Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Information scientifiqueLectureSurrallés, Alexandre, Au cœur du ...

Information scientifique
Lecture

Surrallés, Alexandre, Au cœur du sens. Perception, affectivité, action chez les Candoshi

Paris, CNRS-Éditions, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003, 278 p.
Laurent Fontaine
p. 185-186
Référence(s) :
Surrallés, Alexandre, Au cœur du sens. Perception, affectivité, action chez les Candoshi. Paris, CNRS-Éditions, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003, 278 p.

Texte intégral

1Voici un ouvrage qui devrait devenir incontournable pour les spécialistes des différents groupes jivaro, car il offre non seulement toutes les qualités d’une excellente monographie, mais il fournit une multitude d’informations ethnographiques sur un groupe qui jusqu’alors était resté méconnu. Ce qui est loin d’être négligeable quand l’étude concerne une région (Équateur, bassins du Pastaza et du Nucuray) difficile d’accès en raison de la guérilla (Movimiento Revolucionario Tupac Amaru) et des militaires. Mais comme le regrette Philippe Descola dans sa préface, il est dommage que le défi ethnographique n’ait pas permis d’expliquer certaines différences départageant l’ensemble tribal jivaro en deux sous-ensembles : celui des jivaro-candoa, auquel appartiennent les Candoshi et les Shapra, l’autre, celui des Jivaro-Shuar regroupant les Shuar, Achuar, Aguaruna et Shiwiar. Si l’on reconnaît (empiriquement) que ces divers groupes sont à classer dans un seul grand ensemble, parce qu’ils partagent beaucoup de traits culturels concernant l’habitat, les ornements, les techniques de subsistance, la musique, la mythologie, les incantations chamaniques, les dialogues cérémoniels, les pratiques guerrières, etc., alors qu’ils se distinguent totalement du point de vue de la langue et du système de parenté, comment légitimer d’autres classifications (courantes en Amazonie) reposant principalement sur l’un ou l’autre des deux derniers critères ?

2La portée anthropologique d’un tel travail repose sur sa capacité à toucher et à relier plus ou moins profondément l’ensemble du système social à partir du thème de recherche et de la méthodologie adoptés. Frappé par le fait que les Candoshi expriment l’idée que « l’on voit avec le cœur » et persuadé qu’un tel aphorisme constituait une clé fondamentale de la compréhension de nombreuses cultures amazoniennes, A. Surrallés choisit d’étudier une théorie indigène très originale des perceptions et des affects, puisque celle-ci ne situe pas uniquement leur origine dans le corps, mais dans l’organe qui forme son noyau : le cœur.

3Pour mener à bien cette entreprise, l’auteur a cherché à établir, malgré l’absence de pistes, de nouveaux liens entre deux types de travaux ethnologiques sur les sociétés amazoniennes, les uns centrés sur les formes de traitement du corps (liées aux théories de construction de la personne), les autres, sur les restitutions du sujet percevant (analysant le perspectivisme des modes de pensée amazoniens).

4Du point de vue méthodologique, il a tenté de justifier sa démarche en ayant recours à la phénoménologie de Merleau-Ponty, particulièrement bienvenue pour défendre l’idée que les sensations émergent par le corps avant d’être pensées, découpées ou représentées par un langage. Cette phénoménologie permet de s’opposer à tout psychologisme ou à toute autre approche posant la cognition ou l’intellect en amont pour déterminer les perceptions et les émotions. Elle nous aide à comprendre (ou à admettre) une conception indigène dans laquelle l’ancrage corporel – et non pas intellectuel – des perspectives est une évidence. Mais, à mon avis, son aide s’arrête là, car celle-ci ne peut en rien être rapprochée d’une théorie indigène du perspectivisme cardiaque.

5De là, le lecteur pourra douter que les « quelques outils épistémologiques inspirés de la phénoménologie de la perception et de l’écologie de la perception » (p. 18), aient véritablement été d’une grande utilité pour rendre compte des théories candoshi de la perception. D’une part, parce que l’auteur explicite ce qu’il entend par « percevoir » en ne définissant finalement que ce qui est perçu (une « présence » dotée « d’une certaine étendue », « d’une certaine intensité », « d’une prégnance », etc.) et non pas les modalités perceptives en tant que telles. D’autre part, parce que c’est surtout grâce à ses connaissances sur la langue candoshi et ses usages sociaux que l’auteur peut spécifier des conceptions de la perception indigène, et non pas, comme on pourrait le croire, grâce à un cadre de référence phénoménologique ou écologique externe et étranger – sinon objectif.

6Nul doute, par contre, que l’auteur se rapproche des idées des Candoshi sur leurs propres perceptions, en mettant largement à contribution leurs concepts pour analyser leurs faits et dires. Une mobilisation des concepts candoshi qui détermine même la structure en trois partie de l’ouvrage (tel un traité candoshi de phénoménologie de la perception), puisque, selon A. Surrallés, tout part du « cœur » magish, pour suivre 1) les « états d’âme » magónamaama, 2) les « états de choses » magóanamaama et 3) les « états de fait » magómaama.

7L’on retiendra certains de ces emprunts conceptuels qui s’avèrent très intéressants pour gommer certaines dichotomies occidentales – comme celle qui oppose le « sentir » et le « penser » – souvent embarrassantes pour décrire des conceptions chamaniques existant non seulement en Amazonie, mais sur tous les continents. Le vani, « un principe qui anime la personne et qui lui insuffle de la volonté » (p. 25), pourrait devenir l’un de ces concepts emblématiques empruntés à une langue indigène que l’anthropologie a rendu célèbre, à l’instar de potlatch ou de mana.

8La place nous manque pour souligner maints apports de l’ouvrage. Mentionnons cependant l’éclairage nouveau donné à la prédation, dans une société où la mise à mort est conçue comme « l’acte par excellence ». Omniprésente chez les Candoshi, la prédation a de multiples implications dans les formes qu’ils donnent à l’échange, ce qui se traduit aussi bien dans les relations d’alliance (le rapt des femmes constituant « l’affinité idéale ») que de consanguinité (« le paradoxe du fratricide »). D’importants travaux ont d’ailleurs été réalisés non seulement au niveau du recensement des populations candoshi, mais sur l’influence des pratiques guerrières sur la dynamique d’enchaînement entre groupes de parenté. L’on appréciera également les analyses des divers matériaux rendant compte de l’usage de la langue, notamment dans les mythes, les dialogues cérémoniels et les chants (souvent transcrits en candoshi).

9Bref, si l’on peut exprimer des réserves d’un point de vue méthodologique (mais quelle œuvre anthropologique n’en suscite pas ?), l’ensemble de l’ouvrage séduira autant par l’intérêt d’un thème aussi fascinant que le cœur dans le perspectivisme des sociétés amazoniennes, que dans la capacité de l’auteur à le rendre central dans la compréhension des rapports entre la personne et la société.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Fontaine, « Surrallés, Alexandre, Au cœur du sens. Perception, affectivité, action chez les Candoshi », Cahiers des Amériques latines, 44 | 2003, 185-186.

Référence électronique

Laurent Fontaine, « Surrallés, Alexandre, Au cœur du sens. Perception, affectivité, action chez les Candoshi », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 44 | 2003, mis en ligne le 11 août 2017, consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/cal/7477 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.7477

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Université Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation des Amériques
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search