Navigation – Plan du site
Information scientifique
Lectures

Gilles Bataillon, Genèse des guerres internes en Amérique Centrale (1960-1983)

Paris, Les Belles Lettres, 2003
Vincent Bloch
p. 170-172
Référence(s) :
Gilles Bataillon, Genèse des guerres internes en Amérique Centrale (1960-1983), Paris, Les Belles Lettres, 2003

Texte intégral

1Interrogeant dans un même mouvement les temps longs de l’histoire centraméricaine et les mutations diverses que connaissent les sociétés nicaraguayennes, salvadorienne et guatémaltèque dans les années 1960-1970, Gilles Bataillon éclaire de façon singulière les affrontements armés qui ont surgi dans ces trois pays à la fin des années soixante-dix. L’auteur revient sur ces nœuds événementiels en s’attachant à restituer les registres et les temporalités hétérogènes qui s’y entremêlent. Vues sous cet angle, ces « guerres internes » sont sous-tendues par des dynamiques sociales désarticulées et par la référence à une même culture politique. Elles s’appuient aussi paradoxalement sur une thématique démocratique, tout autant qu’elles reformulent un sentiment égalitaire. À la veille des années soixante, les secteurs agro-exportateurs tiennent une place centrale au sein des sociétés centraméricaines, majoritairement agraires. Traversés par des principes d’ordre et de hiérarchie, les rapports sociaux sont fondés sur des échanges inégaux entre les secteurs dominants et les strates subalternes. L’unification nationale se heurte néanmoins à une fragmentation des communautés et des territoires, de telle sorte que seuls les grands corps comme l’Église ou l’Armée peuvent incarner un principe d’unité. Or, l’effet conjugué de l’effroi répandu par la révolution cubaine et de l’Alliance pour le progrès conduite par Kennedy impulse le rôle de l’État en tant que vecteur de la modernisation. Ses appareils et ses initiatives se développent considérablement, tandis que la bureaucratie étatique et les militaires tissent leurs réseaux clientélistes et deviennent de nouveaux intermédiaires. Les rapports traditionnels au sein du monde rural se distendent, favorisant la création par les minifundistes et paysans sans terres de leurs propres formes d’organisation. De nouveaux acteurs surgissent – instituteurs, commerçants, élites indiennes, syndicats, partis politiques, l’Église et ses ordres missionnaires –, des segments de la société jusque-là isolés se trouvent désormais au contact les uns des autres, et les mobilisations porteuses de visées concurrentes se multiplient.

2Parallèlement, l’auteur insiste sur les caractéristiques de l’espace politique centraméricain, tel qu’il a été décrit par Charles Anderson : « le lieu d’un processus de manipulation et de négociation entre des concurrents pour le pouvoir dont les ressources font l’objet d’une appréciation et d’une reconnaissance réciproque afin de parvenir à un accord négocié au sommet. » Ce système est apte à recevoir de nouveaux concurrents, pour peu que les ressources qui leur permettent d’influer sur la vie politique (parmi lesquelles l’usage de la violence et les démonstrations de force figurent en bonne place) démontrent leur « capacité de pouvoir ». Aussi la politique est-elle conçue comme l’apanage du petit nombre et le système des « concurrents pour le pouvoir » ne compte-t-il pas de représentants des exclus. Pour les secteurs dominants, le social livré à lui-même n’est que chaos, et l’irruption des éléments populaires sur la scène politique risquerait de mettre à bas la civilisation. L’un des grands mérites de l’ouvrage est de souligner la prégnance de cette culture politique dans la mise en place des affrontements armés. Aux glissements symboliques qui s’opèrent autour des figures de la civilisation et de la barbarie, correspond l’enjeu de sens majeur opposant les acteurs armés tout en induisant une lecture commune des événements. Tous protègent l’Ordre et les bonnes mœurs d’un chaos incarné, selon les acteurs, par la subversion communiste, la corruption, la rupture avec le système des concurrents pour le pouvoir, le viol des Droits de l’Homme, ou l’exclusion des secteurs les plus démunis.

3Gilles Bataillon fait plus que replacer les affrontements armés dans le prolongement de la modernisation économique, il s’emploie à restituer les implications et le cheminement du discours qui l’accompagne. La thématique du droit à avoir des droits s’inscrit dans l’ébranlement des credos traditionnels et l’émergence de nouvelles formes de solidarité. Les nouveaux acteurs ont porté leurs revendications sur la scène politique, et à l’issue des guerres internes, ils ont contribué à l’avènement de régimes démocratico-libéraux. En outre, l’Armée et l’Église, en composant sur un pied d’égalité avec les autres secteurs sociaux, ont œuvré à un important travail de désincorporation et d’égalisation. Mais si le sentiment de la similitude imprègne, par exemple, le même culte rendu à tous les morts de la cause sandiniste, l’espace politique reste le domaine de compétence du petit nombre, bien au-delà d’une dissemblance des points de vue qui, elle, est de mieux en mieux acceptée.

4En interprétant les affrontements armés dans un continuum et en utilisant les notions de contexte et de culture politique, Gilles Bataillon parvient à équilibrer des paradigmes dont la dimension monolithique et exclusive avait limité la portée. Le fonctionnalisme, les théories de la dépendance, de l’action collective ou de la mobilisation des ressources laissent place au récit des acteurs, en révélant l’incertitude des événements, leur redéfinition et leur travail de mise en sens. De Tocqueville à Claude Lefort et Daniel Pécaut, l’auteur puise l’inspiration d’une réflexion qui lie indissociablement le cheminement de l’idée démocratique, l’efficacité symbolique des régimes qui s’en réclament, et les mises en forme de la coexistence humaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Bloch, « Gilles Bataillon, Genèse des guerres internes en Amérique Centrale (1960-1983) », Cahiers des Amériques latines, 45 | 2004, 170-172.

Référence électronique

Vincent Bloch, « Gilles Bataillon, Genèse des guerres internes en Amérique Centrale (1960-1983) », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 45 | 2004, mis en ligne le 12 août 2017, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/cal/7613

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals