Navigation – Plan du site
Dossier. Des sociétés en réseaux

Usages comparés de la notion de réseau

Propositions d’analyse pour l’action collective
David Dumoulin Kervran
p. 125-145

Résumés

Que nous apprend cette comparaison de l’usage de la notion de réseau, appliquée à des domaines aussi variés de l’action collective ? L’article tente de répondre à cette question en confrontant une synthèse des analyses du dossier avec une réflexion plus théorique sur les usages de la notion. L’auteur met en lumière les dangers et les démarches réflexives qui peuvent accompagner les usages « fragiles » de ce modèle aujourd’hui dominant de l’action collective. Quatre axes de comparaison sont ensuite abordés afin de questionner l’intérêt de la notion : ce que partageraient les membres, réseau de sociabilité versus mode d’action collective, types de morphologie (structure interne), et analyse critique des adjectifs qui définissent usuellement la notion. Enfin une spécificité analytique est privilégiée : la notion d’interface, ainsi que la difficulté, en raison des frontières fluctuantes du collectif concerné, de différencier clairement l’intérieur de l’extérieur du réseau.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’analyse historique et la définition qui nous ont semblé les plus complètes de la notion dans ces (...)

1Nul doute que la notion de réseau soit utilisée en sciences sociales dans une diversité de contextes bien trop large pour avoir une réelle utilité heuristique dans sa généralité. Pourtant, l’omniprésence actuelle de la notion est un symptôme de redéfinition des objets et des problématiques. Interroger précisément cette diversité par une analyse comparative des usages de la notion dans des domaines spécifiques s’est imposé comme un moyen d’apercevoir ce que pouvait annoncer ce symptôme. Mais que signifie ce terme de réseau ? Véritable schème d’organisation de la pensée, on ne reprendra pas ici les débats de fond qui entourent son histoire, sa définition et ses champs d’application, dont certains auteurs ont dressé une cartographie fort suggestive [Musso, 2001 ; Mercklé, 2004 (b), Colonomos, 1995]1. Pour cet essai comparatif, le champ des usages observés sera bien plus réduit, et l’exercice de définition plutôt un instrument de travail qu’un préalable. Une question en effet très ouverte est à l’origine de notre interrogation : à quoi sert la notion de « réseau », aujourd’hui proliférante dans les sciences sociales ?

  • 2 Castells [2001] et Musso [1997], ainsi que la revue Réseaux, proposent maintenant une réelle appro (...)
  • 3 Pour ce vigoureux courant de la sociologie, pour cette approche en France, on renvoie aussi au tou (...)

2L’unité des différents domaines évoqués dans ces articles est l’analyse de l’action collective la plus contemporaine, même si les facettes sont diverses puisque les réseaux sont dits militants, experts, migrants, mafieux, ou armés. Notons sans plus attendre que, malgré certaines oppositions dues aux ancrages disciplinaires divers (sociologie, sciences politiques, géographie et anthropologie), la notion a donc au moins eu un grand avantage : servir d’objet pour un dialogue interdisciplinaire sur les transformations contemporaines de l’action collective. Deux autres dimensions facilitent la comparaison : les réseaux abordés sont tous transnationaux et sont étudiés depuis leurs ancrages latino-américains. En se centrant sur les usages de la notion dans l’action collective, le projet se distingue en revanche des analyses de réseau plus classiques portant sur les structures commerciales et « informationnelles » des sociétés contemporaines2. En outre, les textes réunis ici se démarquent aussi de l’analyse formelle des réseaux sociaux, appelée également « analyse structurale » et dont le projet de recherche et les outils tendent à s’étendre en France [Degenne et Forsé, 2004 ; Lazega, 1998] comme en Amérique latine [Requena Santos, 2003]3. On pourra certes regretter l’usage mieux contrôlé de la notion de réseau qu’aurait permis cette dernière approche – comme on le verra en première partie de ce texte ; à l’expression de ce regret, on peut toutefois opposer que, dans la littérature contemporaine, les utilisations les plus courantes de la notion sont peu élaborées et qu’il est donc urgent d’enrichir la réflexion sur ces usages « fragiles » de la notion.

3Que nous apprend la comparaison des usages de la notion de réseau entre des domaines de recherche généralement étanches ? Qu’est susceptible d’apporter réellement à l’analyse cette notion en vogue ? C’est le regard tendu vers cet horizon que la réflexion qui suit a pu s’organiser suivant trois axes successifs : identification des dangers et des démarches réflexives possibles concernant l’usage fragile de la notion, recherche ensuite de principes de comparaison qui nous informent sur le fonctionnement de ces « réseaux », présentation enfin de ce qui nous a semblé le plus fécond dans les usages de cette notion, c’est-à-dire l’attention portée à la fluctuation extrême des frontières du collectif désigné, voire au rôle d’interface de l’action en réseau. Les analyses personnelles qui suivent ont été portées par la participation au projet collectif et par la lecture des différents articles. Que les auteurs m’excusent pour avoir souvent trop rapidement dégagé de leurs analyses quelques traits sans en rendre toute la teneur.

Notion « post-it » et usages concurrents

4La notion s’étant aujourd’hui répandue comme la poudre et bien loin de l’analyse dite structurale, l’image du post-it permet d’évoquer plusieurs dimensions de cet usage proliférant dans les sciences sociales, comme dans le langage commun. D’une seule couleur vive, son collage à tort et à travers tend à faire croire que tous les regroupements d’individus sont de manière similaire des « réseaux ». Utilisé par toutes les catégories socioprofessionnelles, rien ne distingue un post-it mis par un sociologue d’un autre mis par un « profane ». Il est plus fait pour attirer l’attention et renvoyer à autre chose (modernité, efficacité, etc.) que pour qualifier l’objet particulier sur lequel il est collé. Caractérisé par sa vitesse d’utilisation, il semble aussi être attribué par les analystes en sciences sociales dans l’urgence et « sous réserve d’inventaire », mais l’appellation provisoire finit en général par rester l’étiquette définitive.

5La prolifération des usages de la notion de réseau et les différences de prise de recul qui caractérisent les articles de ce dossier obligent donc à clarifier les risques qu’entraînent les usages trop souvent post-it. Le fait que la notion signifie avant tout le modèle légitime de l’action collective contemporaine oblige également à montrer comment cette concurrence des usages pourrait devenir un objet en soi de la recherche sociologique.

  • 4 L’analyse formelle des réseaux sociaux a ici un statut particulier par son élaboration plus méticu (...)
  • 5 L’analyse de Sylvie Ollitrault concerne les modalités de la reprise du cadre tourainien des nouvea (...)

6Le premier trait notoire dans l’usage de cette notion est qu’il prolifère autant chez les chercheurs (usages dits savants), que chez les individus observés (usages dits profanes) selon une coupure justement de plus en plus artificielle. Les meilleurs exemples du phénomène sont donnés dans les articles précédents par les experts de l’urbain ou les leaders afro-descendants qui revendiquent haut et fort la notion et l’utilisent clairement comme une ressource pour nimber de légitimité leurs actions. Ce trait demanderait donc à être plus frontalement analysé, en particulier lorsque son usage en sciences sociales n’a pas fait l’objet de spécification4. Un certain flou des usages doit d’abord être relevé dans la mesure où la notion de réseau est au centre du phénomène de la circularité auto-entretenue, soulignée par la sociologue Sylvie Ollitrault [1996]5 au sujet de la réflexivité des « profanes » lorsqu’une notion issue des sciences sociales est réutilisée par les acteurs étudiés, alors que les chercheurs continuent à l’utiliser comme cadre d’analyse. Dans ces partages langagiers, un processus de légitimation réciproque entre acteurs et chercheurs est bien à l’œuvre. On peut parfois même se demander si la notion est issue du monde scientifique, ou si chercheurs et acteurs étudiés n’ont pas puisé parallèlement dans un même répertoire de termes véhiculé par les médias.

7Étant donné cette circularité avérée, l’analyse de ces usages du terme « réseau social » semble alors un préalable nécessaire à une analyse de l’action collective et de ses éventuelles transformations. Pourquoi ce cadre d’interprétation de l’action collective est-il aujourd’hui repris plutôt que d’autres ? Pourquoi est-il repris plutôt par certains acteurs plus proches des analyses savantes, par les fameux « experts-militants » ? Au niveau individuel, grâce à quel type de formation politique et/ou universitaire, mais aussi par le choix de quel type d’interlocuteurs institutionnels cette reprise est-elle facilitée ? On le voit, dans les milieux prompts à s’auto-attribuer une organisation en réseau, des études fécondes semblent pouvoir s’opérer sur les usages stratégiques de la notion.

  • 6 Pour ce qui est des résonances au sein même du champ des débats sociologiques et en particulier de (...)

8On peut alors aussi se demander s’il ne conviendrait pas d’analyser avec plus de prudence la proclamation d’agir « en réseau » venant des acteurs eux-mêmes, avant de leur emboîter le pas dans nos analyses. Pour comprendre la pertinence actuelle de cette notion de « réseau social », la référence aux transformations structurelles de nos sociétés (transformations technologiques, circulation réticulaire) ne semble pas suffire. Cette force doit également être analysée comme la domination d’une mise en sens de l’expérience ; comme le montre la littérature du management depuis quinze ans, l’organisation en réseau constituerait LA forme légitime de l’action collective contemporaine. Ceux qui participent à cette organisation se sentent valorisés, croient en l’efficacité et donc à la légitimité supérieure de ce modèle. Quels sont les grands mécanismes de cette supériorité ? En amont, en plus des débats internes au monde de la sociologie6, on notera bien sûr les résonances de ce modèle avec un ensemble de représentations du monde social dominantes aujourd’hui (individualisme, multi-appartenance, identité fluide voire fragmentée, mais aussi décentralisation, dématérialisation, déterritorialisation). Mais les principaux mécanismes qui permettent à cette mise en sens de s’imposer sont à chercher plus précisément dans l’opposition à l’ancien modèle dominant, aujourd’hui dévalué mais persistant (le système bureaucratique « rationnel-légal ») et par l’émulation (on oppose aux multiples réseaux déjà proclamés d’autres actions en réseaux).

  • 7 Dans le monde de la gouvernance d’entreprise, l’ancien modèle fordiste, avatar du modèle bureaucra (...)

9Ainsi, c’est souvent par une volonté de distinction que l’action en réseau est aujourd’hui célébrée de toutes parts ; cela même par les champions du modèle dominant, les anciennes bureaucraties étatiques, qui s’organisent en réseaux trans-gouvernementaux, réseaux thématiques, d’échange d’information et d’expertise. Jean Rivelois souligne d’ailleurs que les hommes politiques contournent de manière récurrente le modèle qu’ils sont censés incarner en utilisant constamment des réseaux de relations et de captation de ressources pour maintenir leurs activités. C’est surtout en agitant l’image d’un État Léviathan et d’un modèle bureaucratique sclérosé7, repoussoir largement fantasmé qui était, il y a trente ans encore, l’horizon de la modernité, que le nouveau modèle de l’organisation en réseau semble se poser en s’opposant. Les articles du dossier l’évoquent clairement : réseaux altermondialistes, réseaux migrants, réseaux mafieux, tous sont définis ainsi par leur opposition au modèle de l’organisation bureaucratique. Les mécanismes d’émulation sont également omniprésents, comme l’illustre clairement Carlos Agudelo dans le cas des réseaux afro-américains vis-à-vis de leurs alter ego indiens, peu altermondialistes. Même dynamique pour ce qui est des modèles d’entreprises ou des réseaux d’experts, mais aussi – par exemple – pour les polices européennes qui se mettent en réseaux pour combattre les réseaux migrants illégaux et les réseaux mafieux [Bigo, 1996]. Les réseaux militants transnationaux qui émergent après 2000 s’inspirent non seulement de leurs prédécesseurs, en général anglo-saxons, mais aussi parfois des modèles organisationnels des réseaux d’entreprises qu’ils combattent. Face à ces deux dynamiques d’opposition et d’émulation largement rhétoriques, le contenu précis de la notion semble alors presque secondaire pour comprendre cette légitimité dominante de « l’action collective en réseau ».

10La reconnaissance de cette surenchère à la nouveauté devrait inciter à décrire les dynamiques sociales choisies avec plus de circonspection sans reprendre ces déclarations performatives de « faire du réseau ». Quelle est précisément dans les cas étudiés la nouveauté par rapport au fonctionnement réel du modèle bureaucratique ou encore au modèle de clientélisme (réseaux interindividuels verticaux), comme le souligne Jean Rivelois dans son article ? À quelle définition du réseau cette nouveauté renverrait-elle ? Ce dernier point sera repris dans d’autres parties de ce texte.

11Un troisième point litigieux se fait jour alors, révélant des débats critiques plus larges encore sur l’efficacité de ce mode d’action. L’organisation en réseau semble posséder deux faces : un halo de sainteté (altermondialisme, entreprises, circulation de l’information) ou une odeur de soufre (mafias, terroristes). Par-delà cette séparation manichéenne, c’est pourtant bien l’ensemble des analyses qui semble ratifier l’idée de l’efficacité supérieure du réseau. Dans son travail sur les réseaux mafieux, Jean Rivelois insiste particulièrement sur les risques de cette ligne de partage artificiel, et sa reformulation audacieuse questionne par la bande la vision du monde que porte cette célébration des réseaux sociaux. L’efficacité revendiquée de l’organisation en réseau est-elle toujours établie par l’analyse ? N’est-elle qu’un a priori (une croyance programmée) que les chercheurs partagent avec les acteurs qu’ils étudient ? Il n’est pas anodin de rappeler que les chercheurs eux-mêmes sont tenus d’améliorer leur efficacité sur le marché mondial en se réorganisant selon le modèle normatif de l’organisation en réseau… Le réseau possèderait-il au XXIe siècle une efficacité intrinsèque indépendamment du secteur, des objectifs, ou des valeurs des acteurs concernés ? Sinon, reprendre cet a priori d’efficacité, ou démontrer trop rapidement celle-ci dans le contexte global actuel, n’est-ce pas reprendre à notre compte la définition et les critères de ce qu’est « l’efficacité » dans l’organisation sociale ? Cet a priori fait une grave impasse sur les « trous noirs » existant entre les mailles du réseau, ainsi que sur les anciennes structures sociales qui peuvent être détruites par l’imposition de nouvelles structures en réseau, comme l’évoquent, par exemple, Luc Boltanski et Ève Chiapello au sujet de la montée de « la cité par projets » au sein du monde de l’entreprise et du « troisième esprit du capitalisme » [Boltanski et Chiapello, 1999 ; Castells, 2001 ; Gras, 1997]. Même au XXIe siècle, les qualités prêtées à l’organisation en réseau – vitesse, capacité à échanger des informations, fluidité et adaptabilité des liens et des identités, contrôle à distance – sont-elles les seules échelles pour juger de « l’efficacité sociale » d’un type d’action collective ? Répondre à cette question obligerait à mener de véritables études comparatives et à proposer, pour mesurer cette efficacité relative, des critères dépassant la dimension purement stratégique de l’action collective, et prenant également en compte l’expérience intime de sociabilité pour chacun des participants ainsi que les effets structuraux de ce type d’organisation sociale. Comme le rappelle avec amertume Pierre Musso à propos de la cartographie fouillée qu’il a faite des usages de la notion : avec « le réseau » représentant « la fin et le moyen pour penser et réaliser la transformation sociale… », l’utopie technicienne a tôt fait de décharger l’utopie sociale de son fardeau [Musso, 2001, p. 217].

À la recherche de la typologie perdue

12Afin de mieux cerner le fonctionnement des réseaux étudiés, et donc la spécificité de l’action en réseau, la deuxième étape de cette comparaison porte sur la richesse des classifications possibles. Les études comparatives menées à partir de l’organisation des différences et des ressemblances semblent être destinées à sécréter des typologies. Comment classer les différents cas d’organisation en réseau présentés par les articles précédents ? Rien d’évident. Non seulement parce que les cas sont hétérogènes et leur nombre trop réduit, mais aussi parce que la comparaison s’est avérée suffisamment riche pour dépasser les premières constructions qui avaient été établies et pour en suggérer de nouvelles que l’on espère plus incisives. La présentation d’une telle série de typologies ne constitue certes pas une grille toute faite permettant d’étudier le fonctionnement des réseaux sociaux : c’est surtout le cheminement qui pourra, je l’espère, être utile à certains lecteurs et inciter à contourner certains écueils.

13La première idée du groupe de travail a été de classer simplement les cas selon ce que les membres de chaque réseau partagent en premier lieu : des valeurs pour les militants et les guérilleros, des intérêts matériels pour les migrants et les mafieux, et des savoirs techniques pour les experts urbains. L’existence même de la catégorie de plus en plus utilisée « d’experts-militants » au sujet des altermondialistes du CIEPAC basés au Chiapas illustre déjà les premiers doutes sur cette classification. Classification qui avait précisément été influencée par l’article fameux de Peter Hass [1992] sur les « communautés épistémiques » où ce dernier proposait d’isoler son nouvel objet en le différenciant des groupes d’intérêt, des groupements politiques et mouvements sociaux, bureaucraties et professions. Les communautés épistémiques seraient les seules à partager, dans une combinaison exceptionnelle, non seulement des intérêts, des valeurs, et un projet politique, mais aussi des « croyances causales » correspondant à une base consensuelle de connaissances techniques appliquée à l’interprétation commune d’un problème. Il est intéressant de noter que le terme de « communauté » y était préféré à celui de « réseau » pour insister sur l’intégration multidimensionnelle des membres, et pour souligner sans doute aussi le nombre relativement réduit de participants et l’accès peu ouvert de ces communautés épistémiques.

  • 8 La communalisation correspond à ces relations sociales fondées « sur le sentiment subjectif (tradi (...)

14Les recherches empiriques sur l’action collective ne permettent bien sûr pas de tenir longtemps ce grand partage qui renvoie au vaste problème des déterminants de l’action humaine. Max Weber [1995, p. 78-82] voyait déjà les dynamiques de « communalisation » et de « sociation » comme deux idéaux-types renvoyant à des réalités toujours mêlées dans l’action collective8. Cette différenciation ne peut guère nous éclairer : d’une part en effet les réseaux sociaux peuvent servir des objectifs divers suivant les époques analysées (ce que montre très bien Anne Philippe au sujet du fonctionnement actuel des réseaux guérilleros) ; d’autre part parce que l’action collective est travaillée par les différents modes de participation de ses membres et ne peut donc jamais se réduire à une unique finalité. Cette diversité est encore plus remarquable pour de tels collectifs « coagulés », qui se caractérisent justement par l’hétérogénéité de leurs membres et la souplesse de leur coordination. Militants et guérilleros partagent de nombreux savoirs et ne sont pas dénués d’intérêts matériels, les mafieux partagent entre eux des valeurs cruciales liées à leurs activités criminelles, les experts s’affrontent sur des modèles orientés par leurs positions politiques et construisent leurs carrières. La discussion sur les mouvements sociaux, et sur ce qui les distingue des groupes d’intérêts, des partis, ou des associations a parfois ainsi tourné autour des principaux motifs de l’action, en distinguant l’action altruiste ou « progressiste » des autres types de dynamiques collectives. Ce type d’approche ne permet bien sûr pas d’explorer la complexité des ressorts de l’action collective qui font partager le plus souvent tout à la fois valeurs, intérêts matériels, et savoirs, surtout si l’analyse prend en compte la diversité des participants et la variabilité dans le temps. Bref, cette première tentative de classification nous en dit finalement très peu sur la réalité complexe des dynamiques sociales étudiées et regroupées ici sous cette notion de « réseau ».

Acteur ou forme de sociabilité ?

15La comparaison des usages de la notion a fait émerger une seconde option : différencier un type de réseau fonctionnant comme un acteur d’un autre type, reflet d’une forme de sociabilité. Dans notre cas, la dualité reflétait surtout un écart entre, d’une part, un regard modelé avant tout par la sociologie politique et l’idée de cerner les enjeux de pouvoir dans une perspective essentiellement macro-sociologique et, d’autre part, un regard marqué par l’anthropologie sociale et les échanges symboliques dirigés sur les réseaux migrants à travers une perspective plus « micro ». L’analyse de Marielle Pepin Lehalleur, centrée sur une analyse méticuleuse de la dimension « mode de sociabilité » reste d’ailleurs in fine beaucoup plus réservée sur l’utilité de la notion de « réseau ». Elle nous éclaire en revanche davantage sur la complexité de chaque lien social qui relie entre eux les individus.

16On retrouve dans les textes cette attention différenciée au vécu et aux pratiques de sociabilités des individus participant au « réseautage », aux réseaux de recrutement : seuls les textes de Anne Philippe et de Marielle Pepin Lehalleur nous permettent de nous en approcher. Ceux de Carlos Agudelo et de Jean Foyer soulignent tout de même comment les acteurs donnent eux-mêmes sens à leurs stratégies à travers le champ lexical de « réseau ». Finalement les recherches restent cependant à un niveau plus général et s’attachent plus à définir un mode d’action collective où les interactions concernent plutôt des groupes et organisations, avec la captation de ressources et l’identification de cibles. L’analyse d’Hélène Rivière d’Arc, comme celles de Jean Foyer, de Carlos Agudelo ou de Jean Rivelois concernent finalement des réseaux plus inter-organisations qu’inter-individuels, même si la première illustre vis-à-vis des réseaux d’experts urbains comment ces deux niveaux s’imbriquent.

  • 9 Il faut noter l’influence séminale de l’analyse de Charles Tilly [1978], avec son insistance sur l (...)

17Cette dualité entre « réseau-acteur » et « réseau-mode de sociabilité » se retrouve souvent au sein même des analyses portant sur l’internationalisation de l’action collective. D’une part ont émergé, à partir des études de relations internationales, les études sur les coalitions transnationales (les « Transnational Advocacy Networks » ou « Issue Network ») et leur capacité à influencer des cibles (États, normes reconnues et organisations internationales [Keck et Sikkink, 1997] et, d’autre part, les études issues du champ des mouvements sociaux qui se centrent sur les réseaux de recrutement9, la socialisation préalable et les trajectoires personnelles de ceux qui participent à des actions coordonnées (les « Transnational Social Movement Organisation ») [Smith, Chatfield, Pagnucco, 1998 ; Tarrow, 2000]. En quelques années, cette confrontation entre plusieurs programmes de recherche a vu la consécration du terme de réseau transnational mais aussi son usage se circonscrire à un mode d’organisation d’intensité minimale se distinguant des « coalitions transnationales », et plus encore des « mouvements sociaux transnationaux » par l’absence de coordination de tactiques et de stratégies, de capacité à générer une mobilisation sociale coordonnée à travers la protestation suffisamment visible [Khagram, Riker, Sikkink, 2002]. Les études se centrant sur la dimension « acteur » ont permis d’attirer l’attention sur l’hétérogénéité des statuts des participants (public/privé, national/international par exemple), sur la dynamique inter-organisationnelle, et sur le rôle-pivot de l’échange de l’information. Il s’agit de trois caractéristiques spécifiques aux réseaux sociaux que les articles de ce dossier auraient gagné à étudier plus directement. Cette perspective « acteur » pèche cependant par une tendance à reprendre sans l’interroger le discours sur « l’horizontalité » de ces réseaux transnationaux.

18En revanche, l’approche issue de l’étude des mouvements sociaux, en particulier des mobilisations altermondialistes [Della Porta, Andretta, Mosca, Reiter, 2006 ; Fillieule, Blanchard, Agrokolansky, Bandler, Passy, Sommier, 2004 ; Della Porta Tarrow, 2005 ; Bandyet Smith, 2005], a élaboré une grille beaucoup plus riche pour analyser le fonctionnement interne de l’action collective transnationale en réseau. Cette approche indique quatre points permettant d’approfondir nos analyses du fonctionnement spécifique de cette action en réseau trop rapidement labellisée comme « flexible et composite, informelle et acéphale ». Ces études précisent en effet comment les usages de l’Internet transforment les anciennes modalités de l’action collective. Comment l’analyse des mécanismes de recrutement doit suivre en détail la diversité des réseaux de sociabilité préexistants et les participations sur un mode individuel et intermittent. Comment se forment les « réseaux de réseaux » et les relations inter-organisations à travers la multi-appartenance présente ou passée de certains militants, la compétition et/ou l’agrégation de groupes informels plus autonomes qu’auparavant. Comment, enfin, ces nouvelles mobilisations donnent corps au mot d’ordre « d’horizontalité » à travers une expérimentation constante de diverses modalités de démocratie interne : analyse précise des modes de délibération et de prise de décision par consensus, et surtout des modes de représentation (sélection de simples « porte-parole » tournants) et de gestion de la formalisation/spécialisation, des différences centre/périphérie dans la vie du collectif.

  • 10 Le réseau est aujourd’hui souvent revendiqué comme mode d’action par ceux qui coordonnent leur act (...)

19Cette différenciation réseau-acteur, réseau-mode de sociabilité n’a donc pas véritablement pu structurer plus avant nos comparaisons car les analyses des modes de recrutement par sociabilités antérieures et les relations internes des membres du réseau n’avaient pas encore reçu suffisamment d’attention pour tous les cas. La dichotomie a permis en revanche de souligner quatre exigences méthodologiques importantes : a) une différence plus explicite entre analyse des réseaux inter-individuels et celle des réseaux inter-organisationnels, et aussi entre les stratégies de collecte des données et le travail de terrain qu’entraîne chacune des constructions de l’objet ; b) une analyse à la fois des perceptions sur « le réseau » et ses frontières construites par ceux qui y participent et de celles qui sont construites par ceux qui l’identifient de l’extérieur (par exemple depuis « la cible » pour les militants, mais aussi depuis les communautés d’origine pour les migrants)10, c) une détermination plus parcimonieuse de l’application de la notion de réseau : ne s’agit-il pas seulement d’une séquence des actions collectives étudiées ? ; d) une analyse structurelle des réseaux, les morphologies pouvant constituer un des points centraux de la comparaison, à la jonction entre les analyses micro et macro. C’est sur ce dernier point que reviennent les paragraphes suivants.

Morphologie comparée

20L’organisation formelle des configurations sociales est bien la dimension qui a attiré le plus l’attention des chercheurs travaillant sur les réseaux sociaux. La comparaison est d’autant plus facilitée que l’attention ne porte pas sur la teneur spécifique, complexe des liens sociaux, mais sur leur analyse quantitative et sur leur représentation spatiale sous forme de graphes. D’ailleurs, contrairement à la vulgate « horizontaliste » accompagnant la notion de réseau, ce type d’analyse est parfaitement à même de souligner les hiérarchies (nœuds de réseaux) et les situations de marginalité (isolement dans le graphe et minceur des liens désignant l’intensité). Il est regrettable que le format des textes ne permette guère une étude plus fine de cette structure et du mode d’expansion/rétraction des « réseaux » analysés. Bases de données quantitatives et représentations graphiques ne sont pas présentes dans les articles, mais plusieurs éléments de comparaison formelle ont été identifiés.

21La première différence a été établie entre les réseaux qui semblent construire des routes et ceux qui s’organisent plutôt en filet dans de multiples directions. Cette dualité renvoie à une ambiguïté originelle de la notion qui désigne à la fois un mode de circulation et un filet visant à attraper un corps (cf. le mot rets en français et l’image fondatrice du système sanguin). Le mode de circulation renvoie d’ailleurs à de grandes figures de la pensée et du fonctionnement du monde qui nous entoure : la route peut devenir arbre ou delta, suivant toutes les images de l’écoulement où l’entrecroisement fait émerger l’organisation en réseau. On remarquera que l’organisation réticulaire semble avoir remplacé l’arborescence comme schème dominant d’organisation de la pensée (au XIXe siècle : biologie, évolution, organigramme et autres classifications) ; mais on notera aussi que la circulation qu’elle désigne s’oppose justement à l’articulation linéaire et au simple chaînage. Même un faisceau de liaisons, par exemple des pipelines, mais qui ne sont pas interconnectées, n’a rien à voir avec un réseau. La figure de la route est cependant intéressante pour analyser certaines similitudes entre réseaux migrants et réseaux mafieux. Les deux types de réseaux sont en effet tendus vers la circulation d’un point de départ à un point d’arrivée : les migrants eux-mêmes dans le premier cas, la drogue dans le second. Toute l’activité de « réseautage » va donc s’organiser pour consolider ces routes ou en construire de nouvelles. Les ressources du réseau sont mobilisées en permanence pour alimenter la fidélité des relais, sécuriser la circulation, récompenser les divers acteurs qui auraient le pouvoir de fermer la route mais qui ne le font pas, explorer des routes alternatives et intéresser de nouveaux relais pour des routes à bâtir dans le futur. On s’éloigne dans les deux cas de la simple linéarité de la route car le réseau social désigne les sociabilités organisées autour du but commun de construire la route de circulation ; on fait entrer ou se séparer perpétuellement les relais suivant les fluctuations des tracés, mais le cœur du réseau social des migrants ou des mafieux correspond bien à des liens plus solides et croisés.

  • 11 « … le vocable de tissu ne nous paraît pas moins chargé d’implications extra-théoriques […] c’est (...)
  • 12 Jean Foyer utilise l’image des cercles concentriques qui n’est pas une image de circulation en rés (...)

22La seconde forme est plus classique et correspond à la définition même du filet sans centre ni périphérie, où le tissu des relations est continu et se reproduit à l’infini, chaque nœud étant identique à ses voisins11. Cette figure que l’on retrouve dans le plan en quadrillage des villes coloniales d’Amérique latine reste une morphologie utopique, créée par la raison mais à laquelle les relations sociales sont rebelles ! Les articles du dossier évoquent d’ailleurs plutôt une structure en étoile12, même si les précisions restent souvent faibles, pour tenter de visualiser la forme des réseaux sociaux évoqués. L’existence de nœuds de réseaux (nommés « ponts » dans les textes) est soulignée par Carlos Agudelo qui insiste sur l’existence de leaders incontournables, véritables entrepreneurs identitaires, ou par Anne Philippe au sujet de certains chefs, capables de faire le lien entre plusieurs tendances historiques de la guérilla comme de capter des soutiens dans différents milieux sociaux. Dans le cas des groupes armés, la structure de chaque cellule correspond à un organigramme typiquement hiérarchique où chaque cellule ne sait rien des autres et où tout contact avec l’organisation passe par le chef : exactement le schéma de l’étoile.

23Les différentes perspectives de ces études morphologiques incitent donc à se méfier de la notion de « réseau » dans sa généralité, mais aussi à poser des questions plus précises sur la structuration de l’action collective. L’analyse des réseaux vise autant à mettre en lumière l’existence de rapports de pouvoirs faibles, comme dans les cliques, que de puissants rapports de pouvoirs, comme dans les dyades ou les étoiles, ou encore les structures polycéphales (un nombre plus important de personnages centraux avec leurs étoiles respectives), dernière structure que l’on retrouve souvent évoquée dans les articles de ce dossier. Les réseaux d’experts urbains mais aussi les réseaux guérilleros se présenteraient ainsi le plus souvent en étoile ou en structures polycéphales marquées par les relations entre grands fondateurs, chacun avec « son réseau » en étoile. L’analyse formelle permet également de préciser les liens simples de ceux qui sont multifonctionnels, de montrer des degrés divers de segmentation entre différents groupes qui constituent la structure en réseau.

Les adjectifs fragiles de la mise en réseau

  • 13 Il faudrait sans doute également se pencher sur les formes de déterritorialisation et les stratégi (...)

24La dernière étape de ces essais typologiques a mené à un questionnement comparé des quatre principaux attributs dont nous avons l’habitude de voir couronnés les réseaux, dans chacun des cas étudiés (horizontalité, fluidité, faible identité et informalité13).

25Le premier et le plus important est celui de la présomption d’horizontalité dans ce type de collectifs. Il est sans doute aussi le plus contestable. Non seulement l’analyse de réseau permet de mettre en évidence l’existence de nœuds (individus ou organisations) qui ont une position centrale pour la circulation des ressources au sein du groupe, mais aussi de mettre en valeur d’autres signes de hiérarchie. Le thème du nombre réduit des porte-parole et de la représentation a particulièrement été mis en lumière par Carlos Agudelo dans le cas des réseaux afro-descendants, et les têtes de réseaux ont été clairement identifiées dans le cas des groupes armés par Anne Philippe. D’autres points ont été abordés pour reconnaître ces formes de pouvoir sous-jacentes : quels sont les membres qui pèsent sur les critères officieux permettant de juger qui est le bienvenu dans le réseau, si nous admettons que peu de réseaux sont en fait absolument « ouverts » ? Dans ces cas d’action collective, quels sont les membres les plus actifs pour diffuser l’image et les objectifs du réseau entre les membres, pour entretenir des rapports avec les cibles et les fournisseurs de ressources du réseau ? Comme l’évoque Hélène Rivière d’Arc, les réseaux d’experts ne font pas de « relance » auprès de leurs membres alors que les réseaux militants ou clandestins connaissent un noyau qui active en permanence les sociabilités qui les constituent. Conclusion : ce sont simplement les formes légitimes de pouvoir (cf. rejet du modèle bureaucratique et de la mise en scène de la domination), sa visibilisation et les modalités pratiques plus subtiles de son exercice qui semblent avoir changé.

26Le second attribut classique de l’action en réseau est celui de la fluidité et de l’existence éphémère du collectif. Militants de l’altermondialisme et des afro-descendants illustrent bien cette idée de structure ad hoc qui ne se constitue que le temps d’une campagne médiatique au cours de laquelle les engagements sont intermittents, guidés avant tout par l’idée de visibilité, de représentation et/ou de production commune d’information. Il est vrai que les nouvelles technologies de l’information sont le principal facteur de ce type d’action collective minimale fondée sur la circulation. Dans les autres cas cependant la fluidité est toute relative et signifie plutôt qu’un groupe constitué par des liens de sociabilité très stables et denses (migrants, guérilleros, mafieux) va avoir des contacts brefs pour le temps d’une opération avec des relais, mais seulement à la marge du collectif. Cette transaction est alors souvent plus proche du fonctionnement du marché et s’oppose aux liens sociaux fondés sur des échanges bâtissant réciprocité et confiance sur le long terme. Le partage du risque dans le cas des mafieux, des guérilleros et des migrants (voire des militants) est un moteur puissant de continuité et même d’identité. Anne Philippe rappelle que les groupes constituent un « espace fermé marqué par la forte ritualisation de l’action et la socialisation des membres […]. Dans le risque et le secret […] ». Marielle Pepin Lehalleur parle même du rôle des « liens primaires réellement ou symboliquement familiaux » pour les migrants, Anne Philippe du rôle des clans familiaux pour les groupes armés. Les cas sont rares où les coûts d’entrée et de sortie dans l’action collective sont réellement négligeables, ce qui ne facilite guère la fluidité.

27Le déficit de sa construction identitaire différencierait l’action en réseau car, à sa fluidité, correspondraient un moindre investissement et une moindre identification au groupe social. Il ne peut y avoir de réseau que lorsque des liens sociaux s’établissent entre personnes séparées initialement par une distance relative (sociale, sectorielle, géographique) mais s’aidant, pour tous les cas étudiés, dans une étape commune au moins de leur socialisation. Marielle Pepin Lehalleur parle ainsi d’une « […] pulsion entre distanciation et rapprochement » et elle évoque la construction de ponts entre différences autant que le rassemblement de semblables. Comme pour la fluidité, la capacité à susciter l’identification chez les membres est en fait très variable suivant les parties de l’ensemble qualifié de réseau. Chez les militants, les coalitions larges de type altermondialiste tendent en effet à s’appuyer sur des mécanismes identitaires moindres, même si la labellisation commune « alter » tend à susciter une identification croissante. Dans le cas d’organisations en « clique », « étoile », où les relations de réciprocité et de confiance sont prégnantes, cette identification peut être très forte, d’autant plus si les coûts de sortie sont forts comme pour les groupes illégaux. Cette idée d’un coût de sortie nul – au centre du modèle de réseau – qui paraît mieux correspondre au cas des réseaux afro-descendants, semble en fait très rare après une analyse plus précise ! Encore une fois, la faiblesse de cette construction identitaire n’est valable que pour certains groupes et certaines séquences des collectifs étudiés.

28Enfin, un dernier adjectif est rituellement accolé à l’action en réseau : « informelle ». Pour ce qui est des migrants, les règles écrites sont rares mais les clauses du « contrat » passé entre membres des différentes étapes du réseau sont particulièrement claires pour chacun. Dans le cas des réseaux d’experts ou de militants, cette qualification d’informalité est ambiguë dans la mesure où les modes de fonctionnement de la coalition peuvent en effet n’être explicités nulle part, mais où l’objectif de représentation et de visibilité du collectif est tel que son nom est mis en avant. Les chartes et autres déclarations de fonctionnement sont d’ailleurs nombreuses dans ces domaines et elles montrent la volonté de se donner des règles communes sans répondre aux modèles hiérarchiques. La clandestinité, voire l’illégalité des collectifs armés, ne signifie pas que leur action est « informelle » et les codes de conduite sont particulièrement rigides. Soulignons donc que l’informalité est due davantage à une baisse du nombre de règles formalisées, surtout écrites, afin de faciliter l’adaptabilité à un contexte changeant, qu’à l’absence de règles que croit percevoir l’observateur extérieur.

29L’analyse comparative de l’application de ces quatre critères a ainsi l’avantage de minorer la nouveauté de ces « réseaux » vis-à-vis des structures classiques que sont les communautés, les clientèles ou les organisations bureaucratiques ; ils désignent bien des écarts relatifs vis-à-vis de ces modèles. Nombreux sont les cas où l’on se rapproche plutôt de certaines connexions inter-organisations [Fillieule, 2001 ; Diani et McAdam, 2003 ; McPherson, Popielarz et Drobnic, 1992], et où les principes de fluidité et d’horizontalité ne semblent concerner que certaines parties du collectif étudié.

Connecter/disparaître : le réseau comme ressac et interface

30Finalement, la comparaison de ces différentes dynamiques de l’action collective a permis également de faire apparaître une dernière dimension des réseaux comme essentielle : la difficulté à tracer une frontière claire entre l’intérieur et l’extérieur du réseau. Les perceptions qu’ont les individus sur le fonctionnement du réseau, son ouverture, sa fluidité, son horizontalité et l’existence d’une identité sont aussi très relatives car il n’est pas toujours aisé de situer l’individu vis-à-vis de cette frontière. C’est peut-être même seulement ainsi que les limites du réseau peuvent être établies, dans un aller et retour entre perceptions internes et externes, puisque cette forme se caractérise justement par cette ambiguïté de ses marges : qui est in, qui est out ? Ou plutôt la question serait : qui est légitime pour dire qu’untel est in et qu’untel est out ? Marielle Pepin Lehalleur rappelle à ce propos que « les relations d’identité, de réciprocité ou de compétition entre les uns ne surgissent que dans l’hétérogénéité et l’inégalité qui les réunit face à l’Autre […] l’effet de groupe produit par les migrants, en leur faveur ou à leur désavantage ». Le point de vue des personnes ponctuellement en rapport avec les membres du réseau (« logeurs ou patrons » en quête de clientèles), et plus encore des habitants du village d’origine, est souvent négligé. C’est alors que la dimension hétérogène (relative) des membres de la configuration est la plus notable. Si dans les études formelles des réseaux, l’image de « la nébuleuse » émerge (plus que le nuage, moins que le cristal), c’est que certaines régularités sont tout de même observables mais que les frontières sont incertaines.

  • 14 « La sociologie des réseaux transnationaux se donne pour objectif l’analyse de cette opération de (...)

31On arrive ainsi au point qui nous paraît essentiel dans l’organisation en réseau : la frontière ténue, fluctuante, qui délimite son intérieur de son extérieur. Au-delà de l’analyse de la structure interne de chaque réseau, où des structures hiérarchiques et stables semblent le plus souvent exister, il est nécessaire de se pencher sur la dynamique de structuration du réseau à ses marges, vers l’extérieur. Anne Philippe montre clairement comment la dynamique des liens de sociabilité au sein des groupes armés peut se transformer et laisser une grande place à des transactions ponctuelles de type commerce illégal des armes. C’est bien plutôt dans cette capacité à traverser les organisations existantes [Diani et McAdam, 2003 ; Fillieule, 2001], à faire circuler des ressources d’un point à un autre et entre arènes de différents niveaux (trans-scalaire comme insistent les auteurs), à les transférer d’un champ à l’autre14, à opérer des « traductions » de connaissance – comme le rappelle Hélène Rivière d’Arc – et des connexions vite effacées, à se déployer en ne laissant que des traces, que l’action collective en réseau serait un mode spécifique d’organisation.

32Migrants, militants, experts ou mafieux, la question se pose régulièrement de savoir où passe la frontière de leurs organisations, notamment parce que ces réseaux doivent capter des ressources et influencer des « cibles », individus ou organisations dont il est le plus souvent difficile de décider de la participation au dit « réseau ». Comme le montre l’analyse en réseau centrée sur l’étude des mouvements sociaux [Diani et MacAdam, 2003], le regard doit se tourner autant sur la structure interne que sur les réseaux de recrutement et donc les sociabilités qui préexistent à l’action collective. Le désengagement doit également être analysé dans cette tension entre sociabilité au sein de l’organisation et autres réseaux de sociabilité [Fillieule, 2005]. L’attention à cette frange mouvante de l’organisation et de son terreau social de recrutement se retrouve clairement dans l’analyse des réseaux d’experts urbains dont les milieux sociaux d’origine sont définis en partie par un ancrage professionnel (également : expérience cosmopolite et jargon sectoriel), mais aussi par des affiliations politiques qui dépassent les frontières nationales et tracent des lignes de circulation entre villes possédant ce type de connivence. Elle se retrouve aussi dans l’émergence des groupes armés ou des migrants, mais également dans leur mutation, un large panel étant utilisé, depuis les liens forts sur le très long terme jusqu’aux transactions financières les plus ponctuelles. La spécificité serait que la frontière entre le fonctionnement des réseaux de sociabilités préexistants et leur réactivation pour l’action en réseau soit ténue. Cette dimension « potentielle » des liens existants, des étapes de socialisation partagées par des individus, a d’ailleurs été bien mise en valeur par les dernières analyses sur les mouvements sociaux [Mische, 2003 ; Diani, 2003]. Celles-ci ont en effet montré combien la perspective gagnerait à ne pas considérer seulement les liens correspondant à des circulations identifiables (biens, informations, etc.) mais aussi ceux qui rassemblent de manière invisible la coprésence à des événements, la même exposition à certains médias, etc.

33Cette attention nécessaire aux franges mouvantes de l’organisation en réseau et à sa nature de lien entre différents mondes, de canal de circulation pour les ressources, donne à penser que cette relation ambiguë avec l’« extérieur » devrait être plus spécifiquement analysée. On a parlé plus haut des relations spécifiques qui se tissent entre certains milieux sociaux pour le recrutement, liens primaires et simples moments de socialisation partagée (le cat-net de Tilly). On pourrait aussi se demander dans quelle mesure la nature de la cible ou des principaux fournisseurs de ressources du réseau influence ces réseaux de recrutement. Mais le fait d’aborder le réseau en tant que modalité de l’action collective pose justement beaucoup de questions sur le rôle actif des cibles et des fournisseurs (considérés ici comme des individus ou des organisations). Plusieurs situations différentes se présentent qui correspondent à des dynamiques de réseau différentes et à des situations différentes de cette porosité interne/externe. Certains réseaux n’ont ni cibles ni fournisseurs et les ressources sont toutes fournies par les membres du réseau : cette figure idéale-typique pouvant correspondre à certaines coopératives d’autogestion ou à des réseaux de circulation peers to peers est rare et l’étude des réseaux migrants montre que les cibles et personnes à inclure momentanément dans la circulation apparaissent régulièrement. Un second cas très courant correspond à une organisation dont on peut identifier à la fois des « cibles » et des « fournisseurs » de ressources. Parfois les fournisseurs de ressources – voire la cible ! – suscitent eux-mêmes la formation du réseau et la frontière interne/externe du réseau est alors très ambiguë. Les cas présentés vont souvent dans ce sens où des acteurs semblant extérieurs au réseau l’ont suscité et alimenté et sont donc au cœur de sa dynamique. Il en est ainsi des mouvements transnationaux afro-américains puisqu’il a été montré qu’ils ont souvent été suscités par les OIG, BID, Banque mondiale et autres fondations américaines à partir de 2000, qui ont ouvert des forums pour l’expression des revendications identitaires. La question de la poursuite de mécanismes clientélistes verticaux entre un leader et une institution internationale au sein de ces réseaux qui se veulent horizontaux est clairement posée. Les réseaux d’experts urbains sont également très marqués par leurs financeurs internationaux (OIG ou ONG), ou par certaines villes jouant le rôle de pôle de diffusion d’expériences ; et l’on hésite, bien sûr, à inclure dans le réseau les individus travaillant dans ces organismes et qui sont chargés du suivi de ces activités, ainsi que les techniciens locaux censés être des cibles mais qui devraient parfois être inclus dans la configuration par la continuité des liens tissés.

34Dans le cas de collectifs militants, le fait de produire ses propres ressources en interne (d’information, de collecte de fonds, etc.) permet un découpage plus clair et une plus forte autonomie ; en revanche les liens internes plus denses peuvent aller à l’encontre de la « fluidité organisationnelle ». D’autres fois, la recherche de ressources est plus stratégique et s’opère par captation choisie (cf. groupes clandestins), ce qui détermine des stratégies de localisation, et un rapport distancié avec ces fournisseurs.

Remarques conclusives

35La notion de réseau rassemble finalement une multitude de dimensions de ces fameux « liens faibles », reliant des personnes que sépare une « distance relative » (entre similitude et diversité sociale). Il s’est avéré que la notion pouvait servir en particulier pour analyser les réseaux de recrutement, la structure interne (souvent une dimension inter-organisation permettant de penser les « nébuleuses organisationnelles » ou « réseaux de réseaux ») et surtout, peut-être, le mode de déploiement et la relation ambiguë entre interne et externe de ce type de configuration sociale.

36Deux autres problèmes auraient pu faire l’objet d’un questionnement plus spécifique dans la comparaison et demanderaient à être approfondis. Cette organisation en réseau connaît-elle certains traits spécifiques qui nous informeraient sur les transformations propres à l’Amérique latine ? Quelle est, en effet, l’histoire de la diffusion de ce cadre d’interprétation de l’action collective en Amérique latine depuis vingt ans ? En se penchant sur les phénomènes d’hégémonie et de circulation de ressources Nord-Sud [Dezalay et Garth, 2002], sur les nouvelles nécessités de participation à des arènes internationales : en quoi la dimension transnationale qui existe dans tous les articles transforme-t-elle réellement les pratiques sociales décrites ? Hélène Rivière d’Arc et Jean Rivelois donnent certains indices dans cette direction en soulignant, pour le continent, la porosité entre sphère militante et universitaire, la structure des systèmes de production de connaissance, ou la dépendance des organisations politiques envers les réseaux financiers légaux ou illégaux. Comme le rappelait également Colonomos [1996], la subsistance de forts communautarismes en Amérique latine facilite en fait l’essor et la légitimité du modèle d’organisation en réseau, appuyé sur les représentations d’une « nouvelle gouvernance », qui gagne sur les modèles bureaucratiques et universalistes. La concurrence généralisée de différents types de réseau est loin de s’opposer à la logique communautaire. Jean Foyer et Jean Rivelois insistent tous deux sur le fait que la dé-sectorialisation et l’imbrication des sphères économiques et politiques sont des phénomènes qui dépassent la croissance de l’organisation en réseau et sa spécificité latino-américaine. Au sujet de cette dimension transnationale, le contournement des bureaucraties étatiques et la circulation de modèles par-delà les frontières sont souvent cités.

37Au cours des paragraphes précédents s’est aussi imposé un constat de base : même s’il est indéniable que les modalités pratiques de l’action collective se sont transformées en vingt ans, la notion de « réseau » peut brouiller l’interprétation aussi rapidement qu’elle peut l’éclairer. Il convient ainsi de savoir différencier les analyses sur la révolution des réseaux techniques de communication contemporains, de la vulgate sur l’efficacité et la démocratie de l’action collective en réseau, et aussi de l’analyse structurale des réseaux en sociologie. Cette perspective centrée sur la forme structurale des sociabilités ne porte donc pas les a priori que véhicule la notion dans son usage de sens commun : absence de hiérarchie ou de continuité, même si les dérives normatives sont toujours possibles. Il existe une polémique entre les chercheurs travaillant spécifiquement sur les réseaux pour savoir s’il s’agit d’un nouveau paradigme ou de nouveaux outils pour la recherche sociologique [Musso, 2004], et les études présentées ici ne renvoient à aucun de ces deux pôles. Cependant lorsque Musso [2004] insiste sur les risques de réductionnisme et d’abstraction de l’analyse structurale, on y retrouvera les dernières critiques visant à mieux prendre en compte les dimensions culturelles des réseaux dans l’action collective. Mische [2003] et Diani [2003], au terme d’un livre très dense sur le sujet, insistent sur l’importance qu’il faudrait accorder aux schèmes culturels partagés dans les phénomènes de mobilisation collective, ainsi qu’à la dimension virtuelle, par rapport à l’analyse centrée exclusivement sur les liens délimités par une circulation identifiable. Les approches moins formelles, comme celles de ce dossier, pourraient donc contribuer à une sociologie des réseaux sociaux centrée sur le qualitatif, la dimension plurielle de chaque lien social, la dynamique de structuration plutôt que sur la modélisation d’une situation figée.

38Cette recherche sur les usages comparés de la notion entre des mondes aussi divers que ceux des militants, mafieux, migrants, guérilleros et experts nous a conduits à discerner des correspondances inattendues, à donner toute l’attention nécessaire à leur structuration détaillée. La comparaison nous a ainsi permis de formuler des questions plus précises sur nos objets, de les construire un peu différemment, et de revenir sur ce que nous considérons comme la texture même des liens sociaux.

Haut de page

Bibliographie

Bandy Joe, Smith Jackie (éd.), Coalitions Across Borders. Transnational Protest and the Neoliberal Order, Lanham, Rowman & Littlefield, 2005.

Bigo Didier, Polices en réseau. L’expérience européenne, Paris, Presses de Sciences Po, 1996.

Boltanski Luc, Chiapello Eve, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.

Canguilhem Georges, La Connaissance de la vie, Paris, Vrin, 1969.

Castells Manuel, La Société en Réseaux, vol. 1 (L’ère de l’information), Fayard, Paris, 2001.

Degenne Alain, Forsé Michel, Les Réseaux sociaux, Paris, Armand Colin, 2004 [1994].

Della Porta Donatella, Tarrow Sidney, Transnational Protest and Global Activism, Lanham, Rowman & Littlefield, 2005.

Della Porta Donatella, Andretta Massimiliano, Mosca Lorenzo, Reiter Herbert, Globalization from Below. Transnational Activists and Protests Networks, Minneapolis, Minesota University Press, 2000.

Dezalay Yves, Garth Bryant, La Mondialisation des guerres de palais. La restructuration du pouvoir d’État en Amérique latine, entre notables du droit et « Chicago boys », Paris, Seuil, 2002.

Diani Mario, Mc Adam Doug, Social Movements and Networks. Relational Approaches to Collective Action, Oxford, Oxford University Press, 2003.

Diani Mario, « Networks and Social Movements. A Research Programme », in Diani Mario, McAdam Doug, Social Movements and Networks. Relational Approaches to Collective Action, Oxford, Oxford University Press, 2003, p. 299-319.

Fillieule Olivier (dir.), « Post-scriptum : Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel », Revue française de Science Politique, vol. 51 (1-2), février-avril 2001, p. 199-215.

Fillieule Olivier (dir.), Le Désengagement militant, Paris, Belin, 2005.

Fillieule Olivier, Blanchard Philippe, Agrokolansky Éric, Bandler Marko, Passy Florence, Sommier Isabelle, « L’alter-mondialisme en réseau, Trajectoires, multipositionalité et formes de l’engagement, les participants du contre-sommet du G 8 d’Évian », Politix, vol. 17, n° 68, 2004, p. 13-48.

Gras Alain, Les Macro-systèmes techniques, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 1997.

Hass Peter M., « Knowledge, Power and International Policy Coordination », International Organisation, 46 (1), 1992.

Keck Margaret, Sikkink Kathryn, Activists beyond Borders, Transnational Advocacy Coalitions in International Politics, Ithaca, Cornell University Press, 1997.

Latour Bruno, Changer la société – Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2006.

Lazega Emmanuel, Réseaux sociaux et structures relationnelles, PUF, « Que sais-je ? », 1998.

Le Galès Patrick, Thatcher Mark (dir.), Les Réseaux de l’action publique, débats autour des policy networks, Paris, L’Harmattan, 1995.

McPherson J. Miller, Popielarz Pamela, Drobnic Sonja, « Social network and Organizational Dynamics », American Sociological Review, 57 (2), 1992, p. 153-170.

Mercklé Pierre, La Sociologie des réseaux sociaux, Paris, La Découverte, 2004 (a).

Mercklé Pierre, Les Origines de l’analyse des réseaux sociaux, http://eco.ens-lsh.fr/sociales, 2004(b).

Mische Ann, « Cross-talk in Movements : Reconceiving the Culture-Network Link », in Diani Mario, McAdam Doug, Social Movements and Networks. Relational Approaches to Collective Action, Oxford, Oxford University Press, 2003, p. 258-280.

Musso Pierre, « Genèse et critique de la notion de réseau », in Parrochia Daniel (dir.), Penser les réseaux, Paris, Champ Vallon, 2001, p. 194-217.

Musso Pierre, Télécommunications et philosophies des réseaux, Paris, PUF, 1997.

Ollitrault Sylvie, « Science et militantisme : les transformations d’un échange circulaire. Le cas de l’écologisme français », Politix, vol. 9, n° 36, 1996, p. 141-162.

Parrochia Daniel (dir.), Penser les réseaux, Paris, Champ Vallon, 2001.

Parrochia Daniel, Philosophie des réseaux, Paris, PUF, 1993.

Requena Santos Felix, Análisis de redes sociales. Orígenes, teorías y aplicaciones, Madrid, CIS/Siglo XXI, 2003.

Smith Jackie, Chatfield Charles, Pagnucco Ron (comp.), Transnational social movments ans Global politics : solidarity beyond the state, Syracuse, Syracuse University Press, 1998.

Tarrow Sidney, « La contestation transnationale », Cultures et Conflits, n° 38, 2000, p. 187-223.

Tilly Charles, From Mobilization to Revolution, Reading, Addison-Wesley, 1978.

Weber Max, Économie et Société, Paris, Plon, 1995 [1971 pour la 1re édition française].

Haut de page

Notes

1 L’analyse historique et la définition qui nous ont semblé les plus complètes de la notion dans ces multiples usages est celle de Musso : « La notion de réseau est omniprésente, voire omnipotente. Elle a pris la place de notions jadis dominantes, comme le système et la structure » (…) « Le réseau est un récepteur épistémique ou un cristallisateur… » [2001, p. 194]. L’auteur distingue deux grands types d’usage, chacun connaissant un sens dégradé : 1) un mode de pensée permettant d’organiser les connaissances, ensuite dégradé en une « technologie de l’esprit » s’imposant partout ; 2) un mode d’aménagement de l’espace/temps, une matrice technique, souvent galvaudée en une simple symbolique (un sac à métaphores) qu’elle charrie. En ce qui concerne plus précisément les réseaux sociaux transnationaux, on renverra aussi à deux bons textes d’introduction : pour l’histoire des réseaux sociaux en général, cf. Mercklé [2004 (a) et 2004 (b)] ; et pour les réseaux transnationaux, Colonomos [1995].

2 Castells [2001] et Musso [1997], ainsi que la revue Réseaux, proposent maintenant une réelle approche sociologique, alors que la thématique d’Internet et du virtuel a donné lieu à de multiples réflexions plus aventureuses. En plus de ces deux grands domaines d’analyse, deux autres perspectives ont aussi fait un usage intense – et spécifique – de la notion de réseau : la « théorie de l’acteur réseau » [Latour, 2006] et l’approche des réseaux de politique publique [Le Galès et Thatcher, 1995]. L’approche se distingue aussi des réflexions plus générales biologico-mathématiques ou philosophiques [Parrochia, 1993 et 2001].

3 Pour ce vigoureux courant de la sociologie, pour cette approche en France, on renvoie aussi au tout nouveau groupe réseau de l’Association française de Sociologie, (http://www.cmh.pro.ens.fr/ reseaux-sociaux). Et pour l’Amérique latine, de nombreuses publications latino-américaines ont paru depuis 2000, voir en particulier la revue Redes. Revista hispana para el análisis de redes sociales (http://revista-redes.rediris.es).

4 L’analyse formelle des réseaux sociaux a ici un statut particulier par son élaboration plus méticuleuse de la notion, mais elle apporte ses propres biais.

5 L’analyse de Sylvie Ollitrault concerne les modalités de la reprise du cadre tourainien des nouveaux mouvements sociaux. Cette capacité des acteurs à produire eux-mêmes leurs cadres d’interprétation sociologiques est d’ailleurs de plus en plus soulignée au sein de la littérature anthropologique, comme au sein de l’analyse de l’action collective [Fillieule, Blanchard, Agrokolansky, Bandler, Passy et Sommier, 2004, p. 13-48].

6 Pour ce qui est des résonances au sein même du champ des débats sociologiques et en particulier de la volonté de dépasser la dualité structuralisme/atomisme afin de forger un nouveau paradigme méso-sociologique sous la figure tutélaire de G. Simmel, cf. Mercklé [2004], qui constitue une excellente introduction.

7 Dans le monde de la gouvernance d’entreprise, l’ancien modèle fordiste, avatar du modèle bureaucratique, a déjà été rejeté depuis plus longtemps encore.

8 La communalisation correspond à ces relations sociales fondées « sur le sentiment subjectif (traditionnel ou affectif) des participants d’appartenir à une même communauté », alors que la sociation est fondée sur « un compromis d’intérêts motivé rationnellement (en valeur ou en finalité) ou sur une coordination d’intérêts motivée de la même manière ».

9 Il faut noter l’influence séminale de l’analyse de Charles Tilly [1978], avec son insistance sur la mesure de la « cat-net » pour évaluer le potentiel de mobilisation d’une population, combinaison de l’existence du partage d’une situation objective (category) avec l’existence de réseaux sociaux denses pouvant être mobilisés (networks).

10 Le réseau est aujourd’hui souvent revendiqué comme mode d’action par ceux qui coordonnent leur action, mais il est utilisé avec la même fréquence par des acteurs externes pour qualifier le mode d’action des autres. On se trouve donc devant certains décalages entre exo- et endo-perceptions : est-ce un réseau ou simplement une organisation classique dont règles et organigrammes sont méconnus ? Est-ce un réseau ou seulement quelques personnes qui se sont réunies une fois sans donner plus de suite à cette rencontre ? L’existence de ce réseau n’est-elle pas un pur fantasme produit par des acteurs extérieurs, voire par certains des individus concernés ?

11 « … le vocable de tissu ne nous paraît pas moins chargé d’implications extra-théoriques […] c’est l’image d’une continuité où toute interruption est arbitraire. » [Canguilhem, 1969, p. 63-64], la figure correspond aussi à la cristalographie et à la reproduction des motifs dans les images fractales. Le rhizome s’oppose alors au système arborescent des racines classiques.

12 Jean Foyer utilise l’image des cercles concentriques qui n’est pas une image de circulation en réseau mais reprendrait plutôt l’idée d’échelle d’intensité dans les liens correspondant à l’éloignement géographique. La toile d’araignée est à la fois trace d’une circulation et structure pérenne, à la fois modèle du filet et modèle de l’étoile. La position du centre est relativisée par le nombre élevé d’intermédiaires qu’il faut parcourir quels que soient les points de départ et d’arrivée ; mais dans son usage réel par l’araignée, les nœuds perdent de leur sens, seule la surface créée subsiste.

13 Il faudrait sans doute également se pencher sur les formes de déterritorialisation et les stratégies de localisations comprises par l’action en réseau qu’interroge dans son texte Hélène Rivière d’Arc.

14 « La sociologie des réseaux transnationaux se donne pour objectif l’analyse de cette opération de conversion d’un espace à l’autre, de ressources, de valeur et de logistiques qui circulent au gré des interactions entre les membres de l’organisation. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Dumoulin Kervran, « Usages comparés de la notion de réseau », Cahiers des Amériques latines, 51-52 | 2006, 125-145.

Référence électronique

David Dumoulin Kervran, « Usages comparés de la notion de réseau », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 51-52 | 2006, mis en ligne le 17 août 2017, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/cal/8176 ; DOI : 10.4000/cal.8176

Haut de page

Auteur

David Dumoulin Kervran

Université Paris III – Sorbonne nouvelle, Institut des Hautes Études de l’Amérique latine/Centre de Recherche et de Documentation sur l’Amérique latine (CREDAL), UMR 7169.
Maître de conférences en sociologie à l’IHEAL et membre du CREDAL. Il a consacré sa thèse de doctorat aux politiques de conservation de la nature au Mexique confrontées aux politiques de renouveau indien. Il a notamment publié « Local Knowledge in the Hands of Transnational NGO Networks : a Mexican Viewpoint », International Journal of Social Sciences, n° 178, décembre 2003, p. 593-605 ; « Transformations des solidarités transnationales : des réseaux militants aux champs globalisés. Le cas de la défense des peuples autochtones », in Guillaume Devin (dir.) Les solidarités transnationales, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 103-112.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals