Navigation – Plan du site
Information scientifique
Ouvrages récents sur la notion de genre en Amérique Latine

Musset Alain, Villes nomades du nouveau monde

Paris, éd. de l’EHESS, 2002, 397 p.
Laurent Vidal
p. 182-184
Référence(s) :
Musset, Alain, Villes nomades du nouveau monde, Paris, éd. de l’EHESS, 2002, 397 p.

Texte intégral

1Objet de l’attention des historiens et urbanistes tout autant que de la faveur des voyageurs, les villes espagnoles du Nouveau Monde ont suscité tant d’ouvrages, de synthèses, de chroniques ou de récits qu’on peut se demander si elles conservent encore quelques secrets. Débusquer ceux qui demeurent nécessite sans doute de plonger au plus près des situations conflictuelles et des déviances, là où les schémas trop généraux peinent à rendre compte des attitudes et des comportements. C’est ce à quoi nous invite Alain Musset, prenant à revers en quelque sorte la belle façade de cet urbanisme colonial pour pointer du doigt la façon dont « les Espagnols ont été pris à leur propre piège. Ils ont fait des centres urbains les pivots du système politique et économique mis en place dans le Nouveau Monde, mais ils ne sont pas parvenus à assurer la permanence géographique de leurs nouvelles fondations ». Loin des clichés d’une occupation rationnelle et raisonnée du territoire, l’auteur démontre, au contraire, que « le déplacement des villes occupe une place fondamentale dans la construction de l’espace hispano-américain ». L’ampleur du phénomène est en effet éloquente : 161 villes ont subi au moins un déplacement, certaines en ont connu jusqu’à 10 (comme Villa Rica del Espiritu Santo au Paraguay et Barinas au Venezuela) ; au total ce ne sont pas moins de 270 transferts qui ont été réalisés durant la période coloniale.

2Pour bâtir une telle somme, Alain Musset a couru les archives d’Espagne et d’Amérique, est parti sur le terrain à l’affût de la moindre pierre d’une ville déplacée, interrogeant les autochtones, photographiant systématiquement chacune des traces laissées par un transfert : ici une église abandonnée à laquelle on a retiré les cloches (« la mort d’une ville était définitivement consommée quand les cloches de l’église étaient retirées pour être transportées en un autre lieu ») ; là un mur d’enceinte ; ailleurs une plaque témoignant d’un déplacement… Le résultat est un ouvrage dense, à la lecture captivante, qui fourmille d’anecdotes, de témoignages et de pièces d’archives, qui alterne le récit savant et le récit d’enquête.

3Après une première partie consacrée à la relecture des fondements théoriques qui servent de socle à la pratique urbanistique des Espagnols en Amérique, l’auteur propose quatre variables afin de rendre compte de l’ampleur du phénomène des déplacements urbains et de ses conséquences sur l’organisation socio-spatiale des Indes de Castille : « la distance entre l’ancien et le nouveau site (amplitude) ; le nombre de villes déplacées à l’échelle régionale (densité) ; le temps écoulé entre la fondation et le déplacement (rythme) ; le nombre des déplacements subis par une ville au cours de son histoire (fréquence) ». Les régions les plus touchées par ces déplacements sont les Antilles et l’Amérique centrale, où les colons et les urbanistes ont fourbi leurs premières armes : harcelés par les Indiens ou les pirates, menacés par les moustiques ou les caprices d’un terrain volcanique, les habitants de ces régions ont dû bien souvent se rendre à l’évidence : « il faut abandonner le site ». Cette décision, prise parfois au terme de longues controverses, engage alors les cités dans le processus du déplacement.

4Si la naissance d’une ville ne soulève guère de problèmes qu’on ne puisse régler d’un point de vue technique ou financier, sa renaissance est en revanche une autre affaire : ses conséquences politiques et identitaires sont en effet susceptibles de semer un trouble définitif parmi la société coloniale. C’est d’une part l’esprit de la ville qui est en jeu : « La matérialité du fait urbain (la « terre » et le « sol ») ne devait pas masquer l’essentiel du problème posé par le transfert vers un autre site : la ville avait une existence spirituelle que ni l’homme ni le milieu naturel ne pouvait atteindre et qui fondait sa véritable identité » ; c’est ensuite la stabilité du système colonial qui est menacée : « le choix du transfert engageait tout l’avenir de la communauté et risquait d’ébranler les fondements de la société urbaine. À elle seule, la perspective d’une redistribution de la carte foncière pouvait mettre en péril l’ordre établi ; elle menaçait la hiérarchie économique et sociale matérialisée (entre autres) par l’emplacement des édifices, publics et privés, qui marquaient l’espace de la ville ancienne. Surtout, elle remettait en cause l’unité de façade d’une communauté qui, pour faire front commun contre les Indiens, avait besoin d’affirmer son identité collective et de multiplier les signes de cohésion ».

5Par ce prisme des déplacements de villes, des débats qu’ils suscitent au sein de la société, des situations de crise qu’ils génèrent et qui mettent à nu les mécanismes sociaux à l’œuvre sur le sol américain, Alain Musset propose une nouvelle lecture de la mise en place de la société coloniale en Amérique espagnole. Son ouvrage prolonge d’une certaine manière celui que Serge Gruzinski avait consacré à La colonisation de l’imaginaire, notant, au sujet des sociétés indigènes du Mexique espagnol, que « l’occidentalisation mise en œuvre à partir du XVIe siècle n’avait pas les moyens de ses ambitions », d’où « une cascade de compromis pour réparer les « filets déchirés » (…), d’expériences individuelles et collectives qui mêlèrent l’interprétation à l’improvisation et à la copie fascinée » (1988 : 367). Musset relève aussi au terme de son enquête les errements d’une politique coloniale trop souvent inadaptée, parce qu’édictée par une Couronne lointaine et peu au fait des problèmes quotidiens, et les tâtonnements d’une société divisée, bien en peine de redéfinir collectivement un projet de vie commun.

6« Les nomades n’ont pas d’histoire, ils ont seulement de la géographie » écrivait Gilles Deleuze. Les villes nomades du Nouveau Monde, quant à elles, comme nous le prouve Alain Musset, ont non seulement de la géographie, mais aussi de l’histoire. Ou plutôt une histoire : celle des rapports, sans cesse redéfinis, de la société coloniale espagnole à son espace américain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Vidal, « Musset Alain, Villes nomades du nouveau monde », Cahiers des Amériques latines, 39 | 2002, 182-184.

Référence électronique

Laurent Vidal, « Musset Alain, Villes nomades du nouveau monde », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 39 | 2002, mis en ligne le 06 août 2017, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/cal/6790

Haut de page

Auteur

Laurent Vidal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals