Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41Dossier. L'Argentine déboussoléeL’effondrement de la représentati...

Dossier. L'Argentine déboussolée

L’effondrement de la représentation et la crise politique argentine

Silvia Robin
p. 19-32

Résumés

La crise politique de 2001 signale les faiblesses structurelles de la représentation publique en Argentine marquée par un présidentialisme exacerbé, un fédéralisme déformé et un bipartisme artificiel. Les forces et faiblesses de l’alliance portée au pouvoir en 1999 montrent l’aspiration des électeurs aux changements, leur sensibilité aux messages médiatique ainsi que les difficultés à gouverner que rencontra une coalition hétérogène. Son échec marque un degré de plus dans l’affaiblissement de l’État et le discrédit des politiques que résume la formule « Qu’ils partent tous ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 À partir du second semestre 1998, l’Argentine a connu une récession qui a détruit des milliers de (...)

1En Argentine, durant les cinquante dernieres années, les crises politiques, économiques et sociales constituent une séquence implacable dans laquelle les moments de normalité ne forment qu’un intervalle fugace et incommode. De cette façon, un processus continu de destruction des liens sociaux s’impose comme une caractéristique de longue durée, et apparaît comme un trait particulier de l’identité nationale. Cependant, le grave déséquilibre institutionnel déclenché en décembre 2001 se traduit par une débâcle d’une telle ampleur que certains analystes parlent de collapsus pour le distinguer de l’instabilité chronique. Un regard superficiel sur la situation que traverse le pays conduirait à insister sur les problèmes macro-économiques comme cause fondamentale de la catastrophe, et oublierait les traits structurels du système politique qui ont conduit à son dénouement. Il est certain qu’en dépit des conditions fortes liées à la récession économique depuis mi-19981, le déroulement des événements trouve son noyau générateur dans le système de prise de décisions.

2L’Argentine souffre d’une profonde crise de confiance et de crédibilité dans ses dirigeants, son système légal et ses institutions. Cette défiance s’est développée lentement et imperceptiblement chez les citoyens dès les premiers moments du retour à la démocratie. Au rythme des promesses jamais tenues par les différents gouvernements, les partis et les dirigeants brisèrent, de façon progressive mais sans relâche, les contrats de représentation de la société et s’éloignèrent de ses préoccupations pour devenir de simples défenseurs de leurs propres privilèges. Dans une société qui s’appauvrissait et se fragmentait, la politique devint une activité qui procurait des bénéfices à ceux qui s’y livraient, au détriment de l’intérêt général. Le système légal et les institutions publiques devinrent des réduits spécialement conçus pour cette nouvelle oligarchie qui trouvait son origine dans la récupération de la démocratie.

3Trois facteurs structurels ont influencé la débâcle de décembre 2001. Tout d’abord un présidentialisme exacerbé par la concentration des pouvoirs entre les mains du président, particulièrement pendant les périodes de rupture institutionnelle (De Riz et Smulovitz, 1991 ; Nino, 1993, Ferreira Rubio et Gorretti, 1995). Ensuite un fédéralisme déformé, plus de droit que de fait, même si depuis 1983, on peut observer une tendance plus favorable aux autonomies provinciales et locales. Durant le gouvernement de Carlos Menem, l’introduction de réformes néolibérales coïncida avec d’importantes réformes des systèmes de transferts financiers entre niveaux de gouvernement, mais ces dernières semblent avoir aggravé les inégalités régionales (Roffman, 1989 ; Sabsay, 1991 et 1999 ; Gordin, 2002 ; Velut, 2002). Enfin, le troisième facteur tient à un système artificiel à deux partis, malgré la victoire du radicalisme en 1983 qui sembla mettre fin à la domination du péronisme. Le présidentialisme modèle en effet un bipartisme fondé sur le principe majoritaire pour former des options d’alternance. Le pacte d’Olivos entre le PJ et la UCR qui permit la réforme constitutionnelle de 1994 réaffirma le bipartisme, même si le système des partis paraît être en constante évolution (Cavarozzi, 1989 et 1997 ; Catterberg, 1989 ; De Riz, 1993 ; Adrogué, 1995 ; Di Tella, 1997 ; Novara et Palermo, 1998).

4La crise politique ne fut pas soudaine : les traits que l’on vient de rappeler minaient la démocratie depuis 1983. Cependant, il semble que certains d’entre eux soient devenus intolérables pour les citoyens. Pour comprendre le dénouement, il faut partir des débuts d’une force politique qui semblait destinée à changer la direction maintenue par l’Argentine durant le gouvernement de Carlos Menem.

Aux origines de l’Alianza

  • 2 Le Front pour un pays solidaire (FREPASO) provient de l’union entre le Frente Grande, dirigé par C (...)

5La démission du président Fernando De la Rua, le 20 décembre 2001, résume de façon dramatique une succession de difficultés et de défections dont les origines se confondent avec celles de l’Alianza qui l’avait porté au pouvoir. En octobre 1999, les Argentins avaient manifesté leur volonté de changement. Après dix ans d’hégémonie justicialiste sous l’énergique direction de Carlos Menem, les citoyens inclinaient pour l’alternance et portaient au pouvoir une force politique de création récente. En effet, deux ans auparavant, le centenaire parti radical, avait décidé de former une coalition électorale avec le Frepaso2. Les élections de 1997, pour le renouvellement de la moitié de la chambre des députés, sont le baptême du feu pour l’Alianza, et il est possible de déceler un changement d’humeur de la société. Le puissant parti au pouvoir est défait dans la province de Buenos Aires, la principale circonscription du pays, dont le gouverneur Eduardo Duhalde figure comme le successeur de Carlos Menem dans la course à la présidence. Le triomphe de l’alliance dans ce bastion péroniste est pour lui un très sérieux revers.

6Aussitôt après sa victoire, l’Alianza se met au travail pour renforcer la coalition et présenter une formule présidentielle intégrant les deux partis. Celle-ci devait plaire aux électeurs et en même temps, convaincre les citoyens qu’il ne s’agissait pas d’un simple accord électoral, mais qu’elle pourrait rester unie et gouverner efficacement. Son caractère innovant était à la fois sa force et sa faiblesse : l’union de deux forces inégales – sur les plans de l’expérience politique, des stratégies de construction, des conceptions de gestion et de développement territorial – qui s’étaient disputés peu de temps auparavant les voix de la même partie du corps électoral. Elles n’avaient pas non plus travaillé ensemble au parlement, ni eu le temps de passer des accords dans toutes les provinces. Pourtant le pays demandait clairement le changement dans le style et les propositions de gouvernement. Il réclamait aussi une révision des points de vue sur les responsabilités de l’État face aux questions laissées irrésolues par dix ans d’un gouvernement qui s’était aligné sur le « consensus de Washington ».

  • 3 Les règles du ballottage (le deuxième tour n’a pas lieu si l’un des partis a 45 % des voix ou plus (...)

7Depuis ses origines comme république, l’Argentine s’est caractérisée par un fort présidentialisme, lié à la tradition du caudillisme, où le président est aussi chef de l’État et généralement chef du parti de gouvernement. Cette concentration de pouvoirs sur une seule personne tend à un exercice hégémonique du pouvoir par celui qui détient la présidence. Le bipartisme est né de ce moule et s’est accentué après 1983. La première succession présidentielle, réalisée en 1989 dans un climat plein d’incertitudes, confirma le caractère bipolaire de la vie politique : radicalisme contre péronisme. La réforme constitutionnelle de 1994 intensifia ce caractère3, puisque lors des élections présidentielles, la présence du justicialisme qui peut compter sur au moins 35 % des voix amène l’opposition à se coaliser (Pasquino, 1997).

  • 4 Les sondages montraient, début 1999, 70 % d’opinions défavorables au gouvernement Menem.

8La victoire d’octobre 1999 est due fondamentalement à un vote contre le ménémisme4. La formule présidentielle de l’Alianza réunissait deux styles politiques et personnels opposés, présentés comme complémentaires dans la stratégie de campagne, ce qui était un défi dans un pays fortement présidentialiste. Comment s’accommoder d’un vice-président énergique comme Carlos Alvarez sans qu’il interfère avec l’image du président De la Rua ?

9La formule privilégia la complémentarité entre un candidat à la présidence mesuré mais ferme, austère et modéré, ayant une expérience de gestion et de recherche des consensus, et un vice-président jeune et médiatique, aux propos fougueux et incisifs, qui se distinguait par ses dénonciations de la corruption enkystée dans l’État, et ses appels pour davantage d’équité dans la distribution des revenus.

10Comprenant la lassitude de la société après dix ans d’hégémonie ménémiste, le discours de campagne insista sur la nécessité du changement. Cette « offre électorale » était bien ciblée pour capter les électeurs, en s’appuyant sur les changements de la représentation (Manin, 1992), l’autonomie de l’électorat, la volatilité du vote et la personnalisation de la représentation (Cheresky, 1999). Eduardo Duhalde, malgré tous ses efforts, représentait la continuité et l’Alianza, la nouveauté. La rupture passait surtout par un changement de style et la promesse d’un plus grand respect des institutions et des normes constitutionnelles plus que par des propositions concrètes sur les plans économique et social.

11Alors que le discours de campagne évitait les promesses tonitruantes et les effets grandiloquents, sur le terrain publicitaire les techniques employées étaient remarquables et mettaient en jeu des ressources jusqu’alors peu utilisées. De toutes les élections présidentielles, celle de 1999 fut celle qui utilisa le plus les moyens d’information, en particulier la télévision pour divulguer l’offre d’hommes et d’idées. Spots publicitaires et sondages furent les principaux outils de constitution de l’opinion publique par les forces politiques, élargissant ainsi l’espace public (Ferry, 1995 ; Wolton, 1995). Cette manière de faire, nouvelle pour l’Argentine par son intensité, cherche à capter un individu autonome mais passif, le citoyen devient un consommateur et le produit est présenté en fonction des demandes et des attentes de ceux qui devront choisir. De cette façon, les experts en communication et en opinion publique s’imposèrent comme les personnes clés des équipes de campagnes des deux candidats. Sur ce terrain, l’Alianza s’imposa grâce à une plus grande cohérence entre son message et son image, qui faisait appel à un citoyen indépendant, dégagé de liens identitaires forts, ce qui correspondait à une nouvelle option politique. L’efficacité de la propagande de l’Alianza fut un élément important au moment du vote.

  • 5 La « lettre aux Argentins » était une déclaration de principes sur le nouveau rôle de l’État dans (...)

12En revanche, Eduardo Duhalde dut dans un premier temps employer toute son énergie à faire échec aux prétentions de Menem à la réélection, ce qui correspondait à un épisode supplémentaire de la lutte entre les deux hommes. Il lui fallut pour cela construire un discours d’opposition au gouvernement qu’il dut, une fois désigné candidat, substituer par des propos plus modérés faisant appel aux idées fortes de l’imaginaire péroniste : nationalisme, dialogue social et capacité à gouverner. Ainsi, au mois d’octobre 1999, la société argentine se prononce pour les candidats qui ont le mieux montré leur connaissance de ses attentes : le besoin de renforcer la démocratie par une succession tranquille donnant la possibilité de gouverner à ceux qui avait forgé une coalition d’opposition avec un programme de gouvernement diffus5.

Les difficultés de l’Alianza à l’intérieur du pays

  • 6 Il n’y eut d’accord que dans les provinces de Buenos Aires, de Santa Fé, du Chaco et dans la capit (...)

13L’une des faiblesses de l’Alianza était son existence effective dans les provinces. S’il y avait bien eu un accord entre dirigeants nationaux en 1997, ainsi que dans la province de Buenos Aires et la capitale fédérale, il n’en allait pas de même dans les provinces. L’inégale implantation territoriale des partis et la faible participation des caciques provinciaux du radicalisme diminuaient son efficacité électorale6 et conduisaient à s’interroger sur sa capacité à exercer harmonieusement le gouvernement.

14Le parti justicialiste profita de cette situation en affichant clairement sa volonté d’avancer les élections dans les provinces. Ainsi, 1999 fut une année d’élections provinciales précédant les élections nationales. L’objectif avait été clairement défini par Carlos Menem : éviter qu’une défaite aux présidentielles n’entraîne des défaites dans les provinces dont la plupart étaient gouvernées par le justicialisme. Dans un régime fortement présidentialiste comme celui de l’Argentine, le vote national produit un effet d’entraînement sur les élections locales. D’autre part, le parti au pouvoir estimait que des victoires justicialistes dans les provinces renforceraient le pouvoir présidentiel et placeraient sous conditions un futur gouvernement d’opposition, même si l’on pouvait aussi penser qu’il affaiblirait le candidat justicialiste à la présidence – ce qui ne semblait guère préoccuper le président Carlos Menem.

15Sur les dix-sept circonscriptions où les élections furent avancées, le justicialisme gagna dans onze, l’Alianza dans trois, l’UCR dans une alors que deux revenaient à des partis provinciaux.

16En octobre 1999, il était prouvé que la stratégie justicialiste reposait sur un diagnostic exact. Dans les six provinces qui renouvelèrent leurs autorités en même temps que la nation, trois furent gagnées par la coalition sous l’effet d’entraînement des élections présidentielles. Toutefois, cet effet ne fut pas confirmé dans la province de Buenos Aires, où malgré l’échec d’Eduardo Duhalde comme candidat à la présidence, l’Alianza ne parvint à porter son candidat au poste de gouverneur. Cet échec à Buenos Aires conditionna l’avenir de la coalition. Le radicalisme en attribua la responsabilité au FREPASO, puisqu’aux élections présidentielles Fernando De la Rua l’avait emporté sur le puissant appareil d’Eduardo Duhalde. L’équilibre interne de l’Alianza est en péril, les membres du FREPASO ont perdu le puissant gouvernement de la province alors que le radicalisme n’est pas disposé à partager équitablement les postes du gouvernement national.

Les difficultés de gouvernement de l’Alianza

  • 7 Il avait obtenu 48,5 % des voix, contre 37,9 % à Duhalde et 10 % à Domingo Cavallo. En 1983, Raul (...)

17Les urnes avaient conféré au président De la Rua la même légitimité qu’à ses prédécesseurs, puisqu’il avait triomphé dès le premier tour7. À la différence d’autres changements de gouvernement dont les citoyens attendaient des solutions rapides à de graves problèmes économiques, ceux-ci lui demandaient un renforcement institutionnel garantissant l’État de droit et l’attachement aux normes institutionnelles, ils exigeaient également une plus grande transparence de la gestion publique qui mette fin à la confusion entre cette dernière et les intérêts particuliers de ceux qui l’exerçaient et, fondamentalement, ils souhaitaient l’austérité. La situation économique était médiocre : un fort taux de chômage, la récession et le déficit public constituaient une combinaison préoccupante demandant à la fois efficacité technique et sensibilité sociale.

18Le nouveau gouvernement se trouvait dans une situation politique compliquée : l’opposition justicialiste dominait dans la majorité des provinces et au Sénat où elle disposait entièrement du quorum, lui permettant de voter des textes à elle seule. À la Chambre, en dépit d’excellents résultats, il manquait à l’Alianza deux sièges pour disposer de la majorité. Cela signifiait que sur le terrain législatif, le gouvernement devrait nécessairement dialoguer avec les autres partis pour passer des accords et faire voter les lois nécessaires aux réformes jugées indispensables. Ce scénario demandait une grande connaissance de l’arène parlementaire pour tisser des accords, puisque s’ouvrait un cycle où le pouvoir exécutif serait diminué par la capacité de pression des gouverneurs et par l’obstruction que pourrait exercer un Sénat contrôlé par l’opposition. D’autre part, le président n’était pas le chef de son parti, dominé par la fraction proche de Raul Alfonsin, et plusieurs élus radicaux n’éprouvaient pas pour lui une grande sympathie.

19La situation était totalement différente de celle qui avait prévalu sous le ménénisme jusqu’en 1997. Alors que celui-ci se caractérisait par la force écrasante du présidentialisme, la nouvelle configuration se rapprochait d’un type semi-parlementaire obligeant le gouvernement à cohabiter et à renforcer les espaces de délibération et de négociation. Le passé et la personnalité du président laissaient bien augurer de sa capacité à gouverner de cette façon. Il était pour cela nécessaire de maintenir ouverte la communication avec la société pour qu’elle délibère et se sente, d’une certaine façon, protagoniste dans cette nouvelle étape. Il fallait transformer le vote de rejet du ménémisme en participation active dans différentes instances pour abandonner les pratiques de délégation sans contrôle de la période précédente.

  • 8 Le ministère du Développement Social et de l’Environnement a été confié à Graciela Fernandes Meiji (...)

20La constitution du gouvernement mit en évidence le déséquilibre interne à l’Alianza : sur dix ministères, le Frepaso n’en obtint que deux8, correspondants à des secteurs sensibles et exposés. Les mécanismes de prise de décision gouvernementale ne montraient pas l’esprit que l’on était en droit d’attendre d’un gouvernement de coalition. Au contraire, la plupart des postes clés furent confiés à des hommes très proches du président. La seule exception fut le ministère de l’éducation, un thème sur lequel la campagne avait fait naître beaucoup d’attentes, et qui fut confié de façon surprenante à Juan Llach, un proche de Domingo Cavallo. Sa nomination paraissait anticiper toute une politique d’affectation des ressources de ce secteur. Cette différence marquée de poids relatifs des deux composantes de l’Alliance semblait découler directement de la défaite dans la province de Buenos Aires, dont la responsabilité retombait sur le Frepaso. On savait pourtant que le parti dirigé par Carlos Alvarez ne disposait pas de cadres formés en nombre suffisant pour prétendre à l’égalité avec les radicaux.

  • 9 L’Alliance a été différemment perçue (voir Ollier, 2001 ; Godio, 1998 ; Cheresky, 1998 ; Palermo e (...)

21Le Frepaso était une force nouvelle et hétérogène, provenant de la recomposition d’un vaste éventail de groupes réunis autour de la figure de Carlos Alvarez, dont le rôle personnel était renforcé par la faiblesse des structures du parti. Il s’agissait fondamentalement d’un parti d’opposition qui avait su gagner une réelle présence médiatique lors des élections, mais ne disposant que d’un faible nombre de militants. Il n’avait pas d’instances internes permettant la discussion, le consensus, et par voie de conséquence, la responsabilité d’un programme se proposant d’innover sur le plan des pratiques politiques9.

22Une autre limite de la coalition était les relations entre le président et le vice-président. Dans un système présidentialiste, ce dernier est une figure protocolaire sans importance, à qui revient constitutionnellement la présidence du Sénat. Mais une personnalité comme Carlos Alvarez ne pouvait se contenter d’un second rôle. Or, dans un gouvernement de coalition, il était essentiel de maintenir la compatibilité entre les deux, de préserver la coopération et les échanges. En outre, la faiblesse de l’organisation du Frepaso se manifesta lors de la formation du gouvernement : des fonctionnaires ayant peu d’expérience de gestion, et pour beaucoup, imbus d’un extrême pragmatisme inconciliable avec un projet politique innovant et progressite, acceptèrent sans discuter des mesures proposées par ceux qui affichaient des compétences techniques et affirmaient que la seule solution était de se soumettre aux pressions du capital international en offrant des marchés du travail dérégulés, des aides et des exemptions d’impôts attirant immédiatement des investissements et suscitant la croissance. Ainsi, très rapidement, la nouvelle administration prit une série de mesures pour combattre le déficit public qui provoquèrent l’étonnement et le mécontentement de la société : réductions des salaires de la fonction publique, réduction du personnel de l’État et hausses d’impôts. Cependant, ces mesures ne provoquèrent pas un aussi grand malaise que les pratiques contraires à la transparence institutionnelle. L’accusation de corruption de sénateurs pour obtenir le vote d’une loi du travail clairement anticonstitutionnelle produisit un important scandale. Il s’ensuivit une forte tension entre le président et le vice-président qui mit en lumière les limites de la coalition dans un système présidentialiste.

23La victoire électorale de l’Alliance, malgré l’attachement d’électeurs provinciaux pour leurs gouverneurs péronistes, était fondamentalement due à son esprit de renouvellement institutionnel. Dans ce cas, les accusations lancées par le vice-président lui-même assombrissaient l’engagement du gouvernement d’en finir avec les pratiques de la « vieille politique ». Un affrontement voilé, mais qui fut finalement connu de l’opinion publique, opposait les deux membres de l’exécutif : le vice-président monopolisait le discours éthique, et n’hésitait pas à accuser ses propres camarades de parti ; Fernando De la Rua se plaçait sur un plan destiné à préserver la gouvernabilité en réclamant toute l’autorité conférée par sa charge, en essayant de monopoliser la scène publique et en faisant usage de ses attributions de chef de gouvernement pour remanier son cabinet.

24La crise de confiance entre les participants précipite le dénouement : Carlos Alvarez démissionne au mois d’octobre 2000. Même si la coalition ne prend pas fin officiellement, elle ne fonctionnera plus que de façon limitée sur le plan législatif. Au-delà des effets immédiats de cette démission, le problème fondamental est celui de la déception des citoyens. Non seulement les choix économiques ne satisfont pas les attentes de la société, mais le gouvernement semble reproduire les vices et les anomalies du régime précédent. L’éloignement du vice-président durcit l’image du président, mais ne la rend ni plus forte ni plus vigoureuse. Au contraire, ses attitudes autoritaires et ses demandes pour contrôler les décisions minent lentement les fondements de son pouvoir.

La dernière année

  • 10 Il s’agit de facultés que le Congrès peut déléguer au pouvoir exécutif pour un temps déterminé afi (...)
  • 11 Cette députée du Chaco commença à s’opposer au groupe des députés de l’Alliance, et en particulier (...)

25Après la crise d’octobre 2000, les relations entre le Parlement et l’exécutif se détériorent, même si la démission du vice-président ne signifie pas pour autant la rupture du bloc de l’Alliance à la Chambre de députés, ni le départ des membres du parti des structures ministérielles. Un groupe de députés du Frepaso adopte une attitude très critique, surtout vis-à-vis des mesures économiques. Le front législatif de l’Alliance se détériore au rythme de l’aggravation de la situation macro-économique. L’entrée au gouvernement de l’ex-ministre Domingo Cavallo provoque l’éloignement d’un groupe de députés du Frepaso. Par la suite, la demande du président pour gouverner avec des « facultés extraordinaires »10 provoque la scission de quelques députés radicaux et justicialistes menés par la députée radicale Elisa Carrió11 : un nouveau bloc se profile à la chambre dans la perspective des élections législatives d’octobre 2001.

