Navigation – Plan du site
Dossier. Syndicalismes et gouvernements progressistes

Alliances et autonomie politique. Les deux faces du syndicalisme chilien

Alianzas y autonomía política: las dos caras del sindicalismo chileno
Alliances and political autonomy: the two sides of Chilean trade unionism
Rodrigo Medel Sierralta
Traduction de Melenn Kerhoas et Élodie Dupau
p. 49-69

Résumés

Depuis dix ans, le Chili connaît une augmentation de la conflictualité du travail, dans laquelle les travailleurs mobilisés par des grèves illégales jouent un rôle prépondérant. À partir d’entretiens avec 43 leaders de grèves menées en 2014, complétés par des données statistiques, nous proposons trois conclusions montrant ce que cette conflictualité du travail révèle de l’état actuel du syndicalisme. 1) L’observation des acteurs et des alliances formées lors des grèves montre une distinction claire entre le syndicalisme du secteur privé, isolé politiquement, et celui du secteur public, fortement tributaire de ses alliances avec les centrales et les partis politiques ; 2) La possibilité de s’affranchir des cadres institutionnels du travail, dans les grèves du secteur privé, dépend de la capacité des syndicats à mobiliser les travailleurs en interne ; 3) C’est dans les secteurs clés du modèle primo-exportateur que cette force syndicale interne et autonome s’est développée le plus vite.

Haut de page

Notes de la rédaction

Texte reçu le 4 janvier 2017, accepté le 30 août 2017.

Texte intégral

1Les grèves constituent un prisme privilégié pour l’étude des alliances politiques et sociales du syndicalisme de chaque pays. Les syndicats y déploient toutes leurs ressources de pouvoir internes et externes : les résultats peuvent donc être décisifs pour le futur des relations professionnelles au sein de l’entreprise ou de l’institution concernée. Pour les travailleurs, une issue favorable au conflit peut consolider leurs organisations, améliorer leurs conditions de travail, ou même avoir des effets politiques à un niveau plus large [Murillo, 2000] ; mais une issue négative peut entraîner le licenciement d’employés, l’éclatement voire l’anéantissement de syndicats [Cipstra, 2015]. L’étude systématique des grèves met alors en lumière les tendances de conflictualité dans chaque pays, ainsi que la structure des alliances et des relations externes qu’entretiennent les syndicats au cours de périodes historiques distinctes. Plusieurs points ont pu être observés : les relations établies par les syndicats avec les gouvernements successifs [Hyman, 1986 ; Murillo, 2000 ; Stillerman, 2017], le soutien externe des centrales et autres forces syndicales [Stillerman, 2002 ; 2017], et les allégeances politiques et idéologiques des travailleurs en lutte [Winn, 1994]. Toutefois, l’analyse approfondie des grèves est une entrée unique pour établir les aspects clés de la physionomie du syndicalisme dans chaque pays.

  • 1 Selon l’Observatoire des grèves de travailleurs du Chili, les grèves illégales se définissent comme (...)

2Le Chili constitue un cas singulier pour étudier le syndicalisme par le biais de l’activité gréviste. Bien qu’il soit toujours prisonnier des limitations des cadres institutionnels hérités de la dictature civico-militaire, il a connu lors de la dernière décennie une hausse de la conflictualité du travail sans précédent depuis le retour à la démocratie [OHL-COES, 2016]. Cette hausse est à la fois caractérisée et déterminée par une augmentation du nombre de travailleurs mobilisés hors des cadres établis par le Code du travail, c’est-à-dire au moyen de grèves illégales1. Leur nombre avait en effet tendance à dépasser largement, au cours des dernières décennies, celui des travailleurs mobilisés par les grèves légales [Armstrong et Águila, 2006 ; Pérez, Medel et Velásquez, 2017].

3Ainsi, de nombreuses analyses considèrent la grève illégale comme un élément central dans l’étude du syndicalisme chilien récent [Armstrong et Águila, 2006 ; Guzmán, 2002 ; Julián, 2014]. D’autre part, une tendance s’est affirmée, qui voit les grèves illégales comme une manifestation tactique de nouvelles formes de syndicalisme [Araneda et Núñez, 2008 ; Pérez, 2014 ; Leiva, 2014].

4Bien que cette distinction nette entre les grèves dans et hors cadre légal s’avère pertinente en termes de statistiques [Medel et Pérez, 2017], les alliances politiques et sociales mises en œuvre dans ces deux types de mouvements n’ont pas assez été étudiées, pas plus que leur rôle finalement décisif dans le développement du conflit.

5Cet article propose un regard qualitatif sur les grèves au Chili, en soulignant particulièrement la structure des alliances des syndicats en temps de lutte, afin d’évaluer si le pic de conflictualité est dû à une force interne et isolée d’autres forces politiques, ou s’il existe des liens externes ayant permis le développement récent des grèves illégales.

6Pour répondre à cette question, nous avons pris pour base des entretiens avec les leaders de 43 grèves survenues en 2014 dans différentes régions et différents secteurs économiques, puis complété l’analyse par des données statistiques de l’Observatoire des grèves des travailleurs du Centre d’études du conflit et de la cohésion sociale (COES).

7Sur la base d’une analyse détaillée de ces éléments, nous proposons trois conclusions autour du syndicalisme au Chili, établies à partir des propos des acteurs mêmes des mouvements.

8Tout d’abord, concernant les alliances et soutiens externes, la distinction entre grève légale et grève illégale n’est pas du tout pertinente en termes qualitatifs, alors qu’elle l’était en termes statistiques. Les deux clivages centraux révélés par les entretiens se situent plutôt entre syndicalismes du secteur public et du secteur privé. Au-delà de la légalité, les grévistes du privé restent critiques et indépendants vis-à-vis des partis politiques et des centrales syndicales, sont grandement isolés d’autres forces sociales et n’ont pas établi d’alliances avec des acteurs institutionnels. Dans le secteur public, en revanche, le syndicalisme est très proche et dépendant des centrales syndicales et des partis politiques, qui offrent à l’activité gréviste un soutien fondamental à l’heure de faire pression sur les parties adverses.

9En second lieu, il apparaît que dans le secteur public la hausse de la conflictualité est liée à des actions menées depuis les centrales syndicales pour faire pression sur les gouvernements en place ; à l’inverse, dans le secteur privé, cette hausse engendrée par les grèves illégales est liée au développement d’une force syndicale interne et autonome vis-à-vis des centrales et des partis politiques. Cette force s’exprime dans la capacité des syndicats à mobiliser un plus grand nombre de travailleurs, pour ainsi dépasser les limites imposées par le Code du travail. Se mobiliser hors cadre légal permet aux travailleurs de gagner en autonomie, par le recours à des tactiques directes tournées vers un blocage de la production et une meilleure maîtrise du temps qui rend leurs actions plus efficaces.

10L’augmentation du nombre de travailleurs mobilisés par des grèves illégales dans le secteur privé intrigue également du fait de leur isolement politique. Du reste, et c’est notre troisième réflexion, il est évident que c’est dans les secteurs clés du modèle primo-exportateur, victimes de processus accélérés de sous-traitance et de précarité, que cette force syndicale interne et autonome s’est développée le plus vite. Face au besoin de se coordonner avec d’autres unités de production du même acabit, afin de créer une pression efficace sur la partie adverse, et grâce à leur proximité avec des axes de production stratégiques de l’économie chilienne, certains groupes de travailleurs ont réussi à dépasser la simple spontanéité et à réunir la force syndicale nécessaire à la mobilisation hors cadre légal.

11Dans cet article, nous proposerons tout d’abord une brève introduction au contexte et aux tendances de la conflictualité du travail au Chili, marquées par l’augmentation de grèves illégales du secteur privé et du secteur public. Nous présenterons ensuite les résultats de l’analyse qualitative afin d’explorer les types d’alliances établies dans chaque forme de manifestation de grève, avant de compléter les entretiens par des données quantitatives montrant que la force syndicale interne explique bel et bien le débordement des cadres institutionnels dans le secteur privé. Puis nous nous appuierons sur des données indiquant que les secteurs clés du modèle primo-exportateur ont été propices au développement intense de cette nouvelle force syndicale. Enfin, nous présenterons les conclusions et proposerons quelques ultimes réflexions sur cet éloignement inégal entre syndicalisme et centrales syndicales au Chili.

Bref retour sur les tendances des grèves au Chili

12Dans sa matrice classique, le mouvement chilien des travailleurs était intimement lié à la politique partisane [Garretón, 2015]. Des années 1930 jusqu’au coup d’État de 1973, les syndicats chiliens se sont peu à peu transformés en cheville ouvrière des partis politiques dans le monde du travail, à tel point qu’on parle d’un mouvement dominé par les orientations partisanes [Angell, 1972 ; Garcés, 2004]. Si certains affirment qu’il a toujours gardé son autonomie à des degrés divers et que cette relation était plus complexe [Frank, 2002], tous s’accordent à penser que la Centrale unique des travailleurs (CUT) était un organisme jouant la plupart du temps un rôle d’intermédiaire entre la politique et le syndicalisme, du fait de ses relations étroites avec les partis politiques de gauche qui défendaient la classe ouvrière dans son ensemble.

13Le coup d’État de 1973 ouvre la voie à une dictature civico-militaire qui opère des transformations radicales dans plusieurs domaines. Celui du travail est marqué par la promulgation, en 1979, d’un nouveau Code du travail (ou Plan Laboral) toujours en vigueur aujourd’hui, à quelques modifications près. Les caractéristiques de base de ce nouveau modèle, déterminantes pour le fonctionnement des syndicats, sont l’introduction d’une flexibilité et d’une dérégulation excessives des relations individuelles et d’une hyper-régulation des relations collectives [Rojas, 2007]. Ces dernières sont frappées par une série de limitations qui visent à affaiblir le droit de grève des travailleurs : imposition de délais de grève très restrictifs, possibilité de remplacer les grévistes, autorisation de grèves uniquement pour raison économique, démarche rendue excessivement laborieuse et procédurière.

14Ainsi, tout mouvement de grève du secteur privé ne suivant pas les procédures restrictives de la négociation collective se voit privé de toute protection institutionnelle. Pour leur part, les grèves du secteur public ont été juridiquement interdites, et leur réalisation jugée directement illégale.

  • 2 La Concertación est le nom de la coalition qui a gouverné entre 1990 et 2010. Elle est revenue au p (...)

15La fin de la dictature en 1990 et l’arrivée des nouveaux gouvernements de la Concertación2 laissaient augurer qu’une grande partie des droits perdus par les travailleurs allait leur être restituée. Au début de la transition, la refonte de la CUT (l’actuelle Centrale unitaire des travailleurs) visait par exemple à retrouver l’ancien modèle d’agencement du monde syndical et des partis politiques, afin que le syndicalisme redevienne une projection de ces derniers dans le monde du travail [Osorio, 2017].

16Comment a évolué la conflictualité du travail au Chili entre le retour à la démocratie et aujourd’hui (1990-2015) ? Le graphique 1 (cf. ci-après) montre la fréquence des grèves légales du secteur privé et des grèves illégales du privé et du public. Nous pouvons voir que ces trois phénomènes de grèves ont été considérables sur la période étudiée. Au cours des quatre premières années de transition, la plupart des grèves ont été organisées légalement, puis l’écart s’est atténué, et les grèves illégales (tous secteurs confondus) ont commencé à représenter de façon récurrente près de la moitié des mouvements.

Graphique 1. Fréquence des grèves (1990-2015)

Graphique 1. Fréquence des grèves (1990-2015)

Source : élaboration par l’auteur à partir des données d’Armstrong et de l’OHL-COES.

17Observer la seule fréquence des grèves ne nous permet toutefois pas de dresser un panorama complet : une grève qui ne mobilise qu’une poignée de travailleurs est comptabilisée comme un mouvement qui en rassemble des milliers, coordonnés entre eux et répartis sur plusieurs entreprises. Ainsi, pour évaluer l’importance des grèves sur la période étudiée, il faut recourir à un indicateur classique de mesure de la conflictualité syndicale, qui correspond à la somme des travailleurs participant aux grèves sur une année déterminée : les travailleurs mobilisés (TM).

18Le tableau 1 (cf. ci-après) montre l’évolution du conflit, mesurée en TM. Au début de la transition, ce sont bien les grèves légales qui prédominent. Toutefois, une augmentation progressive des TM mobilisés par des grèves illégales est notable dès le milieu des années 2000 : sur les trois dernières années enregistrées, ils sont trois à cinq fois plus nombreux. Quant au secteur public, il affiche une hausse encore plus vertigineuse, bien que plus irrégulière.

19Dans le syndicalisme chilien post-transition, quelque chose s’est produit qui a conduit la conflictualité, en hausse, à préférer emprunter des voies illégales. Les centrales et les partis politiques auraient-ils revitalisé le syndicalisme en le soutenant mieux et plus largement, ou est-ce au contraire le reflet d’une force qui a grandi de façon autonome, sans aucune aide externe ?

  • 3 Ces entretiens ont été réalisés dans le cadre d’un fonds de recherche disciplinaire de la faculté d (...)

20Pour répondre à cette question, nous compléterons les bases statistiques par le matériel composé de 43 entretiens de leaders ayant participé à des grèves en 2014 (cf. annexe 1)3. Nous verrons alors ce que ces tendances de conflictualité, pour ces acteurs des mouvements, reflètent l’état du syndicalisme et, surtout, de la continuité ou de la rupture de ses alliances historiques avec les partis et les centrales syndicales.

  • 4 N.D.T. : Le Chili est divisé en 15 régions. La Ve région correspond à Valparaíso, la VIIIe au fleuv (...)

21Les entretiens ont été réalisés en mai et juin 2015, avec pour cadre d’échantillonnage la base de données de l’Observatoire des grèves des travailleurs du Centre d’études du conflit et de la cohésion sociale (COES), qui englobe toutes les grèves légales et illégales menées en 2014. Nous avons défini des quotas afin d’inclure les trois régions les plus importantes du Chili : la Ve et la VIIIe région ainsi que la région métropolitaine4. L’étape suivante a consisté en un échantillonnage en vue d’assurer un équilibre du nombre de grèves légales et illégales, publiques et privées, dans différents secteurs de l’économie. Dans les cas où il était impossible de contacter un leader, nous avons effectué des remplacements en gardant les mêmes quotas de représentativité. Puis nous avons interrogé un leader pour chaque grève sélectionnée, à partir d’un guide d’entretien semi-directif comportant 21 questions.

22Une fois les entretiens transcrits, ils ont été analysés avec le programme NVIVO 8. Puis nous avons réalisé une analyse de contenu qualitative, en prenant aussi bien en compte les catégories théoriques établies au préalable que celles qui sont apparues dans le texte de façon fortuite [López-Aranguren, 2001].

Les alliances s’expriment dans les scénarios de conflit

23La première question que suscite l’observation des tendances des grèves porte sur la possible relation entre l’augmentation des grèves illégales et l’éloignement du projet initial de refonte de la CUT et des partis politiques. Autrement dit : que révèle chaque type de conflit (privé légal, privé illégal et public) sur le degré d’isolement ou de proximité du syndicalisme vis-à-vis des acteurs politiques externes ?

24Les entretiens des travailleurs ayant participé à différents types de grèves démontrent que la dichotomie principale se situe moins entre les grèves légales et illégales qu’entre un syndicalisme public, très proche et tributaire des partis politiques et des centrales, et un syndicalisme privé, politiquement isolé.

  • 5 Entretien avec un leader de la région métropolitaine, mobilisé par une grève légale dans le secteur (...)

25Dans le secteur privé, le rôle des partis politiques et du gouvernement dans la cooptation de la CUT fait l’objet de critiques : ils sont accusés d’avoir affaibli le syndicalisme. La CUT, quant à elle, a rompu les liens avec ses bases, comme l’indique un leader du domaine de la santé : elle s’est transformée en « marionnette avec une grosse tête, mais des mains atrophiées5 ».

26L’éloignement entre le syndicalisme et la CUT est, d’après les personnes interrogées, une conséquence de la cooptation de la centrale par les gouvernements de la Concertación, et de leur abandon, avec la complicité de celle-ci, de toute volonté de transformation de l’héritage institutionnel autoritaire. Comme le signale un leader du secteur privé, mobilisé par une grève légale dans le domaine des services :

  • 6 Entretien avec un leader de la région métropolitaine, mobilisé par une grève légale dans les servic (...)

« La CUT, par exemple, eh ben moi je considère qu’elle a raté de très belles occasions, parce qu’elle a commencé à s’associer aux différents gouvernements. Surtout après l’époque de la dictature, ils se sont mis à s’associer à tous les gouvernements qui allaient soi-disant changer toute cette mascarade, et au final ça fait trente ans, ou vingt ans de nouveaux gouvernements, qu’au bout du compte il ne se passe toujours rien. On en est toujours au même point6. »

27Soulignons qu’une des grandes promesses des gouvernements de la Concertación au début de la transition était la promulgation d’un nouveau Code du travail, qui devait rendre caduc celui qu’avait imposé la dictature [Narbona, 2014].

28Dirigée dans la première étape de la transition (années 1990) par le chrétien-démocrate Manuel Bustos, la CUT s’est alignée sur la Concertación, redoutant une mobilisation excessive qui aurait pu menacer les avancées démocratiques du pays [Frías, 2008]. Si des réformes du travail importantes ont été mises en place entre 1990 et aujourd’hui, elles ont avant tout porté sur la protection individuelle des travailleurs, sans toucher au cœur du modèle sur les régulations collectives, voire en l’approfondissant sur de nombreux points [Fundación Sol, 2013 ; Ugarte, 2010]. Les promesses d’un nouveau Code du travail se sont définitivement envolées sous le gouvernement de Ricardo Lagos (2000-2006), lorsqu’on cessa d’en parler pour évoquer des ajustements des cadres institutionnels déjà en place [Narbona, 2014].

29Cet échec de la Concertación à infléchir les politiques néolibérales de l’emploi – ou cette adaptation de la classe politique à l’héritage autoritaire – et la lente réaction de la CUT ont laissé les travailleurs, victimes du pire visage du miracle économique chilien, à la merci des employeurs et du marché [Winn, 2004]. Le nombre d’adhérents à la centrale a progressivement diminué et deux grandes scissions ont eu lieu : la première, en 1995, a donné le jour à la Centrale autonome des travailleurs (CAT), et la seconde, en 2005, à l’Union nationale des travailleurs (UNT) [Frías, 2008].

30Les leaders du secteur privé interrogés regrettent cet abandon historique des travailleurs par la CUT. Beaucoup décrivent comment ils ont peu à peu pris leurs distances de la centrale, comme ce leader du secteur des transports mobilisé par une grève illégale :

  • 7 Entretien avec un leader de la Ve région, mobilisé par une grève illégale dans les transports.

« Bon moi j’étais délégué à la CUT à un moment donné. Mais je me suis rendu compte que la CUT allait dans le sens, et va toujours dans le sens, de la Concertación, et des politiques que la Concertación et la Nueva Mayoría mettent en place aujourd’hui. Elle ne va même pas dans le sens des partis de gauche, mais directement dans celui de la Concertación. Et aujourd’hui, aller dans le sens de la Concertación, c’est comme faire du sur place7. »

31Cette fragilisation de la centrale dans ses bases se traduit par une incapacité à apporter des ressources aux syndicats d’entreprise. Si les travailleurs peuvent solliciter l’aide de la CUT, les chances de l’obtenir sont maigres ; quand bien même ils l’obtiendraient, ce serait une arme à double tranchant – c’est pourquoi les leaders l’accusent d’être à la botte des partis de la Concertación et de leurs intérêts, très éloignés de ceux des travailleurs. Comme le souligne un salarié de l’industrie du privé ayant participé à une grève légale :

  • 8 Entretien avec un leader de la région métropolitaine, mobilisé par une grève légale dans l’industri (...)

« La CUT, c’était une confédération de travailleurs qui luttait pour un modèle social, pour un changement du système social, un changement du système engagé au niveau politique. Aujourd’hui, c’est différent. Parce que les partis politiques s’en mêlent, et il y a des guéguerres en interne, c’est-à-dire que c’est à celui qui aura la meilleure place8. »

  • 9 Entretien avec un leader de la région métropolitaine, mobilisé par une grève légale des commerçants

32Cela se manifeste aussi dans le regard critique que les travailleurs portent sur le mode d’élection des dirigeants syndicaux. Dans la centrale, les postes à responsabilités sont attribués par des élections en interne, et ce sont les partis qui se partagent ces places de pouvoir. Certains leaders sont explicites lorsqu’ils accusent la CUT de s’être transformée en instrument – du secteur public surtout : « parce que notre CUT, l’ancienne CUT, la CUT historique, est devenue une centrale qui ne défend plus que les intérêts des travailleurs publics, mais ceux des travailleurs du privé, personne n’en veut9 ».

33Dans le même sens, les entretiens montrent que la situation du secteur privé est radicalement opposée à celle du public. Le syndicalisme du privé, qui n’a jamais été rattaché à des projets de remaniement aussi profonds sous la dictature, a réussi à conserver un pouvoir de mobilisation et d’organisation supérieur à celui de la CUT. C’est pourquoi la centrale a dirigé toutes ses ressources politiques vers les travailleurs du public.

34Si le secteur public ne dispose pas légalement du droit de grève, et qu’il se voit obligé d’utiliser l’illégalité pour se mobiliser, il s’agit d’une illégalité qu’il est parvenu à défendre. Les travailleurs du secteur public reconnaissent que le statut administratif – le code qui régit le secteur public – leur permet une marge de manœuvre supérieure pour mener leurs actions, car ils ne sont pas soumis au Code du travail et à ses procédures laborieuses et restrictives :

  • 10 Entretien avec un leader de la VIIIe région, mobilisé par une grève dans la santé publique.

« On ne nous reconnaît pas le droit de négocier collectivement, ça n’existe pas, l’illégalité existe, alors nous on se mobilise hors de la légalité et on n’est pas non plus d’accord avec la légalité parce qu’au fond, le jour où ils nous enfermeront dans un cadre légal, ils nous bâillonneront10. »

  • 11 Entretien avec un leader de la région métropolitaine, mobilisé par une grève dans la santé publique

35Ainsi, l’une des plus grandes victoires du syndicalisme du secteur public est d’avoir réussi à « institutionnaliser » de façon informelle des grèves sectorielles illégales en les faisant aboutir, grâce à des débrayages coordonnés, aux plus grosses négociations collectives du Chili. Une des grèves les plus ritualisées se déroule au cours des derniers mois de l’année, à l’occasion de la grève générale du secteur public. Sur ce point, les travailleurs reconnaissent que, bien que le mouvement soit illégal, il ne s’agit pas de la même illégalité que dans le secteur public. Au contraire, le conflit s’est institutionnalisé malgré l’absence de législation [Quiroga et al., 2016]. Comme l’indique un travailleur du secteur de la santé publique ayant été gréviste : « la négociation du secteur public, qui a lieu tous les ans en novembre, est illégale, mais reconnue par l’État, peu importe le gouvernement en place11 ».

  • 12 Entretien avec un leader de la Ve région, mobilisé par une grève de gendarmerie nationale.

36À la différence du secteur privé, les centrales syndicales ont un poids considérable dans toutes ces négociations – en particulier la CUT et le Regroupement national des employés fiscaux (ANEF), les deux organisations les plus importantes au sein de l’Intersyndicale du secteur public (MSP), qui négocie directement les réajustements de salaire avec les représentants du ministère des Finances et du Budget. Les réseaux partisans de ces deux centrales – dans lesquels tous les présidents ont été membres de partis de l’ancienne Concertación ou de l’actuelle Nueva Mayoría – sont, et ont été, essentiels pour institutionnaliser leurs grèves, exercer une pression sur les gouvernements en place et faire avancer leurs revendications [Quiroga et al., 2015]. Ainsi, le rôle des alliances avec les centrales, considérable dans les grèves du secteur public, revient souvent dans les entretiens. En général, les leaders du secteur public savent qu’ils peuvent compter sur les centrales syndicales : « on est en contact avec la CUT, où on a des connaissances, donc je crois qu’ils ne nous diront pas non le jour où on leur demandera des renforts pour une manifestation ou un débrayage. Je crois qu’ils seront toujours d’accord pour être de notre côté12 ».

  • 13 Entretien avec un leader de la Ve région, mobilisé par une grève dans un hôpital public.

37De même, si certains leaders reconnaissent qu’il y a une certaine distance entre eux et les directions de la CUT et de l’ANEF, ils sont fiers d’être toujours disponibles pour la centrale : « on répond à tous les appels de la Centrale unitaire des travailleurs, malgré nos divergences avec son bureau puisque son bureau n’est pas dirigé de façon très démocratique13 ».

38Ainsi, l’une des raisons principales poussant le syndicalisme du secteur public à garder des liens étroits avec les centrales trouve son explication dans les grèves, car le soutien qu’elles fournissent aux travailleurs leur permet de faire avancer leurs revendications en situation de conflit. Le réseau qu’entretient le secteur public dépasse même la CUT, car il s’agit d’un syndicalisme articulé à d’autres secteurs, qui compte sur de nombreuses alliances avec d’autres corporations et centrales. Cet énorme appui externe explique presque à lui seul la capacité d’organisation que le secteur public a conservée et qui lui permet de tenir des grèves illégales, auxquelles les gouvernements successifs ont accordé officieusement des degrés de reconnaissance divers. La situation du secteur privé est en revanche intrigante, tant il est difficile de comprendre comment un syndicalisme isolé des grandes centrales, des partis politiques et du gouvernement est parvenu à mobiliser des groupes considérables de travailleurs hors des cadres institutionnels. Nous mettrons ce processus en lumière.

La force syndicale comme condition d’un usage plus maîtrisé et efficace de la grève

39Nous avons vu comment les mouvements des travailleurs, au-delà de la dichotomie grèves légales/grèves illégales, cachent des jeux d’alliance très différents entre syndicats du public et du privé, qui expliquent pourquoi le pic de conflictualité n’a pas été vécu de la même façon dans les deux secteurs.

40Dans le cas du secteur public, ce sont les centrales syndicales qui sont à l’origine de l’augmentation des grèves, et leur mobilisation nationale pour faire avancer leurs revendications est relativement récente. En effet, depuis le retour à la démocratie, la CUT n’a appelé pour la première fois à la grève générale qu’en 2003 [Frías, 2008]. Puis elle s’est mise à défier plus ouvertement les politiques néolibérales, ce qui s’explique en grande partie par un renouvellement de sa direction, où le Parti chrétien-démocrate a perdu du terrain au profit du Parti socialiste et du Parti communiste [Osorio, 2017]. Au fond, l’augmentation de la conflictualité enregistrée dans le secteur public réside avant tout dans le rôle prépondérant de la centrale, qui s’est éloignée progressivement de la politique extrêmement modérée qui la caractérisait au début de la transition. Sans radicaliser son discours à l’excès, ni défier ouvertement les gouvernements de la Concertación, la CUT a multiplié les appels nationaux à débrayer. Les travailleurs publics y ont été le plus sensibles, mais l’évolution en dents de scie du nombre de TM (cf. tableau 1 ci-après) révèle que leurs mobilisations sont hautement dépendantes de ces appels annuels.

Tableau 1. Travailleurs mobilisés (TM) par les grèves (1990-2015)

Année

TM grèves légales

TM grèves illégales

TM grèves illégales

Secteur privé

Secteur privé

Secteur public

1990

24 284

14 495

43 659

1991

45 298

7 415

307 192

1992

28 016

29 861

55 781

1993

24 988

11 001

72 226

1994

16 295

19 504

77 520

1995

20 184

110 508

192 944

1996

24 809

33 838

377 510

1997

21 922

97 626

206 077

1998

12 173

32 191

373 816

1999

10 293

67 221

27 988

2000

13 386

26 951

150 796

2001

13 262

18 921

85 214

2002

14 463

17 519

404 831

2003

10 399

44 163

371 464

2004

13 013

25 897

170 783

2005

11 209

10 149

49 711

2006

15 436

26 101

289 569

2007

17 583

71 240

406 778

2008

17 473

46 788

1 517 043

2009

21 915

39 098

1 542 097

2010

24 301

39 775

562 201

2011

21 001

93 293

1 187 525

2012

30 052

178 805

20 171

2013

30 564

101 571

1 288 787

2014

43 618

107 212

263 367

2015

25 551

96 662

1 171 902

Source : élaboration par l’auteur à partir de données d’Armstrong et de l’OHL-COES.

41Dans le cas du secteur privé, en revanche, l’augmentation de la conflictualité s’est produite grâce à un syndicalisme isolé politiquement, dont le développement est très peu lié aux actions de la CUT et a nettement progressé dans les grèves illégales.

  • 14 Entretien avec un leader de la région métropolitaine, mobilisé par une grève légale dans la finance

42Pour comprendre ce débordement des cadres institutionnels dans le secteur privé, rappelons d’abord que la grève légale est un processus extrêmement alambiqué pour les travailleurs, en particulier parce que les entreprises peuvent remplacer les grévistes – une mesure clé de la « révolution professionnelle » opérée par la dictature [Narbona, 2014]. Comme l’indique le leader d’une grève légale qui a eu lieu dans une entreprise de la région métropolitaine : « si l’employeur n’a aucune intention de négocier… et qu’il sait qu’il peut débourser une somme d’UF [unité de compte utilisée au Chili] pour remplacer quelqu’un, et qu’il sait que le temps est compté, il sait qu’il peut remplacer après, mais plutôt avant qu’après14 ».

  • 15 Entretien avec un leader de la VIIIe région, mobilisé par une grève légale dans le secteur agricole

43Ceux qui parviennent à déposer une demande de grève légale indiquent qu’ils ont peu de contrôle et d’autonomie sur la mobilisation, car leurs actions sont soumises aux procédures fixées et contrôlées par l’inspection du travail. En raison de cet excès de bureaucratie, les résultats de la grève passent davantage par les capacités du soutien légal (des cabinets de conseil généralement rémunérés) que par la seule capacité de mobilisation des syndicats. Comme le signale un leader d’une grève légale dans une entreprise agricole de la VIIIe région : « tant de démarches, c’est fou, il y avait tellement de trucs à faire, je crois que sans l’aide des avocats, on n’aurait jamais réussi à rendre ça légal, parce que c’est un vrai tas de paperasse15 ».

44Malgré les conditions défavorables imposées par les cadres institutionnels, se mobiliser en marge peut être encore plus risqué pour les salariés s’ils ne disposent pas des ressources adéquates. D’après les leaders interrogés lors de grèves légales, il est très difficile d’éviter les risques de représailles de la part de l’entreprise ; le travailleur est donc uniquement protégé, en première instance, par les maigres garanties qu’offre la grève légale. Comme l’indique un salarié qui compare la situation du privé à celle du public, le risque principal est de se faire licencier :

  • 16 Entretien avec un leader de la région métropolitaine, mobilisé par une grève légale dans les servic (...)

« La loi chilienne te coupe les ailes. Pour commencer, par exemple, nous on n’est pas des fonctionnaires, on fait partie d’une entreprise privée. Eux ils peuvent faire grève n’importe quand et protester pour un oui pour un non, parce que les toilettes ne marchent plus ou que telle allocation prévue par la loi n’a pas été versée. Mais nous non, nous, la seule possibilité qu’il nous reste aujourd’hui, c’est la grève légale. Parce que comme tu le dis, si on passe outre, on est dans l’illégalité, et ça veut dire que tu peux te faire embarquer, et tout un tas de trucs, sans compter que l’entreprise se réserve le droit de “te jeter” [renvoi]16. »

45On peut alors se demander comment le nombre de travailleurs participant à des grèves illégales a pu augmenter, malgré le fort isolement du syndicalisme privé et les risques majeurs de représailles des entreprises et de répressions policières. Les entretiens apportent une première réponse : la principale différence entre grèves légales et grèves illégales tient surtout à la force syndicale que les travailleurs parviennent à rassembler.

  • 17 Entretien avec un leader de la région métropolitaine, mobilisé par une grève légale dans le bâtimen (...)

46Sans force syndicale, le risque de se tourner vers des grèves illégales est trop élevé, comme l’indique un travailleur du bâtiment dans une grève légale : « une grève illégale, on peut la faire si on est forts… c’est-à-dire si on est deux ou trois cents collègues à se battre, là, règles ou pas règles, on s’en “fout”17 ».

47Ainsi, gagner en autonomie par le biais de grèves illégales peut entraîner une plus grande vulnérabilité, ce qui nécessite une force syndicale suffisante pour contrecarrer les représailles de l’entreprise et de l’État, collectives comme individuelles. Le meilleur moyen de l’obtenir, pour les travailleurs, est de se mobiliser en masse.

48Cette tendance des grèves illégales à mobiliser davantage de travailleurs est une donnée empirique déjà observée dans des rapports de l’Observatoire des grèves des travailleurs : par exemple pour l’année 2015, elles ont mobilisé en moyenne 1 401 travailleurs chacune, contre seulement 145 par grève légale (OHL-COES, 2016).

49La mobilisation hors des cadres rigides du Code du travail offre aux travailleurs une plus grande marge de manœuvre qui s’exprime dans les tactiques employées pour exercer une pression efficace sur la partie adverse. Les données du COES montrent que dans les grèves illégales, 28 % des tactiques complémentaires à la grève consistent à couper des accès (ponts ou itinéraires d’acheminement de la production) et à occuper directement l’entreprise. Autrement dit, elles visent à nuire à la production.

50Dans les grèves légales, en revanche, ce type de tactiques n’est utilisé que dans 6 % des cas ; 34 % des actions sont des manifestations pacifiques hors de l’enceinte de l’entreprise (consistant en général à faire du bruit et arborer des banderoles), ce qui ne l’empêche en rien de fonctionner normalement par le biais des remplacements.

51En somme, la mobilisation hors cadre légal permet aux travailleurs de s’affranchir des longs processus d’arbitrage, de diversifier leurs stratégies et d’exercer une pression efficace sur l’entreprise – ce qui se traduit en outre par une réduction du temps moyen des grèves illégales, généralement deux à trois fois plus courtes que les grèves légales (OHL-COES, 2016, p. 8).

52Le Chili est caractérisé par un syndicalisme hautement déséquilibré selon les différentes branches de l’économie [Pérez, Medel et Velásquez, 2016]. Pour preuve, seuls certains secteurs sont parvenus à rassembler la force syndicale nécessaire pour dépasser la législation du travail héritée de la dictature. Dans la partie suivante, nous postulerons que c’est précisément dans ces secteurs situés sur les axes clés du développement – et caractérisés par une externalisation progressive de leurs fonctions et une précarisation de la main-d’œuvre – que les travailleurs ont trouvé le terrain le plus propice à réunir la force syndicale nécessaire pour se lancer dans une recherche d’autonomie via l’illégalité.

Une force syndicale qui s’affirme dans les secteurs de production les plus fragmentés

53Pour observer les secteurs qui ont mobilisé le plus, nous avons procédé, dans le graphique 2 (cf. ci-après) à une simple addition du nombre de travailleurs mobilisés par les grèves sur la période 2010-2015, dans diverses branches de l’économie. Les trois secteurs qui ont réuni le plus grand nombre de travailleurs dans des grèves illégales sont les mines, les transports et la pêche, par ordre décroissant.

54Une des caractéristiques de ces secteurs – mines, pêche et transports – est qu’ils ont connu une flexibilisation progressive de leur main-d’œuvre, principalement en raison des vagues de travailleurs fournis par des entreprises sous-traitantes [Cifuentes, 2015]. Un développement de la grève illégale dans des secteurs ayant de si hauts niveaux de flexibilité et d’externalisation ne va pas de soi. Et pour cause, nous avons observé que la flexibilisation progressive des formes de travail, et le lot de difficultés qu’elles entraînent pour l’organisation syndicale, expliquent en partie la fragilité du syndicalisme chilien post-transition [Sehnbruch, 2012]. Comment est-il possible, alors, que la conflictualité syndicale ait explosé justement là où les transformations du régime du travail auraient dû contenir la force des syndicats ?

55Les entretiens avec des leaders d’une grève dans le transport portuaire apportent des éléments de réponse. La clé se trouve dans les innovations stratégiques des méthodes d’organisation et de mobilisation qu’ont dû adopter les syndicats pour affronter des conditions de travail hostiles. Comme en témoigne un leader d’une grève illégale dans le secteur des transports :

  • 18 Entretien avec un leader de la Ve région, mobilisé par une grève illégale dans les transports.

« Depuis ce jour, depuis la fin du Congrès, tous les ports sont allés défiler en solidarité avec les blocages des autres ports… Autrement dit, on a participé à la création de l’Union portuaire du Chili, ce qui nous a unis aux autres ports. En plus, vu qu’on faisait partie de la Confédération, on restait en contact avec les syndicats portuaires traditionnels du pays : Huasco, Chañaral, San Vicente18 ».

56La faible capacité de mobilisation des autres secteurs nous permet de postuler que l’innovation dans les modes d’organisation n’a pas été uniforme dans toutes les branches comptant des travailleurs précarisés ; de fait, elle s’est justement produite dans des secteurs économiques stratégiques pour le modèle d’accumulation primo-exportateur chilien. Cette proximité avec les secteurs déterminants pour le revenu national permet aux travailleurs de gagner en capacité de pression par le biais d’arrêts du travail. Mais c’est aussi dans ces secteurs clés que les contradictions entre un modèle primo-exportateur et une main-d’œuvre fortement précarisée se font le plus ressentir [Pérez, Medel et Velásquez, 2016]. Ainsi, la conjonction entre deux facteurs – la proximité des travailleurs avec les axes de production stratégiques et leur besoin de mener des actions de solidarité avec d’autres unités de production de même type – a offert un contexte favorable au développement de ces modes d’organisation novateurs. Dans le cas des mouvements portuaires, en particulier, les fédérations ou les groupements de travailleurs ayant des pratiques solidaires se sont élargis et renforcés et ont ainsi pu se lancer dans une grève illégale.

Conclusion

57Nous avons replacé la grève des travailleurs comme axe principal d’étude du syndicalisme. Pour ce faire, nous avons complété l’analyse statistique par le point de vue des acteurs, en étudiant les alliances sur lesquelles s’appuient les grévistes en temps de conflit. Nous avons montré que les deux forces syndicales les plus importantes au Chili s’expliquent plus par les clivages entre le public et le privé que par la dichotomie grèves légales/grèves illégales.

58Toutefois, les grèves du secteur public et les grèves illégales du secteur privé ont en commun d’être des mouvements qui cherchent à s’affranchir des cadres institutionnels nuisant aux travailleurs. Ceux du public revendiquent leur indépendance vis-à-vis du Code du travail dans leurs mobilisations, tandis que ceux du privé franchissent les limites imposées par la loi et exercent une pression directe sur les entreprises par leurs actions.

59Néanmoins, la structure des alliances et les ressources externes sur lesquelles s’appuient ces deux types de syndicalisme sont foncièrement différentes. Le syndicalisme du secteur public est resté proche des centrales et des partis, il est donc fortement dépendant de ses alliances pour mener ses grèves. À l’inverse, le syndicalisme du secteur privé ne voit aucune utilité à tisser des liens avec les partis politiques ou les centrales, c’est pourquoi il est resté politiquement isolé, prisonnier de cadres institutionnels qui ne le favorisent pas et profondément limité dans l’exercice d’une activité gréviste autonome et efficace.

60Dans le secteur public, les partis politiques, qui siègent dans les principales centrales, sont utiles aux luttes des travailleurs, qui en ont besoin pour faire avancer leurs négociations sectorielles auprès du gouvernement. Le secteur privé, en revanche, ne voit pas d’intérêt à se mobiliser aux côtés des partis politiques traditionnels : ils n’ont pas tenu leurs promesses et sont trop éloignés de leurs bases pour défendre la cause des travailleurs, dont ils ont fini par affaiblir les capacités de luttes.

61Dans ce sens, nous avons vu que les travailleurs du privé ont gagné en influence en s’appuyant sur une force essentiellement interne au syndicalisme, qu’ils ont développée par des voies parallèles, malgré les politiques et les centrales. Leur objectif était de réunir une force syndicale nécessaire pour se mobiliser en dehors des contraintes du Code du travail, en usant de tactiques directes pour paralyser la production et écourter les temps de grèves. Ces forces se sont surtout affirmées – mais pas uniquement – dans les secteurs primo-exportateurs, par des actions de solidarité rendues possibles grâce à des fédérations de travailleurs issus de différentes unités productives et géographiques et visant à une mobilisation suffisamment forte pour faire pression sur la partie adverse dans un scénario toujours hostile. S’il faut souligner que, dans le cas des mouvements de certains secteurs de la pêche industrielle et de mineurs issus de la sous-traitance, des preuves indiquent que les partis politiques sont bel et bien intervenus – surtout le Parti communiste et le Parti socialiste [Aravena et Núñez, 2009] –, leur degré d’influence dans ces luttes reste à évaluer. Ainsi, les études futures qui pourront étudier ces mobilisations en profondeur seront à même de déterminer si le rôle des partis a été réellement décisif, ou s’ils se contentaient de suivre le développement autonome des secteurs syndicaux émergents, faisant simplement acte de présence.

62Les possibilités et les limites que ces nouvelles formes syndicales rencontreront pour faire évoluer leurs réclamations vers des revendications plus politiques sont encore à déterminer. Elles dépendront de la capacité des syndicats à utiliser la plus grande marge de manœuvre qu’offrent les grèves illégales pour transformer leurs revendications économiques en luttes pour les conditions de travail et, à terme, en revendications politiques. Pour l’instant, les tendances ne laissent en rien présager une diminution de la conflictualité hors cadre légal – que ce soit grâce aux partis politiques dans le secteur public ou sans eux dans la sphère privée –, tout cela sur fond d’un syndicalisme général qui reste très fragile, vu le déséquilibre qu’il accuse dans l’accumulation de ses forces, et divisé dans ses relations avec les partis et la politique institutionnelle.

Haut de page

Bibliographie

Angell Alan, Politics and the Labour Movement in Chile, Oxford, Oxford University Press, 1972.

Aravena Antonio et Núñez Daniel, El renacer de la huelga obrera en Chile: el movimiento sindical en la primera década del siglo xxi, Santiago, Ical, 2009.

Armstrong Alberto et Águila Rafael, Evolución del conflicto laboral en Chile 1961-2002, Santiago, Ediciones Universidad Católica de Chile, 2006.

Cifuentes Lucas, « Subcontratación y acción sindical en Chile », thèse de sociologie, Universidad de Chile, 2015.

Cipstra (Centro de Investigación Político Social del Trabajo), Nuevas formas y horizontes de politización sindical en el marco de conflictos laborales: un estudio exploratorio en la región Metropolitana, de Valparaíso y del Bío-Bío, Santiago, Cipstra/Poder & Movimientos, Informe FEII, 2016.

Frank Volker K., The Labor Movement in Democratic Chile, 1990-2000, Notre-Dame/Helen Kellogg Institute for International Studies, 2002.

Frías Fernández Patricio, Los desafíos del sindicalismo en los inicios del siglo xxi, Clacso/Consejo Latinoamericano de Ciencias Sociales, 2008.

Fundación sol, Manifiesto por un nuevo modelo de relaciones laborales [en ligne], Santiago, 2013 [consulté le 27 octobre 2017]. Disponible sur : http://www.fundacionsol.cl/2013/05/manifiesto-por-un-nuevo-modelo-de-relaciones-laborales1/

Garcés Mario, « Los movimientos sociales populares en el siglo xx: balance y perspectivas », Política, n° 43, 2004, p. 13-33.

Garretón Manuel Antonio, Primera sesión de taller de movimientos sociales y partidos políticos: los cambios que afectan la relación clásica de la política y sociedad en Chile, Fundación Chile21/Fundación Friedrich Ebert, 2015.

Guzmán César, Los trabajadores en tiempos del neoliberalismo: los casos de Argentina y Chile, Programa Regional de Becas Clacso, 2002.

Hyman Richard, « Reflections on the Mining Strike », Socialist Register, vol. 22, 1986.

Julián Dasten, « El sindicalismo en Chile: panorama de sus tendencias y notas para su revitalización », Revista Trabajo, 2014, p. 139-166.

Leiva Fernando, « Chile’s Labor Movement 1990-2012: Ensnared in the Past and Absent from Struggles to Democratize Society? », LASA Congress, 2013.

López-Aranguren Eduardo, « El análisis de contenido tradicional », in Manuel Garcia Ferrando et al., El análisis de la realidad social: métodos y técnicas de investigación, Madrid, Alianza, 2001.

Medel Rodrigo et Pérez Domingo, « Tres modelos de conflicto laboral en Chile: el peso de la economía, la organización sindical y el régimen de trabajo en las tendencias de la huelga extralegal », Revista Colombiana de Sociología, vol. 40, n° 2, 2017.

Murillo María, « From Populism to Neoliberalism: Labor Unions and Market Reforms in Latin America », World Politics, vol. 52, n° 2, 2000, p. 135-168.

Narbona Karina, Antecedentes del modelo de relaciones laborales chileno, Observatorio Social del Proyecto, Plataformas Territoriales por los Derechos Económicos y Sociales: Previsión, Trabajo, Educación y Salud, Santiago de Chile, 2014.

Ohl-Coes, Informe de Huelgas Laborales 2015, Observatorio de Huelgas Laborales del Centro de Estudios de Conflicto y Cohesión Social, 2016.

Pérez Domingo, « Las formas de la huelga en el Chile actual: análisis cuantitativo y mapeo de la acción y la masa huelguística », thèse, Chili, Universidad Central, 2014.

Osorio Sebastián, De la estrategia concertacionista al sindicalismo de contención: un balance de 25 años de trayectoria de la CUT, Editorial América en movimiento, 2017.

Pérez Domingo, Medel Rodrigo et Velásquez Diego, Radiografía de las huelgas laborales en el Chile del neoliberalismo democrático (1990-2015): masividad del conflicto por fuera de la ley en un sindicalismo desbalanceado, Editorial América en movimiento, 2017.

Quiroga Francisca, Guerrero Nestor et Schuster Sofía, « Discurso público e institucionalización del conflicto político en Chile: El caso del reajuste salarial del sector público (1990-2014) », Gestión y política pública, vol. 25, n° 1, 2016, p. 119-163.

Ugarte José Luis, « El modelo de trabajo en Chile y los derechos de los trabajadores », Informe Anual Sobre Derechos Humanos en Chile, 2010, p. 381-405.

Rojas Irene, « Las reformas laborales al modelo normativo de negociación colectiva del Plan Laboral », Ius et Praxis, vol. 13, n° 2, 2007, p. 195-221.

Stillerman Joel, « Space, Strategies, and Alliances in Mobilization: the 1960 Metalworkers’ and Coal Miners’ Strikes in Chile », Mobilization: An International Quarterly, vol. 8, n° 1, 2002, p. 65-85.

Stillerman Joel, « Explaining Strike Outcomes in Chile: Associational Power, Structural Power, and Spatial Strategies », Latin American Politics and Society, vol. 59, n° 1, 2017, p. 96-118.

Winn Peter, « A Workers Nightmare: Taylorism and the 1962 Yarur Strike in Chile », Radical History Review, vol. 58, 1994, p. 4-34.

Winn Peter, Victims of the Chilean Miracle: Workers and Neoliberalism in the Pinochet Era, 1973-2002, Duke University Press, 2004.

Haut de page

Annexe

Liste des entretiens des leaders par unité d’analyse de grève

Secteur

Type de conflit

Travailleurs mobilisés

Durée (jours)

Région

Finance

Légal

254

24

RM

Finance

Légal

1 485

13

RM

Enseignement privé

Illégal

336

53

RM

Enseignement public

Illégal

15 000

1

RM

Enseignement privé

Légal

84

19

RM

Commerce

Légal

119

15

RM

Commerce

Légal

1 060

5

RM

Commerce

Légal

844

35

RM

Commerce

Légal

334

8

RM

Communications

Légal

516

5

RM

Transports

Illégal

500

1

RM

Transports

Illégal

2 500

1

RM

Services

Illégal

417

7

RM

Services

Légal

326

17

RM

Services

Légal

253

13

RM

Santé publique

Illégal

212

28

RM

Santé privée

Légal

319

10

RM

Santé privée

Légal

3 014

6

RM

Santé publique

Illégal

14 000

2

RM

Santé privée

Légal

309

29

RM

Bâtiment

Légal

223

6

RM

Gouvernement central

Illégal

1 300

4

RM

Gouvernement municipal

Illégal

319

18

RM

Industrie

Légal

599

16

RM

Industrie

Légal

1 448

5

RM

Santé publique

Illégal

700

14

VIII

Bâtiment

Légal

50

8

VIII

Transports

Illégal

100

1

VIII

Enseignement privé

Légal

26

8

VIII

Agriculture

Légal

26

10

VIII

Transports

Illégal

300

1

VIII

Gouvernement central

Illégal

400

2

VIII

Enseignement municipal

Illégal

221

1

VIII

Santé privée

Légal

348

15

V

Gouvernement central

Illégal

370

2

V

Santé publique

Illégal

50

3

V

Santé publique

Illégal

700

9

V

Syndicat du secteur des transports

Légal

85

4

V

Féd. du secteur des transports

Illégal

600

10

V

Association du secteur du gouvernement central

Illégal

120

3

V

Syndicat du secteur de l’enseignement privé

Légal

14

4

V

Syndicat du secteur de la santé publique

Illégal

11

2

V

Association des professionnels de la santé publique

Illégal

Entre 200 et 500

22

V

Haut de page

Notes

1 Selon l’Observatoire des grèves de travailleurs du Chili, les grèves illégales se définissent comme ces grèves « réalisées en dehors du cadre de la négociation collective réglementée » [OHL-COES, 2016, p 3]. Ce sont donc toutes les grèves menées en dehors de la réglementation imposée par le Code du travail. Ainsi, la grève illégale inclut au Chili les grèves juridiquement illégales des employés du secteur public et celles sans statut légal du secteur privé (qui ne sont pas interdites, mais pas non plus régulées). Les médias et les leaders eux-mêmes les évoquent le plus souvent comme des débrayages, des blocages ou des grèves illégales.

2 La Concertación est le nom de la coalition qui a gouverné entre 1990 et 2010. Elle est revenue au pouvoir en 2014 sous le nom de « Nueva Mayoría » (« Nouvelle majorité »), gardant la même ligne politique mais comptant désormais parmi ses membres le Parti communiste.

3 Ces entretiens ont été réalisés dans le cadre d’un fonds de recherche disciplinaire de la faculté de sciences sociales de l’université du Chili. Pour plus de détails sur les procédures d’échantillonnage, consulter Cipstra [2016].

4 N.D.T. : Le Chili est divisé en 15 régions. La Ve région correspond à Valparaíso, la VIIIe au fleuve Biobío (au sud du pays) et la région métropolitaine à Santiago du Chili.

5 Entretien avec un leader de la région métropolitaine, mobilisé par une grève légale dans le secteur de la santé privée.

6 Entretien avec un leader de la région métropolitaine, mobilisé par une grève légale dans les services.

7 Entretien avec un leader de la Ve région, mobilisé par une grève illégale dans les transports.

8 Entretien avec un leader de la région métropolitaine, mobilisé par une grève légale dans l’industrie.

9 Entretien avec un leader de la région métropolitaine, mobilisé par une grève légale des commerçants.

10 Entretien avec un leader de la VIIIe région, mobilisé par une grève dans la santé publique.

11 Entretien avec un leader de la région métropolitaine, mobilisé par une grève dans la santé publique.

12 Entretien avec un leader de la Ve région, mobilisé par une grève de gendarmerie nationale.

13 Entretien avec un leader de la Ve région, mobilisé par une grève dans un hôpital public.

14 Entretien avec un leader de la région métropolitaine, mobilisé par une grève légale dans la finance.

15 Entretien avec un leader de la VIIIe région, mobilisé par une grève légale dans le secteur agricole.

16 Entretien avec un leader de la région métropolitaine, mobilisé par une grève légale dans les services.

17 Entretien avec un leader de la région métropolitaine, mobilisé par une grève légale dans le bâtiment.

18 Entretien avec un leader de la Ve région, mobilisé par une grève illégale dans les transports.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Fréquence des grèves (1990-2015)
Crédits Source : élaboration par l’auteur à partir des données d’Armstrong et de l’OHL-COES.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/8352/img-1.png
Fichier image/png, 120k
Titre Graphique 2. Nombre de travailleurs mobilisés par les grèves par branche d’activité (2010-2015)
Crédits Source : élaboration par l’auteur à partir de la base de données de l’OHL-COES.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/8352/img-2.png
Fichier image/png, 12k
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/8352/img-3.png
Fichier image/png, 148k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rodrigo Medel Sierralta, « Alliances et autonomie politique. Les deux faces du syndicalisme chilien », Cahiers des Amériques latines, 86 | 2017, 49-69.

Référence électronique

Rodrigo Medel Sierralta, « Alliances et autonomie politique. Les deux faces du syndicalisme chilien », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 86 | 2017, mis en ligne le 01 février 2018, consulté le 19 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/cal/8352 ; DOI : 10.4000/cal.8352

Haut de page

Auteur

Rodrigo Medel Sierralta

Rodrigo Medel Sierralta a étudié la sociologie à l’université du Chili et obtenu un master dans cette discipline à l’université pontificale catholique du Chili, il y fait actuellement un doctorat en science politique. Il est aussi chercheur rattaché à l’Observatoire des grèves des travailleurs du Centre d’études du conflit et de la cohésion sociale (COES). Il est spécialisé dans l’étude systématique de la contestation collective et du syndicalisme au Chili et en Amérique latine. Ses travaux ont notamment été publiés dans Politique et gouvernement, Monde agraire, Psychoperspectives. Sa thèse de doctorat étudie les relations entre les mouvements sociaux et la politique institutionnelle dans les démocraties contemporaines en Amérique latine.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals