Navigation – Plan du site
Dossier. Agricultures et marchés nationaux en Amérique latine

Politiques d’approvisionnement en maïs au Brésil : le cas du Pernambouc

Jean-Pierre Bertrand, Yony Sampaio et Tales Vital
p. 65-79

Résumés

Ce travail cherche à montrer comment, au cours de la période 1996-2000, les groupes d’intérêts de l’État du Pernambouc (Nordeste du Brésil) s’organisent pour faire face à la dépendance vis-à-vis des importations de maïs et comment ils agissent auprès des gouvernements Fédéral et régional pour garantir leur approvisionnement de ce produit essentiel pour l’alimentation de la population comme pour l’agriculture. La méthodologie utilisée prend en compte les groupes d’intérêts (approche néo-corporatiste) et analyse l’influence des organisations d’agents productifs dans la définition des actions des institutions gouvernementales dans les domaines d’activités de ces acteurs. On peut ainsi identifier trois secteurs clés : celui de l’industrie alimentaire des dérivés du maïs, celui des aliments du bétail et celui de la production avicole (ces deux derniers étant fortement liés, car l’aviculture est le principal utilisateur d’aliments composés). Ces secteurs sont les principaux consommateurs et importateurs de maïs de l’État et ils ont fait pression sur les gouvernements pour assurer leur approvisionnement. Le changement en 1998 de la politique de change a entraîné ces agents à modifier leurs stratégies et à demander un soutien à l’État Fédéral pour une utilisation du maïs national produit dans les États du Centre-Ouest, au lieu du maïs importé principalement d’Argentine. Politique qui permet un développement du complexe « grains-productions animales » au Brésil, mais crée un conflit au sein du Mercosur entre les deux pays.

Haut de page

Texte intégral

1La sélection et l’utilisation effective par un Gouvernement de tel ou tel outil de la politique agricole, par exemple pour traiter la question de l’approvisionnement alimentaire direct ou indirect de sa population, dépendent dans une grande mesure de la mobilisation et du pouvoir de pression relatif des groupes d’intérêts engagés dans ce champ d’activités. Sur le plan théorique, le courant « néo-corporatiste » prend en compte les actions d’organisations représentatives des différents acteurs présents dans une branche donnée et analyse leur impact auprès des institutions gouvernementales sur la définition des politiques publiques en regardant si les décisions et leur mise en œuvre effective sont conformes aux intérêts des groupes considérés (Silva, 1991).

2Selon Viana, « l’analyse néo-corporatiste se définit comme une nouvelle forme de mise en relation entre l’État moderne et la société. Ce concept exprime un moyen particulier d’articulation où se combinent deux aspects centraux : l’intermédiation des intérêts, d’une part, et une modalité spécifique de formation et de configuration des politiques, d’autre part » (Viana, 1997). Le comportement des acteurs liés à l’importation du maïs dans l’État du Pernambouc est analysé ici dans cette optique « néo-corporatiste », approche utile pour comprendre le passage dans cet État du Pernambouc d’une politique active d’importation du maïs – surtout en provenance d’Argentine – à un recours délibéré, avec l’aide de l’État Fédéral, à des achats sur le marché intérieur brésilien.

La dynamique des marchés du maïs

3Le maïs est l’un des éléments fondamentaux de l’alimentation humaine et animale. Riche en amidon (transformé en énergie) et en quelques acides aminés essentiels, le maïs est l’une des céréales les plus consommées dans le monde. Il est utilisé dans l’industrie alimentaire (farines, semoule, produits de petit-déjeuner, isoglucose substitut du sucre de canne ou de betterave, dextrines, huile extraite de son germe), mais connaît aussi des usages industriels très variés (alcool, amidon, papier, etc.). Toutefois, c’est son utilisation dans l’alimentation animale – associé à des sources de protéine végétale, comme celle qui provient du tourteau de soja – qui a fourni un débouché croissant à cette plante, selon un modèle « maïs-tourteau de soja » qui est né aux États-Unis dans les années trente pour faire face à une crise de surproduction et s’est diffusé ensuite à travers le monde (Berlan J.-P., Bertrand J.-P., Lebas L., 1976). Ainsi la consommation indirecte de maïs par les animaux élevés dans des conditions intensives (volailles, porcs, vaches laitières et bœufs issus des « feed lots ») prend le dessus sur la consommation humaine directe. Par exemple, si l’on consomme près de 1 000 kg de céréales par tête et par an aux États-Unis, la consommation directe n’en représente plus que 10 %. Bien entendu, ces chiffres sont beaucoup plus faibles dans les pays en développement, mais ils augmentent partout où la production animale intensive décolle.

Le marché mondial du maïs est dominé par les États-Unis

4Durant les années 1990, la production mondiale de maïs a augmenté assez rapidement, passant de 532 millions de tonnes (Mts) en 1992-1993 à 600,7 Mts en 1999-2000. La consommation apparente durant cette période s’est accrue de près de 100 Mts (de 507 Mts à 601 Mts). Les principaux pays producteurs et exportateurs de maïs sont les États-Unis, très largement en tête (239 Mts produites en 1999-2000) devant tous les autres pays : l’Argentine, l’Afrique du Sud, la France, la Thaïlande ou la Hongrie. Cette puissance américaine se retrouve à l’exportation. Les ventes américaines (52 Mts en 1999) représentent environ les 2/3 du maïs qui circule à l’échelle internationale. Les autres pays exportateurs circonscrivent en général leur action prioritairement aux marchés régionaux avoisinants : la France à ses voisins européens, la Chine à la Russie et l’Argentine aux pays latino-américains et tout particulièrement au marché brésilien.

5Le Japon est le principal marché à l’importation du maïs (16,5 Mts importées en 1999, niveau pratiquement inchangé depuis le milieu des années quatre-vingt). Les marchés du Sud-Est asiatique se développent rapidement : les quatre « dragons » (Corée du sud, Malaisie, Taïwan et Thaïlande) ont importé 12 Mts de maïs en 1999, avec 9 Mts pour la seule Corée du Sud et 2,4 Mts pour la Malaisie. Ces importations sont un indicateur du développement de l’élevage intensif dans ces pays, notamment de la production de viande de volaille.

6La Chine est le second pays importateur de maïs en 1999 (11,6 Mts) et elle se substitue désormais à l’ex-URSS. En effet, les importations de cette zone s’écroulent à partir de 1990 : 6,8 Mts en 1990-1991, 9,2 Mts en 1991-1992 et 251 000 tonnes seulement en 1999 pour la Russie. Les autres pays de l’Est européen (PECOS) n’importent plus qu’un peu plus de 0,6 Mts de maïs en 1999, contre près de 4 Mts au milieu des années quatre-vingt-dix. L’Union européenne (UE-15), qui constituait un marché important pour les États-Unis, voit ses importations nettes diminuer au profit de la production et des échanges intracommunautaires. Le pourtour méditerranéen (Égypte, Afrique du Nord, Moyen-Orient) importe du maïs destiné surtout à des élevages de volailles, alors que le principal importateur latino-américain, le Mexique avec 2,7 Mts en 1999, destine une grande part de ses importations à l’alimentation humaine.

Les marchés du maïs à l’intérieur du Mercosur

7Le Mercosur, constitué en 1995 de quatre pays, l’Argentine, le Brésil, le Paraguay et l’Uruguay, est un bloc commercial important en Amérique latine. Issu d’un processus d’intégration initié en 1986 entre le Brésil et l’Argentine, il a progressivement élargi sa base à deux pays plus petits et développé des accords de coopération avec la Bolivie et le Chili. Il s’agit pour l’instant d’une Union douanière incomplète (car des exceptions existent à la règle de la disparition des droits de douanes entre les membres) mais qui dispose d’un tarif extérieur commun et figure désormais parmi les acteurs importants dans les négociations commerciales internationales.

8Les effets de la création du Mercosur ont été sensibles dans le domaine agricole, notamment dans le cas de la production de blé (dans laquelle l’Argentine se spécialise) ou de sucre (où le Brésil est plus compétitif. Pour le maïs ou le soja, la situation est moins tranchée, dans la mesure ou les deux principaux pays producteurs du Mercosur, le Brésil et l’Argentine ont continué à développer rapidement leurs productions. En 1998, la production de maïs dans le Mercosur a été de 50 Mts, dont 30 MTS pour le Brésil, 19 Mts pour l’Argentine et 1 Mts pour l’Uruguay et le Paraguay, pris ensemble. Parmi les pays membres, seule l’Argentine dispose d’un excédent de maïs exportable, compris entre 8 et 12 Mts ces dernières années.

9La production brésilienne de maïs a enregistré une forte croissance au cours de la dernière décennie, passant de 24 Mts en 1990/1991 à 33,8 Mts en 1999-2000. L’augmentation sensible de la productivité explique en grande partie cette croissance de la production (le rendement moyen du maïs au Brésil est passé de 17,9 q/ha à 24,8 q/ha au cours de cette période). Toutefois ces rendements restent très inférieurs aux rendements argentins (qui sont passés dans le même temps de 24,8 q/ha à 60,8 q/ha) et a fortiori aux performances américaines ou européennes.

10L’offre brésilienne de maïs couvre, pour l’essentiel, la consommation intérieure, mais exige un certain effort d’importation (1,4 Mts en moyenne) pour maintenir le stock de sécurité. Ces importations proviennent principalement d’Argentine, jusqu’en 1999.

