Navigation – Plan du site
Dossier. Relations de genre et masculinités en Amérique latine

Rapports de genre et masculinités en Amérique latine

Maria Eugenia Cosio et Mara Viveros
p. 12-16

Texte intégral

À Buenos Aires, le tango fait toujours partie des rituels qui régissent les rapports entre l’homme et la femme

À Buenos Aires, le tango fait toujours partie des rituels qui régissent les rapports entre l’homme et la femme

Cliché : Alain Musset

1 En Amérique latine, les études pionnières sur les rapports sociaux de sexe ont rendu visible la place des femmes par les sciences sociales, étant donné qu’elles étaient pensées au « neutre », comme si le masculin était l’équivalent de l’universel. Ces études étaient en rapport étroit avec le mouvement social des femmes et accompagnaient la prise de conscience de leur subordination et de leur marginalisation sociale. À partir des années 1980, les études ont mis en évidence la subordination des femmes, leurs rapports avec le pouvoir et le sens attribué au fait d’être née femme (Tarrés, 2001). Le concept de patriarcat a été central dans cette période, même s’il a montré ses limites, par rapport à l’impact de l’organisation sociale dans son ensemble (Scott, 1986).

2Tout au long de la décennie, les études commencent à changer d’orientation. Le centre d’intérêt s’est déplacé des similitudes aux différences entre les sexes, d’autant plus qu’en Amérique latine, les disparités dans les rapports de genre ne peuvent pas être déliées d’autres formes d’inégalité - économique et politique en particulier (Defossez, Fassin et Viveros, 1992). Il faut tenir compte aussi du rôle central joué para les femmes latino-américaines des couches populaires dans le contexte de crise économique et d’ajustement structurel. Par ailleurs, du point de vue méthodologique, les recherches ont eu tendance à briser le rapport sujet/objet, à octroyer la parole aux sujets (d’autant plus que les femmes en avaient été privées) et à choisir des approches biographiques ou qualitatives pour obtenir une meilleure compréhension de leur évolution dans la vie quotidienne, dans le monde du travail, dans l’espace privé et public.

3Les années 1990 correspondent à la période de diffusion des connaissances cumulées dans le champ des études sur les rapports sociaux de sexe et de leur institutionnalisation dans des programmes universitaires et, au delà du monde académique, dans les agendas des conférences internationales et des plate-formes d’action. Parallèlement à une plus grande divulgation, connaissance et visibilité de la problématique dans l’ensemble de la société et un plus grand engagement des organisations gouvernementales, le thème « genre » a commencé à être utilisé par les organismes internationaux et les ONG, de façon quelque peu rhétorique ou ignorante du caractère politique de la problématique des inégalités de genre et de son origine contestataire.

4Cependant, les bilans (Gomáriz, 1992) soulignent l’absence presque totale de réflexions sur les hommes (Brod et Kaufman, 1994) jusqu’à ce qu’apparaissent des études « des rapports sociaux fondés sur les différences perçues entre les sexes » (Scott, 1991), souvent initiés par des chercheuses féministes ou réalisés par des hommes engagés dans la lutte antisexiste, en collaboration avec des académiques féministes (Fuller, 1997 ; Gutmann, 1997 ; Valdés et Olavarría, 1997 ; Viveros, 2002).

5Ce dossier des Cahiers des Amériques latines prétend offrir un espace de connaissance des études latino-américaines sur le genre, montrant la façon dont les concepts ont été repris et reconstruits par les chercheurs pour les adapter aux situations historiques, sociales, culturelles et politiques spécifiques de la région. Que ce soit au niveau des luttes féministes, de la participation politique et sociale des hommes et des femmes, des enjeux des mobilisations locales, nationales et internationales, des rapports entre identité, genre et travail ou de la pratique contraceptive des hommes, ce dossier montre l’importance accordée en Amérique latine aux relations entre les hommes et les femmes et aux identités masculines et féminines. L’étude des masculinités a permis une intégration des acquis des recherches féministes qui les ont devancées, c’est-à-dire, la volonté affichée de penser la diversité des expériences de genre selon la condition sociale, la race, l’ethnie et la génération.

6Il s’agit donc de faire voir, à travers ce dossier, comment les études sur l’Amérique latine peuvent éclairer d’un jour nouveau la problématique générale des relations sociales de sexe et réciproquement, comment les réflexions critiques sur les approches théoriques et méthodologiques qui traversent le champ des études de genre nourrissent les recherches qui concernent l’Amérique latine.

Sur un mur de Buenos Aires (Argentine), un peintre de rue a brossé le portrait de La femme moderne qui, avec son tailleur clair et son sac en bandoulière, menace l’hégémonie traditionnelle des hommes – à moins qu’elle ne suive les nouveaux clichés de la condition féminine

Sur un mur de Buenos Aires (Argentine), un peintre de rue a brossé le portrait de La femme moderne qui, avec son tailleur clair et son sac en bandoulière, menace l’hégémonie traditionnelle des hommes – à moins qu’elle ne suive les nouveaux clichés de la condition féminine

Cliché : Alain Musset

Haut de page

Bibliographie

Brod, H., et Kaufman, M., (eds.), 1994, Theorizing Masculinities, Sage Publications, Thousand Oaks.

Defossez, A. C., Fassin, D. y Viveros, M., 1992, Mujeres de los andes. Condiciones de vida, IFEA, Universidad Externado de Colombia, Bogotá.

Fuller, N., 1997, Identidades masculinas, varones de clase media en el Perú, Fondo Editorial PUCP, Lima.

Gomáriz, E., 1992, « Los estudios de género y sus fuentes epistemológicas », en Fin de Siglo : Género y cambio civilizatorio, ISIS Internacional, Ediciones de las Mujeres, Santiago.

Gutmann, M., 1997, « Trafficking in men : The Anthropology of Masculinity », Annual Review of Anthropology, n° 26, pp. 385-409.

Scott, J., 1986, « Gender : a Useful Category of Historical Analysis », American Historical Review, N° 91, n° 5, 1053-1075.

Tarrés, M.L., 2001, « De la necesidad de una postura crítica en los estudios de género ». Comunicación presentada en el Centro de Estudios de Género de la Universidad de Guadalajara, mimeo.

Valdés, T. y Olavarría, J. (eds.), 1997, Masculinidad/es Poder y Crisis, ISIS Internacional/Flacso, Santiago de Chile.

Viveros, M, 2002, De quebradores y Cumplidores. Sobre hombres, masculinidades y relaciones de género en Colombia, CES/Universidad Nacional de Colombia, Bogotá.

Haut de page

Table des illustrations

Titre À Buenos Aires, le tango fait toujours partie des rituels qui régissent les rapports entre l’homme et la femme
Crédits Cliché : Alain Musset
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6670/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 427k
Titre Sur un mur de Buenos Aires (Argentine), un peintre de rue a brossé le portrait de La femme moderne qui, avec son tailleur clair et son sac en bandoulière, menace l’hégémonie traditionnelle des hommes – à moins qu’elle ne suive les nouveaux clichés de la condition féminine
Crédits Cliché : Alain Musset
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6670/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Eugenia Cosio et Mara Viveros, « Rapports de genre et masculinités en Amérique latine », Cahiers des Amériques latines, 39 | 2002, 12-16.

Référence électronique

Maria Eugenia Cosio et Mara Viveros, « Rapports de genre et masculinités en Amérique latine », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 39 | 2002, mis en ligne le 06 août 2017, consulté le 19 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/cal/6670 ; DOI : 10.4000/cal.6670

Haut de page

Auteurs

Maria Eugenia Cosio

Université de Paris X-Nanterre et CREDAL (Maria.Cosio@univ-paris3.fr)

Mara Viveros

Faculté des Sciences Humaines, Université nationale de Colombie (onira21@hotmail.com). Ex-Professeure invitée de la Chaire Simon Bolivar (IHEAL)

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals