Navigation – Plan du site
Études

Enjeux théoriques et pratiques des méthodes empiriques dans la sociologie du Brésil contemporain

Christophe Brochier
p. 37-54

Résumés

À partir d’un exposé de certaines particularités du Brésil comme terrain de recherches sociologiques, une réflexion sur les méthodes d’enquête est proposée. Selon l’auteur, la variété des situations sociales dans ce pays, associée à des différences de classes considérables rend la conduite des enquêtes plus compliquée que ne le laisserait croire le bon accueil fait par les populations aux chercheurs. En même temps, la recherche sociologique sur ce pays est gênée triplement : par la diffusion de certaines idées venant des discours culturalistes nationaux, par le parti pris que la sociologie devait traiter des problèmes sociaux majeurs et par la priorité donnée aux débats internationaux. Dans ce contexte, on plaide ici pour un développement des enquêtes par observation participante au détriment des deux autres méthodes jusqu’à présente dominantes : l’analyse statistique et les entretiens.

Haut de page

Texte intégral

1Par la multiplicité des situations sociales pouvant y être étudiées, le Brésil actuel peut être regardé, à l’instar du Chicago des années 1910, comme un véritable « laboratoire social », selon le mot de Robert Park. Toutes les branches de la sociologie peuvent trouver au Brésil des terrains originaux et importants, propres à faire progresser la connaissance des grandes questions touchant les sociétés modernes, aussi bien que les acquis des sciences sociales en général. Pour l’instant, la production sociologique concernant ce pays n’a pas réussi à relever ces défis. La première raison, évidente, est que les travaux (par des chercheurs brésiliens ou d’autres nationalités) consacrés à ce pays sont encore en quantité relativement insuffisante. Le nombre relativement limité d’enquêteurs, les faibles ressources disponibles pour la recherche ainsi que la courte histoire des sciences sociales au Brésil ne permettent pas en effet un travail de réflexion comparable par exemple à celui que les États-Unis (pays aux dimensions proches) ont produit sur eux-mêmes. Mais la compréhension de ce pays est également dépendante d’une autre condition : certaines caractéristiques des terrains brésiliens et certains traits de la sociologie du Brésil nous obligent à réfléchir sur les méthodes de recherche. Ce texte suggère quelques propositions dans ce sens, à partir d’exemples tirés de la littérature brésilienne et de recherches personnelles achevées ou en cours. Il ne s’agira pas de critiquer des auteurs ou des courants en particulier, mais simplement de mettre en évidence des problèmes méthodologiques d’ordre général qui apparaissent même dans les travaux les plus sérieux en raison des particularités du terrain et de la façon dont les chercheurs les ont affrontées.

Les spécificités du terrain : enjeux et embûches

21. Le Brésil est un pays immense qui juxtapose des espaces sociaux, culturels et économiques forts différents. Des Indiens d’Amazonie ou des travailleurs « esclaves » des fazendas jusqu’aux entreprises de haute technologie de São Paulo, la diversité des mondes sociaux semble quasi illimitée. Certaines facettes du pays sont proches des sociétés traditionnelles ou du monde européen du XIXe siècle, d’autres relèvent des tendances les plus actuelles d’économies internationalisées. Il faut y voir bien sûr une chance pour le sociologue qui trouvera de cette manière des terrains permettant de renouveler, critiquer ou compléter les approches classiques des sociétés contemporaines : liens entre urbain et rural, relations de classe, mobilité sociale, cultures de groupe, etc. Mais cette diversité implique de prendre en compte avec beaucoup de rigueur la dimension locale des phénomènes que l’on étudie et donc de se méfier des catégories ou des idées trop globalisantes. Un principe d’analyse mis en évidence dans un contexte local ou régional ne sera pas forcément valable pour un autre, même si le sujet est proche. Les rapports entre groupes sociaux, les relations au travail ou le fonctionnement de certaines institutions sont sans doute de bonnes illustrations de domaines où des précautions s’imposent. Cela signifie que le chercheur est contraint à chaque fois d’évaluer les variables locales à l’œuvre et donc de réaliser les bonnes comparaisons pour recadrer ses résultats. L’aspect national des faits sociaux étudiés est une dimension dont la force explicative n’est pas donnée a priori, mais doit être au contraire interrogée et précisée.

32. Le Brésil est un pays où les clichés, ou du moins les visions typifiées de certains aspects de sa réalité sociale, sont reproduits en permanence et avec force aussi bien par les étrangers que par les Brésiliens eux-mêmes (football, carnaval, mysticisme rural, violence incontrôlée, etc.). N’échappant pas toujours à cette tendance, beaucoup d’intellectuels brésiliens cèdent à la tentation de se référer au discours que le pays porte sur lui-même. La volonté de définir ou de préciser ce qu’est la « brasilianité », ce que signifie « être brésilien », « vivre au Brésil », ou ce qui est typique et particulier dans « la culture brésilienne » reste présente ou sous-jacente dans beaucoup de travaux nationaux en sciences sociales.

4On peut prendre comme exemple de cette littérature les ouvrages désormais classiques de Roberto da Matta (Da Matta, 1986, entre autres) et de Sergio Buarque de Holanda (1998). À partir d’une base empirique présentée d’une façon approximative et sans explicitation claire du lien entre faits observés, méthode de recueil des données et validité des analyses, les auteurs tâchent de mettre en évidence des caractéristiques générales du comportement brésilien. La décontextualisation des résultats produit une imprécision qui s’ajoute à l’absence de point de référence explicite. Or ce qui est spécifique ne peut prendre sens que par rapport à autre chose (probablement ici la culture européenne ou nord-américaine) et au prix d’un tri rigoureux entre le contingent et le permanent. Un chercheur européen pourrait s’étonner de l’importance donnée à ce type de travaux dans une science qui cherche à affirmer son caractère scientifique : ainsi un court livre général intitulé « Qu’est-ce qui fait de la France la France ? » n’aurait sans doute que peu d’impact en Europe sur les travaux empiriques les plus spécialisés.

5En apparence innocent, voire légitime, ce penchant au culturalisme globalisant ne va pas sans risque. D’abord, parce qu’il amène à limiter le champ des thèmes d’études ou leurs angles d’approche. Ensuite, parce qu’il réduit la portée de la rupture épistémologique avec le sens commun. Le défi d’une sociologie d’un pays aussi grand et aussi complexe est, plus qu’ailleurs sans doute, de dévoiler ce que les non-sociologues ne voient pas, de trouver les catégories d’analyse les plus pertinentes, la bonne échelle de travail, les thèmes importants méconnus, etc. En ce sens, la sociologie du Brésil intéresse la pratique sociologique en général puisqu’elle oblige plus qu’ailleurs à un dépassement des notions (scientifiques ou semi-profanes) qui servent à penser la vie sociale dans le pays.

6La fascination qu’imposent la culture et l’histoire brésiliennes se traduit ainsi par une répétition des sujets. Les historiens reviennent de façon récurrente sur Canudos ou Tiradentes. Les sociologues discutent régulièrement les questions de la démocratie raciale, de l’héritage de l’esclavage, du clanisme politique en milieu rural, des cultes afro-brésiliens, etc. Le risque est d’osciller entre une célébration du Brésil comme pays à part (par exemple comme « exotique » par rapport aux points de référence des pays industriels occidentaux) et la reprise de sujets qui ont permis à certains intellectuels de développer la thématique de l’identité nationale.

73. Le risque de concentration excessive sur quelques sujets est renforcé par l’existence de situations où de grands enjeux sont impliqués, et qui sont considérées comme des « problèmes sociaux » majeurs. Citons par exemple la violence, le développement du pentecôtisme, le travail informel, etc. La multiplicité et l’imbrication de situations dramatiques, aux conséquences importantes pour l’évolution de la société, offrent sans aucun doute des perspectives et des défis immenses à la sociologie. Reste à savoir quelle posture méthodologique adopter pour l’approche sociologique de ces « questions sociales » souvent mises en avant par les leaders d’opinion. Le premier risque est encore une fois de ne pas suffisamment marquer la coupure avec les conceptions communes. L’approche originale de Kitsuse et Spector (1977) au sujet des problèmes sociaux vus comme des constructions collectives pourrait sans doute faire avancer utilement la réflexion dans ce domaine. Le deuxième risque, très lié, est de soumettre la découverte sociologique du pays à des priorités dont l’ordre est décidé de façon floue. Si l’on peut s’accorder facilement à dire que beaucoup de choses restent encore à découvrir sur la société brésilienne, rien ne dit que les terrains les plus fertiles sont ceux qu’évoquent le plus fréquemment les journaux ou les politiciens par exemple.

8On peut ainsi relever le risque d’une sociologie des favelas privilégiant l’étude de la marginalité ou de la violence (voir la critique de Perlman, 1977), ou celui de concentrer les regards sur le Nordeste autour des problèmes de misère, de sécheresse ou d’occupation de propriétés (voir Carron, 2001, pour un regard positif et original d’agronomes et de sociologues). De même, l’essentiel dans les rapports entre Noirs et Blancs n’est pas forcément la question du « racisme ». D’une manière générale, au Brésil, plus peut-être qu’en Europe, la focalisation sur les grandes questions d’actualité, sur les « problèmes majeurs » ou les changements les plus frappants peut conduire à sous-évaluer certaines dimensions plus stables ou moins voyantes de la société. Ainsi peut-on noter le manque de recherches sur l’existence quotidienne des nombreux groupes sociaux et professionnels appartenant aux classes populaires. On connaît par exemple mieux les seringueros d’Amazonie que les ouvriers du bâtiment, les serveurs de cafés, les trieurs de déchets ou les employées domestiques.

94. Une autre entrave au développement de recherches plus variées et plus originales est l’influence des concepts venus d’Europe ou des États-Unis. Le risque est double : les chercheurs non brésiliens peuvent transporter avec eux des problématiques allogènes, mais les chercheurs brésiliens formés par des lectures en français ou en anglais peuvent aussi chercher à reproduire certains schémas et participer à des débats dont les sources sont éloignées de la réalité du pays. L’histoire de la discipline au Brésil a pu montrer l’influence des paradigmes structuralistes et fonctionnalistes, aussi bien que le poids de la pensée marxiste ou l’effet de l’orientation développementiste puis libérale des théories socio-économiques. L’ouverture de la société et de l’économie brésiliennes sur l’extérieur, son attachement à la culture érudite européenne, le rôle des grandes fondations étrangères, la multiplication des échanges entre laboratoires sont des facteurs qui depuis plusieurs décennies contribuent à orienter la recherche en terrains brésiliens vers des thématiques et des approches qui ont été forgées pour d’autres situations sociales.

10Ces risques ont été relevés par P. Bourdieu et L. Wacquant au sujet des relations raciales et du sous-prolétariat. Même si tous les chercheurs ne sont pas aussi imprudents qu’ils semblent l’affirmer, il est indéniable que le choix des problématiques et, plus grave peut-être, celui des termes permettant de les approcher subissent le poids des réflexions américaines ou françaises. Un exemple peut être trouvé dans la profusion des études consacrées aux questions d’« identités », problématique floue venue des États-Unis et qui, sans examen de sa pertinence heuristique, peut conduire à un réductionnisme sans intérêt. D’autre part, il est évident que certaines recherches conduites par des étrangers au Brésil peuvent se heurter à des pré-définitions des enjeux. J’en prends pour exemple les problèmes qui sont apparus lors d’une recherche personnelle en cours sur les rapports entre adolescents et écoles dans les quartiers pauvres de Rio : la réussite d’une enquête sur un tel sujet dépend de la capacité de l’enquêteur à dépasser les « problèmes » de l’école tels qu’ils sont définis en France. L’assimilation trop rapide de l’agitation des enfants pauvres en classe à de la « violence » est par exemple l’un des pièges. La tentation de vouloir définir l’institution à partir de principes valables en France ou dans un autre pays est une autre embûche.

115. La question de la structure de classe est une particularité saillante du pays et elle a des implications considérables sur les enquêtes. Relevons d’abord que si l’inégalité des revenus est étudiée dans de nombreuses publications s’appuyant sur des statistiques, les aspects concrets des rapports de classe sont plus délaissés. Certes, les cultures de classes (en particulier l’élite dominante et la classe ouvrière) intéressent les anthropologues et les sociologues (même si en croisant groupes sociaux et localités, les champs d’enquêtes sont inépuisables sur ce thème). Mais les rapports concrets (en particulier ceux qui ne sont pas institutionnalisés par des organismes représentatifs) entre membres de classes sociales ou de groupes sociaux différents sont encore mal connus. Pour l’étude du travail par exemple, l’analyse des rapports sociaux dans les interactions quotidiennes recèle des possibilités immenses. Le problème, bien sûr, est que la société brésilienne est extrêmement stratifiée et que les rapports entre acteurs de milieux sociaux distincts ne se révèlent pas sans effort, surtout en l’absence d’observations ethnographiques. Or voilà une autre difficulté : les chercheurs brésiliens connaissent mal cette méthode et l’utilisent peu, et les sociologues étrangers, pour lesquels l’insertion est plus problématique, ne le peuvent qu’au prix de gros efforts.

12Pour les sciences sociales brésiliennes, le fossé existant entre classes sociales représente en fait un défi majeur. Les intellectuels brésiliens sont en général issus des classes moyennes, et ont souvent des expériences sociales assez peu diversifiées, en tout cas si on les compare à la variété des mondes sociaux brésiliens. Comme le remarquait déjà Galtung (1965), le risque est de ne pas suffisamment remettre en question certains présupposés sur les membres des autres classes. L’éviter implique un travail d’objectivation de sa propre position, de ses propres préjugés, des limites de ses propres possibilités d’enquêteur. Cela nécessite aussi une réflexion sur les méthodes et le choix des techniques permettant d’obtenir le plus de faits concrets sur la vie sociale.

136. Dernier point, lié au précédent : l’accès aux informateurs et aux informations semble relativement aisé au Brésil. Si l’on compare les terrains brésiliens aux terrains européens, on constate que les chercheurs reçoivent un accueil plutôt favorable auprès des individus, mais aussi des institutions et même des entreprises. La méfiance semble peu courante, les répondants plus ouverts. Le chercheur est rarement repoussé. Cette apparente facilité dissimule deux difficultés. Premièrement, la « cordialité » et la « simplicité » de bon nombre d’interlocuteurs n’impliquent rien quant à la valeur des informations qu’ils permettent d’obtenir. Au Brésil, comme dans n’importe quel autre pays, le chercheur devra dépasser les apparences dans les relations qu’il établit en s’assurant par des recoupements de la validité de ce qu’il apprend. Un relâchement dans ce domaine serait naïf et risqué. Deuxième point, l’apparente spontanéité des contacts ne doit pas faire oublier l’action des barrières sociales. Les hiérarchies sociales produisent des polarisations et des tensions que l’enquêteur doit prendre en compte. Être apparemment bien reçu par un groupe ne signifie pas que ses membres nous assimilent à l’un des leurs. Le statut social des enquêteurs et des enquêtés (comme le sexe ou l’âge) joue toujours, même si certains préfèrent ne pas relever cette dimension dans leurs recherches. Ainsi, dans certains contextes, le sociologue de terrain devra « choisir son camp ».

14Dans une entreprise, par exemple, même si on peut avoir l’impression du contraire, le chercheur ne peut à la fois être proche de la direction et des ouvriers. En enquêtant dans le bâtiment à Rio, j’avais ainsi vu que d’autres chercheurs, pour comprendre l’organisation du travail, s’étaient contentés d’interviewer les ingénieurs. Sans doute n’avaient-ils pas pu obtenir une proximité suffisante avec les ouvriers. En logeant moi-même dans les baraquements ouvriers, j’avais, à l’inverse, obtenu leur confiance. Le problème fut alors que le personnel administratif et la direction me regardèrent avec une méfiance croissante, et j’obtins peu d’informations valables de leur part. Cela permet de rappeler un principe méthodologique général bien connu mais crucial au Brésil : les enquêteurs qui traitent « à plat » les informations obtenues auprès de sources aux positions fonctionnelles ou sociales distantes négligent un aspect important du terrain social de l’enquête. En ce sens, par leurs caractéristiques, les terrains brésiliens constituent un excellent champ d’affinement de la réflexion sur les méthodes d’enquêtes.

Les méthodes : limites et possibilités en terrains brésiliens

15La question des méthodes ne peut à aucun moment être séparée des débats sur l’intérêt et la portée des recherches sociologiques. Cela signifie qu’aucune enquête, aussi modeste soit-elle, ne peut faire l’économie d’une réflexion sur les techniques à mettre en œuvre pour comprendre son objet et convaincre les lecteurs. Le chercheur est contraint de trouver une combinaison de procédés permettant de dégager des faits solides et de proposer un schéma d’analyse qui en rende compte. Pour l’étude du Brésil, ces précautions élémentaires prennent une importance accrue. Quel que soit le thème choisi (violence, mobilité sociale, rapports de genre, etc.), l’enquête ne peut se permettre d’utiliser une technique sans remise en question préalable. Soyons plus précis. Les enquêtes utilisant des statistiques officielles ou constituées par questionnaires sont nombreuses au Brésil, comme en Europe ou aux États-Unis. Leur avantage est qu’elles permettent de dégager des phénomènes de grande ampleur. Mais leur fiabilité est soumise à deux conditions fondamentales : 1) Savoir comment les données ont été produites, par quels intermédiaires, avec quelles méthodes et quels présupposés. 2) Avoir conscience, au cours de chaque manipulation, des zones d’ombre et des décalages possibles avec la réalité. Les résultats des enquêtes statistiques doivent forcément être relativisés en fonction du choix des concepts, des champs et des variables. Ces aspects ont été longuement développés par les sociologues américains et européens notamment à partir des propositions des ethnométhodologues. Or, l’abondante littérature de sociologie statistique au Brésil a jusqu’à maintenant produit peu de réflexions sur les limites de cette méthode, dans un contexte où l’appareil administratif ne garantit pas pleinement la valeur des chiffres (la violence est un bon exemple). En outre, dresser des tableaux statistiques implique souvent la réutilisation des problématiques, des approches, des présupposés ou des méthodes empruntées à la sociologie américaine ou européenne. Comme on l’a vu, cela ne va pas sans risque. Une illustration peut être trouvée dans l’exploitation des statistiques raciales au Brésil : les concepts aussi bien que les chiffres posent de sérieux problèmes au chercheur soucieux de rigueur méthodologique.

16Les enquêtes par entretiens sont de loin les plus nombreuses des « études de terrain » (trabalho de campo), au point que les deux termes sont souvent utilisés comme des équivalents par les chercheurs brésiliens. Pour de nombreux chercheurs au Brésil, la recherche empirique est conçue comme une pratique consistant uniquement à enregistrer des interviews sans tenir compte du contexte et des conditions d’enquête. L’un des inconvénients de cette conception est qu’elle réduit systématiquement la réflexion sur les biais et les problèmes de collecte des données : puisque connaître le terrain revient à essentiellement recueillir des témoignages, l’art du sociologue consisterait à faire le lien entre les mots des acteurs et les textes théoriques.

17On prendra pour illustration, un extrait de Sociedade industrial no Brasil, ouvrage désormais classique et d’une grande qualité, publié en 1964 par Juarez Brandão Lopes. Dans l’introduction rédigée par Mario Vieira da Cunha, il est dit que les analyses ont pour base empirique « l’entretien libre », qui veut dire probablement « l’entretien informel ». Les sujets abordés sont variés et les conclusions développées d’une grande finesse. Néanmoins, la méthodologie et les précautions prises dans la production des données ne sont pratiquement pas décrites. Mais il est indiqué que pour sortir du particularisme, l’auteur adopte « un schéma ou modèle interprétatif de caractère global ou structural » emprunté à Max Weber. Les dangers du passage de l’individuel aux structures seraient résolus « avec bonheur par des raffinements originaux d’analyses de données ».

18Avant de développer l’idée que le fieldwork peut aller bien au-delà de la collecte d’entretiens, il faut rappeler certains enjeux de ce type d’investigations. Le premier problème, classique en ce domaine, est d’oublier qu’un entretien ne donne à connaître directement aucune réalité concrète. Il est le produit d’une interaction ou d’une série d’interactions dans certains contextes. Les caractéristiques sociales des participants, le lieu, l’heure, la façon dont les protagonistes se sont rencontrés et se sont présentés, le jeu des suppositions mutuelles et bien d’autres facteurs encore vont déterminer la forme et la nature de ce qui se dit. Deutscher (1972) ajoute que les précautions destinées à neutraliser les effets du contexte sont en grande partie vaines et dans le meilleur des cas aboutiraient à des résultats artificiels, déconnectées de la réalité puisque toute confidence se fait dans des situations sociales réelles impliquant plusieurs personnes. La sensation de proximité que certains chercheurs peuvent éprouver vis-à-vis des enquêtés ou l’impression que le monde social étudié est aisément compréhensible (invitant traditionnellement à une vigilance accrue) peuvent constituer un redoutable piège au Brésil.

19Ce que l’on peut déduire de ce qui est dit est une question difficile que l’enquêteur en terrains brésiliens ne peut éviter s’il cherche des informations concrètes sur la vie des personnes auxquelles il s’intéresse. Je prendrais pour exemple de manque de vigilance cet extrait du livre (par ailleurs fort bien documenté) d’Aparecida Moraes (1996) sur les maisons closes populaires à Rio (p. 137).

20« Un client qui se refuse à payer (…) peut se heurter à des attitudes radicales de la part des prostituées. [Elle cite pour le prouver un extrait d’entretien] « Quand je suis arrivée ici, le client, souvent, ne voulait pas me payer. (…) je disais alors : très bien mon fils… Et je descendais, lui et moi tout nus. Je le jetais en bas des escaliers et je prenais un bâton. Je sortais en tapant sur le gars. » »

21Ces déclarations, sans doute un mélange de généralisations et d’exagérations romancées, sont utilisées telles quelles par l’auteur.

22Les subtilités de la méthode impliqueraient au minimum des annexes méthodologiques explicatives propres à vaincre la réticence du lecteur. Au Brésil, cette nécessité est renforcée par le fait que les situations sociales étudiées peuvent être surprenantes, mal connues, difficiles à comprendre par le chercheur. Comme on l’a vu, il pourra négliger les limites de la discussion pour reprendre à son compte les explications des répondants et les traiter sans le recul suffisant. La distance sociale et culturelle existant entre le sociologue et les membres des classes populaires qui sont souvent sujets d’enquête complique les choses. Que l’on me permette un exemple personnel : lorsque j’interviewaides manœuvres du bâtiment à Rio de Janeiro en 1995, j’ai mesuré les risques découlant d’une démarche privilégiant les interviews. Que supposaient les ouvriers à mon égard ? Pourquoi, malgré mes efforts, restaient-ils tellement sur leurs gardes ? Quelle valeur donner aux exemples ou aux généralisations qu’ils me proposaient ? Pour les étapes de leur carrière, que valent leurs explications ? Comment trouver les filtres permettant de faire le tri ? Pour un terrain éloigné du monde social de l’enquêteur, se reposer entièrement sur les interviews, c’est risquer de réifier ses propres préconceptions en l’absence d’une connaissance directe, vécue des situations.

23Une utilisation typique des interviews consiste à prendre les déclarations comme unique approche des « faits », et à traiter les mots comme des données matérielles, sans croisement critique avec des phénomènes observés directement :

24Vera Candido Pereira, 1979, p. 157.

25« Le temps de repos peut être utilisé de deux manières principales que le travailleur définit par deux catégories distinctes : « se reposer » et « traîner ».

26P. Qu’est-ce que vous faites d’habitude les jours de repos ?

27R. Les jours de repos, je reste à traîner par-là.

28P. Et qu’est-ce que vous faites quand vous traînez ?

29R. Je reste dans le coin, je lis le journal, je discute avec un ami, je bois une bière. (…) C’est se reposer pour reprendre dur le lendemain, sinon… on tient pas [le reste de l’analyse sur les loisirs est fondé sur ces déclarations]. »

30On voit ici le deuxième problème classique des interviews : les enquêtés ne mentent pas forcément. Ils répondent aux questions en essayant de s’adapter à l’orientation qu’on leur propose, souvent pour se comporter de façon « adéquate » ou donner la « bonne » image d’eux-mêmes. Vis-à-vis de ce qu’un observateur initié pourrait tenir pour des faits, ce qu’ils disent est alors souvent orienté, incomplet ou exagéré. Seuls des recoupements minutieux opérés par un chercheur méfiant peuvent assurer la valeur des résultats. Au Brésil, où les rapports sociaux ont souvent l’apparence de la cordialité et où les ethnographes sont plutôt bien accueillis, le risque est grand de « faire confiance » au répondant. Il en découlera la prise en compte indifférenciée d’éléments devant au contraire être séparés, critiqués, évalués. Un exemple : les études sur les migrations prennent souvent à leur valeur faciale les raisons invoquées pour expliquer le départ de la région d’origine, de la même manière que celles qui justifient le choix du quartier d’habitation. Or les deux choses ne sont pas comparables et l’on sait très bien que raconter sa vie à quelqu’un, c’est d’abord, comme le dit Jean Peneff (1990), se la raconter à soi-même.

31Deux extraits illustrent des cas où la « réalité » des conditions de migration n’est fournie qu’à partir de déclarations orales sous la forme du récit libre, et traitées comme informations matérielles neutres :

321) Brandão Lopes, 1964, p. 42.

33« L. P. A. vient de Inajá, où sa famille à un terrain (terre « presque toute desséchée »), il est venu seul, à 26 ans pour « voir s’il pouvait améliorer sa vie, mais il n’est resté que six jours parce que (il a trouvé) la vie trop agitée, (il n’a pas aimé) ». Il est revenu trois ans plus tard et s’est rendu dans l’intérieur de l’État, mais « ça n’a pas marché » et au bout d’un mois il a rejoint la Capitale. »

342) Pereira, 1979, p. 146.

35« Un ouvrier (…) explique de cette manière les motifs de sa migration : « Alors, ils ont commencé à dire que Rio c’était bien, que Rio c’était ceci, cela, qu’on y trouvait de l’argent sans travailler, que l’argent était facile et tout. Je voyais les gars qui arrivaient, qui restaient deux ans, qui revenaient, ils avaient de belles chemises, le beau chapeau, des bijoux et tout. Moi à l’époque j’avais absolument envie de m’acheter un costume, je ne pouvais pas, alors je ne pensais qu’à aller à Rio. Alors, j’ai vendu la maison que j’avais faite, j’ai vendu la carriole et l’âne, je me suis débarrassé de tout, j’ai quitté ma fiancée. » »

36Certes, il reste une dernière possibilité de la méthode, souvent mise en avant par les études brésiliennes : accéder aux représentations. Comprendre comment les enquêtés perçoivent le monde est fondamental, mais c’est un défi et les moyens d’y arriver ne sont pas déterminés une fois pour toutes, quelle que soit la situation. Les règles ordinaires de l’entretien ne fournissent aucune clé idéale. Ce qui va de soi, ce qui est de l’ordre du logique et du normal pour les enquêtés, apparaît souvent par des questions transversales et anodines et plus souvent encore au cours de discussions banales hors situation d’enquête enregistrée. De plus, la diversité des mondes sociaux, le poids des stéréotypes, les différences de classe au Brésil rendent la mise en évidence des représentations particulièrement délicates. Le chercheur doit réfléchir sur les différences de point de vue, et d’habitudes de conceptualisation et donc sur les possibilités d’interprétation. En outre, il est fréquent de voir dans de nombreux travaux brésiliens que l’exploitation des déclarations se limite souvent à distinguer ce que les répondants mettent en valeur ainsi que certaines distinctions qu’ils opèrent. Or les « définitions de situation » faites par les enquêtés apparaissent mal si l’on ne compare pas les paroles aux faits.

37Le plus pernicieux des dangers est au bout d’un certain temps d’enquête de supposer que l’on peut « se mettre à la place » des enquêtés pour deviner leurs attitudes. Au cours de mon enquête sur les enfants scolarisés des bidonvilles, je me suis aperçu après plusieurs semaines de fréquentation des personnes étudiées que je n’avais toujours pas d’idée réaliste sur la façon dont ils définissaient leur situation. Poser la question : « Que penses-tu de la vie en bidonville ? » devant un microphone n’avance bien évidemment à rien. De même, après presque deux ans passés sur les chantiers de Rio, je ne suis toujours pas sûr de savoir ce que les ouvriers pensent de leurs supérieurs.

38Prenons un exemple de ce type de développement dans l’article de Ribeiro (1998) sur les ouvriers du bâtiment :

39« À travers le groupe de supporters de l’équipe de football, les frontières et les différences sociales sont momentanément abolies et tous s’identifient dans ces moments-là à un idéal commun. (…) L’entreprise cesse alors d’être une entité étrangère pour acquérir l’apparence d’un tout homogène avec des intérêts égaux qui sont assumés de manière identique par ses membres (p. 43). »

40L’auteur donne ici des éléments matériels intéressants pour la suite de sa démonstration, mais il n’indique pas par quels moyens il a acquis ces convictions. Il a sans doute procédé à des observations ponctuelles, puis interprété librement à partir de ses idées sur la question.

41On voit donc que les entretiens sont une technique difficile à utiliser en raison des risques de methodogenesis. Au Brésil, cette approche me semble même être l’une des plus délicates, en l’absence d’un travail de fond sur la méthode qui prendrait en compte la spécificité de chaque monde social et les caractéristiques des enquêteurs. Dans ce contexte, il est sans doute indispensable de traiter séparément les réponses aux questions en situation formelle d’entretien et les déclarations spontanées (Becker, 1970). Si l’on accepte ce principe, les entretiens doivent probablement être utilisés comme une méthode de première approche. On comptera alors sur l’observation des actes et le recueil de propos en situation pour fournir les données principales.

42L’observation sociologique est d’un usage ancien aux États-Unis, plus récent en France, et encore rare au Brésil. Mais précisons d’abord de quoi il s’agit, pour éviter tout amalgame. Enquêter par observation, ne signifie pas se rendre sur les lieux des phénomènes étudiés pour « voir un peu de quoi il s’agit », « jeter un coup d’œil » ou « se faire une idée de la situation ». Un journaliste qui fait une visite dans une prison ou un bidonville ne fait pas de l’observation sociologique. Observer c’est regarder et écouter attentivement quand on a négocié une position dans le monde social étudié, afin de dégager des faits que les gens de passage ne remarquent pas. Il s’agit de consigner des informations de façon systématique et organisée pour faire émerger des généralités, des régularités et chercher des hypothèses explicatives. Pour plus de précision, on peut suivre J.-M. Chapoulie (2000a) qui distingue observation diffuse et observation analytique. Dans le premier cas, l’enquêteur restitue habituellement des comportements généraux à la suite d’observations ponctuelles. Il utilise des catégories et des schémas d’explication empruntés à la vie courante, le plus souvent sans préciser le champ des variations.

43Un exemple peut être trouvé dans l’article de Ribeiro (1998). L’auteur étudie les logements ouvriers des chantiers de bâtiment. Il utilise des interviews et des documents divers qu’il complète par des notes prises lors de visites des locaux.

44Par exemple, Ribeiro, 1998, p. 39 :

45« Nous traversons maintenant une grande cour formée par le parking et le terrain de football et nous nous dirigeons de l’autre côté vers les lieux où réside l’encadrement (…). La première chose qui attire notre attention est la concentration des équipements de service dans une espèce de place près des maisons des contremaîtres (…). Il y a le cinéma, le magasin, la pharmacie (…). »

46À partir de ces données, il essaye de reconstituer la vie des pensionnaires. Ayant moi-même enquêté sur ce type de logements temporaires en y habitant plusieurs mois avec les ouvriers (Brochier, 1998), je peux mesurer les incertitudes d’une telle approche. La vie de baraquements ne se laisse pas deviner. Le poids des contraintes, les éléments positifs ou négatifs, la sociabilité sont inconnaissables du dehors. La question, que pose l’auteur, de savoir si l’on peut parler « d’institution totale », qui est sans intérêt pour comprendre et connaître la vie des ouvriers dans ces lieux, témoigne d’ailleurs des différences de perspectives liées à ces méthodes.

47L’intérêt de l’observation diffuse est de s’appuyer sur l’idée que les simples déclarations ne suffisent pas. En se rendant sur les lieux, en examinant les actes, les situations, on peut comprendre le contexte, affiner ses idées sur les modes d’interprétation des discours, évaluer les décalages possibles avec la réalité. Observer oblige aussi à sortir du cadre relativement confortable de l’interview avec microphone, cela contraint à se confronter aux installations, à compter sur son intuition et son sens des contacts sociaux afin de repérer des éléments utilisables. Pour observer, il faut aussi négocier son entrée, faire sa place dans le monde social étudié, montrer aux acteurs qu’on porte un intérêt concret à leur vie. Il n’en demeure pas moins que le passage à la généralisation sociologique n’est pas aisé. L’auteur, pour être pleinement convaincant, doit faire la démonstration que les phénomènes qu’il expose n’ont pas pour seule base une extrapolation à partir d’intuitions acquises lors de brefs contacts.

48L’extrait suivant tiré de Moraes (1996) fournit une illustration de généralisations hâtives à partir de convictions émergeant d’observations diffuses. L’auteur fait une remarque importante pour la compréhension du milieu étudié, mais ne l’étaye pas (elle est placée à la suite d’une réflexion théorique d’un autre auteur et avant des considérations d’ordre général sur les lieux de l’enquête) :

49« Les prostituées paraissent suivre une ligne d’action rationnelle par laquelle elles sélectionnent la meilleure manière d’atteindre un but déterminé. Dans leurs négociations, elles utilisent, de différentes manières, les ressources disponibles, en essayant d’élargir les marges de choix et de poursuivre leurs buts. De cette manière, leur ressource en pouvoir se définit par leur habilité à contrer le pouvoir d’un « autre » (p. 133). »

50La deuxième forme d’observation est encore peu courante en France, quasiment inexistante au Brésil. D’après Chapoulie, elle offre une description centrée sur un nombre réduit d’aspects qui aboutit à une présentation originale des faits à partir de catégories analytiques non ordinaires. La sociologie empirique américaine en a donné des exemples classiques par la participation aux activités étudiées.

51En comparant deux enquêtes sur le même sujet, on saisit les avantages de la méthode d’observation participante. Ainsi, dans son ouvrage cité plus haut, Brandão Lopes essaye de déterminer s’il existe dans l’usine qu’il étudie les mêmes phénomènes de freinage mis en évidence par les auteurs américains. Pour ce faire, il combine observation non participante ponctuelle (son accès aux ateliers) et entretiens :

52« Nous avons noté l’un des premiers jours à l’usine que les ouvriers travaillaient selon trois rythmes distincts : un petit nombre travaillait rapidement, d’autres (la majorité) manipulaient la machine sans empressement notable, mais sans interruption, enfin certains travaillaient avec discipline, lentement et apparemment (mais cela nous fut confirmé par les entretiens) de façon délibérée. Un autre jour, nous avons noté dans notre journal : « V. quand il travaille, accompagne avec le pied le rythme d’une musique, comme pour rendre évident le fait qu’il freine. À plusieurs reprises, il s’éloigna de sa machine pour parler avec d’autres ouvriers. » L’observation du travail et les entretiens montrèrent de façon claire que ce comportement était de la restriction de production reconnue comme telle [le terme était « amarração »] par l’ouvrier et ses compagnons (p. 141).

53Pour l’auteur, une observation ponctuelle prenant pour référence le sens commun de l’observateur permet de différencier les phénomènes de production. Ainsi, le mouvement rythmique du pied ou les déplacements peuvent lui sembler des preuves suffisantes du phénomène qu’il cherche à mettre en évidence. Les déclarations des ouvriers (sans réflexion sur les effets de contexte) semblent aussi pour lui une indication du même ordre que l’observation diffuse.

54Donald Roy, embauché comme ouvrier payé aux pièces, fait remarquer que lui-même n’est pas capable de dire par le seul regard si ses camarades freinent, « s’en sortent » ou font traîner le boulot. Accumulant des centaines d’observations, il rédige sa thèse entière sur les différentes formes de contrôle de la production et leur organisation. Son point de vue est que seule la participation permet de comprendre exactement ce qui se passe parce qu’on le vit soimême. Par ailleurs, les déclarations des ouvriers peuvent être évaluées avec la rigueur voulue du fait de l’insertion dans le collectif. La lecture de ses articles dont voici un extrait, montre immédiatement la supériorité de son approche.

55« (…) c’est seulement au mois de mars, au moment où mon savoir-faire s’est amélioré tout à coup, que j’ai commencé à prendre de l’avance dans toutes les tâches (…). J’ai noté, le 22 mars, que j’avais traîné pendant une heure et demie, ce qui annonçait l’évolution future : J’ai lambiné cette nuit à fabriquer seulement 89 pièces à ajouter à ma cagnotte de 40 pièces pour en rendre 129. Joe en avait 13 dans sa cagnotte et j’ai pensé que les 116 restantes suffiraient à peine à le fatiguer demain. J’ai fini ma dernière pièce à 9 h 30 et j’ai commencé à nettoyer ma machine vers 10 heures. J’ai remarqué que Tony avait fini avant l’heure et qu’il traînait près de sa machine. Il m’a dit : « C’est la première fois que tu t’en es sorti, hein ? » (Roy, 1952. Traduction : Roy, 2000, p. 41-42). »

561. L’observation participante est la meilleure méthode pour produire des catégories analytiques dégagées des habitudes sociales des groupes étudiés. En ayant accès aux faits et en faisant soi-même l’expérience des situations sociales, on peut plus aisément procéder aux rapprochements et aux redéfinitions permettant une perception plus objective de la réalité étudiée. Au Brésil, une telle démarche est sans doute encore trop rarement mise en œuvre, alors qu’elle permet d’éviter le poids des préjugés qui donnent au chercheur un monde déjà interprété.

57On remarque par exemple que dans les nombreuses études sur les favelas, la pertinence et la signification du terme (qui renvoie à des réalités sociales et urbanistiques variées) sont rarement questionnées. Pour le travail, les mêmes constatations peuvent être faites : les termes patronaux (« tire aux flancs », « travailleur improvisé », « bon travail »), les échelles hiérarchiques (professionnel, semi-professionnel, etc.) sont souvent réifiées. Ce problème m’est apparu en étudiant les ouvriers du bâtiment à Rio. Pour comprendre le travail des manœuvres, il m’a fallu séparer faits et discours pour élaborer mes propres éléments de classification des phénomènes : freinage, travail qualifié et travail non qualifié, etc. (Brochier, 2001b).

582. L’observation participante permet d’aborder un sujet selon des angles variés et imprévus. Pénétrer un monde social, partager certains aspects de la vie des acteurs font sortir des perspectives livresques et rendent plus sensible à d’autres aspects des phénomènes étudiés. En cela, cette forme de travail de terrain permet de faire des découvertes, c’est-à-dire de voir l’importance de variables que l’on ne soupçonnait pas. Pour cela, les étrangers au monde social étudié ne sont pas désavantagés, grâce à leur regard « extérieur ». Leur présence peut même révéler des facettes originales, en obligeant les acteurs à sortir de certaines routines (Denzin, 1970, Stoddart, 1986).

59J’ai fait notamment l’expérience des avantages de la méthode en étudiant le « nouveau syndicalisme » brésilien. Alors que la littérature insistait sur des problèmes politiques généraux (les luttes pour le maintien de la réglementation, les alliances, la position par rapport aux évolutions du monde du travail, etc.), l’observation révélait l’importance de faits plus terre à terre : le quotidien de l’activité syndicale, les rapports concrets avec la base, les enjeux liés aux recrutements et aux promotions à l’intérieur du syndicat, etc. (Brochier, 2001). Une enquête simplement fondée sur des interviews conçues à partir des problématiques classiques ne m’aurait pas permis de voir comment les réalités concrètes de la gestion d’un syndicat au quotidien influencent l’ensemble de l’action syndicale. Pour le Brésil, cette façon d’interroger le monde social est l’un des moyens permettant de renouveler les approches en relation avec les caractéristiques locales.

603. L’observation participante permet de comparer les mots et les actes. Elle offre une porte de sortie aux impasses de l’interview et aux dilemmes de la confiance. Comme le remarque Goffman (1989), en saisissant les propos dans le cours des actions et en présence d’autres personnes, on peut opérer les « triangulations », les recoupements nécessaires pour dégager des faits. De cette manière, se trouve facilitée la prise de distance vis-à-vis des explications, des schémas et des justifications que les acteurs les plus influents vont nous transmettre.

61J’en prends pour exemple une recherche personnelle en cours sur les écoles des quartiers pauvres à Rio. Alors que les enseignants de collège mettent en avant le poids du « milieu familial » pour expliquer l’agitation des adolescents, l’observation et la comparaison des comportements en classe révèlent le rôle des professeurs et de l’administration : les enseignants, surmenés, cherchent à économiser leurs efforts, ils maintiennent peu de discipline et ils sont convaincus qu’avec les enfants pauvres des méthodes trop dirigistes pourraient radicaliser les attitudes. De même, sur les chantiers, les interprétations proposées par l’encadrement au sujet du travail des ouvriers ne permettaient pas de comprendre les effets de leurs modes de commandement Les contremaîtres mettaient en avant le refus d’apprendre des manœuvres ou le désir des ouvriers qualifiés de négocier primes et temps de travail avec la direction. Ce faisant, ils dissimulaient leurs propres intérêts liés aux modes de direction des équipes (Brochier, 2000).

624. L’observation participante donne la possibilité au chercheur de partager les expériences sur lesquelles vont pouvoir être définies les situations et les comportements étudiés. Comme l’écrit Goffman (1989), il s’agit d’obtenir des données « en soumettant votre personne, votre corps, votre personnalité et votre propre situation sociale aux obligations qui pèsent sur un groupe d’individus, de façon à pénétrer physiquement et écologiquement le cercle des réponses à la situation sociale, professionnelle, ethnique, etc. De cette façon, vous êtes proches d’eux au moment où ils réagissent à ce que la vie leur fait. (…) [Cela ne se fait pas] simplement en écoutant ce qu’ils disent, mais en relevant leurs plus petits grognements quand ils réagissent à leur situation. »

63Pour utiliser un cas déjà évoqué, on peut citer l’exemple de Michael Burawoy qui se fait embaucher dans la même usine que Donald Roy trente ans après à Chicago, et repère les mêmes phénomènes qui agissent sur lui et les autres ouvriers, en particulier le jeu de la course aux quotas de production. Pour ma part, la soumission au quotidien des ouvriers du bâtiment à Rio m’a fait saisir, alors même que je ne travaillais pas sur les chantiers, certaines contraintes de leur existence. De même, le fait de m’installer dans une favela pour découvrir le quotidien des adolescents m’a donné la possibilité de commencer à comprendre, sans subir l’influence des clichés d’usage, en quoi le climat de violence et de confinement pouvait peser sur la vie des collégiens.

64Il va de soi que l’engagement personnel que représente l’observation participante est important pour l’approche de certains terrains. Affronter certaines tensions sociales, voire certaines situations conflictuelles ou délicates, fait obligatoirement partie de la tâche de l’enquêteur qui ne se consacre pas seulement à des sujets livresques. Cela ne signifie pas que tout sociologue doit être un aventurier, mais plus prosaïquement que certains aspects d’un pays aussi difficile à saisir que le Brésil ne peuvent être étudiés autrement qu’en impliquant sa personne. Pour l’étude des classes populaires en particulier, les biais introduits par la distance de classe peuvent être atténués par la volonté de s’immerger dans le monde des acteurs.

655. Il découle du point précédent que l’observateur participant va être en mesure de percevoir ce qui est tacite et qui n’apparaît que dans les gestes, les expressions du corps ou du visage, les réactions générales à certaines situations. Pour la sociologie du Brésil contemporain, la mise en évidence de ces éléments de la culture et des comportements, qui n’apparaissent pas dans les entretiens, est un moyen de dépasser les contraintes de la relation discursive face à face. De même, comme le remarquent Schatzman et Strauss (1973), l’enquêteur pourra mettre à profit sa propre expérience : ce qu’il éprouve et ressent en tant que participant du monde étudié. Si cette approche ne suffit pas à généraliser, elle peut fournir un excellent moyen de formuler des hypothèses, et donc d’aller au-delà des problématiques conventionnelles ou préconstruites.

66Je prendrais pour exemple une recherche personnelle en voie d’achèvement sur les relations entre clients et prostituées à Rio. En fréquentant les maisons closes comme observateur ayant l’apparence d’un client, j’ai pu observer certains comportements difficiles à relever sans une présence prolongée et faire l’expérience de certaines situations. En relevant et comparant les gestes et les comportements, j’ai pu voir comment se faisait l’approche (des clients vers les prostituées et vice versa), quelles stratégies de séduction et de captation des regards donnaient les meilleurs et les moins bons résultats, de quelles manières les prostituées s’efforçaient d’attirer l’attention et comment les clients étaient écartés ou invités.

676. Finalement l’observation participante permet d’assister à des événements importants pour les acteurs quand la présence sur le terrain est assez longue, ce qui permet des analyses plus précises que les interprétations de déclarations ou les croisements de témoignages écrits. Il ne faut pas en conclure que l’observateur participant ne doit compter que sur ce qu’il voit, mais que la construction des idées se fait de manière plus sûre quand on peut évaluer, comparer directement les faits majeurs, suivre les réactions des acteurs et subir une partie des tensions ou des émotions liées aux événements.

68Mes recherches sur le bâtiment m’ont donné des exemples nombreux de cette dimension de l’observation. Ainsi, j’ai saisi certains éléments capitaux pour mes enquêtes quand j’ai pu vivre personnellement : un début de révolte dans un logement de chantier, un règlement à l’amiable d’une situation de grève et un congrès syndical. Par comparaison, les descriptions de seconde main ou les récits généraux disponibles dans la littérature ne permettent en aucune manière de saisir la vraie nature des faits que j’avais observés, ni les enjeux pour les acteurs.

69L’un des inconvénients de la méthode est qu’il faut l’apprendre en la pratiquant et que son enseignement est encore peu répandu aussi bien en Europe qu’en Amérique latine. Aux États-Unis, l’expérience originale du Field Training Project a pu montrer les difficultés de l’incorporation des principes et des techniques du fieldwork par observation : les débutants avaient du mal à éviter de prendre leur propre environnement comme étalon universel, certains se montraient hésitants à sortir du cadre rassurant de l’étude en bibliothèque ou éprouvaient des difficultés à négocier leur statut avec les enquêtés. Comme le recommande Goffman (1989), l’observation participante implique de sortir de ses habitudes de chercheur, de cesser de se comporter en intellectuel brillant, de suivre les acteurs en oubliant ses réticences initiales. Une telle entreprise suppose la pratique d’une sociologie qui ne soit pas purement théorique. Elle implique donc souvent une recherche des idées hors des textes, et une vision de l’analyse dégagée de l’emprise unique des grands auteurs. Cela signifie que la production de grandes théories ou le commentaire de théories de chercheurs influents n’est pas le seul objectif de l’enquêteur. Une position plus modeste, mais plus personnelle, est souvent associée à l’usage de l’observation : dégager des hypothèses de portée moyenne par induction avec des reformulations successives. Or de telles pratiques ne peuvent apparemment s’imposer que dans le cadre d’une tradition ou d’un courant intellectuel fort.

70Au Brésil comme dans d’autres pays d’Amérique latine, la sociologie de terrain a moins d’adeptes encore qu’en France. La lecture de travaux d’étudiants brésiliens montre par exemple une grande propension à la discussion théorique, et une forte hésitation à dégager par soi-même des faits puis des idées à partir de techniques empiriques. De même, lors d’un examen récent proposé, à Paris, à des étudiants de maîtrise français et latino-américains, j’ai pu constater des différences sensibles dans les réactions à un sujet empirique. Les Latino-Américains se montraient beaucoup plus dépendants des catégories médiatiques que ne l’étaient leurs camarades français, ils étaient moins réalistes au moment de proposer des méthodes d’enquête, et les discussions sociologiques qu’ils proposaient étaient beaucoup plus générales et abstraites. Si l’on ne peut rien généraliser à partir d’un si faible échantillon, proposer l’évaluation des dispositions pour le travail de terrain chez les étudiants latino-américains ne peut qu’être profitable à l’enseignement de la sociologie.

***

71Le but de cet article était d’insister sur l’idée que le sociologue qui enquête sur des terrains brésiliens ne peut faire l’économie d’une réflexion cas par cas sur les techniques et les méthodes à employer pour parvenir à une connaissance plus diversifiée et plus précise des situations sociales. La position que j’ai défendue est que dans les combinaisons d’approches à mettre en œuvre, l’observation participante devrait être privilégiée. Mais il va sans dire qu’il ne suffit pas de reconnaître l’intérêt d’une approche pour voir toutes les difficultés d’application résolues. L’observation demande du temps et une grande disponibilité. Au Brésil, les doctorants brésiliens ont des cours à suivre, des examens à passer, ils doivent rédiger et soutenir des projets complets de recherche, et ont souvent des obligations professionnelles parallèles. Les enseignants peuvent avoir des charges de cours très lourdes et consacrent du temps à chercher des financements. Les sociologues étrangers manquent de temps et doivent apprendre la langue et les coutumes. En outre, le prestige accordé à l’analyse théorique abstraite est encore très fort des deux côtés de l’Atlantique pour le déroulement des carrières. La généralisation de l’observation est donc soumise à de nombreuses contraintes, ce qui en revanche n’est pas le cas de l’une de ses conditions préalables : le lancement d’un débat de fond sur l’adéquation des méthodes aux sujets d’enquêtes.

Haut de page

Bibliographie

Becker, Howard, 1966, « The life history and the scientific mosaic », introduction à C. Shaw, The Jack-Roller. The University of Chicago Press.

Becker, Howard, 1970, « Problems of inference and proof in participant observation », dans H. Becker, Sociological work : method and substance. Chicago, Aldline.

Bourdieu, Pierre et Loïc, Wacquant, 2002, « Sobre as artimanhas da razão imperialista », Estudos Afro-Asiáticos. 1.

Brandão Lopes, Juarez, 1964, Sociedade industrial no Brasil. São Paulo, Difusão Européia do Livro.

Briand, Jean-Pierre et Jean-Michel, Chapoulie, 1991, « The uses of observation in french sociology », dans Symbolic Interactions, 14 (4).

Brochier, Christophe, 1998, Les travailleurs du bâtiment au Brésil : étude d’entreprises à Rio de Janeiro, Université Paris-VIII, thèse de doctorat sous la direction de Jean Peneff.

Brochier, Christophe, 2000, « Relations de classes et négociation dans le travail sur les chantiers du bâtiment au Brésil », dans Sociétés contemporaines, 40.

Brochier, Christophe, 2001a, « Les évolutions du syndicalisme brésilien dans les années 1990 », dans Sociologie du travail, 43.

Brochier, Christophe, 2001b, « Etudier l’activité des agents subalternes d’une organisation : travail et statut des manœuvres du bâtiment au Brésil », dans Journal des Anthropologues, p. 85-86.

Buarque de Holanda, Sergio, 1998, Racines du Brésil. Paris, Gallimard (première édition brésilienne 1936).

Cabanes, Robert, 2002, « Perspectives de la classe ouvrière brésilienne », dans Revue Tiers-Monde. 171.

Carron, Patrick et al., 2001, Paysans du Sertão et mutations des agricultures familiales. Paris, Cirad.

Cefaï, Daniel, 2002, « Faire du terrain à Chicago dans les années cinquante : l’expérience du Field Training Project », dans Genèses, 46.

Chapoulie, Jean-Michel, 2000a, « Le travail de terrain, l’observation des actions et des interactions et la sociologie », dans Sociétés Contemporaines, 40.

Chapoulie, Jean-Michel, 2000b, « Enseigner le travail de terrain et l’observation : témoignage sur une expérience, 1970-1985 », dans Genèses, 39.

Cicourel, Aaron, 1964, Method and measurement in Sociology. New York, The Free Press.

Cicourel, Aaron, 1974, Theory and method in a study of Argentine fertility. New York, Wiley.

Da Matta, Roberto, 1986, O que faz o Brasil, Brasil ? Rio de Janeiro, Rocco.

Denzin, Norman, 1970, The research act. Chicago, Aldline.

Deutscher, Irving, 1972, « Public and private opinions : Social situations and multiple realities », dans Nagi, S. et R. G. Corwin, dans The social context of research. New York, Wiley.

Galtung, Johan, 1965, « Les factores socioculturales y el desarrollo de la sociología en America latina », dans Revista Latinoamericana de Sociología, 1.

Goffman, Erving, 1989, « On fieldwork », dans Journal of Contemporary Ethnography, 18 (2).

Kitsuse, John, Cicourel Aaron, 1963, « A note on the uses of official statistics », dans Social Problems, XI.

Kitsuse, John; Spector, Malcom, 1977, Constructing social problems. New York, Aldine de Gruyter.

Leite, Dante Moreira, 1983, O carácter nacional brasileiro, São Paulo, Pioneira, (première édition 1954).

Lerner, Daniel, 1956, « Interviewing frenchmen », dans American Journal of Sociology, LVII, (2).

Moraes, Aparecida Fonseca, 1996, Mulheres da vila. Petrópolis, Vozes.

Mota, Lourenço Dantas, 1999, Introdução ao Brasil : um banquete tropical. São Paulo, Senac.

Peneff, Jean, 1988, « The observers observed : french survey researchers at work », dans Social Problems, 35 (5).

Peneff, Jean, 1990, La méthode biographique. Paris, Colin.

Pereira, Vera Candido, 1979, O coração da fábrica. Rio de Janeiro, Campus.

Perlman, Janice, 1977, O Mito da marginalidade. Rio, Paz e Terra.

Ribeiro, Gustavo Lins, 1998, « Acampamento de grande projeto : uma forma de imobilização da força de trabalho pela moradia, dans A. Paviani (ed.), A conquista da cidade. Brasilia, UNB ».

Roy, Donald, 1952, « Quota restriction and goldbricking in a machine shop », dans American Journal of Sociology, 57 (5), traduit dans Sociétés Contemporaines, 40, p. 33-56.

Stoddart, Kenneth, 1986, « The presentation of everyday life: some textual strategies for ‘adequate ethnography’ », dans Urban Life, 15 (1).

Stoetzel, Jean ; Girard, Alain, 1953, Français et immigrés : l’attitude française. L’adaptation des Italiens et des Polonais, dans Travaux et Documents de l’Ined, Cahier 19, PUF.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Brochier, « Enjeux théoriques et pratiques des méthodes empiriques dans la sociologie du Brésil contemporain », Cahiers des Amériques latines, 42 | 2003, 37-54.

Référence électronique

Christophe Brochier, « Enjeux théoriques et pratiques des méthodes empiriques dans la sociologie du Brésil contemporain », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 42 | 2003, mis en ligne le 09 août 2017, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/cal/7137 ; DOI : 10.4000/cal.7137

Haut de page

Auteur

Christophe Brochier

Groupe de Recherche sur l’École, le Travail et les Institutions (GETI), Université Paris-VIII-Saint-Denis.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals