Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37ÉtudesCuzco : du « nombril du monde » a...

Études

Cuzco : du « nombril du monde » au cœur touristique du Pérou

Nathalie Raymond
p. 120-139

Résumés

Cuzco, ancienne capitale de l’Empire inca, est devenue en une trentaine d’années le cœur touristique du pays. Dotée d’un double héritage historique et culturel (inca et colonial), point de départ vers Machu Picchu, la ville a affirmé sa vocation touristique sous l’effet combiné de plusieurs facteurs locaux, nationaux et mondiaux : la politique interventionniste des militaires dans les années 1970, l’épopée des charters et leurs effets sur la fréquentation quantitative et qualitative du pays, les conséquences de la violence politique sur la contraction de l’espace touristique péruvien, la capacité des institutions publiques et privées à répondre aux nouvelles modes touristiques, la forte crise de fréquentation du début des années 1990 puis le fort impact de l’arrivée au pouvoir de Fujimori et, enfin, les effets de la politique nationaliste inca d’un maire emblématique. Aujourd’hui, le centre historique est presque exclusivement touristique, ce qui n’est pas sans provoquer quelques tensions.

Haut de page

Texte intégral

Cuzco, ruelle du quartier de San Blas. Ce quartier historique de la ville domine la Plaza de Armas et la cathédrale.

Cuzco, ruelle du quartier de San Blas. Ce quartier historique de la ville domine la Plaza de Armas et la cathédrale.

Cliché : Élodie Salin.

1De capitale de l’Empire inca, la ville de Cuzco est devenue le lieu incontournable du tourisme au Pérou où convergent touristes péruviens et étrangers, à toute période de l’année, pour s’immerger dans les vestiges d’un passé prestigieux. Quelles sont les étapes qui ont fait de Cuzco la capitale touristique du Pérou ? Comment cette « mise en tourisme » s’est-elle déroulée ? Quelles en sont les conséquences sur l’organisation spatiale, sociale et économique de cette ville andine ?

2Perchée à 3 400 m d’altitude, à environ 1 000 km au sud-est de Lima, à quelque 400 km au nord du lac Titicaca, Cuzco est le point central de tous les circuits touristiques classiques à destination du Pérou. Seuls les andinistes venus explorer la Cordillère blanche et éventuellement quelques touristes attirés uniquement par la forêt amazonienne (autour d’Iquitos) peuvent se prévaloir de venir au pays des Incas sans avoir fait escale dans son ancienne capitale. Celle-ci est en effet le point de départ de ce qui constitue le point culminant du séjour péruvien : la visite du site mythique de Machu Picchu, à laquelle s’ajoutent quelques sites importants de la vallée Sacrée tels Ollantaytambo ou Pisac. Les vestiges incas de la région de Cuzco – à commencer par la cité perdue des Incas – constituent l’aspect dominant de l’image touristique du pays et ils sont inclus dans tous les circuits vendus par les agences de voyage au Pérou et à l’étranger. Pour les touristes individuels, qui sont localement appelés « libres », ces sites sont également inscrits au programme puisqu’ils occupent une part essentielle de tous les guides utilisés par ces voyageurs. Quant aux touristes nationaux, ils sont attirés par la région où ils rêvent d’aller au moins une fois dans leur vie, pour renforcer leur identité nationale en connaissant les vestiges d’une étape essentielle de leur histoire (l’Empire inca), en honorant les symboles locaux du catholicisme (à l’occasion du Corpus Christi en juin) ou encore en assistant à des fêtes réputées dans tout le pays (la fête de la Bière, l’Inti Raymi du mois de juin).

  • 1 Certains touristes arrivent à Cuzco en provenance de Bolivie et peuvent éviter Lima s’ils retourne (...)
  • 2 Pour plus de détails sur l’évolution du tourisme au Pérou et dans les pays andins, consulter ma th (...)

3Cuzco constitue ainsi le point de rencontre majeur de visiteurs en provenance de tous les horizons : riches touristes nord-américains, européens ou japonais en voyage organisé de luxe, jeunes routards réalisant un long périple de plusieurs mois à travers tout le continent, jeunes (ou moins jeunes) vacanciers européens ou latino-américains venus « faire » le Pérou pendant leurs congés annuels, liméniens ou arequipéniens profitant d’un long week-end pour connaître le berceau de l’Empire inca. Ils sont environ 350 000 touristes (dont environ 230 000 étrangers) en cette fin des années 1990 à visiter, chaque année, Cuzco. Cette estimation peut sembler faible pour une destination phare, sinon du tourisme international du moins de l’Amérique latine, et elle ne recevrait certainement pas l’aval des autorités péruviennes qui annoncent pour 1999 plus de 940 000 touristes internationaux. La clé expliquant l’écart entre ces deux données réside dans la définition donnée au terme « touriste ». Dans le deuxième cas, il s’agit de la définition adoptée par l’OMT qui, on le sait, est très large puisqu’elle inclut les visiteurs venus pour des motifs allant du loisir (agrément, vacances, santé, études, religion et sports) aux affaires, missions ou réunions en passant par la visite à la famille. Les « vrais touristes », ceux qui sont dans un temps de non-travail, qui ont payé leur voyage et qui viennent avec de vrais motifs d’agrément pouvant associer plusieurs loisirs répondant à un besoin de dépaysement, sont davantage cernés par la première estimation qui repose sur les entrées à Machu Picchu, c’est-à-dire sur une pratique touristique. Sachant à quel point il est peu concevable pour un touriste arrivé à Cuzco de ne pas aller visiter Machu Picchu, on peut transposer cette statistique et affirmer que la cité impériale reçoit entre 350 000 et 400 000 touristes à l’année (en tenant compte d’éventuelles erreurs de comptage). C’est la première ville touristique du pays si on exclut Lima dont l’aéroport international voit débarquer une grande proportion de ces mêmes touristes1 ainsi que ceux qui vont dans la Cordillère blanche (approximativement 15 000 andinistes). Selon une estimation personnelle Cuzco reçoit environ 80 % des touristes internationaux entrés au Pérou. Cette position privilégiée dans la hiérarchie des villes touristiques fait qu’elle reçoit davantage de touristes à l’année qu’elle n’a d’habitants. Avant de nous interroger sur les conséquences de cette fréquentation pour les Cuzquenniens et leur environnement urbain, voyons comment Cuzco est devenue le cœur touristique du Pérou2.

A la base de la mise en tourisme de Cuzco : un passé riche

4Cuzco a été fondée par les Incas, vraisemblablement au début du XIIIe siècle de notre ère. Chef d’une des quatre tribus fondatrices, Ayar Manco s’impose comme le premier Inca, premier des douze ou treize souverains de cette même dynastie. C’est à partir de Qosqo (nom quechua de la ville signifiant le « nombril du monde ») que l’Empire va progressivement s’étendre pour connaître son apogée entre 1450 et 1532 environ. La ville s’organise alors selon un plan en damier et la place centrale est le point de départ des quatre routes qui permettent à la capitale d’être reliée aux quatre régions du Tahuantinsuyu. Des constructions en pierre massive bordent les places de la ville et sont organisées le long de rues étroites.

5À partir du 15 novembre 1533 avec l’entrée de Pizaro à Cuzco, la ville entre dans une deuxième étape : la colonisation. Elle est alors intégrée à la vice-royauté du Pérou dont Lima est la capitale et son économie est liée à l’exploitation des mines de Potosí. Sa prospérité s’accompagne d’un développement urbain qui conserve son plan originel inca. Les édifices coloniaux s’élèvent au-dessus des bâtiments incas, conservant leur soubassement massif de pierre. Les fonctions elles-mêmes se superposent : la place d’Armes espagnole remplace la place centrale inca, de nombreuses églises ou couvents sont construits à l’emplacement même des temples incas, c’est le cas, par exemple, du couvent Santo Domingo construit sur le Qoricancha (dédié au culte du soleil). Les tremblements de terre successifs, en particulier celui de 1950 révéleront ce choix politico-religieux particulier. Au cours des siècles qui séparent le Pérou de l’indépendance, le métissage s’effectue et se matérialise dans la naissance d’un art original mêlant les influences catholiques et incas, espagnoles et andines. Les composantes essentielles de l’offre touristique actuelle de Cuzco sont déjà en place au début du XIXe siècle et les périodes républicaines et contemporaines ne modifient pas fondamentalement la morphologie urbaine de la ville, en particulier de son centre historique. Son accès depuis l’extérieur est amélioré avec la mise en place d’une liaison ferroviaire depuis Arequipa et La Paz en 1907 et d’une liaison aérienne avec Lima au cours des années 1940. Notons aussi que la ville a connu une assez forte croissance de sa population depuis 1960 (elle a quasiment quadruplé), fruit d’un accroissement naturel élevé du fait de la transition démographique et de l’exode rural. Toutefois cette augmentation n’a pas entamé l’héritage historique qui se transforme au contraire en patrimoine touristique par les multiples interventions des pouvoirs publics.

Les années 1970 ou le pari d’un développement par le tourisme

  • 3 Kalfon, Pierre, 1997, Che. Ernesto Guevara, une légende du siècle, Paris, Éd. du Seuil, 625 p.

6Les années 1960-1970 voient les pouvoirs publics péruviens s’intéresser de près au secteur du tourisme, en particulier dans la région andine qui s’étend de Cuzco au lac Titicaca. Il est vrai que dès cette époque il existe un tourisme national et international bien caractérisé. Les étrangers qui visitent le Pérou à cette époque sont de deux grands types : des Nord-Américains fortunés qui se rendent en Amazonie (Iquitos) et à Cuzco et de jeunes routards, essentiellement sud-américains, qui font une sorte de voyage initiatique à travers le continent, certains pour s’initier aux dures réalités sociales et confirmer leurs idéaux révolutionnaires – Ernesto Guevara en est une parfaite illustration, lui qui visite le Pérou en 1952 et émet à cette occasion plusieurs jugements sévères sur l’attitude des « gringos » en voyage3. Parallèlement le développement de l’aviation civile laisse entrevoir des possibilités de forte croissance du secteur touristique à l’échelle mondiale et plusieurs pays formant le nouveau bloc du Tiers Monde voient sans doute là un outil de développement et le moyen de s’affranchir d’une dépendance trop grande vis-à-vis du secteur primaire.

7Ainsi, en 1964, le gouvernement péruvien, alors dirigé par le président libéral-progressiste Belaunde, demande à l’Unesco une étude sur le potentiel touristique du pays ainsi qu’une collaboration technique et économique. Un an plus tard, une étude réalisée par Vrioni pour l’Unesco conclut que la rentabilité des investissements dans le secteur touristique péruvien est assurée et propose comme zone prioritaire dans le plan péruvien de développement touristique la région Machu Picchu – Cuzco – Puno – Desaguadero. En 1966, une autre étude précise le caractère prioritaire de l’axe Coribeni – Quillabamba – Cuzco – Puno – Desaguadero ainsi que la nature du travail à effectuer en termes de restauration et de conservation des monuments. En 1968, une étude faite par Risch pour la BIRF et l’Unesco, dans le but de demander au PNUD une étude sur le développement du tourisme au Pérou, déclare que la zone de Cuzco constitue un « pôle d’attraction touristique sans égal ». Elle demande que se mette en place un organisme de coordination efficace pour réaliser les études nécessaires sur la zone. Le plan Copesco (coopération entre le Pérou et l’Unesco) est né. Les événements vont se précipiter sous le gouvernement militaire.

Le plan Copesco et ses conséquences

8Le 3 octobre 1968 un coup d’État porte au pouvoir une junte militaire dirigée par le général Juan Velasco Alvarado. Le « gouvernement révolutionnaire des forces armées », souvent qualifié de progressiste, qui se met en place mène une politique interventionniste dont les manifestations les plus spectaculaires sont la promulgation de la réforme agraire et les nationalisations d’entreprises américaines. Dès avril 1969 les institutions chargées de mettre en place le plan Copesco sont créées et en 1974, deux contrats de prêts par la BID sont signés, l’un d’un montant de 26,5 millions de dollars, l’autre de 2,8 millions. De son côté, le gouvernement péruvien apportera pour la réalisation de la première étape, l’équivalent d’environ 64 millions de dollars.

9L’objectif du plan, s’il était au départ de mettre en valeur des monuments et autres lieux d’intérêt historique, s’est vite transformé en plan de développement intégral pour la région de Cuzco et Puno à travers une priorité donnée au tourisme. C’est par ce biais que cette région défavorisée de la sierra allait devoir se développer grâce au plan Copesco. Ce dernier, dans sa première étape, prévoyait six types de projets : l’équipement touristique, les transports, la mise en valeur des monuments, l’énergie électrique, les centres éducatifs, la coopération technique. Un certain nombre ont été concrétisés.

10Les réalisations les plus importantes concernent la construction d’infrastructures d’hébergement et les travaux de viabilité des routes formant des circuits touristiques. Ainsi, des auberges de jeunesse sont destinées à accueillir de jeunes touristes de plus en plus nombreux avec l’arrivée des charters ; le centre de vacances d’Urubamba, quant à lui, est plutôt destiné, par sa nature, à accueillir un tourisme de type national et en particulier cuzquennien. En effet, situé dans la vallée de l’Urubamba, à moins de 3 000 m, il offre un lieu de villégiature apprécié des touristes cuzquenniens, qui faute de moyens financiers, ne peuvent aller à Lima, Arequipa ou ailleurs et font d’Urubamba un lieu de vacances privilégié, car proche et facilement accessible. Suivant la même logique et à l’échelle de tout le pays est créée la chaîne « Hotel turista » qui vise à accueillir dans des établissements de bon standing des touristes nationaux et internationaux qui circulent hors des circuits classiques. Chaque département (ou presque) accueille un établissement de ce type. Machu Picchu et la presqu’île Esteves à Puno ont le leur. On le voit à travers ces exemples, le tourisme national est pris en compte, dès les années 1970, par les instances touristiques du pays, signe de l’importance de ce type de tourisme au Pérou…

11L’autre domaine où les réalisations du plan Copesco furent particulièrement importantes sont celles concernant les routes, notamment le « circuit touristique » de Cuzco, aujourd’hui connu sous le nom de « Vallée sacrée » et vendu par toutes les agences : Cuzco – Pisaq (avec un accès aux ruines en bus) – Urubamba – Ollantaytambo – Chincheros. Ce circuit, qui a commencé à se faire avec des taxis loués, avant que les agences ne commencent à s’équiper en bus dans les années 1980, est l’un des piliers du tourisme à Cuzco et plus largement du tourisme au Pérou. Il vient en complément d’une excursion à Machu Picchu et permet donc que les touristes restent un peu plus longtemps à Cuzco. De la même façon, les réalisations effectuées dans la région de Puno mettent en valeur le site de Sillustani en le rendant accessible par la route depuis Puno, ce qui peut compléter une excursion sur le lac Titicaca en même temps qu’elles rendent la Bolivie plus facilement accessible par la route. Cette liaison touristique possible entre les deux pays réunis par le lac (attraction touristique importante des deux côtés de la frontière) est une réalisation importante : le train unit Cuzco à Puno et bientôt, une route en bon état, qui sera aussi une réalisation du plan Copesco.

12Enfin, la restauration de monuments précolombiens ou coloniaux recouvre une importance non négligeable dans une région où le tourisme est essentiellement de type culturel.

13Toutes ces réalisations qui contribuent à rendre « visitables » des sites touristiques (en les restaurant et en les rendant facilement accessibles) et qui permettent ainsi de diversifier l’offre et de faire rester le touriste plus longtemps sont à la base du développement touristique de la région. Elles ont été fondamentales dans l’essor du tourisme à Cuzco, du reste les investisseurs privés ne s’y sont pas trompés…

  • 4 Encuentro « Evaluación de los logros y proyecciones del Plan Copesco 1964-1994 ». Documento Base. (...)

14En effet, à la grande surprise des concepteurs du plan Copesco, la réaction des investisseurs privés a été largement positive et a dépassé les prévisions. Elle s’est traduite par des transformations d’édifices existants en hôtels, mais aussi semble-t-il par l’ouverture de nouveaux restaurants, agences de voyage et boutiques d’artisanat. C’est du moins ce qui est souligné dans un document réalisé à l’issue d’une rencontre qui a eu lieu à Cuzco les 26, 27 et 28 avril 1994, sur le thème « Évaluation des réalisations et projections du plan Copesco 1964-19944 ». On aurait évoqué à Cuzco pour cette période une véritable « hôtelomania ». Cet intérêt soudain pour l’activité touristique à Cuzco n’est, en fait, pas dû uniquement au plan Copesco, il est à replacer dans un contexte politique, économique et social en pleine mutation à la suite de la réforme agraire décidée par le gouvernement militaire.

L’impact de la politique interventionniste du gouvernement militaire

15La loi de réforme agraire de juin 1969 a en effet profondément modifié l’organisation de la production agricole et remis en cause les pouvoirs d’une élite terrienne de latifundistes qui a dû se réorienter vers d’autres activités. Même si les réalisations sont inférieures aux projets, cette réforme agraire apparaît comme une des plus radicales d’Amérique latine avec celles de Cuba et du Mexique : 8,5 millions d’hectares, soit 40 % des terres agricoles et quelque 375 000 propriétaires terriens (le quart du total) ont été touchés par cette réforme. Au début les latifundistes expropriés ont été indemnisés en bons à long terme qui pouvaient être convertis en argent à condition qu’il soit investi dans des projets de développement définis par l’État. Or le plan de développement prévu pour la région de Cuzco est axé sur le tourisme. Ici, les anciens propriétaires terriens indemnisés sous forme de bons ont ainsi pu les utiliser comme garanties pour des prêts visant à réhabiliter des propriétés pour les transformer en hôtels. C’est à la suite de cela qu’est apparu le luxueux hôtel Libertador de Cuzco, par exemple. Il a été réalisé en 1976, dans un monument historique prestigieux, la maison des Quatre Bustes, à l’initiative d’une grande famille péruvienne touchée par la réforme agraire et qui avait projeté, à l’époque, de construire quatre hôtels. Ils se sont finalement limités à celui-là et ont, depuis, participé dans d’autres domaines d’activités. Ils possèdent aujourd’hui plusieurs hôtels. A une échelle moindre, c’est également le cas de l’hôtel El Inti, qui était auparavant la maison d’habitation des propriétaires terriens touchés par la réforme et qui est devenu un hôtel trois étoiles. On pourrait multiplier les exemples.

16Parallèlement, un ensemble d’établissements de taille et de catégorie plus modestes ouvraient également à Cuzco, aux dires de leurs propriétaires, pour accueillir les étrangers de plus en plus nombreux et qui ne recherchaient pas le luxe. C’est le cas de l’hôtel Cahuide (deux étoiles à l’époque) ou de l’hôtel Machu Picchu (une étoile). Le cas le plus fréquent à Cuzco est que ces établissements sont apparus dans des maisons coloniales du centre historique, ce qui se retrouve dans leur architecture actuelle puisque l’on retrouve presque systématiquement le patio avec les chambres disposées autour, ce qui donne des hôtels pas nécessairement très confortables mais souvent splendides.

17La combinaison du plan Copesco et de la réforme agraire a réellement conduit à l’augmentation des capacités d’hébergement à Cuzco pendant la décennie de 1970, comme en témoignent les statistiques suivantes.

Tableau 1 : Évolution de la capacité d’hébergement de Cuzco au cours de la décennie 1970

1973

1974

1975

1976

1977

1978

1979

Établissements

48

60

97

109

115

121

121

Chambres

956

1 314

1 935

2 168

2 374

2 542

2 500

Source : Direction nationale du Tourisme.

  • 5 Brisseau Loaiza, Janine, 1981, Le Cuzco dans sa région, Talence, Centre d’études de géographie tro (...)

18En six ans, la capacité d’hébergement à Cuzco est multipliée par 2,5. Si on prend en compte les données de J. Brisseau Loaiza5, en dix ans, de 1969 à 1979, le nombre d’établissements d’hébergement est presque multiplié par six (de 21 à 121) et celui de chambres quasiment par cinq (de 530 à 2 500). L’« hôtelomania » qu’on évoquait auparavant semble vraiment avoir existé. Au cours de cette décennie, la région de Cuzco voit se multiplier les infrastructures à usage touristique : routes, hôtels dont nous pouvons mesurer la croissance, mais aussi agences de voyages. En 1980, selon les sources officielles, il y aurait eu soixante-sept agences de voyage à Cuzco alors que neuf ans auparavant, il y en avait neuf selon J. Brisseau Loaiza, ce qui traduit là encore un fort engouement pour l’activité touristique qui paraît avoir existé également au niveau des restaurants et boutiques d’artisanat même si nous n’avons pas de données chiffrées.

19Cuzco au cours des années 1970 devient donc la région aux potentialités touristiques les mieux exploitées : les infrastructures se densifient, l’activité s’organise puisque le gouvernement militaire met en place, à l’échelle du pays, une nouvelle législation et de nouvelles institutions telles le Centre de formation en tourisme (CENFOTUR) et le Fonds de promotion touristique (FOPTUR). L’institut national de la Culture est quant à lui fondé en 1971, son antenne cuzquenienne joue depuis lors un rôle de premier plan dans la restauration des monuments et sites archéologiques. Le secteur privé se structure également avec la création à Cuzco, par exemple, en 1979, de l’Association des agences de tourisme de Cuzco (AATC), encore aujourd’hui principale association de ce type dans la région.

20Cette structuration globale du secteur accompagne une forte augmentation de la fréquentation due à l’arrivée des charters.

L’épopée des charters au pays des Incas

  • 6 En 1984, la cour européenne de justice, à l’appel de Nouvelles Frontières, a mis fin à cette inter (...)

21La date qui marque véritablement le début des charters est 1972. De 1972 à 1975, la chaîne charter fonctionnait sur trois mois, de juillet à septembre, puis à partir de 1975-1976, les vols sont devenus plus réguliers. En haute saison, quatre à six vols par mois arrivaient au Pérou contre au moins deux vols par mois en basse saison. Les principaux « charteristes » étaient français et américains. Les charters en provenance d’Europe partaient de Zurich, de Bruxelles, d’Allemagne ou encore de Bâle-Mulhouse, les points de départ les plus fréquents étant la Suisse puisque la législation française a interdit jusqu’en 19846, le départ de charters de France, afin de protéger le marché d’Air France. Ces charters étaient affrétés essentiellement par trois grandes agences françaises : Le Point Mulhouse, Nouvelles Frontières et Uniclam, le Point ayant sa propre compagnie de charters, tandis que Nouvelles Frontières travaillait surtout avec Balair (filiale charter de Swissair), et Uniclam achetait au plus offrant.

22Du côté des États-Unis, plusieurs compagnies de charters assuraient la liaison entre les deux pays, notamment International Week-end, qui partait de Houston le week-end, une fois par semaine en saison basse, deux fois en saison haute (de janvier à mars), avec un DC-10 et trois cent cinquante passagers à son bord.

23Ces charters ont bien sûr pour conséquence de permettre une augmentation de la fréquentation. Ceci s’observe très clairement sur le graphique suivant. Mais ils permettent également de diversifier la clientèle touristique en permettant un afflux plus important d’Européens et en particulier de jeunes moins fortunés. N’oublions pas qu’en ce début des années 1970, les Andes (le Pérou, Lima), l’Himalaya (le Népal, Katmandou) sont des destinations à la mode chez les jeunes, les classes moyennes, les intellectuels. Relativement peu coûteuses, elles répondent à des aspirations variées (les montagnes, des populations à l’écart de la civilisation occidentale contestée, des références spirituelles ou politiques, la présence de drogues plus ou moins fortes utilisables en toute liberté, bref, la promesse d’un espace d’authenticité, de liberté, d’aventures à l’écart de la civilisation occidentale et de sa société de consommation).

Figure 1 : Évolution du nombre d’entrées à Machu Picchu pendant la période des charters

Figure 1 : Évolution du nombre d’entrées à Machu Picchu pendant la période des charters

Source : Instituto nacional de cultura. Cuzco.

24Pendant la même période le nombre des touristes péruviens augmente également dans la région de Cuzco : en 1969, ils étaient environ 10 000 à visiter Machu Picchu, ils sont cinq fois plus nombreux dès 1975.

25Ainsi au cours des années 1970, Cuzco s’affirme comme le cœur touristique du Pérou. Les années qui suivent confirment ce statut.

Les années 1980-1990 : une confirmation de la place prédominante de Cuzco dans le tourisme au Pérou

26Cette confirmation s’opère dans un contexte de contraction de l’espace touristique péruvien qui s’explique par plusieurs phénomènes. Le premier est lié à la récession économique mondiale qui suit les chocs pétroliers, lesquels provoquent également la disparition des charters.

Les effets de la récession économique à l’échelle mondiale

27En 1979, le deuxième choc pétrolier et la nouvelle augmentation des tarifs qui en résulte, porte un coup presque décisif aux charters. Les vieux DC-8 ou DC-10 utilisés jusqu’alors ont en effet la particularité de consommer beaucoup de carburant… Or, entre 1970 et 1981, sous l’effet des deux chocs pétroliers, le prix moyen du baril de pétrole a été multiplié par dix-neuf en dollars courant. Le charter au Pérou devient donc de moins en moins rentable. Nouvelles Frontières se retire en 1979, Uniclam en 1980. Deux autres facteurs contribuent à l’abandon progressif du charter stricto sensu : les compagnies aériennes se rendent compte de l’intérêt qu’elles peuvent avoir à proposer un certain nombre de sièges à bas prix, c’est le début du « trafic volume » qui permet de voyager pour moins cher sur des vols réguliers en échange d’un certain nombre de contraintes, tel que le respect des dates de voyage. Parallèlement, les pressions de l’IATA, qui est en train d’exploser par ailleurs, sont de plus en plus fortes au Pérou pour limiter les charters et maintenir son pouvoir de fixation des tarifs aériens à destination de l’Amérique du Sud. Ainsi, en 1980, une nouvelle législation prévoit de limiter les ventes locales de billets charters afin de préserver les intérêts des compagnies régulières dont les tarifs étaient le double ou le triple de ceux en vol charter… La combinaison de ces trois facteurs fait que les charters disparaissent des cieux péruviens vers 1982, et ne sont toujours pas réapparus à la date d’aujourd’hui.

28Les charters disparus, les tarifs aériens augmentent de nouveau assez rapidement, passant de 400 $ environ depuis l’Europe à 1 000 $ en moyenne. La clientèle change donc nécessairement en quantité et en qualité ; il devient plus difficile aux jeunes de partir à l’aventure sur les routes des Andes. Les touristes étrangers qui continuent à voyager au pays des Incas sont plus « classiques », ils restent moins longtemps du fait de la réduction relative de leur pouvoir d’achat et se dirigent donc de manière privilégiée vers les lieux les plus emblématiques du Pérou touristique, Cuzco et Machu Picchu en premier lieu.

29Par aileurs, on observe une évolution nette des pratiques touristiques à l’échelle mondiale.

De nouvelles pratiques touristiques

30Sur la scène touristique internationale, on observe au cours des années 1980, une tendance très forte à l’organisation du tourisme d’aventure, qui apparaît devoir être de plus en plus « confortable », sûr et planifié. Les T-O se positionnent sur un marché qui se caractérisait jusqu’alors par sa rupture avec les pratiques de tourisme organisé, les touristes individuels voyagent de plus en plus avec des guides. Cette organisation est d’autant plus nécessaire que la durée moyenne des séjours se réduit et que dans un contexte de récession économique mondiale et de crise des sociétés urbaines, le voyage est sans doute de moins en moins anodin. Il doit permettre un véritable ressourcement et procurer un enrichissement culturel. La recherche d’universel prend alors le pas sur la découverte d’une situation sociale nécessairement caractérisée par un espace et une période (le présent). Cette recherche d’universel se fait à travers la valorisation de l’histoire et de la nature. Ce dernier aspect répond à un malaise urbain et s’inscrit dans la recherche d’espaces non « contaminés » par une activité humaine de type industrielle, des espaces dans lesquels l’individu se ressourcerait et se reconstituerait une sorte de pureté originelle. Cette évolution, nous l’avons bien vue dans le cas du Pérou à travers l’étude des commentaires et illustrations des circuits de Nouvelles Frontières. Nous passons d’un tourisme d’aventure extrême au tout début des années 1980, à un tourisme d’aventure confortable à la fin de la décennie. Le présent des hommes s’efface au profit du passé des civilisations. La misère des paysans indiens disparaît tandis que naît l’Indien mythique descendant des Incas. La nature renforce sa présence, non plus comme décor contraignant mais comme espace « essentiel » accueillant. Cette évolution de l’image du produit touristique péruvien s’accompagne d’une évolution des circuits proposés qui se simplifient et confirment la place de choix de Cuzco. Le berceau de l’Empire inca offre non seulement son passé mythique, ses « Indiens typiques » mais aussi ses paysages ; Cuzco s’érige, en outre, en porte d’entrée vers l’Amazonie, d’abord en tant qu’escale vers Puerto Maldonado puis progressivement vers le début de la décennie de 1990 comme point de départ vers le superbe parc du Manu dont l’accès long et coûteux reste toutefois relativement limité.

31La simplification des circuits est à mettre en relation avec la mise à l’écart de certaines régions qui sombrent dans la violence sous l’effet combiné du terrorisme et de sa répression par les militaires.

La montée de la violence

  • 7 Tupac Amaru est le dernier Inca exécuté en 1572 par les Espagnols, quant à celui qu’on a surnommé (...)
  • 8 Aisner, Pierre, pour l’université du Québec à Trois Rivières, 1988, « Les effets économiques, soci (...)

32L’état de guerre intérieure que connaît le Pérou au cours des années 1980 est le fait de deux mouvements de guérilla : l’un d’inspiration maoïste, le Sentier Lumineux, connu, né à la fin des années 1960 à l’initiative d’un professeur de philosophie de l’université d’Ayacucho, l’autre qui revendique une origine andine et indienne et qui est issu du Parti socialiste révolutionnaire, de la fin des années 1970, le Mouvement révolutionnaire Tupac Amaru7. C’est en 1980 que Sentier Lumineux passe à la lutte armée avec un objectif clair de déstabilisation du pays en vue de la conquête du pouvoir, quant au Mouvement révolutionnaire Tupac Amaru, c’est en 1984 qu’il commence à se manifester par la violence, à Lima essentiellement. Du fait de l’extension des activités de Sentier Lumineux, c’est toute la partie des Andes centrales qui devient infréquentable alors que la région de Cuzco est relativement peu touchée et peut continuer à accueillir des touristes qui, certes sont de moins en moins nombreux au fur et à mesure que la situation se dégrade, mais qui ne constituent pas des victimes désignées pour les terroristes. Le Sud du pays est ainsi relativement épargné par la violence et 1987 coïncide avec un pic de fréquentation du site de Machu Picchu. P. Aisner évoque une hypothèse intéressante selon laquelle à Cuzco, ce seraient les touristes qui auraient fait fuir les terroristes8. Il avance l’idée originale selon laquelle l’insertion dans les « circuits de la modernité » provoquée par le développement du tourisme dans la ville aurait retardé et limité l’implantation de Sentier Lumineux dans la zone. Selon lui, « le tourisme vient à point renforcer le sentiment d’appartenance nationale, il devient le moyen d’intégration de la région dans la nation péruvienne et permet une modification radicale dans la structure même du social au Cuzco en favorisant la montée d’un nouveau groupe au pouvoir, en créant des embryons de couches moyennes, en donnant une place sociale aux masses marginalisées indiennes et métisses. » Cette modification de la structure sociale de la ville due au développement de l’activité touristique aurait ainsi changé le comportement politique dominant des cuzquenniens. L’auteur fait en effet remarquer que Cuzco a toujours été le « creuset de la plupart des révoltes indiennes, de Tupac Amaru aux guérillas de la Convención dirigées par Hugo Blanco en 1965 ». Pourtant Cuzco n’a pas été touchée d’emblée par les actions du Sentier et est ensuite demeurée marginale dans la lutte, ce qui est confirmé par une cartographie des actions terroristes à l’échelle du pays. Le tourisme international serait donc à l’origine d’un changement politique et social fondamental car Cuzco avait la réputation d’être un centre politique difficilement contrôlable, or Sentier Lumineux ne parvient pas à s’y implanter.

Cuzco et l’Unesco

33Cuzco est par ailleurs confirmé dans son rôle de pôle touristique du Pérou par son inscription en 1983 sur la liste du Patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco. Cette inscription a des conséquences sur la législation municipale et donne à la direction régionale de l’institut national de la Culture la responsabilité principale des opérations de réhabilitation du centre historique et de restauration des sites archéologiques de la zone. L’unité architecturale de la ville est préservée, toits de tuiles, édifices de moins de trois étages… La cathédrale, le couvent Santo Domingo, diverses églises de la ville ainsi que les murs incas sont restaurés, la place d’Armes est embellie, des musées sont aménagés dans d’anciennes maisons de style colonial rénovées. Les sites archéologiques des abords de Cuzco tels Saqsayhuaman ou Kenko sont progressivement restaurés. Tout ceci s’opère à partir du milieu des années 1980 dans un contexte politique local qui va progressivement être investi par les idées nationalistes incas d’un personnage charismatique qui devient maire de la ville : Daniel Estrada. Celui-ci, comme nous le verrons ultérieurement contribue à faire de Cuzco le symbole de l’identité andine et inca du peuple péruvien. Son dynamisme participe activement à l’embellissement global de la ville.

34Au moment où le Pérou sombre dans la crise (à partir de 1989) et où il disparaît de la scène touristique internationale du fait de la forte dégradation de son image liée à la violence, à la forte inflation et à une malheureuse épidémie de choléra (1992), Cuzco a confirmé son rôle de cœur touristique du pays des Incas. Il l’est plus que jamais aujourd’hui et les évolutions récentes ont des traductions spatiales nettes.

Cuzco depuis le milieu des années 1990 : un cœur qui s’affole

35Entre 1989 et 1993 le nombre de touristes étrangers et nationaux arrivant à Cuzco chute pour atteindre son minimum en 1992. Une réorganisation spontanée de l’activité s’opère : certains acteurs disparaissent pour cause de faillite ou de réorientation momentanée de leurs tâches, des hôtels se transforment en logements ou en bureau, voire en chambres d’hôpital. Les prix chutent et les rares touristes qui arpentent encore la place d’Armes et ses environs trouvent à se loger confortablement pour des tarifs défiant toute concurrence et sont accueillis à bras ouverts par les quelques agences qui subsistent et s’efforcent de les attirer par tous les moyens. L’ambiance est morose et tous attendent sans trop y croire un miracle de cet ingénieur inconnu qui s’est fait élire à la présidence de la République en 1990, Alberto Fujimori. Le miracle a pourtant bien lieu, il se décompose en trois étapes : août 1990, « Fuji-choc » économique pour lutter contre une inflation galopante à trois chiffres que le gouvernement de García n’avait pas réussi à contrôler, les prix des biens de consommation sont augmentés brutalement de 300 à 1 000 % une nouvelle monnaie est instituée. Deux années plus tard, l’inflation est réduite à 4 %. Avril 1992, coup d’État du président qui ferme le Congrès et annonce une réorganisation totale de l’appareil d’État qui touche, dans les années qui suivent, le secteur touristique à plusieurs niveaux. Septembre 1992, Abimaël Guzmán, leader du Sentier Lumineux est arrêté, le mouvement terroriste se décompose, la sécurité et l’image internationale du pays s’améliorent et dès 1993, les premiers touristes internationaux reviennent et le Président fort des ses succès prédit un « boom touristique ». Ses prédictions, confirmées par les tout premiers chiffres ont un effet retentissant à Cuzco où les investisseurs en tous genres se lancent dans l’aventure, ouvrant ici une petite agence de voyage, transformant là leur maison en petit hôtel. En deux ans le nombre d’agences de voyage double, l’offre en chambres une ou deux étoiles augmente d’environ 50 % une concurrence féroce sévit dans un double contexte d’augmentation de l’offre nettement plus rapide que celle de la demande et de déréglementation totale favorisée par la politique néolibérale de la nouvelle équipe au pouvoir. Cuzco se transforme alors en lieu de tous les excès et le tourisme y apparaît alors comme une activité bien difficile à réguler, chacun à son tour en fait les frais. Les anecdotes en tout genre défraient la chronique, on se scandalise devant l’anarchie qui semble s’étendre, devant le peu de vergogne de certains acteurs locaux mais en même temps on se réjouit officiellement de l’augmentation des entrées à Machu Picchu et on clame haut et fort que ce n’est qu’un début. Fujimori est au sommet de sa gloire, il a sorti le pays de la crise, quelle meilleure preuve que ce retour massif des étrangers, touristes ou investisseurs ?

36À Cuzco, cette explosion exagérée du secteur touristique a des répercutions spatiales visibles. L’ancienne place centrale des Incas devenue place d’Armes sous la colonie est littéralement envahie par une série de boutiques touristiques dans lesquelles cohabitent agents de voyage, vendeurs d’artisanat, maisons de changes, vendeurs de cartes postales et de pellicules photo. Ces associations somme toute complémentaires sont justifiées par la nécessité de partager un loyer élevé et qui augmente conformément à la loi de l’offre et de la demande. Les rues adjacentes connaissent le même phénomène, le moindre recoin se transforme en boutique multifonctionnelle, en restaurant ou en boîte de nuit, c’est-à-dire en local destiné au touriste étranger ou national. Le centre historique qui concentre bien évidemment tous les points d’intérêt touristique est ainsi rapidement et complètement récupéré par le tourisme. Ceci est clairement mis en évidence par les cartes suivantes.

37De fait, cette récupération ne satisfait pas tous les Cuzquenniens qui voient parfois d’un mauvais œil cette appropriation de leur patrimoine historique à des fins touristiques, c’est-à-dire en vue de satisfaire des « étrangers » plutôt que des locaux, oubliant par là même l’origine locale des acteurs qui travaillent dans l’activité. C’est par exemple le cas de Daniel Estrada qui fut maire de Cuzco jusqu’en 1995, date à laquelle il fut élu député. Il a critiqué, à plusieurs reprises, cette orientation touristique donnée à sa ville et plus largement à sa région. Dans un document publié en 1994, il fait part de ses souhaits : la municipalité veut des touristes étrangers en nombre limité, sélectionnés en fonction de leurs capacités économiques. Trop de touristes étrangers mettraient en péril le patrimoine de la région et comme, parallèlement, ce tourisme étranger réduit doit apporter avec lui de la richesse économique, il faut que les touristes qui viennent soient fortunés. La municipalité veut également des touristes nationaux en très grand nombre, car Qosqo (Estrada emploie systématiquement le nom quechua de la ville), en tant que capitale de l’ancien empire des Incas, est l’élément essentiel pour renforcer le sentiment de « péruvianité » et forger un sentiment national. Malheureusement non seulement l’État ne sait pas mettre en valeur le patrimoine de la région inca (critique voilée à l’encontre du plan Copesco) mais en outre, conformément à sa tradition centralisatrice, il a dépossédé les municipalités d’un certain nombre d’attributions dans le secteur touristique, comme en témoigne la récente loi organique sur les municipalités. Rappelons qu’Estrada se présente sur une liste d’opposition à Fujimori et qu’il développe des idées nationalistes incas pouvant parfois sembler quelque peu extrémistes. Pour lui, les réalisations de la municipalité doivent être faites en fonction des besoins des populations locales, c’est le sens à donner aux restaurations de quartiers, installations de services de base, nettoyages ou encore réutilisation de symboles propres à « l’être andin » (ser andino), en général et cuzquennien en particulier. Si tout cela profite au tourisme, ce doit être de manière indirecte. Le monument dédié à l’Inca Pachacutec (caractéristique des réalisations de la municipalité en matière de décoration urbaine) qui, dix-huit mois après son inauguration aurait accueilli 400 000 personnes « de différentes latitudes, du pays et du monde entier », illustre parfaitement cette philosophie particulière.

Figure 2 : Les espaces les plus susceptibles d’être fréquentés par les touristes à Cuzco

Figure 2 : Les espaces les plus susceptibles d’être fréquentés par les touristes à Cuzco

Sites
1. Cathédrale
2. Église de la Companía
3. Couvent Santo Domingo et Coricancha
4. Couvent de Santa Catalina
5. Église de San Blas
6. Église et couvent de la Merced.
7. Église et couvent de San Francisco
8. Église de Santa Clara
9. Église de San Pedro
10. Église de Santa Teresa
11. Musée archéologique
12. Musée régional
13. Musée d’Art religieux
14. Gare de Machu Picchu
15. Téléphone
16. Poste
17. Gare de Puno
18. Bus pour la vallée Sacrée des Incas
Principales caractéristiques
Édifice religieux, période coloniale. Terminée au XVIIe siècle.
Édifiée sur le site d’un palais inca. Reconstruite au XVIIe siècle.
Couvent de dominicains édifié sur le temple du Soleil.
Reconstruit au XVIIe siècle et restauré après 1950.
Reconstruit au XVIIe siècle. Aujourd’hui musée d’Art religieux.
Fondée en 1562. Renferme une chaire en bois sculpté du XVIIe siècle.
Reconstruit au XVIIe siècle. Son cloître serait l’un des plus beaux du Pérou.
Du XVIe siècle. Abrite de nombreux tableaux.
Faisait partie d’un couvent. Renferme un retable doré.
Fin XVIe siècle. Façade baroque.
Érigée à la fin du XVIIe siècle. Elle fait partie d’un couvent.
Situé dans un ancien palais du XVIIe siècle, présente des collections pré-incas et incas.
Présente des peintures de l’école Cuzquenienne et des vestiges précolombiens.
Édifié sur le site d’un palais inca, renferme surtout des peintures de l’école Cuzquenienne.

Figure 3 : Les agences de voyages à Cuzco

Figure 3 : Les agences de voyages à Cuzco

Source : répertoire des agences de voyage de la Direction Régionale du Tourisme de Cuzco

Figure 4 : Les établissements d’hébergements de Cuzco

Figure 4 : Les établissements d’hébergements de Cuzco

Source : répertoire des hôtels de la Direction Régionale du Tourisme de Cuzco

38Ce « tout pour le Cuzquennien, rien spécifiquement pour le touriste » s’oppose, selon lui, au plan Copesco dont la « philosophie d’investissement était dirigée vers le touriste uniquement ». Le caractère passionnel, voire provocateur qui transparaissait dès que le thème était évoqué avait un objectif politique clair : affirmer l’identité régionale de Cuzco sur la base de son passé inca et valoriser les populations andines trop souvent oubliées par le pouvoir central dans un contexte de campagne législative. Cette affirmation se fait par oppositions, du local au national, mais également du national par rapport à l’étranger : le patrimoine historique de la région est cuzquennien avant d’être péruvien et péruvien avant d’être de l’humanité. Réflexe protectionniste classique, sans doute sincère, pas nécessairement nocif mais éminemment politique et non dénué de démagogie.

39Ainsi, le rôle de la municipalité a été surtout de rénover des quartiers, des routes et d’embellir la ville avec pour objectif premier la satisfaction des besoins des locaux et la valorisation de leur passé prestigieux. Indirectement, le touriste bénéficiait de cette amélioration du paysage urbain. Il est notable de constater que le centre historique a conservé une certaine homogénéité suite aux règles architecturales imposées aux constructions ou restaurations, notamment à partir du classement de la ville dans le patrimoine mondial de l’Unesco en 1983. La municipalité s’est donc voulu avant tout la garante d’une « authenticité » architecturale et urbanistique qui ne peut avoir que des effets indirects positifs sur le tourisme.

40En définitive Estrada, prenant acte de ce que « Qosqo » était devenu le cœur touristique du Pérou, s’est employé à faire revivre le « nombril du monde » en multipliant les références à la glorieuse époque des Incas, tant dans ses discours, que dans ses réalisations architecturales, ses choix de rénovation et ses inventions festives comme en témoigne l’Inti Raymi de la fin juin, reconstitution folklorique de la célébration au dieu Soleil que perpétraient les Incas au moment du solstice d’été. Mais la récupération par le tourisme de cette fête en particulier révèle une ambiguïté fondamentale et pose au moins une question : la valorisation du passé inca dans le cœur touristique du pays peut-elle se faire en dehors de toute récupération folklorique ? Le « nombril du monde » peut-il revivre aujourd’hui autrement que par et pour le tourisme ?

Un avenir incertain

41Le « nombril du monde » a connu bien des bouleversements en cinq cents ans, avec une très forte accélération liée à sa mise en tourisme dans les trente dernières années. Celle-ci résulte d’une combinaison de facteurs internationaux (charters, valorisation des réalités sociales en tant qu’objet touristique dans les années 1970 puis de la nature et de l’histoire dans les années 1980) et de facteurs nationaux (politique du gouvernement militaire, développement d’une violence terroriste qui épargne Cuzco, utilisation politique du tourisme par Fujimori…) qui ont valorisé le rôle touristique de Cuzco pour le Pérou. Le développement de cette nouvelle activité a provoqué une modification du paysage urbain et explique sans doute en partie le triplement de la population de la ville sous l’effet de l’exode rural depuis la fin des années 1960. Ces dernières années ont été marquées par une forte ébullition suscitée par l’arrivée supposée et attendue de grands flux de touristes étrangers. Une véritable euphorie a alors gagné les Cuzquenniens qui ont voulu se lancer dans l’aventure touristique : une multitude de petites agences, de petits hôtels, de petits restaurants, de petites boutiques ont ouvert en même temps, provoquant une concurrence féroce et destructrice. Le centre historique a vu fleurir les boutiques touristiques multifonctionnelles, pour ne pas dire les « bazars » touristiques, les enseignes vantant les prix, les tours ou les menus et les vendeurs d’artisanat vendant leur marchandise à même le sol et gênant la circulation piétonne sous les arcades.

42Cette récupération presque totale de quelques espaces clés du centre historique par le tourisme est spectaculaire et ne manque pas de frapper le visiteur car elle a peu d’équivalent en Amérique latine. Elle contribue à donner de Cuzco l’image d’une ville très touristique car les services induits par cette activité sont très concentrés dans les lieux mêmes que fréquente le visiteur. Ceci joue parfois un rôle répulsif : certains touristes en quête « d’authenticité » préfèrent alors fuir vers la Bolivie. Quant aux Cuzquenniens, certains marquent un agacement plus ou moins feint ; ainsi, sous l’influence de son maire emblématique, la municipalité souhaite valoriser le passé inca de la ville et servir le Cuzquennien en priorité. Toutefois cette attitude n’est pas exempte de contradictions car elle échappe difficilement à la « folklorisation » et renforce dans les faits le caractère touristique de la ville, ce qui dans le fond et malgré le discours idéologique n’était sans doute pas fait pour déplaire au principal conseiller du maire sur ces questions – il possédait une des plus grandes agences de voyage de la ville. À moins que la ville n’ait fait clairement le choix d’un tourisme élitiste débarrassé de ses éléments les moins riches : les touristes libres, sur la venue desquels comptent pourtant tous ces petits investisseurs locaux. Ces derniers, sorte de « Tiers état » de l’activité touristique, se sont retrouvés pris dans une série de contradictions politiques qui se jouaient à différentes échelles et dont les enjeux leur échappaient : d’un côté, Fujimori utilisait le tourisme comme preuve de la réussite de sa politique, en faisant miroiter l’afflux toujours croissant de milliers voire de millions de touristes au Pérou, tandis que la municipalité pour se démarquer du pouvoir central soufflait le chaud et le froid sans chercher particulièrement à attirer les touristes qui constituent leur segment de marché. Dans les faits il semble qu’après une période d’euphorie, les arrivées de touristes dans la cité impériale se soient stabilisées laissant poindre une certaine inquiétude chez les Cuzquenniens qui vivent de l’activité. Officiellement, en l’an 2000, le Pérou aurait reçu plus d’un million de touristes, combien sont réellement arrivés à Cuzco ? Quelles nouvelles espérances ce chiffre « magique » aura-t-il fait naître ? En outre, la réélection controversée de Fujimori puis sa fuite au « pays du soleil levant » et les scandales politico-financiers qui se font jour laissent craindre une dégradation de l’image du pays sur la scène internationale et un désintérêt provisoire pour le pays des Incas. Sans compter qu’on ne sait guère à l’heure actuelle quelle va être la destinée politique du pays et en particulier ses choix en matière de tourisme. La place d’Armes de Cuzco et ses alentours peuvent sans doute, de nouveau s’attendre à des perturbations plus ou moins prononcées dans un avenir très proche…

Haut de page

Notes

1 Certains touristes arrivent à Cuzco en provenance de Bolivie et peuvent éviter Lima s’ils retournent ensuite en Bolivie.

2 Pour plus de détails sur l’évolution du tourisme au Pérou et dans les pays andins, consulter ma thèse de doctorat de géographie réalisée entre 1995 et 1998 sous la direction d’O. Dollfus et R. Knafou et publiée par les Ateliers nationaux de reproduction des thèses sous le titre « De Machu Picchu à Fujimori. Les pays andins observés à travers leurs tourismes. Le cas plus particulier du Pérou (1960-1996) », ainsi que Le Tourisme au Pérou de Machu Picchu à Fujimori : aléas et paradoxes, Éd. L’Harmattan, collection « tourismes et sociétés » (en cours de publication).

3 Kalfon, Pierre, 1997, Che. Ernesto Guevara, une légende du siècle, Paris, Éd. du Seuil, 625 p.

4 Encuentro « Evaluación de los logros y proyecciones del Plan Copesco 1964-1994 ». Documento Base. Cuzco, 26, 27 y 28 de abril de 1994. 56 p.

5 Brisseau Loaiza, Janine, 1981, Le Cuzco dans sa région, Talence, Centre d’études de géographie tropicale ; Lima, Institut français d’études andines, coll. « Travaux et documents de géographie tropicale », tome XVI.

6 En 1984, la cour européenne de justice, à l’appel de Nouvelles Frontières, a mis fin à cette interdiction. Cf. « l’affaire Nouvelles Frontières ».

7 Tupac Amaru est le dernier Inca exécuté en 1572 par les Espagnols, quant à celui qu’on a surnommé Tupac Amaru II, il s’est illustré en 1780 en menant un soulèvement indien contre la colonie qui embrasa tout le centre et Sud du Pérou ainsi que la Bolivie et le Chili durant cinq mois.

8 Aisner, Pierre, pour l’université du Québec à Trois Rivières, 1988, « Les effets économiques, sociaux et politiques du tourisme international. Une étude de cas régionale : la ville de Cuzco, Pérou ». Tourisme, Loisir et Société, vol. 11, n° 1.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Cuzco, ruelle du quartier de San Blas. Ce quartier historique de la ville domine la Plaza de Armas et la cathédrale.
Crédits Cliché : Élodie Salin.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6620/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 511k
Titre Figure 1 : Évolution du nombre d’entrées à Machu Picchu pendant la période des charters
Légende Source : Instituto nacional de cultura. Cuzco.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6620/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Figure 2 : Les espaces les plus susceptibles d’être fréquentés par les touristes à Cuzco
Légende Sites1. Cathédrale2. Église de la Companía3. Couvent Santo Domingo et Coricancha4. Couvent de Santa Catalina5. Église de San Blas6. Église et couvent de la Merced.7. Église et couvent de San Francisco8. Église de Santa Clara9. Église de San Pedro10. Église de Santa Teresa11. Musée archéologique12. Musée régional13. Musée d’Art religieux14. Gare de Machu Picchu15. Téléphone16. Poste17. Gare de Puno18. Bus pour la vallée Sacrée des IncasPrincipales caractéristiquesÉdifice religieux, période coloniale. Terminée au XVIIe siècle.Édifiée sur le site d’un palais inca. Reconstruite au XVIIe siècle.Couvent de dominicains édifié sur le temple du Soleil.Reconstruit au XVIIe siècle et restauré après 1950.Reconstruit au XVIIe siècle. Aujourd’hui musée d’Art religieux.Fondée en 1562. Renferme une chaire en bois sculpté du XVIIe siècle.Reconstruit au XVIIe siècle. Son cloître serait l’un des plus beaux du Pérou.Du XVIe siècle. Abrite de nombreux tableaux.Faisait partie d’un couvent. Renferme un retable doré.Fin XVIe siècle. Façade baroque.Érigée à la fin du XVIIe siècle. Elle fait partie d’un couvent.Situé dans un ancien palais du XVIIe siècle, présente des collections pré-incas et incas.Présente des peintures de l’école Cuzquenienne et des vestiges précolombiens.Édifié sur le site d’un palais inca, renferme surtout des peintures de l’école Cuzquenienne.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6620/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Figure 3 : Les agences de voyages à Cuzco
Légende Source : répertoire des agences de voyage de la Direction Régionale du Tourisme de Cuzco
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6620/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 4 : Les établissements d’hébergements de Cuzco
Légende Source : répertoire des hôtels de la Direction Régionale du Tourisme de Cuzco
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6620/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Raymond, « Cuzco : du « nombril du monde » au cœur touristique du Pérou », Cahiers des Amériques latines, 37 | 2001, 120-139.

Référence électronique

Nathalie Raymond, « Cuzco : du « nombril du monde » au cœur touristique du Pérou », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 37 | 2001, mis en ligne le 04 août 2017, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/cal/6620 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.6620

Haut de page

Auteur

Nathalie Raymond

CEMCA, Guatemala

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Université Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation des Amériques
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search