Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Information scientifiqueL’atlas électronique du Minas Gerais

Information scientifique

L’atlas électronique du Minas Gerais

Organisation et dynamiques des territoires
Louise Bruno
p. 181-195

Résumés

Cette étude contrastée de trois organisations paysannes mexicaines montre comment chacune d’elles concilie les exigences démocratiques avec des impératifs d’ordre successoral. Aux règlements et à leur interprétation se joignent subtilement des pratiques informelles qui, ensemble, désignent préalablement l’identité du futur dirigeant national. Devant l’incertitude d’élections libres, il est souvent préféré la certitude de la candidature unique. Au-delà des programmes d’action et des déclarations de principe, le contrôle de la passation de pouvoir reste un élément-clef pour comprendre le fonctionnement d’une organisation rurale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mineiro (a) : du Minas Gerais.
  • 2 Cet atlas est publié à la fois sur papier et sur CD-Rom (versions destinées aux institutions d’ense (...)

1L’État du Minas Gerais, avec sa grande diversité des paysages physiques, économiques, sociaux et politiques, est à l’image de la réalité brésilienne. De ce fait, l’analyse de ses dynamiques constitue un riche exercice de réflexion sur les mécanismes agissant sur son territoire et le pays dans son ensemble. Cet article se propose donc de présenter la démarche de l’étude réalisée sur le territoire mineiro1 et qui est à l’origine de l’Atlas du Minas Gerais. Cet atlas est une base de données cartographiques accompagnée d’analyses de spécialistes qui résulte d’un accord de collaboration scientifique entre l’École normale supérieure de Paris et l’Université fédérale du Minas Gerais, avec l’appui de la Fiemg (Fédération des industries de l’État du Minas Gerais)2. Après l’explication des choix méthodologiques et des sources utilisées, il sera question de la composition de son territoire qui, avec les dynamiques identifiées, dévoile les tendances de son développement.

Figure n° 1 : Situation au Brésil

Figure n° 1 : Situation au Brésil

Source : IBGE.

2Situé dans la région Sud-Est du Brésil, le Minas Gerais est le quatrième État brésilien par la superficie, proche de celle de la France métropolitaine : 588 384 Km2, environ 7 % du territoire national. Sa population est la deuxième du pays (17,8 millions d’habitants, soit 10,5 % des Brésiliens) et la densité d’environ 30 hab/km2. Sa localisation géographique lui confère une position stratégique en tant que carrefour d’intégration de l’économie nationale (Fig. 1).

Le Minas Gérais en chiffres

Superficie

588 384 km2

Population totale en 2000

17 835 488 hab.

Population urbaine en 2000

76 %

Population rurale en 2000

24 %

Population active en 1999

7,8 millions

Croissance annuelle 1991-2000

1,18 %

Densité

30,3 hab/km2

Belo Horizonte

2 091 448 hab.

RMBH

3 803 249 hab.

Municípios

853

Température moyenne inférieure

18°C

Température moyenne supérieure

25°C

Altitude moyenne

700 m

PIB

US $ 64,767 milliards

PIB per capita

US $ 3,9 mille

Exportations

US $ 6,82 milliards

Importations

US $ 2,91 milliards

Le chemin des mines

3Le nouvel Atlas du Minas Gerais propose une réflexion sur le processus évolutif de son territoire à travers une méthodologie qui cherche à respecter la spécificité de son espace afin de révéler les principes de son organisation. Il importe de comprendre la structure territoriale du Minas et le fonctionnement des différentes dynamiques – économiques, démographiques, sociales, urbaines, politiques – qui transforment continuellement son paysage et son organisation pour établir une réflexion cohérente sur les perspectives de son développement.

  • 3 Pour la réalisation de l’étude sur le Minas Gerais ont été utilisés plusieurs instruments de cartog (...)

4Dans un premier temps, il s’agit d’identifier les structures élémentaires qui seraient à l’origine de la formation de son territoire. Ensuite à partir des grands clivages révélés par les cartes statistiques, sont situées les grandes structures de l’organisation de l’espace, à l’intersection des dynamiques pionnières et des déterminants physiques et socio-économiques3. Ainsi, les cartes sont appelées à révéler les contrastes et les structures spécifiques qui obéissent à la logique d’organisation spatiale de l’État. Les cartes sont accompagnées de chorèmes qui rendent leur lecture plus aisée et permettent une compréhension immédiate, très utile auprès d’un public non initié. Les cartes de synthèse offrent, en guise de conclusion, une lecture des interrelations entre les facteurs physico-spatiaux, humains, sociaux, politiques et économiques afin de résumer les principales dynamiques observées dans le Minas Gerais.

Les sources utilisées

  • 4 Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística.
  • 5 Instituto de Geociências Aplicadas do Governo do Estado de Minas Gerais.
  • 6 Departemento de Estrada de Rodagem do Estado de Minas Gerais.

5Les fonds cartographiques utilisés dans cet atlas ont été réalisés à partir de documents préexistants produits par différents organismes, dont la Fondation Ibge4, l’IGA5, le DER-MG6, l’Instituto de Geociêncas de l’Université Fédérale du Minas Gerais/Ufmg, la Licht Consultores, ou encore, les fonds de cartes contenus dans le logiciel Samba 2000 (IRD-Ibge). De nombreuses sources graphiques ont aussi été exploitées :

  1. Images des satellites environnementaux (Landsat et Spot).

  2. Images des satellites météorologiques (par exemple Noaa).

  3. Images radar (par exemple du projet Radam ou Radarsat).

  4. Produits aérophotogramétriques : ensemble de photographies aériennes et d’ortho-photocartes obtenues par les recouvrements aérophotogramétriques.

  5. Cartographie conventionnelle : cartes base de l’Ibge (cartes du Mapeamento Sistemático do Brasil, entre 1 h 25.000 et 1 : 500.000) ; cartes thématiques diversifiées, cartes indices, cadastres, etc.

  6. Études techniques concernant la production ou la compilation d’informations géographiques.

  7. Cadastres et archives alphanumériques digitaux qui contiennent des informations organisées par régions administratives, municipalités, réseaux viaire ou hydroviaire ou autres entités géographiques.

  8. Archives historiques pour l’étude les cartes anciennes.

  • 7 Organisme du gouvernement de l’État responsable de la production et du traitement des statistiques (...)
  • 8 Instituto de Pesquisa Econômica Aplicada.
  • 9 Organismes responsables du traitement de données au niveau de l’État, pour le premier, et de la rég (...)
  • 10 Fundação Centro Tecnológico.

6En ce qui concerne les données statistiques, l’État du Minas est particulièrement bien couvert et nombreuses sont les sources disponibles produites par la Fondation IBGE, la Fundação João Pinheiro7, l’IPEA8, la Prodemge ou le Prodabel9, la Cemig (Cie d’Électricité), la Telemig (Cie de Télécommunications), la Copasa (Cie des Eaux de MG), le Cetec10, la Fiemg (Fédération des industries), etc.

7Pourtant, malgré la richesse et le volume d’informations, de données statistiques et géographiques concernant le Minas et favorisant le développement d’une recherche, l’examen des ressources bibliographiques a révélé une certaine obsolescence et une relative pauvreté de ce type d’ouvrage. Or, cet État brésilien, par sa taille, sa population, son développement économique, son rôle dans le contexte national, ainsi que par la richesse de son histoire, devrait pouvoir offrir aux étudiants, enseignants, chercheurs et pouvoirs publics ainsi qu’à l’initiative privée, un instrument de compréhension et de gestion du territoire.

L’architecture de l’espace mineiro

8Une étude sur le processus évolutif du Minas porte, dans un premier temps, sur l’identification de ses fondements naturels et des structures élémentaires qui sont à l’origine de la formation et de l’occupation de son territoire (Fig. 2). Par ailleurs, les dynamiques qui ont fait de cette partie du Brésil le domaine des « Mines Générales » procèdent d’une transgression liée à la colonisation portugaise dont les traces indélébiles constituent une sorte d’ossature de l’État fédéré. Par la suite, sa structure et les dynamiques agissant sur le Minas apparaissent au croisement des éléments du passé, des mécanismes présents et de tendances identifiées qui révèlent les perspectives de son développement.

Figure n° 2 : Structures élémentaires

Figure n° 2 : Structures élémentaires

9Les attributs du milieu naturel ont joué un rôle privilégié dans le processus d’occupation et de développement du Minas. Les richesses du sous-sol ont opposé le Quadrilátero ferrífero au reste de l’État. Les montagnes de la région centrale (Mantiqueira-Espinhaço) créent un contraste Est-Ouest visible dans la végétation naturelle (forêt tropicale-savane ou cerrado), la pluviométrie, les écarts entre les températures moyennes, les types de cultures. La latitude oppose le Nord, chaud et sec, et le Sud, froid et humide. Les conséquences apparaissent dans les densités de population, dans les indicateurs sociaux et de santé, le niveau des productions agricoles, la concentration industrielle, le réseau de transports et le réseau urbain (Fig. 3).

Figure n° 3 : Réseau urbain

Figure n° 3 : Réseau urbain

Un réseau urbain plus dense et concentré sur la portion sud, dominé par la macrocéphalie de la capitale.

Source : Recensement 2000/IBGE.

Photo 1 : Minas, les mines et les morros.

Photo 1 : Minas, les mines et les morros.

Cliché : J. Bruno

10En termes économiques, l’occupation du territoire du Minas s’est fondée sur les ressources naturelles disponibles (Fig. 4). Le Minas Gerais est né sous le signe de la Terre. Les richesses enfouies dans son sous-sol ont été révélées à la fin du XVIIe siècle quand des gisements d’or alluvial ont été découverts. Pendant le XVIIIe siècle, la ville de Ouro Preto a assumé le rôle de capitale politique et économique de la région qui a transfiguré la structure du Brésil colonial. Le foyer mineiro et la découverte de l’or dans le Goiás et le Mato Grosso, au début du XVIIIe siècle, ont conduit le front pionnier vers le Brésil central. Ce mouvement a été très important pour la construction du territoire brésilien.

11Les principaux accès à la région des mines à la fin du XVIIe, et pendant tout le XVIIIe siècle, étaient les pistes venant de São Paulo – la voie la plus ancienne, ou « Caminho Velho », celle empruntée par la majorité des bandeirantes paulistes – et le « Caminho Novo » ou « Estrada Real », qui reliait directement Rio de Janeiro, nouvelle capitale de la colonie, à la région minière. Par ailleurs, les problèmes d’approvisionnement de cette région ont fait de la vallée du São Francisco un important couloir à la fois d’importation de bovins et de poisson sec, de la Bahia vers le Minas, et de migration des Nordestins attirés par les richesses de la zone minière. Ces mouvements qui sont à l’origine du peuplement du Minas restent lisibles dans d’importants axes de transport et communication : la route BR 381 (Belo Horizonte-São Paulo), le São Francisco (le « fleuve de l’unité nationale »), ou la route BR 040 (entre Rio de Janeiro-Belo Horizonte).

Photo n° 2 : Ouro Preto, la capitale de l’or

Photo n° 2 : Ouro Preto, la capitale de l’or

Cliché : A. Saadi.

12Mais après quelques décennies d’exploitation massive et désordonnée, l’or des mines a commencé à s’épuiser. Uniquement l’introduction de la culture du café au début du XIXe siècle fut capable de modifier la situation de stagnation non seulement de la région, mais aussi du Brésil dans son ensemble. Au Minas, le café s’est installé dans la région de la Mata, à proximité de Rio de Janeiro et de son port, occupant ainsi une position stratégique pour l’écoulement de la production destinée essentiellement à l’exportation. À partir de cette région, la culture du café s’est répandue vers le sud de la province devenant ainsi la principale activité économique et le nouveau vecteur de peuplement et de développement (Fig. 5).

Figure n° 4 : Modélisation historique

Figure n° 4 : Modélisation historique

Figure n° 5 : Évolution du café

Figure n° 5 : Évolution du café

13Les activités caféières, prédominantes encore au début du XXe siècle, ont perdu progressivement leur hégémonie. Mais grâce à la prospérité héritée du café, s’est ouverte la première étape d’industrialisation de la région, à l’exemple du Brésil, avec de petites et moyennes usines dans les secteurs du textile, de la sidérurgique et de l’alimentation. À la moitié du XXe siècle, la sidérurgie assume le commandement du développement industriel du Minas, accentuant le rôle de la nouvelle capitale et de sa région métropolitaine. Le paysage économique de l’État se transforme avec la croissante exploitation des nombreuses ressources minières et le développement de l’industrie sidérurgique, stimulée par une politique menée dans les années 1950 par le gouvernement fédéral visant les secteurs de l’énergie et du transport. Pendant la décennie suivante, le Minas a bénéficié de l’action du gouvernement pour la modernisation du secteur textile. Dans les années 1970, le parc industriel de l’État s’est diversifié grâce à une politique visant à attirer de nouveaux investissements, notamment dans les domaines métallurgique, mécanique, électrique et de transport. La croissance économique qui s’en est suivie (une croissance de 93 % du PIB entre 1975 et 1996) a bénéficié particulièrement les secteurs de l’industrie de transformation et de services industriels d’utilité publique.

14Les mouvements économiques justifient aussi le déplacement de la capitale politique. La fin du cycle de l’or – et la crise qui a compromis le développement du Minas et marqué la décadence de la « capitale de l’or » – a conduit à la création d’un nouveau pôle à la fin du XIXe siècle : Belo Horizonte, la « capitale du fer ». Les forces centripètes exercées par la nouvelle capitale ont marqué le processus composition territorial de l’État qui correspond au mécanisme volontaire d’intégration de l’ensemble du territoire national. De ce fait, au moment où les fronts pionniers se dirigeaient vers le Brésil central et l’Amazonie, le Minas et sa nouvelle capitale ont réussi à récupérer une position privilégiée sur l’axe Rio-Brasília.

Graphique 1 : Le PIB du Minas Gerais, par secteur d’activité – 1985/1997

Graphique 1 : Le PIB du Minas Gerais, par secteur d’activité – 1985/1997

Source : Fundação João Pinheiro/Centro de Estatísticas e Informações, 1998.

  • 11 À l’est du Minas, le Vale do Aço (Vallée de l’Acier) est une importante région sidérurgique, straté (...)
  • 12 Le Triângulo mineiro correspond à la pointe Ouest de l’État, le « nez » du Minas Gerais, qui avance (...)

15Dès les premiers temps, le dynamisme des différents fronts pionniers liés aux cycles économiques ont agi comme vecteurs d’occupation du territoire. L’exploitation des richesses minières pendant le XVIIIe siècle a ouvert l’occupation du territoire à partir de son centre. L’agriculture et l’élevage ont gagné progressivement le territoire en avançant dans le sens des aiguilles d’une montre : des premières cultures caféières de la Mata au XIXe siècle, vers le Sud et, postérieurement, vers le Triangle Minier, à l’Ouest, jusqu’aux nouvelles frontières agricoles du Nord-Ouest de l’État, et, plus récemment, les projets d’irrigation des zones arides du Nord-Nord-Est. Le développement industriel part, lui aussi, de l’exploitation des richesses minières du Quadrilatère ferrifère dans le centre du Minas, où s’est d’abord développée la sidérurgie, et suit le chemin ouvert par l’agriculture : en partant du Vale do Aço11, à l’Est, en passant par la région de la Mata ver le Sud jusqu’au Triângulo Mineiro12, à l’Ouest.

Le minas à l’aube du troisième millénaire

16L’analyse des dynamiques qui ont construit, et transformé sans cesse, les caractéristiques du territoire mineiro permettent l’identification de quelques tendances esquissées à la fin du XXe siècle (Fig. 6).

17Le traditionnel contraste entre la portion sud de l’État, industrielle et urbaine, et le Nord, pauvre et agraire, est en train d’évoluer vers une diagonale qui marque l’avancée du développement économique et humain sur des régions jusqu’à présent considérées comme sous-développées (Fig. 7). Cette nouvelle diagonale des différences correspond, curieusement, à la courbe isothermique qui détermine la zone de températures moyennes inférieures à 22 ° C et à la limite de la région présentant les plus importants indices hydriques (20 à 100), où le volume de précipitations est situé entre 1 200 et 1 500 mm annuels. Il s’agit donc de la partie de l’État où se trouve le climat le plus doux et les meilleures conditions environnementales.

Figure n° 6 : Dynamiques, XXIe siècle

Figure n° 6 : Dynamiques, XXIe siècle

Figure n° 7 : Progression IDH

Figure n° 7 : Progression IDH

18Le dynamisme du front pionnier vers Brasília, qui a gagné la région Nord-ouest du Minas, est un des vecteurs du progrès économique et humain qui a transformé la configuration des clivages à l’intérieur de l’État. Les grandes propriétés foncières du sertão mineiro, sous-exploitées pendant des dizaines d’années, constituent aujourd’hui les franges du front pionnier en direction du Brésil central et de l’Amazonie, le soja étant leur produit phare. À la fin des années 1990, une nouvelle composante du front agricole indique la direction des régions Nord et Nord-Est de l’État où se développent de nombreux projets d’irrigation dans les zones arides du sertão, inclues dans le « Polygone de la sécheresse » défini par la Sudene (Superintendência de Desenvolvimento do Nordeste). La frontière agricole en marche associée aux investissements réalisés dans la région du bassin du Jequitinhonha, considérée traditionnellement comme la région la pauvre de l’État, tend à réduire aux bassins du Mucuri et Doce les zones restant à la marge des améliorations socio-économiques.

  • 13 Un cluster de croissance économique peut se définir comme un ensemble d’entreprises et d’entités en (...)

19Par ailleurs, malgré la permanence du poids – en termes démographiques, économiques et administratifs – de la région métropolitaine de Belo Horizonte, on peut observer le surgissement de nouvelles centralités en raison du développement de pôles urbains secondaires comme Uberlândia et Uberaba, dans le Triângulo mineiro, ou Juiz de Fora, dans la Zone de la Mata. La croissance des villes moyennes s’appuie sur trois phénomènes complémentaires qui composent les bases des nouvelles perspectives de développement et d’organisation du territoire : le développement de pôles technologiques qui attirent une main-d’œuvre qualifiée à la recherche des meilleures conditions de vie. Dans ce sens, se met en place une politique de développement industriel fondée sur le concept de clusters industriels13. Les résultats se font sentir dans la région métropolitaine de Belo Horizonte, devenue aujourd’hui le plus grand pôle de biotechnologie de l’Amérique latine. Mais d’autres polarités apparaissent ailleurs, comme le parc industriel électronique de Santa Rita do Sapucaí, dans le sud, ou encore, l’important complexe agro-industriel d’Uberaba et Uberlândia, dans le Triângulo mineiro à l’ouest.

Photo n° 3 : Belo Horizonte, la capitale du fer

Photo n° 3 : Belo Horizonte, la capitale du fer

Cliché : A. Saadi.

  • 14 Paulista : de São Paulo.

20L’organisation territoriale du Minas reposa longtemps sur l’équilibre entre les forces centripètes, exercées historiquement par la région centrale, et les forces centrifuges qui sont à l’origine de son ouverture aux autres régions du Brésil. Pourtant, aujourd’hui, force est de constater que la tendance est à la dispersion. Le progrès de l’industrialisation du sud de l’État, très proche de la région Sud du Brésil par son climat froid et humide, ainsi que son niveau de développement économique et humain, l’intègre de plus en plus à la dynamique de l’axe Rio-São Paulo. Le développement du Triângulo mineiro se confond avec la dynamique paulista14 dans les types et les formes de cultures et d’élevage, ainsi que par la présence d’une industrie de pointe. Le Nord-Ouest se tourne vers Brasília et les mouvements de pénétration du Brésil central. Seul le Nord-Est reste réellement attaché, pour cause de dépendance économique, à la région centrale, moteur politico-économique du Minas Gerais (Fig. 8).

Figure n° 8 : Synthèse MG

Figure n° 8 : Synthèse MG
Haut de page

Bibliographie

Bilac, Olavo, 1894, « Bello Horizonte – A nova Capital de Minas », dans Gazeta de Notícias, 30 janvier, p. 1, Rio de Janeiro.

Barreto, Abílio, 1936, Belo Horizonte – Memória histórica e descriptiva - História média, Rex, Belo Horizonte.

Bremaeker, François E.-J., 1976, « A evolução da urbanização brasileira em três décadas 1940-1970 », dans Revista Brasileira de Estatística, 37 (145) : 47-80, jan/mar, Rio de Janeiro.

Brunet, Roger

1987, La carte, mode d’emploi, Fayard/Reclus, Paris.

1986, « Chorèmes et modèles » dans Mappemonde, n° 4.

1980, « La composition des modèles dans l’analyse spatiale », dans L’espace géographique, n° 4, p. 253-265.

Bruno, E.S., 1967, História do Brasil – Geral e Regional. Rio e Minas, vol. IV, Editora Cultrix Ltda, São Paulo, p. 65.

Bruno, L., 2001, « Le Minas Gerais : un miroir du Brésil », dans Mappemonde, n° 63, sept/2001.

Carvalho, Aílton M., 1985, « Evolução da urbanização mineira em três décadas : 1960/1970, 1970/1980 e 1980/1991 », dans Documentos, Departamento de Geografia IGC/UFMG, Belo Horizonte.

Carvalho, Daniel de, 19…, Formação histórica das Minas Gerais, Belo Horizonte.

Deffontaines, P., 1944, « Como se constituiu no Brasil a rede de cidades », dans Boletim Geográfico, Ano II, n° 14, Rio de Janeiro.

Dias, Pe. Francisco M., 1897, Traços históricos e descriptivos de Bello Horizonte, Typ. do Bello Horizonte.

Ferrand, Paul, 1894, L’or à Minas Gerais, 2 vol. Ouro Preto.

Fundação João Pinheiro, Instituto de Pesquisa Econômica Aplicada, 1996, Desenvolvimento humano e condições de vida : indicadores para a Região Metropolitana de Belo Horizonte 1980-1991, Belo Horizonte.

Fundação João Pinheiro, 1988, Estrutura Espacial do Estado de Minas Gerais, Belo Horizonte, V. 1, relatório de pesquisa.

FJP/Fapemig, 1997, Panorama de Belo Horizonte : atlas histórico. Centro de Estudos Históricos e Culturais, Belo Horizonte, 104 p.

Gravatá, Hélio, 1982, « Contribuição bibliográfica sobre Belo Horizonte », dans Revista do Arquivo Público Mineiro, Belo Horizonte XXXIII : 09 a 175.

Haddad, P., 1989, Economia Regional ; teorias e métodos de análise. Banco do Nordeste do Brasil, Fortaleza.

IGLÉSIAS, Francisco, 1985, Três séculos de Minas, Biblioteca Estadual Luiz de Bessa, Belo Horizonte.

Jacob, Rodolpho, 1920, L’État de Minas Gerais, Belo Horizonte.

Leloup, Yves, 1970, Les villes du Minas Gerais, Institut des Hautes Études d’Amérique Latine, Paris.

Le Vem, Michel M., 1977, As classes sociais e o poder político na formação espacial de Belo Horizonte (1883/1914), DCP/UFMG, Belo Horizonte.

Lima Jr., Augusto de, 1940, A Capitania de Minas Gerais, Lisboa.

Monte-Mor, Roberto L. M. (dir.), 1994, Belo Horizonte : espaços e tempos em construção, Cedeplar-Prefeitura Municipal de Belo Horizonte.

Moura, Ana C. M., 1994, « O papel da cartografia nas análises urbanas ; tendências no urbanismo pós-moderno », dans Cadernos de Arquitetura e Urbanismo, n° 2, p. 41-73.

Osório, Paulo, 1981, La création de Belo Horizonte – jeu et enjeu politiques, Université des Sciences Sociales, Grenoble.

Reis, Aarão, 1893, Comissão d’Estudo das localidades Indicadadas para a Nova Capital – Relatório apresentado a S. Ex. Dr. Affonso Penna (Presidente do Estado) pelo Engenheiro Civil Aarão Reis – janeiro a maio de 1893, Imprensa Nacional, Rio de Janeiro.

Santos, Milton, A urbanização brasileira, Editora Hucitec, São Paulo.

Secretaria de Agricultura de Belo Horizonte, 1927, Atlas Chorographico Municipal, 2 vol., Belo Horizonte.

Senna, Nelson de, 1926, A Terra mineira, Belo Horizonte.

Théry, Hervé

1995, Le Brésil, Masson, 3e édition, Paris.

1986, Brésil, un atlas chorématique, Fayard/Reclus.

« Modélisation graphique et analyse régionale. Une méthode et un exemple », dans Cahiers de géographie du Québec, vol. 32, n° 86, p. 135-150.

Teulières, Roger, 1961, Belo Horizonte – Étude de géographie urbaine, Imp. Huong-van, Saigon.

Torres, João C. O., 1962, História de Minas Gerais, Difusão Panamericana do Livro, Belo Horizonte.

Haut de page

Notes

1 Mineiro (a) : du Minas Gerais.

2 Cet atlas est publié à la fois sur papier et sur CD-Rom (versions destinées aux institutions d’enseignement et de recherche), mais aussi sur le réseau Internet, ce qui lui offre la possibilité d’être régulièrement actualisé. Adresse Internet : http://www.fiemg.com.br/atlas

3 Pour la réalisation de l’étude sur le Minas Gerais ont été utilisés plusieurs instruments de cartographie informatique : la base de données Samba (IBGE/IRD), Philcarto, MapInfo, Adobe Photoshop et Illustrator, associés à Data Desk ou Excel, en plus des images satellites et radar.

4 Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística.

5 Instituto de Geociências Aplicadas do Governo do Estado de Minas Gerais.

6 Departemento de Estrada de Rodagem do Estado de Minas Gerais.

7 Organisme du gouvernement de l’État responsable de la production et du traitement des statistiques sur le Minas.

8 Instituto de Pesquisa Econômica Aplicada.

9 Organismes responsables du traitement de données au niveau de l’État, pour le premier, et de la région métropolitaine de Belo Horizonte, pour le second.

10 Fundação Centro Tecnológico.

11 À l’est du Minas, le Vale do Aço (Vallée de l’Acier) est une importante région sidérurgique, stratégiquement placée à mi-chemin du Port de Vitória, Espírito Santo.

12 Le Triângulo mineiro correspond à la pointe Ouest de l’État, le « nez » du Minas Gerais, qui avance vers le Brésil central.

13 Un cluster de croissance économique peut se définir comme un ensemble d’entreprises et d’entités en interaction, sources et agents catalyseurs de synergies ayant le potentiel d’atteindre une croissance compétitive continue supérieure à celle d’un simple groupement économique. Cf. Projet Cresce Minas, FIEMG, 2000.

14 Paulista : de São Paulo.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure n° 1 : Situation au Brésil
Légende Source : IBGE.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6652/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure n° 2 : Structures élémentaires
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6652/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure n° 3 : Réseau urbain
Légende Un réseau urbain plus dense et concentré sur la portion sud, dominé par la macrocéphalie de la capitale.
Crédits Source : Recensement 2000/IBGE.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6652/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Photo 1 : Minas, les mines et les morros.
Crédits Cliché : J. Bruno
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6652/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Photo n° 2 : Ouro Preto, la capitale de l’or
Crédits Cliché : A. Saadi.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6652/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure n° 4 : Modélisation historique
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6652/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure n° 5 : Évolution du café
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6652/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Graphique 1 : Le PIB du Minas Gerais, par secteur d’activité – 1985/1997
Légende Source : Fundação João Pinheiro/Centro de Estatísticas e Informações, 1998.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6652/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure n° 6 : Dynamiques, XXIe siècle
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6652/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure n° 7 : Progression IDH
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6652/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Photo n° 3 : Belo Horizonte, la capitale du fer
Crédits Cliché : A. Saadi.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6652/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure n° 8 : Synthèse MG
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6652/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louise Bruno, « L’atlas électronique du Minas Gerais »Cahiers des Amériques latines, 38 | 2001, 181-195.

Référence électronique

Louise Bruno, « L’atlas électronique du Minas Gerais »Cahiers des Amériques latines [En ligne], 38 | 2001, mis en ligne le 05 août 2017, consulté le 14 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/cal/6652 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.6652

Haut de page

Auteur

Louise Bruno

U.M.R. T.E.M.P.S.-ENS/IRD

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search