Navigation – Plan du site
Études

« Paysages de la vérité » du Chili durant l’Unité populaire (1970-1973)

Essai d’analyse épistémologique
Franck Gaudichaud
p. 171-184

Résumés

Plus de trente ans après la chute du gouvernement de Salvador Allende, nous jouissons indéniablement d’une plus grande distance critique afin de faire ressurgir certains paysages de la vérité de cette période conflictuelle de l’histoire chilienne. Pourtant, aujourd’hui comme hier, les chercheurs en sciences sociales s’intéressant à l’Unité populaire doivent faire face à des choix épistémologiques inévitables : plusieurs écoles historiographiques se côtoient autour de l’interprétation de cette époque charnière de l’histoire latino-américaine. Basé sur une longue étude bibliographique, cet article présente les principales tendances interprétatives des mille jours de l’Unité populaire. Il rappelle que, si les approches théoriques restent assez tranchées suivant les auteurs, la plupart des investigations ont pourtant été dominées par une vision centrée sur le champ institutionnel et les partis politiques. Aussi, ce texte cherche à montrer tout l’intérêt qu’il y aurait à opérer « un retour au social » et à multiplier des études qui redonnent toute leur place et leur historicité aux luttes sociales et aux actions collectives chiliennes entre 1970 et 1973.

Haut de page

Texte intégral

1Dans un essai écrit au milieu des années 1980, le sociologue Michael Löwy notait :

« Toute connaissance et interprétation de la réalité sociale est liée, d’une façon directe ou indirecte, à une des visions sociales du monde […]. Et que, par conséquent, la vérité objective sur la société n’est pas concevable comme une image, mais plutôt comme un paysage peint par un artiste ; et que, finalement, ce paysage sera d’autant plus vrai que le peintre sera situé à un observatoire ou belvédère plus élevé, lui permettant une vue plus vaste et plus étendue du panorama irrégulier et accidenté de la réalité sociale. » [Löwy, 1985, p. 14]

2Il nous semble que la notion de « paysages de la vérité » avancée ici est particulièrement pertinente pour l’objet d’étude que nous nous attacherons à présenter dans cet article, c’est-à-dire l’historiographie du Chili de l’Unité populaire (1970-1973). En effet, plus de trente ans après la chute du gouvernement de Salvador Allende, nous jouissons indéniablement d’une plus grande distance pour aborder cette période : pour reprendre la métaphore filée plus haut, on pourrait dire que notre point d’observation se trouve désormais assez élevé pour commencer à dresser des bilans et faire ressurgir certains paysages de la vérité. Ceci d’autant plus que, depuis quelques années, davantage de sources écrites sont accessibles (celles qui n’ont pas été détruites), tandis que les témoins encore en vie offrent un vaste champ d’investigation, basé sur les techniques de l’enquête orale. Pourtant, aujourd’hui comme hier, les chercheurs en sciences sociales s’intéressant à l’Unité populaire doivent faire face à des choix épistémologiques inévitables : plusieurs écoles historiographiques se côtoient autour de l’interprétation de cette époque charnière de l’histoire latino-américaine.

  • 1 Cet article est fondé sur une recherche présentée lors d’un séminaire historiographique organisé e (...)

3En effet, l’Unité populaire a marqué le XXe siècle. Élu sur la base d’une puissante mobilisation sociale, le médecin Salvador Allende prenait la tête du gouvernement avec pour ambition de mener – de manière pacifique – le pays vers un modèle socialiste démocratique, en pariant sur la flexibilité des institutions chiliennes. Porté par deux grands partis ouvriers, le Parti communiste et le Parti socialiste, ce gouvernement sera destitué mille jours plus tard suite au coup d’état du général Pinochet, dont la dictature devient alors l’un des symboles du terrorisme d’État latino-américain. S’aventurer sur les traces de cette expérience d’intense conflit politique et social suppose de réussir auparavant le bilan de ce qui s’est écrit sur le sujet. Dans les lignes qui suivent, nous tenterons de dresser une telle esquisse historiographique, tout en avançant des pistes en vue de recherches futures. Par ce biais, nous nous proposons de mutualiser des réflexions issues de plusieurs années de recherches doctorales en science politique1.

Aperçu sur les principaux courants historiographiques

4Une première remarque : la masse extraordinaire de livres qui ont trait à l’Unité populaire (UP). Le cas chilien a tant symbolisé, a tant été discuté, que le chercheur se trouve face à une bibliographie démesurée. Ainsi, l’économiste Max Nolff a pu recenser plus de 200 livres consacrés au seul personnage du président Salvador Allende [Nolff, 1993]. L’un des dangers est donc de se « noyer » dans cet océan bibliographique et il est indispensable d’y opérer un tri préalable. Malgré le caractère parfois arbitraire d’une telle classification, nous présenterons ici les principales tendances d’analyse et quelques ouvrages parmi les plus représentatifs.

5On peut tout d’abord élaborer une première distinction en se basant sur le caractère scientifique de l’écrit. Plus exactement en remarquant le sérieux ou non des sources utilisées et la méthodologie employée. En effet, de nombreux livres sont des essais militants et des témoignages, rédigés – dans les années qui ont suivi le coup d’État – par des acteurs « engagés ». Comme le note Hugo Cancino, l’objet de ces publications était :

« De créer un sentiment de solidarité avec le peuple chilien, d’indignation et de condamnation morale de la dictature militaire […]. Le genre « essais », malgré sa tentative d’expliquer et de formuler des hypothèses sur le cours de l’expérience chilienne, dépassant ainsi la chronique journalistique, ne consiste pas dans la majorité des cas en un travail systématique des sources primaires et secondaires. » [Cancino, 1998, p. 2]

6Dans cette catégorie, on rencontre de multiples écrits sensationnalistes qui apportent peu aux chercheurs. Certains, néanmoins, ont une réelle valeur aujourd’hui encore. Rédigés par des intellectuels qui étaient, directement ou indirectement, partie prenante de l’UP, ils nous offrent des points de vue tout à fait intéressants. Il faut donc savoir les utiliser avec précaution puisqu’ils peuvent nous servir autant comme archives historiques (sur les représentations subjectives de l’époque par exemple) que comme source de documentation scientifique.

7Citons, en guise d’exemple, les livres d’un proche conseiller d’Allende, le politologue catalan Joan Garcés, qui permettent de comprendre la position du gouvernement [Garcés, 1974]. Le livre de Carlos Altamirano, alors secrétaire général du PS chilien [Altamirano, 1977], est aussi un classique du genre, de même que les études d’un des économistes de l’UP, Sergio Bitar ou encore la compilation des œuvres de Pedro Vuskovic, un temps ministre de l’Économie. Ajoutons le journal du sociologue français Alain Touraine, qui nous offre ses réflexions au jour le jour alors qu’il vivait au Chili [Touraine, 1973], ou encore les mémoires de dirigeants du Parti communiste tels que Orlando Millas ou Luis Corvalán.

8Ces textes ont été rédigés dans les années 1970, mais depuis, de nombreux universitaires ont tenté d’apporter leur pierre à l’édifice, avec, en filigrane, la volonté d’expliquer les mécanismes sociopolitiques qui ont conduit de « la voie chilienne au socialisme » au régime militaire du général Pinochet.

9Comme tout travail en sciences sociales, les études consacrées à l’Unité populaire peuvent se diviser en grands courants de pensée. L’historiographie chilienne de cette période est conflictuelle et, comme l’ont montré plusieurs chercheurs, elle a été fortement marquée par la « cassure » que représente le coup d’État : penser en période de dictature ne peut manquer d’influencer la production intellectuelle et la manière de « faire de l’histoire » ou d’aborder les sciences politiques [Rojas, 2000, p. 47-117]. Les approches restent assez tranchées et elles sont le reflet des présupposés théoriques, méthodologiques ainsi qu’idéologiques de leurs auteurs. Dans une analyse éclairante et polémique, l’historien Luis Moulian distingue trois grands courants dans l’historiographie chilienne traitant de la période 1964-1973 [Moulian, 1999, p. 43-111]. Selon lui, tous les travaux s’inscrivent, d’une manière ou d’une autre, au sein de l’une de ces tendances fondamentales, avec des nuances cependant.

  • 2 L’historien Gonzalo Vial fut un fervent défenseur de la dictature et auteur anonyme du Libro blanc (...)

10La première grande famille épistémologique est issue de l’histoire traditionaliste et néo-conservatrice : ses représentants les plus connus sont Ricardo Krebs et Gonzalo Vial2. Ce dernier voit dans l’Unité populaire la culmination de la violence politique fomentée essentiellement par la gauche en faveur de « modèles ou utopies révolutionnaires ». L’année 1973 représente ainsi le point d’orgue d’une crise d’autorité et des valeurs morales nationales, du fait d’une « sur-idéologisation » de l’ensemble de la société obligeant finalement l’armée à intervenir afin de rétablir l’ordre. Ce désordre croissant et incontrôlé serait dû, pour partie aux réformes sociales et, de l’autre, à l’action déstabilisatrice des partis politiques, tous favorables à des « projets globaux » de transformation sociale [Vial, 1981]. La seconde tendance historiographique est « meso-historique », et quoique assez hétérogène, proche de la pensée du christianisme social. Ce courant est incarné par des historiens tels que Sergio Villalobos ou Christian Gazmuri et par Genaro Arriagada dans le domaine de la science politique. Il se caractérise par son intérêt pour les descriptions empiriques, par la place donnée à l’événementiel – et finalement par une vision positiviste. Très factuel, ce type d’analyse laisse peu de place à l’interprétation et au débat théorique. La « voie chilienne au socialisme » est alors vue comme un chemin conduisant de la voie institutionnelle, héritée du gouvernement démocrate-chrétien (1964-1970), jusqu’aux velléités du pouvoir total, incarnées par S. Allende. On pourrait ajouter à cette tendance le chapitre XII de l’histoire générale du Chili : publiée par la Cambridge University, elle est aussi marquée au sceau d’une histoire essentiellement descriptive [Collier et Fater, 1999]. Enfin, le dernier grand type d’interprétation mis en valeur par Luis Moulian est marxiste (ou utilisant certaines catégories marxiennes). Pendant presque trois décennies, le marxisme orthodoxe a largement dominé l’histoire du mouvement ouvrier chilien, avec des auteurs tels que Hernán Ramírez Necochea. Ce marxisme universitaire a été marqué par le déterminisme historique et une vision téléologique des processus politiques :

« Au Chili, comme sous d’autres latitudes, les ouvriers du secteur industriel et minier devinrent les grands protagonistes de l’histoire du salut et de la rédemption de l’humanité. Cette philosophie de l’histoire faisait que de manière quasi inévitable l’arrangement des faits suivrait un déroulement qui avançait jusqu’à un final connu et nécessaire. » [Rojas, 2000, p. 51]

11Avec la chute du mur de Berlin, de telles certitudes ont été battues en brèche. Désormais, le principal représentant du matérialisme historique au Chili est Luis Vitale, historien marxiste hétérodoxe. Ses dernières contributions sur l’UP montrent une certaine ouverture problématique et sa volonté de collaborer avec une nouvelle génération de chercheurs [Vitale, 1999]. Ce courant voit dans l’UP, une « période pré-révolutionnaire » et dans le programme du gouvernement, une tactique de caractère « démocratique avancé », qui est restée emprisonnée dans un légalisme, dépassé par la teneur du conflit de classe. En lien avec cette approche, il faut citer les diverses études du sociologue états-unien James Petras. Luis Moulian classe également l’historien Gabriel Salazar, tête de file de la « nouvelle histoire » chilienne, dans cette catégorie. Cette classification est discutable puisque G. Salazar ne se revendique pas de cette filiation théorique marxiste. Appuyé davantage sur des notions telles que « classe politique civile » et « classe politique militaire », il inscrit l’UP dans la continuité des fronts populaires des années 1930 et décrit un régime de type « national-populiste en crise » [Salazar, 1999]. Enfin, parmi les chercheurs de « sensibilité marxiste », on trouve le sociologue Tomas Moulian, qui a travaillé un temps avec le sociologue Manuel Garreton, pour ensuite se rapprocher de certains paradigmes marxiens. Néanmoins, sa « conversation avec Allende » est plutôt de l’ordre de l’essai philosophique [Moulian, 1998].

12Les distinctions opérées ci-dessus sont assurément simplificatrices, elles ont pourtant le mérite de baliser le terrain. Comme l’admet Luis Moulian, elles nécessiteraient d’être largement affinées : plusieurs auteurs ayant travaillé sur l’Unité populaire ne se reconnaissent assurément pas dans l’une de ses trois grandes catégories. Surtout, les nombreuses recherches réalisées en dehors du Chili sont laissées de côté. En ce qui concerne la production française, nous pourrions ainsi citer le travail de la sociologue Marie-Noëlle Sarget ou encore celui d’Ingrid Seguel-Boccara, consacré aux « passions politiques durant l’Unité populaire » [Seguel-Boccara, 1997]. Il s’agit d’une thèse de doctorat qui se réclame de l’analyse socio-historique de Nobert Elias, bien qu’elle reste surtout centrée sur les représentations politiques, utilisant le concept « d’affects politiques » cher à Pierre Ansart.

  • 3 The origins of democracy : theorical reflections on the chilean case, 1983 ; The breakdown of the (...)

13Mais ce sont avant tout les investigations anglo-saxonnes qui ont eu une réelle influence sur la manière d’envisager l’UP. C’est particulièrement le cas de l’important travail développé par l’école fonctionnaliste états-unienne, à partir des années 1950, autour de Talcott Parson. En ce qui concerne le Chili, une telle approche est dominée par les recherches de l’équipe d’Arturo Valenzuela (Université de Colombia), qui ont débouché sur des ouvrages de référence3. Cette école axe son interprétation sur le système politique pendant l’Unité populaire, en s’intéressant au champ institutionnel et au fonctionnement des partis politiques (stratégie, direction, rapport aux institutions). Pour résumer, l’UP est interprétée comme un moment de destruction accélérée du système de la démocratie représentative, sous le poids d’un processus de polarisation et de rupture du centre politique. Selon Valenzuela, le système politique chilien est caractérisé, depuis les années 1930, par une articulation entre des « extrêmes politiques » (les communistes, les socialistes à gauche et les conservateurs à droite) et un « centre » dirigé par le Parti radical, qui modère l’ensemble du système. Or, à partir des années 1960, l’apparition de la démocratie chrétienne signe l’arrêt de mort d’un tel équilibre en déplaçant les radicaux et en ouvrant la boite de Pandore de « la polarisation du système politique » (l’UP en est alors l’aboutissement logique). La production universitaire chilienne a été particulièrement sensible à ce schéma épistémologique : une révision des travaux de la FLACSO des années 1980-1990 et des ouvrages du sociologue Manuel Garreton souligne la prégnance de telles analyses [Garreton, 1983]. Plus récemment, l’historien Alfredo Jocelyn-Holt se revendique expressément de cette appartenance théorique : il décrit le « fragile équilibre » du système politique chilien et, à partir de 1964, du fait de ce qu’il nomme le « messianisme idéologique », une radicalisation politique, jugée délétère pour la stabilité démocratique [Jocelyn-Holt, 1999].

14L’école fonctionnaliste a fortement contribué à l’élaboration de la notion d’« État de compromis », souvent invoquée au moment de comprendre le système politique chilien et son exceptionnelle stabilité en regard avec d’autres pays du Cône Sud (la Bolivie par exemple). En effet, les élites chiliennes sont parvenues à maintenir la continuité de l’État libéral (mis en place au milieu des années 1920), tout en institutionnalisant une partie des revendications du mouvement ouvrier afin de pérenniser le modèle du « capitalisme minier » (selon l’expression de Pierre Vayssière). Néanmoins, ainsi que le rappelle Gabriel Salazar, cet « État de compromis » – irrémédiablement détruit le 11 septembre 1973 – a souvent été confondu par ces chercheurs avec une sorte de « démocratie du consensus », séparée des rapports conflictuels entre les classes sociales. Dans ce cas, l’analyse fonctionnaliste tend à évacuer – ou à fortement minimiser – la discontinuité sociale soutenue sur laquelle s’est forgée cette stabilité institutionnelle relative. Car si on peut parler de l’existence d’un compromis entre les élites et une partie du mouvement ouvrier, c’est sans oublier les inégalités sociales croissantes, les répressions militaires régulières (par exemple à Puerto Montt en 1969) et l’absence de représentativité politique pour des pans entiers de la population (pobladores, paysans, travailleurs des petites et moyennes entreprises, etc.). Or, c’est précisément en portant le regard sur cette discontinuité que l’on peut comprendre l’une des raisons objectives du surgissement d’une des plus importantes mobilisations collectives qu’ait connue l’Amérique latine depuis la révolution cubaine.

15Et si les analyses fonctionnalistes ont souvent été critiquées pour leur insistance univoque sur le système politique institutionnel, c’est pourtant la grande majorité des études sur l’UP, quelles que soient les disciplines et les écoles épistémologiques concernées, qui sont longtemps restées marquées par une telle tendance. Ainsi, une matrice théorique dominante traverse tous ses courants, laissant sur le bord de la route plusieurs axes de recherche.

Analyses hégémoniques et nouvelles pistes de recherche

16Dans une investigation réalisée durant l’année 2004, deux historiens de l’université ARCIS (Santiago) ont comparé les arguments d’un corpus de quinze ouvrages, publiés au Chili entre 1974 et 2004 et qui sont considérés comme incontournables sur la question [Garcés et Leiva, 2004]. Leurs premières conclusions font le constat suivant : alors que les divers textes révisés proviennent de regards différents (allant des marxistes aux fonctionnalistes) et de disciplines variées, il notent que :

« La tendance de la majorité des études a été, jusqu’à maintenant, de constituer en objet d’analyse quasi exclusivement les acteurs politiques « formels », c’est-à-dire les partis politiques, les thématiques liées à ceux-ci (programmes, tactiques, alliances) et les secteurs où ces derniers concentraient leur action (surtout les divers espaces de l’appareil étatique) ».

17Ainsi, l’accent est mis sur le rôle des partis politiques, censés incarner les acteurs essentiels du processus, particulièrement via les négociations au niveau du Parlement ou grâce à la politique menée par le gouvernement Allende. Cependant, au sein de cette matrice, on peut noter deux courants distincts. Un premier insiste sur la disparition du centre du système politique et, en ce sens, reprend – en les actualisant – les théories fonctionnalistes de E. Valenzuela. Paradoxalement, on y retrouve des historiens qui ont prétendu rompre avec cette orientation pour restituer un contexte sociohistorique plus large : dans son ouvrage, Luis Corvalán Márquez, ne parvient pas de manière convaincante à cet objectif [Corvalán, 2000].

18À l’opposé, mais au sein du même cadre théorique, d’autres auteurs centrent leur attention sur le poids des erreurs commises par les partis politiques, et particulièrement par ceux qui forment le gouvernement, à commencer par le PC et le PS. Ainsi, Tomas Moulian argumente que la défaite de la « voie chilienne au socialisme » trouve ses origines, d’une part dans l’incapacité du gouvernement à trouver un terrain de négociation crédible avec la Démocratie-chrétienne ; d’autre part, dans l’existence d’une division fratricide au sein de la gauche entre les « révolutionnaires modérés » (PC, aile droite du PS, secteurs chrétiens et radicaux) et les secteurs « rupturistes », dont le poids déstabilisateur aurait été accentué par la présence d’un acteur extraparlementaire : le Mouvement de la gauche révolutionnaire (MIR). Il faut noter que c’est aussi, à peu de chose près, la version « officielle » défendue aujourd’hui par de nombreux ex-dirigeants de la gauche chilienne (dont Luis Corvalán Lepe, ex-secrétaire général du PC). Enfin, pour d’autres chercheurs, c’est davantage au sein de la coalition gouvernementale qu’il faudrait chercher les contradictions qui ont conduit à la réussite fulgurante du coup d’État. Fernando Mires, dans son livre consacré aux révolutions sociales en Amérique latine, n’hésite pas à décrire ce qu’il nomme les « péchés originels » de l’UP [Mires, 1988]. Parmi ces « erreurs structurelles », F. Mires rappelle la forte institutionnalisation des principaux partis de gauche au sein d’un État resté au service des classes dominantes. Selon lui, le programme de l’UP était peu viable en pariant sur le respect inébranlable du suffrage universel de la part des forces armées et du fait que le système de participation des salariés (au sein de l’Aire de propriété sociale, secteur économique nationalisé), excluait finalement de vastes couches subalternes de la société.

19Il ne fait nul doute que ces différentes approches, qui tentent de déchiffrer l’UP essentiellement au travers d’une étude du champ politique, sont un apport pour qui veut comprendre ces mille jours de l’histoire chilienne. La politique gouvernementale, l’action des partis, les réactions du système institutionnel face aux réformes radicales sont effectivement essentielles. Pourtant, une telle vision ne suffit plus si l’on veut réellement renouveler l’historiographie de cette période et pouvoir complexifier notre compréhension de cet objet d’étude.

  • 4 On consultera à ce propos avec profit le site du « National Security Archive » abrité par l’Univer (...)

20Malgré le nombre de recherches déjà réalisées sur le Chili, la période de l’Unité populaire est toujours riche de champs d’investigation non explorés ou peu développés. Dans leur bilan, M. Garcés et S. Leiva isolent deux « grandes omissions ». La première est liée au rôle de l’intervention états-unienne dans la déstabilisation du régime. Nous relativiserons ce point de vue, car plusieurs descriptions détaillées de cette implication du gouvernement Nixon existent déjà et elles ont permis de comprendre que les États-Unis ont été un acteur central du « drame chilien ». Il est, par contre, exact que cette donnée n’est parfois pas assez prise en compte dans les explications de la défaite de l’UP et, aussi, que les récentes déclassifications de milliers d’archives des services secrets ouvrent un nouveau terrain de recherche autour de cette thématique4. Par contre, l’autre zone d’ombre qui reste largement à défricher est paradoxalement celle qui a trait à un des aspects les plus riches de ce processus : le mouvement social et les diverses formes d’actions collectives.

« Dans la majorité des travaux consultés, les secteurs populaires ne constituent pas des acteurs sociaux et politiques définis depuis leur historicité propre. Peu sont les historiens qui ont mené des recherches sur les mouvements sociaux et quand ils l’ont fait, ils ont reproduit les approches dominantes. » [Garcès et Leiva, 2004, p. 15]

  • 5 Les cordons industriels sont des coordinations de syndicats qui s’engagent, à partir de 1972, dans (...)

21C’est précisément là que se situe une possible rénovation des perspectives : retrouver la dynamique du mouvement social, la replacer au centre de nos analyses et montrer en quoi elle a pu acquérir une dynamique propre, non pas isolée du champ politique, mais parfois en autonomie, voire même en contradiction par rapport à celui-ci. Il y a donc bien un retour au social à effectuer, et ce en suivant certains travaux pionniers en la matière. C’est le cas des recherches d’Hugo Cancino sur la « problématique du pouvoir populaire » [Cancino, 1988] mais surtout de Peter Winn sur les « tisseurs de révolution » [Winn, 1986]. Cet historien a centré son doctorat sur l’étude du monopole textile Yarur, en combinant, de manière originale, l’histoire orale (nombreux témoignages) et l’histoire locale (l’étude d’une industrie). Par le biais de son étude, il parvient à établir une vision générale tout en restituant en détail les conflits au sein de l’entreprise, les tentatives de certains militants pour construire le « Cordon Industriel O’Higgins » et l’opposition du PC à cette revendication. Au travers d’une histoire à échelle humaine, il démontre de manière convaincante comment le gouvernement Allende entre en contradiction avec la mobilisation sociale qu’il a lui-même favorisée et de quelle manière le légalisme de l’UP est vécu par certains ouvriers comme un frein à ce que Winn nomme la « Révolution par en bas ». C’est cette même brèche historiographique que nous avons choisi de suivre au travers de nos travaux sur le « pouvoir populaire » chilien en milieu urbain [Gaudichaud, 2005]. Sans aucun doute, les multiples formes d’auto-organisation à la base et de pouvoir populaire constituant (et particulièrement celles des Cordons Industriels)5, redonnent à l’UP toute sa dimension collective contradictoire. On voit alors poindre ce que le politologue Sydney Tarrow nomme « pouvoir en mouvement ». De l’élan issu de la participation des salariés dans le secteur nationalisé, orientée par le gouvernement, au débordement des directions partisanes de gauche ; de la crise de l’appareil syndical jusqu’à l’apparition des Cordons industriels ; des essais de ravitaillement direct des quartiers périphériques à la mobilisation de certains campamentos, on assiste à divers soubresauts d’auto-organisation. Cette « épopée » du mouvement social se trouve alors à maintes reprises en déphasage avec le champ politique et, fait notable, y compris avec le gouvernement qu’elle a pour ambition de défendre. Là encore, la technique de l’enquête orale combinée au travail des sources permet d’éviter les analyses réductrices. Les récits de vie permettent de restituer la dimension microsociale des actions collectives. Bref, de comprendre de quelle manière les mobilisations et les parcours individuels se sont combinés avec le conflit politique global [Gaudichaud, 2003].

22C’est d’ailleurs pour cette raison que l’hypothèse avancée par M. A. Illanes est tout à fait pertinente pour de futures investigations.

« Durant l’Unité populaire se déchaîne un processus révolutionnaire et une lutte idéologique qui, au contraire de ce que dit cette historiographie [dominante], ne parvient pas à se transformer en une dichotomie simple, ni à se résoudre en oppositions clairement contradictoires à l’intérieur du régime de l’Unité populaire. Je crois que ne parvient pas à s’installer l’oppression d’en haut et la révolution d’en bas. Au contraire, il s’agit d’un processus qui surgit des conditions même de la « révolution prisonnière » dans laquelle les secteurs populaires n’ont pas perdu, jusqu’à la fin, l’initiative. » [Illanes, 2002, p. 183]

23Dans cette optique, l’objectif de ce nécessaire « retour au social » se doit d’éviter le rejet du politique, pour, au contraire, savoir articuler les deux champs entre eux.

Affiche électorale à l’occasion des élections parlementaires chiliennes de mars 1973. La candidate Fidelma Allende Miranda sera élue et l’Unité populaire remportera 43,85 % des suffrages

  • 6 Cf. S. Grez Toso, « Escribir la historia de los sectores populares », Santiago de Chile, abril 200 (...)

24Comme le note Sergio Grez, après le boom de la « nouvelle histoire » chilienne (au milieu des années 1980) qui a réintroduit la vie quotidienne des travailleurs pauvres au centre du débat académique, il s’agit désormais d’élaborer une histoire sociale et politique des secteurs populaires6. On peut alors penser à l’apport que pourrait représenter de nouvelles études sur la dynamique du mouvement social urbain (notamment dans les provinces), sur les mobilisations paysannes qui s’organisent en conjonction avec la politique de réforme agraire ou encore sur le mouvement pobladores (désormais mieux connu grâce à Mario Garcés). Et c’est ce renouveau historiographique qui est actuellement en cours, ainsi qu’en témoigne l’ouvrage coordonné par Julio Pinto et intitulé Cuando hicimos historia. La experiencia de la Unidad Popular [Pinto, 2005]. Les thématiques abordées n’écartent pas le champ institutionnel (avec une analyse de la crise du discours stratégique des partis de gauche ou une autre consacrée aux Forces armées) mais elles s’attardent également sur le mouvement syndical et ses dissidents ; sur les comités de base de l’Église et le mouvement des Chrétiens pour le socialisme, sur les productions culturelles et musicales populaires, sur les populations des quartiers périphériques, etc. Pour compléter un tel panorama, il y aurait également un grand intérêt à s’engager sur une histoire sociale des élites : par exemple, comment les grands propriétaires terriens ont-ils vécu – et agi – face à la réforme agraire ? D’autre part, les couches moyennes ont, elles aussi, été largement délaissées, alors qu’elles ont constitué un pivot du système politique et que leur basculement dans l’opposition a fortement fragilisé le gouvernement Allende.

25L’urgence qu’il y a à effectuer une histoire sociale de l’UP est donc évidente. Est-ce à dire dans ces conditions que les recherches sur les partis politiques ou les institutions seraient désormais sans intérêt ? Évidemment la réponse est négative. Il reste encore à faire dans ce domaine également. Seulement, de telles études devront dorénavant prendre en compte et intégrer la dimension sociale du conflit politique que représente l’UP. Au risque, dans le cas contraire, d’oblitérer un pan entier et fondamental de la réalité du Chili des années 1970.

Conclusion

26Au terme de ce bilan, nous venons d’esquisser différents points de vue historiographiques qu’il est possible de distinguer lorsque l’on s’intéresse à l’Unité populaire : distinction quant à la méthodologie employée, distinction quant aux angles d’approche et aux paradigmes employés. Il ne s’agit là que d’une présentation, tant il s’agit d’un vaste sujet qui mériterait d’être plus amplement développé. À ce propos, il serait judicieux d’introduire d’autres critères que ceux présentés ci-dessus. On pourrait par exemple proposer un classement par thématiques traitées : les relations internationales (citons les études de Olga Ulianova sur l’influence soviétique), la politique économique du gouvernement (avec la thèse d’Hector Vega en France), la mémoire militante (travail de José del Pozo au Canada), les militants de gauche au sein des Forces armées (recherche en cours de Jorge Magasich en Belgique), la gauche extraparlementaire (doctorat en cours d’Eugenia Palieraki sur le MIR), etc.

  • 7 C’est ce qu’est venue rappeler la polémique intellectuelle qui a suivi l’arrestation du général Pi (...)

27Ces différentes approches confirment que les « paysages de la vérité » de l’UP sont loin d’être uniformes et que cette histoire est un lieu de débat toujours présent où s’entrechoquent diverses visions du monde, différents courants épistémologiques, qui, en cherchant à scruter le passé, sont forcément aussi dépendants des enjeux du temps présent. Et lorsque l’on aborde le Chili de cette époque on s’insère aussi pleinement dans la « bataille de la mémoire » [Illanes, 2002]. Depuis le coup d’État du 11 septembre 1973, des milliers de pages ont été écrites afin de faire le bilan de l’UP et nombreux sont les auteurs qui ont tenté d’expliquer les causes de l’avènement de 17 ans de dictature. Comme pour la révolution française ou d’autres événements historiques majeurs, il ne semble pas exister de frontière complètement étanche entre l’analyse historique et les enjeux mémoriels7. Les bilans sont contradictoires et ils le resteront encore longtemps, alimentant ainsi la discussion.

28Néanmoins, au-delà des différences, nous avons pu montrer certaines tendances lourdes parmi ces études et le fait que l’on découvre une historiographie souvent centrée sur le champ institutionnel et les partis politiques, avec une forte influence des écoles fonctionnalistes. Face à un tel constat, il n’est pas exagéré d’affirmer que les recherches sur les mille jours de l’Unité populaire souffrent d’un grave déficit : il manque une histoire sociale de ce processus. Certains, comme Peter Winn, ont pu ainsi parler de la nécessité d’une histoire de « la révolution par en bas », axée sur la vie et les actions collectives des secteurs populaires les plus mobilisés. Et s’il est justifié d’attirer l’attention des chercheurs sur ce qui se trame à la base de la société, on ne pourra l’envisager isolément, séparé de son contexte et de ses relations organiques avec les partis, le gouvernement, l’État. Ainsi, la rénovation historiographique du Chili de l’UP devrait passer par des études menées sur les articulations et mésententes entre le champ politique et le mouvement social, entre les identités partisanes et les mobilisations collectives (sans oublier celles qui concernent les couches moyennes et supérieures). Cette orientation pourra s’appuyer sur des investigations empiriques (au travers d’études de cas précis), tout en permettant un développement du débat théorique sur la dynamique du mouvement social chilien et de ses rapports aux institutions. De telles perspectives, redonnant toute leur place et leur historicité aux acteurs sociaux, devraient ouvrir de nouvelles voies afin d’envisager cette période de rupture, qui est aussi l’aboutissement d’un temps long, hérité des fronts populaires des années 1930. Si l’historiographie sur le Chili gagne un tel pari, nous aurons alors l’opportunité de renouveler des problématiques trop longtemps réduites à une analyse en terme de « polarisation du système politique », pour évoluer vers une vision plus complexe et forcément contradictoire de ce processus. Et, par la même occasion, de faire ressurgir certains des « trésors perdus » (pour paraphraser Hannah Arendt dans son essai sur les révolutions) de cet épisode fondamental de l’histoire du XXe siècle.

Haut de page

Bibliographie

Cancino Hugo, La problemática del poder popular en el proceso de la vía chilena al socialismo 1970-1973, Aarhus, Aarhus Universitet Press, 1988.

Collier Simon, Fater William S., Historia de Chile : 1909-1994, Madrid, Cambridge University Press, 1999.

Corvalán Márquez Luis, Los partidos y el golpe del 11 de septiembre : contribución al estudio del contexto histórico, Santiago, CESOC, 2000.

Garcés Joan, El estado y los problemas tácticos del gobierno de Allende, México, siglo XXI, 1974.

Garcés Mario, Leiva Sebastián, Perspectivas de análisis de la Unidad Popular : opciones y omisiones, Informe de avance, Universidad ARCIS, 2004.

Garreton Manuel, El proceso político chileno, Santiago, FLACSO, 1983.

Gaudichaud Franck, Poder Popular, participación de los trabajadores y Cordones industriales. Testimonios sobre la dinámica del movimiento popular urbano durante el gobierno de Salvador Allende, Santiago, LOM/DIBAM, 2004.

Gaudichaud Franck, Étude sur la dynamique du mouvement social urbain chilien. « Pouvoir populaire » et cordons industriels durant le gouvernement de Salvador Allende. 1970-1973, thèse de doctorat en Science Politique, Université Paris 8, 2005.

Illanes María Angélica A., La batalla de la memoria, Santiago, Planeta/Ariel, 2002.

Jocelyn-Holt Alfredo, El Chile perplejo. De avanzar sin transar al transar sin parar, Santiago, Planeta/Ariel, 1999.

Löwy Michael, Paysages de la vérité. Introduction à une sociologie critique de la connaissance, Paris, Anthropos, 1985.

Moulian Luis, « Balance historiográfico sobre los treinta años de la historia chilena » in Para recuperar la memoria histórica : Freí, Allende, Pinochet, Ed. Chile-America/CESOC, Santiago, 1999, p. 43-111.

Moulian Tomás, Conversaciones interrumpidas con Allende, Santiago, LOM, 1998.

Mires Fernando, La rebelión permanente. Las revoluciones sociales en América Latina, Mexico, Siglo XXI Ed, 1988.

Nolff Max, Salvador Allende : el político, el estadista. Bibliografía comentada y temática de más de 200 libros, Santiago, Estudio, 1993.

Pinto Vallejos Julio, Cuando hicimos historia. La experiencia de la Unidad Popular, Santiago, LOM, 2005.

Rojas Flores Jorge, « Los trabajadores en la historiografía chilena : balance y proyecciones », in Revista Economía & Trabajo, n° 10, Santiago, 2000, p. 47-117.

Salazar Gabriel, Pinto Julio, Historia contemporánea de Chile, Santiago, t. 1, LOM, 1999.

Seguel-Boccara Ingrid, Les passions politiques au Chili durant l’Unité populaire (1970-1973) : un essai d’analyse systémique, Paris, L’Harmattan, 1997.

Touraine Alain, Vie et mort du Chili populaire, journal sociologique, Paris, Seuil, 1973.

Valenzuela Arturo, The origins of democracy : theorical reflections on the chilean case, Washington, the Wilson Center, 1983.

Valenzuela Arturo, El quiebre de la democracia en Chile, Santiago, FLACSO, 1989.

Vial Gonzalo, Historia de Chile, Santiago, Ed. Santillana, 1981.

Vitale Luis (coord.), Para recuperar la memoria histórica : Freí, Allende, Pinochet, Santiago, Ed. Chile-America/CESOC, 1999.

Winn Peter, Weavers of revolution, the Yarur workers and chile’s road to socialism, New York, Oxford university press, 1986.

Haut de page

Notes

1 Cet article est fondé sur une recherche présentée lors d’un séminaire historiographique organisé en 2003 à Santiago (II Encuentro de Historiografía en Homenaje a Luis Moulian : el gobierno de la Unidad Popular y de la dictadura militar. Museo Nacional B. Vicuña Mackenna. 4 de septiembre del 2003). Une première élaboration de ce bilan avait été alors publiée en français dans le n° 14-15 de la revue Dissidences (janvier 2004, www.dissidences.net).

2 L’historien Gonzalo Vial fut un fervent défenseur de la dictature et auteur anonyme du Libro blanco de la junte militaire.

3 The origins of democracy : theorical reflections on the chilean case, 1983 ; The breakdown of the democracy in Chile, 1989.

4 On consultera à ce propos avec profit le site du « National Security Archive » abrité par l’Université George Washington : www.gwu.edu/~nsarchiv/latin_america/chile.htm

5 Les cordons industriels sont des coordinations de syndicats qui s’engagent, à partir de 1972, dans une dynamique de contrôle et de participation des salariés qui « débordent » la CUT (la centrale syndicale) et les directions des partis de gauche.

6 Cf. S. Grez Toso, « Escribir la historia de los sectores populares », Santiago de Chile, abril 2006 (http://virginia-vidal.com/anaquel/article_296.shtml).

7 C’est ce qu’est venue rappeler la polémique intellectuelle qui a suivi l’arrestation du général Pinochet à Londres, en 1998, avec notamment la publication d’un « manifeste d’historiens » répondant à la « lettre aux Chiliens » de l’ex-dictateur.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Affiche électorale à l’occasion des élections parlementaires chiliennes de mars 1973. La candidate Fidelma Allende Miranda sera élue et l’Unité populaire remportera 43,85 % des suffrages
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/8197/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franck Gaudichaud, « « Paysages de la vérité » du Chili durant l’Unité populaire (1970-1973) », Cahiers des Amériques latines, 51-52 | 2006, 171-184.

Référence électronique

Franck Gaudichaud, « « Paysages de la vérité » du Chili durant l’Unité populaire (1970-1973) », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 51-52 | 2006, mis en ligne le 17 août 2017, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/cal/8197 ; DOI : 10.4000/cal.8197

Haut de page

Auteur

Franck Gaudichaud

Université de Grenoble III/CURAPP – UMR 6054.
Docteur en science politique, maître de conférences à l’Université de Grenoble III, membre du CURAPP (Centre Universitaire de Recherches Administratives et Politiques, UMR 6054) et du comité de rédaction de la revue Dissidences. Il est l’auteur de plusieurs articles sur l’histoire et l’actualité de l’Amérique latine et de deux ouvrages sur le Chili et le terrorisme d’État dans le Cône Sud : Poder popular y Cordones Industriales. Testimonios sobre un movimiento popular urbano. 1970-1973, Santiago, LOM, 2004 ; Operación Cóndor. Notas sobre el terrorismo de Estado en el Cono sur, Madrid, Sepha Ediciones, 2005.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals