Navigation – Plan du site

AccueilNuméros46ÉtudesLa protection de la forêt tropica...

Études

La protection de la forêt tropicale à l’heure de l’intégration : de la transformation des sols à la transformation des paysans

Carmen Pedroza
p. 115-132

Résumés

Cet article rend compte d’une recherche sur la gestion des forêts tropicales au Mexique et sur les effets de la mise en place de politiques de développement dans ces territoires. Nous prendrons en compte l’évolution des politiques de conservation des ressources naturelles, ainsi que celles du développement par rapport aux changements globaux. L’exemple étudié est celui de Calakmul, dans l’État du Campêche, au Mexique. Il s’agit d’une aire naturelle protégée considérée comme la plus grande et comme parmi les plus importantes du pays pour sa biodiversité et ses zones archéologiques.

Haut de page

Texte intégral

1 Les notions de développement et de sous-développement ont été intégrées au discours politique pendant les années 1960. Au cours des années 1970, c’est la destruction des ressources naturelles qui apparaît comme nouvelle préoccupation majeure et qui conduit à la prise en compte des mesures de protection et de conservation de l’environnement. Ainsi, la notion de la protection du « capital naturel » et celle du bien être des habitants de la planète sont introduites dans la conception moderne du développement. Ce nouveau type de développement dépend de la façon dont on utilise les capitaux humains et naturels en relation avec les changements qui se produisent dans le système international. Autrement dit, les transformations conceptuelles qui se réalisent actuellement au niveau mondial sont le résultat des pratiques économiques, sociales et internationales qui ont leurs origines dans les pays du premier monde : flux d’information, flux de capitaux, de politiques, d’idées, d’images, de nouvelles technologies et de régulations (Morales Cano, 1999 : 70).

  • 1 Dans la langue maya signifie deux collines.

2Le Mexique des années 1970 a connu de profondes mutations en poursuivant un modèle propre de développement économique. La mise en place de politiques de développement comprenait des projets de grande échelle, comme ceux concernant la colonisation des régions tropicales. Les politiciens, plus particulièrement, pensaient que cet écosystème constituait une sorte d’or vert, un espace sans limites de production, aux ressources inépuisables. Ce fut, dans les régions tropicales, le moment de la plus forte colonisation agricole, alors que se poursuivait la réforme agraire engagée plus d’un demi-siècle auparavant par la révolution mexicaine (1910-1921). Au même moment, dans le centre du pays, de nombreux paysans se trouvaient sans terre et sans travail en raison de l’accroissement démographique et des problèmes liés à la reconversion des unités de production. La forêt tropicale apparaissait alors comme un territoire à coloniser parce que faiblement peuplé et inutilisé. Les politiciens ont surtout envisagé la forêt comme un espace et les paysans comme des outils offrant des avantages potentiels pour le secteur financier : ils étaient perçus comme des instruments de production, sans aucune vision à long terme de la conservation des ressources naturelles. Les transformations des politiques de développement, les modifications des usages de la forêt tropicale et les changements de vie des paysans sont le résultat de cette recherche permanente du développement économique. Calakmul, région perdue dans la forêt tropicale mexicaine illustre l’émergence de ces politiques du développement. Son appartenance au domaine tropical et sa faible densité de population ont attiré la colonisation agricole définie dans le cadre des plans de développement des années 1970. Calakmul est devenue à la fois aire naturelle protégée, municipalité autonome et zone archéologique (du fait de la présence de nombreuses ruines mayas). Le but de ce travail est de décrire brièvement le contexte de la protection et de la conservation des ressources naturelles dans les politiques de développement au Mexique. Nous analysons comment et jusqu’à quel point les différents choix de « développement » proposés par les plans et les politiques publiques ont conduit à la transformation des ressources naturelles, tout en agissant sur les groupes sociaux intégrés dans ces processus. Ainsi, verrons-nous tout d’abord l’évolution de la préservation des ressources naturelles au Mexique, pour ensuite décrire les modalités de la création de Calakmul1 et analyser le rôle des ONG et des institutions dans cette transformation. Enfin nous nous intéresserons aux modalités de « l’intégration » du Calakmul à l’économie nationale et internationale.

La conservation de l’environnement au Mexique

  • 2 Ejido : Structure agraire introduite par la Révolution et la loi de réforme agraire. Très progress (...)
  • 3 Selon José de la Gala, le directeur de la RBC, il y a seulement un tiers des ANP avec de budget et (...)

3Au XXe siècle, le Mexique a connu plusieurs tentatives de conservation du milieu naturel, notamment celles réalisées par Miguel Angel de Quevedo (1862-1946). Selon l’historienne Lane Simonian (1995), Quevedo fut l’auteur de chaque initiative de conservation forestière entre 1900 et 1946. Il développe d’abord ses idées pour la Junta Central de Bosques (Comité consultatif de forêts) et, à partir de 1935, il travaille à la gestion des ressources naturelles pour le gouvernement mexicain au sein du nouveau Departamento Autonomo forestal de caza y pesca (Département autonome forestier de chasse et pêche). C’est à cette époque que furent créés plusieurs parcs naturels et zones de protection, faisant passer 30 % du territoire national sous une mesure de protection légale. Cependant, cette vision de conservation et d’aménagement de l’environnement a pris fin. Aussi, les années 1960 et 1970 se caractérisent-elles par un manque flagrant de politiques de conservation et par l’exploitation irrationnelle de la forêt et des ressources naturelles, en général. À partir de 1964, l’administration fédérale abandonne la politique de conservation de l’environnement. Cette situation s’est exacerbée entre 1970 et 1976 (De la Maza, 2000 : 15). Au lieu de poursuivre la conservation et la protection des ressources naturelles, les politiques du développement ont au contraire causé des dégâts sur l’environnement, par le biais, par exemple, de la mise en place du programme national de déboisement ou encore à cause des coûteux et inutiles efforts pour transformer quelques écosystèmes tropicaux (Villalobos, 2000 : 3). Il y a eu ici un manque évident de cohérence des autorités de la Reforma Agraria (Reforme Agraire). Une grande partie du territoire national, placée sous la protection de décrets présidentiels, a été découpée en ejidos2, sans considération de son régime de protection, et sans transformer le texte de protection en une loi d’exploitation (De la Maza, 2000 : 13). Ces transformations se sont faites au nom de la production, sans prendre en compte les différences entre les écosystèmes et en appliquant à la forêt tropicale des principes adoptés dans la partie tempérée du centre du pays. Il faut attendre les années 1980 pour que les soucis de conservation environnementale et les aires protégées réapparaissent, grâce à la modification des lois de protection et des décrets établis (tableau n° 1). Cependant, jusqu’en 1994, les décrets présidentiels sur les aires naturelles protégées sont restés lettre morte. La déforestation, l’extraction illégale des espèces, l’invasion des terres protégées se poursuivent. En fait, il n’y avait pas encore de vraie gestion des ressources naturelles et aucun budget pour le personnel administratif ou de surveillance de l’environnement n’avait été assigné. C’est seulement à partir de 1994 que les aires naturelles protégées commencent à faire l’objet de décrets d’application, mais aussi d’actions de protection, de conservation et de restauration. Des budgets, de même que des structures de personnel pour travailler dans la gestion et la surveillance sont créées, et des accords sont signés avec des organismes internationaux. Actuellement, là où des aires protégées existent, avec une infrastructure opérante3, l’amélioration de la gestion des ressources naturelles a été possible. Toutefois, même si les aires naturelles protégées ont progressé pour devenir des niches protectrices de l’environnement, elles n’assurent pas encore la survivance des espèces car les surfaces ne sont pas assez vastes. Les progrès dans le domaine de la conservation continuent cependant, avec la création d’institutions et la production de lois pour la gestion et protection des ressources naturelles (tableau n° 1), comme le prouve la Réserve de la Biosphère de Calakmul.

La réserve de la biosphère de Calakmul

  • 4 El palo de tinte : c’est une espèce de légumineuse (Haematoxylum campechianun). De cette plante so (...)
  • 5 Voir : Justo Sierra, Carlos, 1998, Breve historia de Campeche, FCE - COLMEX, Mexique.

4L’État du Campêche est un de trois États de la péninsule du Yucatán qui partage la forêt Maya avec ses voisins du Chiapas, du Guatemala et du Belize. Cette forêt a été à l’origine du développement de la culture et de la grande civilisation Maya. Les Mayas ont pratiqué une utilisation intensive des sols et ont déboisé une partie importante de la forêt. Après leur déclin (900 à 1 200 ap. J.-C.) la recrue forestière a été importante, surtout au sud de Campêche, une région très peu peuplée. L’histoire du Campêche est intimement liée à l’histoire de sa forêt et de ses ressources naturelles. Son économie a été soutenue par quatre produits principaux : l’exploitation du bois (palo de tinte4, 1565-1914 ; acajou ; cèdre du XVIe siècle jusqu’à aujourd’hui), le chicle (1890-1960 chewing-gum naturel), la pêche (de 1971 jusqu’à aujourd’hui) et le pétrole (de 1961 jusqu’à aujourd’hui)5. La situation de la forêt, l’économie et le bien être des habitants du Campêche dépendent donc des modalités d’exploitation des ressources naturelles et de leur mise sur le marché. De ce point de vue, les priorités de développement ont varié selon les périodes. Par exemple, à l’époque où le marché international demandait du chicle (1890-1960) l’État du Campêche est devenu le premier exportateur de ce produit et la forêt a dû répondre à cette demande. Quand le chicle synthétique a été mis sur le marché, la production locale a enregistré une chute qui a beaucoup affecté l’économie et le niveau de vie des habitants. Le même scénario s’est reproduit avec le palo de tinte et l’exploitation du bois.

Tableau n° 1 : La protection de l’environnement dans la Constitution

Tableau n° 1 : La protection de l’environnement dans la Constitution

Sources : Brañes, Raúl, 2000, Manual de derecho ambiental mexicano, Fundación mexicana para la educación ambiental, Fondo de Cultura Económica, México

5La municipalité du Calakmul qui comprend la Réserve de la Biosphère de Calakmul (RBC) et une zone archéologique, se situe au sud du Campêche (carte n° 1). La forêt tropicale, perçue comme un écosystème propice aux activités agricoles, était très peu peuplée. C’est pour cette raison que la région de Calakmul a été retenue pour la mise en œuvre des plans de colonisation agricole. Calakmul a alors connu plusieurs vagues de colonisation. La première phase de colonisation est intervenue lors de l’apogée de l’exploitation du chicle (1930). Une seconde période fut celle des ejidos forestiers (1940). La troisième, au cours des années 1970, correspond à la colonisation la plus importante en termes numériques, avec l’arrivée d’individus provenant de plus de 24 États du pays. On se retrouve alors dans la région avec une grande variété ethnique et une grande diversité des techniques du travail.

  • 6 Les réserves de biosphère sont des aires portant sur des écosystèmes terrestres et côtiers qui vis (...)
  • 7 Selon le plan de gestion de la réserve de Calakmul (INE, 1999) il y a plus de 6 250 structures arc (...)

6Depuis le 23 mai 1989, par décret présidentiel, Calakmul est devenue une Réserve de la Biosphère, la plus grande aire protégée de forêt tropicale dans le pays. Calakmul s’étend sur 723 184 hectares et comprend deux zones centrales et une aire de transition (photographie n° 1). Les zones centrales sont des zones de conservation. La zone de transition est le lieu dévolu aux activités humaines. Dans chaque zone, il y a des niveaux différents de protection et d’action de conservation. Les zones centrales font l’objet de plus de restrictions que la zone de transition. À ses débuts, la RBC, comme la plupart des zones protégées, n’avait d’existence que sur le papier. Ce n’est que lorsque les ONG ont commencé à intervenir et quand le gouvernement a montré plus d’intérêt pour la conservation des ressources naturelles que la RBC est devenue une zone protégée avec des plans de conservation, de protection et de récupération. Ainsi, en 1993 la Réserve de Calakmul a été inscrite dans le cadre du programme « The man and the Biosphere » de l’UNESCO6. Cette prise en compte comme « réserve de la biosphère » correspond à une approche nouvelle qui vise à conserver l’environnement en intégrant les populations locales dans la gestion et dans le processus de conservation des ressources naturelles. En 1997 le gouvernement a créé la municipalité du Calakmul (carte n° 1), pour faciliter l’application des mesures de protection sur l’environnement et sur la réserve même. Au mois de juin de l’an 2002, la zone archéologique de Calakmul au sud-ouest de la municipalité fut déclarée Patrimoine Culturel de l’Humanité par l’UNESCO, car Calakmul constitue aussi une des plus importantes zones archéologiques de la culture Maya7. Cependant, malgré les progrès administratifs et la reconnaissance de son importance biologique et archéologique au niveau international, la Réserve comprend des habitants dans son périmètre, alors que théoriquement, d’après le gouvernement, il ne devrait pas y en avoir, surtout dans les zones centrales.

Carte n° 1 : La municipalité de Calakmul

Carte n° 1 : La municipalité de Calakmul

7Les paysans de la zone centrale nord et de quelques ejidos autour de la Réserve sont arrivés à Calakmul au début des années 1970, avant la création de la réserve. Or, selon les personnes qui travaillent dans la gestion et la surveillance de la réserve, au moment de sa création, le gouvernement voulait laisser les communautés en dehors du périmètre. Mais, à l’époque, toutes les délimitations de la Réserve ont été faites manuellement, sans la technologie de précision dont on dispose aujourd’hui. C’est pour cela que la réserve a pris la forme d’un polygone très irrégulier et que son périmètre touche ou comprend une partie des terrains des ejidos ou des propriétés privées qui étaient déjà établis. Le gouvernement a essayé de déplacer des paysans, mais le régime de propriété foncière privée lui complique la tâche. Par ailleurs, si certains paysans utilisateurs des ejidos ont accepté d’être déplacés, d’autres n’ont pas voulu prendre de risques. Cet imbroglio foncier est expliqué par le fondateur d’une communauté dans la zone centrale nord, de propriété privée : « … les titres de propriété foncière sont arrivés lorsque la réserve commençait à être délimitée, mais il y avait quelques paysans qui détenaient déjà les leurs. Finalement tous les titres ont été accordés, parce que nous étions les premiers arrivés. Nous avons fait savoir à la Réserve que cette partie du territoire est une propriété privée et qu’il [le gouvernement] ne pouvait pas nous déplacer ailleurs. Alors la réserve a agi en sachant que nous étions là parce que Mexico [le gouvernement fédéral] le lui avait déjà dit » (Gonzalo Mandujano, février 2003, 25 ans dans la région, chef et fondateur de la communauté Bel-Ha). Un autre problème de la région de Calakmul réside dans le tracé de la frontière entre l’État du Campêche et l’État de Quintana Roo. À l’origine, la péninsule du Yucatán ne formait qu’une région. Campêche devient un État en 1862 et ce n’est qu’en 1922 qu’intervient la délimitation entre le Yucatán, le Campêche et le Quintana Roo. Le point d’intersection entre les trois correspond à une ancienne hacienda appelée « Put ». En 1931, l’État de Quintana Roo était supprimé et son territoire rattaché à l’État du Campêche. En 1935, l’État de Quintana Roo a été reconstitué et, en 1940, un accord est intervenu pour définir de manière claire les municipalités qui constituent le Campêche. Cependant jusqu’à aujourd’hui, le gouvernement du territoire qui est devenu à partir de 1975 l’État de Quintana Roo continue à réclamer la redéfinition du point « Put » et donc une partie du territoire.

Photographie n° 1 : La zone centrale au sud de la Réserve de la Biosphère de Calakmul ou se trouve la zone archéologique de Calakmul la plus importante de la réserve

Photographie n° 1 : La zone centrale au sud de la Réserve de la Biosphère de Calakmul ou se trouve la zone archéologique de Calakmul la plus importante de la réserve

© Neyra Sylva

8Ces désaccords ont des répercussions sur les programmes de développement régionaux, en particulier pour l’administration et pour la répartition du budget assigné à la réserve et aux communautés qui sont dans la zone limitrophe. Il arrive que les États prennent des décisions différentes quant à l’utilisation des sols et des ressources de cette partie de la réserve. Les communautés qui sont dans la zone de conflit peuvent recevoir des ressources économiques de chaque État, mais elles peuvent aussi être soumises à des politiques de planification différentes. Le chef d’une de ces communautés l’explique : « Je pense que le problème de la définition de la frontière affecte toutes les communautés qui sont dans la zone de conflit, parce que les deux gouvernements ont fait des travaux depuis quelques années, mais nous ne savons pas auprès duquel faire remonter nos demandes, parce que nous ne savons pas encore auquel nous sommes rattachés » (Pedro Contreras Virgen, février 2003, 26 ans dans la région, éleveur du bétail et chef de l’ejido, Santa Rosa).

  • 8 À partir de 1980 il y a des statistiques plus précises par rapport aux communautés plus importante (...)

9La région se caractérise aussi par des mouvements migratoires constants. Ainsi, dans les années 1970, quand les premiers paysans sont arrivés et ont essayé de s’installer, ils n’ont pas reçu toute l’aide indiquée dans les plans gouvernementaux et les décrets présidentiels de colonisation. Ils ont rencontré beaucoup de difficultés pour s’installer et ont dû défricher la forêt et construire leurs maisons. Certains sont repartis en raison des conditions de vie trop difficiles (approvisionnement en eau, absence de services), et du manque de soutien du gouvernement. Actuellement, arrivées et départs continuent. La population des ejidos augmente même s’il y a déjà des paysans qui ont commencé à partir travailler aux États-Unis. Cependant, à part les témoignages des paysans qui sont restés, il est difficile de connaître les conditions de l’immigration et l’émigration aux débuts de Calakmul, parce que la division administrative du territoire a changé et qu’il n’y a pas de registres précis de chaque communauté à Calakmul entre 1970 et 19808. À partir du moment où Calakmul devient municipalité, les registres sont plus clairs et ils montrent une croissance de la population importante (en 1995, 18 871 habitants et en 2000, 23 163 habitants). Les paysans en témoignent : « Un an après être arrivés dans la réserve, nous sommes allés à Campêche et le gouverneur nous a dit : « ne rêvez pas, il n’y aura de route pour là-bas ». Sa réponse nous a déçus. On l’a alors interrogé sur les textes du journal officiel et sur le décret présidentiel qui parlent de mécanisation, d’eau potable, d’électricité, et d’écoles. « Non, non, non, ne rêvez même pas » nous a-t-il encore répondu. Il y a à peine 10 ans que le gouvernement a commencé à parler d’une route… » (Pedro Contreras Virgen, février 2003, 26 ans dans la région, éleveur du bétail et chef de l’ejido). « Tous sont retournés. Sur 43, 39 sont repartis, parce qu’ils n’ont pas aimé. Parce que, regardez, il n’y a pas une rivière, il n’y avait pas de route, il n’y avait pas de commerce jusqu’au Xpujil » (Antonia Valenzuela Carrillo, mars 2003, 20 ans dans la région, agricultrice et fondatrice de la communauté, Ley de Fomento Agropecuario).

10En ce qui concerne les activités économiques, lorsque les paysans sont arrivés, ils coupaient la forêt selon leurs besoins. Ils étaient arrivés avec l’idée de développer l’élevage et de pratiquer l’agriculture. Cependant, l’élevage a été un échec pour plusieurs raisons : le manque d’eau, des races de bétail mal appropriées au climat et au type de terrain, les connaissances insuffisantes des éleveurs sur cette activité. Des infrastructures ont été réalisées et des déboisements ont été opérés, mais, par manque de marché, l’activité a été abandonnée. Parallèlement, les paysans semaient du maïs et des haricots (photographie n° 2), parce que ces plantes correspondaient à leur régime alimentaire, mais aussi parce que c’était la condition pour recevoir des subventions du gouvernement. Les ONG et les paysans disent que la création de la RBC fut une surprise. À Calakmul, à l’origine, le décret a été appliqué sans aucun accord, dans un climat de colonisation. Pour certains nouveaux venus, comme les fonctionnaires et quelques agriculteurs venus des autres régions du pays, il y avait une certaine incompréhension culturelle de ce qu’est la forêt tropicale. Il y avait aussi tellement d’intérêts tissés à l’intérieur et à l’extérieur des institutions et des industries qui exploitaient les bois que la mise en réserve de la forêt ne leur semblait même pas envisageable (Boege, 2000 : 3).

11Les points de vue des habitants par rapport à la réserve sont assez variés et dépendent aussi de la position géographique de l’ejido par rapport à la zone protégée. Il y a des habitants qui ne savent même pas si leur communauté est ou non intégrée à la réserve. Dans la zone centrale nord il y a seulement une propriété privée, Bel-Ha avec une superficie de 7 800 ha et un ejido, Dos Lagunas Norte, avec une surface de 5 683 ha. À eux deux, ils occupent 9 % de la zone centrale nord qui couvre 14 7915 ha. À ceux qui habitent dans la zone centrale nord, on a demandé s’ils sont affectés par la réserve ou s’ils ont eu des problèmes avec elle. Don Gonzalo répond : « ce qu’on a fait, c’est que nous nous sommes adaptés aux dispositions de la Réserve de la biosphère. Si ce que la Réserve cherche, c’est de protéger la forêt de tout, de l’abattage, du feu, c’est ce que nous cherchons aussi. Même avant la réserve, c’était notre accord que personne ne coupe les grands arbres, seulement sa zone du travail » (Gonzalo Mandujano, mars 2003, Fondateur de la communauté et leader politique de Bel-Ha). De son côté José Luis Balam pense que : « Les difficultés commencent principalement quand il s’agit de couper les arbres âgés de quatre à cinq ans, au plus. Ils ne veulent pas que nous coupions même une petite branche pour la maison ou nos utilisations quotidiennes, dans le but de faire attention et de conserver la forêt. C’est là que commencent les difficultés avec eux… » (José Luis Balam, mars 2003, agriculteur et éleveur du bétail, Bel-Ha).

Photographie n° 2 : Paysage rural de Calakmul : champs de maïs gagnés sur la forêt

Photographie n° 2 : Paysage rural de Calakmul : champs de maïs gagnés sur la forêt

© Carmen Pedroza.

12Cet argument concerne les restrictions imposées par le plan de gestion de la réserve et la loi forestière. Elles interdisent, par exemple, les déboisements d’une façon extensive, l’abattage des arbres ayant plus de 5 ans parce qu’ils sont déjà considérés comme forêt. Puisque les pratiques de l’agriculture itinérante doivent se faire selon ces critères, il n’est plus possible de déboiser. Dans le cas contraire, les paysans peuvent être condamnés à la prison, comme cela s’est déjà produit. En fait, les paysans sont arrivés pour mettre en culture des terres et faire tout ce qu’ils voulaient. La plupart des membres des ejidos n’ont reçu ni allocation ni aide pour l’aménagement : ils s’en sont sortis seuls. Ils ont dû adapter leur existence aux nouveaux milieux naturels et aux conditions de vie dans la forêt. C’est sans aucune concertation que la réserve a été mise en place. Les paysans ont dû s’adapter à elle. Maintenant, ils sont contraints de chercher une façon de s’intégrer à l’économie nationale et, par voie de conséquence, à une économie d’ouverture. Ils doivent se réadapter et trouver le moyen de subsister dans le cadre d’un nouveau modèle de développement. La réserve ne commence qu’aujourd’hui à mettre en œuvre des actions de développement rural et de conservation de la nature, au moment même où d’autres institutions développent ce type d’action – au premier rang desquelles les ONG, qui ont en particulier aidé le gouvernement à mettre en place des projets sociaux.

La réserve, Pronatura, les gens et les institutions

  • 9 ONG qui travaille en partenariat.

13Pronatura Péninsule de Yucatán A. C. semble être l’ONG la plus importante de la région. Elle a contribué d’une manière significative à la formation et à la consolidation de la Réserve de la Biosphère du Calakmul. Elle a développé toutes ses actions dans différents programmes, parmi lesquels « Parcs en danger » semble le plus important. Grâce à celui-ci, Pronatura (en collaboration avec The Nature Conservancy9) a mis en place un plan d’appui institutionnel et d’infrastructure pour la réserve. Avec l’aide de The World Wild Life Found (WWF), les actions se sont concentrées sur des programmes intégrés (Conservation et Développement). Avec les paysans des ejidos qui entourent la réserve, ces organismes ont développé des programmes d’aménagement du territoire, d’éducation environnementale ainsi que des réflexions sur la planification écologique et sur les processus qui menacent la biodiversité. Tous ces programmes ont été mis en œuvre avec l’idée que, sans la participation des paysans, la sécurité de la Réserve serait mise en danger (Boege, 2000 : 25).

  • 10 Entretien personnel avec l’actuel directeur de le RBC.

14L’objectif central était de stimuler les technologies durables pour la gestion de la biodiversité dans un cadre socialement accepté et économiquement viable, afin que les communautés ne détruisent pas la forêt tropicale. D’autre part, le programme cherche aussi à assurer l’alimentation des paysans et l’amélioration de leur situation socio-économique. Pronatura a commencé à travailler dans la région en 1988. Le premier directeur de la réserve est nommé en 1992 (1992-1995), soit quatre ans après la parution du décret (1989) portant la création de la réserve. Au cours de cette période, la réserve appartenait à deux municipalités, Hopelchén et Champotón. Comme il n’y avait pas une représentation de l’autorité locale dans la région, le directeur de la réserve représentait la plus haute autorité10. Il a tout de suite commencé à travailler avec les communautés et à construire des infrastructures (chemins, services). Tout le budget fédéral destiné à la région, soit pour la réserve soit pour la construction des infrastructures, passait par l’administration de la réserve et ce, jusqu’à la création du municipe.

15À partir du moment où Calakmul devient municipalité (1997) son budget est géré par le président municipal (maire) et celui de la Réserve par son directeur. Le récent gouvernement municipal dispose d’un tout nouveau département d’écologie, mais il manque d’infrastructures et de ressources. La plupart des activités engagées par ce département sont dès lors limitées à l’éducation environnementale et concernent seulement les communautés les plus proches. En effet, le personnel municipal chargé de ces activités ne peut pas se déplacer dans tous les écarts qui dépendent de la municipalité, en raison de l’insuffisance des transports. Même si quelques programmes de reforestation ont été engagés, les autorités municipales n’ont pas encore la capacité de réaliser des activités d’inspection ou de gestion des ressources naturelles.

  • 11 Voir Programa de Manejo de la Reserva de la Biosfera de Calakmul, SEMARNAP, 1999.

16En 2004, la structure administrative de la réserve comprend le directeur, un coordinateur opérationnel, deux chefs de projet et plusieurs assistants administratifs. Le personnel opérationnel comprend un spécialiste, un inspecteur écologique, quatre techniciens de terrain et onze surveillants écologiques11. Cependant, eu égard à sa taille, la réserve manque d’infrastructures, de locaux et de personnel pour la surveillance. Peut-être aussi faudrait-il envisager une façon différente de communiquer entre les autorités locales et les habitants de Calakmul, parce que ceux-ci n’arrivent pas à identifier le rôle et les objectifs de chaque institution qui exerce son influence sur leur territoire (la Réserve, les ONG et le gouvernement local). En effet, quand Pronatura a commencé à mettre en place les premières expériences de participation, la confrontation des attentes des paysans avec la réalité a provoqué des difficultés. Au moment de développer les projets, les paysans, et peut-être Pronatura même, ne connaissaient pas les limites de chaque projet. Cela a pu donner de faux espoirs aux habitants, qui se sont mis à rêver sans tenir compte de la réalité. Rapidement, les agriculteurs ont commencé à perdre leurs illusions et cette situation a produit un dévoiement des objectifs du projet. Par ailleurs, Pronatura a développé des programmes avec le gouvernement, ce qui a conduit beaucoup de paysans à penser qu’il s’agissait d’une institution gouvernementale.

17Le gouvernement municipal et la Réserve ont chacun des responsabilités dans leur domaine propre. La Réserve s’attache à la protection de la nature et la municipalité administre et gère les populations et les ressources économiques. Cependant, les deux organismes travaillent avec les habitants de la région pour la gestion des ressources naturelles. La réserve assure des fonctions de surveillance, de conservation et de protection des ressources naturelles à l’intérieur même et sur le pourtour de la réserve, en accord avec les communautés. La mairie, de son côté, avec son département d’écologie, développe un rôle d’acteur dans la protection des ressources. Normalement, le directeur de la réserve participe toujours à toutes les réunions organisées par la municipalité ou les ONG. C’est pour cela que les habitants de Calakmul ont des difficultés à situer les limites et les responsabilités de chaque institution. Pronatura a aussi influencé les activités de développement dans la région de Calakmul. Elle a beaucoup travaillé avec le gouvernement pour développer l’infrastructure et favoriser la mise en marche des activités de la réserve. Elle participe à presque tous les projets de développement, soit comme invitée pour donner son opinion, soit comme partenaire. En outre, la plupart des personnes qui sont chargées des postes de gestion de l’environnement ont travaillé avec Pronatura : c’est par exemple le cas du directeur de la réserve et du chef du département d’écologie de la municipalité. Il apparaît dès lors indispensable de redéfinir les rôles joués par chaque acteur dans les différents scénarios.

18Le gouvernement et les ONG ont centré leur attention sur la conservation de la forêt. Ils réfléchissent à des activités paysannes compatibles avec l’environnement. Mais une production agricole respectant la conservation de la forêt ne suffit pas : il faut aussi concevoir des activités commerciales ou des activités économiques pour assurer un revenu et, par conséquent, un bon niveau de vie des paysans. En ce qui concerne les transformations actuelles des paysans et du territoire, les ONG et le gouvernement prennent en compte les aspects environnementaux, mais ils oublient finalement que, pour améliorer le niveau de vie des habitants, ils doivent trouver des liens avec le marché national et international. Or, le marché national et ses liens avec le contexte international affectent directement l’économie de Calakmul, préservation de la forêt et le bien être de ses habitants.

Le marché et l’absence de marché

  • 12 Programme des subventions pour les agriculteurs de la part du gouvernement mexicain.

19La région de Calakmul, à la fois réserve, zone archéologique et municipalité, essaie de se transformer pour s’intégrer dans un contexte national qui dépend d’un marché et d’un contexte mondial. À Calakmul les paysans se sont installés pour produire du maïs (photographie n° 3), des haricots et faire de l’élevage de bétail. Ils ont commencé à recevoir l’aide accordée par le Procampo12 pour chaque hectare planté de maïs. Procampo visait à stimuler l’augmentation de la production de maïs. Cependant, avec l’ouverture au commerce mondial, la protection du marché du maïs a été supprimée et, entre 1993 et 1999, les importations de cette plante ont augmenté de 3 500 % (Calvillo Unna, 2001 : 282). À partir de son adhésion au GATT, en 1986, et après son entrée dans l’Alena en 1994, le Mexique a mis en place une des économies les plus ouvertes du monde, alors qu’il avait jusqu’alors une des économies des plus fermées. Tous les changements réalisés dans le marché national, en liaison avec le système international, sont en train de montrer leurs effets. Un des secteurs les plus touchés a été le secteur rural et, par voie de conséquence, il y a eu un impact négatif sur les ressources naturelles. La liaison entre le secteur rural et les ressources naturelles est évidente, surtout au Mexique où 80 % du territoire forestier appartient aux communautés rurales, soit sous le régime ejidal, soit sous le régime de la petite propriété privée.

  • 13 Zorrilla Ornelas considère comme rurales les communautés de moins de 15 000 habitants. En revanche (...)

20Par ailleurs, la population rurale est très importante au Mexique. Selon l’Institut national de statistique, en 2000, elle était de 24,65 millions, mais selon Zorrilla Ornelas (2003) elle atteignait 37,8 millions13. C’est 39 % de la population qui est encore rurale si on considère le nombre d’habitants, mais aussi les services fournis dans les villes. Malgré son importance et sa présence sur le territoire, la population rurale n’est pas prise en compte dans les politiques agricoles choisies par « l’ouverture commerciale ». Tout montre même que ces politiques ont été conduites pour faire disparaître ce secteur comme sujet productif (Calvillo Unna, 2001 : 281). Le contexte national n’est pas très optimiste pour les campagnes mexicaines. En règle générale, l’ouverture du marché représente un grand risque pour les petits et les grands producteurs agricoles, surtout pour ceux qui cultivent des produits qui sont très subventionnés. Par exemple, les importations de maïs des États-Unis ont excédé la quote-part des importations sans tarif officiel de l’Alena. En même temps, les prix nationaux ont chuté au niveau des prix internationaux. Malgré cela, la production totale du maïs au Mexique a été soutenue et, dans quelques cas, elle a même augmenté (Calvillo Unna, 2001 : 282).

Photographie n° 3 : Un paysan récolte le maïs, base de son alimentation

Photographie n° 3 : Un paysan récolte le maïs, base de son alimentation

© Carmen Pedroza

  • 14 Il parle de l’état du Quintana Roo parce que c’est une communauté qui se trouve dans la zone limit (...)

21Le maïs a toujours été une des cultures les plus importantes mais, maintenant que les subventions ont beaucoup diminué, que les prix du marché mondial ont chuté et que les importations ont augmenté plus que prévu, le coût de production n’est plus tenable. Il coûte plus cher de produire un hectare de maïs que de l’acheter. Même les grands producteurs de maïs de Sinaloa n’ont pas pu commercialiser 200 000 tonnes de maïs en 2000 (Calvillo Unna, 2001 : 284). Si c’est ainsi pour les grands producteurs, que reste-t-il à espérer pour les petits producteurs et notamment pour ceux de Calakmul ? Pronatura pense que l’insertion de la région de Calakmul dans un circuit économique plus vaste est peu probable parce qu’elle n’a pas encore trouvé dans le marché des niches capables de mettre en valeur son exceptionnelle relation avec la biodiversité, même dans un processus de développement et de conservation (Boege, 2000 : 25). C’est ainsi que les paysans de Calakmul n’hésitent pas à affirmer que : « Nous avons beaucoup de regrets, parce que nous avons fait confiance à l’État de Quintana Roo14 en pensant que les terres seraient meilleures et nous sommes venus. À Tierra Blanca, dans l’État de Veracruz, un hectare de maïs normal sans engrais, sans beaucoup de pesticides, produisait 3 ou 4 tonnes. Ici c’est 700 ou 800 kg sans aucun engrais. Personne ne fertilise la terre parce que cela coûte très cher et que le prix normal de vente du maïs est trop bas. En plus, il n’y a pas de marché. Ici il n’y a personne qui achète une tonne de maïs, dans une épicerie, alors que là-bas à Tierra Blanca, je vendais par camions… ». « Je vous répète, à la campagne, s’il n’y a pas de marché pour vendre ce qu’on produit, l’agriculteur va être plongé dans la pauvreté toute sa vie, attendant toujours que le gouvernement lui donne de petites subventions » (Pedro Contreras Virgen, février 2003, 26 ans dans la région, éleveur de bétail et chef de l’ejido Santa Rosa).

22En plus du faible prix de vente des grains, la plupart des unités de production de Calakmul ne sont pas mécanisées ; elles manquent d’outils et de techniques pour améliorer, augmenter et/ou changer le type de production. En outre, la plupart des habitants de Calakmul sont des gens qui sont venus de différentes régions du pays : ils sont tout juste en train de découvrir le sol, ses caractéristiques et ses possibilités. Enfin, au-delà des capacités du sol et des techniques, les paysans ont besoin d’un système pour commercialiser leurs produits et d’un système de subvention efficace, comme celui des États-Unis ou de l’Union européenne. Ou alors, il faut trouver de nouvelles activités qui les aideront à s’intégrer dans les circuits économiques, en développant les secteurs qui leur permettraient d’entrer dans le marché sans gaspiller leurs ressources naturelles.

Conclusion

23Le gouvernement mexicain essaie actuellement de trouver des solutions à toutes les conséquences négatives nées d’une vision ancienne du développement, telles que la détérioration des ressources tropicales et/ou l’appauvrissement des populations rurales. Autrement dit, les anciens plans de développement ont conduit à des politiques qui ont eu pour résultat : « pain pour aujourd’hui… et faim pour demain » (Encarnación, 1992 : 52). Aussi, dans la perspective du « développement durable », affirme-t-on qu’il faut répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à satisfaire les leurs (Rapport Brudtland, 1997). Mais que considère-t-on comme besoins dignes d’être satisfaits ? Le marché international n’a pas encore défini ni les besoins ni les gens qui ont droits à ces besoins, ni aujourd’hui ni dans le futur.

  • 15 PINE = PIN-(Cag + Cdg).
  • 16 PIN (Produit interne net) = Produit national brut - l’épuisement des actifs économiques produits.

24Au Mexique, les changements et les transformations qui ont affecté les politiques de développement national n’ont pas encore réussi à créer une croissance économique et une stabilité sociale dans le secteur rural. Il semble qu’il manque surtout une redéfinition de la relation entre les besoins humains, les ressources naturelles, les politiques du développement et le système international. En outre, il ne faudrait surtout pas oublier qu’à l’extérieur des aires protégées, il y a aussi des ressources naturelles qui ont besoin de protection. Les efforts pour s’intégrer à une économie mondiale et mettre en place ce type de développement ne sont pas encore d’actualité pour Calakmul. Les paysans se posent la question de savoir quel sera leur avenir. Les mesures pour conduire au développement et à l’intégration semblent provoquer, momentanément au moins, une marginalisation plus marquée avec quelques-uns des secteurs socio-économiques de chaque région. Ceux qui ne peuvent pas s’intégrer maintenant restent de côté, mais pour combien de temps ? Jusqu’à présent, l’ouverture commerciale n’a pas montré d’effets positifs, ni sur le secteur rural ni sur les ressources naturelles. De fait, entre 1990 et 1999, l’aire forestière a diminué de 32 % à 28 % ; le prix des produits vivriers a augmenté de 257 % entre 1994 et 2002 ; le prix de la restauration des milieux écologiques dégradés du fait des activités humaines est estimé à 10 % du PIB15. Ce coût de la dégradation environnementale risque donc d’annuler les revenus de la croissance économique16.

25Pour les paysans de Calakmul, l’ère des transformations ne conduit pas encore à une ère de stabilisation. Ils ont commencé par affronter les difficultés liées au départ de leurs régions d’origine et à leur arrivée dans un endroit tout à fait inconnu. Ils étaient certains de trouver à Calakmul la chance d’avoir une terre, de pratiquer l’agriculture et d’améliorer leur niveau de vie. Dès leur arrivée, ils ont été surpris par les conditions difficiles du terrain, le manque de services, d’infrastructures et d’aides de la part du gouvernement. Ensuite, ils ont défriché la forêt pour pratiquer l’agriculture et l’élevage. Ils ont alors commencé à cultiver des plantes traditionnelles et tout ce qu’il fallait pour avoir droit aux petites subventions accordées par le gouvernement. Aujourd’hui, ils doivent encore changer. Ils doivent s’arrêter de déboiser pour protéger les ressources naturelles et chercher de nouvelles orientations agricoles, avec ou sans subventions, mais sans avoir accès à un marché où ils pourraient écouler leur production afin de s’assurer un revenu décent. Dans ce contexte, on peut donc se demander comment ils vont parvenir à concilier développement économique, intégration internationale et préservation de l’environnement.

2617 Cag = Coûts pour l’épuisement des ressources naturelles. Ce sont les estimations monétaires qui expriment le niveau d’utilisation ou d’épuisement des ressources naturelles.

2718 Cdg = Coûts pour la dégradation de l’environnement. Ce sont les estimations monétaires nécessaires pour restaurer la détérioration de l’environnement résultant des activités économiques.

2819 Source : INEGI 2002, Sistema de Cuentas Económicas y Ecológicas de México, 1995-2000, México.

2920 Voir « Los siete mitos sobre el TLCAN », en El Programa de las Américas del IRC, www.americaspolicy.org

Localisation de Cuzco, Pérou

Localisation de Cuzco, Pérou

Conception : Rey.

Haut de page

Bibliographie

Boege, Eckart et Fuentes, Tajín, 2000, Documentación y sistematización de 10 años de experiencia de ecodesarrollo y conservación de Pronatura Péninsule de Yucatán A.C. en Calakmul, Campêche, México ; USA-TNC.

De la Masa Elvira, Roberto, 2000, « Una Historia de las áreas naturales protegidas en México », En Biblioteca interactiva de medio ambiente. INE-SAMARNAT. 1995-2000. México.

Encarnación, Filomeno, 1992, « Conservacion en la amazonia », en Amazonia Peruana, Tomo XI, No. 21, pp. 49-72.

El Programa de las Américas del IRC, « Los siete mitos sobre el TLCAN », en www.americaspolicy.org.

Ericson, Jenny, Mark S. Freudenberg et Eckart Boege, 1999, Population Dynamics, Migration, and the Future of the Calakmul Biosphere Reserve, AAAS, USA-México.

INEGI, 1997, Division territorial del Estado de Campêche de 1810 a 1995, INEGI, México.

INEGI, 2001, Anuario Estadístico de los Estados Unidos Mexicanos 2000, INEGI, México.

Justo Sierra, Carlos, 1998, Breve historia de Campêche, FCE-COLMEX, Mexique.

Kuri Gaytán, Armando, 2003, « La globalización en perspectiva histórica », Comercio Exterior, vol. 53, Núm. 1, pp. 4-12.

Negrete, Gerardo, et Bosco, Gerardo, 2003, « El ordenamiento ecológico comunitario : una alternativa de planeación participativa en el contexto de la política ambiental en México », En Gaceta Ecologica del INE, No. 68, México.

Simonian, Lane, 1995, Defending the land of the Jaguar, a History of Conservation in Mexico, University of Texas Press.

Villalobos, Ileana, 2000, « Areas naturales protegidas : instrumento estratégico para la conservación de la biodiversidad », Gaceta Ecologica del INE, No. 54, México.

Zorrilla Ornelas, Leopoldo, 2003, « Las políticas mexicanas del desarrollo rural en el siglo XX », Comercio Exterior, Vol. 53, Núm 2, pp. 104-113.

Haut de page

Notes

1 Dans la langue maya signifie deux collines.

2 Ejido : Structure agraire introduite par la Révolution et la loi de réforme agraire. Très progressivement les terres des grands domaines furent distribuées en propriétés collectives dont les parcelles familiales, en usufruit, sont, jusqu’à la réforme de 1992 (art 27), inaliénables.

3 Selon José de la Gala, le directeur de la RBC, il y a seulement un tiers des ANP avec de budget et une structure opérante.

4 El palo de tinte : c’est une espèce de légumineuse (Haematoxylum campechianun). De cette plante sont extraites des teintures utilisées dans l’industrie textile européenne et elles ont été la production la plus importante pendant l’époque coloniale et jusqu’à la fin du XIXe siècle.

5 Voir : Justo Sierra, Carlos, 1998, Breve historia de Campeche, FCE - COLMEX, Mexique.

6 Les réserves de biosphère sont des aires portant sur des écosystèmes terrestres et côtiers qui visent à promouvoir des solutions pour réconcilier la conservation de la biodiversité avec son utilisation durable. Elles sont reconnues sur le plan international, proposées par les gouvernements nationaux et restent sous la seule souveraineté de l’Etat sur le territoire duquel elles sont situées (UNESCO).

7 Selon le plan de gestion de la réserve de Calakmul (INE, 1999) il y a plus de 6 250 structures archéologiques.

8 À partir de 1980 il y a des statistiques plus précises par rapport aux communautés plus importantes et de la recherche fait par les ONG’s. voir Ericson 1999.

9 ONG qui travaille en partenariat.

10 Entretien personnel avec l’actuel directeur de le RBC.

11 Voir Programa de Manejo de la Reserva de la Biosfera de Calakmul, SEMARNAP, 1999.

12 Programme des subventions pour les agriculteurs de la part du gouvernement mexicain.

13 Zorrilla Ornelas considère comme rurales les communautés de moins de 15 000 habitants. En revanche, l’Institut de statistique considère comme rurales toutes les communautés de mois de 2 500 habitants et entre 2 500 et 15 000 comme semi-urbaines. Ce que Zorrilla Ornelas considère comme un euphémisme.

14 Il parle de l’état du Quintana Roo parce que c’est une communauté qui se trouve dans la zone limitrophe de conflit alors on ne peut pas préciser si c’est Quintana Roo ou Campeche.

15 PINE = PIN-(Cag + Cdg).

16 PIN (Produit interne net) = Produit national brut - l’épuisement des actifs économiques produits.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau n° 1 : La protection de l’environnement dans la Constitution
Légende Sources : Brañes, Raúl, 2000, Manual de derecho ambiental mexicano, Fundación mexicana para la educación ambiental, Fondo de Cultura Económica, México
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/7704/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Titre Carte n° 1 : La municipalité de Calakmul
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/7704/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Photographie n° 1 : La zone centrale au sud de la Réserve de la Biosphère de Calakmul ou se trouve la zone archéologique de Calakmul la plus importante de la réserve
Crédits © Neyra Sylva
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/7704/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Titre Photographie n° 2 : Paysage rural de Calakmul : champs de maïs gagnés sur la forêt
Crédits © Carmen Pedroza.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/7704/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Titre Photographie n° 3 : Un paysan récolte le maïs, base de son alimentation
Crédits © Carmen Pedroza
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/7704/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Titre Localisation de Cuzco, Pérou
Crédits Conception : Rey.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/7704/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carmen Pedroza, « La protection de la forêt tropicale à l’heure de l’intégration : de la transformation des sols à la transformation des paysans », Cahiers des Amériques latines, 46 | 2004, 115-132.

Référence électronique

Carmen Pedroza, « La protection de la forêt tropicale à l’heure de l’intégration : de la transformation des sols à la transformation des paysans », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 46 | 2004, mis en ligne le 13 août 2017, consulté le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/cal/7704 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.7704

Haut de page

Auteur

Carmen Pedroza

Doctorante à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, France.
pedrozacarmen@yahoo.com

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search