26La figure de Domingo Cavallo faisait naître des résistances au sein du radicalisme, des affrontements historiques le séparaient d’Alfonsin, président de l’UCR. Cependant, et malgré les divergences d’après 1995, il s’identifiait symboliquement avec les réalisations économiques du gouvernement Menem. Son arrivée au ministère de l’économie signifiait, bien que beaucoup aient refusé de l’admettre, la formation d’une nouvelle coalition tournée vers des principes idéologiques que le radicalisme alfonsiniste et le Frepaso avaient toujours dénoncée. La demande immédiate de bénéficier de « super-pouvoirs » pour gouverner faisait partie de son style : prétextant la nécessité et l’urgence qui rendait impossible un long traitement parlementaire des décisions à prendre, il essayait de se dégager de tout type de conditionnement.

27C’est ainsi que s’exacerbe le présidentialisme, une fois de plus l’idée de l’urgence annule la délibération et la recherche du consensus. L’action de l’exécutif empiète sur les attributions que la Constitution confie au législatif et restreint encore davantage la faible indépendance de la justice. Cependant, l’arrivée de Domingo Cavallo n’amène pas plus de considération pour le président. L’agitation théâtrale du ministre occulte l’image d’un président fragile et indécis. À la différence de Carlos Menem qui démontra d’autres qualités pour exercer le commandement, Fernando De la Rua ne donne pas l’apparence d’efficacité dans la décision que l’on demande à un leader dans des moments critiques.

28Le déclin du débat parlementaire, outre qu’il brisait l’un des fondements de la vie républicaine, produisit un autre effet indésiré sur l’état critique du système politique argentin : l’accroissement de l’importance des gouverneurs et de leurs pressions. L’opposition justicialiste profite de la fermeture de la voie législative pour négocier directement avec le président par l’intermédiaire de ses hommes forts des provinces qui sont considérés comme les vrais dépositaires de la souveraineté populaire. Beaucoup d’économies provinciales traversent depuis les années 1980 une profonde crise financière et dans plusieurs de ces territoires, la monnaie nationale a été remplacée par des papiers circulant sans contrepartie réelle. Cette situation d’urgence et la possibilité de faire directement pression sur le gouvernement national pour obtenir des fonds sont utilisées par les gouverneurs péronistes qui négocient séparément différents types d’aides en échange du vote de leurs sénateurs, et agissent conjointement pour faire échec au ministre de l’économie en lui réclamant le paiement immédiat des arriérés des transferts fiscaux fédéraux.

29L’une des faiblesses de la structure nationale argentine est celle d’un fédéralisme qui ne se concrétise pas par une réelle autonomie provinciale, puisque dans la majorité des provinces, la principale ressource financière provient des transferts fédéraux. Sans ressources propres, ces provinces se trouvent dans la triste situation de collectivités mendiantes ce qui n’empêche pas que l’argent versé par la nation ne donne pas lieu à des dépenses publiques scandaleuses, marquées par des privilèges et des prébendes pour les partis (Gisbon et Calvo, 2001). Les gouverneurs des provinces pauvres, quelle que soit leur appartenance politique, ont toujours utilisé les finances et l’emploi publics pour financer leurs partis. Le clientélisme reposant sur l’échange de faveurs contre des votes est l’une des caractéristiques traditionnelles de la vie politique argentine (Auyero 1997 et 2001).

Le dénouement

  • 12 Au Sénat, le péronisme obtient 31 % des voix et 45 sièges, l’Alliance 21,2 % et 25 sièges. Les bla (...)

30Une série de décisions affectant directement les revenus des citoyens provoqua un profond rejet social qui se traduisit quotidiennement par différents types de manifestations. C’est dans un climat d’impatience et de scepticisme qu’eurent lieu les élections d’octobre 2001 pour le renouvellement des autorités législatives nationales et provinciales. Elles révélèrent un malaise croissant des électeurs à l’égard de leurs représentants qu’exprima le rejet des offres des partis, principalement l’UCR et le Frepaso. Le vote de protestation, le vote blanc et l’abstention furent les diverses façons d’exprimer déception et malaise. Les chiffres furent clairs et nets12, et le péronisme, bien qu’au-dessous de son niveau antérieur, parvint à s’imposer. Ce sont les électeurs séduits par l’Alliance en 1999 qui se dispersèrent sur d’autres partis et qui, surtout, grossirent les rangs des déçus. Cet éparpillement favorisa aussi les partis de gauche qui parvinrent à envoyer des représentants au Parlement.

31Le président ne sembla pas s’apercevoir de son isolement ni des demandes des citoyens pour une nouvelle orientation et continua d’en appeler aux vaines apparences de son autorité. Au lieu d’assumer la responsabilité d’une gestion contestée, il interpréta le vote comme une réclamation envers l’ensemble de la classe politique. Par ailleurs, l’opposition, devenue soudainement la première force politique du pays, hésita entre une position dure et un accord qui pourrait la désigner comme l’une des responsables de la crise. Les gouverneurs reprirent leurs pressions pour obtenir des aides financières. Mais le justicialisme ne présenta pas non plus un bloc homogène. Eduardo Duhalde, élu sénateur pour la province de Buenos Aires, prétendit diriger un justicialisme fragmenté et planifia simultanément un pacte de gouvernabilité avec le radicalisme qui permettrait d’atteindre 2003, date prévue pour les élections présidentielles.

32Après octobre, la situation économique se détériora considérablement et la méfiance s’accrut vis-à-vis de la solidité de la convertibilité peso-dollar. Le premier lundi de décembre, un décret gela les dépôts du système financier et déclara la bancarisation forcée. Les individus ne furent autorisés à retirer que 250 dollars par semaine de leur compte en banque, afin de freiner la fuite des capitaux, une mesure baptisée corralito. Cette décision exceptionnelle ne violait pas seulement les droits patrimoniaux des individus, mais elle compliquait aussi à l’extrême la vie quotidienne, surtout celle des plus pauvres qui n’étaient pas victimes du corralito mais bien de la misère.

  • 13 La désarticulation et la fragmentation de la société ont pour conséquence une multitude de mouveme (...)

33Des protestations continues et des manifestations opposées à ces mesures culminèrent dans des explosions de violences, la mise à sac de supermarchés et de magasins, qui firent revenir dans l’imaginaire social les visions de 1989, quand l’hyperinflation produisit une explosion comparable. Le gouvernement décida de rétablir l’ordre en proclamant l’état de siège, mais la déclaration présidentielle provoqua un profond rejet qui s’exprima par le son des casseroles. Dans les principales villes, la population décida d’exprimer publiquement son refus de la décision de limiter les libertés individuelles. La nuit du 18 décembre 2001, les rues sont remplies par les habitants qui, de façon aussi spontanée que pacifique, décident de se faire entendre. La répression, inédite et irresponsable, pour évacuer la Plaza de Mayo déclenche des violences faisant plusieurs morts. Fernando De la Rua présente sa démission. La contestation est profondément négative envers l’autorité politique. « Qu’ils partent tous » est la consigne qui la définit. Cependant, cette coïncidence dans le rejet des dirigeants politiques ne dissimule pas l’hétérogénéité et la fragmentation de la société qui empêche la convergence de ces protections en un mouvement social unifié13.

34Le dénouement institutionnel de cette crise met une nouvelle fois en évidence les limites du système présidentiel (Nino, 1988). Lorsque se produisent de graves et de profonds changements des comportements collectifs, la gouvernabilité dépend trop de la qualité du leader et des caractéristiques personnelles de celui qui se trouve exercer la présidence. Sans mécanismes institutionnels pouvant agir rapidement et efficacement quand le prestige et l’autorité du président se dégradent au point de ne plus pouvoir exercer ses fonctions, ses vertus, ses vices ou son incapacité deviennent des facteurs essentiels qui conditionnent les évolutions, avec des résultats imprévisibles quant à la durée du système institutionnel.

35Le président du Sénat assuma brièvement la charge présidentielle et une assemblée législative nomma à la présidence Adolfo Rodriguez Saá, gouverneur de San Luis. Mais ses collaborateurs furent critiqués et les autres gouverneurs justicialistes ne le soutinrent pas ; il quitta son poste après une semaine au cours de laquelle l’Argentine se déclara en cessation de paiements. Une nouvelle assemblée, d’une constitutionnalité douteuse, désigna alors Eduardo Duhalde comme président. Son gouvernement s’appuie sur une vaste coalition parlementaire réunissant péronistes, radicaux et membres du Frepaso, mais souffre d’un manque de reconnaissance sociale. Les mesures macro-économiques adoptées et les incertitudes politiques ont intensifié le conflit social. Le rejet par les citoyens de la classe politique provoque chez celle-ci une attitude de défense corporatiste qui élargit encore la brèche entre représentants et représentés.

36L’Argentine en crise est un hybride politique, une formule mixte peu réussie faite de présidentialisme et de parlementarisme, et comportant des traits anachroniques d’un régime influencé par les gouverneurs – une caractéristique propre au XIXe siècle. Le résultat de ce désordre croissant est que l’Argentine, au lieu de jouir d’un état constitutionnel de séparation des pouvoirs survit péniblement dans un régime confus, où le président hésite et change de direction, les juges sont politisés, les gouverneurs définissent des accords qui ne se concrétisent pas, et le Congrès se réduit face aux pressions de l’exécutif et du nouveau pouvoir confédéral.

37Tout semble en cours de désintégration en Argentine. L’État est extrêmement affaibli par les mesures de réduction prises dans les années 1990, si bien qu’il ne peut plus ni contrôler ni prélever l’impôt. Le système des partis est en redéfinition après la pulvérisation de l’Alliance, la disparition du Frepaso, la déstructuration du radicalisme et les conflits internes au justicialisme qui tendent à la dispersion ou à la fracture, alors que de nouvelles forces cherchent à s’organiser mais sont en perpétuelle redéfinition. Le dessin institutionnel semble avoir montré clairement son épuisement et son incapacité à laisser un espace aux multiples intérêts d’une société fragmentée. Les citoyens sont actifs et expriment leur désaccord mais ne semblent pas parvenir se faire représenter de manière légitime. Construire un ordre politique viable est le grand défi que doivent relever ceux qui ont aujourd’hui la responsabilité d’un État en crise. Pour y parvenir, il faudra que les représentants actuels se rendent compte que, avant la défense de leurs privilèges, il sera nécessaire de redonner du dynamisme aux institutions démocratiques afin qu’elles puissent se maintenir.

Haut de page

Bibliographie

Adrogue, Gerardo, 1995, « El nuevo sistema de partidos en la Argentina » dans Acuña, Carlos (comp.), La nueva matriz política en la Argentina. Buenos Aires, Sudamericana.

Adrogue, Gerardo et Armesto, Melchor, 2001, « Aún con vida. Los partidos políticos argentinos en la década del noventa » dans Desarrollo Económico, vol. 40, n° 160, Buenos Aires.

Auyero, Javier (comp.), 1997, ¿Favores por votos? Estudios sobre clientelismo político contemporáneo, Buenos Aires, Losada.

Auyero, Javier, 2001, La política de los pobres. Las practicas clientelares del peronismo, Buenos Aires, Manantial.

Bouza, Fermín, 1998, « La influencia política de los medios de comunicación: mitos y certezas del nuevo mundo » dans Benavides Delgado, Juan, El debate de la Comunicación. Madrid, Fundación General de la Universidad Complutense.

Catterberg, Edgard, 1989, Los Argentinos frente a la política, Buenos Aires, Ed. Planeta.

Cavarozzi, Marcelo, 1983, Autoritarismo y democracia (1955-1983), Buenos Aires, Ceal n° 21.

Cavarozzi, Marcel, 1997, « El agotamiento de la matriz Estado Céntrica y la emergencia de la sociedad de mercado 1983-1996 » dans Autoritarismo y democracia, Buenos Aires, Ariel.

Cheresky, Isidoro, 1999, « La ciudadanía, la opinión pública y los medios de comunicación. Ciudadanía y política en la Argentina de los noventa », Ciencias Sociales, Unqui.

Cheresky, Isidoro, 2002, « La bancarrota », La ciudad Futura.

Cheresky, Isidoro, 2000, La innovación política, Buenos Aires, Eudeba.

De Riz, Liliana, 1993, « Los partidos políticos y el gobierno de la crisis en Argentina », Sociedad, n° 2, mai.

De Riz, Liliana et Smulovitz, Catalina, 1991, « Instituciones y dinámica política. El presidencialismo Argentino » dans Dieter Nohlen et Liliana De Ritz (comp.), Reforma Institucional y cambio Político, Buenos Aires, CEDES/Legasa.

Di Tella, Torcuato, 1998, Crisis de representatividad y sistema de partidos Políticos, Buenos Aires, Grupo Editor Latinoamericano/Instituto de Servicio Exterior de la Nación.

Durandin, Guy, 1995, La mentira en la propaganda política y en la publicidad, Barcelona, Paidos.

Ferreira Rubio, Delia et Goretti, Matteo, 1995, « Gobernar la emergencia. Uso y abuso de los decretos de necesidad y urgencia », Ágora, n° 3, Buenos Aires.

Ferry, Jean-Marc, 1995, « Las transformaciones de la publicidad Política » dans Ferry, Jean-Marc, Dominique Wolton et al., El nuevo espacio público, Barcelona, Gedisa.

Gibson, Edward et Ernesto Calvo, (2001) « Federalismo y sobrerrepresentación : la dimensión territorial de la reforma económica en la Argentina » dans Calvo, Ernesto et Abal Medina, Juan Manuel (comp), El federalismo electoral argentino : sobrerrepresentación, reforma política y gobierno dividido en la Argentina, Buenos Aires, Instituto Nacional de la Administración Pública, Eudeba.

Godio, Julio, 1998, La Alianza, formación y destino de una coalición progresista, Buenos Aires, Grijalbo.

Gordín, Jorge P., 2002, « Neoliberalismo y democracia en América Latina : descentralización, ¿el eslabón perdido? » Estudios Internacionales de América Latina y el Caribe, Vol. 13, n° 1, janvier-juin.

Jones Mark, Pablo Sanguinetti et Tommasi, 1997, « Politics, Institutions and fiscal perfomance in the argentine provinces », document de travail n° 16, Universidad de San Andrés, Département d’économie.

Linz, Juan, 1997, « Democracia presidencial o parlamentaria. ¿Qué diferencia implica? » dans Linz y Valenzuela, La crisis del presidencialismo 1 : Perspectiva comparada. Madrid, Alianza.

Lijphart, Arent, 1997, « Presidencialismo y Democracia Mayoritaria » dans Linz y Valenzuela, La crisis del presidencialismo 1 : Perspectiva comparada, Madrid, Alianza.

Mainwairing, Scott y Mathew Shugart, 1994, « Juan Linz. Presidencialismo y Democracia. Una revisión crítica », Desarrollo Económico, vol. 34, n° 135, Buenos Aires.

Manin, Bernard, 1992, « Metamorfosis de la representación » dans Dos Santos, Mario (coord.) ¿Qué queda de la representación política?, Buenos Aires, CLACSO-Nueva Sociedad.

Mcleod, Jack, Gerald M. Kosicki et Douglas M. Mcleod, 1996, « Expansión de los efectos de la comunicación política » dans Bryant et Zillman (comp.), Los efectos de los medios de comunicación. Investigaciones y teorías, Barcelona, Paidós.

Nino, Carlos, 1988, « Presidencialismo y Reforma Constitucional » dans Presidencialismo Vs Parlamentarismo. Consejo para la Consolidación de la Democracia, Buenos Aires, Eudeba.

Novaro, Marcos et Vicente Palermo, 1998, Los caminos de la centroizquierda, Buenos Aires, Losada.

Novaro, Marcos y Vicente Palermo, 1998, « Gobierno, Parlamento y Partidos en la Argentina de Menem » dans Urzua y Agüero, Fracturas en la gobernabilidad democrática, Centro de Análisis de Políticas Públicas y Universidad de Chile.

Ollier, María Matilde, 2001, « Las coaliciones políticas en la Argentina », Buenos Aires, FCE.

Orlansky, Dora, 1998, « Las politicas de descentralizacion » dans Desarrollo Económico, n° 51.

Pasquino, Gianfranco, 1997, La oposición en las democracias modernas, Buenos Aires, Temas, Eudeba.

Penalva Susana, Pedro Pirez y Alejandro Rofman, 1989, « Centralización/descentralización del estado en Argentina » dans Laurelli Elsa y Rofman Alejandro (comp.), Descentralización del estado : requerimientos y políticas en la crisis, Buenos Aires, Fundación Friedrich Ebert/CEUR.

