Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44ChroniqueLe processus électoral au Guatema...

Chronique

Le processus électoral au Guatemala : entre angoisses et espoirs, passé et présent

Nathalie Raymond
p. 6-13

Texte intégral

Rios Montt caricaturé par les étudiants de l’université de Quetzaltenango

Rios Montt caricaturé par les étudiants de l’université de Quetzaltenango

Cliché : Alain Musset.

1 Le 28 décembre 2003, jour des Innocents, l’élection d’Oscar Berger à la Présidence de la République, concluait pour le Guatemala l’un des processus électoraux les plus troublés de son passé démocratique, les plus angoissants aussi. L’angoisse était toutefois retombée en grande partie, dès le soir du 9 novembre (premier tour) lorsqu’on avait célébré avec soulagement l’éviction par les urnes d’un des personnages les plus sombres de l’histoire récente du Guatemala : le Général Rios Montt accusé d’être responsable des pires massacres de la guerre civile, en 1982-1983 et en course pour la magistrature suprême avec l’appui du pouvoir en place. C’est la volonté du peuple de manifester son refus tant de cette candidature que des violences qu’elle avait entraînées qui explique le sursaut citoyen du 9 novembre, sans commune mesure avec la relative faible participation (moins de 50 %) manifestée au second tour. Il faut dire aussi que ce 9 novembre, les Guatémaltèques élisaient les députés et « corporations municipales » souvent jugés plus importants dans la vie quotidienne, toutefois et nous insistons sur ce point c’est vraiment la présence du général septuagénaire qui a donné sa particularité à ce processus électoral. Faut-il voir alors dans les résultats le signe que la violence politique au Guatemala appartient désormais au passé ? Le Guatemala serait-il enfin en train de se libérer des spectres de son histoire récente en consolidant son assise démocratique ?

Les grands traits d’une campagne électorale davantage marquée par la violence et la terreur que par le débat d’idées

2C’est le 15 mai 2003 que le Tribunal Suprême Electoral (TSE) entame officiellement le processus quadriennal qui doit conduire au renouvellement des représentants du peuple, à l’échelon local (331 corporations municipales), national (158 députés dont 31 par liste nationale et 127 par district électoral, Président et Vice-Président) et régional (20 députés au Parlement Centraméricain, Parlacen). À ce moment précis, le parti au pouvoir est le Front Républicain Guatémaltèque (FRG), parti créé par Rios Montt pour les élections de 1990 et qui a porté au pouvoir Alfonso Portillo en décembre 1999. La convocation du TSE accélère alors le processus de désignation des candidats selon des logiques politiques caractéristiques d’un pays à courte tradition démocratique. Rappelons que l’actuelle constitution démocratique du pays date de 1985 et que les Accords de Paix avec la guérilla ont été signés en 1996 après plus de 30 années d’un conflit armé particulièrement atroce. L’organisation de la vie politique en partis structurés, idéologiquement définis et promoteurs d’un débat d’idées est encore à un stade embryonnaire.

3On assiste donc dans les mois qui précèdent le premier tour à un ballet désorganisé de candidats et de partis à la recherche les uns des autres, particulièrement pour la désignation des candidats à la magistrature suprême qui est l’élection la plus importante dans ce système de type présidentiel. Il s’agit pour les partis d’avoir un candidat déjà connu qui saura attirer les votes bien plus qu’un défenseur d’options idéologiques au demeurant mal définies. Les aspirants à la fonction suprême essaient eux « de se caser » entre les luttes de pouvoir internes, n’hésitant pas s’il le faut, pour l’occasion, à créer leur propre représentation, coalition ou parti nouveau. De nouveaux sigles apparaissent alors avec les photos d’hommes politiques déjà connus. C’est ainsi qu’on retrouve le candidat de la gauche en 1999, A. Colom à la tête d’un nouveau parti : la Union Nacional de la Esperanza (UNE) qui se définit de centre droit avec pour colistier F. Andrade Diaz Duran, ex-candidat à la présidentielle en 1995 pour la Démocratie Chrétienne Guatémaltèque (DCG). Cette dernière propulse, elle, en catastrophe J. Arbenz, le fils, fraîchement revenu d’un long exil de quatre décennies après le renversement de son père en 1954. Un tout nouveau parti, Partido Unionista (PU) présente à la présidence l’ancien maire de la capitale (Fritz-Garcia) et à la mairie de la capitale, un ancien président (Arzu), qui appartenaient auparavant au Partido de Avance Nacional (PAN). Ce dernier, rescapé des précédentes élections mais miné par des luttes internes, laisse partir Oscar Berger, maire de Guatemala entre 1991 et 1999, qui se retrouve alors candidat d’une coalition de trois petits partis presque inconnus baptisée Gana… L’Union Révolutionnaire Nationale Guatémaltèque (URNG) qui regroupe les différentes factions de l’ex-guérilla choisit quant à elle Rodrigo Asturias, fils du Prix Nobel de Littérature. Son colistier, Pablo Ceto, est le seul indigène présent dans la course à la présidentielle, après le retrait du maire de Quetzaltenango. Dans cette foire politique, l’URNG semble être le seul parti idéologiquement construit même si « l’Union » est souvent de façade. Soulignons aussi la sympathique Alianza Nueva Nación, (ANN) petit parti situé à gauche, sans candidat à la présidentielle, mais qui derrière sa représentante, la députée de la capitale Nineth Montenegro, essaie d’impulser un nouveau dynamisme et une nouvelle morale au sein de l’organe législatif. Dans ce « bal politique », un parti toutefois a trouvé depuis longtemps son candidat, le FRG qui appuie son fondateur : « le Général ». Seul problème, sa candidature a déjà été jugée deux fois (1990 et 1995) inconstitutionnelle, Rios Montt faisant partie de ces anciens chefs d’État qui sont arrivés au pouvoir par un coup d’État (en 1982) ce qui interdit, selon l’article 186 de la Constitution, d’être candidat à l’élection présidentielle. Son passage à la tête du Congrès en 1994 et depuis 1999 ne lui ayant pas permis de modifier la Constitution, l’argument légal va porter sur la non-rétroactivité de cette interdiction. Sa candidature, finalement acceptée par la Cour de Constitutionnalité, sur fonds de corruption et pressions, le 30 juillet 2003, achève de polariser la campagne électorale et met en évidence toute la déliquescence de l’appareil d’État.

  • 1 Prensa Libre du 4 octobre 2003.
  • 2 Les PAC ont été créées à la fin de 1981 et renforcées sous Rios Montt. Il s’agissait de rendre les (...)

4La situation guatémaltèque au cours de l’année 2003 ne peut se comprendre pleinement que par la candidature de Rios Montt à l’élection présidentielle. Elle explique d’abord la très forte augmentation de la violence dont la croissance a été évaluée par les spécialistes à + 5 % de moyenne annuelle entre 1999 et 2002 et à + 163 % au cours des neufs premiers mois de l’année 20031. Violence commune mais aussi politique avec des intimidations diverses et le meurtre de 21 candidats pendant cette même période. Les journalistes ont également été des cibles de cette violence, notamment lors du « Jeudi Noir ». Ce 24 juillet, des hordes cagoulées déferlent en plusieurs points stratégiques de la capitale afin de semer la terreur et faire accepter par la force la candidature du Général, dénonçant aussi « les riches ». Les forces de police n’interviennent pas, ni l’Armée pourtant en théorie commandée par le Président Portillo. Les enquêtes des journalistes mettent clairement en évidence, dans les jours qui suivent, la manipulation par le FRG et la complaisance de l’État qui a instauré l’impunité comme principale règle de gouvernement. Le climat de peur largement entretenu par le pouvoir en place connaît une nouvelle apogée. L’insécurité atteint des records, les mouvements paramilitaires de la guerre civile sont réorganisés sous couvert de l’indemnisation des ex-membres des Patrouilles d’Autodéfense Civile (PAC)2. Le gouvernement leur promet l’équivalent d’environ 700 dollars pour leur participation souvent forcée au conflit armé et verse à 500 000 d’entre eux un premier acompte d’un peu plus de 200 dollars, reportant à 2004 le versement du complément… Ce sont ces ex-PAC que l’on retrouve généralement à l’origine des troubles qui agitent le pays avant et après le premier tour électoral. Cette indemnisation, outre qu’elle entretient la violence associée pour le FRG au succès de Rios Montt, est également une stratégie classique d’achat des votes. Stratégie reproduite à travers l’octroi d’engrais et de toits en tôle aux paysans de l’intérieur du pays. La frontière entre les ressources de l’État et celles du FRG sont plus que jamais floues. L’État, en théorie impartial, se met au service de l’élection du Général, à travers sa complicité passive ou active dans la vague de violences, les ressources de ses ministères, la complicité de ses institutions, clé pour autoriser sa candidature, les discours de son chef (opposition riches-pauvres), présenté tout au long de son mandat comme la marionnette du vieux militaire même si l’allégeance de Portillo au fondateur du FRG n’est pas aussi évidente.

5Ces agissements du parti au pouvoir contribuent à discréditer le fait politique et à entamer la confiance des citoyens en ses institutions et représentants. L’incertitude et la peur qui caractérisent ce processus électoral ont pour effet de fixer l’attention sur la personnalité du Général, sur son entourage et sur les institutions en charge de l’organisation des élections. Elles incitent à la vigilance des citoyens qui s’organisent en missions d’observation diverses, regardant à la loupe les listes d’électeurs, dénonçant toute inscription potentiellement frauduleuse, interrogeant les partis (en particulier le FRG) sur leurs sources de financement. La société est plus que jamais attentive.

6Cette vigilance citoyenne est largement relayée par des médias hostiles au pouvoir en place, qui accordent leur préférence à A. Colom et surtout à O. Berger, représentant du secteur économique. Il faut rappeler aussi, comme le fait E. Urrutia (ASIES), que ce processus électoral est le lieu d’affrontement pour le contrôle de l’État, de pouvoirs très puissants dans le secteur économique et les mafias (Prensa Libre, 24-10-2003). De fait, les mafias, en particulier celles de la drogue sont venues contester ces dernières années le pouvoir traditionnel d’une oligarchie très attachée à la défense de ses privilèges. S’étant infiltrées dans le fonctionnement de l’État, elles présentent un danger qu’il faut s’employer à éradiquer, maintenant par la voie des urnes. Dans ce contexte, le débat d’idées devient superfétatoire ; il revient alors aux citoyens de donner un sens à une consultation largement vidée de sa substance.

Des résultats ambigus

7Les initiatives citoyennes qui s’étaient manifestées à travers la mise en place d’observatoires des élections se sont confirmé le 9 novembre par une participation de 57,9 %, la plus élevée depuis 1985 (record de 69,3 %) avec une mobilisation inégale (forte dans le département de Guatemala et parfois inférieure à 40 % au Nord et au Sud du pays).

8Le deuxième aspect célébré par tous est l’éviction du Général de la course à la présidentielle puisqu’il termine troisième avec 19,32 % des voix.

9Par bonheur, les agitations redoutées pour le jour de l’élection et peu après la proclamation des résultats restent limitées. Le 10 novembre, le pays se lève donc comme libéré d’un grand poids et heureux.

  • 3 Nineth Montenegro est la députée qui arrive largement en tête pour les propositions de lois au Con (...)

10Certains le sont encore plus que d’autres, les partisans de Colom et Berger qui vont s’affronter au second tour, mais aussi ceux du petit parti de l’ANN, s’imposant comme la deuxième force politique de la capitale et obtenant 6 sièges de députés. Preuve que les valeurs de travail et d’honnêteté en politique, prônées et mises en pratique par les élus de ce parti, et en particulier sa dirigeante3, correspondent à une exigence forte de citoyens lassés de l’inaction et de la corruption. Le Parti Unioniste avec Arzu remporte la municipalité de la capitale. En revanche, l’URNG peut se poser des questions, avec moins de 3 % des suffrages pour Asturias et deux députés seulement, la gauche institutionnelle guatémaltèque connaît une lourde défaite et apparaît incapable, à l’opposé de son homologue salvadorienne, par exemple, de capitaliser sa participation au processus de paix.

11Le phénomène qui retient plus que tout l’attention est l’éviction de Rios Montt interprétée comme la fin de l’État FRG, toutefois une observation à froid des résultats invite à nuancer cette affirmation.

  • 4 Plusieurs observateurs notent qu’en réalité le FRG est divisé, que le contrôle du clan Rios Montt (...)

12Le FRG en effet demeure la deuxième force politique du pays à l’échelle nationale (43 députés contre 47 pour Gana), il obtient 5 des 20 sièges du Parlacen mais surtout se révèle être la première force politique à l’échelon local avec 110 municipalités gagnées. Les achats de vote et intimidations diverses auront produit leurs effets. Rios Montt, entouré de sa famille, en particulier de sa fille vénérée Zury, son égérie, est convaincu que son clan dispose de bases solides pour préparer la revanche4.

  • 5 Notamment à travers son alliance matrimoniale avec Wendy Widman Lagarde qui « lui permet de se sit (...)

13Comme tous les quatre ans, la géographie électorale incite au questionnement notamment sur les impacts de la guerre civile et sur le poids du fractionnement ethnique du pays. Globalement le vote FRG est plus rural (la démagogie portant mieux ses fruits dans les zones pauvres et à faible niveau d’éducation) qu’urbain, ce qui est l’inverse pour le vote Gana largement en tête sur la capitale, lieu du pouvoir sous toutes ses formes. Cette opposition n’a rien de surprenant, ce qui est moins le cas de la coïncidence entre les résultats du FRG et la répression militaire pendant le conflit qui se manifeste de nouveau. Les deux départements où le parti du Général arrive en tête sont également ceux de pire répression au début des années quatre-vingt : le Quiche et Huehuetenango. Plus largement, à l’intérieur du pays, le vote FRG est le plus important sur les hautes terres indigènes où il partage néanmoins les suffrages avec la UNE alors que la Gana arrive en tête dans l’Oriente, historiquement ladino, et aussi dans les Verapaces, lieux indigènes où se sont implantés des grands propriétaires terriens d’origine européenne spécialisés dans le café auxquels est lié Oscar Berger Perdomo5.

14Cette géographie particulière, qui est fondamentalement celle du pouvoir, militaire et économique, ainsi que certains points soulignés précédemment nous incitent à nous poser la question du renouveau politique manifesté ou non lors de ces élections. Jusqu’à quel point le sursaut civique remarqué n’aurait-il pas conduit, une fois de plus, à la reproduction d’une situation contemporaine qui décidément n’arrive pas à se libérer des démons du passé ?

Étape nouvelle dans la vie politique guatémaltèque ou pérennisation d’une société fragmentée et hantée par son passé ?

15Les dangers associés à ce processus électoral particulier ont incontestablement provoqué une réaction citoyenne de la part de la société civile qui s’est manifestée dans l’extrême surveillance de tout le processus et dans la participation électorale du premier tour. Les citoyens ont porté leur démocratie alors que leurs représentants s’étaient davantage employés à la dévoyer. Ils sont attentifs aux discours prônant le travail et les valeurs en politique lorsqu’ils ont pu les observer en pratique. Ils ont toutefois été déçus une fois de plus par leurs politiques lors de la campagne du second tour qui a davantage consisté en des attaques personnelles entre Berger et Colom qu’en un véritable débat d’idées, d’où une participation plus faible (46,8 %) avec un calendrier il est vrai peu favorable. Les images et les rumeurs ont été déterminantes. Celle qui associait Colom au FRG a sans doute été la clé pour assurer la victoire de Berger, même si celui-ci bénéficiait d’un soutien sans faille des gens de la capitale qui se souvenaient de sa « gestion honnête de la ville ». Le passé politique de Berger a donc pesé favorablement sur son élection, mais plus largement c’est tout le passé du pays qui a une fois de plus ressurgi. L’histoire récente du conflit armé a pesé sur l’ensemble du processus, notamment à travers la présence de Rios Montt, l’utilisation de la peur, les assassinats politiques et les persécutions de journalistes. La violence a refait son apparition comme arme politique (mais avait-elle vraiment disparu ?) ; elle s’est adaptée à un contexte global pacifié et démocratisé, prenant souvent l’aspect de délinquance commune et associée à l’immense pouvoir économique du narco-trafic.

16Mais ce processus met aussi en lumière d’autres aspects fondamentaux de la politique et de la société guatémaltèques : la sous-représentation des populations indigènes dans les candidatures, particulièrement évidente dans les binômes présidentiels, l’impossibilité pour la gauche d’exister réellement, et surtout le poids réaffirmé de l’oligarchie guatémaltèque. Que le pays soit dirigé par un « Berger Perdomo » et sa capitale par un « Arzu Irigoyen » illustre la victoire triomphante de cette classe à qui le pouvoir avait malencontreusement échappé il y a quatre ans. Décidément, il semble qu’il ne peut y avoir d’autres options. À l’échelle centraméricaine, le cas guatémaltèque est sans doute un cas extrême de pérennisation de ces structures anciennes de pouvoir. Elles s’adaptent aux circonstances, notamment aux effets de la mondialisation, qui peut fragiliser leurs assises, et devront sans doute faire quelques concessions quant à la place des populations indigènes sous la pression internationale. Mais la bonne volonté affichée de Berger remettra-t-elle réellement en cause les terribles inégalités et la très forte ségrégation qui minent la société ? C’est assez peu probable.

Haut de page

Bibliographie

Casaus Arzu, M., 1992, Guatemala : linaje y racismo, San Jose, Costa Rica, Flacso.

Le Bot, Y., 1992, La guerre en terre maya. Communauté, violence et modernité au Guatemala, Paris, Karthala.

Haut de page

Notes

1 Prensa Libre du 4 octobre 2003.

2 Les PAC ont été créées à la fin de 1981 et renforcées sous Rios Montt. Il s’agissait de rendre les communautés responsables de leur propre « sécurité ». En 1985, elles comptaient environ 900 000 membres. Encore en 1992, elles étaient jugées comme « un facteur de division des communautés, de diffusion et de perpétuation de la violence » (Le Bot, 1992).

3 Nineth Montenegro est la députée qui arrive largement en tête pour les propositions de lois au Congrès. Elle s’est imposée comme une figure motrice de cette institution.

4 Plusieurs observateurs notent qu’en réalité le FRG est divisé, que le contrôle du clan Rios Montt n’est pas aussi effectif et surtout que les candidats ont plus agi par opportunisme politique que pas adhésion réelle à ce parti.

5 Notamment à travers son alliance matrimoniale avec Wendy Widman Lagarde qui « lui permet de se situer en première ligne de la fraction de la classe des producteurs de café, (…) et lui offre la possibilité de recycler son réseau, au moyen du contrôle du pouvoir économique, par la voie de la Mairie, aspect réalisé cinq années auparavant par son parent Alvaro Arzu Irigoyen » (M. Casaus Arzu, 1992 : 155).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Rios Montt caricaturé par les étudiants de l’université de Quetzaltenango
Crédits Cliché : Alain Musset.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/7380/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Raymond, « Le processus électoral au Guatemala : entre angoisses et espoirs, passé et présent », Cahiers des Amériques latines, 44 | 2003, 6-13.

Référence électronique

Nathalie Raymond, « Le processus électoral au Guatemala : entre angoisses et espoirs, passé et présent », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 44 | 2003, mis en ligne le 11 août 2017, consulté le 05 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/cal/7380 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.7380

Haut de page

Auteur

Nathalie Raymond

CEMCA Guatemala.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Université Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation des Amériques
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search