Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Information scientifiqueLectureBouchard, J.-F. & P. Usselmann, T...

Information scientifique
Lecture

Bouchard, J.-F. & P. Usselmann, Trois millénaires de civilisation entre Colombie et Équateur : La région de Tumaco La Tolita

Paris, Éditions du CNRS, 2003, 154 p.
Juanita Lopez
p. 181-182
Référence(s) :
Bouchard, J.-F. & P. Usselmann, Trois millénaires de civilisation entre Colombie et Équateur : La région de Tumaco La Tolita. Paris, Éditions du CNRS, 2003, 154 p.

Texte intégral

1On retrouve dans cet ouvrage une double approche, géographique et archéologique, portant sur une aire culturelle préhispanique très méconnue jusqu’à maintenant : les terres basses du Pacifique équatorial. Ce croisement disciplinaire a permis aux auteurs de montrer, à travers les vestiges archéologiques et la connaissance du milieu physique actuel, la manière dont les cultures qui ont occupé ce territoire se sont adaptées à des zones de forêts et de marécages, qualifiées encore aujourd’hui de terres inhospitalières, dangereuses et sources de conflits sociaux. Cette nouvelle étude, vivement illustrée avec des figures, des cartes, des photos de paysages et d’objets archéologiques, confirme la profondeur temporelle des groupes culturels contemporains des Incas, des Aztèques ou des Mayas. Les groupes culturels objets de cette étude, connus sous le nom de « phase Tumaco La Tolita », ont connu une longue période d’apogée. Ils ont occupé une grande diversité de milieux naturels, tout en maintenant une relation équilibrée avec leur environnement.

2L’ouvrage est divisé en cinq parties. Dans les trois premières parties sont décrits les différents aspects de la région, tant du point de vue géographique que du point de vue archéologique. La quatrième et la cinquième partie traitent des relations commerciales et des échanges culturels établis entre les territoires et la métropole, ainsi que de l’évolution historique de la zone, depuis la Conquête jusqu’à nos jours.

3La première partie expose les caractéristiques et les ressources des milieux naturels du littoral. La zone d’étude s’étend entre Tumaco, au Sud de la Colombie, et Esmeraldas, au Nord de l’Équateur. Le site de La Tolita se trouve juste au milieu de cet espace, dans une région façonnée par de nombreuses rivières, où les précipitations sont fortes et les taux d’humidité élevés. Inondations et tsunamis sont une menace constante. Le fonctionnement de cet environnement difficile est expliqué ici en partant de l’Océan pour rejoindre l’intérieur des terres. Le lecteur est conduit ainsi de la haute mer vers le littoral, puis les reliefs côtiers, les mangroves, les plaines, les fleuves et les marais et les forêts d’eau douce. La description du milieu est toujours accompagnée de la description des activités humaines actuelles et de l’état des ressources disponibles. Elle permet de mettre en valeur la complexité des relations homme/milieu naturel établies dans la culture Tumaco-La Tolita.

4La deuxième partie brosse, dans un premier temps, le tableau de l’évolution de la recherche archéologique sur l’Amérique du Sud. Elle permet au lecteur de ne pas s’égarer dans la chronologie de l’occupation des sites de cette zone, souvent considérée comme énigmatique. Concernant la région d’étude, il apparaît clair aujourd’hui que les premiers occupants descendent des groupes appartenants à la période dite Formative, qui caractérise les premiers groupes d’agriculteurs céramistes du IVe et IIIe millénaires avant notre ère. Ils y sont arrivés en ayant déjà leurs principaux traits socioculturels et technologiques. Les auteurs décrivent à grands traits l’évolution des premières sociétés de l’époque formative dans la côte Caraïbe, passant par la suite aux sites de la côte Pacifique nord équatoriale. Sont comprises, entre autres, les cultures Valdivia, Machalilla et Chorrera. On arrive enfin à la période dite des « Développements régionaux », qui voit l’émergence d’un pôle fluvio-maritime dans l’île de La Tolita, ainsi que dans l’île de Tumaco. Les vestiges de la culture Tumaco-La Tolita s’étendent jusqu’à 300 après J.-C.

5Les causes du déclin culturel et de l’abandon de l’île demeurent encore sans réponse. Pourtant, des sites récemment découverts mettent en évidence des formes d’aménagement remarquables (canaux de drainage, champs surélevés…), qui ont permis le développement de l’agriculture sur des terres difficiles. Les fouilles réalisées remettent en question les hypothèses antérieures, qui surestimaient les contraintes du milieu naturel pour expliquer le déclin de cette civilisation. En outre, les études menées sur la céramique ont permis d’établir plusieurs points communs avec d’autres régions de la côte Pacifique équatoriale. Les auteurs font à cet égard un bilan particulièrement stimulant de l’état actuel de la recherche, mettant en valeur à la fois la richesse des vestiges retrouvés, mais aussi les interprétations que l’on peut en déduire. Cependant, ils n’éludent pas les nombreuses questions qui restent en suspens, notamment celles qui concernent les relations entre les différents groupes pré-hispaniques contemporains.

6La troisième partie s’occupe en détail des arts de la période d’apogée de la phase Tumaco-La Tolita, notamment la céramique et l’orfèvrerie en or. Les pièces font preuve d’un étonnant niveau d’expression artistique, reflété dans une grande diversification de thèmes, de styles et de productions, entre autres de nouvelles symétries. Une multitude de représentations animales, de moules, de masques et de costumes, bien que toujours inexpliquée, permet cependant d’entrevoir le mode de vie de ces cultures brillantes, en l’absence d’une tradition écrite ou orale directe.

7La quatrième partie examine les formes d’échange entre Tumaco et La Tolita. Elle explore les voies maritimes et fluviales possibles et les moyens de transport utilisés. Les auteurs se sont rendus sur le terrain afin de récréer, dans leurs voyages, les paramètres qui interviennent pour se déplacer d’un endroit à l’autre. Ils se sont aussi servis de documents modernes de navigation et de l’interprétation du matériel archéologique pour mettre en lumière la maîtrise des techniques de navigation dont disposaient ces cultures disparues.

8Enfin, après l’extraordinaire parcours de la période préhispanique, la cinquième partie rend compte du sort de ces territoires depuis la Conquête. Les conditions climatiques de la forêt les ont maintenus à l’écart d’une occupation espagnole permanente. Si plusieurs groupes indigènes sont mentionnés dans les chroniques, les témoignages de cette époque sont rares. Au cours des derniers siècles, la région a été occupée par des groupes ethniques différents qui ont tous souffert d’un grand isolement, et n’ont connu que de très courtes périodes de prospérité. Les régions de Tumaco, en Colombie, et d’Esmeraldas, en Équateur, sont aujourd’hui marginalisées et sous-développées. Leurs habitants actuels n’entretiennent pas avec leur environnement ces relations privilégiées qui, malgré des conditions a priori difficiles, ont permis à des cultures brillantes de se développer. Un des principaux mérites de cet ouvrage est donc de rappeler la relativité de la notion de « milieu favorable », qui dépend en grande partie de la manière dont les sociétés humaines savent tirer parti des ressources du milieu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Juanita Lopez, « Bouchard, J.-F. & P. Usselmann, Trois millénaires de civilisation entre Colombie et Équateur : La région de Tumaco La Tolita », Cahiers des Amériques latines, 44 | 2003, 181-182.

Référence électronique

Juanita Lopez, « Bouchard, J.-F. & P. Usselmann, Trois millénaires de civilisation entre Colombie et Équateur : La région de Tumaco La Tolita », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 44 | 2003, mis en ligne le 11 août 2017, consulté le 02 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/cal/7469 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.7469

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Université Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation des Amériques
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search