Sabsay, Daniel, 1991, « Las nuevas constituciones provinciales en la argentina : un análisis comparado » dans Dieter Nohlen et Liliana De Ritz (comp.), Reforma Institucional y cambio Político, Buenos Aires, CEDES/Legasa.

Sabsay, Daniel, 1999, « El Federalismo Argentino. Reflexiones luego de la Reforma Constitucional » dans Agulla, Juan Carlos (comp.), Ciencias Sociales : Presencia y Continuidades, Buenos Aires, Academia Nacional de Ciencias, Instituto de Derecho Público, Ciencia Política y Sociología.

Sartori, Giovanni, 1994, Ingeniería Constitucional Comparada, México, Fondo de Cultura económica.

Schmucler, Hector y María Cristina Mata, 1992, Política y Comunicación : « Hay un lugar para la política en la Cultura Mediática », Córdoba, Catálogos.

Velut, Sébastien, 2002, L’Argentine, des provinces à la Nation, Paris, PUF.

Wolton, Dominique, « La comunicación política, construcción de un modelo » dans Ferry, Jean-Marc, Dominique Wolton et al., El nuevo espacio público, Barcelona, Ed. Gedisa.

Haut de page

Notes

1 À partir du second semestre 1998, l’Argentine a connu une récession qui a détruit des milliers de postes de travail et condamné une part considérable de sa population à souffrir de privations jusque dans ses besoins fondamentaux.

2 Le Front pour un pays solidaire (FREPASO) provient de l’union entre le Frente Grande, dirigé par Carlos Alvarez, dit Chacho, et le courant de José Octavio Bordón. Après les élections de 1995, qui donnèrent 5 millions de voix au « ticket » Bordón-Alvarez, ces deux branches se sont séparées, le secteur proche de Carlos Alvarez gardant le nom dû partir. Quelque temps plus tard, José Bordón revint au justicialisme.

3 Les règles du ballottage (le deuxième tour n’a pas lieu si l’un des partis a 45 % des voix ou plus de dix points d’avance sur le second), l’élection de trois sénateurs par province (deux pour la majorité, un pour la minorité) et la création d’une cour des comptes (Auditoria General de la Nación) dont le président est proposé par le parti d’opposition, renforcent le bipartisme.

4 Les sondages montraient, début 1999, 70 % d’opinions défavorables au gouvernement Menem.

5 La « lettre aux Argentins » était une déclaration de principes sur le nouveau rôle de l’État dans des domaines sensibles comme l’enseignement, la santé, l’emploi et la sécurité sociale. Elle proclamait le maintien de la convertibilité peso/dollar, le combat contre la corruption structurelle, la lutte contre le déficit public et le soutien à une politique de redistribution des revenus, le tout dans le respect rigoureux des institutions.

6 Il n’y eut d’accord que dans les provinces de Buenos Aires, de Santa Fé, du Chaco et dans la capitale fédérale. Ailleurs, les hommes forts de l’UCR avaient acquis une grande autonomie par rapport aux autorités du parti et trouvaient les prétentions du FREPASO exagérées par rapport à la faiblesse de son implantation, ce qui conduisit à présenter des listes distinctes.

7 Il avait obtenu 48,5 % des voix, contre 37,9 % à Duhalde et 10 % à Domingo Cavallo. En 1983, Raul Alfonsin avait gagné avec 51,7 % et en 1989, Menem avec 49,5 %

8 Le ministère du Développement Social et de l’Environnement a été confié à Graciela Fernandes Meijide, et celui du Travail, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle à Alberto Flamanrique.

9 L’Alliance a été différemment perçue (voir Ollier, 2001 ; Godio, 1998 ; Cheresky, 1998 ; Palermo et Novaro, 1998).

10 Il s’agit de facultés que le Congrès peut déléguer au pouvoir exécutif pour un temps déterminé afin qu’il ait la liberté de prendre des décisions sans consulter le parlement.

11 Cette députée du Chaco commença à s’opposer au groupe des députés de l’Alliance, et en particulier les radicaux, en raison de ce qu’elle dénonçait comme une « menemisation » de la coalition. Elle joua un rôle important dans l’enquête sur le blanchiment d’argent qui fit mieux connaître le développement de la corruption parallèle à la fuite des capitaux.

12 Au Sénat, le péronisme obtient 31 % des voix et 45 sièges, l’Alliance 21,2 % et 25 sièges. Les blancs et nuls représentent 15,5 % des voix. À la Chambre des députés, le péronisme recueille 27,1 % des voix, soit 110 sièges et l’Alliance 25 %, soit 90 sièges. Les blancs et nuls font 25 %.

13 La désarticulation et la fragmentation de la société ont pour conséquence une multitude de mouvements qui expriment des revendications sectorielles. Les Piqueteros, les chômeurs aux stratégies et positions idéologiques très différentes, les mouvements d’épargnant réclamant la dollarisation de leurs avoirs, et les groupes de débiteurs luttant pour la suspension des ventes judiciaires, expriment l’hétérogénéité des protestations. Voir dans ce numéro les articles d’Edgardo Manero et de Denis Merklen.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Silvia Robin, « L’effondrement de la représentation et la crise politique argentine », Cahiers des Amériques latines, 41 | 2002, 19-32.

Référence électronique

Silvia Robin, « L’effondrement de la représentation et la crise politique argentine », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 41 | 2002, mis en ligne le 08 août 2017, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/cal/6992 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.6992

Haut de page

Auteur

Silvia Robin

Consejo de investigaciones de l’Université nationale de Rosario, UMR Temps ENS-IRD (crucellarobin@arnet.com.ar)

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Université Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation des Amériques
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search