L’approvisionnement en maïs du Nordeste reste fragile

11Dans le Nordeste du Brésil, la production de maïs s’est maintenue autour de 2,4 Mts depuis 1996, à l’exception de 1998 (0,9 Mts seulement), année de sécheresse qui a dévasté la région (Sudene, 1999). Selon Sungai (1998), la demande brésilienne de maïs en 2005 pourrait être comprise entre 44 et 50 Mts, celle de la région du Nordeste être de l’ordre de 8,4 à 9,3 Mts et celle de l’État du Pernambouc varier entre 1,5 et 1,7 Mts. Les projections faites jusqu’en 2050 de la production et de la consommation de maïs pour cette région conduisent à un solde positif, malgré le fort déséquilibre entre les États de la région (Sudene & Ufrpe-Cmarcr, 1994). Mais le Pernambouc est l’un des États qui présente un déficit chronique en maïs. Par ailleurs, la consommation de maïs de cet État connaît un bond considérable et atteint aujourd’hui un million de tonne/an (Conab, 2000). Cette croissance de la consommation reflète non seulement l’expansion de l’élevage des volailles mais aussi celle de l’industrie de produits dérivés du maïs. Quelles ont été les politiques fédérale et locale d’importation du maïs et quelles ont été les stratégies des principaux groupes d’intérêts dans ce processus d’insertion sur les marchés internationaux qui va connaître un infléchissement majeur après 1998 ?

Tableau n° 1 : Bilan du maïs au Brésil, en milliers de tonnes (1996/1997-1999/2000)

1996/1997

1997/98

1998/99

1999/00

Stock initial

5 961,0

6 169,0

3 122,0

1 639,0

Production

35 703,0

30 188,0

32 417,0

33 794,0

Importation

500,0

1 765,0

1 100,0

1 500,0

Offre totale

42 164,0

38 122,0

36 639,0

36 933,0

Consommation intérieure

35 912,0

35 000,0

35 000,0

35 700,0

Exportation

83,0

Stock final

6 169,0

3 122,0

1 639,0

1 233,0

Source : Conab, sec. Federal, Decex, Bcsp, Fibge, Abrasem, b. B. Sinditextil, Moinhos, Cooperativas e agentes de mercado.
Élaboration : Conab/Sepla/Nupla/Geame

Tableau n° 2 : répartition de la production brésilienne du maïs par régions

Superficie (1 000 ha)

Production (1 000 t)

Productivité (q/ha)

Régions

99/00

00/01

Var. %

99/00

00/01

Var. %

99/00

00/01

Var. %

Brésil

12 758

13 080

2,5

31 641

41 009

29,6

24,8

31,3

+26,4

Nord

668

663

-5,1

1 051

1 016

-3,3

15,7

16,0

+1,90

Nord-Est

2 587

2 368

-8,5

2 954

1 830

-38,1

11,4

0,77

-32,3

Sud

5 033

5 346

6,2

14 062

21 787

54,9

27,9

40,8

+45,9

Sud – Est

2 495

2 533

1,5

7 191

8 140

13,2

28,8

32,1

+11,5

Centre-Ouest

1 976

2 201

11,4

6 383

8 236

29,0

32,3

37,4

+15,8

Source : Conab

Élaboration RCW

Tableau n° 3 : Production de maïs dans les États du Nordeste (1996-1999)

État/Régions

Production (tonnes)

1996

1997

1998

1999

Bahia

740 214

1 067 178

633 349

895 224

Alagoas

42 625

50 866

21 772

20 898

Ceará

551 166

266 019

93 038

443 417

Maranhão

415 383

367 634

136 724

240 993

Paraíba

209 914

146 388

3 205

14 774

Pernambuco

241 219

184 279

11 401

34 831

Piauí

411 311

173 058

55 966

234 205

Rio Grande do Norte

70 969

43 170

6 866

10 233

Sergipe

111 574

92 095

73 877

118 587

Nordeste

2 794 375

2 197 218

1 036 198

2 013 162

Source : Ibge/Deagro ; Sudene/Cpe/Ine/Comptes Régionaux.

Régionalisation de la production brésilienne de maïs

12La production brésilienne de maïs est concentrée dans le Sud du pays, bien que l’on assiste à une croissance rapide dans le Centre Ouest, où les rendements sont plus élevés.

13La taille des exploitations qui produisent du maïs est nettement plus faible dans le Nordeste (et dans le Pernambouc) que dans le reste du pays comme le montrent les données suivantes élaborées à partir du recensement effectué par l’IBGE en 1996.

14Dans le Nordeste, la productivité du maïs est très largement inférieure à la moyenne nationale. La politique nationale de soutien de ce produit ne prévoit pas de régionalisation de ses actions en termes de prix garantis ou de crédit. Cela conduit à une concentration de la production dans les zones où les ressources naturelles, les structures foncières et les infrastructures sont les plus favorables, et où, en fin de compte, les avantages comparatifs sont les plus grands.

15Dans cette concurrence interrégionale, le Nordeste ne peut globalement l’emporter pour la production de maïs. Toutefois, certaines zones du Nordeste ont connu récemment un développement de la production. C’est le cas des États de Bahia, du Ceará, du Piauí et du Maranhão. La sécheresse de 1998 a touché la majorité des États de la région et a entraîné une chute brutale de la production du maïs cette année-là.

16Dans l’État du Pernambouc, la production du maïs est principalement localisée dans la méso-région du Sertão, soit en culture sèche, soit en culture irriguée. On notera l’incidence très forte des variations climatiques sur les niveaux de production.

