Navigation – Plan du site
Information scientifique

Véronique Hébrard (dir.), Sur les traces d’un mexicaniste français. Constitution et analyse du fonds François Chevalier

Paris, Karthala, coll. « Pollens », 2005, 328 p.
Claude Bataillon
p. 162-163
Référence(s) :
Véronique Hébrard (dir.), Sur les traces d’un mexicaniste français. Constitution et analyse du fonds François Chevalier, Paris, Karthala, coll. « Pollens », 2005, 328 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage fécond est un témoignage important pour l’histoire du latino-américanisme français depuis les années 1940. Il s’inscrit dans la perspective qui faisait l’originalité de la revue Histoire et sociétés de l’Amérique latine, inspirée au départ par les interrogations de l’historien Jean Piel : comment les historiens s’insèrent-ils en Amérique latine, dans des sociétés qui sont leur « terrain » ? Alors qu’en France, plus encore qu’ailleurs en Europe, étudier l’histoire de leur pays est une activité qui va de soi pour un corps de chercheurs nombreux et établi depuis un bon siècle, travailler en historien pour un étranger qui vient se « dépayser » dans un pays latino-américain est tout autant un contact avec la société de ce pays qu’une plongée dans les archives de celui-ci, que le plus souvent on ne peut aborder sans complicités locales.

2L’histoire pratiquée par François Chevalier est en symbiose avec d’autres disciplines et, avant tout, avec l’anthropologie. Il est donc logique que ce que l’on apprend sur cet historien nous renseigne sur à la fois sur les différentes sciences sociales qui naissent en ces temps-là qu’à propos d’institutions pluridisciplinaires françaises travaillant sur le monde hispanophone : Institut Français d’Amérique Latine (IFAL) de Mexico, Institut Français d’Études Andines (IFEA) de Lima, Casa Velázquez de Madrid, etc. Rappelons au passage que, dans les recherches françaises en Amérique latine, les études historiques naissent dans une période où l’anthropologie puis la géographie se sont développées plus précocement (par le nombre des chercheurs concernés en tout cas) : même si l’école des Annales s’est intéressée précocement au sous-continent latino-américain, la corporation historienne d’avant 1970, très fortement concentrée sur l’étude de la France et de ses racines de l’Antiquité classique, s’occupe peu des mondes exotiques.

  • 1 Viajes y pasiones / Voyages et passions, Mexico, IFAL / CEMCA / FCE, 1998.

3Le livre est tiré d’une table ronde qui fut consacrée en 2002 au « fonds » François Chevalier, matière première imposante : une bibliothèque de plus de 4 000 titres imprimés, plus 38 dossiers d’archives personnelles, des films, des milliers de photos, sans compter les carnets de voyages, les cahiers de réception de Josèphe Chevalier et les heures d’entrevues variées menées avec l’historien autour de l’an 2000. Le tout est commenté par onze chercheurs, historiens surtout, mais aussi littéraires. Après l’ouvrage organisé par Javier Pérez Siller en 19981, voici donc une biographie à nombreuses facettes. Avant tout, François Chevalier apparaît comme un disciple de Marc Bloch, qui, pour construire une histoire agraire du Mexique colonial, interroge les paysages et les lieux du Mexique en parcourant le pays et ses archives pendant 16 ans. Les carnets de voyage sont au départ une quête de l’Espagne – connue antérieurement – dans le Mexique, puis une quête du Mexique colonial dans le Mexique contemporain, le Mexique servant finalement à son tour de clé pour comprendre le monde andin. En second lieu Chevalier apparaît comme le bâtisseur d’une recherche pluridisciplinaire : à l’IFAL entre 1949 et 1962, la Mesa redonda de historia social attire certes des historiens avant tout, mais aussi des économistes, des anthropologues, des sociologues et des politologues. Parallèlement, la « sociabilité » du couple Chevalier fait se rencontrer l’intelligentsia mexicaine avec ses homologues français. Ne cherchons pas ici une vision formalisée de ce qu’étaient en ce temps les sciences sociales (ou l’histoire) dans les pays latino-américains, mais des matériaux bruts pour comprendre ces sciences sociales.

4Restent deux interrogations pour de futures mises en perspective de l’œuvre de Chevalier. D’abord, sauf quelques lignes de Yves Saint-Geours, on n’aborde pas la genèse de l’ouvrage fondamental qu’est le volume intitulé L’Amérique latine de l’Indépendance à nos jours, paru en 1977 aux Presses Universitaires de France dans la collection « Nouvelle Clio ». Rappelons qu’en arrivant en France après seize ans passés au Mexique, l’auteur enseigne à Bordeaux (comme nous le rappelle Bernard Lavallé) pour la corporation littéraire des hispanistes : un archiviste, qui n’est pas passé par le sérail de l’agrégation d’histoire, ne trouve pas facilement place dans la corporation historienne française en 1962. Au même moment, toutefois, se crée à l’Institut d’Études Politiques de Paris un Centre d’Études et de Recherches Internationales (CERI) placé sous la houlette de Jean Meyriat, hispaniste de formation. Chevalier est le mentor des chercheurs latino-américanistes de ce centre (Pierre Gilhodes, Alain Rouquié, etc.) en même temps qu’il pilote l’IFEA : de quoi alimenter une réflexion sur l’Amérique latine très contemporaine, qui va se retrouver dans ce volume où l’histoire dialogue sans cesse avec le politique le plus actuel. Autre question : Chevalier a eu un rôle ininterrompu de gestionnaire de la recherche française sur le monde hispanophone de 1949 à 1979, que ce soit à Mexico, dans les Andes ou à Madrid. Qui nous dira ses options, ses hésitations, ses combats au quotidien et ses jugements sur les sociétés, au delà de son amour pour ces mondes dont peu de gens connaissent autant les clés ?

Haut de page

Notes

1 Viajes y pasiones / Voyages et passions, Mexico, IFAL / CEMCA / FCE, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Bataillon, « Véronique Hébrard (dir.), Sur les traces d’un mexicaniste français. Constitution et analyse du fonds François Chevalier », Cahiers des Amériques latines, 50 | 2005, 162-163.

Référence électronique

Claude Bataillon, « Véronique Hébrard (dir.), Sur les traces d’un mexicaniste français. Constitution et analyse du fonds François Chevalier », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 50 | 2005, mis en ligne le 16 août 2017, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/cal/8086

Haut de page

Auteur

Claude Bataillon

Professeur honoraire de l’Université de Toulouse-Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals