Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44ÉtudesBolivie : la recomposition trauma...

Études

Bolivie : la recomposition traumatique du système politique

Daniel Dory
p. 137-158

Résumés

À partir de l’an 2000 la Bolivie connaît une période de conflictualité politique et sociale croissante qui a culminé, provisoirement, en octobre 2003, avec la démission du Président Gonzalo Sánchez de Lozada. Il s’agit là de la crise de la « démocratie pactée » inaugurée en 1982, dont les différents éléments sont exposés avant de fournir une analyse détaillée des évènements de septembre-octobre 2003. Enfin, une contextualisation plus ample de la situation actuelle est proposée en relation aux transformations démographiques, économiques et sociopolitiques des dernières décennies, qui expliquent, en particulier, le surgissement en Bolivie de formes originales d’ethnopolitique.

Haut de page

Texte intégral

1 Les évenements de septembre et octobre 2003 ayant abouti, le 17 octobre, à la démission du Président Gonzalo Sánchez de Lozada constituent une nouvelle étape dans le processus de décomposition et recomposition que connaît actuellement le système politique bolivien. Pour en comprendre les caractéristiques et les enjeux il est nécessaire de procéder d’abord à un rapide survol des principaux antécédents de la présente situation. Ensuite, au moyen d’une analyse du déroulement de la crise de septembre-octobre, on mettra en évidence quelques-uns des principaux déterminants de ce conflit, permettant d’en saisir les logiques et le dénouement inattendu. Enfin quelques réflexions d’ordre plus général visent à permettre une interprétation de la situation actuelle de la Bolivie et de ses évolutions probables à court et moyen terme.

La lente agonie de la « démocratie pactée »

  • 1 Il est toutefois important de noter que ce consensus, contrairement à la vision assez optimiste de (...)

2Après la désastreuse expérience de la Unidad Democrática y Popular (UDP), qui assura entre 1982 et 1985 une chaotique transition à la démocratie, marquée par une profonde crise politique et économique, en 1985 s’ouvre un nouveau cycle politique. Celui-ci, inauguré par une série de mesures visant à combattre l’hyper-inflation et à restaurer l’autorité de l’État, verra se réaliser au cours des quinze années suivantes une série de réformes basées sur les trois axes de consensus identifiés par Salvador Romero B. (1999) : la préservation et consolidation de la démocratie, l’économie de marché et le multiculturalisme1, et ce dans un climat de normalité institutionnelle permettant trois successions présidentielles (en 1989, 1993 et 1997) sans difficultés majeures.

  • 2 À cet égard, on distingue habituellement les premières mesures de libéralisation économique et de (...)

3Deux particularités de ce contexte politique vont cependant assez rapidement générer une usure importante des différents gouvernements. Tout d’abord le fait que les réformes « néolibérales », mises en œuvre d’abord dans l’urgence et ensuite dans le désordre2, même si elles répondaient à de vrais impératifs de rationalité et d’efficience économique et politique, n’ont que rarement été conçues dans le cadre d’un projet national cohérent. En outre leurs principaux artisans politiques, les partis, conserveront tout au long de cette période leurs caractéristiques « classiques » en matière de caudillismo, népotisme, prébendalisme et clientélisme (Gamarra ; Malloy, 1995). Il en résultera notamment une faible efficacité de l’appareil étatique miné par l’incompétence et la corruption, se trouvant de plus en plus incapable de répondre aux besoins d’une population en rapide accroissement et, surtout, de plus en plus urbaine, dont les aspirations augmentent sans relation avec les modestes performances de l’économie et les faibles perspectives de mobilité sociale (Andersen, 2002).

4En deuxième lieu, tant les normes électorales comme les procédés de constitution d’une majorité présidentielle, imposent des pactes pré et postélectoraux entre les différents partis aspirant au pouvoir, et ce surtout en vertu de l’article 90 de la Constitution qui prévoit l’élection du président de la République par la Congrès parmi les deux candidats ayant obtenu le plus de voix, lorsqu’aucun ne dispose de la majorité absolue des suffrages, fait qui ne se produira jamais depuis 1980 du fait d’une forte dispersion du vote. Cette nécessité, qui a permis une notable pacification de la vie politique bolivienne, aura toutefois pour conséquence une carence d’élaboration idéologique des débats publics, ainsi que des alliances parfois surprenantes entre les partis obligés de recourir à des pactes dans le but de faire élire leur candidat présidentiel au Congrès. Sachant, en outre, que ces pratiques se réalisent entre les membres de la réduite couche dominante (mais non dirigeante, car incapable de développer des projets rationnels), il est aisé de comprendre qu’aux yeux de la population, ces pactes constituent plutôt des arrangements ayant pour but de monopoliser les bénéfices de l’accès aux ressources publiques. En outre, les modalités particulières du fonctionnement du « présidentialisme parlementarisé » à la bolivienne (Mayorga, 2001), en liant étroitement le parlement au pouvoir exécutif, ont eu tendance à générer, de la part des partis d’opposition, des attitudes et prises de position qui mettaient en cause la légitimité des décisions adoptées par la majorité. Ces comportements ont contribué, de l’intérieur même du système politique, à éroder le prestige des institutions démocratiques.

  • 3 Le gouvernement ne parvient même pas à faire respecter un état de siège, du fait de l’insubordinat (...)
  • 4 Parmi l’abondante littérature sur la question, voir Healy, 1997 ; Dory & Roux, 1998. En 2000, Evo (...)

5C’est au cours de l’année 2000 que plusieurs composantes de ce système politique vont entrer en crise manifeste, lors de deux conflits qui mettront en scène de « nouveaux mouvements sociaux ». La première réunit à Cochabamba des reliquats d’acteurs anciens de la gauche politique et syndicale, une partie des classes moyennes et des mouvements informels urbains articulés dans la Coordinadora del Agua. L’enjeu du conflit concerne les conditions de la privatisation de l’entreprise assurant la distribution de l’eau dans la ville de Cochabamba. Après un conflit souvent confus et d’intensité croissante (janvier-avril 2000), la compagnie multinationale au centre de la dispute sera « chassée », le gouvernement aura montré l’ampleur de sa faiblesse3, et pour la première fois les forces opposées à l’ouverture économique (suivant le langage alors en vigueur : le « modèle néolibéral ») remportent une claire victoire. Cet épisode permet en outre d’articuler dans un même combat « anti-impérialiste » les luttes des paysans producteurs de coca (et souvent aussi de cocaïne) du Chapare, au nord du département de Cochabamba, opposés à l’éradication de leurs plantations sous la pression des États-Unis, avec des mobilisations urbaines convergentes. Pour le dirigeant cocalero Evo Morales cette convergence est d’autant plus précieuse du fait de la faible solidarité que sa cause suscite lorsqu’elle est seulement associée au narcotrafic4.

  • 5 Parmi ces compromis figure en bonne place la livraison de 1000 tracteurs aux partisans de Quispe, (...)

6L’autre conflit de l’année 2000 se déroule en septembre dans l’Altiplano aymara proche de La Paz et dans quelques vallées adjacentes (Yungas). Ici sous la direction du syndicaliste indianiste radical (et au discours fortement teinté de racisme), Felipe Quispe, on assiste à un blocage des routes et à une menace d’encerclement visant à couper les voies d’approvisionnement de La Paz, en claire référence au siège de la ville réalisé par Tupac Katari en 1781 (Díaz de Oropeza, 2000 ; Rojas, 2001). Les revendications dans ce cas seront nombreuses et changeantes, mais en fin de compte le gouvernement capitulera une fois de plus en signant une série de compromis plus ou moins rationnels et difficiles à concrétiser5. Quispe réussit de la sorte à montrer sa force et à se positionner face à son rival (et ennemi) Evo Morales au sein de la CSUTCB, (Confederación Unica de Trabajadores Campesinos de Bolivia). Il fondera quelques semaines plus tard son propre parti : le Movimiento Indígena Pachakuti (MIP).

7Ces deux conflits ne mettent pas seulement en évidence la grande faiblesse du gouvernement de Banzer (Terrazas, 2002), ils montrent aussi la fragilité de l’appareil de l’État (conflit Police-Armée), et le surgissement de nouveaux acteurs cherchant, au moyen d’affrontements (débouchant désormais sur de possibles victoires) à se positionner dans un système politique devenu instable.

8Un autre élément qui compliquera encore davantage la situation du pays sera une récession économique d’origine essentiellement exogène, qui débute en 1999, et se manifeste par une croissance du PIB de seulement 0,4 % (contre environ 5 % en 1998). Étant donné les avancées significatives des politiques d’éradication de la coca, réduisant d’autant les rentrées de narco-devises, et la réforme des douanes qui réduit la contrebande en affectant de vastes segments de l’économie informelle, la morosité des principaux agents économiques devient de plus en plus persistante (Terrazas, 2002, 66-69).

  • 6 Ces élections de 2002 et leurs conséquences ont suscité d’abondantes analyses. Parmi les travaux l (...)

9Après une année de transition pré-électorale, marquée par la maladie et la démission du Président Banzer en août 2001 et l’accession à la présidence du Vice-président Quiroga, les résultats des élections du 30 juin 2002 exprimeront clairement l’ampleur du bouleversement en cours6. La courte victoire du MNR de Gonzalo Sánchez de Lozada (22,4 % des voix) est, en effet, à situer dans un contexte politique radicalement nouveau. Ainsi on constate d’abord la disparition de CONDEPA (Conciencia de Patria), l’effondrement d’ADN, le maintien du MIR aux alentours de 16 % des voix et le notable recul de UCS. La troisième place acquise par la Nueva Fuerza Republicana, formation populiste erratique de l’ancien maire de Cochabamba, Manfred Reyes Villa, donnée gagnante dans de nombreux sondages constitue une autre surprise. Mais le véritable séisme est constitué par la seconde position obtenue (de justesse avec 20,94 % des voix, contre 20,91 % à la NFR) par le MAS de Evo Morales qui peut de la sorte concourir à l’élection du Président par le Congrès. Le MIP de Felipe Quispe obtient pour sa part 6 % des voix et quelques élus, mais un succès aussi relatif confirme le caractère strictement localisé de son audience dans les provinces du nord de l’Altiplano aymara centrées sur la petite ville d’Achacachi, fief de son chef. Ces résultats électoraux traduisent par ailleurs un net clivage territorial entre un orient où le MNR gagne assez facilement, et auquel on peut ajouter le département de Tarija au sud qui donne la victoire au MIR, et un occident andin où le MAS s’impose clairement (figure n° 1). Cette donnée de la géographie électorale, qui traduit une fracture politique et sociale profonde, jouera aussi un rôle important pour la compréhension des évènements de septembre-octobre 2003.

Figure n° 1 : Élections de 2002 en Bolivie – les partis gagnants par départements

Figure n° 1 : Élections de 2002 en Bolivie – les partis gagnants par départements

10Après une période de négociations plus ou moins sordides, et dans un contexte de début de panique affectant le système financier, un pacte sera finalement conclu entre le MNR et le MIR (dont les directions respectives entretiennent de solides rancunes, voire des haines personnelles) permettant à Gonzalo Sánchez de Lozada d’inaugurer son second mandat le 6 août 2002. Ses engagements de campagne de rétablir l’autorité de l’État et de combattre la récession économique qui frappe durement la Bolivie, surtout depuis 1999, vont pourtant rapidement être confrontés à des réalités peu encourageantes. Il y aura d’abord de longs mois consacrés au partage des emplois publics livrés à la voracité des deux principaux partis « de gouvernement », compétition dans laquelle le MIR est devenu, au fur et à mesure des années, extrêmement performant, sans que pour autant le prébendalisme traditionnel du MNR se dégrade. La paralysie du pouvoir exécutif qui en résultera sera encore aggravée par l’impossibilité de désigner un ensemble de fonctionnaires pour lesquels il faut le vote des deux tiers du Congrès, ce qui donnera un spectacle désolant à une opinion publique de plus en plus écœurée. Ce panorama se compliquant encore par la modestie des résultats de la lutte contre la corruption que le Président avait déléguée au Vice-président Carlos Mesa, journaliste aisé et réputé honnête, non membre du MNR mais proche de Sánchez de Lozada depuis de nombreuses années.

  • 7 Ce sera, notamment le cas de « l’État-major du peuple » créé en janvier 2003 à Cochabamba avec les (...)

11C’est dans ces circonstances que, face à un important déficit budgétaire, et dans le cadre de difficiles négociations avec le FMI, le gouvernement décide d’instaurer, début 2003, un impôt progressif sur les salaires. Or dans un pays où selon les estimations les plus prudentes, entre 60 et 70 % des travailleurs relèvent du secteur informel, cette mesure affecte directement les salariés des secteurs privé et public. Et parmi eux les policiers, dont une unité, localisée à cent mètres du Palais Présidentiel, entre en insubordination au cours de la seconde semaine de février 2003. Au cours des journées du 12 et 13 février de violents combats opposeront d’une part des unités de l’Armée aux policiers insurgés, et d’autre part les forces de l’ordre aux bandes de pillards et incendiaires qui parcourent le centre de La Paz et la ville proche de El Alto. Le bilan humain sera extrêmement lourd : au moins vingt-cinq morts et presque deux cents blessés. Le gouvernement ayant perdu le contrôle de la situation cède sur tous les points (en retirant le projet d’impôt et en accédant aux demandes des policiers), et les émeutes se calment rapidement. Le remaniement ministériel qui succède à ces journées, puis l’inclusion, en août, de la NFR dans la coalition, n’affecte en rien la chute vertigineuse de la popularité du Président, dont certains secteurs radicalisés commencent à exiger la démission7, et dont l’impuissance a été clairement mise en lumière. Dans les semaines qui suivent on évoque également dans divers cercles proches du pouvoir la possibilité d’une succession ouvrant la voie de la Présidence à Carlos Mesa… Celle-ci aura lieu huit mois plus tard, dans un contexte particulièrement dramatique et inattendu pour beaucoup d’acteurs du conflit, qui a précipité la chute de Gonzalo Sánchez de Lozada.

Le conflit de septembre-octobre 2003

  • 8 On peut obtenir une bonne vision du déroulement quotidien du conflit en consultant sur Internet le (...)

12Bien entendu, il est impossible de fournir ici un compte rendu détaillé de toutes les péripéties d’un conflit qui aura duré plus d’un mois8. On se bornera, par conséquent, à en retracer les principaux moments, et à dégager les enjeux qu’ils mobilisent pour les différents acteurs concernés. Dans cette perspective, il est possible de distinguer quatre moments dans la période allant du 15 septembre au 17 octobre 2003.

  • 9 Le thème du gaz constitue un merveilleux fédérateur de différentes problématiques, car il réunit l (...)

131) Le premier moment, qui structure le conflit (15 au 20 septembre), débute le 15 septembre par une série de mobilisations locales et sectorielles mettant en scène les propriétaires de véhicules de transport public (qui s’opposent à une réforme tributaire), les colonizadores des Yungas (avec des revendications sectorielles concernant la route d’accès à la zone et la défense de la coca) et les associations de quartier (Juntas Vecinales) de El Alto qui exigent de la Mairie l’abrogation de certains formulaires visant à régulariser l’enregistrement des propriétés urbaines. Dans ce contexte d’intensification des tensions, Felipe Quispe, qui cherche à ne pas perdre sa place sur la scène des conflits en mobilisant ses bases, annonce un blocage des routes de l’Altiplano pour obtenir la libération d’un dirigeant du MIP emprisonné à La Paz pour un double meurtre commis en application de la « justice communautaire ». Le caractère de la demande montre bien qu’il s’agit surtout d’un prétexte pour effectuer une démonstration de force, et ce, au moment où son rival principal, Evo Morales annonce, depuis Cochabamba, une forte mobilisation nationale le vendredi 19 pour s’opposer à la vente du gaz bolivien aux États-Unis via un port chilien9.

14Au cours de la semaine, on assiste d’une part au relatif échec du blocage des routes organisé par Quispe, sauf autour de son fief d’Achacachi qui se trouve sur la route de la petite ville de Sorata, où plusieurs centaines de personnes (dont de nombreux touristes étrangers) se trouvent séquestrées et menacées par les partisans du MIP qui encerclent la localité.

  • 10 Sur la crise structurelle de la COB, voir par exemple : Camargo, 2000.

15Par ailleurs les mobilisations du 19 concernant le gaz montrent une profonde division entre les organisations dans la mouvance du MAS et celles de la Central Obrera Boliviana, COB, jadis très puissante mais aujourd’hui extrêmement affaiblie et divisée10, et dont le nouveau dirigeant, Jaime Solares (ancien mineur de Huanuni, dont l’élection est contestée par une partie des syndicats affiliés et n’est pas reconnu par le gouvernement), à tout intérêt à faire monter la pression pour légitimer son pouvoir au moyen d’une surenchère maximaliste.

16Si l’on ajoute à ce tableau le fait que le gouvernement analyse la situation surtout en termes de « complot du MAS », on comprend aisément que la voie est ouverte pour l’escalade des autres participants au conflit qui disputent justement l’espace du MAS dans la recomposition du système politique bolivien depuis l’an 2000.

17C’est cette logique qui explique l’embuscade organisée par Quispe à Warisata, (petite localité entre Sorata et Achacachi, où fonctionne une école normale emblématique de l’indigénisme de la première moitié du XXe siècle), le samedi 20. Dans les affrontements armés qui opposent des paysans à la colonne de l’Armée assurant la libération des otages de Sorata se produisent six morts : deux militaires (qui seront les premières victimes du conflit, il n’est pas inutile de le signaler) et quatre paysans. À partir de cet instant, la situation se modifie : Quispe a « ses » morts, et sa légitimité s’en trouve accrue. Le gouvernement, très divisé, à la fois entre les partis de la coalition MNR, MIR et NFR et entre les ministres qui le composent cherchera à freiner le conflit au moyen de négociations. Or celles-ci s’avèreront impossibles jusqu’à la fin car aucun des interlocuteurs possibles, beaucoup plus occupé par ses rivalités avec les autres dirigeants, n’aura la capacité ni la volonté de dialoguer dans un contexte de tension croissante. L’État se trouve donc en quelque sorte « débranché » d’un conflit qui l’affaiblit chaque jour davantage, mais sur lequel il a très peu de moyens d’agir politiquement, ce qui aura pour effet de déclencher une spirale de la violence peu contrôlable.

182) Le deuxième moment du conflit s’étend depuis l’embuscade de Warisata jusqu’au blocage de El Alto, c’est-à-dire du 20 septembre au 11 octobre. Si au début Quispe dispose d’un avantage du fait que le premier affrontement sanglant se déroule dans son aire d’influence, il apparaît bientôt qu’il est incapable d’en capitaliser les bénéfices stratégiques, et au cours de toute la période suivante il oscillera entre la rupture du dialogue avec le gouvernement, la formulation de conditions inacceptables pour sa reprise et la présentation de listes successives de revendications plus ou moins incohérentes, tout en radicalisant le blocage de la ville de La Paz. Evo Morales, pour sa part, s’il ne peut pas se désolidariser verbalement de Quispe, ne se montrera guère pressé de s’associer au blocage des routes dans le Chapare, et surtout articule l’essentiel de ses initiatives autour du thème du gaz. Dans ce climat de tension et de confusion, la COB, au cours d’une assemblée tenue dans le centre minier de Huanui le 24 septembre, annonce une grève illimitée dès le 29 pour obtenir notamment la démission du Président, et ce dans une démarche clairement maximaliste visant à positionner sa direction à la tête du conflit.

19Le mois d’octobre débute donc par des manifestations de la COB dans plusieurs villes de l’occident et du centre du pays, la poursuite des barrages routiers dans l’Altiplano, et une radicalisation des mesures de pression dans la ville de El Alto, qui contrôle la principale voie de sortie de La Paz ainsi que l’accès à l’aéroport, où les manifestations violentes prendront une ampleur croissante du fait tant des frustrations réelles des habitants que des forts conflits qui opposent le MAS, le MIP et plusieurs secteurs de la COB pour la direction du mouvement dans cette ville stratégique (Alenda, 2001). Dans les Yungas, où les partisans du MIP et du MAS s’affrontent également, les barrages routiers, un moment interrompu, reprendront avec plus d’intensité. Autre donnée importante, au début d’octobre vingt-cinq institutions civiques de Santa Cruz (épargnée par le conflit comme tout l’orient et le sud du pays) lancent un manifeste réclamant la refondation du pays sur la base d’autonomies à fondement surtout départemental. Cette initiative contribuera à raviver et à territorialiser encore davantage la question des « deux Bolivies », qui avait surgi en septembre 2000 et s’était manifestée spectaculairement lors des élections de 2002.

20Dans ces circonstances, le gouvernement qui minimise le conflit et surtout s’avère incapable d’en comprendre la nature réelle, commet avec l’élection controversée du Défensor del Pueblo (médiateur), le vendredi 3 octobre, une erreur grave. En effet, il s’agit là d’une manifestation additionnelle de la distribution éhontée des postes publics aux membres des partis en place qui va distancer encore plus le pouvoir de l’opinion publique urbaine et des entrepreneurs qui déplorent l’incapacité du président à résoudre un conflit qui coûte au pays plusieurs millions de dollars par jour. Dès lors la démission du Defensor s’ajoutera à la liste des revendications des différents secteurs, qui au cours de cette période insistent tous, plus ou moins fortement sur la question du gaz, dans la ligne de l’axe politique articulé par le MAS.

21Le jeudi 9 un mineur de Huanuni venu contribuer au blocage de La Paz à partir de El Alto meurt, ainsi qu’un jeune pillard, à la suite d’un affrontement avec l’Armée qui cherche infructueusement à débloquer un entrepôt de carburants qui dessert La Paz. La COB et son dirigeant Solares disposent donc désormais également de « leurs » morts, et leur position dans le conflit en résulte renforcée.

22Dans la ville de La Paz, encerclée et connaissant de graves problèmes d’approvisionnement, commence à se raviver le souvenir du siège de 1781, et l’inefficacité du gouvernement est abondamment critiquée. Or le gouvernement ne trouve pas d’interlocuteurs et est trop faible pour proclamer un état de siège (l’Armée n’a pas la force suffisante pour le faire respecter, et la Police a montré une fois encore en février le peu de confiance qu’on peut lui accorder). En outre, l’épreuve de force qui oppose les différents dirigeants des secteurs en conflit n’a pas encore produit de résultats indiscutables permettant d’offrir un front de négociation un tant soit peu cohérent. C’est alors, lorsque le conflit est devenu de fait incontrôlable, qu’un tournant décisif se produira dans des conditions dramatiques.

233) Le troisième moment, crucial, du conflit sera très bref : il concerne le dimanche 12 et le lundi 13 octobre. Au cours de ces deux journées l’Armée et la Police entreprendront d’assurer l’approvisionnement de La Paz à partir de l’entrepôt situé à El Alto, qui se trouve bloqué par des dizaines de barrages érigés dans toute la ville presque totalement contrôlée par les membres des différents secteurs syndicaux, politiques et des Juntas Vecinales. Le bilan des affrontements sera terriblement lourd : une cinquantaine de morts et plus de cent blessés. Ce déchaînement de violence entraîne une brusque modification de la situation. Tout d’abord le cœur du pouvoir est atteint avec le spectaculaire démarcage du Vice-président Mesa qui retire son soutien au Président sans démissionner de ses fonctions (ce qui aurait permis d’envisager la succession constitutionnelle), la démission d’un ministre et de plusieurs vice-ministres, ainsi que des rumeurs sur le retrait de la NFR de la coalition. Ensuite les dirigeants du conflit se trouvent devant une situation inattendue, dans la mesure où la dynamique des évènements les oblige à considérer un scénario improbable encore quelques jours auparavant, même si le Président affirme à plusieurs reprises jusqu’à la veille de son départ qu’il ne démissionnera pas.

244) Le quatrième et dernier moment du conflit se déroule entre le mardi 14 et le vendredi 17 octobre. Même si les journées du 14 et du 15 semblent relativement calmes (excepté les affrontements de la route Oruro-La Paz entre des mineurs de Huanuni et l’Armée qui causent trois morts), on constate une généralisation de l’exigence de démission du Président de la part des divers secteurs mobilisés, ce qui relègue au second plan la thématique du gaz qui avait permis d’articuler, au moins en partie, les deux premiers moments du conflit. Mais si une relative unanimité de ces acteurs s’accorde sur le départ de Gonzalo Sánchez de Lozada, les opinions sont moins claires lorsqu’il s’agit de savoir qui doit lui succéder. Quispe ne se prononce jamais clairement sur la question, et Solares, dans la ligne du maximalisme qui le caractérise, invite « le peuple » à fermer le Congrès et à prendre le pouvoir. En revanche, l’attitude d’Evo Morales – le seul à disposer d’une présence politique et parlementaire importante – est intéressante. D’abord, il affirme que la succession doit se faire transitoirement au profit du Président de la Cour Suprême (12 octobre) et ensuite, il opte pour la voie constitutionnelle normale (le 16) en réclamant la Présidence pour Carlos Mesa. Entre temps, plusieurs éléments importants seront entrés en jeu.

  • 11 Ce thème est discuté notamment par Varnoux, 2001.

25D’une part, il y aura la prestation télévisée du Président, le soir du 15, entouré des chefs du MIR et de la NFR demandant l’ouverture du dialogue et cédant sur plusieurs points essentiels : un référendum pour décider du sort du gaz, la convocation d’une Assemblée Constituante (il s’agit d’un thème compliqué et confus qui avait mobilisé plusieurs candidats lors des élections de 2002)11, la modification de la Loi des Hydrocarbures, etc. Mais ces concessions viennent trop tard. D’autre part, le climat politique s’alourdira encore davantage lorsque l’ancienne Defensora del Pueblo, dont la réélection avait été empêchée par le Président, inaugure avec des activistes des droits de l’homme et de l’Église catholique un mouvement de grève de la faim dans une église de La Paz pour exiger la succession constitutionnelle. Cette initiative qui mobilise des couches moyennes sera bientôt relayée dans beaucoup de quartiers de La Paz et d’autres villes de l’occident du pays, recourant de la sorte à une mesure de pression que ces mêmes secteurs avaient utilisée à la fin des années 1970 contre le gouvernement militaire de l’époque, (Lavaud, 1995). Enfin, la rupture des couches moyennes et hautes de la société avec le Président deviendra évidente lors des manifestations qui auront lieu les 14, 15 et 16 octobre dans les quartiers aisés de La Paz (où le candidat du MNR avait obtenu une confortable victoire électorale en 2002, en contraste avec le reste de l’espace andin). Sa démission est réclamée avec d’autant plus de vigueur que les habitants ont intérêt à une rapide fin du conflit, dans la mesure où ils se sentent directement menacés dans leurs biens, voire leurs vies, par des groupes incontrôlables en provenance des zones rurales environnantes et de El Alto. Dans ce contexte, la visite de l’ambassadeur des États-Unis à Carlos Mesa dans la soirée du 16, montre que d’intenses tractations sont en cours et qu’une succession est de plus en plus probable.

26À l’aube du 17, une unité de l’Armée laisse finalement passer un groupe de mineurs de Huanuni qui cherchaient depuis plusieurs jours de se rendre à La Paz. À ce fait, qui traduit la lassitude des militaires, s’ajoute le matin la sortie de la coalition de la NFR, qui avait essayé de s’accrocher aux ressources du Trésor Public le plus longtemps possible, en compagnie du MIR qui maintient une posture ambiguë jusqu’à la fin. À ce moment, la division parmi les ministres en ce qui concerne les issues à la crise est totale, mais peu estiment encore qu’une solution « musclée » soit possible.

27Dans l’après-midi, le Congrès convoqué la veille se réunit à La Paz, et après une longue attente, vers 21 heures la lettre de démission de Gonzalo Sánchez de Lozada sera lue et acceptée et Carlos Mesa deviendra le nouveau président de la Bolivie. Presque au même moment un avion emmène depuis Santa Cruz l’ancien Président, sa famille et ses plus proches collaborateurs vers Miami.

28Après ce dénouement, le calme reviendra progressivement dans le pays. La Paz cessera d’être encerclée, les routes ne seront plus bloquées, et le nouveau président jouira d’un assez long « état de grâce ». Cependant, les principaux problèmes du pays demeurent : récession économique aggravée par le conflit, impossibilité de bénéficier promptement des ressources de la vente du gaz lorsque l’acheteur nord-américain décide en décembre d’abandonner l’option bolivienne au profit de l’Indonésie, divisions régionales accrues, etc. La faiblesse de l’État est à son paroxysme, et la décomposition du système politique dans tous ses éléments (partis, normes constitutionnelles et institutions) exige de profonds changements pour parvenir à une recomposition démocratique durable.

29Du côté des autres acteurs du conflit, la situation n’est guère plus claire. Certes, à court terme le MAS de Evo Morales semble sortir renforcé de l’épreuve qui l’opposait à ses principaux concurrents, mais son organisation et sa cohérence interne sont faibles, et sa base reposant encore largement sur le noyau dur des syndicats cocaleros, il est incapable pour l’instant de transformer sa capacité protestataire en propositions alternatives viables. Pour Felipe Quispe, le bilan est plus mitigé, car s’il a pu montrer à nouveau sa capacité de mobiliser les paysans aymaras du nord de l’Altiplano, ses incohérences stratégiques ont beaucoup limité la portée politique de ses actions. La COB enfin, malgré ses faibles effectifs et ses profondes divisions paraît connaître un regain de vigueur, favorisé par une surenchère maximaliste, pourtant seulement rentable en situation de conflit. Tout laisse donc penser que dans le nouveau contexte de l’après 17 octobre, la compétition pour l’hégémonie au sein de l’opposition aux valeurs et institutions de la « démocratie pactée » se poursuivra.

Quelques éléments pour une mise en perspective

30Pour essayer de mieux comprendre la situation présente de la Bolivie ainsi que ses possibles évolutions, il est indispensable de porter le regard au-delà des récents évènements paroxystiques et de ses antécédents plus ou moins immédiats, pour cerner quelques tendances plus générales du contexte du système politique bolivien, quitte pour cela à bousculer un certain nombre d’idées reçues. C’est ainsi que l’on évoquera successivement deux séries de faits qui rendent compte non seulement de la nature de la mutation que vit actuellement le pays, mais surtout des conditions spécifiques qui la caractérisent. Ensuite on s’attachera à montrer les trois principales tendances qui semblent, à l’heure actuelle, constituer les défis majeurs auxquels la Bolivie se trouve confrontée.

  • 12 En réalité, ce « modèle », à part quelques éléments de gestion macroéconomique (qui ne lui sont d’ (...)

31La première série de faits concerne l’évolution générale des niveaux de vie et de la distribution de la richesse et de la pauvreté. À s’en tenir au discours sans cesse répété (et prenant à ce titre rang d’évidence) depuis l’instauration en 1985 du « modèle néolibéral »12, le « peuple » bolivien aurait subi un processus d’appauvrissement constant. Ce serait, d’ailleurs l’intensité de ce phénomène qui expliquerait en grande partie l’instabilité politique croissante du pays, ponctuée de révoltes de plus en plus violentes.

32L’importance intellectuelle, politique et pratique de cette affirmation oblige à l’évaluer le plus rigoureusement possible. Certes, une grande vigilance est de mise lorsqu’il s’agit d’utiliser les résultats d’enquêtes de consommation et plus encore de ressources monétaires disponibles dans un pays où la majorité des habitants a des pratiques économiques qui relèvent de ce qu’il est convenu d’appeler l’activité informelle. Il est également vrai que les critères de définition et de mesure de la pauvreté ont varié au cours des années, et que c’est seulement au cours des deux dernières décennies (et en relation avec les effets des réformes structurelles) que des séries chronologiques de données comparables ont été construites. Ces limitations, et bien d’autres qui relèvent des déficiences des institutions chargées d’élaborer les statistiques, obligent, sauf à engager une longue et minutieuse discussion des sources qui ne trouve pas sa place ici, à se borner à quelques indicateurs simples et suffisamment stables issus des recensements nationaux.

33Or, l’analyse des données disponibles réserve quelques surprises en la matière. Car contrairement à ce que l’on pourrait attendre, ce n’est pas à une détérioration dramatique des conditions de vie de la population à laquelle on se trouve confronté au cours du dernier demi-siècle (et particulièrement depuis 1985), mais à une constante, quoique très lente, amélioration des indicateurs concernant la pauvreté et les conditions générales de sécurité humaine.

  • 13 Pour 1976 et 1992 : INE, 1993 : 21. L’estimation pour 2000 se trouve sur le site de l’INE : http:/ (...)
  • 14 Pour 1950 : Averanga, 1974 : 133 ; pour 1976 et 1992 : INE, 1993 : 29 ; pour 2001 : INE, 2002 : 51

34Ainsi, la mortalité infantile, qui constitue un bon indicateur synthétique, passe de 15,1 % en 1976 à 7,5 % en 1992, pour descendre à 6 % en 200013. Le taux d’analphabétisme, qui était de 67,6 % en 1950, passe à 36,8 % en 1976, 20,1 % en 1992 et 13,3 % en 200114. Ces chiffres globaux qui doivent être lus en tenant compte des fortes disparités existant entre les catégories extrêmes (hommes urbains et femmes rurales) traduisent cependant une amélioration réelle, qui n’est pas sans conséquences politiques. Encore plus intéressantes sont les données concernant la pauvreté, mesurée à partir des nécessités de base non satisfaites en matière de logement (espace et qualité), éducation, accès aux soins, sources d’énergie et équipements sanitaires, car ici on dispose de chiffres comparables issus des recensements de 1992 et 2001, et ayant servi à construire des cartes de la pauvreté largement utilisées pour fonder des politiques publiques en relation avec l’aide internationale. Le tableau suivant rend compte de l’évolution en la matière.

Tableau N° 1 : Évolution de la pauvreté en Bolivie (en %)

1992

2001

Pauvres

70,9

58,6

Dont :

Pauvreté modérée

33,6

34,2

Indigence

32,2

21,7

Marginalité

5,1

2,7

Source : INE, 2001.

35Quelles que soient les réserves que l’on peut faire sur tel ou tel indicateur intervenant dans l’obtention de ces données, la tendance générale est suffisamment nette pour mériter d’être prise en considération. On y constate un procès par lequel les catégories les plus défavorisées diminuent en proportion au profit des groupes relevant de la « pauvreté modérée » dont les effectifs et les pourcentages augmentent toutefois faiblement, dans la mesure où beaucoup de pauvres en 1992 ont cessé de l’être en 2001. Ici encore, de forts contrastes se manifestent entre villes et campagnes et entre les différents départements, mais leur évolution dans la période considérée suit dans l’ensemble la tendance générale.

  • 15 Cette idée est également exprimée par Laserna, 2003, dans un texte qui constitue une excellente an (...)

36L’origine de l’insatisfaction de vastes couches de la population, tout à fait réelle, et dont on a évoqué plus haut certaines des expressions parmi les plus aiguës, n’est donc pas à rechercher dans une détérioration des conditions de vie comme le suggère le discours misérabiliste souvent tenu, sinon dans la frustration croissante d’une population en rapide accroissement (2,74 % par an entre 1992 et 2001, cf. INE, 2002 : 6), de plus en plus urbaine (62,4 % en 2001 contre 57,5 % en 1992), et mieux éduquée face à la lenteur des améliorations15. Ce n’est pas, en d’autres termes, à des émeutes engendrées par la faim ou la désespérance due à l’incapacité de satisfaire les besoins immédiats auxquelles on assiste en Bolivie, mais à des révoltes qui naissent d’espérances de mobilité sociale difficiles à satisfaire dans les conditions actuelles, associées à une volonté de participation accrue aux instances de prise de décision politique.

  • 16 Une discussion des critères au moyen desquels s’effectue la catégorisation des indios, indígenas, (...)

37Ceci nous conduit à examiner une deuxième série de faits concernant, cette fois, la fermeture du système politique et l’exclusion dont seraient victimes d’amples secteurs de la population, au premier rang desquels se situeraient les Indiens, pourtant « majoritaires » dans le pays16. S’il est indéniable que le jeu de maints facteurs historiques, culturels et économiques rend l’intégration de la société (ou des sociétés) bolivienne(s) extrêmement compliquée, et relance périodiquement le débat sur la question nationale dans le pays, il n’en reste pas moins vrai que l’on assiste au cours du dernier demi siècle à une réelle ouverture du système politique, malgré toutes les insuffisances et limitations, qui ne tiennent d’ailleurs pas toutes à la volonté des couches dominantes de conserver leurs privilèges.

  • 17 Parmi l’abondante littérature sur ces questions, on consultera utilement Malloy, 1989, qui fournit (...)

38Ainsi, dans la foulée de la révolution de 1952, les indigènes (devenus « paysans » dans le discours officiel) ont eu accès successivement au droit de vote (1952), à une distribution considérable de terres appartenant antérieurement aux haciendas localisées surtout dans la partie andine du pays (1953) et à de nouvelles opportunités surgies du développement de l’éducation rurale. À cela s’ajoute la formation de syndicats agraires et de milices armées qui ont joué un rôle politique non négligeable au cours des décennies suivantes. En outre, d’intenses migrations vers l’étranger, les villes et les basses terres de l’orient ont conduit à de profondes modifications dans les dynamiques ethniques et dans l’articulation des différents segments de la population concernée avec les acteurs et les institutions du système politique bolivien17.

39Le fait que les élections aient souvent été manipulées, que la réforme agraire ait conduit à un échec économique et environnemental dramatique, que l’éducation rurale soit encore de nos jours d’une très mauvaise qualité, et que les syndicats paysans soient devenus des courroies de transmission du gouvernement en place (« révolutionnaire » jusqu’en 1964, et militaire jusqu’au début des années 1980), donnant lieu à toutes les formes de cooptation et de corruption imaginables, ne doit cependant pas occulter que l’on assiste, malgré toutes ces insuffisances, à une progressive insertion de vastes secteurs paysans-indigènes dans la vie politique du pays. C’est d’ailleurs cette tendance qui explique en grande partie le surgissement d’une expression politique et syndicale plus autonome vers la fin des années 1970 : le katarismo. Celui-ci combine des revendications sociales et économiques avec un discours où les thèmes ethno-culturels prennent une place croissante, sous l’influence de jeunes intellectuels d’origine « indienne » formés pour l’essentiel à l’Université de La Paz, et bénéficiant du soutien actif de plusieurs institutions dépendant de l’Église catholique.

  • 18 Sur ce point voir, par exemple : Paz, 1998, et surtout Martínez, 2000.

40C’est au cours des années 1990 que l’indianisme politique connaîtra des développements considérables, en relation avec un processus non moins remarquable d’ouverture du système politique bolivien. La décennie débute avec la marche « pour la dignité et le territoire » qui conduit en septembre 1990 des représentants des ethnies « minoritaires » des basses terres à La Paz, où après de rapides négociations le principe des Terres Communautaires d’Origine (TCO) est adopté, conduisant à l’attribution de vastes étendues du territoire national aux groupes mobilisés18.

41Beaucoup plus profonds seront les effets d’une série de réformes qui concernent la Constitution (dont la nouvelle version promulguée en 1995 mentionne dans son article 1 le caractère « multiethnique et pluriculturel » de la Bolivie), le Code Électoral et, surtout, ce qu’il est convenu de désigner comme les réformes de « seconde génération », parmi lesquelles la Participation Populaire et la Reforme Éducative occupent une place importante. Il est indispensable ici d’en évoquer les principales conséquences.

  • 19 À partir des élections de 1997, parmi les 130 députés que compte le Parlement bolivien, 68 sont él (...)

42Tout d’abord l’introduction des députés uninominaux19 détermine une réelle opportunité pour des groupes localisés d’envoyer leurs représentants au Parlement. C’est ainsi qu’en 1997 quatre députés de Izquierda Unida (sigle alors « emprunté » par les syndicats de producteurs de coca) sont élus dans le département de Cochabamba, dont Evo Morales qui triomphe dans sa circonscription du Chapare. L’importance de cette forme de scrutin pour l’émergence de formations relevant de l’ethnopolitique se confirme en 2002, puisque cinq des six députés du MIP de F. Quispe sont uninominaux.

  • 20 Parmi les innombrables études sur la Participation Populaire, voir : Ticona, Rojas & Albó, 1995, p (...)

43La Participation Populaire qui débute en 1994, durant la première présidence de Gonzalo Sánchez de Lozada (avec comme vice-président Victor Hugo Cárdenas, « indien » aymara dirigeant d’une des mouvances du Katarismo) représente sans doute une ouverture encore plus significative du système politique. En effet, en constituant plus de 300 municipalités à partir des sections de province, ce procès conduit non seulement à une nouvelle territorialisation de la politique bolivienne, mais surtout à un transfert sans précédent de ressources et de compétences aux acteurs locaux, dont un bon nombre sont des paysans-indigènes. En outre le mécanisme de mise en œuvre de cette forme originale de décentralisation au moyen d’une planification participative municipale va nécessiter une meilleure formation des dirigeants locaux, en même temps que s’accroissent leurs responsabilités. Il est, par exemple, hors de doute que c’est dans ce contexte que nombre de cadres du MAS ont débuté leur trajectoire politique20.

44La Réforme Éducative vise, enfin, à promouvoir une éducation interculturelle bilingue, dont la mise en œuvre se heurte à bien des obstacles, et en premier lieu à l’opposition des professeurs ruraux de l’aire andine, eux-mêmes issus pour l’essentiel des secteurs paysans-indigènes de la population. Quels que soient cependant les avatars de ce projet, conçu en partie comme une entreprise de « re-indianisation » plus ou moins forcée par certains de ses promoteurs nationaux (liés en partie à l’Église catholique) et bailleurs de fonds externes, il n’en reste pas moins qu’il manifeste clairement la légitimité acquise par le discours multiculturel au sein de la société bolivienne.

  • 21 Pour s’en convaincre, il suffit de consulter la carte correspondante dans : INE, 2001.

45Ces éléments contribuent à montrer que ce n’est pas à partir d’une situation d’exclusion radicale que surgit l’ethnopolitique indianiste de ces dernières années. Bien au contraire, et en concordance avec le schéma explicatif développé par D. Van Cott (2000 ; 2003), on perçoit aisément que le surgissement de ces expressions politiques est étroitement lié à des transformations institutionnelles et normatives qui ont abouti à des ouvertures croissantes du système politique. En outre, et confirmant la tendance déjà mise en évidence au début des années 1980 par Jean-Pierre Lavaud (1982), les manifestations plus ou moins radicales de l’indianisme sont le fait des segments urbains relativement mieux instruits et de localités rurales fortement intégrées à l’économie de marché, où les frustrations accumulées (et pensées à l’aide de codes à dominante ethnique) sont en relation directe avec des expectatives de mobilité sociale ascendante rapide difficiles à réaliser dans le contexte social et économique bolivien. Ceci se vérifie clairement dans le cas des localités les plus conflictuelles en septembre et octobre 2003, où la ville de El Alto, la zone d’Achacachi (qui est loin d’être la plus pauvre du département de La Paz21) et le Chapare (fortement lié aux marchés nationaux et internationaux du circuit coca-cocaïne) ont été à la pointe de la mobilisation et de la violence.

46Tous ces faits, qui aident à mieux interpréter les dynamiques politiques actuelles doivent, enfin, être mis en relation avec des spécificités de la culture politique bolivienne qui aident à comprendre tant la nature des discours mobilisateurs que le sens des pratiques des différents acteurs du système politique. Sans qu’il soit possible de développer ici l’argumentation, signalons que les deux axes principaux qui structurent cette culture politique sont difficilement compatibles avec les valeurs démocratiques et avec l’économie de marché telle qu’elle est supposée fonctionner dans le pays depuis 1985. D’une part, on note la persistance d’une tradition de l’autoritarisme (Mancilla, 1997) profondément ancrée dans le passé préhispanique, colonial et républicain, et dont les manifestations se donnent à voir notamment dans les relations familiales, le système scolaire et, bien entendu, dans la sphère politique. Cet ensemble d’attitudes qui inhibe le débat et la confrontation argumentée d’opinions et de positions (dans les partis, les syndicats, le gouvernement, etc.) favorise la servilité et l’opportunisme à l’intérieur des organisations, ainsi que la conflictualité entre elles. D’autre part, directement issue de l’expérience révolutionnaire des années 1950, la centralité de l’État comme distributeur général de bénéfices et de châtiments, demeure encore un trait dominant des représentations collectives (Laserna, 2001). À ceci il faut ajouter la persistance du complexe idéologique du « nationalisme révolutionnaire » (Antezana, 1983) avec ses composants populistes sans cesse réactivés dans la pratique et le discours de divers mouvements sociaux et partis politiques (Alenda, 2002 ; Cardozo, 2003), et son insistance sur la « défense et récupération » des ressources naturelles du pays au moyen d’un retour à l’étatisme et au corporatisme. On peut ainsi avoir une idée des obstacles auquel se heurte le projet d’ouverture économique et de consolidation démocratique inauguré au milieu des années 1980 (Lazarte, 2000).

47L’émergence actuelle d’un populisme réactionnaire articule de manière variable mais très efficiente (car disposant de nouveaux moyens d’action et de pression dans et sur le système politique) l’ensemble des frustrations d’une société qui connaît une faible mobilité sociale, avec des nostalgies de l’époque pré-coloniale (l’indianisme fondamentaliste), ou du temps de l’État producteur et distributeur (gauche traditionnelle, syndicats et certains groupes d’entrepreneurs). Ce populisme réactionnaire constitue un élément central de l’actuelle conjoncture bolivienne au moment où le pays se trouve confronté, au moins, à trois défis immédiats.

  • 22 Voir, par exemple : Movimiento Autonomista Nación Camba, Documentos n° 1, Santa Cruz, 2002, qui pe (...)

48Le premier concerne le maintien de l’unité du pays, lorsque l’ancrage territorial des principaux clivages économiques, ethniques, culturels et politiques se manifeste avec une force sans précédents. À cet égard les dernières années ont spectaculairement mis en évidence l’écart qui sépare l’occident andin (au développement bloqué notamment par une succession de conflits sans véritable solution dans le cadre des institutions démocratiques en vigueur) aux basses terres (et surtout au département de Santa Cruz), où la conflictualité est nettement moindre et où un certain essor économique se laisse entrevoir. Les tensions qui en résultent ne sont, certes, pas nouvelles et proviennent fondamentalement de la difficile intégration d’un territoire extrêmement hétérogène (Roca, 1980 ; Calderón ; Laserna, 1985), dans lequel les actuelles fractures est-ouest, et axe central-reste du pays, succèdent à l’antagonisme nord-sud qui a prévalu au long du XIXe siècle. Il n’en reste pas moins que la force et le contenu des actuelles exigences autonomistes méritent de faire l’objet d’un suivi attentif. C’est ainsi que, depuis l’an 2000, l’on assiste à Santa Cruz à l’émergence du Mouvement Autonomiste Nación Camba (fondé en novembre 2000). Sa réelle influence est encore difficile à apprécier, mais pourrait contribuer à radicaliser le clivage entre l’aire andine et les basses terres, notamment en articulant des alliances incluant les départements de Pando et Beni avec le département de Tarija (dont la population est actuellement très mobilisée autour du thème de l’autonomie départementale), surtout après l’échec du projet de vente de gaz aux États-Unis, dont il aurait été le principal bénéficiaire22. Dans le cadre de l’Assemblée Constituante qui se trouve en ce moment en gestation, la question des autonomies occupera sans doute une place importante, et il reste à voir si l’on s’orientera alors vers un approfondissement du processus de décentralisation administrative (à base départementale) initié en 1995, ou si des revendications d’ordre plus ethnique et culturel finiront par prévaloir, dans la lignée par exemple de certains courants basés sur l’Altiplano aymara (Zalles, 2002). La question du transfert du siège du gouvernement hors de la ville de La Paz se pose dans ce même contexte, et il n’est pas exclu qu’à plus ou moins court terme une réponse lui soit trouvée, permettant enfin au Pouvoir Exécutif de fonctionner dans un cadre plus favorable.

49Le deuxième défi concerne la conjoncture économique, avec une possible aggravation de la récession que connaît actuellement le pays. Certes, après la très mauvaise année 1999, le taux de croissance du PIB a connu une nette amélioration dans les années suivantes en atteignant, par exemple, 2,3 % au cours du premier semestre de 2003 en comparaison avec la même période de 2002 (UDAPE, 2003). Mais ce chiffre, inférieur à la croissance de la population, ne peut évidemment pas être considéré comme satisfaisant, et traduit le jeu d’une série de facteurs négatifs qui affectent durablement l’économie bolivienne. Au plan externe, la persistance d’un fort endettement se conjugue avec une détérioration tendancielle des termes de l’échange associée à de réelles difficultés à diversifier les exportations au-delà des hydrocarbures et des minerais, compte tenu à la fois de la faible et précaire intégration physique du territoire et des coûts additionnels que le pays doit affronter du fait de son enclavement. À ceci s’ajoute le poids de vastes pans de l’économie engagés dans des activités informelles urbaines très peu productives ou dans une agriculture de subsistance en crise structurelle dont les bas revenus élargissent la brèche avec le petit « secteur moderne », déterminant de la sorte un accroissement permanent des inégalités dans la distribution de la richesse (Laserna, 2003). C’est donc une économie très vulnérable (Morales, 2001 ; Grebe, 2002) et encore affaiblie par les récents conflits, la présence d’un haut déficit fiscal et la perte des perspectives ouvertes par l’exportation du gaz, qui est censée déterminer, dans un proche avenir, l’essentiel des ressources destinées à améliorer les conditions de vie d’une population de plus en plus nombreuse et impatiente.

50Le troisième défi, d’ordre politique, à trait à l’articulation de l’État avec la société dans le contexte actuel, car la crise d’octobre 2003 a qualitativement détérioré la déjà faible légitimité de l’État et des principales institutions du système politique. Dans cette nouvelle conjoncture, les bases sur lesquelles l’actuel cycle démocratique s’est construit au cours des deux dernières décennies se trouvent toutes soumises à la critique et à une éventuelle modification. Il s’agit d’abord des normes constitutionnelles dont le procédé et l’étendue des réformes reste encore peu clair. Les partis politiques, quant à eux, se trouvent inégalement affectés, mais leur place respective et leurs rôles dans le nouveau système politique en train de se reconstituer sont encore incertains. Les forces de sécurité, Police et Armée font figure d’institutions plus ou moins sinistrées, et en tout cas incapables de garantir l’État de droit face à des menaces croissantes à l’ordre démocratique. Ainsi, confronté à une succession d’occupation de terres, le gouvernement de C. Mesa a montré une passivité qui ne témoigne pas uniquement de sa peur de perdre la popularité dont il jouit pour l’instant. Le premier semestre de 2004 devrait, par conséquent, être décisif pour apprécier l’aptitude de la nouvelle équipe gouvernante à affronter une situation qui exige une réelle capacité à gouverner.

51Ce qui précède montre enfin que le plus grand danger pour la Bolivie actuelle réside dans la persistance de la polarisation désastreuse qui oppose les tenants et bénéficiaires d’un système politique en voie d’effondrement aux partisans d’un populisme réactionnaire et corporatif (se bornant, au mieux, à préconiser un retour à l’étatisme des années 1950), dont l’utilisation instrumentale des libertés démocratiques dissimule mal les pratiques autoritaires. En d’autres termes, il s’agit de construire un projet national qui constitue une alternative viable à la fois pour les dirigeants, qui exposent délibérément leurs partisans à des affrontements meurtriers afin de consolider ensuite des rapports de force sur la base des cadavres accumulés, et pour les gouvernants, qui cherchent à compenser leur faillite politique et éthique en faisant tirer à la mitrailleuse sur les manifestants qui dénoncent leurs agissements.

Haut de page

Bibliographie

Albó, X., 2002, Pueblos indios en la política, La Paz, Plural/Cipca.

Alenda, S., 2001, « El Alto (Bolivie), ou la conquête d’une identité urbaine ambiguë », Alma, n° 1, pp. 85-87.

Alenda, S., 2002, « CONDEPA y UCS, fin del populismo ? », Opiniones y Analisis, n° 57, pp. 85-122.

Alenda, S., 2003, « Bolivie les limites de la consolidation institutionnelle : l’érosion du pacte démocratique », Problèmes d’Amérique latine, n° 49, pp. 71-99.

Andersen, L., 2002, Baja Movilidad Social en Bolivia: Causas y Consecuencias para el Desarrollo, La Paz, IISE/UCB.

Antezana, L. H., 1983, « Sistema y proceso idéologicos en Bolivia (1935-1979) » dans Zavaleta, R. (comp.), Bolivia Hoy, Siglo Veintiuno, Mexico, pp. 60-84.

Arias, I. ; Molina, S., 1997, « De la nación clandestina a la paticipación popular » dans El Pulso de la Democracia. Participación Ciudadana y Decentralización en Bolivia, Caracas, Nueva Sociedad, pp. 59-74.

Averanga, A., 1974, Aspectos Generales de la Población Boliviana, La Paz, Juventud.

Böhrt, C. ; Chávez, S., 2002, Elecciones 2002, Resultados y Transformaciones, La Paz, Fundemos.

Calderón, F. ; Laserna, R. (eds.), 1985, El Poder de las Regiones, Ceres-Clacso, Cochabamba.

Camargo, C. A., 2000, « El sindicalismo boliviano : crisis y perspectivas », Opiniones y Analisis, n° 51, pp. 45-71.

Cardozo, R., 2003, « El MAS en su laberinto », Cuarto Intermedio, n° 66, pp. 5-19.

Comité Cívico de Tarija, 2002, La Cuestión Nacional y la Autonomía, Tarija.

Cortes, G., 2000, Partir pour rester, Paris, IRD.

Culver, W. ; Ferrufino, A., 2000, « Diputados uninominales : la participación política en Bolivia », Contribuciones, n° 1, pp. 1-28.

Díaz de Oropeza, C., 2000, Katari no vive ni vuelve! La Paz, Greco.

Dory, D. ; Roux, J-C., 1998, « De la coca à la cocaïne : un itinéraire bolivien… », Autrepart, n° 8, pp. 21-46.

Dory, D. (dir.), 2000, Lógicas territoriales y políticas públicas, La Paz, PIEB.

Gamarra, E.; Malloy, J., 1995, « The Patrimonial Dynamics of Party Politics in Bolivia », dans Mainwaring, S. and T. Scully (eds.), Building Democratic Institutions. Party Systems in Latin America, Stanford, Stanford University Press, pp. 399-433.

Gamarra, E. ; Barrios, E., 1996, « Seguridad ciudadana y seguridad nacional : relaciones entre policías y militares en Bolivia », dans Waldmann, P., (ed.), Justicia en la calle, Medellín, Biblioteca Jurídica Diké, pp. 99-125.

Grebe, H., 2002, « Las relaciones económicas externas de Bolivia en la globalización financiera », dans Gambina, J. (ed.), La Globalización Económicofinanciera. Su Impacto en América Latina, Buenos Aires, Clacso, pp. 49-55.

Gustafson, B., 2002, « Paradoxes of Liberal Indigenism: Indigenous Movments, State Processes, and Intercultural Reform in Bolivia » dans Maybury-Lewis, D., (ed.), The Politics of Ethnicity: Indigenous Peoples in Latin American States, Cambridge, Harvard University, Mass, pp. 267-306.

Healy, K., 1997, « The Coca-Cocaine Issue in Bolivia: A Political Resource for All Seasons », dans Léons, M. B. and H. Sanabria (Eds.), Coca, Cocaine and the Bolivian Reality, New York, SUNY, pp. 227-241.

INE, 1993, Censo Nacional de Población y Vivienda, Resultados Finales, La Paz.

INE, 2001, Bolivia: Mapa de Pobreza 2001, La Paz.

INE, 2002, Bolivia: Características de la Población, La Paz.

Laserna, R., 2001, Conflictos Sociales y Movimientos Políticos. El Año 2000 en Bolivia, Cochabamba, Ceres/Dfid.

Laserna, R., 2003, « Bolivia : entre populismo y democracia », Nueva Sociedad, n° 188, pp. 4-14.

Lavaud, J-P., 1982, Identité et Politique : Le Courant Tupac Katari en Bolivie, Ivry, ERSIPAL.

Lavaud, J-P., 1992, « De l’indigénisme à l’indianisme : le cas de la Bolivie », Problèmes d’Amérique latine, n° 7, pp. 63-82.

Lavaud, J.-P., 1995, « Le rôle des organisations des droits de l’homme en faveur de la démocratisation en Bolivie », dans Semelin, J. (dir.), Quand les dictatures se fissurent…, Paris, Desclée de Brouwer, pp. 107-125.

Lazarte, J., 2000, Entre dos mundos. La cultura política y democrática en Bolivia, La Paz, Plural.

Malloy, J., 1989, Bolivia: La revolución inconclusa, La Paz, Ceres.

Mancilla, H. C. F., 1997, « La identidad colectiva boliviana », Nueva Sociedad, n° 152, pp. 29-36.

Martínez, J. A., 2000, Atlas de Territorios Indígenas de Bolivia, La Paz, Cidob/Cpti.

Mayorga, R. A., 2001, « Presidencialismo parlamentarizado y gobiernos de coalición en Bolivia », dans Lanzaro, J., (comp.), Tipos de presidencialismo y coaliciones políticas en América Latina, Buenos Aires, Clacso, pp. 101-135.

Medeiros, C., 2001, « Civilizing the Popular? The Law of Popular Participation and the Design of a New Civil Society in 1990s Bolivia », Critique of Anthropology, vol. 21, n° 4, pp. 401-425.

Montaño, M., 2002, Gas Natural y Geopolítica Boliviana, Cochabamba, Runa.

Morales, J. A., 2001, « Economic Vulnerability in Bolivia », dans Crabtree, J.; Whitehead, L. (eds.), Towards Democratic Viability. The Bolivian Experience, Palgrave, Houndmills, pp. 41-60.

Paz, S., 1998, « Los territorios indígenas como reivindicación y practica discursiva », Nueva Sociedad, n° 153, pp. 120-129.

Perrier, L. ; Roux, J-C., 2003, « Les enjeux géopolitiques du gaz en Bolivie. Entre mondialisation et souveraineté perdue », Annales de Géographie, n° 630, pp. 167-187.

Prado, G., 1987, Poder y Fuerzas Armadas, 1949-1982, La Paz, Los Amigos del Libro.

Roca, J. L., 1980, Fisionomía del Regionalismo Boliviano, La Paz, Los Amigos del Libro.

Rojas, G., 2001, El Movimiento Etnico-campesino en el 2000 Boliviano, La Paz, PNUD.

Romero, B. S., 1999, Reformas, conflictos y consensos, La Paz, Fundemos.

Stearman, A., 1987, Camba y Colla, La Paz, Juventud.

Terrazas, H., 2002, De Banzer a Tuto: Crónica de dos gestiones (1997-2002), La Paz, Fundemos.

Ticona, E.; Rojas, G.; Albó, X., 1995, Votos y Wiphalas. Campesinos y Pueblos Originarios en Democracia, La Paz, Cipca.

UDAPE, 2003, Evaluación de la Economía - Primer semestre 2003, La Paz.

Van Cott, D. L., 2000, « Party System Development and Indigenous Populations in Latin America. The Bolivian Case », Party Politics, vol. 6, n° 2, pp. 155-174.

Van Cott, D. L., 2003, « Cambio institucional y partidos étnicos en Suramérica », Análisis Político, Bogotá, n° 48, pp. 26-51.

Varnoux, M., 2001, « Balance de la utilidad del referendum y la Asamblea Constituyente en el marco de la democracia boliviana », Opiniones y Analisis, n° 54, pp. 35-57.

Zalles, A., 2002, « De la revuelta campesina a la autonomía política : la crisis boliviana y la cuestión aymara », Nueva Sociedad, n° 182, pp. 106-120.

Haut de page

Notes

1 Il est toutefois important de noter que ce consensus, contrairement à la vision assez optimiste de Romero, relève en grande partie de la convenance plutôt que de la conviction, et que le contenu concret des termes et notions sur lesquels « tout le monde » semble d’accord n’est jamais clairement précisé. Il en va ainsi pour la « démocratie » comme pour le rôle et la portée du marché, et encore davantage peut-être sur les conditions et conséquences de la multiculturalité

2 À cet égard, on distingue habituellement les premières mesures de libéralisation économique et de reformatage de l’État réalisées durant la gestion de V. Paz Estenssoro (1985-1989 : coalition entre Movimiento Nacionalista Revolucionario et Acción Democrática Nacionalista) puis consolidées par Jaime Paz Zamora (1989-1993 : coalition entre Movimiento de la Izquierda Revolucionaria et ADN) des « réformes de seconde génération » telles que la capitalisation-privatisation des grandes entreprises publiques, la réforme éducative, la participation populaire et la décentralisation administrative entreprises par Gonzalo Sánchez de Lozada (1993-1997 : coalition à forte dominante MNR). C’est au cours de la gestion suivante d’Hugo Banzer (1997-2001) et de Jorge Quiroga (2001-2002 : coalition articulée par ADN et MIR) que la crise du système politique de la « démocratie pactée » se manifestera au moyen de mouvements sociaux aboutissant à des défaites gouvernementales significatives. Pour un premier aperçu d’ensemble des réformes, voir Romero, 1999. Les difficultés d’articulation de la décentralisation administrative dans les préfectures et la participation populaire dans les municipalités est traitée notamment dans Dory, 2000. Sur les conflits de l’an 2000, Laserna, 2001, est de la plus grande utilité. Enfin Alenda, 2003, offre une bonne synthèse sur la situation au cours des premiers mois de 2003.

3 Le gouvernement ne parvient même pas à faire respecter un état de siège, du fait de l’insubordination d’une partie des unités de la Police Nationale, qui débouche presque sur un affrontement avec l’Armée. Le conflit entre l’Armée et la Police, dont les racines proviennent des suites de la Révolution de 1952, où l’Armée a subi une défaite cinglante alors que la Police était du côté des révolutionnaires, se manifestera encore de manière spectaculaire et parfois dramatique à partir de l’an 2000 (Prado, 1987 ; Gamarra et Barrios, 1996).

4 Parmi l’abondante littérature sur la question, voir Healy, 1997 ; Dory & Roux, 1998. En 2000, Evo Morales est déjà député ; ultérieurement son mouvement politico-syndical prendra le nom de Movimiento al Socialismo (MAS) en « empruntant » le sigle d’un minuscule groupement phalangiste en voie de disparition, mais légalement reconnu par la Cour Électorale Nationale.

5 Parmi ces compromis figure en bonne place la livraison de 1000 tracteurs aux partisans de Quispe, qui seraient ainsi en mesure de détruire de manière encore plus accélérée la fragile texture des sols de l’Altiplano. Sur la rivalité Morales-Quispe, on peut consulter la version, considérablement édulcorée, de Albó, 2002.

6 Ces élections de 2002 et leurs conséquences ont suscité d’abondantes analyses. Parmi les travaux les plus utiles : Böhrt & Chavez, 2002 et les n° 57 et 60 (2002) de Opiniones y Analisis, Fundemos, La Paz.

7 Ce sera, notamment le cas de « l’État-major du peuple » créé en janvier 2003 à Cochabamba avec les mêmes institutions que celles qu’avait mobilisé la « guerre de l’eau » en 2000. À sa tête, on trouve Oscar Olivera, dirigeant de la Coordinadora del Agua et Evo Morales, sans que cette alliance diminue les fissures ni les arrières-pensées. Sur les évènements de février 2003, on peut consulter la Revista del Observatorio Social de América latina, 2003, Buenos Aires, Clacso, n° 10, pp. 13-64.

8 On peut obtenir une bonne vision du déroulement quotidien du conflit en consultant sur Internet les éditions correspondantes de La Razón, La Prensa et El Deber.

9 Le thème du gaz constitue un merveilleux fédérateur de différentes problématiques, car il réunit l’anti-impérialisme (exportation aux États-Unis par un consortium d’entreprises transnationales), la défense des ressources naturelles que l’on exporte sans valeur ajoutée, l’animosité historique envers le Chili, la critique de la capitalisation des entreprises publiques réalisée par la première gestion de Sánchez de Lozada, etc. Il est donc possible pour le MAS de rassembler autour de cet « enjeu national » de vastes secteurs qui renforceront d’autant son poids politique acquis lors des élections. Surtout, le thème du gaz permet à Evo Morales de ne pas parler de la coca, et de se distancer ainsi de la problématique scabreuse qui se trouve à la base de son mouvement. Sur la question du gaz, on consultera utilement Terrazas, 2002 ; Montaño, 2002 et Perrier & Roux, 2003.

10 Sur la crise structurelle de la COB, voir par exemple : Camargo, 2000.

11 Ce thème est discuté notamment par Varnoux, 2001.

12 En réalité, ce « modèle », à part quelques éléments de gestion macroéconomique (qui ne lui sont d’ailleurs pas spécifiques) et la tendance à dégager, autant que faire se peut, l’État du secteur productif, n’existe pas comme donnée empirique. La comparaison de trois ou quatre pays latino-américains (ou africains et asiatiques) suffit pour constater l’extrême hétérogénéité des politiques économiques mises en œuvre, ainsi que la diversité des moyens et objectifs des « ajustements structurels » réalisés. Et ce, en grande partie en rapport avec la spécificité même des structures économiques à ajuster.

13 Pour 1976 et 1992 : INE, 1993 : 21. L’estimation pour 2000 se trouve sur le site de l’INE : http://www.ine.gov.bo.

14 Pour 1950 : Averanga, 1974 : 133 ; pour 1976 et 1992 : INE, 1993 : 29 ; pour 2001 : INE, 2002 : 51.

15 Cette idée est également exprimée par Laserna, 2003, dans un texte qui constitue une excellente analyse des facteurs qui configurent l’actuelle situation bolivienne.

16 Une discussion des critères au moyen desquels s’effectue la catégorisation des indios, indígenas, originarios, etc., ne trouve pas sa place ici. Elle est, par ailleurs, amplement développée dans un ouvrage à paraître, normalement en 2004, sous la direction de J.-P. Lavaud. Signalons simplement que ces critères sont pour l’essentiel le produit de décisions politiques visant à réduire ou augmenter le nombre des individus concernés, en fonction de définitions changeantes et discutables. À titre d’exemple, au moyen d’une question portant sur l’auto identification des personnes interrogées, le recensement de 2001 parvient à un taux de 62 % de la population qui s’identifie avec un « pueblo originario o indígena » (INE, nota de prensa, n° 95, 2002, et INE, 2002 : 38-41). Ce résultat est cependant le produit de l’élimination délibérée de la catégorie « métis » du questionnaire, avec laquelle, ainsi qu’on le sait à partir d’autres enquêtes, une majorité de la population s’identifie. On a du mal à croire que cette élimination procède seulement des antipathies de Felipe Quispe qui, à de nombreuses reprises, a déclaré : « les Métis me dégoûtent » …

17 Parmi l’abondante littérature sur ces questions, on consultera utilement Malloy, 1989, qui fournit un aperçu général, ainsi que Lavaud, 1992. Les migrations vers Santa Cruz ont été étudiées notamment par Stearman, 1987, et Cortes 2000, à partir d’une aire rurale du département de Cochabamba. Gustafson, 2002, enfin, met opportunément en évidence l’importance des transformations des années 1950 pour comprendre l’ethnopolitique bolivienne actuelle.

18 Sur ce point voir, par exemple : Paz, 1998, et surtout Martínez, 2000.

19 À partir des élections de 1997, parmi les 130 députés que compte le Parlement bolivien, 68 sont élus à la majorité simple dans des circonscriptions uninominales, Culver & Ferrufino, 2000.

20 Parmi les innombrables études sur la Participation Populaire, voir : Ticona, Rojas & Albó, 1995, pour une approche contextualisée au début du procès. Dory, 2000, inclut des études de cas dans plusieurs municipalités du département de Cochabamba, ainsi que Medeiros, 2001, concernant la province de Arque. Une vision des antécédents de la Loi de Participation Populaire en relation à la problématique indigène se trouve dans Arias et Molina, 1997.

21 Pour s’en convaincre, il suffit de consulter la carte correspondante dans : INE, 2001.

22 Voir, par exemple : Movimiento Autonomista Nación Camba, Documentos n° 1, Santa Cruz, 2002, qui permet une vision d’ensemble des positions de ce groupe. Une rencontre organisée à Tarija en décembre 2002 fournit d’abondants matériaux sur la problématique autonomiste telle qu’elle se formulait immédiatement avant les récents évènements : Comité Cívico de Tarija, 2002.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure n° 1 : Élections de 2002 en Bolivie – les partis gagnants par départements
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/7442/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Dory, « Bolivie : la recomposition traumatique du système politique », Cahiers des Amériques latines, 44 | 2003, 137-158.

Référence électronique

Daniel Dory, « Bolivie : la recomposition traumatique du système politique », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 44 | 2003, mis en ligne le 11 août 2017, consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/cal/7442 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.7442

Haut de page

Auteur

Daniel Dory

Maître de Conférences, Université de La Rochelle, (DORYDANIEL@aol.com).

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Université Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation des Amériques
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search