Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51-52Dossier. Des sociétés en réseauxRéseaux clandestins et mouvements...

Dossier. Des sociétés en réseaux

Réseaux clandestins et mouvements armés

Anne Philippe
p. 91-102

Résumés

Cet article propose une approche des réseaux clandestins formés par les guérillas d’Amérique latine, interrogeant d’une part leur genèse, d’autre part leur transformation d’un point de vue local et transnational. La genèse des réseaux clandestins s’inscrit dans l’informalité des liens qui est la base du soutien et de la solidarité entre les membres ainsi qu’une condition nécessaire à la structuration des réseaux. Dans un même temps, l’espace transnational offre aux guérillas la possibilité de développer de nouvelles ressources. Les réseaux transnationaux clandestins s’inscrivent dans un nouvel espace/temps marqué par la rupture des allégeances au monde communiste.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

redes, clandestinidad, transnacional
Haut de page

Texte intégral

1Définir aujourd’hui les réseaux clandestins formés par des mouvements armés illégaux, dont l’objectif est de remettre en cause le pouvoir en place, s’inscrit dans une nouvelle approche des relations internationales, caractérisées depuis les années 1990 par l’apparition de nouvelles solidarités [Philippe, 2003] et de nouveaux flux transnationaux [Smouts, 1998]. Dans un contexte de crise de l’État qui peine à organiser la vie sociale, d’une part, et de crise de territorialité d’autre part, les individus ont recours à des stratégies et allégeances diversifiées.

2Pour prendre toute sa signification, une étude sur les réseaux clandestins des mouvements armés est à mener d’un point de vue diachronique. Autrement dit, il faut d’abord resituer ces derniers dans un contexte dominé par la bipolarisation afin de comprendre comment s’est opérée leur transformation, à partir des années 1990, avec la chute du monde communiste. La notion de réseau recouvre deux aspects essentiels, deux dimensions qui permettent d’appréhender l’organisation du réseau et les stratégies des acteurs : l’apport de connexions hétérogènes et multiples qui favorisent l’efficacité des actions et celui de chaque nouveau lien qui contribue à accroître les ressources des acteurs.

3Notre terrain de recherche se situe en Amérique latine et notre objet d’étude porte sur les guérillas et l’évolution de leurs réseaux après la fin du communisme : le mouvement armé est associé depuis la Seconde Guerre mondiale à l’image de réseaux communiquant entre eux et permettant une circulation des informations et des hommes dans la clandestinité. La guérilla est une organisation en réseaux au sens où elle est un entrelacs de groupes, de mouvements ou d’individus défendant les mêmes intérêts et grâce auxquels elle va étendre son champ d’action. Le réseau est lié à la survie du groupe : il lui faut inventer un ensemble de structures relationnelles afin d’agir dans des situations de répression et d’échec politique. Le réseau apparaît ainsi inhérent à la clandestinité : exclu des structures politiques et étatiques, le mouvement armé peut-il survivre sans réseau ?

  • 1 Frente Farabundo Martí de Liberación Nacional.
  • 2 Unidad Revolucionaria Nacional Guatemalteca.
  • 3 Entretiens réalisés au Salvador en 1998 et au Guatemala en 2005.

4D’un point de vue méthodologique, l’entretien individuel, notamment avec les fondateurs des mouvements armés, s’avère très fructueux : il permet de retracer la trajectoire du groupe armé et de définir son espace d’action. Notre enquête s’appuie en particulier sur des entretiens individuels avec d’anciens guérilleros d’Amérique centrale (FMLN1 au Salvador ; URNG2 au Guatemala)3. Si l’on considère que les réseaux clandestins des mouvements armés jouent sur l’invisibilité pour exister, on est alors confronté à deux problèmes épistémologiques. Le premier est la véracité (ou non) des témoignages, ce qui conduit le chercheur à s’interroger sur les « stratégies narratives » [Pollak, 1990, p. 22] mises en place par les acteurs armés au travers de « la mise en intrigue » de leur histoire personnelle ou collective, qui s’inscrit dans un discours dominé par le choix d’événements significatifs et symboliques liés à la lutte contre le pouvoir en place. De même, toute recherche sur ce thème sera sensible à l’idéologisation du discours et la mythification de certaines périodes historiques vécues comme fondatrices. Quant au second problème, il s’agit de la thèse du complot qui domine [Colonomos, 1995] dès lors que l’on travaille sur le réseau : celui-ci, s’il est construit sociologiquement, s’éloigne d’une interprétation de l’opinion commune qui le lie à la peur et à la menace.

5L’étude de la genèse des réseaux clandestins des mouvements armés est une première approche pour définir cet objet de recherche. Aux niveaux local et transnational, elle prend en compte la spécificité des liens sociaux tissés dans la clandestinité, mais également les facteurs locaux et internationaux qui vont rendre propice leur développement. S’interroger sur ce qui caractérise les réseaux clandestins amène donc à replacer la formation des réseaux clandestins armés dans un espace circonscrit (l’Amérique latine) et à les insérer dans un temps spécifique (les années 1960 à 1980) pour comprendre leur évolution de la fin de la bipolarité à aujourd’hui.

Genèse et structuration des réseaux clandestins dans la continuité des réseaux informels

6La genèse des réseaux clandestins s’inscrit d’abord dans des structures d’opportunités politiques au sens où Sydney Tarrow [1998] les définit, comme « une série de dimensions cohérentes de l’environnement politique qui peut encourager ou décourager les individus d’avoir recours à l’action collective ». Les conditions rendant nécessaire la création de réseaux clandestins diffèrent de celles qui rendent possible cette émergence. Les premières traduisent la canalisation des attentes politiques et sociales des individus : dans un régime politique d’exclusion, le réseau informel ou clandestin contourne cette impasse et contribue alors à forger un « capital social » [Bourdieu, 1980, p. 2-3], c’est-à-dire des « éléments de l’organisation sociale qui contribuent à accroître l’efficience de la société par la facilitation d’actions coordonnée ». En second lieu, la formation des premiers réseaux clandestins locaux et transnationaux s’inscrit dans un environnement favorable : il s’agit soit d’une période de frustration politique qui sert de base au recrutement, soit d’ouverture politique permettant de tisser ou de réactiver des liens, soit d’effervescence sociale et politique locale ou internationale, moment fort pour le développement d’un maillage autour d’une cause commune.

7Dans les régimes politiques autoritaires comme ceux qui ont prévalu en Amérique latine, l’informalité préexiste à la clandestinité. Les réseaux informels, sans être illégaux, se caractérisent par un maillage de liens familiaux et sociaux qui apportent soutien et solidarité entre les membres du groupe. Dans son étude sur les formes de résistance au sein des sociétés musulmanes, Olivier Filleule [2003] souligne que ces réseaux articulent et défendent les demandes de leurs membres : le terme « informel » attire l’attention sur la nature extrêmement sensible et politisée de la vie associative égyptienne dans un contexte où l’État supervise minutieusement toute forme d’association formelle, légale, publique. Ainsi, les activités informelles de nature politique ou économique sont celles qui échappent à l’autorisation et à la régulation. La mise en exergue de l’existence de réseaux informels sous-jacents aux réseaux clandestins contribue à mesurer les liens noués dans le risque : les individus ou groupes formant un réseau informel auront plus de facilité à se positionner dans la clandestinité, non seulement du fait de leur statut d’opposants vis-à-vis du régime politique, mais aussi des comportements d’évitement ou d’isolement déjà mis en œuvre. Le cas du Guatemala est heuristique : la contre-révolution de 1954 met en place un régime autoritaire sous lequel se forment des réseaux composés de sympathisants du colonel Arbenz (ancien président de la révolution démocratique), des communistes, des fonctionnaires de l’ancien régime et des syndicats. Les réseaux informels sont de nature politique : il s’agit de connexions entre acteurs politiques exclus de la représentation, en dissidence avec leur mouvement d’origine ou en désaccord avec les autorités en place. Ces liens d’ordre politique traduisent des intérêts communs « au sein d’un ordre donné qui vise essentiellement à leur exclusion ».

8Les réseaux informels construisent ainsi une grille organisationnelle qui rend possible le soutien aux activités clandestines futures. La solidarité autour d’intérêts communs, les liens de proximité et de confiance, sont des éléments essentiels dans la formation d’un réseau clandestin. Les individus, passés de l’informalité à la clandestinité, utilisent leurs réseaux informels pour recruter et pour accroître leurs ressources.

  • 4 Ejército Guerrillero de los Pobres (Guatemala).

« On commence à faire des réunions, des rencontres entre Indiens ; il y a des accords, puis on élargit notre cercle d’amitiés à toute l’Université avec des groupes de jeunes catholiques, mes relations se sont agrandies en 1976 dans le cadre du tremblement de terre et de la solidarité apportée aux victimes. Personnellement, j’avais beaucoup de membres de ma famille déjà introduits dans la guérilla ou le syndicat ; quand je me suis “clandestinisé”, j’ai d’abord “sous-clandestinisé” ma participation ; j’ai réalisé des réunions avec des paysans et je participais à des actions clandestines. » (EGP4, leader d’un mouvement indigène)

  • 5 Juventud Patriótica del Trabajo (Guatemala).

« J’étudiais quand un ami m’a parlé d’une organisation révolutionnaire, la JPT5, la jeunesse communiste. Nous étions deux à entrer à la JPT. Mes parents l’ont su plus tard quand ils ont découvert des bombes et des tracts appartenant à mes frères. Chez moi, des guérilleros venaient se reposer après un séjour en montagne ; quand Turcios venait en ville, il descendait chez moi ; quand j’entre à la JPT, c’est comme ça que je le rencontre. La nuit, je devais mettre des tracts, des bombes, peindre les murs avec un groupe de jeunes ; je n’étais pas encore clandestin. » (EGP, ancien guérillero de la section militaire urbaine)

  • 6 Partido Guatamalteco de los Trabajadores.
  • 7 Fuerzas Armadas Revolucionarias (Guatemala).

« J’avais 15 ans et j’étais couturier avec un compagnon plus âgé du PGT6 ; nous avons sympathisé et il a considéré que je pouvais être recruté. Nous nous réunissions à l’atelier de couture ; nous étions trois ou quatre et nous nous concertions contre le gouvernement. Nous allions aux manifestations, dans les rues, lancer des pierres, participer à des réunions à l’intérieur de l’organisation clandestine, constituer des cercles philosophiques, les jeunes insistaient sur le passage à la lutte armée. Moi j’étais au niveau de la base ; quand j’ai été incorporé la JPT, ce fut dans une section appelée section de quartier. Je participais à une cellule où il y avait des compagnons de l’Université de post-primaire ; il y avait des compagnons du quartier ; je faisais partie des FAR7 sans le savoir, la JPT était une cellule des FAR. »

9Le réseau informel préexiste au réseau clandestin au sens où il en a déjà les composants : une forte solidarité entre les membres et une structure dans laquelle il est déjà possible et même favorisé d’agir clandestinement. Il existe ainsi une continuité dans l’action (actions violentes et armées) et au niveau de la structure (existence d’une cellule ou section…). En outre, la semi-clandestinité (vie sociale légale et actions clandestines) des acteurs permet un passage sans rupture vers le réseau clandestin.

  • 8 Fuerzas Populares de Liberación (Salvador).

« J’ai été instituteur pendant 13 ans ; jusqu’en 1965, j’étais syndicaliste puis cette année-là, j’ai décidé d’intégrer la Démocratie chrétienne car la lutte politique était possible à ce moment-là. Le travail politique m’a permis d’être en relation avec la population paysanne marginalisée. En 1970, j’ai intégré les FPL8 sans toutefois quitter la vie légale : j’étais à la fois dirigeant syndical des maîtres d’école et guérillero dans les commandos urbains. Cette vie semi-clandestine s’est terminée en 1978, année de mon passage définitif dans la clandestinité. » (Salvador Sanchez, FMLN)

Le réseau clandestin : une structure fermée

10Cette continuité entre réseau informel et réseau clandestin contribue à la construction d’une structure fermée caractérisée par un recrutement endogène, le maniement du secret et la compartimentation. La fermeture est nécessaire à la structuration du réseau clandestin. Le recrutement de nouveaux membres se situe ainsi à cette jonction entre informalité, semi-clandestinité et clandestinité. Comme le souligne Francis Constantin [1996, p. 311-345], l’extrême prudence dans le recrutement des partenaires expliquerait l’importance conservée par les relations de parenté dans l’architecture de bon nombre de réseaux, comme en témoignent les nombreuses fratries dans le groupe de base. Le réseau familial est la cellule de base [Sommier, 1998], il permet un recrutement par cooptation avec un minimum de risques et le soutien nécessaire dans les périodes de difficultés.

« J’ai commencé la lutte armée à 12 ans en intégrant une commission nationale de sécurité dans le Chalcatenango. Mes frères étaient étudiants et allaient à des réunions politiques organisées dans le département où l’on discutait des problèmes du pays. J’y suis allée par curiosité et mes frères m’y emmenaient : il y avait une conscientisation des masses organisée par mon oncle. Il m’a appelée pour faire partie des milices populaires nationales de libération. On m’a recrutée parce que je connaissais les personnes du groupe. » (Myriam, FMLN)

  • 9 Ejército de Liberación Nacional.
  • 10 Movimiento Revolucionario Liberal.

11L’exemple de l’ELN9 en Colombie traduit également cette nécessité : les frères Vásquez sont à l’origine de la fondation du groupe et les réseaux de l’ELN sont surtout tissés par eux : Fabio Vásquez était au MRL10, les deux autres sont en contact avec les milieux libéraux dans les exploitations de pétrole et avec d’anciens guérilleros des autodéfenses libérales de la période de la Violencia. Manuel Pérez raconte que les frères Vásquez s’aidaient mutuellement grâce à une confiance réciproque, mais au détriment des autres membres du groupe.

  • 11 Ejército Revolucionario del Pueblo (Salvador).

12Le réseau familial est un moyen de coopter des amis ou des connaissances constituant le réseau social : les réseaux sociaux se caractérisent par une hétérogénéité des connexions. Marc Sageman [2004] parle de « clique » et définit ce terme comme un ensemble très dense de nœuds connectés à d’autres nœuds. Chaque nœud appartenant à la clique va mettre le groupe selon ses besoins en réseau avec d’autres groupes sociaux : les FPL, au Salvador, se composent à l’origine de la tendance communiste radicale de Cayetano Carpio le leader, de celle du dirigeant du syndicat ouvrier, de celle de Mendoza syndicaliste étudiant, mais également de Facundo Guardado, issu du milieu paysan ; on peut comprendre l’ensemble de ces acteurs comme formant différents ponts qui mettent le groupe en relation avec des milieux sociaux d’origines diverses. Ana Guadalupe Martinez, qui fut commandante de l’ERP11, a intégré un groupe armé par l’entremise de ses amis étudiants de la faculté de médecine.

« À l’époque, c’est-à-dire au début des années 1970, il y avait beaucoup de réunions politiques à l’Université où les débats portaient sur la guerre du Vietnam et la situation du pays ; j’y allais souvent avec des amis et l’un d’eux m’a proposé de participer à un groupe pour changer la situation du pays : c’est ainsi que j’ai intégré la future ERP. »

13À la différence des liens familiaux fondés sur la confiance, les liens amicaux se développent dans l’expérience commune (exil, emprisonnement, action politique ou syndicale) qui soude le groupe. Le réseau s’inscrit ainsi dans un espace fermé marqué par une forte ritualisation de l’action et socialisation des membres. La définition des liens entre les membres s’inscrit dans le risque et le secret : l’exemple des communautés indigènes impliquées dans les guérillas marxistes souligne la fermeture du réseau liée à celle de la communauté. « Dans les communautés indigènes, il y a des secrets communautaires ; cela donne une condition indigène très forte. C’est une décision de la communauté : elle décide si tu dis oui ou non ; j’avais des oncles et des neveux qui maniaient le secret et étaient dans la guérilla. » (EGP)

14Dans de nombreux groupes armés, la compartimentation traduit une particularité de la clandestinité en milieu urbain : elle permet de limiter les risques de démantèlement du réseau à travers le morcellement de la structure en espaces fermés (cellules) : composée de trois à quatre membres qui ne se connaissent pas, la cellule dispose d’un chef d’unité qui connaît chaque membre qu’il a recruté personnellement et leur donne une tâche à accomplir ; les leaders de ces cellules se connaissent entre eux. C’est une organisation basée sur la sécurité : si l’un des chefs d’unité est assassiné, la cellule est désactivée. Si l’un des membres est arrêté, la cellule reste protégée.

« J’ai organisé des actions dans les centres urbains : c’étaient des actions clandestines d’une faction militaire urbaine en petites unités, « la résistance » comme la Résistance française en petits groupes de trois ou quatre ; la compartimentation c’est ne pas connaître la maison du compagnon, sa famille, son nom, sa vie. » (EGP)

« Pendant ma formation, je ne connaissais pas mes compagnons : tous avaient un pseudonyme qui n’était pas le pseudonyme permanent ; on avait un pseudonyme spécial que l’on utilisait seulement dans ce cours : on faisait attention à l’aspect de la sécurité par la compartimentation ; de cela dépendait la vie des personnes et de l’organisation. »

« À l’intérieur de la guérilla il y a la compartimentation : il n’est pas nécessaire de connaître tout ; il faut seulement connaître ta tâche à accomplir : si tu as une relation avec quelqu’un, tu n’as pas à le dire ; l’information finit par arriver ; si je ne donne pas d’informations, ça n’arrive pas ; ce sont des critères de fonctionnement clandestin. »

La stratégie du quadrillage géographique

15Le développement du mouvement armé s’inscrit dans l’expansion de son réseau local et transnational que l’on peut comprendre comme une stratégie de quadrillage géographique.

« En 1974, Rafael Acevedo, l’un des dirigeants étudiants du mouvement catholique du pays et qui fut l’un des fondateurs de l’ERP, était également un ami de ces prêtres dans l’Est du pays. Rafael m’a conduite un jour à Tolola parce que, en cette fin de semaine, le père Ventura organisait une fête spirituelle avec 20 jeunes de la communauté. Le prêtre connaissait ces jeunes : il savait comment ils pensaient, qui était leur famille, ce qui les préoccupait le plus. Durant ces deux jours, nous avons connu ces jeunes, nous connaissions les leaders, ce qui les intéressait, quelle famille ils avaient. On choisissait ensuite deux ou trois de ces jeunes et on sympathisait et alors on construisait des réseaux. Cela s’est fait lors d’une cinquantaine de réunions. Nous avons ainsi quadrillé le secteur rural de la région. » (Ana Guadalupe Martinez, FMLN)

  • 12 Frente de Liberación Nacional.

16Les groupes armés peuvent dès leur formation ou au cours de leur développement intégrer des réseaux transnationaux : ayant besoin d’appuis extérieurs pour accroître leurs ressources et pour trouver refuge, ils développent une aisance à se mouvoir dans l’espace transnational. Il existerait ainsi une relation étroite entre clandestinité et transnationalité : d’une part, les groupes armés des années 1960 à 1980 s’inscrivent dans cet espace solidaire transnational s’appuyant sur la défense d’une cause commune ; d’autre part, les besoins matériels croissants des groupes armés les inciteraient à s’inscrire dans cet espace. La genèse des réseaux transnationaux prend en compte la capacité des individus à se mobiliser en se définissant par rapport à un espace politique élargi [Nye et Keohane, 1972]. Il s’agit par conséquent de questionner les liens individuels tissés par l’un des membres du groupe armé et qui sera le pont vers l’espace transnational. Le pont entre les groupes et la stratégie globale cubaine s’inscrit dans l’existence de liens individuels : pour l’ELN, il s’agit de Fabio Vásquez qui forme à Cuba même le premier groupuscule. Au Venezuela, Douglas Bravo, fondateur du FLN12, est un ancien compagnon de Guevara. Pour leur part, les FAR du Guatemala bénéficient de la relation avec Arbenz qui, installé à Cuba, permet l’entrevue des fondateurs des FAR avec Guevara.

« Et alors ils nous ont envoyés à Cuba ; pour opérer clandestinement au Mexique. Là, nous avons créé des réseaux logistiques pour faire entrer des armes au Guatemala ; nous sommes allés à Cuba par groupe de trois ou quatre. »

« Nous avons été expulsés des FAR ; nous sommes sortis de La Havane et sommes arrivés en Europe ; nous avions des appuis en Italie (des jeunes du parti communiste révolutionnaire) nous sommes allés dans différents pays et enfin à Mexico : moi je suis allé en Italie, en Tchécoslovaquie, et de Rome à Mexico. »

Les réseaux clandestins transnationaux des mouvements armés : typologie

17Le réseau de la guérilla s’inscrit dans un espace transnational : l’importance des liens montre une capacité des acteurs à se mobiliser en se définissant par rapport à un espace politique élargi qui transcende les barrières de l’État-nation où ils projettent d’exercer leur action et de recueillir des ressources. La chute du bloc communiste s’est traduite par une rupture d’allégeance des guérillas avec les pays socialistes. Ce phénomène nécessite de reconsidérer la typologie des réseaux clandestins transnationaux.

18La catégorisation des réseaux clandestins armés dans l’espace transnational prend appui sur la nature du projet qui permet la construction du lien social : soit le projet est en relation avec la défense et la victoire d’une cause morale et politique fédératrice (réseaux de solidarité), soit il s’agit d’un projet à court terme appartenant au domaine économique qu’il y a lieu de définir ici en termes de contrat (réseaux d’affaires).

  • 13 Organización Latinoamericana de Solidaridad.
  • 14 Organisation de Libération de la Palestine.

19Les réseaux de solidarité ont connu une évolution sensible depuis la fin de la bipolarité : fondés auparavant sur l’appartenance à une cause commune (défense du marxisme, lutte contre l’impérialisme), les réseaux clandestins armés transnationaux sont dispersés ou rompus dès les années 1990. Les réseaux de solidarité doivent cependant être détachés de la thèse du complot lié au réseau de la terreur dirigé par Moscou : dans de nombreuses circonstances, l’attitude de Moscou vis-à-vis d’organisations pratiquant la lutte armée a été changeante ou ambivalente et déterminée, non pas tant par des positions idéologiques que par des préoccupations géopolitiques dans lesquelles la notion de terrorisme en tant que telle ne constituait pas une variable déterminante [Wieviorka, 1996]. Joseph Nye et Robert Keohane [1972] analysent les trois centres idéologiques de solidarité des groupes armés : Pékin, Cuba et Moscou qui mettent en place des systèmes d’allégeance, d’entraide et de formation idéologique et militaire ; parallèlement, les mouvements armés se solidarisent à travers l’intégration d’idées transnationales liées à la défense des masses, des paysans, des travailleurs, opprimés et méprisés. Il s’agit d’un projet liant certains groupes armés entre eux : dans les années 1960, les armées de libération nationale échangent leur pratique sur la stratégie de guérilla et se rencontrent à Cuba lors de sommets comme celui de l’OLAS en 196713. Dans les années 1970, les guérillas salvadoriennes, les FPL notamment, tissent des liens avec l’OLP14 et des groupes terroristes européens (ETA au Pays basque, IRA en Irlande du Nord) dans une perspective de lutte contre l’impérialisme et de défense du marxisme. Si les réseaux de solidarité sont fondés sur ce projet, les liens individuels tissés avant ou pendant la formation du réseau sont essentiels et surtout efficaces dans la diversification des ressources des groupes armés, lors d’une réunion internationale (un leader guérillero tisse des liens avec un leader vietnamien qui l’invite et le forme aux méthodes déployées pendant la guerre menée contre les Français).

20La fin de la bipolarité conduit à reconsidérer ces réseaux et à questionner le projet qui peut lier les groupes armés entre eux aujourd’hui. Elle signifie la rupture ou la désactivation des réseaux. Trois raisons y contribuent : la perte pour les groupes armés de sanctuaires et de zones refuges (Nicaragua), lieux d’échanges et de formation de liens entre les groupes ; le processus de démocratisation accompagné de la réinsertion politique des guérillas et entraînant la rupture de réseaux ; enfin la chute du monde communiste qui a remis en cause une solidarité fondée sur la défense d’une cause commune.

21Il s’agit de questionner le processus de désactivation ou de réactivation des réseaux clandestins : le premier phénomène traduit soit l’extinction ou la réinsertion de mouvements armés, soit la disparition de zone-refuge (Nicaragua) ou de l’aide logistique (Cuba, bloc socialiste) ; le second rend compte de possibilités et d’opportunités dans le nouveau contexte international : la création d’espaces politiques de négociation permettant aux mouvements armés d’accroître leurs ressources et de les utiliser comme zones d’entraînement ; le développement d’un important trafic d’armes non restituées à la suite des accords de paix ; la désanctuarisation de la lutte armée avec l’absence d’un ennemi commun. Dans ce contexte se sont développés deux types de réseaux : les réseaux de solidarité basés sur l’appartenance à une idéologie ancienne (Cuba et l’ELN) auxquels on peut rattacher les réseaux de fraternité d’armes ; les réseaux de solidarité basés sur l’appartenance à une idéologie nouvelle (la lutte contre le néolibéralisme).

22Parallèlement, les mouvements armés forment des réseaux transnationaux s’appuyant sur des liens contractuels et des échanges de type économique. Ce type de réseaux s’est développé avec la fin d’un espace de solidarité transnationale fondée sur la défense d’une cause commune et avec la mondialisation permettant l’accroissement des échanges informels. On distingue deux types de réseaux d’affaires : les réseaux de prestation de service et les réseaux criminels.

23Les réseaux de prestation de service sont de courte durée et reposent sur la circulation ponctuelle de savoir-faire, de techniques, d’armes, fondée sur des besoins éphémères. Il peut s’agir d’un transfert discret de marchandises ou du déplacement de quelques individus susceptibles d’apporter leur savoir-faire. Le pont entre les mouvements armés capable de générer ce type de réseau est un spécialiste [Bigo et Hermant, 1986], qui connaît tel ou tel type d’armes, tel ou tel explosif, tel marchand d’armes : c’est non seulement un pont entre les mouvements armés mais aussi un pont vers d’autres réseaux. Il fait profiter de ses connaissances contre rémunération ou contre un autre type de ressources (entraînement, formation…) ; il n’existe pas de convergence idéologique entre les groupes armés. Les services sont créateurs de réseaux éphémères reposant sur un contrat et permettant l’accroissement des ressources du groupe armé.

  • 15 Fuerzas Armadas Revolucionarias de Colombia.

24Les réseaux criminels sont également fondés sur l’idée de contrat entre deux entreprises dont le but est l’accroissement de leurs ressources économiques. Un mouvement armé peut contractualiser avec des trafiquants de drogue : depuis les années 1990, les FARC15 ont développé une nouvelle stratégie de territorialisation permettant de monopoliser les terres de production de cocaïne et s’insérant dans une logique d’échanges avec les trafiquants de drogue.

25L’approche diachronique des réseaux clandestins par le biais de la rupture que traduit la chute du monde communiste, ainsi que l’étude de leur genèse et de leur développement constitue l’axe privilégié pour comprendre l’espace-temps local et mondial des réseaux clandestins. Aujourd’hui, ces réseaux s’inscrivent dans un espace mondial élargi sous l’effet du développement des nouveaux moyens de communication et de l’affaiblissement des liens idéologiques, allant de pair avec un laps de temps raccourci qui favorise l’uniformisation de l’action armée.

Haut de page

Bibliographie

Bigo Daniel, Hermant Daniel, « La relation terroriste », Études polémologiques, n° 30, 1986.

Bourdieu Pierre, « Le capital social. Notes provisoires », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 31, Paris, 1980.

Colonomos Ariel (dir.), Sociologie des réseaux transnationaux, Paris, L’Harmattan, 1995.

Constantin Francis, « L’informel internationalisé ou la subversion de la territorialité », Cultures & Conflits, n° 21-22, 1996.

Filleule Olivier, Résistances et protestations dans les sociétés musulmanes, Paris, Presses de Sciences Po, 2003.

Keohane Robert O., Nye Joseph S., Transnational relations and world politics, Cambridge, Harvard University Press, 1972.

Philippe Anne, « Solidarité transnationale et groupes armés : évolution et perspectives », Colloque SEI, « Les solidarités transnationales », Paris, 21-22 octobre 2003.

Pollak Michael, L’expérience concentrationnaire. Essai sur le maintien de l’identité sociale, Paris, Métailié, 1990.

Sageman Marc, Understanding terror networks, New York, University of Pennsylvania Press, 2004.

Smouts Marie-Claude (dir.), Les nouvelles relations internationales. Pratiques et théories, Paris, Presses de Sciences Po, 1998.

Sommier Isabelle, Les mafias, Paris, Montchrestien, 1998.

Tarrow Sydney, Power in movement. Social Movements and Contentious Politics, Cambridge, Cambridge University Press, 1998.

Wieworka Michel, « Le réseau de la terreur. Une hypothèse à revisiter », Cultures & conflits, n° 4, 1991.

Haut de page

Notes

1 Frente Farabundo Martí de Liberación Nacional.

2 Unidad Revolucionaria Nacional Guatemalteca.

3 Entretiens réalisés au Salvador en 1998 et au Guatemala en 2005.

4 Ejército Guerrillero de los Pobres (Guatemala).

5 Juventud Patriótica del Trabajo (Guatemala).

6 Partido Guatamalteco de los Trabajadores.

7 Fuerzas Armadas Revolucionarias (Guatemala).

8 Fuerzas Populares de Liberación (Salvador).

9 Ejército de Liberación Nacional.

10 Movimiento Revolucionario Liberal.

11 Ejército Revolucionario del Pueblo (Salvador).

12 Frente de Liberación Nacional.

13 Organización Latinoamericana de Solidaridad.

14 Organisation de Libération de la Palestine.

15 Fuerzas Armadas Revolucionarias de Colombia.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Philippe, « Réseaux clandestins et mouvements armés », Cahiers des Amériques latines, 51-52 | 2006, 91-102.

Référence électronique

Anne Philippe, « Réseaux clandestins et mouvements armés », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 51-52 | 2006, mis en ligne le 17 août 2017, consulté le 05 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/cal/8161 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.8161

Haut de page

Auteur

Anne Philippe

Centre de Recherche et de Documentation sur l’Amérique latine (CREDAL), UMR 7169.
Docteur en science politique et chercheuse associée au CREDAL. Ses travaux portent sur la violence politique et la démocratisation en Amérique centrale, notamment sur les réseaux transnationaux des mouvements armés.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Université Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation des Amériques
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search