Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Information scientifiqueLecturesPhilippe Grenier, Des tyrannosaur...

Information scientifique
Lectures

Philippe Grenier, Des tyrannosaures dans le paradis, la ruée des transnationales sur la Patagonie chilienne

Nantes, l'Atalante (comme un accordéon), 2003, 347 p. (9 cartes et illustrations, 13 photos couleur)
Sébastien Jacquot
p. 171-173
Référence(s) :
Philippe Grenier, Des tyrannosaures dans le paradis, la ruée des transnationales sur la Patagonie chilienne. Nantes, l'Atalante (comme un accordéon), 2003, 347 p. (9 cartes et illustrations, 13 photos couleur)

Texte intégral

1Ce livre de Philippe Grenier est à lae fois une présentation de la Patagonie chilienne, avec ses spécificités mais aussi ses limites internes et une dénonciation des dynamiques capitalistes de grande ampleur à l’œuvre aujourd’hui et mettant en danger les ressources naturelles de ces régions.

2La Patagonie chilienne s’étend sur plus de 1 800 kilomètres du Nord au Sud, 255 000 km2 au total, pour 250 000 habitants. Il s’agit d’un espace presque vide, longtemps délaissé. Toutefois, on ne peut traiter de la Patagonie de façon monolithique : Philippe Grenier montre ainsi les divers paysages, les grands types de régions qui la composent (l’île de Chiloé, la Patagonie des Champs de Glace, Aysen et la Magellanie) et les difficultés de vie de ses habitants. Mais ce n’est plus un territoire isolé depuis la politique d’ouverture matérialisée par la création de diverses routes, ainsi la Carretera Austral, qui court du Nord au Sud, construite sous l’ère Pinochet. Cependant, cette ouverture permet l’intégration de la Patagonie à l’économie mondiale, dans un contexte caractérisé par l’ouverture économique chilienne aux capitaux étrangers. Tel est le cadre où peuvent se déployer grands investissements et exploitation des ressources : cette « saisie » des richesses que dénonce l’auteur.

3Un tyrannosaure dans le paradis, c’est par exemple ce projet Alumysa, qui deviendrait une des plus importantes usines d’aluminium du monde, dans l’Aysen, projet porté par une multinationale canadienne avec la bénédiction de l’État chilien. Ce projet se fonde sur un triptyque qui sert de modèle à l’ensemble des activités prédatrices de la Patagonie : achat de terres à un prix dérisoire, quelques dollars l’hectare ; complaisance du gouvernement chilien soucieux d’apparaître comme un pays ouvert aux investisseurs internationaux ; activités prédatrices mettant en danger les ressources naturelles patagoniennes et entraînant la prolétarisation des Patagons. Des tyrannosaures dans les mers chiliennes : le boom des crustacés, puis des poissons et aujourd’hui la salmoniculture. Des tyrannosaures sur les terres : l’exploitation des forêts, le plus souvent pour en faire des copeaux. Les produits extraits des terres patagoniennes servent à de riches consommateurs dans le monde, alors que la région est confrontée à la raréfaction de ses propres ressources.

4Ces activités prédatrices, qui s’apparentent à des cycles d’exploitation, jusqu’à épuisement des ressources, servent quasi uniquement à l’exportation. La Patagonie est ainsi entrée dans une économie d’extraversion, contrôlée par des capitaux étrangers. Ces diverses activités profitent peu aux populations locales, malgré tous les discours sur le développement local et sur le développement durable qui servent à légitimer cette aliénation souterraine. Philippe Grenier montre qu’il existe une réelle continuité entre les projets économiques de la dictature et de ses golden boys et les voies de développement choisies par les gouvernements de la concertation, qui ne remettent pas en cause la libéralisation de l’économie et le désengagement de l’État. Les deux victimes en sont la Patagonie (sa diversité faunistique maritime, ses forêts remplacées par des plantations de pins…) et les Patagons, paupérisés, démunis face à des évolutions qu’ils ne maîtrisent pas (la régionalisation est une autre illusion que critique l’auteur puisque, selon lui, elle contribue au démantèlement de l’État).

5Philippe Grenier développe également les résistances à ce mouvement, car il s’agit d’un livre engagé, lié à une longue familiarité avec ces espaces (sa thèse portait sur la marginalité et la dépendance de l’île de Chiloé), et présentant la progressive mise en coupe de la Patagonie et les discours légitimant une telle exploitation. Paradoxalement, la seule résistance efficace est une autre forme de la mondialisation : la contestation écologique organisée au niveau mondial, soit par Greenpeace, soit en utilisant les mêmes armes que les investisseurs, l’achat massif de terres pour empêcher toute utilisation prédatrice. Le tourisme pourrait être une évolution possible, mais cette activité est pratiquée de la même façon que la salmoniculture : concentration des flux dans des lieux emblématiques, entraînant des sur-fréquentations ; circuits contrôlés par des opérateurs étrangers ou chiliens mais basés à Santiago, au profit de touristes internationaux, alors que l’agrotourisme, qui permettrait d’associer les populations locales, est peu développé.

6Au final, cet ouvrage parle de la Patagonie et des transformations qu’elle a subies, mais en se fondant sur différentes échelles territoriales afin de comprendre une évolution rapide engagée sous l’égide de la mondialisation. Philippe Grenier passe ainsi en revue tous les éléments qui expliquent ces mutations : le modèle néolibéral chilien, les stratégies d’investissements des grands groupes agissant à l’échelle mondiale, les acteurs publics chiliens pris au piège de leurs discours sur le développement durable et disposant de peu de moyens financiers suite au désengagement de l’État, les travailleurs locaux, les touristes internationaux, les organisations écologiques, les relais nationaux des multinationales. Ils sont replacés dans les différents paysages qui composent la région (forêts, mer, glaciers) et dans les lieux de tension où les enjeux de développement sont les plus forts (l’île de Chiloé que l’on projette de relier au continent par un pont, la concentration du tourisme en certains sites, etc.). On constate ainsi que la Patagonie n’est pas homogène mais que les stratégies de sa mise en valeur le sont, puisqu’elles sont conduites depuis l’extérieur par des groupes internationaux qui ont des objectifs et des intérêts communs. Ce livre convaincant par ses analyses et par les nombreux exemples mobilisés permet donc de relativiser le modèle de développement chilien (« le jaguar » latino-américain), mais surtout de s’interroger sur l’impact d’un certain type de mondialisation dans des milieux fragiles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Jacquot, « Philippe Grenier, Des tyrannosaures dans le paradis, la ruée des transnationales sur la Patagonie chilienne »Cahiers des Amériques latines, 42 | 2003, 171-173.

Référence électronique

Sébastien Jacquot, « Philippe Grenier, Des tyrannosaures dans le paradis, la ruée des transnationales sur la Patagonie chilienne »Cahiers des Amériques latines [En ligne], 42 | 2003, mis en ligne le 09 août 2017, consulté le 06 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/cal/7226 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.7226

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Université Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation des Amériques
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search