Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Information scientifiqueDanièle Dehouve, Essai sur la roy...

Information scientifique

Danièle Dehouve, Essai sur la royauté sacrée en République mexicaine

Paris, CNRS Éditions, 2006, 147 p.
Pierre Ragon
p. 149-150
Référence(s) :
Danièle Dehouve, Essai sur la royauté sacrée en République mexicaine, Paris, CNRS Éditions, 2006, 147 p.

Texte intégral

1Le titre est provocateur, mais il reflète bien la démarche qui sous-tend le livre ; il dit aussi l’ambition du propos de l’auteur. Tout commença il y a quelques années lorsque Danièle Dehouve fit l’incroyable découverte de la permanence de rites d’investiture d’origine préhispanique lors de la mise en place en place des autorités municipales dans la région du Guerrero qu’elle étudie depuis plus de trente ans. Avouons-le, la trouvaille était de nature à bouleverser notre manière de voir le rapport que certains groupes indigènes, en l’occurrence des Tlapanèques, entretiennent avec la politique dans le Mexique démocratique d’aujourd’hui. Mais ce n’est pas tout et il y a bien plus important encore.

2De cette découverte, elle tira tout d’abord un film (Les dangers du pouvoir, éd. Tonaltepec, 54 mn, avec Richard Prost, 2004). Aujourd’hui, dans ce livre aussi ramassé qu’audacieux, elle rassemble des réflexions entre temps mûries à la lumière d’un comparatisme élargi à d’autres régions du Mexique et du Guatemala. Il ne s’agit rien de moins, en définitive, que de repenser le système des charges à partir de ces nouvelles observations empruntées tant à son expérience de terrain qu’au regard particulier qu’elle porte sur un certain nombre d’autres monographies. Tout part de la critique qu’elle adresse au système des charges classique : le classement des fonctions en charges civiles et religieuses est arbitraire et ne correspond pas à la vision que les groupes indigènes ont de leurs propres pratiques. Elle propose donc d’abandonner les découpages abstraits en « strates » et en « rangs » que l’on a plaqués sur les sociétés indiennes, ainsi que les références théoriques (à Max Weber, à Louis Dumont…) qui les ont justifiés. Reformulant la question en de tout autres termes, elle propose de mettre à l’épreuve la théorie de la royauté sacrée initialement formulée par Hocquart pour les îles Fidji.

3Cette démarche explique la construction du livre : le premier chapitre rassemble les critiques que l’on peut adresser aux descriptions classiques du système des charges, tandis que le second présente à grands traits les caractéristiques de la « royauté sacrée » et de ses variantes, telles qu’on a pu les recenser à travers le monde. Les deux chapitres suivants sont consacrés à l’histoire de cette institution au Mexique : l’auteur y présente successivement son interprétation de la royauté aztèque, qu’elle peut décrire comme une royauté sacrée, et ses avatars coloniaux tels qu’on peut les entrevoir à travers les rares évocations tant soit peu précises que les sources nous ont laissées des gouvernements indigènes à l’époque de la domination espagnole. Enfin, dans les deux derniers chapitres, l’auteur met en ordre les matériaux ethnographiques qu’elle a rassemblés et expose son interprétation. Au total, elle présente bel et bien un modèle alternatif à celui du système des charges, modèle qu’elle enracine dans le passé préhispanique et qu’elle éclaire même à la lueur de l’ancien mythe de la naissance du soleil. C’est ainsi qu’elle nous montre comment « la royauté sacrée (perdure) en République mexicaine »…

4Dans l’organisation contemporaine de l’administration politique et religieuse des communautés, Danièle Dehouve discerne en effet une figure centrale, celle du gobernador qui tient lieu de roi sacré conjointement avec ses acolytes, et des groupes périphériques qui sont essentiellement des groupes de dévotion et sont reliés à lui à la manière d’un « chapelet de ganglions » (selon la terminologie employée par Hocquart). Il n’y a plus ici de charges stratifiées, mais des fonctions distribuées à partir d’un point central. Pénitence, purification, accomplissement des devoirs rituels constituent le lot commun des différents détenteurs de cette royauté sacrée ainsi répartie. Tous les responsables, à la différence de leurs acolytes, sont redevables, sur leur conduite personnelle, des heurs et des malheurs de la communauté toute entière.

5La démonstration est séduisante et elle a parfois la clarté de l’évidence. À tel point qu’on en vient à se demander comment un tel dispositif put si longtemps passer inaperçu. L’auteur devance l’objection. Si la véritable nature du gobernador a jusqu’à présent échappé à l’attention des anthropologues, c’est, selon elle, qu’il a trop systématiquement et trop souvent sans examen été considéré comme le représentant de la modernité introduit depuis l’extérieur dans les communautés. C’est aussi qu’il est parfois, nous dit-elle, le maillon le plus affaibli de ce dispositif parce que, plus que d’autres, il est en contact avec la modernité. Il faudra donc admettre que la royauté sacrée, toute entière organisée autour d’un personnage central, peut résister à son éclipse. Mais comment ?

6Danièle Dehouve nous le dit, son livre est un essai. Nous ne pouvons donc lui demander d’apporter des réponses à toutes les questions ni de lever toutes les ambiguïtés. De fait, il en demeure, à l’instar de celle-ci qui pique la curiosité du lecteur : l’accent étant délibérément et résolument déplacé de la sociologie à l’anthropologie des rituels, rien n’est dit des processus de sélection qui déterminent le choix des dépositaires des différentes fonctions.

7Un essai : oui, mais un bien bel essai, riches d’hypothèses nouvelles, séduisantes et de pistes de recherches à venir. Espérons que l’appel sera entendu et que nombreux seront les chercheurs qui lui emboîteront le pas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Ragon, « Danièle Dehouve, Essai sur la royauté sacrée en République mexicaine », Cahiers des Amériques latines, 50 | 2005, 149-150.

Référence électronique

Pierre Ragon, « Danièle Dehouve, Essai sur la royauté sacrée en République mexicaine », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 50 | 2005, mis en ligne le 16 août 2017, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/cal/8077 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.8077

Haut de page

Auteur

Pierre Ragon

Université de Rouen/CREDAL

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search