de la femme et de la mère ne se limite plus aux stéréotypes traditionnels, même si les représentations de la colère maternelle face à l’injustice et à la violence font partie du patrimoine artistique mexicain.

Cliché : Alain Musset.

Haut de page

Bibliographie

Alarcon A., F. Henao et R. Montes Castro, 1986, Las Bandas juveniles en una zona industrial de la ciudad de México, Mexico, ENAH.

Encinas G., J. L., 1994, Bandas juveniles, perspectivas teóricas, Mexico, Trillas.

Feixa, Carles, 1993, La Ciudad en la antropología mexicana, Lleida, Cuadernos del departamento de Geografía e Historia, Universidad de Lleida.

Fuentes, Mario Luis (coord.), 1994, Jóvenes en el fin del milenio, Mexico, Espasa-Calpe.

García Robles, Jorge, 1985, ¿Qué transa con las bandas?, Mexico, la. Ed.

Gomezjara, Francisco, 1987, Las Bandas en los tiempos de crisis, Mexico, Nueva Sociología.

Gomezjara, Francisco, 1987, El Pandillerismo en el estallido urbano, Mexico, Fontamara.

INEGI, 1995, Encuesta nacional de ingreso gasto en los hogares, 1994, Mexico.

INEGI, 1999, Encuesta nacional de ingreso gasto en los hogares, 1998, Mexico.

INEGI, 2001, XII Censo general de población y vivienda 2000, Mexico.

Monnet, Jérôme, 1993, La Ville et son double, la parabole de Mexico, Paris, Nathan.

Nateras, Alfredo, 1994, « El Uso social de drogas : una mirada de-construcionista », Iztapalapa n° 35, p. 113-130.

Ruiz Harrell, Rafael, 1998, Criminalidad y mal gobierno, Mexico, Sansores y Aljures Editores.

Urteaga Castro-Pozo, Maritza, « Identidad y jóvenes urbanos », dans Amparo Sevilla, Miguel Ángel Aguilar (coord.), 1996, Estudios recientes sobre cultura urbana en México, Mexico, Plaza y Valdes editores.

Valenzuela A., 1984, « El cholismo en Tijuana (antecedentes y conceptualización) », Revista de estudios sobre la Juventud, n° 1, janvier-mars 1984, p. 37-68.

Zermeño, Sergio, 1988, Nuevos planteamientos en la relación juventud popular-juventud estudiantil. (Los estudiantes y el pueblo : una relación difícil), II Seminario Latinoamericano de investigadores sobre juventud, Mexico, 16 au 18 mai 1988, p. 42.

Haut de page

Notes

1 Aujourd’hui, le PRI est minoritaire dans chacune des seize délégations du District fédéral.

2 Réalisé à partir des données de la PGJDF.

3 414 de sexe féminin (soit 52,7 %) et 372 de sexe masculin (soit 47,3 %).

4 Rafael Ruiz Harrell, 1998, Criminalidad y mal gobierno, Mexico, Sansores y Aljures Editores.

5 Au moins jusqu’à l’arrivée au pouvoir du PAN.

6 Rafael Ruiz Harrell, op.cit.

7 Jérôme Monnet, 1993, La Ville et son double, la parabole de Mexico, Paris, Nathan.

8 Il y a eu 4 228 hommes assassinés pour 1 133 femmes assassinées en 1997.

9 Exemple simple : en passant de 1 à 2 on est en présence d’une augmentation de 100 %, puis en passant de 2 à 1 on est en présence d’une baisse de 50 %, alors que l’on est revenu à la valeur initiale. Comparer entre eux ces deux chiffres n’a donc aucun sens puisque cela donnerait l’impression que la hausse est deux fois plus grande que la baisse.

10 (Valeur d’arrivée – valeur de départ)/valeur de départ

11 On remarquera qu’il nous a semblé plus pertinent d’indiquer à titre indicatif la croissance de la population de l’ensemble de la Zone Métropolitaine de la Vallée de Mexico (ZMVM) plutôt qu’uniquement celle du District fédéral. En effet, la population du D.F. étaient déjà pratiquement stabilisée sur cette période et on ne peut nier la contribution des populations résidant dans les banlieues de l’État de Mexico à la croissance économique – compte tenu de la concentration des activités « formelles » dans le D.F. – comme aussi peut-être dans une certaine mesure (difficilement quantifiable) à la délinquance.

12 INEGI, Encuesta nacional de ingreso gasto en los hogares, 1998, Mexico.

13 INEGI, Encuesta nacional de ingreso gasto de los hogares, 1994, Mexico.

14 Entretien publié dans le journal La Jornada du 21 août 2000.

15 «Cuando el modelo económico seguido hasta ahora en México logra generar crecimiento, lo hace acompañado de una creciente concentración del ingreso y un incremento de la pobreza entre los estratos mas pobres.»

16 INEGI, 2001, XII Censo General de Población y vivienda 2000, Mexico.

17 Un chercheur est généralement bien plus familier du monde estudiantin que de celui des quartiers populaires, au Mexique sans doute plus encore qu’ailleurs.

18 Maritza Urteaga Castro-Pozo, « Identidad y jóvenes urbanos », dans Amparo Sevilla, Miguel Ángel Aguilar (coord.), 1996, Estudios recientes sobre cultura urbana en México, Mexico, Plaza y Valdes editores.

19 Voir bibliographie.

20 Jorge Garcia Robles, 1985, ¿Que transa con las bandas?, Mexico, la. Ed.

21 Zermeño, Sergio, 1988, Nuevos planteamientos en la relación juventud popular-juventud estudiantil. (Los estudiantes y el pueblo: una relación difícil), II Seminario Latinoamericano de investigadores sobre juventud, Mexico, 16-18 mai 1988, p. 42.

22 On entend par mouvements révolutionnaires ceux qui rejettent en bloc le fonctionnement de la société et entendent (ou « rêvent » de ?) la transformer radicalement.

Haut de page

Note de fin

1 Vols, coups et blessures, fraudes et escroqueries, abus de confiance, homicides, abandon de personnes, attaques sur la voie publique, enlèvements, etc.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Les délits1 enregistrés dans le district fédéral 1970-1999
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6613/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Carte N° 1 : Taux moyen d’actes délinquants dénoncés en 1998 dans les principales entités de l’Amcm
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6613/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Carte N° 2 : Taux moyen de vols dénoncés en 1998 dans les principales entités de l’Amcm
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6613/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Titre Carte N° 3 : Taux d’homicide dans les principales entités de l’Amcm
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6613/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Graphique 2 : Croissance économique et délinquance : les courbes de Rafael Ruiz Harrel
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6613/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 311k
Titre Graphique 3 : Évolutions comparées du Pib et de la délinquance dans le District fédéral (1970-1998)
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6613/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Titre Graphique 4 : Phases de l’évolution Pib/délinquance dans le District fédéral (1970-1998)
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6613/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Schéma 1 : « Phases de l’évolution Pib/délinquance
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6613/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre Fresque murale sur la Planta de asfalto de México. L’image de la femme et de la mère ne se limite plus aux stéréotypes traditionnels, même si les représentations de la colère maternelle face à l’injustice et à la violence font partie du patrimoine artistique mexicain.
Crédits Cliché : Alain Musset.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6613/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 501k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Guerrien, « Délinquance, criminalité et sentiment d’insécurité », Cahiers des Amériques latines, 37 | 2001, 61-84.

Référence électronique

Marc Guerrien, « Délinquance, criminalité et sentiment d’insécurité », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 37 | 2001, mis en ligne le 04 août 2017, consulté le 20 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/cal/6613 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.6613

Haut de page

Auteur

Marc Guerrien

EHESS-GGSEU

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search