La politique agricole brésilienne de soutien du maïs

17Au cours des cinq dernières années (1996-2000), la politique du taux de change abandonne progressivement le système de parité fixe établi avec le dollar en 1994. Dès 1996, la flexibilité du change est de fait rétablie et s’accompagne d’une dévaluation lente mais continue du real par rapport au dollar (1996-1998). En janvier 1999, une maxi-dévaluation (50 %) est appliquée en réponse aux attaques spéculatives sur le real, avec abandon des bandes de fluctuation. Les industries vont dès lors modifier leur stratégie d’approvisionnement en maïs et se tourner davantage vers le marché intérieur brésilien.

Tableau n° 4 : Production de maïs par Méso-régions de l’État du Pernambouc (1995-1999)

Méso-régions/État

Production (tonnes)

1995

1996

1997

1998

1999

Sertão

115 710

151 233

93 499

1 544

24 614

São Francisco

8 684

14 588

14 166

3 335

1 865

Agreste

69 217

67 935

72 323

8 731

7 500

Mata

2 186

2 309

6 450

1 297

939

Metropolitana

345

241

259

259

12

Pernambuco

196 142

236 306

186 697

15 166

34 930

Source : IBGE – Production agricole municipale

Un soutien à la production de maïs qui reste actif

18La politique de financement de la production adoptée par le gouvernement brésilien ces dernières années explique en partie la croissance régulière des superficies cultivées en maïs pratiquement partout dans le pays. Toutefois, la chute de la récolte de maïs enregistrée en 1995-1996, notamment dans le Sud du pays, a entraîné le Gouvernement à prendre des mesures supplémentaires d’incitation. La remise totale ou partielle des dettes des agriculteurs a été autorisée pour les producteurs ruraux et leurs partenaires commerciaux, associations et coopératives (Conab, 1997 ; Bacen 1997).

19Durant la campagne 1996-1997, les ressources du Programme national de renforcement de l’agriculture familiale (Pronaf) ont été augmentées sensiblement, avec comme objectif de dynamiser une production agricole familiale moderne et compétitive, incluant la production de maïs. Le gouvernement a remplacé les emprunts sur les avances productives (semis, labour) par des crédits pour la commercialisation et a créé un contrat d’option de vente qui est supposé éviter au producteur le risque lié aux fluctuations de prix des produits. Les mécanismes d’acquisitions et de prêts du Gouvernement fédéral ont été modifiés en conséquence en introduisant des mécanismes de marché qui restent encadrés par l’État.

20Pour la campagne 1996/1997, le prix minimum du maïs a été fixé en fonction des conditions réelles du marché, devenant un signal clair et un facteur essentiel de garantie bancaire pour l’octroi de financement sur la totalité des dépenses productives et pour la commercialisation des produits. Les résultats de ces mesures ont été, dans l’ensemble, positifs et ont permis la croissance de la production de maïs (elle passe de 35 Mts en 1996-1997 à 41 Mts en 2000-2001), croissance favorisée aussi par une meilleure utilisation des techniques de travail du sol et des engrais (Bacen, 1997).

21Les mesures gouvernementales de soutien à la production prises en 1997-1998 sont restées en vigueur jusqu’en 2000-2001. Seuls les volumes de crédit sur les dépenses productives et les investissements ont été augmentés et les taux d’intérêts réduits de 12 % à 9,5 %. Dans le cas des ressources du Pronaf, les intérêts sur les emprunts sont passés de 9 % à 6,5 % et leur volume accru. Au cours de la campagne 1998-1999, les taux d’intérêts sur les emprunts baissent de nouveau (8,75 % au lieu de 9,5 % dans le cas général et 5,75 % au lieu de 6,5 % dans le cadre du Pronaf). Cette politique déboucha cependant, en 1998-1999 sur un niveau de production de maïs relativement réduit (32,4 Mts) à cause des problèmes climatiques, mais les importations restent modérées (1,1 Mts) inférieures aux stocks détenus et mobilisés par le Gouvernement (1,6 Mts).

22La politique agricole brésilienne est une politique de régulation (avec intervention forte de l’État) en voie de libéralisation, avec privatisation de certaines fonctions (comme le transport ou le stockage), avec une volonté d’introduire les signaux du marché dans les mécanismes de soutien, notamment pour la fixation des prix garantis (recours aux contrats de vente aux enchères), Mais l’intervention de l’État ne disparaît pas. Elle change de forme et continue à se donner des moyens d’orientation générale : bonification des taux d’intérêts agricoles, garanties de prix et soutien à la production familiale, souci des équilibres de l’approvisionnement alimentaire intérieur.

Comportement des acteurs et politiques publiques dans l’État du Pernambouc

23À côté des producteurs de maïs, il existe trois autres secteurs importants qui utilisent le maïs comme matière première pour leur production : l’industrie alimentaire de produits dérivés du maïs, les fabricants d’aliments du bétail et les éleveurs de volailles représentés par leur association, l’Avipe.

Les acteurs en présence

  • 1 Les producteurs qui disposent d’exploitations dont la taille est inférieure à 100 hectares sont au (...)

24Les producteurs de maïs sont, pour l’essentiel, liés à l’agriculture familiale1. Le maïs est inséré dans un système de polyculture et d’élevage dans de toutes petites propriétés. L’accès à la terre, au financement, à l’approvisionnement en semences et à l’assistance technique fait partie des revendications de ces producteurs familiaux auprès de la puissance publique.

25L’industrie alimentaire de dérivés du maïs installée dans l’État du Pernambouc transforme annuellement près de 257 000 tonnes de maïs. Sur ce total, l’entreprise Corn Products Brasil, filiale du groupe américain installée dans le municipe de Cabo de Santo Agostino, en utilise, à elle seule, 180 000 t. L’approvisionnement est réalisé en quasi totalité sur la base d’importations et d’achats à d’autres régions du pays.

26Les éleveurs de volailles (organisés au sein de l’Avipe) produisent œufs et viandes dans des conditions relativement intensives, notamment pour les principaux centres urbains du Nordeste Ils sont les principaux utilisateurs de maïs proposé par une industrie d’aliments composés qui se développe rapidement.

Tableau n° 5 : Consommation annuelle de maïs par les principales agro-industries de l’État de Pernambouc en 2000

Agro-industries

Consommation

Volume en tonnes

 %

Agribrands Purina do Brasil

10 920

4,25

Corn Products Brasil

180 000

70,08

Clovis Alves Barros

72

0,03

Hacata Com. Ind. Ltda

1 680

0,65

José Agostinho Leandro

48

0,02

Moinho Santa Rosa Ltda

4 368

1,70

Nippon Com. Ind. Ltda

1 440

0,56

Nordical Ne Ind. Com. A Ltda

1 920

0,75

Nutripajeú Ltda

1 200

0,47

Ordep Fabril Ne Ltda

420

0,16

Paulo Barros Nogueira

96

0,04

Paulo Dehon Coes Pires

85

0,03

Rações Melodia

14 560

5,67

Socil-Sgn Ind. Com. Ltda

21 840

8,50

Seleto Alimentos

18 200

7,09

Total

256 849

100,00

Source : Listel

Enquête directe

27L’organisation et le poids économique des groupes d’intérêts agissants dans les diverses filières « grains » et avicoles sont fondamentaux pour comprendre leur relation avec le pouvoir politique et leur influence dans le processus de décision. Ainsi d’un côté, les grands projets d’infrastructure de l’« Initiative pour le Pernambouc » ont été choisis comme un des chantiers prioritaires pour le développement de l’économie pernambucaine et il s’agissait là d’une des revendications essentielle de l’Avipe. À l’inverse, la fragilité des petits producteurs de maïs liés a l’agriculture familiale, empêche, le plus souvent, la pression qu’ils peuvent exercer sur le gouvernement du Pernambouc d’aboutir. La politique macro-économique accentue ces différences dans les moyens d’action des divers acteurs en présence.

Les effets de la dévaluation du Réal

28Entre 1996 et 1998, le maïs, matière première essentielle de cette industrie alimentaire, venait principalement d’Argentine. Les revendications des industriels auprès du gouvernement portaient alors surtout sur la réduction des coûts des opérations portuaires, puisque le prix du maïs importé était équivalent au prix du produit national, avec une qualité bien supérieure. En 1999-2000, suite à la dévaluation du réal, le prix en monnaie locale du produit importé devient plus élevé et l’industrie se tourne alors vers le marché national et local et s’engage dans une politique de stimulation de la production régionale du maïs. Par exemple, dans le cas du groupe Corn Products Brazil, en 1998, 100 % de son approvisionnement était assuré par des importations d’Argentine. En 1999, elle n’importait plus que 15 % de son maïs d’Argentine, soit 15 % des besoins de cette entreprise, le reste étant fourni par des achats sur le marché brésilien (dont 15 % en provenance de Bahia et 70 % du Goiás et du Minas Gerais, pris ensemble).

29En 2000, un nouveau changement s’opère. Corn Product a importé 30 % de son maïs d’Argentine et a acheté les 70 % restants à des États nordestins (Piauí, Maranhão et Ceará). Les revendications d’amélioration des infrastructures et notamment des chemins de fer de la région, sont mises en avant, l’objectif étant d’abaisser le coût de transport du maïs acheminé des autres régions.

30Le secteur avicole et son syndicat très actif (Avipe) parviennent de leur côté à maintenir une croissance modeste, mais continue, assurant au Pernambouc la quatrième place au niveau national pour la production d’œufs, la septième pour la production de viande de volaille (Farias, 2002)

31La consommation de maïs de ce secteur est passée de 337 000 tonnes en 1996 à 519 000 tonnes en 2000. Au niveau de l’approvisionnement en maïs, le secteur avicole a réduit, comme l’industrie alimentaire, ses importations, ces dernières chutant de 80 % de la consommation en 1998 à 60 % en 2000. Les achats sur le marché national ont donc augmenté, principalement dans le Mato Grosso, le Goiás et Bahia.

La mise en place d’une fiscalité différentielle dans l’État du Pernambouc

  • 2 Après la dévaluation du Réal entamée en 1998, les éleveurs de volailles avaient décidé d’importer, (...)

32Au cours de la période analysée, l’Avipe a concentré ses actions sur la recherche d’un approvisionnement au moindre coût, et notamment pour le maïs, principale source d’énergie dans les rations. Le secteur avicole a réussi à être entendu par le gouvernement de l’État du Pernambouc, en obtenant la mise en place d’un niveau élevé de l’Icms (impôt sur la circulation des marchandises) frappant les poulets congelés et refroidis en provenance des autres États du pays. D’autre part, le soutien du gouvernement au débarquement dans le port de Recife du maïs transgénique acheté par les éleveurs de volailles2 souligne l’importance du pôle avicole comme force économique et politique capable de rendre prioritaires certains investissements en infrastructures utiles pour le bon fonctionnement de leurs activités.

33La politique fiscale du gouvernement de l’État du Pernambouc vise à assurer la compétitivité du secteur avicole sur le marché régional, notamment pour l’approvisionnement de grandes plates-formes de distribution.

Tableau n° 6 : Brésil : variations du taux de change, des prix du maïs importé et des prix reçus par les producteurs

Année

Taxe de Change Moyen (R$/U$) (1)

Prix moyen du maïs importé (U$/t) (2)

Prix moyen reçu par les producteurs (U$/t) (3)

Prix à terme moyen du maïs (U$/t) (4)

1996

1,008

160

112

134

1997

1,077

140

108

108

1998

1,160

110

115

88

1999

1,808

110

90

81

2000

1,830

100

108

82

Source :
(1) Bacen (Banque Centrale du Brésil) ;
(2) Mdic/Secex-Ministère du développement, de l’industrie et du commerce/Secrétariat du commerce extérieur ;
(3) Conab (Compagnie Nationale de l’Approvisionnement/RCW Consultants – ces données n’incluent pas les coûts de transport) ;
(4) Bourse de Chicago (Cbot)/RCW Consultants.

34Les importations de maïs de l’État du Pernambouc se renchérissant après la dévaluation du Réal, les éleveurs de volailles comme les industriels se tournent vers le marché intérieur brésilien : vers des régions qui présentent des excédents de produit (Goiás, Minas Gerais, São Paulo, Paraná, Santa Catarina, Rio Grande do Sul et Ceará). Les réponses données par le Gouvernement de l’État du Pernambouc aux pressions des divers groupes d’intérêts ont donc été assez différenciées. Ces actions se sont finalement concentrées sur la politique fiscale, l’amélioration des infrastructures, l’aide à la recherche agronomique et vétérinaire et l’assistance technique aux producteurs.

35En ce qui concerne la fiscalité, deux voies d’intervention ont été utilisées : l’exemption de l’Impôt sur la circulation des marchandises et des services (ICMS) pour le maïs produit dans l’État et la taxation des viandes de volaille en provenance d’autres États. De même, le maïs importé d’Argentine, pays du Mercosur, acquitte un montant de 3 % d’ICMS sur la valeur du produit, alors que les importations en provenance d’autres pays sont taxées à hauteur de 11 %. La deuxième voie a consisté à élever le taux d’ICMS à 17 % sur les viandes de volailles entrant sur le territoire du Pernambouc en provenance d’autres régions du Brésil, ce qui assure une solide protection au secteur avicole pernamboucain.

  • 3 L’IPA développe également des expériences avec du sorgho en grains, sur le plateau d’Araripe dans (...)

36La politique d’amélioration des infrastructures (routes, approvisionnement en eau et en énergie, création du Centre Technologique de l’élevage avicole à Nazaré da Mata) a été réalisée en réponse à la mobilisation de la filière avicole. Dans le domaine de la recherche sur le maïs, l’entreprise Pernambucaine de recherche en agriculture et sur l’élevage (IPA), liée au Secrétariat de l’agriculture de l’État a développé de nouveaux cultivars (BR106, BR5026, BR5037, CML36 entre autres) mieux adaptés et de plus grande productivité que ceux utilisés par les agriculteurs. Toutefois, la reproduction et la commercialisation de ces nouvelles semences améliorées sont encore très limitées (IPA, – Divulga, n° 50, 68,67 et IPA-CT/61)3. Une autre action de grande envergure est en cours. Il s’agit de l’intégration de la compagnie d’approvisionnement de l’État (Ceagepe) avec le terminal « grains » du port de Suape, avec comme objectif de diminuer le coût d’importation des grains (Inform Avipe, 2000). On notera également que le programme de distribution d’aliments du gouvernement de l’État (Prodea) achète par l’intermédiaire d’Avipe environ 30 millions d’œufs/an aux éleveurs du Pernambouc qui sont distribués par les cantines scolaires, contribuant à la création de nouvelles habitudes de la consommation par les élèves.

Tableau n° 7 : Profil économique de la filière avicole du Pernambouc (1998-2001)

Catégories

1996

1997

1998

1999

2000

Logement des pondeuses
(1 000 têtes)

621

732

710

1 026

967

Production de poussins de chair
(1 000 têtes)

101 619

99 942

112 595

135 479

124 810

Logement de poussins de chair
(1 000 têtes)

82 000

83 530

93 996

113 803

107 260

Production de poulets de chair (t)

177 667

181 627

205 381

248 739

235 436

Abattage de poulets sous inspection (t)

14 812

31 960

49 789

75 214

83 729

Logement de poulettes prêtes à pondre
(1 000 têtes)

2 691

3 236

3 432

3 557

3 654

Production d’œufs commercialisés
(millions de boîtes)

2 322

2 940

3 134

3 353

3 490

Consommation du maïs (t)

337 902

384 930

423 501

501 862

519 692

Consommation de graines et farine de soja (t)

119 566

133 862

147 179

175 239

173 231

Consommation estimée d’aliment volailles (t)

519 849

589 020

659 043

780 987

787 412

Emplois directs dans la filière
(1 000 personnes)

210

220

242

258

244

Emplois indirects dans la filière
(1 000 personnes)

840

880

968

1 032

986

Total emplois dans la filière
(1 000 personne)

1 050

1 100

1 210

1 290

1 230

Chiffre d’affaires
(R$ millions)

3 200

3 300

4 050

4 460

4 580

Part dans le PIB de l’État
( %)

162

150

179

165

164

PIB de l’État de Pernambouc
(R$ millions)

19,7

22,0

22,6

27,0

28,0

Source : UBA/A

Tableau n° 8 : Importations de maïs du Brésil et du Pernambouc en tonnes (1996-2000)

Années

Brésil

Pernambouc

1996

321 614

389 433

1997

532 458

205 987

1998

1 810 959

704 655

1999

822 146

291 313

2000

1 749 840

382 047

Sources : Gazeta Mercantil de 17 février 2000 ; Secex/Decex/Port du Recife

37L’assistance technique officielle apportée aux producteurs de maïs (surtout aux petits producteurs) par l’entreprise d’assistance et de vulgarisation rurales de l’État (Ebaper) se cantonne à la distribution de quelque semence au début de la saison des pluies, à la mise en place de champs d’expérimentation pour tester les nouvelles variétés et à la diffusion de conseils sur les pratiques culturales. Cette assistance est toutefois assez précaire, davantage tournée vers l’élaboration de projets destinés à l’obtention de financements bancaires. Quelques ONG, liées aux mouvements sociaux agricoles, ont engagé des actions de qualité en matière d’assistance technique, mais ces actions sont assez ponctuelles.

Conclusion

38Le maïs est une des céréales les plus importantes au Brésil. Le Gouvernement fédéral comme les autorités régionales ont soutenu le développement de sa production, et quand cela s’avérait nécessaire son importation pour compléter l’approvisionnement intérieur. Au cours de la période étudiée (1996-2000), les changements intervenus au niveau de la politique macro-économique (dévaluation de Réal, hausse des taux d’intérêt) ont entraîné des hausses de prix du maïs importé, ce qui a conduit les groupes utilisateurs, dans un État fortement dépendant des importations comme le Pernambouc, à modifier leurs stratégies d’approvisionnement.

39Les industriels qui produisent des aliments dérivés du maïs et les fabricants d’aliments du bétail ont commencé à acheter du maïs produit au Brésil dans les États ayant des excédents et à encourager la production locale. Les importations de maïs ordinaire ont de ce fait fortement chuté (alors que les importations de maïs transgéniques augmentaient). Cette nouvelle situation s’accompagne de changements dans les priorités affichées et les revendications présentées par les différents groupes d’intérêts aux autorités fédérales et du Pernambouc. Avant la dévaluation du réal, il était moins coûteux d’importer du maïs d’Argentine et les revendications portaient davantage sur l’amélioration des services portuaires. À partir de 1999, les demandes se sont faites plus pressantes sur la remise en état des voies ferrées intérieures et sur le soutien à la production locale et régionale de maïs (ou de sorgho) ? Mais surtout ces différents groupes ont obtenu aux différents niveaux de l’État, la mise en place d’une vigoureuse politique de protection grâce à un double verrouillage fiscal, sur la matière première (hausse de l’ICMS sur les importations de maïs, y compris en provenance d’Argentine, partenaire au sein du Mercosur) et sur le produit fini (hausse de l’ICMS sur les achats de viande de volaille en provenance des autres régions du Brésil). Cette politique est-elle viable à long terme dans le cadre national d’une part et plus largement au niveau du Mercosur ? La crise argentine déclenchée en décembre 1999 et la dévaluation du peso qui a suivi pourraient, à terme, remettre en cause ce compromis autour de l’approvisionnement « national » en maïs du Nordeste. En 2002, les importations en provenance d’Argentine n’ont pas encore repris…

Haut de page

Bibliographie

Bacen, 1996, 1997, 1998, 1999, Rapport annuel.

Berlan, J.-P., Bertrand J.-P., Lebas L., 1976, « Éléments sur le développement du complexe soja à travers le monde » dans Tiers-monde XVII, n° 66, Avril – juin.

Conab, 2000, Quadros de Suprimentos : Oferta e Demanda Brasileiras (Algodão em Pluma, Arroz em Casca, Feijão, Milho, Soja em Grão), Brasilia, Avril.

Condepe, 2001, Projeto Iniciativa por Pernambouc, Recife, Septembre.

Dekald, 2001, Publicação da Jornal Sorgo, São Paulo, Ano I, Avril.

Corn Products Brasil, 1998, Rapport annuel, Août.

Farias, M., 2001, Avicultura cresce, mas a oferta de grão não, in plantão do Sorgo, São Paulo, Agroceres, Ano I, n° 2, Avril.

Guarda, A., 2001, « Corn incentiva cultivo de milho na Zona da Mata para reduzir importação », Gazeta do Nordeste, 8 juin.

Ibge, 2001, Censo Agropecuário de 1995-1996, Rio de Janeiro.

InformAvipe, 2000, Informavipe, n° 4, Décembre.

Jornal do comercio, 2000, « Avipe se apóia no parecer da CTNbio para protestar », Recife, 7 juillet.

Jornal do comercio, Justiça libera o desembarque de milho transgênico no Estado, Recife, JC online, Economia, p 1-2.

Lira, M. d’A et al., 1983, Cultivo de milho, Instruções Técnicas do IPA-6, Recife, SAG, PE/IPA, Février, 4 p.

Revista de política, 1998, Ano VII, n° 2, Avril-juin, p. 28-40.

Santiago, E. J. 2000, « Milho : Panorama Internacional » dans Conjuntura Agrícola, Brasília, Avril.

Silva, J. G. 1991, « Complexos Agro-industriais e Outros Complexos » dans Ensaios e Debates, Sept.-déc.

Sudene, 1999, Boletim Conjuntural : Nordeste do Brasil. Recife, Août, p. 1-348.

Sudene/Ufrpe-Cmarcr, 1994, Projeções do Abastecimento de Alimentos a de Produtos da Cesta Básica – Nordeste do Brasil: 1990-2050, Relatório n°2, Versão Preliminar, Recife, Décembre.

Viana, José M., 1997, Estado e Complexos Agro-industriais : Caso da Avicultura Nordestina. Recife, Ufrpe-Cmarcr. Dissertação de Mestrado, 122 p.

Sugai, Y. et al., 1998, Projeção da Demanda Regional de Grãos no Brasil – 1996-2005.

Haut de page

Notes

1 Les producteurs qui disposent d’exploitations dont la taille est inférieure à 100 hectares sont au nombre de 258 630 dans l’État du Pernambouc, avec la répartition suivante par méso-région : Metropolitana, 3056 ; Mata, 20488 ; Agreste, 129765 ; São Francisco, 21293 et Sertão, 93739 (IBGE, Cens. Agro. 1995-1996).

2 Après la dévaluation du Réal entamée en 1998, les éleveurs de volailles avaient décidé d’importer, en juin 2000, du maïs trangénique d’Argentine dont le prix était plus bas que le maïs national non transgénique. Le Ministère public fédéral répondant à une action de Greenpeace avait interdit le débarquement de 38 000 tonnes de maïs transgénique dans le port de Recife. Quelque temps après, le maïs transgénique fut autorisé à entrer par le Tribunal régional fédéral en réponse au recours de l’Avocat général de l’Union, sur la base d’un avis de la Commission technique nationale de biosécurité (JC, 07/07/2000). Pour obtenir cette possibilité d’utiliser le maïs transgénique importé, les éleveurs de volailles ont organisé des protestations (en distribuant des poulets à la population) et ont menacé de prendre des mesures de réduction d’activité affectant l’approvisionnement de la population (JC, 07/07/2000).

3 L’IPA développe également des expériences avec du sorgho en grains, sur le plateau d’Araripe dans le Sertão du Pernambouc. Ce plateau dispose de 350 000 hectares de terres de bonne qualité et d’un climat favorable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Bertrand, Yony Sampaio et Tales Vital, « Politiques d’approvisionnement en maïs au Brésil : le cas du Pernambouc », Cahiers des Amériques latines, 40 | 2002, 65-79.

Référence électronique

Jean-Pierre Bertrand, Yony Sampaio et Tales Vital, « Politiques d’approvisionnement en maïs au Brésil : le cas du Pernambouc », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 40 | 2002, mis en ligne le 07 août 2017, consulté le 27 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/cal/6862 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.6862

Haut de page

Auteurs

Jean-Pierre Bertrand

Inra, Unité Stepe/Mona du Département économie et sociologie rurales (bertrand@ivry.unra.fr)

Yony Sampaio

Université Fédérale du Pernambouc

Tales Vital

Université Fédérale Rurale du Pernambouc

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals