Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41Dossier. L'Argentine déboussoléeL’Argentine déboussolée

Dossier. L'Argentine déboussolée

L’Argentine déboussolée

Sébastien Velut
p. 13-18

Texte intégral

1En 2001, les Argentins connurent une mémorable fin d'année. Après plus d'un an d'une crise politique commencée avec la démission du vice-président Carlos Alvarez et plus de deux ans de récession économique, le président Fernando de la Rua, remarqué surtout par son inactivité, est poussé à la démission par des manifestations populaires remplissant, comme en d'autres occasions historiques, la Plaza de Mayo. En quelques heures, le pouvoir est à prendre, en quelques semaines l'Argentine, voit défiler quatre présidents.

2La presse insiste alors sur quelques événements forts : la fuite du président de la Casa Rosada, les pillages des magasins dans le grand Buenos Aires, les victimes des violences, l'effondrement rapide du peso qui perd les deux tiers de sa valeur. Mais on retient aussi la marche pacifique de milliers d'Argentins qui, à l'annonce de l'instauration de l'état de siège, descendent pacifiquement dans les rues pour s'opposer à cette mesure autoritaire.

3Au-delà de l'actualité, cette crise en rappelle d'autres. On se souvient qu'en 1989, le président Raul Alfonsin avait dû mettre prématurément fin à son mandat face à une situation qui devenait incontrôlable. Par rapport aux progrès perçus au début des années 1990, qui avaient vu la maîtrise de l'hyperinflation et le retour des investisseurs étrangers, il semble que l'Argentine soit de nouveau aux prises avec ses vieux démons, l’incapacité à assainir sa situation financière, sociale et politique pour connaître une croissance durable. Or, les changements de la présidence Menem avaient modifié certaines variables fondamentales du rapport entre l’État et la société, mis en avant de nouvelles formes d’insertion internationale avec la création du Mercosur et l’ouverture de l’économie, et engendré chez les Argentins des comportements nouveaux.

4La crise de 2001-2002 pose donc le problème de savoir dans quelle mesure l'Argentine a réellement changé depuis une décennie : assiste-t-on à un phénomène original lié aux conditions du moment, notamment le maintien d'un régime des changes trop rigide ? ou bien voit-on jouer des mécanismes déjà connus qui, dans différentes circonstances, fragilisent le pays, paralysent les instances de décision et l’empêchent de changer de cap sinon de manière dramatique ? La persistante incurie des gouvernants, le dédain des élites pour les affaires nationales et une position internationale durablement marginale et dominée militent pour cette seconde hypothèse. Elle fait revenir les thèmes de l’inexorable déclin et du gâchis des ressources naturelles et humaines d’un pays bien doté.

5Depuis les dernières années de la présidence de Carlos Menem, il était devenu clair pour la plupart des observateurs que l'Argentine allait, à moins d'une réorientation de sa politique, vers une crise profonde. L'euphorie des investissements étrangers appartenait au passé, la croissance stagnait, les signes de mécontentement se multipliaient. La misère devenait palpable jusque dans le centre de la capitale que remplissaient, à la nuit tombée, des chiffonniers venant éventrer les sacs d’ordures. Des termes jusqu'alors inconnus désignent de nouvelles manifestations du mal-être social : escraches, affronts publics envers les politiciens corrompus ou les responsables de la dictature militaire, piqueteros, chômeurs bloquant les routes et semblant s'organiser à l'écart des partis et des syndicats traditionnels, secuestro express, l'enlèvement de courte durée contre une rançon souvent minime mais se soldant aussi parfois par un assassinat, cacerolazo, concert de casseroles, brandies dans les rues ou devant les banques par des manifestants généralement issus de la classe moyenne, corralito, l'enclos bancaire d'où ne pouvaient sortir l'argent des épargnants.

6Tous témoignent de forces contradictoires qui mettent le pays sous tension : d’un côté, l'accroissement des inégalités et le malaise qui l'accompagne, avec la progression du nombre des pauvres, estimé par l'Institut national de la statistique à plus de la moitié de la population des grandes villes au mois d'octobre 2002 et, d'un autre côté, un système économique reposant sur la consommation souvent ostentatoire de produits importés plutôt que sur la production de richesses. La criminalité dépend certainement de ces inégalités exacerbées, mais elle est aussi le signe de l'impuissance voire de la complicité de la police qui n'inspire plus aucune confiance à ceux qu'elle devrait protéger. Le discrédit touche également la justice, les dirigeants politiques, les partis, les syndicats : les Argentins ne se sentent plus ni protégés, ni représentés, ni défendus. Cette faillite est grave car elle pointe l'incapacité de vingt années de démocratie à résoudre des problèmes récurrents, ou tout du moins à les affronter sereinement. Cependant, même si les Argentins n'accordent plus leur confiance à ceux qui prétendent les représenter, et qui ont prouvé leur incapacité et parfois même leur indignité, ils restent en grande majorité attachés aux libertés individuelles et hostiles à l'autoritarisme.

  • 1 On pourra se rapporter aux travaux de l'Atelier Argentine, groupe de réflexion animé par Pascal Pe (...)

7C'est dire que la crise ne se résume pas aux seuls problèmes économiques et financiers qui ont pourtant mobilisé l'essentiel des énergies1. À l’opposé, des interprétations maximalistes ont diagnostiqué une crise culturelle dont le dénouement serait la fin de l'Argentine, première victime de la décomposition sociale dans la mondialisation. Or, force est de constater que l'on a assisté depuis un an à une série d’accommodements, d'ajustements permettant de calmer le jeu politique, de planifier des élections présidentielles pour avril 2003 et de parvenir à un accord avec les institutions financières internationales. Mais les problèmes de fond demeurent irrésolus et seront à la charge du nouveau gouvernement. Les mouvements populaires, les assemblées et les manifestations n’ont pas débouché sur une révolution, le personnel politique n’a pas changé au point même que Carlos Menem apparaît comme l’un des candidats sérieux des prochaines élections, les provinces de Patagonie n’ont pas fait sécession, l’Armée n’est pas intervenue.

8Il paraissait donc intéressant de faire un bilan sur quelques thèmes précis, sans tomber ni dans le catastrophisme, ni dans l'accusation des instances internationales, ni dans le dénigrement systématique du caractère national. Face aux incertitudes d’une Argentine désorientée, les auteurs de ce dossier se sont efforcés de dégager un certain nombre de repères selon des perspectives scientifiques différentes, sans pour autant couvrir l’ensemble des problèmes soulevés par la crise. En montrant son caractère structurel, ils prouvent qu'il ne s'agit pas d'un soubresaut aléatoire ou exogène, mais plutôt de l'exacerbation paroxystique de tendances déjà décelables pendant les années 1990, certaines d’entre elles l’étant même bien avant. Mais rendue intelligible, la crise n'en devient pas pour autant plus facile à résoudre tant ses causes sont profondes.

9Ainsi, Silvia Robin étudie les dérèglements du système politique, perverti par un présidentialisme exacerbé, donnant au président élu plus de responsabilités que ne pouvait véritablement en assumer Fernando de la Rua, porté au pouvoir par une coalition fragile. Elle insiste sur le renouveau manqué lors de la réforme constitutionnelle de 1994, puis lors de l'élection présidentielle de 1999, qui met en lumière la difficulté des élites argentines à faire émerger et à soutenir de nouveaux leaders. Sur le terrain, la situation est bien plus nuancée comme le montre Denis Merklen. Confrontées à la désagrégation de l'État providence et à la disparition de mécanismes établis d'intégration sociale, les populations pauvres créent d'autres formes d'action collective pour obtenir d'un État toujours plus faible d'indispensables ressources. Elles témoignent d'une recomposition amorcée bien avant l'année 2001, redéfinissant les appartenances sur des bases très locales et autour de thèmes liés à la survie quotidienne, ainsi qu’en s’articulant de façon complexe avec les partis et les élus. Plutôt qu’à un affaiblissement des mécanismes clientélistes traditionnels, Denis Merklen conclut à leur redéfinition.

10L’analyse de la violence que propose Edgardo Manero montre également la dialectique entre continuités et ruptures se nouant autour de ce qui est perçu comme un des problèmes forts de l’Argentine contemporaine. L’imbrication entre réseaux criminels et structures de pouvoir politique est particulièrement préoccupante pour l’avenir, car l’on voit mal comment en sortir, sinon par une gigantesque opération judiciaire à l’italienne pouvant causer beaucoup de dégâts. Plus profondément, Edgardo Manero montre la difficulté à penser et à inclure l’autre dans la vie politique argentine, sinon sur le mode conflictuel qui assimile aujourd’hui les manifestants pauvres aux Indiens balayés jadis lors de la conquête du « désert ».

11Le problème de l’altérité se pose également dans les relations internationales, domaine où l’Argentine a du mal à se situer. Pour Félix Peña les causes de cette incertitude sont à rechercher dans la rupture des relations privilégiées avec la Grande-Bretagne dans l’entre-deux-guerres. Depuis, l’Argentine n’a pas su opter clairement dans ses alliances internationales, ce qui lui a conféré l’image d’un pays imprévisible. La méfiance des organismes internationaux est peut-être la conséquence de ces hésitations. Face aux volontés hégémoniques des États-Unis et aux insuffisances de l’Europe, l’Argentine pourrait cependant trouver dans l’alliance avec le Brésil une façon de réorienter ses relations diplomatiques pour peser conjointement dans les négociations internationales et favoriser le multilatéralisme.

12Ce dossier se termine par l’analyse de l’agriculture pampéenne face à la crise. Entre l’effondrement de l’industrie et les vertiges de la finance, la production agricole reste-t-elle une base solide pour l’économie nationale ? Martine Guibert et Guillermo Hillcoat soulignent les progrès importants réalisés par les producteurs qui ont fortement amélioré leurs méthodes de culture, ont profité du peso fort pour s’équiper, et pris le virage des semences génétiquement modifiées. Il en est résulté une progression spectaculaire de la production, mais aussi une concentration des terres – difficile à mesurer avec exactitude. Les producteurs qui avaient bénéficié de la suppression des taxes à l’exportation les retrouvent avec la crise : l’État ne peut résister à la tentation d’imposer le seul secteur exportateur qui se maintienne en dépit des fluctuations de la conjoncture. Même si les perspectives de marché sont bonnes, les conditions de production et d’exportation sont problématiques, ce qui laisse les producteurs dans une grande incertitude.

13Cet ensemble de textes montre la grande capacité d’adaptation des Argentins dans ces situations de crise. La plupart d’entre eux se souviennent de celle de 1989, et ils sont nombreux à avoir en mémoire les troubles du début des années 1970. Face aux sauts de conjoncture, aux dévaluations qui leur font perdre en quelques semaines les deux tiers de leur salaire et la totalité de leur épargne, les classes moyennes argentines souffrent, mais survivent. De même, les classes populaires trouvent des moyens d’action et de mobilisation qui renouvellent l’action collective. Il n’y a pas de tabula rasa de décembre 2001 : les comportements et les réactions s’enracinent profondément dans le double passé de l’Argentine, celui des crises à répétition, du déclin et de l’autoritarisme, celui d’une société intégrante, de participation et de progrès qu’elle fut aussi.

14C’est sans doute la permanence de ces comportements d’hyper-adaptabilité qu’il faut souligner sans pour autant s’en réjouir. Ils laissent penser que l’Argentine peut durablement s’installer dans une crise latente, sans explosion sociale, mais avec un haut niveau de violence inter-personnelle, sans révolution politique, mais avec le maintien de dirigeants peu crédibles, sans disparition de toute production, mais avec un repli sur quelques produits de base, sans effondrement des institutions existantes, mais avec l’exacerbation de l’individualisme. On a pu souligner l’attitude particulièrement dure des instances internationales – et pas assez peut-être les positions très fermées des États-Unis, qui rétablirent en quelques jours les visas pour les Argentins, comme de la France et de l’Espagne, et qui se préoccupèrent en priorité du sort des entreprises ayant investi en Argentine. Pourtant, les travaux rassemblés dans ce dossier montrent l’importance des déterminants proprement argentins de la crise. Le dérèglement du système des partis, la culture de violence, l’incapacité à mener une politique cohérente semblent plus déterminants que le jeu obscur de forces extérieures pour comprendre la situation. Si un grand nombre d’Argentins sont conscients de cette responsabilité, les pistes qu’ils pourraient trouver pour des réformes en profondeur semblent difficiles à mettre en œuvre.

15Enfin, cette crise pose aux sciences sociales une série de questions. Elle montre l’intérêt d’approches pluridisciplinaires, éventuellement en décalage par rapport aux approches habituelles, pour enrichir les interprétations et percevoir des évolutions qui sans elles resteraient insaisissables. De ce point de vue, l’Argentine peut être une pierre de touche pour suivre l’évolution problématique d’autres pays latino-américains, à commencer par le Venezuela avec lequel elle partage nombre de caractéristiques. Reste que les Argentins, toujours très créatifs, peuvent aspirer à autre chose qu’à être un « laboratoire de la décadence ».

Manifestants sur la Plaza de Mayo (août 2002).

Manifestants sur la Plaza de Mayo (août 2002).

Cliché : Sébastien Velut.

Haut de page

Notes

1 On pourra se rapporter aux travaux de l'Atelier Argentine, groupe de réflexion animé par Pascal Petit du Cepremap pour suivre et comprendre la crise argentine : http://www.upmf-grenoble.fr/irepd/regulation/Argentine_2002/

Haut de page

Table des illustrations

Titre Manifestants sur la Plaza de Mayo (août 2002).
Crédits Cliché : Sébastien Velut.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6991/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Velut, « L’Argentine déboussolée », Cahiers des Amériques latines, 41 | 2002, 13-18.

Référence électronique

Sébastien Velut, « L’Argentine déboussolée », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 41 | 2002, mis en ligne le 08 août 2017, consulté le 26 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/cal/6991 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.6991

Haut de page

Auteur

Sébastien Velut

École normale supérieure (Sébastien.Velut@ens.fr)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Université Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation des Amériques
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search