Navigation – Plan du site
Études

La ville comme manifeste

Le « Manifeste républicain » de 1870 et les villes du Rio Grande do Norte (Brésil)
Rubenilson Brazão Teixeira
p. 143-162

Résumés

Cet article se propose de voir comment la progression du mouvement républicain et l’installation de la République au Brésil peuvent expliquer le processus de sécularisation que la ville est en train de connaître à la même époque (deuxième moitié du XIXe siècle et premières décennies du siècle suivant). Plus particulièrement, il essaie d’établir un éventuel rapport entre le « Manifeste républicain » de 1870 et ce processus, puisque les valeurs républicaines exprimées (entre autres) dans le Manifeste possèdent une forte dimension séculière. L’analyse proposée est réalisée à partir d’une douzaine de localités situées dans l’État du Rio Grande do Norte. L’étude démontre que, même si ce rapport existe, il se fait le plus souvent de manière indirecte.

Haut de page

Texte intégral

1Les transformations complexes que le brésil a connues au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle ont entraîné, entre autres, deux conséquences qui nous intéressent tout particulièrement. Sur le plan des idées, elles sont directement liées à la montée de certaines aspirations sociales qui conduisent à la proclamation de la République en 1889. Sur le plan matériel, elles ont eu des conséquences directes sur l’évolution des centres urbains.

2Les idéaux républicains sont exprimés clairement, pour la première fois en 1870, dans un document intitulé le « Manifeste républicain », paru à Rio de Janeiro, alors la capitale du pays. Ils se répandent rapidement dans toutes les provinces, illustration et preuve d’un « état d’esprit républicain » partout latent, qui n’attendait que le moment approprié pour s’épanouir. À bien des égards, en effet, le « Manifeste » est souvent plus un révélateur qu’un facteur de mutations. Dans le même temps, les centres urbains, surtout les plus importants, connaissaient déjà des changements caractéristiques d’un processus de « modernisation » du pays. Ces deux phénomènes possèdent un point commun, au-delà du fait d’être tous deux le résultat des transformations en cours : ils expriment, à leur manière, l’évolution d’une société plus sécularisée, plus laïque, où les références aux valeurs religieuses qui avaient profondément marqué l’histoire du Brésil semblent perdre lentement de leur intensité.

  • 1 Les villes concernées sont les suivantes : Natal (la capitale), Extremóz, São José de Mipibú, Nísi (...)

3Cet article, fondé sur l’étude d’un échantillon de douze villes du Rio Grande do Norte1, se propose d’analyser le rapport entre le processus qui conduit à l’instauration de la République et à la sécularisation des espaces urbains. Plus particulièrement, nous voulons essayer d’établir le rapport entre les idéaux républicains exprimés en particulier, mais pas exclusivement, dans le « Manifeste républicain », et les indices qui expriment la sécularisation progressive de l’espace urbain. Dans cette perspective, il nous paraît essentiel de comprendre comment un texte « théorique », élaboré dans la capitale, au sud du pays, a trouvé son expression dans les petites villes du Nord-Est du Brésil, trop souvent considérées comme des bouts du monde mal reliés aux grands mouvements politiques qui ont transformé le Brésil du XIXe siècle (Teixeira, 2002).

Le « manifeste républicain » : répercussions dans le Rio Grande do Norte

4Nombreuses sont les mutations que le Brésil a connues au long de la deuxième moitié du XIXe siècle : amélioration des conditions économiques grâce à la production du café ; changement progressif du statut de la main-d’œuvre, lié au remplacement des esclaves par des employés salariés, venus de pays européens ; premières tentatives d’industrialisation, accélérées par les innovations technologiques touchant différents domaines, notamment les transports. Ces processus de modernisation s’insèrent progressivement et définitivement dans un capitalisme international en pleine ébullition, dont les principaux protagonistes sont d’abord les pays européens, puis les États-Unis. La société brésilienne se transforme, avec la formation ou la consolidation de groupes sociaux antagonistes tels que la grande bourgeoisie et les populations ouvrières, sans oublier l’émergence d’une véritable classe moyenne, encore fragile. Les centres urbains deviennent de plus en plus importants : ce sont eux qui constituent le lieu privilégié des transformations en cours.

Le Manifeste de 1870 : République et modernité

  • 2 C’est le cas de l’abolition de l’esclavage, qui faisait partie intégrante des propositions du proj (...)

5Or, ces changements profonds, dont l’intensité varie, bien évidemment, d’une région à l’autre du pays, allaient entraîner des aspirations au changement dans le domaine politique, social et économique. La cause républicaine, défendue dès les premiers mouvements d’indépendance, s’exprime ouvertement dans le Manifeste de 1870. Comme toujours, le désir de changement apparaît d’abord au sein des élites de l’époque. Certaines manifestations du républicanisme apparaissent néanmoins dans l’ensemble de la population, même si celle-ci n’était pas toujours consciente des enjeux des causes qu’elle défendait2. Pour notre propos, il importe de considérer tout simplement quels étaient les idéaux et les valeurs que le mouvement républicain cherchait à promouvoir. Ces dimensions particulières, qui relèvent de la pensée et de la mentalité de l’époque, sont fondamentales dans la mesure où elles sont en rapport direct avec les processus de sécularisation.

  • 3 En effet, cette génération était engagée dans une plate-forme de modernisation fondée sur des dire (...)

6Le « Manifeste républicain », daté du 3 décembre 1870, a paru dans le premier numéro du journal dont le titre, A República, est déjà très évocateur. Ce texte réunissait un ensemble de principes défendus par le Club républicain, récemment constitué à Rio de Janeiro, la capitale du pays. Les 58 signataires du document révèlent bien le profil des partisans de la cause républicaine. La plupart étaient des intellectuels, des journalistes, des avocats, des médecins, des ingénieurs, des enseignants3. Le Manifeste comprend plusieurs points. Il commence par des critiques à l’égard de la monarchie, source d’injustices sociales, compte tenu des privilèges qu’elle produit : « privilèges de religion, de race, de sagesse, de position ». Ces privilèges sont à la base de la « monstrueuse supériorité de quelques-uns sur tous ». Il est possible de percevoir, dans cette critique, des éléments clés de la propagande républicaine. Le lien entre l’Église et l’État est condamné, de même que l’esclavage et toutes formes de privilège. Les principes défendus dans le programme républicain incluent un système de gouvernement fédéral, ce qui va à l’encontre de la centralisation du pouvoir politique, ainsi que le principe de « vérité démocratique », selon lequel le pouvoir doit provenir du peuple, qui a le droit de choisir ses représentants.

  • 4 AN. Livro de tombo, paróquia de São João Batista e Nossa Senhora da Conceição (Portalegre), pp. 55 (...)

7Le Manifeste a eu une grande répercussion au niveau national, et plusieurs manifestations d’adhésion à ce programme ont été organisées dans différentes parties du Brésil. Le mouvement apparaît dans les clubs, les journaux, et se diffuse par l’intermédiaire d’autres Manifestes, tous dénommés « républicains », qui sont publiés sur tout le territoire national. Celui de 1870, ainsi que d’autres écrits liés au mouvement républicain, témoigne de plusieurs influences, notamment le positivisme d’Auguste Comte et les idéaux de la Révolution française de 1789. Il souscrit au projet de la pensée libérale, dans le domaine politique, mais aussi économique. Toutes ces idées sont liées, directement ou indirectement, au rejet de la pensée religieuse en général et du catholicisme en particulier, même si, de manière paradoxale, d’autres alternatives religieuses gagnent peu à peu du terrain et si, dans le cas spécifique du positivisme, on voit naître une nouvelle forme de religion institutionnalisée. Parallèlement, s’impose une vision qui met l’accent sur une perception du monde marquée par le triomphe de la science. Les autorités ecclésiastiques, pour leur part, sont pleinement conscientes du moment difficile que traverse l’Église, comme nous le montre une lettre pastorale datée du 16 septembre 1883. Son auteur, Luís Francisco de Araújo, archevêque d’Olinda, Son auteur, Luís Francisco de Araújo, de l’archevêché d’Olinda, décrit une Église persécutée. Selon lui, une telle adversité est naturelle. En effet, elle doit être subie par l’Église choisie, qui appartient au Seigneur4.

  • 5 Dans notre thèse, nous développons d’autres éléments qui indiquent la montée des tensions entre l’ (...)
  • 6 La séparation entre l’Église et l’État avait déjà été instituée par le décret du 7 janvier 1890, d (...)
  • 7 Accord de droits et de devoirs réciproques entre l’Église et l’État, institué au Brésil au milieu (...)
  • 8 Robinson Cavalcanti ajoute que, lors de la proclamation de la République, les membres des communau (...)

8Dès lors, la séparation entre l’Église et l’État devient inéluctable. Elle se produit à l’occasion de la proclamation de la République5. La première Constitution républicaine, celle de 1891, déclare une séparation qui avait déjà été récemment officialisée6. Dans la section II, relative aux droits des citoyens, sont établies plusieurs dispositions qui conduisent à la sécularisation de l’État. Ces dispositions sont essentiellement les suivantes : tous les hommes sont égaux vis-à-vis de la loi ; tous les individus et toutes les confessions religieuses peuvent désormais exercer publiquement et librement leur culte ; ils peuvent également acquérir des biens ; la République ne reconnaît que le mariage civil, célébré gratuitement ; les cimetières sont désormais séculiers et doivent être administrés par l’autorité municipale ; ils sont accessibles aux différents types de cultes et de pratiques religieuses, à condition que ces derniers respectent la morale publique ; l’enseignement est laïc dans les écoles publiques ; aucun citoyen brésilien ne sera privé de ses droits politiques et civils, ni ne pourra se soustraire à de ses devoirs civiques du fait de ses croyances religieuses. Le 7e paragraphe de l’article 72 de la même section est particulièrement révélateur. Il abolit définitivement le padroado7, en vigueur depuis le XVIe siècle au Brésil. Il déclare formellement qu’« aucun culte ou Église ne bénéficiera de subventions officielles, ni n’aura des relations de dépendance ou d’alliance avec le gouvernement de l’Union ou des États » (Almeida, 1967 : 131-133)8.

9Les dispositions légales de l’État républicain, positiviste, accusé d’athéisme par certains, bouleversent l’ordre établi si nous tenons compte du rapport qui avait uni l’État à l’Église durant plus de trois siècles. Au sein de l’Église elle-même, la séparation officielle est ressentie de manière partagée. D’une part, l’Église devenait enfin libre vis-à-vis du pouvoir politique, mais de l’autre elle perdait ses privilèges, jalousement défendus tout au long de la période coloniale et de l’Empire. Son influence s’en trouvait assurément affaiblie.

Le Rio Grando do Norte et la cause républicaine

10Dans le Rio Grande do Norte, les premiers partisans de la cause républicaine s’affirment au milieu du XIXe siècle. Le Parti libéral réunissait dans ses rangs ceux qui manifestaient, de plus en plus ouvertement, leurs préférences pour la République. Le 30 novembre 1871, un groupe de sympathisants exprima son adhésion aux idées du manifeste du Club républicain du Rio de Janeiro. Le mouvement gagna en force, avec l’engagement de commerçants, de maîtres des moulins, de médecins et d’hommes politiques. La propagande républicaine s’afficha clairement dans les journaux et périodiques de l’époque, dont certains se déclaraient anti-cléricaux et anti-monarchistes. Le républicain Joaquim Fagundes écrivit un article adressé au peuple, et publié le 30 septembre 1874 dans la revue O Echo Miguelinho, organe de la société républicaine de même nom. Parmi d’autres critiques, Joaquim Fagundes s’attaque au « Trône » et à l’Église qui enchaînent le peuple naïf. On assiste, dans plusieurs villes, à des manifestations d’adhésion à la cause républicaine. À Caicó, un « noyau » républicain est créé en 1886. Dans la même localité, le 6 avril 1889, le journal O Povo (le Peuple) publie « le Manifeste républicain du Peuple du Seridó », deux jours après la fondation du Club républicain local. Le 27 janvier 1889, Pedro Velho, homme politique très influent de l’époque, considéré comme le promoteur de la République dans le Rio Grande do Norte, fonde le Parti républicain à Natal. Le 1er juillet de la même année, il créé le journal A República. Les correspondants du journal, militants de la cause républicaine, sont présents dans plusieurs communes du Rio Grande do Norte (Cascudo, 1955 : 203-208). Le 17 novembre 1889, deux jours après la proclamation de la République au niveau national, la République était instaurée dans le Rio Grande do Norte.

  • 9 Voir, par exemple, Lira, 1982 : 257. Voir aussi : Anonyme, « Três documentos históricos sobre a Re (...)
  • 10 Voir notamment APMA. Documentos antigos. Pasta n° 41, 1890 a 1900. Nous avons relevé des expressio (...)

11Il est certain que l’élite locale était animée par les mêmes valeurs associées à la République que dans d’autres régions du Brésil. Il suffit de lire les documents et les déclarations de l’époque. Nous y relevons des expressions telles que « le soleil de la liberté », « la paix », « l’ordre et le progrès », ainsi que les références aux idéaux de la Révolution française9. Nous avons également observé un remplacement subtil dans les documents rédigés principalement entre 1889 et 1900. Les anciennes expressions religieuses relevées dans les lettres et les documents officiels, comme « Dieu garde Votre Excellence » ou « l’an de notre Seigneur Jésus-Christ de… » répétées systématiquement depuis des siècles, sont remplacées par des expressions positivistes du type « salutations et fraternité » ou « salutations »10. Sans utiliser ces dernières expressions, de nombreux documents ne font aucune référence à Dieu ou à Jésus-Christ. Ce changement est très significatif de l’état d’esprit des hauts fonctionnaires et des autres autorités de l’époque.

12Bien que le mouvement républicain soit essentiellement une affaire d’élite, comme l’ont été de nombreux autres mouvements contestataires antérieurs, il ne faut pas sous-estimer la participation d’une frange importante de la population. En effet, de nombreuses fêtes publiques ont marqué le passage à la République dans les douze villes que nous avons étudiées, preuve d’une incontestable adhésion populaire. C’est ainsi que la mobilisation de la population en faveur de l’abolition de l’esclavage - cause progressiste par excellence - apparaît évidente. Les historiens du Rio Grande do Norte s’accordent à affirmer que, suivant en cela une tendance nationale, un nombre croissant d’individus, parmi lesquels une majorité de citoyens ordinaires, considérait l’esclavage comme une institution socialement immorale et inacceptable. De fait, la célèbre loi du 13 mai 1888, qui abolit officiellement l’esclavage au Brésil, n’a eu aucune répercussion dans plusieurs localités du Rio Grande do Norte (dont les douze villes de notre échantillon), où les esclaves avaient déjà été affranchis. Leur libération s’était réalisée en grande partie grâce aux « militants » de la cause, mais aussi à la suite de mouvements de rébellion déclenchés par les esclaves eux-mêmes. On relève ainsi de vagues mentions à des rébellions d’esclaves à Papari et à Goaininha (Cascudo, 1955 : 193).

13La répercussion qu’a eu le Manifeste républicain dans le Rio Grande do Norte montre que les idées républicaines ont trouvé un terreau fertile dans une société qui était déjà en pleine mutation et dont l’élite commerçante et intellectuelle était acquise au projet modernisateur véhiculé par les opposants à l’Empire. S’il ne peut pas expliquer toutes les grandes transformations en cours à l’époque, il peut néanmoins servir d’instrument de mesure pour analyser les manifestations de ce projet dans des petites villes éloignées des grands centres urbains de l’époque, mais où l’élan modernisateur s’est traduit par une accélération des processus de sécularisation et de laïcisation des lieux sacrés, des paysages urbains et des pratiques sociales de la population.

Ville républicaine, ville séculière ?

14En effet, certaines transformations que connaissent les villes du Rio Grande do Norte, notamment dans la deuxième moitié du XIXe siècle, constituent des indices du processus de sécularisation de la société brésilienne dans son ensemble, comme l’indiquent clairement trois éléments considérés comme particulièrement révélateurs de cette évolution : le statut des cimetières ; le changement des noms des rues et des places ; la recomposition du mobilier urbain.

La sécularisation des cimetières

  • 11 Ce n’étaient pas seulement des morts qu’émanaient ces odeurs malsaines, d’après les convictions de (...)
  • 12 À Natal, par exemple, les lois municipales de 1858 règlent plusieurs aspects relatifs aux inhumati (...)
  • 13 Notion développée dans notre thèse de doctorat. De manière très succincte, la ville de Dieu et la (...)

15Du fait d’un esprit qui se voulait de plus en plus « scientifique », notamment au sein des élites, la transformation du statut des cimetières apparaissait comme l’une des meilleures solutions pour résoudre le problème des épidémies qui ont frappé les centres urbains de l’époque. La loi du 1er octobre 1828 prévoyait déjà la séparation des cimetières et des églises. De nombreuses études tentant de démontrer la relation entre le développement des infections contagieuses et l’enterrement à l’intérieur des églises voient alors le jour. Des théories comme celle des « miasmes » étaient toujours largement développées. On croyait, d’après les connaissances scientifiques de l’époque, que les émanations issues des morts enterrés à l’intérieur des églises étaient responsables de nombreuses maladies11. Les autorités politiques, en se fondant notamment sur les rapports et les études des médecins, tentèrent de mettre fin à la vieille tradition, réservée aux élites, d’enterrement dans les églises. Désormais, il fallait destiner à cette fin un terrain bien évidemment situé hors de la localité. Faisant écho aux lois provinciales et impériales, les ordonnances municipales des agglomérations de la province interdisent expressément cette pratique à partir de la deuxième moitié du XIXe siècle12. L’apparition des cimetières extra-muros allait ébranler l’un des éléments les plus marquants de la ville de Dieu13, c’est-à-dire l’enterrement dans les églises. En outre, ils devaient être dotés « d’une fonction éducative, devenant de véritables cours de comportement civique : les gens y trouveraient des tombeaux monumentaux qui célébreraient les citoyens exemplaires qui avaient bien servi le pays et l’humanité. Dans le cimetière-modèle des réformateurs funéraires, la vertu civique remplacerait la dévotion religieuse. C’était un programme bourgeois que l’on préconisait à une société […] basée sur l’esclavage » (Reis, 1997 : 134).

  • 14 Le mouvement de Salvador eut lieu en 1835. Il est postérieur à un autre événement, survenu à Rio d (...)
  • 15 Discurso apresentado… no dia 7 de setembro de 1847. Dans : Fundação Vingt-un Rosado. Falas e relat (...)

16Cependant, la tradition des enterrements dans les églises, fortement enracinée dans la population, n’allait pas disparaître du jour au lendemain du fait de simples décrets administratifs. La population ne s’est pas soumise facilement à ces directives. Un cas très intéressant, qui mérite d’être mentionné, fut la révolte populaire qui éclata à Salvador, pour s’opposer à ces mesures14. Sans atteindre ce degré d’insatisfaction, certains documents relatifs à la province du Rio Grande do Norte témoignent du mécontentement de la population à ce sujet, ainsi que d’une résistance aux nouvelles orientations. Selon le président Casimiro José de Morais Sarmento, l’opposition aux enterrements en dehors des églises résultait « de l’ignorance et des préjugés suscités par les nouvelles institutions »15.

  • 16 APMA. Doc. antigos. Pasta n° 38, 1845 a 1864. Voir également à ce sujet la déclaration du présiden (...)

17C’est ainsi que, vers le milieu du siècle, les édifices religieux étaient toujours utilisés comme cimetières. Une circulaire d’un autre président de la province, datée du 25 août 1857, mentionne la persistance, déjà affaiblie, de cette pratique dans le Rio Grande do Norte : « En réponse à la dépêche que Firmino José Dória, le médecin du parti public et pourvoyeur de la santé du port, m’a envoyée aujourd’hui ; en obéissance à la recommandation que cette présidence a reçue par l’avis expédié par le Secrétariat de l’État et des Affaires de l’Empire du 22 octobre 1855 ; reconnaissant la nécessité urgente de prendre des mesures rapides et convenables afin de mettre fin à l’abus d’enterrer les morts dans les églises, je recommande à vos Excellences l’expédition d’ordres nécessaires et énergiques afin de ne pas permettre de telles coutumes. Elles sont généralement reprochées de nos jours et toujours nocives à la salubrité publique. Que Dieu garde Vos Excellences. Bernardo Machado de Santa Dória. Pour le Conseil municipal d’Acari »16.

  • 17 Document écclesiastique rédigé à la suite d’un synode de l’Église catholique du Brésil, en 1707. L (...)
  • 18 Constituições Primeiras do Arcebispado da Bahia/sous la direction de VIDE, D. Sebastião Monteiro d (...)

18Néanmoins, l’érection du cimetière à l’écart de l’église ne représente pas une rupture définitive et totale avec le sentiment du sacré, puisqu’il reste souvent appelé campo sacro (« champ sacré »). Dans cette perspective, un deuxième élément doit être pris en compte : le rapport spatial et symbolique que le cimetière entretient avec le lieu de culte. Comme celui-ci, le cimetière ne pouvait pas être placé n’importe où. Les « Constitutions » de l’archevêché de Bahia17 donnent ainsi plusieurs indications précises sur l’édification et la localisation des églises : « D’après le droit canonique, les églises devront être fondées et édifiées dans des endroits décents […], sur un site élevé […], à l’abri de l’humidité, et autant que possible des endroits immondes et sordides, ainsi que des maisons privées et d’autres murs, de sorte que les processions puissent se produire autour d’elles, et que [les espaces ainsi créés] soient tels que non seulement les paroissiens, mais aussi les personnes venues de l’extérieur puissent accourir aux fêtes. Les églises devront être construites dans des endroits peuplés, où l’on trouve le plus grand nombre de paroissiens […]. On veillera à ce que le sanctuaire soit situé de manière que le prêtre qui s’y trouve ait le visage tourné vers l’orient. Si cela n’est pas possible, que ce soit vers le midi, cependant jamais vers le nord ou l’occident… il y aura autour [des églises] des parvis et des cimetières où l’on enterrera les défunts. Ils seront délimités par notre représentant… »18.

  • 19 Bien que de manière approximative, l’orientation de la façade des églises et, à l’inverse, celle d (...)

19Nous avons constaté, pour les douze villes étudiées, que ces prescriptions ont été en grande partie observées. Les références précises aux « Constitutions », trouvées dans certains documents relatifs à la construction de la première église des villes en question en sont une preuve supplémentaire. Nous voudrions cependant attirer l’attention sur l’orientation des églises et sur leur relation avec le cimetière. Pour toutes les agglomérations de notre échantillon, nous avons ainsi procédé à une vérification de l’orientation du premier édifice religieux élevé au titre d’église paroissiale. Nous avons également repéré la localisation du premier cimetière construit dans chacune d’entre elles, (tableau n° 1). On constate ainsi que les prescriptions émises par les Constitutions de l’archevêché de Bahia ont été observées dans la majorité des cas19.

Tableau n° 1 : Rapport spatial entre l’église et le cimetière

Orientation de la façade
de l’église

Orientation du visage du
prêtre

Orientation satisfaisante (d’après les Constitutions)

Cimetière situé dans l’axe
longitudinal de l’église

Natal

Ouest

est

oui

non

Au

Ouest

est

oui

oui

São José

Nord

sud

oui

oui

Extremóz

Nord

sud

oui

non

Arês

Nord

sud

oui

oui

Acari

Nord

sud

oui

partiellement

Caicó

nord-ouest

sud-est

partiellement

partiellement (1)

Papari

sud-ouest

nord-est

partiellement

non

Vila Flor

nord-est

sud-ouest

partiellement

oui

Mossoró

Sud

nord

non

partiellement

Apodi

Sud

nord

non

oui

Portalegre

Sud

nord

non

non

  • 20 Un sixième cimetière, celui de Mossoró, est situé sur une ligne imaginaire Nord-Ouest par rapport (...)

20Le passage des « Constitutions » précédemment cité indique clairement la relation entre le cimetière et l’église, qui sont conçus comme un ensemble. Cette proximité, et même la coïncidence spatiale entre ces deux éléments, sont caractéristiques de la ville de Dieu. Ce qui nous intéresse à présent est de vérifier le rapport qui s’établit entre les deux au moment où ils doivent se séparer physiquement. À cet égard, nous avons dû considérer le premier cimetière de chaque localité, toujours par rapport à la première église paroissiale. Nous avons constaté une coïncidence étroite entre la localisation des premiers cimetières et celle de l’église paroissiale, puisque cinq cimetières sur douze sont situés dans l’axe longitudinal imaginaire de l’église20. Étant donné le rapport historique, symbolique et sacré établi entre le cimetière et l’église, il est aisé de supposer que cette localisation n’est pas le fait du hasard, ni le résultat de préoccupations d’ordre esthétique, telles que l’alignement ou l’embellissement des espaces urbains.

21La relation spatiale entre le cimetière et l’église devait se poursuivre même après leur séparation institutionnelle. Chaque fois que cela était possible, cette nouvelle relation restait fondée sur la métaphore cosmologique de la course du soleil dans le ciel, entre l’Orient (la naissance) et l’Occident (la mort). Cette relation est confirmée par plusieurs indices. Ainsi, en 1886, pour décrire leur cidade, les conseillers municipaux de Mossoró affirment que le cimetière public est situé « du côté ouest, à une distance d’un kilomètre à peu près de l’église paroissiale ». En outre, dans le plan d’expansion de Mossoró (1884-1885), la rue projetée entre la place centrale, où se situe l’église, et le cimetière, est appelée « rue du champ sacré ». Le cimetière est donc situé à l’ouest de la ville de l’époque, mais au nord-ouest de l’église. Il s’agissait en effet du deuxième cimetière de Mossoró, construit pour remplacer le premier, qui a disparu depuis, mais nous ne savons pas si celui-ci était situé dans l’axe longitudinal de l’église.

  • 21 Cependant, le cimetière de São José fut bâti au nord de l’église, dont la façade est orientée vers (...)

22Un autre indice, plus facile à identifier, est le rôle qu’ont joué les missionnaires, les prêtres et même les confréries dans l’érection des premiers cimetières publics, et par conséquent dans le maintien d’un symbolisme spatial fort avec l’église. À cet égard, l’opinion des autorités religieuses était fondamentale, comme le montre le cas de São José. En 1829, le curé de la vila, Simão Judas Tadeu, fut convoqué par le Conseil municipal pour choisir la localisation du cimetière. La loi du 1er octobre 1828, déjà citée, précisait en effet que les édiles devaient consulter la principale autorité ecclésiastique de la ville, lors de l’établissement des cimetières éloignés des églises. Après avoir écouté ses corréligionnaires, le digne ecclésiastique décida que le campo sacro devait se situer du côté du soleil couchant, sur la route conduisant à la cidade de Natal (Barbalho, 1960 : 113-114)21.

  • 22 APMC. Livro de registro de ofícios recebidos e expedidos de 1860 a 1893, p. 28.

23En réalité, le repos des morts était donc toujours l’affaire de l’Église officielle, qui pouvait ou non donner l’autorisation d’ouvrir de nouveaux cimetières, qu’ils soient publics ou privés. Ceux-ci étaient assez fréquents dans les zones rurales. Ainsi, aux environs de 1864, Manoel Salentiano de Medeiros sollicita l’accord a posteriori du prêtre visiteur de la province pour le cimetière qu’il avait déjà fait construire dans son domaine situé sur la commune de Canguaretama, pour lui et sa famille. Il présentait cette requête car il savait qu’il ne pouvait le construire « sans l’autorisation du pouvoir ecclésiastique ». De plus, ajoutait-il, les cimetières existants étaient en mauvais état et il était interdit d’enterrer les morts dans les églises22.

  • 23 Atas da câmara municipal de Mossoró (1873-1876), sous la direction de Brito, Raimundo Soares. Moss (...)

24Construits initialement sur l’initiative du gouvernement de la province, plusieurs cimetières publics étaient administrés par des confréries ou par les municipalités locales (loi provinciale n° 577 du 28 décembre 1864). Le cimetière de Mossoró, construit grâce aux efforts de la communauté catholique locale, appartenait ainsi à une confrérie. La demande d’autorisation au conseil municipal avait été formulée par le vicaire Antônio Joaquim Rodrigues, qui destinait le terrain choisi au « repos aux dépouilles mortelles des catholiques et des défunts de toute croyance religieuse » (acte du 18 août 1873). Un an plus tard, Le conseil municipal rappelle que le cimetière devait se soumettre aux ordonnances municipales (acte du 7 novembre 1874)23.

25En parlant des « défunts de toute croyance religieuse », le prêtre soulevait une question importante. À l’époque, l’existence d’adeptes d’autres religions ne pouvait plus être ignorée. Dès le début du siècle, des cimetières destinés à surtout à des protestants ont été construits en divers lieux du Brésil. Les noms de cimetières dits « des Anglais », « des Allemands » ou d’autres nationalités, cachaient en réalité une forme de discrimination contre ceux qui n’appartenaient pas à la religion catholique (Beozzo, 1992 : 93). La discrimination et la ségrégation des non-catholiques dans le monde des vivants, monnaie courante à l’époque, ne suffisaient pas. Elle s’étendait également au monde des morts. Le seul cimetière « étranger » connu dans le Rio Grande do Norte était le « cimetière des Anglais », situé très loin de la cidade de Natal de l’époque, de l’autre côté de la rivière Potengi. Ce cimetière est bien antérieur au premier cimetière public de Natal, construit en 1856. Cela est facile à comprendre, puisque les non-catholiques ne pouvaient pas être ensevelis dans les églises. Des ressortissants de plusieurs nationalités, et pas seulement des Anglais, y ont été enterrés. Dans ce contexte, la proposition du vicaire de Mossoró, représentant de la communauté catholique, paraît assez progressiste.

  • 24 Acte du 23 juillet 1870. CMNF. Livro de atas, n° 3 da Intendência de Nísia Floresta, 1861 a 1873, (...)
  • 25 Voir notamment l’article 10 des ordonnances municipales d’Acari, de janvier 1893. APMA. Documentos (...)

26La séparation entre catholiques et non-catholiques (au moins dans le monde des morts) s’atténue donc au fur et à mesure que le siècle s’achève, plusieurs ordonnances municipales autorisant l’inhumation de défunts d’autres confessions dans des cimetières catholiques. Toutefois, les ordonnances étaient claires : il fallait toujours mettre à part les tenants d’une autre religion. Pour certains, la concession était faite à contrecœur, comme semble le confirmer la circulaire du ministère des Affaires étrangères du 27 avril 1870, adressée aux municipalités du Rio Grande do Norte. L’Empereur décrétait que, désormais, tous les nouveaux cimetières de la province devaient réserver « des espaces pour l’enterrement de ceux à qui l’Église ne concède pas de sépulture dans le sacré »24. La formule employée met en évidence la hiérarchie entre un espace « sacré » et un espace considéré comme « profane », destiné aux défunts non-catholiques. À ce titre, il convient de rappeler la hiérarchie observée lors des enterrements effectués à côté ou dans les églises, où tout était sacré, même si le sanctuaire occupait le sommet de la sacralité. Or, la circulaire de 1870 sous-entend une hiérarchie moins clémente : on était ou non enterré dans un terrain sacré, sans situation intermédiaire. Nous avons relevé plusieurs exemples de l’application de ce texte dans le Rio Grande do Norte25.

27À la fin du XIXe siècle, le processus de sécularisation des cimetières ne fait que s’accélérer. Avec l’instauration de la République, l’ancien campo sacro devient laïc et civil, complètement détaché de toute prérogative religieuse, selon les principes du nouveau régime. Ce sont maintenant des citoyens qui y sont enterrés, et non les adeptes d’une religion privilégiée.

Les noms des rues et des places

  • 26 Le 30 juin 1883, 40 esclaves ont été libérés dans la commune de Mossoró (Nonato, 1973 : 53).

28Dans le Rio Grande do Norte, les valeurs idéologiques associées directement ou non à l’ère républicaine s’expriment de manière particulièrement visible dans les changements de dénomination des rues et des places. La fixation des plaques et des panneaux a lieu un peu partout, notamment à partir de la fin du XIXe siècle. La fréquence avec laquelle les rues et les places sont baptisées du « Commerce », par exemple, est un des éléments qui, dans la qualification des espaces publics, évoque les processus complexes de modernisation du pays et de l’État. D’autres dimensions du même phénomène sont sensibles à travers les références à l’abolition de l’esclavage, à l’indépendance du Brésil, aux personnalités du monde politique ou littéraire (entre autres), au niveau local comme au niveau national. Nous en avons relevé des exemples dans toutes les localités de notre échantillon. L’un des centres urbains les plus représentatifs à ce sujet est Mossoró, où la cause abolitionniste a été particulièrement active. Les références à cet important mouvement y sont éloquentes. Huit jours seulement après le 30 septembre 1883, date locale de l’abolition de l’esclavage, le conseil municipal dénomme plusieurs rues et espaces publics. Certaines dénominations sont suggestives : praça da Redenção (place de la Rédemption) ; rua dos Libertos (rue des Affranchis) ; rua 30 de Setembro (rue du 30 Septembre) ; praça da Liberdade (place de la Liberté) ; rua 10 de Junho (rue du 10 Juin)26. Certains noms renvoient à des dates et à des événements cruciaux de l’histoire nationale, comme la rua da Independência (rue de l’Indépendance) (Nonato, s/d, pp. 30-31).

  • 27 Né dans le Rio grande do Norte, Augusto Severo était un pionnier dans les recherches sur l’aviatio (...)
  • 28 Le bâtiment de la mairie de Natal, inauguré le 7 septembre 1922, est situé sur cette place.

29La dénomination des places publiques, dont le nombre se multiplie au rythme de la croissance urbaine, est également très éloquente. Les « places de la République », dont certaines sont monumentales, fleurissent dans les grandes capitales du pays. À Natal, trois places au moins sont imprégnées de valeurs républicaines, ne serait-ce que par leur nom. Consacrées à la République ou à l’Indépendance, ces places sont généralement aménagées afin d’accueillir le pouvoir politique, puisqu’elles abritent certains bâtiments de l’administration. Ainsi, la place Augusto Severo, située entre la ville haute et la Ribeira, est rebaptisée, le 14 mai 1902, « place de la République »27. Un autre exemple révélateur est celui de la « place du 7 Septembre », dont le nom est une référence à la date de l’indépendance du Brésil (7 septembre 1822). Construite en 1914, elle se situe sur le haut plateau, à proximité de la place centrale de la capitale. Elle fut aménagée devant le palais du gouvernement, édifice initialement destiné à l’Assemblée législative et inauguré en 1873. Les maisons et les taudis qui se trouvaient sur l’espace de la future place furent démolis à cette fin. Au fil du temps, d’autres bâtiments de l’administration et du pouvoir législatif sont venus renforcer cette vocation institutionnelle28. La place Pedro Velho, ainsi baptisée en l’honneur du fondateur de la République dans le Rio Grande do Norte, est un autre exemple parlant. Cette place, inaugurée le 24 novembre 1937, est appelée également, et à juste titre, « place civique », puisqu’elle est utilisée lors des défilés militaires pour commémorer le 7 septembre (photo n° 1).

Photo n° 1. La place du 7 septembre, à Natal

Photo n° 1. La place du 7 septembre, à Natal

Cliché de l’auteur.

30Les références au monde sacré, notamment l’église, ont disparu. Ces dernières ne représentent plus le centre symbolique des agglomérations. De même, l’ancienne rua da Cruz ou « rue de la Croix », reliant la ville haute à la Ribeira, est rebaptisée rue Junqueira Aires, le 5 mars 1896. Elle s’appelle actuellement avenue Câmara Cascudo (photo p. 138). Un phénomène identique s’est produit avec la Grand-rue ou l’ancienne place de Natal, lieu de fondation de la ville. Appelée également praça da matriz ou place de l’église paroissiale, selon la tradition constatée dans de nombreuses villes, elle devient, en février 1888, la place André de Albuquerque, en hommage au martyr de la Révolution de 1817. Ce changement est particulièrement significatif, compte tenu de l’importance historique de cet espace et des valeurs religieuses qu’il possédait dans le passé (photos n° 2).

Photo n° 2. La place André de Albuquerque dans les années 1920. Au fond, l’église du Rosaire et la rivière Potengi

Photo n° 2. La place André de Albuquerque dans les années 1920. Au fond, l’église du Rosaire et la rivière Potengi

Source : Diario de Natal.

  • 29 Raimundo Nonato a répertorié les espaces publics que Mossoró possédait en janvier 1929. La ville t (...)
  • 30 APMCA, Livro de atas da câmara municipal de Caicó, p. 93.

31Certains noms faisant référence au sacré disparaissent également à Mossoró. L’ancienne rua do Rosário ou du Rosaire est devenue, en 1930, rue João Pessoa, en l’honneur du candidat à la présidence du pays, assassiné la même année. La rua Campo Santo (Champ sacré), appellation faisant référence à l’accès au cimetière, est devenue, au début de l’ère républicaine, rue Augusto Severo. La place Bento Praxedes était l’ancienne place Vigário (vicaire) Antônio Joaquim (Nonato, s/d : 33-35). À Natal, à Mossoró comme dans d’autres localités, les hommages à des poètes et à des hommes politiques, entre autres personnalités, se multiplient29. Parmi ces derniers, le président Getúlio Vargas est l’un des plus honorés. Les autorités locales sont toutefois réticentes quand il s’agit d’honorer des personnalités liées aux idéologies de gauche. Ainsi, dans son acte du 14 août 1951, du conseil municipal de Caicó, enregistra la demande n° 34, concernant le changement de certains noms de rues situées dans le quartier appelé Pernambuco. La demande, approuvée à l’unanimité, fut motivée par le fait que les noms incriminés appartenaient à des personnes qui avaient eu un rôle « dans la propagation du régime soviétique »30.

  • 31 La place Padre João Maria est située derrière l’église paroissiale de Natal. Un buste commémoratif (...)

32Cependant, certaines nouvelles appellations de l’ère républicaine font toujours référence à la religion, notamment à travers les hommes d’Église. C’est le cas de la place Padre João Maria (photo n° 3), à Natal et de la place Walfredo Gurgel, à Caicó31. Nous devons néanmoins tenir compte du fait que ces célébrités locales étaient également des hommes politiques. Il reste à savoir quel est le rôle (homme d’Église ou homme politique) qui leur a valu un tel honneur. Il est vrai que d’autres noms anciens, liés à la religion, sont parvenus jusqu’à nos jours, comme la rue Santo Antônio, l’une des plus anciennes de la capitale du Rio Grande do Norte, ou la place du Rosaire, à Açu – mais ces exemples de permanence sont assez rares pour être remarqués.

Photo n° 3. La place Padre João Maria, vers 1920

Photo n° 3. La place Padre João Maria, vers 1920

Source : Rocha Pombo

L’évolution du mobilier profane

33Certains aspects liés au mobilier urbain et aux édifices religieux sont également révélateurs. Si la ville d’ancien régime faisait souvent référence au sacré, la ville « républicaine » du début du XXe siècle efface progressivement ces traces d’un passé considéré comme révolu, alors même que le contexte politique a changé et que le Manifeste de 1870 ne nourrit plus les idéaux de l’élite brésilienne. Ainsi, le mobilier urbain sacré est détruit, déplacé, dissimulé ou éclipsé par un nombre croissant d’éléments de bâtiments ou de structures profanes, érigés à des fins non religieuses. Les éléments qui restent perdent souvent toute signification religieuse réelle pour la majeure partie de la population. En 1901, un événement particulièrement symbolique illustre cette évolution. Il s’agit du transfert des statues des rois mages Gaspar, Baltazar et Melchior qui se trouvaient dans la chapelle de la forteresse des Rois Mages, bâtiment qui est à l’origine de la fondation de Natal. Elles avaient été offertes, en 1752, par le roi Dom José Ier à la chapelle située dans la « place noble » de la forteresse, consacrée à ces saints. Le ministre de la Guerre, João Nepomuceno de Medeiros Mallet, en ordonna le transfert car leur présence dans la forteresse, édifice public, était contraire au principe de l’État laïc. Les Rois Mages furent donc transportés à l’église do Bom Jesus das Dores, qui fut leur lieu de résidence jusqu’en 1910, année où une chapelle fut bâtie en leur honneur. Cette chapelle est à l’origine d’une église baptisée Santos Reis ou les Saints Rois, nom qui a depuis servi de dénomination au quartier (Moura, 1986 : 160-161).

  • 32 Malheureusement, l’auteur ne mentionne pas la date de ces événements. Une autre croix a été ultéri (...)

34La croix qui, pendant des siècles, se trouvait au milieu de la place centrale en face de l’église paroissiale de Natal, occupait assurément une place d’honneur. Toutefois, en 1907, elle fut transférée dans le patio de l’église du Rosaire (Cascudo, 1980 : 450). Le nouvel endroit était bien plus modeste que le précédent (photo n° 5). Ce fait est d’autant plus révélateur de l’évolution des mentalités que, dix ans plus tard (le 12 juin 1917), on dressa presque au même endroit la Colonne des martyrs, en l’honneur des héros de la Révolution de 1817. Le symbole sacré faisait place un monument profane, érigé à la gloire des hommes, et non à la gloire de Dieu. À Acari, un phénomène semblable s’est produit avec deux croix. La plus ancienne était placée devant l’église du Rosaire, et la plus récente devant l’église paroissiale consacrée à Nossa Senhora da Guia. Elles ont été retirées sous prétexte qu’elles entravaient la circulation, lors de l’apparition des premières voitures. Bien plus, celle qui était située devant l’église paroissiale fut enlevée, selon le vicaire Walfredo Gurgel, car elle n’était plus « un objet de culte ». Elle fut installée hors de la ville, où des vandales l’ont détruite (Medeiros, 1985 : 108-109)32.

  • 33 Des informations sont fournies vers 1940 (Câmara, 1948 : 243-245).

35Le fait que la croix n’était plus un objet de culte est très significatif. Autrefois, ces représentations de la divinité exigeaient des passants des signes de vénération et de respect. Des prières et des danses étaient organisées autour d’elles, comme le rappelle Câmara Cascudo quand il évoque la tradition de la « prière circulaire », autour de la croix de São José de Mipibú (Cascudo, 1974 : 151-153). La croix limitrophe, située au sud du noyau urbain initial de Natal, fut pendant longtemps un objet de vénération des catholiques. Un renouveau de ce culte s’est produit au XXe siècle, mêlant religion et nationalisme, puisqu’il s’agissait aussi de célébrer la découverte du Brésil33. Pourtant, ce rite est retombé dans l’oubli. La réplique de l’ancienne croix, qui marque le site initial de la ville, n’est aperçue de nos jours que par certains promeneurs plus attentifs que les autres, qui se signent pour exprimer leur respect.

Photo n° 5. La croix devant l’église du Rosaire, à Natal

Photo n° 5. La croix devant l’église du Rosaire, à Natal

Cliché de l’auteur

36Contredisant toutes les tendances, on assiste à un renouveau du mobilier sacré dans certaines agglomérations, notamment entre 1930 et 1950 (Teixeira, 2002 : 440-447). Cependant, ce retour en grâce doit être relativisé, car il est éclipsé par le développement d’éléments profanes qui envahissent l’espace public. Les statues, les bustes, les colonnes commémoratives et autres monuments élevés à la gloire des hommes célèbres fleurissent un peu partout. Dans le même temps, les éléments du mobilier urbain destinés à des fins plus pratiques (mais bassement matérielles), tels que les abribus, vont enrichir cet espace, de plus en plus destiné aux pratiques non religieuses. Dans ce contexte, le nouveau mobilier sacré ne semble pas faire l’objet d’une vénération particulière de part des habitants, car ce sont souvent des œuvres réalisées par les autorités locales, et qui ne rencontrent pas nécessairement de soutien populaire. L’apparition d’un mobilier urbain majoritairement profane confirme donc le processus de sécularisation engagé tant bien que mal par les élites municipales, dans la perspective d’une « modernisation » liée aux idéaux de la République.

***

37Le passage du sacré au profane dans les villes du Rio Grande do Norte ne se limite pas aux espaces urbains proprement dits, mais incluent également les usages de ces mêmes espaces et la fonction des villes examinées (Teixeira, 2002). D’une manière ou d’une autre, les indices analysés expriment ou renforcent les idéaux du « Manifeste républicain » et de son temps, même si, comme on l’a vu, la transformation des espaces urbains anticipe parfois les idées exprimées dans ce texte fondateur. Ce n’est pourtant que de manière progressive, parfois au bout de plusieurs décennies, que les villes changent de visage, puisque l’espace urbain ne traduit pas de manière automatique et immédiate les changements de mentalité. En outre, dans le cas du Rio Grande do Norte, il s’agit de localités situées en position périphérique par rapport aux processus socio-politiques qui affectent l’ensemble du pays dans la deuxième moitié du XIXe siècle.

38Quoi qu’il en soit, les transformations urbaines vérifiées expriment des valeurs chères à la République, comme le montre l’éloge du développement commercial, celui des personnalités du monde politique liées au mouvement républicain, ou bien l’exaltation les grandes causes nationales (séparation de l’Église et de l’État ou l’abolition de l’esclavage). La sécularisation des cimetières marque un éloignement progressif vis-à-vis des valeurs religieuses traditionnelles (liées au catholicisme), et exprime, entre autres, un refus croissant des rapports séculaires maintenus entre le Trône et l’Autel, entre l’État et l’Église.

39De ce point de vue, nous pourrions dire que la ville annonce un discours. Elle prend parti. Les transformations urbaines expriment des valeurs qui se veulent à la fois républicaines, modernes et séculières, même s’il semble hasardeux de vouloir établir une distinction nette entre ces trois notions. La manifestation de telles valeurs à travers la ville est encore plus évidente dans de nombreux projets urbains présentés ou réalisés au cours des premières décennies de l’ère républicaine, notamment dans d’autres États du Brésil. Le processus de modernisation « à la républicaine » de plusieurs agglomérations importantes du pays était profondément marqué par des idéaux réunis entre autres dans le Manifeste de 1870. Belo Horizonte, ville créée pour être la future capitale du Minas Gerais, en est peut-être le meilleur exemple, mais il n’est pas le seul. Dans le Rio Grande do Norte, Natal, en tant que capitale d’État, est devenue le principal relais des idées nouvelles qui se sont concrétisées dans l’espace urbain.

40Cependant, le rapport entre les idéaux formulés dans le « Manifeste républicain », d’une part, et la sécularisation de la ville, d’autre part, n’est pas aussi direct. Le Manifeste et autres écrits de même nature ne constituent ni des codes explicites, ni des principes normatifs applicables dans les pratiques sociales et dans l’espace urbain. Il s’agit plutôt d’un exposé d’intentions générales basées sur des principes de justice sociale, d’égalité et de démocratie. Il ne faut donc pas chercher systématiquement une relation de cause à effet. En ce sens, le texte de 1870 est avant tout un révélateur, parmi tant d’autres, exprimant un état d’esprit particulier, à un moment précis de l’histoire du pays – et du Rio Grande do Norte en particulier - qui favorise l’émergence d’un processus complexe où se mêlent modernisation, sécularisation et cause républicaine : la ville alors devient elle-même un manifeste, chargé d’exprimer les idées d’une société en pleine mutation.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Almeida, Fernando H, 1967, Mendes de. Constituições do Brasil. 5 ed. São Paulo, Ed. Saraiva.

AN (Arquidiocese de Natal). Livro de tombo, paróquia de São João Batista e Nossa Senhora da Conceição (Portalegre).

Anonyme, Coleção de leis provinciais do Rio Grande do Norte. Ano de 1882. Natal, Tipografia do Correio de Natal, 1882.

Anonyme, « Discurso apresentado… no dia 7 de setembro de 1847 », In : Fundação Vingtun Rosado. Falas e relatórios dos presidentes de província do Rio Grande do Norte no período de 1835 - 1888 (02-02-1835 a 07-09-1848). Coleção Mossoroense, Série « G » - número 2. Mossoró : Fundação Vingt-un Rosado, 1999.

Anonyme, « Três documentos históricos sobre a República no Rio Grande do Norte ». RIHGRN (Revista do Instituto Histórico e Geográfico do Rio Grande do Norte), 1944-1947, vol. XLI-XLIV.

APMA (Arquivo da Prefeitura Municipal de Acari). Documentos antigos. Pasta n° 38, 1845 a 1864.

APMA (Arquivo da Prefeitura Municipal de Acari). Doc. antigos. Pasta n° 41, 1890 a 1900

APMA (Arquivo da Prefeitura Municipal de Acari). Doc. antigos. Pasta n° 41, 1890 a 1900.

APMA (Arquivo da Prefeitura Municipal de Acari). Doc. antigos. Pasta n° 42, 1901 a 1956.

APMC (Arquivo da Prefeitura Municipal de Canguaretama). Livro de registro de ofícios recebidos e expedidos de 1860 a 1893.

APMCA (Arquivo da Prefeitura Municipal de Caicó). Livro de atas da câmara municipal de Caicó, 1948 a 1953

Atas da câmara municipal de Mossoró (1873-1876) sous la direction de Brito, Raimundo Soares. Mossoró, Coleção Mossoroense, volume CCXVII, 1985.

CMNF (Cämara Municipal de Nísia Floresta). Livro de atas, n ° 3 da Intendência de Nísia Floresta, 1861 a 1873.

Constituições Primeiras do Arcebispado da Bahia/sous la direction de VIDE, D. Sebastião Monteiro da. São Paulo, Typ. 2 de Dezembro, 1853.

IHGRN (Instituto Histórico e Geográfico do Rio Grande do Norte). Caixa 209, maço 7. Posturas municipais. Natal, 21/08/1858.

Fonds secondaires

IHGRN (Instituto Histórico e Geográfico do Rio Grande do Norte). Caixa 209, maço 7. Posturas municipais. Natal, 21/08/1858.

Azevedo, Aluísio, 1996, Cronologia do Rio Grande do Norte. Cinco séculos de História. Natal, Gráfica Santa Maria.

Barbalho, Gilberto Guerreiro, 1960, História do município de São José de Mipibú. Rio de Janeiro, Gráfica Editora NAP/S. A.

Beozzo, José Oscar, 1992, Brasil : 500 anos de migrações. São Paulo, Ed. Paulinas : Centro de Estudos Migratórios.

Câmara, Anfilóquio, 1948, Cenários municipais (1941-1942). Natal, Oficinas do D.E.I.P.

Cascudo, Luís da Câmara, 1980, História da cidade do Natal. 2 ed. Rio de Janeiro, Civilização Brasileira; Brasília, INL; Natal, UFRN.

Cascudo, Luís da Câmara, 1955, História do Rio Grande do Norte. Rio de Janeiro, Ministério da Educação e Cultura, Serviço de Documentação.

Cascudo, Luís da Câmara, 1974, Religião no povo. João Pessoa, Imprensa Universitária da Paraíba.

Cascudo, Luís da Câmara, 1996, Notas e documentos para a História de Mossoró. Coleção Mossoroense. Mossoró, ETFRN/UNED e Petrobras.

Cavalcanti, Robinson, 1985, Cristianismo e política : teoria bíblica e prática histórica. São Paulo, Nascente.

Lira, A. Tavares, 1982, História do Rio Grande do Norte. Natal, José Augusto.

Medeiros, Bianor, 1985, Paróquia de Nossa Senhora da Guia. Natal, Fundação José Augusto/Prefeitura Municipal de Acari.

Moura, Pedro Rebouças de, 1986, Fatos da História do Rio Grande do Norte. Natal, Companhia Editora do Rio Grande do Norte.

Nonato, Raimundo, s/d, Evolução urbanística de Mossoró. Natal, Coleção Mossoroense, n° 248.

Nonato, Raimundo, 1973, Ruas, caminhos da saudade. Mossoró, Coleção Mossoroense, vol. 23.

OFM, frei Hugo Fragoso. « O apaziguamento do povo rebelado mediante as missões populares : Nordeste do Segundo Império », dans Revista de Ciências Sociais, 1985/1986, vol. 16-17.

Oliveira, Marlúcia de Paiva Oliveira, 1992, Igreja e Renovação : educação e sindicalismo no Rio Grande do Norte (1945-1964). Tese de Doutorado, São Paulo: Pontifícia Universidade Católica de São Paulo.

Reis, João José, 1997, « O Cotidiano da morte no Brasil oitocentista », dans História da vida privada no Brasil. Império : a corte e a modernidade nacional, sous la direction de Novais, Fernando A. São Paulo, Companhia das Letras.

Sevcenko, Nicolau, 1998, « O Prelúdio republicano, astúcias da ordem e ilusões do progresso », dans História da vida privada no Brasil. República : da Belle Époque à era do rádio, sous la direction de NOVAIS, Fernando A. São Paulo, Companhia das Letras.

Teixeira, Rubenilson Brazão, 2002, De la ville de Dieu à la ville des Hommes. La sécularisation de l’espace urbain dans le Rio Grande do Norte, Brésil. Thèse de Doctorat, Paris : EHESS.

Haut de page

Notes

1 Les villes concernées sont les suivantes : Natal (la capitale), Extremóz, São José de Mipibú, Nísia Floresta, Arês, Vila Flor, Açu, Mossoró, Apodi, Portalegre, Caicó et Acari. L’étude a été réalisée dans le cadre d’une thèse de doctorat soutenue en 2002 à l’EHESS (Teixeira, 2002)

2 C’est le cas de l’abolition de l’esclavage, qui faisait partie intégrante des propositions du projet républicain. Or, le mouvement en faveur de l’abolition de l’esclavage fut profondément populaire à partir des années 1880, sans que cela signifie nécessairement que tous ceux qui le défendaient étaient partisans de la République.

3 En effet, cette génération était engagée dans une plate-forme de modernisation fondée sur des directives scientifiques et techniques venues de l’Europe et des États-Unis. Les sources d’inspiration de ces nouvelles élites étaient les idées scientifiques, le darwinisme social de Spencer et le positivisme d’Auguste Comte, parmi d’autres (Sevcenko, 1998 : 14).

4 AN. Livro de tombo, paróquia de São João Batista e Nossa Senhora da Conceição (Portalegre), pp. 55-59 v.

5 Dans notre thèse, nous développons d’autres éléments qui indiquent la montée des tensions entre l’Église et l’État durant le XIXe siècle (Teixeira, 2002 : 310-313).

6 La séparation entre l’Église et l’État avait déjà été instituée par le décret du 7 janvier 1890, donc avant la Constitution (Oliveira, 1992 : 48).

7 Accord de droits et de devoirs réciproques entre l’Église et l’État, institué au Brésil au milieu du XVIe siècle. Il consiste essentiellement dans le devoir de l’État d’encourager, par ses propres moyens, l’implantation et l’organisation de l’Église catholique dans le Nouveau Monde, en échange du droit temporel sur les terres découvertes. Tout au long de l’histoire brésilienne, le padroado est l’une des plus grandes manifestations de l’union du Trône et de l’Autel. Ses conséquences se font ressentir jusqu’à nos jours.

8 Robinson Cavalcanti ajoute que, lors de la proclamation de la République, les membres des communautés religieuses qui exigeaient le vœu d’obéissance voyaient leurs droits politiques supprimés. Le clergé avait perdu son immunité. La Constitution de 1891 ne faisait aucune référence au nom de Dieu (Cavalcanti, 1985 : 178).

9 Voir, par exemple, Lira, 1982 : 257. Voir aussi : Anonyme, « Três documentos históricos sobre a República no Rio Grande do Norte », RIHGRN, 1944-1947, vol. XLI-XLIV, p. 7.

10 Voir notamment APMA. Documentos antigos. Pasta n° 41, 1890 a 1900. Nous avons relevé des expressions semblables encore dans les années 1920. APMA. Documentos antigos. Pasta n° 42, 1901 a 1956.

11 Ce n’étaient pas seulement des morts qu’émanaient ces odeurs malsaines, d’après les convictions de l’époque. Le président Casimiro José de Morais Sarmento, dans son rapport de 1847, ajoutait, outre la « très pernicieuse habitude d’enterrer les cadavres dans les églises », d’autres causes de miasmes : l’abattoir, le marécage de la Ribeira, avec ses plantes en putréfaction ; les cocotiers existant dans ce quartier, qui devaient être détruits. Il n’oublie pas non plus les mesures sanitaires, telles que la nécessité de faire paver les rues, de rénover les maisons, « basses et étriquées » et d’aligner les rues. Anonyme, Discurso apresentado… no dia 7 de setembro de 1847. Dans : Fundação Vingt-un Rosado, Falas e relatórios dos presidentes de província do Rio Grande do Norte no período de 1835 - 1888 (02-02-1835 a 07-09-1848). Coleção Mossoróense, Série « G » - número 2. Mossoró : Fundação Vingt-un Rosado, 1999, pp. 11-12.

12 À Natal, par exemple, les lois municipales de 1858 règlent plusieurs aspects relatifs aux inhumations. Celles-ci devront dorénavant avoir lieu exclusivement dans le cimetière civil de la ville, construit peu avant. IHGRN, caixa 209, maço 7. Posturas municipais. Natal, 21/08/1858.

13 Notion développée dans notre thèse de doctorat. De manière très succincte, la ville de Dieu et la ville des Hommes sont définies selon la place que les valeurs religieuses traditionnelles occupent historiquement dans la société et dans la ville. La sécularisation constitue le passage de la première à la deuxième, au fil d’un long processus qui se déroule dans le temps et dans l’espace.

14 Le mouvement de Salvador eut lieu en 1835. Il est postérieur à un autre événement, survenu à Rio de Janeiro, en 1828. João Reis développe une analyse intéressante du premier mouvement, dont les causes impliquent des aspects de plusieurs natures, et pas seulement religieuses. Il a été appelé la « Cemiterada » (Reis, 1997 : 136-141).

15 Discurso apresentado… no dia 7 de setembro de 1847. Dans : Fundação Vingt-un Rosado. Falas e relatórios... op. cit., p. 7.

16 APMA. Doc. antigos. Pasta n° 38, 1845 a 1864. Voir également à ce sujet la déclaration du président de la province, José Joaquim da Cunha, en 1851 (Barbalho, 1960 : 129).

17 Document écclesiastique rédigé à la suite d’un synode de l’Église catholique du Brésil, en 1707. Les « Constitutions » possédaient um caractère normatif et légiféraient sur tous les aspects de la vie sociale. En un mot, c ´ était une vision de monde selon les préceptes de l’Église. Elles ne furent abolies qu’avec la proclamation de la République.

18 Constituições Primeiras do Arcebispado da Bahia/sous la direction de VIDE, D. Sebastião Monteiro da. São Paulo : Typ. 2 de Dezembro, 1853, pp. 252-253.

19 Bien que de manière approximative, l’orientation de la façade des églises et, à l’inverse, celle du prêtre qui, autrefois, célébrait la messe en tournant le dos aux paroissiens, est observée dans la moitié des localités, c’est-à-dire dans les six églises paroissiales de Natal, Açu, São José, Extremóz, Arês et Acari. Les deux premières sont situées de telle manière que le prêtre regarde l’Orient, position jugée idéale. Dans celles de São José, d’Extremóz, d’Arês et d’Acari, le prêtre regarde le Sud. Trois autres églises permettent de satisfaire partiellement cette exigence, car elles sont orientées de telle sorte que le prêtre regarde en partie vers l’Est ou vers le Sud (respectivement deux et un cas). Trois églises possèdent une orientation visiblement contraire aux prescriptions indiquées, celles de Mossoró, Apodi et Portalegre. Le prêtre regarde, dans ces cas, l’une des deux orientations interdites par les « constitutions », c’est-à-dire, le Nord.

20 Un sixième cimetière, celui de Mossoró, est situé sur une ligne imaginaire Nord-Ouest par rapport à l’axe longitudinal de l’église. Cette localisation ne respecte donc pas entièrement l’axe en question, mais nous sommes persuadés qu’il s’agit du même souci d’orientation, ne serait-ce que par la ressemblance spatiale observée entre cette relation église-cimetière dans la ville de Mossoró avec celle repérée dans d’autres agglomérations. De même, nous estimons que cette intention a dû se manifester lors du choix du site des cimetières d’Acari et Caicó, qui gardent toutefois une d’orientation moins linéaire en relation avec la première église. Nous n’avons pas considéré le cimetière situé derrière l’église du Rosaire, à Acari, puisqu’il faisait partie de l’église.

21 Cependant, le cimetière de São José fut bâti au nord de l’église, dont la façade est orientée vers le Nord (10 degrés en direction Nord-Ouest, pour être précis). Trois explications sont possibles pour expliquer cette apparente incohérence : 1) l’emplacement prévu à l’ouest fut modifié ; 2) il s’agit d’un autre cimetière, de nos jours disparu ; 3) Il s’agit tout simplement d’une erreur d’orientation, ou plus probablement d’une approximation. La troisième explication nous paraît la plus raisonnable. Le cimetière de São José constitue un bon exemple de localisation sur un axe longitudinal suivant la longueur de l’église paroissiale. Il ne sera construit qu’en 1856.

22 APMC. Livro de registro de ofícios recebidos e expedidos de 1860 a 1893, p. 28.

23 Atas da câmara municipal de Mossoró (1873-1876), sous la direction de Brito, Raimundo Soares. Mossoró : Coleção Mossoroense, volume CCXVII, 1985, pp. 35, 89.

24 Acte du 23 juillet 1870. CMNF. Livro de atas, n° 3 da Intendência de Nísia Floresta, 1861 a 1873, pp. 179 v-180.

25 Voir notamment l’article 10 des ordonnances municipales d’Acari, de janvier 1893. APMA. Documentos antigos. Pasta n° 41, 1890 a 1900. Voir aussi la loi n° 885, du 12 avril 1883, de la municipalité de Macau (Anonyme, Coleção de leis provinciais do Rio Grande do Norte. Ano de 1882. Natal : Tipografia do Correio de Natal, 1882, p. 39).

26 Le 30 juin 1883, 40 esclaves ont été libérés dans la commune de Mossoró (Nonato, 1973 : 53).

27 Né dans le Rio grande do Norte, Augusto Severo était un pionnier dans les recherches sur l’aviation. Le 14 mai 1902, on rendra son nom à la place (Azevedo, 1996 : 83).

28 Le bâtiment de la mairie de Natal, inauguré le 7 septembre 1922, est situé sur cette place.

29 Raimundo Nonato a répertorié les espaces publics que Mossoró possédait en janvier 1929. La ville totalisait 74 espaces de ce type, entre rues, places et allées. Nous constatons que seuls 5 d’entre eux font référence à des noms liés au sacré (prêtres, pape, le Cœur de Jésus). Tous les autres noms constituent un éventail de références à des hommes politiques locaux et nationaux, à des poètes, à des militaires, à des héros du passé et à des intellectuels (Nonato, s/d, pp. 59-60).

30 APMCA, Livro de atas da câmara municipal de Caicó, p. 93.

31 La place Padre João Maria est située derrière l’église paroissiale de Natal. Un buste commémoratif a été dressé le 7 septembre 1921, en hommage au prêtre qui avait donné son nom à la place (Cascudo, 1980 : 443)

32 Malheureusement, l’auteur ne mentionne pas la date de ces événements. Une autre croix a été ultérieurement plantée à la place de celle qui avait été détruite. Un autre exemple de destruction des symboles sacrés fut le « cruzeiro do galo », croix qui avait été fixée à Acari lors du passage des missionnaires dans la localité. Elle fut également endommagée et abandonnée.

33 Des informations sont fournies vers 1940 (Câmara, 1948 : 243-245).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo n° 1. La place du 7 septembre, à Natal
Crédits Cliché de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/7208/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Photo n° 2. La place André de Albuquerque dans les années 1920. Au fond, l’église du Rosaire et la rivière Potengi
Légende Source : Diario de Natal.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/7208/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Photo n° 3. La place Padre João Maria, vers 1920
Légende Source : Rocha Pombo
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/7208/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre Photo n° 5. La croix devant l’église du Rosaire, à Natal
Crédits Cliché de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/7208/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rubenilson Brazão Teixeira, « La ville comme manifeste », Cahiers des Amériques latines, 42 | 2003, 143-162.

Référence électronique

Rubenilson Brazão Teixeira, « La ville comme manifeste », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 42 | 2003, mis en ligne le 09 août 2017, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/cal/7208 ; DOI : 10.4000/cal.7208

Haut de page

Auteur

Rubenilson Brazão Teixeira

Universidade Federal do Rio Grande do Norte (teixeira@ufrnet.br).

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals