Navigation – Plan du site
Information scientifique
Lectures

Laurent Faret, Les territoires de la mobilité : migration et communautés transnationales entre le Mexique et les États-Unis

Paris, CNRS éditions, 2003, 351 pages, 60 photos, 38 dessins
Olivier Duriez
p. 167-168
Référence(s) :
Laurent Faret, Les territoires de la mobilité : migration et communautés transnationales entre le Mexique et les États-Unis, Paris, CNRS éditions, 2003, 351 pages, 60 photos, 38 dessins

Texte intégral

1Les migrations : c’est sur ce thème emblématique des sciences sociales que Laurent Faret nous invite à le suivre au long de son dernier ouvrage. Si la sociologie, l’anthropologie, la démographie et l’histoire ont depuis longtemps investi ce sujet, l’auteur souligne que la géographie a, paradoxalement, tardé à s’y intéresser malgré l’évident rapprochement que l’on peut faire avec les thématiques spatiales. En plus de vouloir faire revenir la géographie à l’étude des processus migratoires, il met en avant l’originalité de sa démarche qui passe par l’analyse sociospatiale des logiques de mobilité. Laurent Faret veut montrer ici l’ensemble des phases et les implications qui se succèdent entre les lieux forts durant et après le processus migratoire, au-delà d’une simple étude spatiale. Les choix méthodologiques reposent sur l’étude de données statistiques provenant d’un maximum de sources disponibles recoupées par des études de terrain donnant lieu à un travail riche d’anecdotes recoupant l’étude générale. Celle-ci repose sur trois parties formant tant une progression historique que sociale et spatiale.

2La première partie est une étude ponctuelle articulée autour de l’aspect historique et de l’ampleur du phénomène migratoire. Sont présentés les premiers mouvements nationaux liés à la conquête spatiale du Mexique autour des grands axes de communications traditionnels (Camino Real) et des classiques mouvements centres/périphéries. Les mouvements internationaux et transnationaux, plus tardifs, bien que basés sur les mêmes axes n’ont pas les mêmes caractères sociaux que les précédents. Laurent Faret montre ici que les Mexicains utilisent leurs appuis préétablis dans des daughter comunities pour profiter de l’expérience migratoire des anciens et prendre une certaine autonomie une fois installés, sans toutefois rompre leurs attaches antérieures. Ainsi se forme un système réticulaire d’exploration et d’utilisation des capacités étasuniennes au profit d’une communauté vivant à cheval sur deux pays. La deuxième partie est, elle, une étude de cas basée sur un municipe du centre ouest mexicain : Ocampo. laurent Faret développe ici la thèse du « pionnier » qui inaugure de nouvelles voies migratoires. Le schéma exploratoire créé est : opportunités/pionniers/filières. Les compétences engrangées par le pionnier servent aux paisanos, toujours issus de la famille ou du village, qui orientent leurs trajectoires migratoires selon les données continuellement acquises. L’auteur remarque aussi que la réussite des migrants transforme la structure sociale des communautés émettrices par leurs participations aux fêtes patronales et leurs investissements productifs. La réussite économique des migrants liée au mérite, soulignée par des attributs symboliques (voiture), supplante les élites locales qui tiennent leur pouvoir d’un héritage social. Quatre types de réseaux traduisent cette évolution : flux de personnes, d’argent, de matériel et flux immatériels. Ces derniers, les plus difficilement appréhendables, sont pourtant ceux qui influent le plus les transformations de la société de départ.

3Enfin dans la troisième partie, Laurent Faret s’applique à expliquer les résultats de ces mouvements et de ces flux sur l’espace concerné. Ici on accompagne l’auteur dans les dynamiques propres de la transnationalité mexicaine qui s’affranchie des différentes contingences nationales grâce à la forte transgressivité qui régit la formation de ces nouveaux territoires. L’acte migratoire redéfinit pour lui le lien social du migrant à sa communauté d’origine en répondant à sa multilocalité et à la multi-polarisation de ses relations sociales. Se forment donc de nouveaux territoires se superposant sans interaction selon que l’on appartienne à l’une ou l’autre communauté. En outre les rapports de domination entre lieux investis et lieux d’origines ne sont pas de simples rapports économiques mais basés sur les rapports sociaux entre paisanos transformant les espaces d’accueils étasuniens en territoires ponctionnés.

4La conclusion nous invite à se séparer des grilles habituelles de compréhension des phénomènes migratoires pour entrer dans une analyse spatiale faisant la part belle aux phénomènes sociaux. La constitution de territoires transnationaux tient donc de l’accumulation d’un savoir-faire migratoire et de sa reformulation constante dans le temps. Laurent Faret nous démontre par là la toute puissance des réseaux sociaux mis en œuvre durant l’histoire migratoire mexicano-américaine. Leur constante réinvention empêche toute projection sur l’évolution future des systèmes migratoires mexicains dans cette région au-delà du moyen terme. Cette histoire résume finalement celle des rapports de la société coloniale espagnole à son espace américain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Duriez, « Laurent Faret, Les territoires de la mobilité : migration et communautés transnationales entre le Mexique et les États-Unis », Cahiers des Amériques latines, 45 | 2004, 167-168.

Référence électronique

Olivier Duriez, « Laurent Faret, Les territoires de la mobilité : migration et communautés transnationales entre le Mexique et les États-Unis », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 45 | 2004, mis en ligne le 12 août 2017, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/cal/7607

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals