Navigation – Plan du site

AccueilNuméros46Dossier. Élections et démocratieL’affaire Pinochet. La démocratie...

Dossier. Élections et démocratie

L’affaire Pinochet. La démocratie chilienne dans le miroir de la justice

Olivier Compagnon
p. 49-61

Résumés

La question d’un procès du général Pinochet constitue un prisme utile afin d’examiner les relations entre justice et démocratie au Chili depuis le début des années 1990. Cet article se propose de revisiter les principales étapes de cette affaire à l’aune des postulats théoriques de la sociologie de la justification. Il s’agit notamment de montrer en quoi l’arrestation de l’ancien dictateur à Londres en octobre 1998, qui entraîne une recomposition des camps en présence et la mobilisation de nouveaux dispositifs argumentaires, apparaît comme une rupture essentielle dans l’histoire toujours en cours de la transition chilienne.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article reprend en partie le texte d’une communication présentée le 7 février 2004 au colloque international Les grandes causes. Vers une histoire de la forme « affaire » (EHESS/GSPM, Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne/LAMOP, Institut Universitaire de France, CNRS/Centre Alexandre Koyré).

Texte intégral

1Depuis le début des années 1990, l’hypothèse d’un procès d’Augusto Pinochet a fait couler tant d’encre que l’on peut légitimement se demander s’il est encore utile d’y consacrer quelques pages. Chacun à leur manière, des journalistes, des victimes de la répression ou certains de leurs proches, des militaires, des professionnels de la justice, des intellectuels ou des universitaires ont contribué à l’émergence d’un débat public, qui a rapidement franchi les frontières du Chili et tantôt reçu la dénomination médicale de « cas Pinochet », tantôt celle – de nature judiciaire – d’« affaire Pinochet » comme on parle en France d’affaire Callas, d’affaire Dreyfus ou plus récemment d’affaire du sang contaminé. Souvent employée de manière anodine et non réflexive (Forton, 2002 ; Pinçon et Pinçon-Charlot, 2003 : 9), cette notion d’affaire a pourtant fait l’objet d’approches théoriques dans le domaine de la sociologie pragmatique qui constituent autant de nouvelles voies à explorer. Les travaux de Luc Boltanski (1990, 1991) ont notamment permis de définir une structure-type de l’affaire mettant en scène des offenseurs et des victimes, des accusés et des accusateurs, une pluralité de récits incompatibles, des dispositifs de dénonciation et de justification destinés à convaincre puis à mobiliser une opinion censée jouer un rôle de tiers impartial entre les deux parties. Qu’elle se conclue ou non par un procès supposé trancher entre les différentes vérités concurrentes, l’affaire s’avère dans tous les cas un lieu de déploiement d’enjeux sociaux et politiques donnant à lire les tensions d’une collectivité donnée et son rapport à la justice, ainsi que les stratégies d’acteurs ou de réseaux d’acteurs aux intérêts antagonistes.

  • 2 Pour une approche événementielle détaillée, on se reportera à Forton (2002), Rojas (1999) ou Garcia (...)
  • 3 Parmi les très nombreux travaux sur la transition elle-même, cf. notamment Garretón et Joignant.

2Aussi nous proposons-nous ici, non de raconter une fois encore les péripéties politico-judiciaires qui entourèrent la personne de Pinochet depuis 19902, mais de revisiter certaines phases de cette affaire à l’aune des postulats de cette sociologie de la justification, en insistant tout particulièrement sur les conséquences de l’arrestation de l’ancien chef de l’État chilien à Londres en 1998. Alors que les années 1990-1998 avaient été marquées par le fort hiatus existant entre la dénonciation des crimes commis pendant la dictature et l’impossibilité de mettre en cause celui qui fut au sommet de la pyramide du pouvoir politique et militaire entre 1973 et 1990, le retour de Pinochet au Chili en mars 2000 ouvre en effet la voie à la mise en œuvre de procédures judiciaires. Entre ces deux moments, les forces en présence et les dispositifs de justification ont connu de nombreuses recompositions dues au cadre international dans lequel l’affaire a été amenée à se déployer deux ans durant. Au-delà des stricts enjeux judiciaires de ce changement d’échelle, le prisme de la sociologie de la justification permet aussi de réexaminer les rapports entre justice et démocratie dans le Chili contemporain, dans la mesure où l’affaire Pinochet peut être considérée comme l’une des matrices – en même temps qu’un remarquable observatoire d’ailleurs – des mutations politiques intervenues durant les quinze premières années de la transition3.

Établir les faits, connaître la vérité

  • 4 Rappelons en effet que la répression a fréquemment dépassé les frontières chiliennes : par exemple (...)

3Une acception large de l’affaire Pinochet aurait pu nous conduire à choisir les derniers mois de 1973 pour délimiter notre objet en amont. Par la voix des nombreux exilés réfugiés en Europe occidentale mais aussi d’organisations internationales, l’idée selon laquelle les crimes commis à partir du coup d’État devront être jugés émerge précocement. Dès septembre 1975, l’Assemblée générale de l’ONU reconnaît l’existence d’une torture institutionnalisée au Chili ; un peu plus d’un an plus tard, une Commission des droits de l’homme mandatée pour enquêter sur la dictature conclut que les cas de torture feront l’objet d’une procédure internationale en tant que crimes contre l’humanité. Toutefois, l’absence de tout bilan fiable (il n’y a pas de faits sur lesquels s’appuyer), les menaces pesant sur les opposants au régime où qu’ils soient (faut-il témoigner au risque de sa vie ?)4, ainsi que les relations diplomatiques cordiales qu’entretiennent les États occidentaux avec la dictature, constituent autant de motifs qui empêchent le déclenchement de poursuites judiciaires et l’apparition d’un véritable débat d’opinion. Aussi l’affaire Pinochet ne débute-t-elle véritablement qu’avec la prise de fonction du président démocrate-chrétien Patricio Aylwin en mars 1990. L’un des premiers actes politiques du nouveau chef de l’État est en effet de constituer la Commission Nationale de Vérité et de Réconciliation, par un décret du 25 avril 1990. Cette Commission rend public en février 1991 un rapport (connu sous le nom de rapport Rettig) qui dresse un bilan nominal de la répression aboutissant au chiffre de 2 922 tués ou disparus – réévalué ensuite à 3 197. Proclamé « vérité officielle » et servant de base à la politique de réparation concédée aux victimes (Lefranc, 2002 : 46-51), ce rapport censé apaiser les tensions de la société chilienne et l’ancrer pacifiquement dans une nouvelle ère démocratique contribue en fait, par son caractère excessivement volontariste et surtout lacunaire, à replacer la question de la violation des droits de l’homme au cœur du débat public – d’autant qu’une centaine de prisonniers politiques de la dictature attendent encore leur remise en liberté au début de l’année 1991.

  • 5 La CODEPU a eu un rôle pionnier dans la mobilisation de l’opinion internationale, notamment en s’af (...)

4En ce début des années 1990, la dénonciation des violations des droits de l’homme ne mobilise cependant qu’un nombre limité d’individus, désireux d’entreprendre un travail de mémoire que la restriction des libertés publiques avait rendu impossible auparavant. Ceux qui entendent alors soulever une affaire Pinochet sont dans presque tous les cas membres des familles de victimes, plus rarement d’anciens compagnons de route d’Allende, et fondent leur action sur l’expérience vécue de la dictature, de la répression et de la disparition. Ce travail de mémoire – l’expression est utilisée à dessein car elle est récurrente dans les témoignages recueillis auprès des acteurs – est toutefois celui d’une mémoire individuelle : il repose sur la singularité de l’expérience du deuil, ou plus exactement du deuil impossible quand la mort est avérée sans que le corps n’ait été rendu ou dans les cas de disparition. Avant même de demander justice et réparation, il convient d’établir les faits et de savoir : qui fut le bourreau ? Où et comment les victimes sont-elles mortes ? Où sont les dépouilles ? Durant ce premier temps, l’enjeu de la dénonciation réside donc dans la recherche individuelle d’une vérité distincte de la vérité officielle et jugée incomplète que le rapport Rettig a tenté d’imposer à la société chilienne. Les banderoles et slogans, dans les manifestations qui ont lieu dans les premières années de la transition, n’évoquent d’ailleurs que rarement les mots de justicia ou de juicio : l’on y voit plutôt des affichettes portant le visage et le nom d’un proche, accompagnées d’une question : ¿Donde están ? (Garcia Castro, 2002 : 85). Le caractère singulier de la dénonciation n’empêche pas que les premiers développements de l’affaire puissent être administrés par des acteurs collectifs, comme la Agrupación de Familiares de los Detenidos Desaparecidos, fondée dès 1975 pour collecter des informations sur la répression politique, la Corporación de Promoción y Defensa de los Derechos del Pueblo (CODEPU), fondée en novembre 1980 « pour dénoncer les crimes contre l’humanité »5, ou d’autres mouvements souvent liés à l’Église catholique. Mais il ne s’agit encore que de collectifs juxtaposant des paroles individuelles ancrées dans un temps qui est plutôt encore celui de 1973 que celui des années 1990. Très concrètement, il s’agit alors pour chaque proche de victime de reconstituer l’événement le plus précisément possible, en collectant des preuves et en recoupant des témoignages. Cette quête singulière de la vérité se situe toutefois déjà à la frontière de l’intime et du public, d’une part parce qu’elle s’exprime essentiellement par le biais de manifestations, d’autre part parce que commence à paraître une littérature d’un genre particulier, qui offre au public les faits dans toute leur brutalité et dont la violence narrative semble faire pendant à la violence répressive. Dans un texte publié au Chili en 1988, l’épouse de Victor Jara, assassiné quelques jours après le coup d’État après qu’on lui eut brisé les doigts pour qu’il ne joue plus jamais de guitare, décrit en ces termes le moment où elle a trouvé le corps du chanteur : « dans la grande salle de la morgue, je vois des tas de corps nus sur le sol, entassés, certains les mains toujours attachées dans le dos, des blessures béantes. […] Les pièces débordent de corps qui finissent par s’entasser dans les couloirs. Et je trouve Victor. Ses yeux ouverts paraissent regarder quelque chose dans la distance, intensément, comme un défi. Il a des blessures partout, la poitrine criblée de balles, une blessure ouverte à l’abdomen. Ses mains semblent pendre des bras dans un angle étrange comme si les poignets avaient été tordus » (Turner, 1988 : 227). Ce type de récit, qui ancre le premier temps de la dénonciation dans le registre de l’émotionnel, n’est accompagné d’aucun commentaire, l’expérience de l’horreur constituant à elle seule la légitimation du combat engagé. Les militaires opposent alors à ce registre de la douleur et de l’intime celui de la raison d’État, froidement rationnel ; ainsi Pinochet répond-il aux proches des disparus : « et pourquoi devrais-je leur demander pardon ? Sont-ils allés demander pardon aux mères des militaires dont les fils sont morts ? Sont-ils allés demander pardon aux épouses dont les maris sont morts ? Non ! » (cité par Rizet et Bellon, 2002 : 83).

La démocratie contre la justice

5En un sens, ce premier temps de la dénonciation – comparable à l’apparition du mouvement des mères de la Plaza de Mayo en Argentine – contribue à légitimer la toute jeune démocratie comme espace d’une pluralité retrouvée puisqu’il s’inscrit dans l’espace public par le biais de manifestations, de grèves de la faim ou d’articles de presse. Mais il n’aboutit concrètement qu’à quelques procès dans lesquels Pinochet n’est jamais directement visé, ce qui s’explique par toute une série de raisons. En premier lieu, une grande majorité des crimes et disparitions sur lesquels des enquêtes ont été menées sont couverts par le décret d’amnistie promulgué par la dictature en avril 1978 pour tous les crimes commis depuis le 11 septembre 1973 (Lefranc, 2002 : 43-44). En ce qui concerne Pinochet lui-même, à l’amnistie s’ajoutent l’immunité que lui confère le poste de sénateur à vie dont il a hérité au moment de la transition en vertu de la Constitution de 1980, ainsi que les lois organiques constitutionnelles de 1990 édictées juste avant le passage de pouvoir aux civils. Aussi ne reste-t-il aux partisans des poursuites à l’encontre des responsables de violations de droits de l’homme que quelques cas, certes érigés en symbole mais insuffisants pour assouvir le désir de justice des familles de victimes. En second lieu, aucun témoignage n’a jamais établi que l’ancien chef de l’État avait tué ou torturé de ses propres mains. Or, la responsabilité criminelle telle qu’on la conçoit à partir des expériences singulières de la mort ou de la disparition ne peut être qu’individuelle : c’est le bourreau et lui seul que vise la victime dans sa quête de vérité puis de justice, dans un premier temps du moins. Ce sont donc plutôt les hommes de main de la dictature qui sont impliqués dans les quelques affaires qui se construisent alors sur la base de faits échappant à la loi d’amnistie : citons le plus connu de ces procès, celui du général Manuel Contreras, ancien chef de la DINA et grand coordinateur de la répression politique, condamné en 1993 à sept ans de prison pour sa responsabilité dans l’assassinat d’Orlando Letellier. Ce jugement n’a été rendu possible que parce que Letellier avait été assassiné à Washington, en compagnie de sa secrétaire de nationalité américaine, et qu’une instruction était en cours aux États-Unis. Et si le gouvernement de la Concertation a tenté de l’ériger en symbole d’un État de droit restauré et capable de jouer son rôle de tiers impartial, la démocratie chilienne n’en demeure alors pas moins marquée du sceau de l’impuissance à répondre aux attentes de justice d’une partie de la population. Seuls quelques avocats poursuivent contre vents et marées des actions juridiques dans l’espoir que s’ouvre à l’avenir un réel espace judiciaire, tandis que l’Eglise catholique renonce dès 1992 à prendre en charge la question des droits de l’homme dont elle avait pourtant été une porte-parole de premier plan à partir du milieu des années 1970 (Compagnon).

  • 6 On trouvera de stimulants éléments de comparaison avec le cas sud-africain dans Cassin et alii.

6On ne peut pas comprendre cette première phase de l’affaire Pinochet sans revenir à la manière dont a été négociée la transition démocratique à la charnière des années 1980 et 1990. Il faut en effet se souvenir que l’accord passé entre les forces armées et les partis politiques regroupés au sein de la Concertation reposait sur l’affirmation de l’unité de la Nation, la volonté de préserver la paix sociale et la cohésion de la communauté politique, et l’engagement tacite de tourner résolument les yeux vers l’avenir. Cette « économie du consensus » (Patino, 2000 : 97), traduisant le rôle de « modèle » qu’a pu jouer un temps la transition espagnole qui s’était toujours refusée à juger le franquisme, explique notamment que la Constitution de 1980, conférant à Pinochet un poste de sénateur à vie et donc une immunité complète, n’ait pas été remise en question jusqu’à une date très récente. C’est donc au nom de cette démocratie de pacte et de l’impératif de réconciliation nationale, et en vertu d’un dispositif législatif hérité de la dictature, que la personne de Pinochet échappe aux poursuites au Chili jusqu’à la fin des années 19906. Autrement dit que la cause des droits de l’homme demeure aux portes de la justice. Aux portes de la justice et presque de l’espace public d’ailleurs, comme en témoigne l’inauguration maintes fois reportée et finalement réalisée en catimini d’un monument en souvenir des victimes de la dictature, en 1993. Cette crainte de sacrifier la démocratie aux droits de l’homme, que semble partager une majeure partie de l’opinion chilienne au début des années 1990, est d’ailleurs l’objet d’un parfait consensus entre les deux principaux partis de la Concertation, la démocratie chrétienne et le parti socialiste. De leur côté, les militaires voient dans la quasi-absence de poursuites judiciaires la preuve que les années 1988-1990 ne constituent pas une solution de continuité : les années Pinochet ne sauraient avoir un statut d’exception dans l’histoire du Chili contemporain. Cela n’empêche pas quelques voix marginales de s’interroger sur la nature de cette démocratie acceptant en son sein certains de ceux qui se situaient au sommet de la pyramide des pouvoirs durant la dictature. Parmi celles-ci, celle de Luis Sepúlveda, l’un des seuls acteurs de la dénonciation à jouir d’une renommée internationale en sa qualité d’écrivain reconnu et apprécié en Europe, qui écrit en 1994 à propos de cette impossible judiciarisation : « quand la démocratie a ouvert ses cuisses au Chili, elle a d’abord annoncé le prix et que la monnaie dans laquelle elle se fait payer s’appelle l’oubli » (Sepúlveda, 1994). Mais le consensus construit par la plupart des élites autour de la démocratie de pacte ne permet pas à cette remise en cause du régime de la transition de recueillir un écho réel dans l’opinion.

Internationalisation et universalisation de l’affaire Pinochet

  • 7 Sur les textes de lois et traités internationaux sur lesquels s’est appuyée l’inculpation, cf. Roja (...)

7Indépendamment des multiples péripéties judiciaires et des tensions diplomatiques qu’elle entraîne entre le Chili, l’Espagne et l’Angleterre, l’arrestation de Pinochet à Londres en octobre 1998 marque une rupture décisive dans l’histoire de l’affaire. Pour la première fois, l’ancien chef de l’État se voit signifier son inculpation pour « torture, terrorisme et génocide »7. Surtout, ce changement d’échelle modifie profondément la manière dont la cause est élaborée : à partir du moment où les médias du monde entier s’emparent de l’affaire, les acteurs de la dénonciation sont confrontés à la nécessité de convaincre l’opinion internationale, et non plus seulement l’opinion chilienne confrontée à sa propre histoire. Pour ce faire, ils sont contraints de construire de nouveaux discours légitimateurs et de mobiliser des ressources adéquates pour la publicité de l’affaire à l’échelle sinon mondiale, du moins européenne.

  • 8 Interview donnée au documentariste chilien Patricio Guzmán, El caso de Pinochet, 2001 (co-productio (...)
  • 9 Le recours à la Seconde Guerre mondiale et l’analogie plus ou moins implicite Pinochet-Hitler est u (...)

8Le témoignage, le récit de l’expérience vécue ou la description de la découverte du corps de l’être aimé dans une morgue ne suffisent donc plus à fonder la cause dans le nouveau cadre où se développe l’affaire : tout d’abord parce que l’opinion internationale se trouve en position d’extériorité par rapport à la réalité de la dictature telle qu’elle fut vécue au Chili durant seize ans ; ensuite parce que ce n’est plus le bourreau que l’on poursuit, mais le responsable moral de l’ensemble des crimes commis. Cela ne signifie pas que les ressources discursives de ce type disparaissent complètement, mais l’usage qui en est fait se modifie. Ainsi Sepúlveda évoque encore dans un article paru dans El País en novembre 1998 la nécessité absolue de connaître la vérité avant de songer à toute judiciarisation. Mais si l’on observe avec attention les mots qu’il emploie – « tant que le Chili ne retrouvera pas le dernier de ses disparus, tant qu’on ne saura pas quand et comment il est mort, qui furent ses assassins et, surtout, où gisent ses restes, la plaie restera ouverte » – (Sepulveda, 2003 : 28), on constate que ce n’est pas tel ou tel qui doit retrouver ses morts, mais le Chili tout entier, première étape de ce que nous pourrions appeler un processus de dé-singularisation. Dans le même ordre d’idées, il est commun dans les publications postérieures à l’épisode londonien que la description brute de l’horreur ne constitue plus le corps du livre ou de l’article, mais se trouve placée en exergue, comme un préalable d’ordre compassionnel précédant la mise en œuvre d’un discours prétendant désormais à la rationalité : « pour mon ami Omar Pinto, prisonnier politique sous la dictature […]. Il avait souhaité faire don de ses organes pour aider d’autres à survivre. À l’autopsie, aucun n’a pu être utilisé, tous ont été déclarés endommagés suite aux tortures » (Forton, 2002 : 2). L’enjeu de ce discours de la rationalité réside dans l’universalisation d’une affaire dont l’aboutissement semble désormais mettre en jeu l’avenir de l’humanité tout entière. C’est ainsi qu’il faut comprendre le recours de plus en plus fréquent à l’Histoire qui apparaît à partir de 1998 comme l’un des procédés de validation de la cause les plus récurrents. L’un des juges espagnols artisans de l’inculpation de Pinochet, interrogé sur les motivations qui l’ont conduit à monter ce dossier, rapporte que « c’est par solidarité, cette solidarité qui produit des petits miracles ». Et le juge de s’appuyer sur ce qu’il considère comme une « grande action de solidarité absolue » : 2 000 Républicains espagnols, réfugiés en France et parqués dans des camps, furent emmenés vers le Chili en 1939 à l’initiative du consul du Chili alors en poste à Paris, Pablo Neruda, et du tout jeune ministre de la Santé du Front Populaire, Salvador Allende8. C’est donc en vertu de cette solidarité historique du Chili avec les Républicains espagnols opprimés que l’Espagne se devait d’aider tous ceux qui souffrirent de la dictature au Chili. Le référent le plus fréquent demeure toutefois la Seconde Guerre mondiale, qui présente l’intérêt d’avoir été suivie de nombreux procès et laisse présager que Londres pourrait être un nouveau Nuremberg. Dans un article intitulé « Pourquoi j’écris », Sepúlveda inscrit son action en faveur d’un jugement de Pinochet dans la continuité de celle de Paul Éluard rédigeant sous l’Occupation son poème « Liberté » (Sepúlveda, 2003 : 111)9. Et en 1999, un ouvrage collectif légitime quant à lui la tenue d’un procès Pinochet à Londres à l’aune du procès Papon en France et du procès Priebke – l’officier nazi responsable du massacre des fosses adréatines – en Italie (Rojas et alii, 1999 : 19).

  • 10 Sepúlveda écrit dans El Pais le 19 octobre 1998, trois jours après l’arrestation de Pinochet : « Pi (...)

9Outre ce recours à l’histoire, le processus d’universalisation de la cause repose également sur des analogies bâties avec d’autres pans de l’actualité des années 1990. Notamment, les tribunaux pénaux internationaux constitués pour juger les crimes commis en Yougoslavie et au Rwanda sont couramment cités en exemple comme autant d’éléments validant l’hypothèse d’une justice extraterritoriale, même si Pinochet ne serait pas jugé par un tribunal international10. Mais c’est surtout le recours aux valeurs intemporelles et universelles de la pensée humaniste, « depuis Socrate » (Rojas et alii, 1999 : 15) et de sa déclinaison moderne, celle des droits de l’homme, qui est au cœur de l’opération de dé-singularisation de l’Affaire. Un seul exemple parmi tant d’autres : « les fondements de cette action [promouvoir la tenue d’un procès en Europe] résident dans la conviction de ceux qui l’ont engagée concernant la valeur des droits de l’homme et l’urgence de les défendre au-delà des frontières » (Rojas et alii, 1999 : 17). Enfin, la judiciarisation de l’affaire Pinochet aurait une valeur pédagogique et exemplaire dans l’avenir et éviterait que l’histoire ne bégaye : « L’impunité […] se convertit en un modèle incitant à commettre des délits » (Rojas et alii, 1999 : 156). Sur la base de ces éléments, il serait d’ailleurs possible de construire une typologie des motifs invoqués dans le processus d’universalisation de la cause en fonction de la temporalité à laquelle ils renvoient : le passé avec la Seconde Guerre mondiale, le présent avec la Yougoslavie, le futur avec les vertus pédagogiques d’un procès, et l’atemporel avec la pensée humaniste et les droits de l’homme. Au-delà des nouveaux motifs invoqués, toute une série de nouveaux acteurs font irruption dans l’affaire après l’arrestation de Pinochet à Londres : la justice espagnole dont la principale figure est le juge Garzón ; les Lords anglais chargés de statuer sur la possibilité de juger Pinochet à Londres ; des avocats français, suisses et belges constituant des dossiers de plaignants afin de soutenir l’action de Garzón en déposant de nouvelles plaintes, etc. Et tandis qu’à Londres fait rage la bataille des experts médicaux, une autre forme d’expertise émerge au Chili avec la publication en février 1999 d’un manifeste rédigé par onze historiens, qui entendent répondre à la Carta a los Chilenos adressée peu de temps auparavant par Pinochet à ses compatriotes et à la légitimation scientifique de la dictature entreprise par l’historien Gonzalo Vial (Grez et Salazar, 1999 : 7-20). Dès le début de l’année 1999, on est donc bien loin de la situation observée au début de la transition à la démocratie où la dénonciation n’était le fait que des proches des victimes de la répression. Au contraire, il existe désormais une dissociation de plus en plus flagrante entre ceux qui portent la cause auprès de l’opinion internationale et les offensés, processus contribuant en partie à la déchilénisation de l’affaire. En partie seulement, car à l’inverse émerge sur la scène internationale une parole nationale officielle, celle du gouvernement qui refuse à l’unisson l’hypothèse d’un jugement à Londres au nom de la souveraineté nationale, le président Frei promettant même de ramener Pinochet au pays avant la fin de son mandat. Et pour preuve que l’Affaire Pinochet est en passe de casser des clivages traditionnels, le gouvernement Frei reçoit le soutien du socialiste espagnol Felipe González qui déclare voir dans le procès Pinochet une menace pour la démocratie chilienne, mais aussi une critique implicite contre la transition espagnole qui a toujours privilégié le consensus et la paix sociale plutôt que la justice. Tandis que les États-Unis, qui s’étaient jusque-là appliqués à ne pas intervenir dans la transition chilienne, se déclarent prêts à aider le juge Garzón en accélérant les procédures de déclassification des archives de la CIA concernant les premières années de la dictature (Rojas A. et Stefoni E.).

10De nouvelles stratégies visent quant à elles à sensibiliser l’opinion internationale la plus large possible. Il est par exemple très révélateur de lister l’ensemble des quotidiens dans lesquels Sepúlveda publie des articles visant à démontrer la nécessité d’un procès Pinochet : El País à Madrid, El Periódico de Catalunya à Barcelone, Le Monde et Le Monde Diplomatique à Paris, Página 12 à Buenos Aires, L’Unità et La Repubblica à Rome, etc. Plus généralement, l’inflation éditoriale due à l’épisode londonien est tout à fait remarquable : souvent cautionnés par des associations de victimes ou des organisations comme Amnesty International, au moins une vingtaine d’ouvrages paraissent en Europe occidentale entre 1998 et 2002. Après dix-sept mois de résidence surveillée à Londres, Pinochet bénéficie le 2 mars 2000 d’un décret d’expulsion vers le Chili pour raisons « humanitaires » et « médicales » et arrive à Santiago le lendemain, accueilli triomphalement par des représentants du gouvernement Frei (qui accomplit là les derniers jours de son mandat avant de céder sa place au socialiste Lagos) et de l’armée. En vertu de ce que l’on a pu observer pour les années 1990-1998, beaucoup croient alors que l’affaire est enterrée à jamais. Mais c’est compter sans le changement d’échelle de l’économie de la justification, qui provoque au Chili un redéploiement de l’affaire remettant en cause les fondements-mêmes de la démocratie de pacte.

La démocratie de pacte en question

  • 11 La levée de l’immunité du général Pinochet repose sur le fait que la loi d’amnistie de 1978 s’appli (...)
  • 12 Estudio Nacional de opinión pública, n° 9 (Tercera Serie, avril-mai 1999), Santiago, Centro de Estu (...)
  • 13 Rappelons qu’en juillet 2002, après une longue saga d’expertises médicales, Pinochet renonça au pos (...)

11Le premier effet de l’internationalisation de l’affaire Pinochet relève du domaine judiciaire, puisque le juge Guzmán obtient de la Cour Suprême la levée de l’immunité parlementaire de Pinochet en mai 2000, l’inculpe le 1er décembre de cette même année en l’accusant d’être l’auteur intellectuel de 18 disparitions et 57 homicides dans le cadre de l’épisode de la Caravane de Mort (octobre 1973), et l’assigne à résidence le 29 janvier 200111. La formulation de l’accusation repose sur les relations avérées entre le chef de la junte militaire en octobre 1973 et celui qui a dirigé la Caravane de la Mort au titre de « délégué spécial du commandant en chef ». Quelle que soit la proximité effective de ces liens, il est certain que la logique de l’accusation n’est plus la même qu’au début des années 1990 où n’étaient mis en cause que les auteurs physiques des crimes. Sans doute peut-on voir là les effets du processus d’universalisation de la cause mentionné plus haut, autrement l’impact du nouveau dispositif justificatif élaboré à l’aune de l’internationalisation de l’Affaire. Si plusieurs facteurs ont rendu possible cette judiciarisation de l’affaire Pinochet au Chili, tous sont directement ou indirectement liés à l’épisode londonien. Le juge Guzmán a pu s’appuyer sur les diverses procédures judiciaires engagées en Europe à la suite de celle du juge Garzón, notamment en France à l’initiative du juge Le Loire. La collaboration fut intense entre ces différents protagonistes à partir de 1999, permettant de nombreux recoupements et des échanges d’informations décisifs. Surtout, la détention en Angleterre semble avoir joué un rôle décisif dans la dynamique des dépôts de plaintes à l’encontre de Pinochet au Chili : alors que la première avait été déposée en janvier 1998, Guzmán en dispose d’environ 300 à la fin de l’année 2001. Le fait qu’une opinion internationale favorable au procès soit apparue entre 1998 et 2000 semble avoir eu un impact important sur l’opinion chilienne, qui semblait presque unanimement résignée à l’impunité au milieu des années 1990. En effet, si les sondages d’opinion réalisés pendant la détention de Pinochet révèlent une majorité hostile à un jugement à l’étranger, une enquête datée de mai-juin 1999 montre que 69 % des personnes interrogées souhaitent désormais un procès au Chili12. Indépendamment de ces données chiffrées, la période londonienne a aussi été celle d’une intense occupation de la rue par les partisans et opposants de Pinochet, et de manifestations sans commune mesure avec celles du début des années 1990. Aussi peut-on émettre l’hypothèse selon laquelle la détention de Pinochet aurait permis ou stimulé une réappropriation et une repolarisation de l’espace public. Surtout, l’épisode londonien a créé une brèche dans le consensus de la Concertation : « [celle-ci] a failli exploser, tiraillée entre le désir de politique consensuelle de la démocratie chrétienne et le soutien à la justice de la plupart des socialistes » (Patino, 2000 : 294). Certes, l’alliance a résisté jusqu’aux élections présidentielles de 1999 qui ont vu Lagos l’emporter et survit toujours aujourd’hui. Mais en affirmant dès son arrivée au pouvoir qu’il veillera à ce que le cours de la justice ne subisse aucune entrave, en considérant que l’inculpation de l’ancien dictateur en décembre 2000 constitue un renforcement de la démocratie, le président socialiste rompt avec le discours consensuel des mois précédents durant lesquels il affirmait que l’arrestation de Pinochet à Londres menaçait de « diviser encore une société qui reste profondément amère et partagée sur les héritages de Pinochet » (Lagos et Muñoz, 1999). En bornant explicitement le champ de compétence du politique aux portes des tribunaux, il adresse aussi un message aux forces armées selon lequel l’impunité, à la fois héritée de la dictature et négociée lors de la transition, a peut-être fait long feu (Silva, 2003 : 248). Cette donnée politique nouvelle révèle l’ampleur de la recomposition des camps en présence entre le milieu des années 1990 et le début du XXIe siècle et l’impact de l’affaire Pinochet sur la vie politique chilienne. Si l’inculpation de l’année 2000 peut être interprétée comme le premier pas d’une reconquête de l’indépendance de la justice sur le politique et comme une remise en cause explicite du consensus de la transition – et ce bien qu’elle n’ait pas abouti à un procès13 –, la démocratie de pacte telle qu’elle fut négociée en 1990 a également souffert de l’internationalisation de l’affaire dans la mesure où un certain nombre de clivages politiques inhérents à la Concertation, jusque-là contenus, sont apparus au grand jour. L’alliance de nature politique conclue au nom de la démocratie au tournant des années 1980 et 1990 ne pouvait qu’être ébranlée dès lors que l’hypothèse d’un procès Pinochet n’était plus seulement pensée dans un cadre strictement chilien et qu’avaient émergé des dispositifs de justification prétendant à l’universalité.

  • 14 « Histórico acuerdo pone fín a los senadores designados y vitalicios. Alianza y Concertación sellar (...)

12Les plus récents développements de l’affaire Pinochet (nouvelle levée de son immunité en août 2004 dans le cadre d’une enquête sur le plan Condor, investigations concernant la légalité des fonds déposés sur des comptes aux États-Unis, mise en résidence surveillée puis en liberté sous caution de l’ancien dictateur en janvier 2005), l’accord trouvé le 6 octobre 2004 entre la Concertation et l’opposition de droite pour réformer la Constitution de 1980 (suppression des sénateurs désignés à vie et rénovation de la prérogative présidentielle de nommer les commandants en chef des Forces Armées)14 et la publication d’un imposant rapport sur la torture en novembre 2004 constituent les ultimes prolongements de l’épisode londonien, et une étape supplémentaire vers la sortie des militaires de la vie politique. Réelle solution de continuité dans l’histoire de la transition chilienne, ces données nouvelles laissent aussi présager de tensions exacerbées au sein de la Concertation, dans la mesure où les échéances électorales des deux années à venir s’annoncent décisives. Toujours plus manifeste depuis 1998, l’exigence de justice au sein de la société chilienne résonne donc comme la mort annoncée, à court ou moyen terme, de la démocratie de pacte et le retour à une vie politique plus polarisée (Moulián, 2004). D’où l’on pourrait confirmer l’hypothèse d’une exception chilienne, parmi les différents processus de transition observés en Amérique latine, résidant dans la reconstruction démocratique via l’internationalisation de l’affaire Pinochet impliquant une nouvelle économie de la justification.

Haut de page

Bibliographie

Boltanski, Luc, 1990, L’amour et la justice comme compétences. Trois essais de sociologie de l’action, (et notamment le chapitre intitulé « La dénonciation publique », pp. 253-356), Paris, Métailié.

Boltanski, Luc et Laurent Thévenot, 1991, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Cassin, Barbara, Olivier Cayla et Philippe-Joseph Salazar (dir.), 2004, « Vérité, Réconciliation, Réparation », Le genre humain, Paris, Seuil, n° 43.

Compagnon, Olivier, 2003, « L’Église catholique et la démocratie chrétienne face à la dictature : du consentement à l’opposition », L’Ordinaire latino-américain, n° 193, « Chili 1973-2003 », pp. 55-61.

Forton, Jac, 1994, Vingt ans de résistance et de lutte contre l’impunité au Chili, Genève, Cetim.

Forton, Jac, 2002, L’Affaire Pinochet. La justice impossible, Paris, L’Entreligne/Amnesty International.

Garcia Castro, Antonia, 2002, La mort lente des disparus au Chili sous la négociation des civils-militaires (1973-2002), Paris, Maisonneuve et Larose.

Garretón, Manuel Antonio, 1995, Hacia una nueva era política. Estudio sobre las democratizaciones, Santiago, Fondo de Cultura Económica.

Grez, Sergio et Gabriel Salazar (comp.), 1999, Manifiesto de Historiadores, Santiago, LOM Ediciones.

Joignant, Alfredo, 1998, El gesto y la palabra. Ritos políticos y representaciones sociales de la construcción democrática en Chile, santiago, LOM-ARCIS.

Lefranc, Sandrine, 2002, Politiques du pardon, Paris, Presses Universitaires de France.

Moulian, Tomás, 2004, « Nécessité d’une alternative à la “Concertación” », P. Arenas, R. Gutiérrez et O. Vallespir (coord.), Salvador Allende. Un monde possible, Paris, Editions Syllepse, pp. 125-130.

Lagos Ricardo et Muñoz Heraldo, 1999, « El dilema Pinochet », Nueva Sociedad, n° 161.

Patino, Bruno, 2000, Pinochet s’en va… La transition démocratique au Chili (1988-1994), Paris, IHEAL.

Pinçon, Michel et Monique Pinçon-Charlot, 2003, Justice et politique. Le cas Pinochet, Paris, Syllepse.

Rizet Dominique et Rémy Bellon, 2002, Le dossier Pinochet, Paris, Michel Lafon.

Rojas Paz, B. (et alii), 1999, Pinochet face à la justice espagnole, Paris, L’Harmattan (édition en espagnol en 1998).

Rojas Aravena, Francisco et Carolina Stefoni Espinoza (éd.), 2001, El « caso Pinochet ». Visiones hemisféricas de su detención en Londres, Santiago, FLACSO-Chile.

Sepúlveda, Luis, 2003, La folie de Pinochet, Paris, Métailié.

Sepúlveda, Luis, 1994, Un nombre de torero, Barcelone, Tusquets.

Silva, Patricio, 2003, « En búsqueda de la supremacía civil : los gobiernos de la Concertación y los militares en Chile », Bicentenario. Revista de Historia de Chile y América, vol. 2, n° 2, pp. 227-251.

Turner, Joan, 1988, Victor Jara. El canto no truncado, Concepción y Santiago, Ediciones LAR.

Haut de page

Notes

2 Pour une approche événementielle détaillée, on se reportera à Forton (2002), Rojas (1999) ou Garcia Castro.

3 Parmi les très nombreux travaux sur la transition elle-même, cf. notamment Garretón et Joignant.

4 Rappelons en effet que la répression a fréquemment dépassé les frontières chiliennes : par exemple avec les attentats contre le général légaliste Prats à Buenos Aires en 1974, contre le démocrate-chrétien Leighton à Rome en 1975, contre Letellier, ministre des Affaires étrangères de l’Unité Populaire, à Washington en 1976 ; et surtout avec le plan Condor qui coordonna la lutte anti-marxiste de tous les régimes dits de sécurité nationale en Amérique du Sud.

5 La CODEPU a eu un rôle pionnier dans la mobilisation de l’opinion internationale, notamment en s’affiliant peu après sa naissance à des organisations telles que la Fédération Internationale des Ligues des Droits de l’Homme ou l’Organisation Mondiale contre la Torture. Sur cette association, on consultera avec profit le site : www.codepu.cl.

6 On trouvera de stimulants éléments de comparaison avec le cas sud-africain dans Cassin et alii.

7 Sur les textes de lois et traités internationaux sur lesquels s’est appuyée l’inculpation, cf. Rojas (1999).

8 Interview donnée au documentariste chilien Patricio Guzmán, El caso de Pinochet, 2001 (co-production espagnole, française, chilienne et belge).

9 Le recours à la Seconde Guerre mondiale et l’analogie plus ou moins implicite Pinochet-Hitler est un topos des articles militants de Sepúlveda. Ainsi dans El Pais le 16 novembre 1998 : « en 1987, le ministre du Travail allemand (…), en visite au Chili, se vit obligé de saluer Pinochet. Le tyran l’accueillit par une de ses infâmes énormités typiques : « l’histoire allemande a été beaucoup faussée. Six millions de Juifs ne sont pas morts dans les camps de concentration ; il n’y a eu que quatre millions ». Le ministre allemand rajusta des lunettes et répliqua : « une seule victime aurait suffi à la condamnation universelle » (Sepúlveda, 2003 : 29).

10 Sepúlveda écrit dans El Pais le 19 octobre 1998, trois jours après l’arrestation de Pinochet : « Pinochet doit être extradé dans les pays où il a des procès en attente, tout comme doivent être extradés Milosevic, Mladic et tous les criminels de guerre de l’ancienne Yougoslavie » (Sepúlveda, 2003 : 24).

11 La levée de l’immunité du général Pinochet repose sur le fait que la loi d’amnistie de 1978 s’applique aux crimes, mais pas au délit permanent de séquestration que l’on applique alors au cas des disparus.

12 Estudio Nacional de opinión pública, n° 9 (Tercera Serie, avril-mai 1999), Santiago, Centro de Estudios Públicos, 1999, p. 68.

13 Rappelons qu’en juillet 2002, après une longue saga d’expertises médicales, Pinochet renonça au poste de sénateur à vie qui lui garantissait une complète immunité au Chili après avoir reçu l’assurance de la justice chilienne qu’il ne serait pas jugé en raison de son état de « démence légère ».

14 « Histórico acuerdo pone fín a los senadores designados y vitalicios. Alianza y Concertación sellaron pacto que cambia la Constitución y restituye facultad presidencial de remover a los jefes castrenses », La Tercera, 7 octobre 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Compagnon, « L’affaire Pinochet. La démocratie chilienne dans le miroir de la justice »Cahiers des Amériques latines, 46 | 2004, 49-61.

Référence électronique

Olivier Compagnon, « L’affaire Pinochet. La démocratie chilienne dans le miroir de la justice »Cahiers des Amériques latines [En ligne], 46 | 2004, mis en ligne le 13 août 2017, consulté le 03 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/cal/7649 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.7649

Haut de page

Auteur

Olivier Compagnon

Université de Paris III – Sorbonne Nouvelle, Institut des Hautes Études de l’Amérique latine – CREDAL.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation des Amériques
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search