Navigation – Plan du site
Étude

Histoire d’un projet indigéniste aux frontières du public et du privé (Brésil, 1840-1860)

História de um projeto indigenista entre as fronteiras do público e do privado (Brasil, 1840-1860)
The story of an Indianist project in between the Public and Private boundaries (Brazil, 1840-1860)
Pablo Antunha Barbosa
p. 147-166

Résumés

Cet article présente les grandes lignes du projet indigéniste que João da Silva Machado (futur baron d’Antonina) a formulé pour des groupes amérindiens de langue guarani des anciennes provinces brésiliennes de São Paulo, Paraná et Mato Grosso entre 1840 et 1860 environ. Le choix de revenir sur ce sujet est historiographique autant que méthodologique. Jusqu’à récemment, l’historiographie de l’indigénisme s’est développée à une échelle nationale et a pensé les pratiques de gestion et d’administration des Indiens dans une perspective « étatique », oblitérant la participation d’autres acteurs. L’étude d’une situation précise, ancrée dans le temps et l’espace met à jour les dimensions privées d’une action souvent affichée comme relevant exclusivement du domaine public.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

indigénisme, histoire, guarani

Keywords :

indigenism, history, guarani

Palavras chaves :

indigenismo, historia, guarani
Haut de page

Notes de la rédaction

Texte reçu le 12 avril 2016, accepté le 27 juillet 2016.

Texte intégral

1Henri Favre [2009] conçoit l’indigénisme comme un phénomène ample, à la fois « politique et social, mais aussi littéraire et artistique, qui pense l’Indien dans le cadre d’une problématique nationale » [Favre, 2009, p. 7]. Sans être désigné comme tel, l’indigénisme existait déjà comme pratique et discours au xixe siècle, alors que les nouveaux pays indépendants d’Amérique du Sud cherchaient à construire leur identité et à régler le sort de « leurs » Indiens.

2Jusqu’à récemment, l’historiographie de l’indigénisme, du moins une bonne partie de celle qui est pratiquée au Brésil, a pensé les pratiques de gestion et d’administration des Indiens selon une grille de lecture que je nommerais « étatique » : c’est-à-dire, comme un champ caractérisé presque exclusivement par les actions menées par l’État envers les sociétés indigènes. En d’autres termes, un champ d’action exclusivement monopolisé par l’État. D’un côté, les sociétés indigènes ont été conçues comme des sujets passifs ou de simples victimes des actions publiques. Leur rôle ou leur agency a été gommé dans l’historiographie de l’indigénisme. D’un autre côté, d’autres acteurs, qui participent également à la fabrication de ce vaste champ, sont oubliés.

  • 1 Il est difficile de dresser une liste complète de ces travaux.

3De plus en plus d’auteurs donnent à voir l’hétérogénéité des acteurs et des situations du champ indigéniste au Brésil1. Un champ qui, finalement, peut être raconté selon plusieurs perspectives : non seulement à partir d’un monde indigène très diversifié et complexe, capable d’accepter ou non les représentations et les pratiques dont il est l’objet, mais aussi selon les points de vue des missionnaires, des administrateurs coloniaux, des anthropologues, des militants d’ONG, des fonctionnaires d’agences indigénistes, des colons privés, des hommes de lettres, etc.

4En ce sens, au lieu de réfléchir de manière générale sur l’indigénisme brésilien au xixe siècle, il s’agira plutôt de l’appréhender à travers l’étude d’une situation très précise : le projet, pensé par le baron d’Antonina, de gestion et d’administration des groupes de langue guarani des anciennes provinces de São Paulo, Paraná et Mato Grosso entre 1840 et 1860. Cette méthodologie, ancrée dans le temps et l’espace, permet de souligner non seulement le comportement d’acteurs privés qui s’articulent avec des intérêts étatiques, mais aussi celui des dirigeants indiens.

5Durant la période monarchique, entre 1822 et 1889, le « problème indigène » était alors secondaire par rapport à d’autres questions, perçues comme beaucoup plus urgentes. Mais le décret de 1845, plus connu sous le nom de « règlement des missions » fut déterminant. Il s’agit de la principale loi indigéniste de la vie impériale brésilienne, et le baron d’Antonina l’utilisera, comme on le verra dans un second temps, pour organiser son projet pour les Guarani des provinces de São Paulo, Paraná et Mato Grosso. On conclura avec quelques réflexions générales à propos des nouvelles directions prises par l’historiographie de l’indigénisme ces dernières décennies et notamment le questionnement de plus en plus fréquent sur le monopole de l’État face à la « tutelle » des sociétés indigènes.

Les premiers indigénismes brésiliens

6Dès le début des années 1820, les nouvelles élites politiques et savantes du pays ont commencé à débattre de la nécessité de construire des directives indigénistes applicables dans toutes les provinces du pays [Carneiro da Cunha, 1992(a), 1992(b)]. Entre 1820 et 1823, par exemple, au moins cinq projets sur le sujet ont été élaborés et soumis au Parlement portugais de Lisbonne et à l’Assemblée constituante brésilienne [Sposito, 2011]. Leur lecture affiche, en quelque sorte, la variété des propositions formulées et l’absence de tout consensus sur le sujet.

7Parmi ces différents projets, le plus emblématique est sans doute celui formulé en 1821 par José Bonifácio de Andrada e Silva, homme politique responsable de la construction des bases institutionnelles qui structureront la monarchie constitutionnelle brésilienne durant tout le Premier Empire (1822-1831). Bonifácio avait une vision pessimiste sur le futur des sociétés indigènes. Toutefois, contrairement à plusieurs de ses contemporains, il adhérait aux théories raciales qui considéraient les Indiens comme des gens perfectibles et donc objets de politiques publiques [Carneiro da Cunha, 1992(a), 1992(b)].

8Les propositions de Bonifácio ont été présentées dans un projet intitulé, dans une traduction libre vers le français, « Notes sur la civilisation des Indiens hostiles de l’Empire du Brésil » [Bonifácio de Andrada e Silva, 1821]. Bien qu’aucune d’entre elles n’ait jamais été intégrée dans le texte de la première Constitution brésilienne de 1824, elles seront toutefois reprises deux décennies plus tard dans le décret connu sous le nom de « Règlement des missions ». L’objectif de Bonifácio était de « civiliser » les Indiens. À l’époque, la vaste catégorie « civilisation » sous-entendait une morale, des pratiques, des espaces, des acteurs, des institutions très concrets et précis. Par exemple, le processus de « civilisation » devait nécessairement passer par le regroupement des Indiens à l’intérieur d’établissements nommés à l’époque aldeamentos. Je conserve ici le mot aldeamento en portugais, qui ne peut être simplement traduit par « village » en français car le concept est beaucoup plus vaste et complexe et représentait un espace aux frontières géographiques et ethniques délimitées qui impliquait la présence de toute une série d’acteurs (missionnaires catholiques, fonctionnaires militaires et colons privés) aux côtés du regroupement des Indiens.

Ni sauvages ni citoyens : la loi d’octobre 1831

9En dépit du projet fort détaillé présenté par Bonifácio, aucun texte indigéniste au niveau national ne sera vraiment décrété, ni durant le Premier Empire (1822-1831) ni pendant la Régence (1831-1840). Cela est dû au moins à deux choses. Tout d’abord, le rôle secondaire que le « problème indigène » a occupé à cette époque par rapport à d’autres questions perçues comme beaucoup plus importantes et urgentes, comme, par exemple, la résolution du problème de la traite des esclaves, son remplacement par des travailleurs libres, le peuplement et la colonisation de l’intérieur des terres et la réglementation de l’accès à la propriété privée [Treece, 2008]. Ensuite, et surtout, la forte instabilité sociale et politique que ces mêmes questions soulevaient. En effet, les conflits autour de la résolution de ces questions se sont manifestés par un ensemble de révoltes qui ont mis en danger l’unité politique et l’intégrité territoriale du pays durant les premières décennies de sa vie indépendante [Carvalho, 2010].

  • 2 La principale réforme constitutionnelle de cette époque est connue par l’historiographie comme Ato (...)

10Ces révoltes ont été généralement dirigées par des élites locales, souvent des propriétaires terriens esclavagistes, contraires aux projets centralistes du gouvernement qui siégeait à Rio de Janeiro, capitale de l’Empire. En effet, dès le mois d’avril 1831, ces élites locales ont réussi à accéder au pouvoir et ont installé un gouvernement libéral qui a duré une dizaine d’années. Leur passage au gouvernement a laissé des marques importantes, car leurs intérêts ont fait l’objet de réformes constitutionnelles qui ont fortement décentralisée l’organisation politique de l’État à cette époque2.

11Les implications de cette décentralisation se sont fait sentir immédiatement en ce qui concerne le « problème indigène », dans le sens où ces élites locales ont profité de leur nouvelle autonomie politique pour voter au niveau régional les mesures indigénistes qui leur convenaient le mieux [Carneiro da Cunha, 1992(b)]. Un très grand nombre de mesures ont été prises localement à cette époque et il serait difficile d’en dresser un tableau systématique sur l’ensemble du pays.

12La seule loi qui se voulait générale et qui a été approuvée à cette époque a été celle du 27 octobre 1831. Malgré ses ambitions affichées, on peut douter de son pouvoir d’application sur tout le territoire national. Selon Fernanda Sposito, bien que la loi d’octobre 1831 ait été votée par le Parlement, elle a été principalement appliquée dans la province de São Paulo, où le projet initial a été formulé, pour résoudre une situation bien spécifique qui s’était présentée entre les colons d’Itapetininga, petite localité de la province de São Paulo et un groupe de langue guarani qui vivait dans les alentours [Sposito, 2011, p. 62].

13Bien que court, le texte introduisait deux nouveautés majeures. D’un côté, il abrogeait quelques édits de la fin de l’époque coloniale qui étaient toujours en vigueur et qui autorisaient, d’une part, les « guerres justes » à l’égard des Indiens considérés « sauvages » et, de l’autre, le droit de réduire en esclavage ceux qui étaient capturés pendant ces mêmes guerres [Carneiro da Cunha, 1992(b)]. D’un autre côté, la loi de 1831 plaçait les Indiens dans un nouveau régime civil. De sujets ou vassaux de l’Empereur, ils se transformaient en citoyens de la nation. Cependant, cette nouvelle citoyenneté contredit « l’horizon égalitariste et unitaire » du projet national [Richard et al., 2013], car elle s’est organisée selon un clair principe d’exception qui, parmi d’autres choses, plaçait les Indiens sous la protection immédiate ou la tutelle des « juges des orphelins », comme des mineurs.

Du « pacte impérial » au « règlement des missions » de 1845

14Le décret n° 426, promu en juillet 1845 et plus connu comme « règlement des missions » [Carneiro da Cunha, 1992(b), p. 191-199] peut être considéré comme un des moments clés de l’histoire de l’indigénisme national brésilien. Tout d’abord parce qu’après deux longues décennies de confusions et d’indécisions, il représente la première loi indigéniste d’envergure vraiment nationale. Ensuite, parce qu’il aura une vie relativement longue et fonctionnera durant au moins tout le Second Empire (1840-1889).

15La promulgation de ce décret doit être appréhendée dans le nouveau contexte de stabilité politique inauguré par la chute des libéraux et le retour forcé, en 1840, du jeune empereur, Dom Pedro II, à la tête du Second Empire [Treece, 2008]. Le « retour à l’ordre impérial », selon l’expression consacrée par l’historiographie, a été suivi d’une phase de conciliation politique entre les élites libérales et conservatrices, mettant en place une forme de « pacte impérial » [Dolhnikoff, 2007] qui a permis la résolution partielle de plusieurs des conflits évoqués plus haut et qui avaient agité la vie politique des deux premières décennies du Brésil indépendant.

16Pour mieux illustrer en quoi consistait cette pratique de « conciliation politique », prenons l’exemple paradigmatique de la promulgation de la loi Eusébio de Queiróz qui a mis fin à l’esclavage et de la « loi de terres » qui a instauré un nouveau régime foncier au Brésil. Ces deux lois ont été votées la même année, en 1850. Pour mettre fin à l’esclavage, les hommes politiques contraires à la traite ont dû céder aux pressions des propriétaires terriens esclavagistes, fortement représentés au Parlement et voter une nouvelle loi foncière qui favorisait ces derniers. Entre autres choses, cette nouvelle loi a rendu extrêmement difficiles les mécanismes d’accès à la propriété privée pour les petits paysans. Dans les faits, cela a permis que la main-d’œuvre esclave soit progressivement remplacée par une main-d’œuvre libre mais très bon marché : les petits paysans non propriétaires [Silva, 1996].

17Or le « règlement des missions » était lui aussi lié à la question foncière, à la fin de la traite et au travail libre et a donc rendu service à quelques propriétaires terriens qui, comme le baron d’Antonina, entretenaient des relations étroites avec des sociétés indigènes. Pour eux, la création d’aldeamentos n’a pas seulement légitimé l’appropriation des territoires indigènes ; ces établissements ont aussi fonctionné comme des véritables espaces de réserve de main-d’œuvre bon marché.

18Le « règlement des missions » a repris plusieurs points que Bonifácio avait déjà formulés en 1821, comme son discours humaniste, civilisateur, protecteur, catholique, militaire, pédagogique, etc. Le « règlement des missions », dans ce sens, n’introduit pas d’innovation discursive majeure. Comme plusieurs autres projets de l’époque, il était fondé sur les théories raciales de la perfectibilité qui n’avaient pas d’autre but que celui d’intégrer les Indiens à la nation en les transformant en petits paysans pauvres et catholiques.

19Toutefois, sa vraie nouveauté a été d’avoir été capable de consolider une structure administrative relativement claire et centralisée ayant la compétence d’administrer les Indiens du Brésil. La nouvelle structure était organisée en quatre niveaux. Le premier d’entre eux est représenté par le pouvoir exécutif. En effet, la « catéchèse et la civilisation », rubrique sous laquelle étaient rangées les affaires indigènes, a dépendu de deux différents ministères durant le Second Empire : d’abord du ministère de l’Intérieur et ensuite du ministère de l’Agriculture, du commerce et des travaux publics. Le second niveau de cette structure était provincial ou régional et, de fait, à l’intérieur de chaque province ont été créées des Directions générales des Indiens (DGI) : il s’agissait de bureaux provinciaux chargés des affaires indigènes. Leurs directeurs en chef devaient structurer le troisième niveau du système, décidant des aldeamentos qui devaient être créés et nommant, à leur tour, le corps de fonctionnaires qui allaient quotidiennement les gérer et administrer sur place. À ces trois niveaux, il faudrait ajouter un quatrième, non moins important, celui des missionnaires capucins. Sous la tutelle parallèle du pouvoir central et des autorités ecclésiastiques de leur propre ordre religieux, c’était sur eux que retombait la lourde tâche de « civiliser » les Indiens.

Le projet indigéniste du baron d’Antonina

20Le projet indigéniste du baron d’Antonina naît au début des années 1840, moment relativement stable de la vie politique brésilienne, avec un gouvernement de « conciliation » formé après le retour forcé de l’empereur. Cependant, la formulation de son projet n’a pas dépendu uniquement de ce contexte politique favorable. Il s’est forgé aussi grâce à des expériences personnelles préalables, car le futur baron avait déjà cherché à entreprendre quelques projets parmi d’autres groupes indigènes et cela notamment pendant des travaux de réparation d’une route commerciale qu’il avait dirigés dans les années 1830 [Barbosa, 2014, 2015].

21En effet, les multiples projets indigénistes que le baron d’Antonina a tenté de mettre en place ne semblent représenter qu’un seul aspect d’une entreprise beaucoup plus vaste liée à l’amélioration de routes commerciales, à la colonisation et au peuplement des régions par où ces mêmes routes étaient censées passer. De fait, le projet d’Antonina envers les groupes de langue guarani n’a représenté qu’un maillon d’un projet plus grand, celui lié à l’ouverture d’une nouvelle route commerciale qui visait à relier la côte atlantique et le fleuve Paraguay et à coloniser les anciennes provinces de São Paulo, Paraná et Mato Grosso.

Le marché aux bestiaux et les projets de colonisation du baron d’Antonina

  • 3 Avant l’émancipation et la création de la province du Paraná en 1853, Antonina avait occupé le post (...)

22João da Silva Machado est né en 1782 dans une petite localité de la province de Rio Grande do Sul, la plus australe des provinces du Brésil. Il devient baron en septembre 1843, à la suite de sa participation aux côtés du gouvernement conservateur au pouvoir pour réprimer militairement une révolte libérale qui a éclaté en 1842. Il a commencé très tôt à travailler en tant que conducteur de bétail, reliant Rio Grande do Sul, la principale province productrice de bétail, à Sorocaba, petite localité de la province de São Paulo, où se trouvait la principale foire aux bestiaux du sud du pays. C’est en effet grâce à cette activité qu’il a rapidement fait fortune et acquis l’influence nécessaire pour devenir militaire et homme politique. À sa mort en 1875, âgé de 93 ans, il était propriétaire d’immenses étendues de terres à São Paulo, Paraná e Mato Grosso [Rezende, 1924] et occupait, depuis 1853, le seul poste de sénateur de la province du Paraná3.

23Conduire le bétail entre Rio Grande do Sul et São Paulo n’était pas aisé ni sans danger. Il fallait parcourir des distances considérables de plus de 1 000 kilomètres et malgré la somme considérable d’argent et de temps investie dans la préparation d’un voyage, la probabilité de perdre une partie du troupeau était toujours très grande [Petrone, 1976].

24Le futur baron s’est vite rendu compte que, pour diminuer les risques de perte et donc augmenter les marges de gain, il était indispensable d’améliorer les conditions de transport des troupeaux. À son époque, cela signifiait aménager les chemins, ce qui impliquait, à son tour, au moins trois choses. Tout d’abord, un chemin avec des prairies pour que les bêtes puissent se nourrir pendant ces longs voyages. Ensuite, des établissements coloniaux tout au long de son tracé. Ces établissements pouvaient prendre différentes formes, comme des colonies militaires, agricoles ou indigènes, comme ce sera le cas dans le projet d’Antonina. Ces établissements avaient pour but de servir de stations ou d’étapes pour que les voyageurs puissent se reposer et se ravitailler convenablement. Finalement, il devait aussi s’agir d’un chemin libre des attaques des Botocudos, Coroados ou Bugres, catégories avec lesquelles on se référait aux Indiens considérés « sauvages » ou « hostiles ».

25Les activités indigénistes du baron se comprennent, avant tout, comme l’un des volets de son projet d’étendre le marché de vente de bétail. En effet, si le baron s’est intéressé autant au regroupement des Indiens dans des aldeamentos, cela est dû au fait qu’il envisageait ces espaces comme l’un des échelons ou l’une des étapes d’un projet beaucoup plus vaste lié à l’exploration et au peuplement de régions non colonisées, à la construction de chemin et, finalement, au développement du prometteur marché aux bestiaux.

26De fait, c’est cette stratégie qu’il a employée entre 1840 et 1860 envers les groupes de langue guarani des anciennes provinces de São Paulo, Paraná et Mato Grosso. L’idée de créer des aldeamentos et d’y regrouper les Indiens était subordonnée à un projet similaire : ouvrir une nouvelle route commerciale entre la province de São Paulo et celle de Mato Grosso à travers les vallées des fleuves Tibagi, Paranapanema, Ivinheima e Brilhante.

La route de São Paulo au Mato Grosso et la « question platine » : une affaire d’État

Carte 1. Aldeamentos guarani sur le tracé de la route entre São Paulo et Mato Grosso (1840-1860)

Carte 1. Aldeamentos guarani sur le tracé de la route entre São Paulo et Mato Grosso (1840-1860)

Source : élaboration par l’auteur.

27Pour mettre en place ce projet, vers 1840, João da Silva Machado a déménagé et s’est installé dans l’une de ses exploitations agricoles (hacienda), Perituva, située à proximité d’Itapeva da Faxina, petite localité de la province de São Paulo, et plus particulièrement sur un secteur du chemin qu’il avait réparé dans les années 1830. En effet, depuis Itapeva da Faxina, il était possible de rejoindre la mer à l’est par un petit sentier [Saint-Hillaire, 1851]. Mais une véritable intégration territoriale de la partie méridionale du pays impliquait l’ouverture d’une route plus importante vers l’ouest, vers l’intérieur des terres et plus concrètement vers le Mato Grosso et la ville de Cuiabá, capitale de cette province. Son installation à Perituva s’inscrit donc dans le contexte de ce nouveau projet de route [Barbosa, 2014, 2015].

28Pour mettre ce projet en place, le baron devait réaliser de multiples expéditions de reconnaissance dans le but de tracer non seulement le chemin le plus court mais aussi le plus sûr. Entre le début des années 1840 et la fin des années 1850, plus d’une dizaine d’expéditions avaient été réalisées par ses deux hommes de confiance, le brésilien Joaquin Francisco Lopes et le nord-américain João Henrique Elliott. À la demande du baron, Lopes et Elliott ont élaboré des cartes, peint des aquarelles et rédigé des rapports forts détaillés de leurs voyages. Ceux-ci ont été publiés à l’époque dans la revue de l’Institut historique et géographique brésilien (désormais IHGB), association scientifique dont le baron était membre et représentent des pièces fondamentales pour comprendre l’évolution, le quotidien et les routines des relations entretenues avec les groupes guarani dans la mise en place des aldeamentos.

29Ces voyages duraient très longtemps et coûtaient très cher, mais le baron sut « vendre » son projet au gouvernement brésilien. Consolider la route permettait de coloniser, peupler et développer le commerce entre les trois provinces, mais avait aussi pour but de donner une solution subsidiaire à la délicate « question platine » : conflit diplomatique qui, depuis les traités frontaliers entre les empires portugais et espagnols, opposait les diplomates paraguayens et brésiliens au sujet de la libre navigation du Rio de la Plata et du Paraguay, principales voies d’accès pour arriver au Mato Grosso depuis l’océan atlantique [Doratioto, 2002 ; Monteiro de Almeida, 1951]. En effet, les gouvernements brésilien et paraguayen n’arrivaient pas à s’accorder au sujet des frontières entre les deux pays, et de ce fait la navigation du Paraguay avait souvent été bloquée par les gouvernements successifs du Paraguay, empêchant ainsi l’exportation de la production du Mato Grosso vers l’Atlantique. Pour mieux comprendre l’importance et l’urgence d’une telle route aux yeux du gouvernement brésilien, rappelons qu’en décembre 1864 a éclaté la guerre de la Triple Alliance, opposant le Brésil, l’Argentine et l’Uruguay contre le Paraguay dans la guerre la plus meurtrière qu’ait connu l’Amérique du Sud, justement à la suite de l’embargo d’un vapeur brésilien qui remontait le fleuve Paraguay [Doratioto, 2002].

Le projet indigéniste du baron d’Antonina

30Outre la colonisation, le peuplement, le commerce et la « question platine », le baron d’Antonina a avancé un autre argument d’intérêt public pour légitimer son projet de construction de route vers le Mato Grosso. Cet argument était d’ordre indigéniste : tracer la route encouragerait le regroupement des groupes de langue guarani de la région dans plusieurs aldeamentos, favorisant leur « catéchèse » et leur « civilisation ».

  • 4 Ces avantages sont décrits de manière très claire dans un décret de 1857 qui règlemente l’applicati (...)

31Le regroupement des Indiens présentait plusieurs avantages pour le gouvernement. Le premier était d’ordre pratique et infrastructurel. Les aldeamentos pourraient servir d’étapes pour que les voyageurs puissent se reposer et se ravitailler. Par ailleurs, ces groupes de langue guarani étaient reconnus comme de très bons rameurs et guides, et pourraient, ainsi, être engagés comme auxiliaires des voyageurs4.

32Un autre avantage était lié à la colonisation et au peuplement des espaces explorés. Malgré le fait que ces espaces étaient peuplés par des sociétés amérindiennes très hétérogènes, d’origine Tupi, Gê, Arawak, ils étaient tout de même pensés par les élites métropolitaines comme de grands « déserts inconnus ». Jusqu’au début du xxe siècle, ces régions continuaient à être représentées de la sorte dans plusieurs cartes. Cette contradiction est due, entre autres choses, à l’incapacité des autorités de coloniser les régions plus périphériques de l’empire.

33Le rapport entre le regroupement des Indiens dans des aldeamentos, la colonisation, le peuplement et la souveraineté était double. D’un côté, le regroupement permettait l’appropriation de leurs anciens territoires. De l’autre, les aldeamentos pouvaient fonctionner comme têtes de pont du front colonial. De fait, malgré leur position périphérique, la majorité des aldeamentos qui ont été créés au Brésil durant le xixe siècle et pas seulement ceux de São Paulo, Paraná et Mato Grosso, représentaient les établissements coloniaux les plus densément peuplés des marges de l’Empire.

Le baron d’Antonina et les Guarani

34Le baron d’Antonina a fait rédiger à ses deux hommes de confiance des rapports des expéditions qu’ils ont entrepris, les publiant ensuite dans la revue de l’IHGB. En effet, il s’agissait là d’une autre stratégie utilisée par Antonina pour légitimer ses projets de construction de route et sa politique de regroupement des Indiens. L’IHGB et sa revue, publiée périodiquement jusqu’à aujourd’hui, avaient une grande importance à l’époque. S’il ne s’agit pas de la toute première tentative pour créer une institution savante consacrée à penser l’histoire du Brésil, elle est certainement celle qui s’y est employée le plus sérieusement et le plus longtemps. Créée en 1839 en miroir de l’Institut historique de Paris [Treece, 2008, p. 128], son principal objectif était aussi bien scientifique que politique. Et en ce qui concernait le « problème indigène », la revue de l’IHGB a fonctionné comme un véritable réseau de « diffusion des débats, idées et propositions par rapport aux destins des populations indigènes » [Mota, 2006, p. 118].

35D’après la lecture de deux textes publiés par le baron dans la revue de l’IHGB avant même de commencer ses explorations vers le Mato Grosso, on peut constater que, même s’il n’était pas très sûr des proportions que son projet allait prendre, il envisageait depuis le début une place tout à fait singulière pour les groupes de langue guarani dans son projet.

36Le premier texte date du 30 octobre 1842, il n’était pas encore baron et relate la « découverte » de Paiqueré, une vaste prairie située entre Vila do Príncipe et Perituva [Silva Machado, 1843]. À ce récit, il ajoute une courte mais intéressante chronologie de l’histoire de la fondation des missions jésuites de l’ancienne province du Guairá.

37Ce document suggère qu’avant même de connaître Lopes et Elliott et de les envoyer vers la province de Mato Grosso, Antonina s’intéressait déjà aux Indiens de langue guarani de la région, en allant jusqu’à faire des recherches sur leur histoire dans les archives « de Buenos Aires » [Silva Machado, 1847]. En réalité, il ne s’y est pas rendu en personne, ce fut grâce « à un ami » qui résidait dans la capitale argentine qu’il a pu obtenir « des vieux papiers » du « temps des jésuites » [Antonina, 1856, p. 233]. Ces recherches préliminaires montrent que son projet de regroupement des groupes de langue guarani a été longuement mûri.

  • 5 Les missions du Guairá et d’Itatín ont duré peu de temps et ont été massivement détruites par les a (...)

38Par ailleurs, parmi les multiples tâches déléguées par le baron à Elliott et Lopes pendant leurs expéditions, figurait celle de localiser, tels des archéologues amateurs, les sites des missions des anciennes provinces jésuitiques du Guairá et de l’Itatín. C’est sur leurs ruines qu’Antonina cherchait à fonder les nouveaux aldeamentos guarani, comme une espèce d’« évocation » de l’âge doré de l’époque jésuite [Amoroso, 1998]5. De fait, au début des années 1860, les aldeamentos de Nossa Senhora do Pirapó et de Santo Inácio, installés toutes les deux sur les rives du Paranapanema, ont été fondés exactement au même endroit que les anciennes missions jésuites dont ils ont pris le nom.

Image 1. Aldeamento de N. Senhora do Loreto en 1857

Image 1. Aldeamento de N. Senhora do Loreto en 1857

Source : João Henrique Elliott, 1863.

39Sans que l’on puisse déterminer avec exactitude à quelle époque Antonina a commencé à s’intéresser aux groupes de langue guarani de la région, il est fort probable que la visite d’une dizaine d’Indiens à sa propriété agricole, Perituva, en 1842 a joué un rôle décisif. Le futur baron a décrit cette visite dans une longue lettre officielle adressée au gouvernement de São Paulo le 2 septembre 1842 et publiée plus tard dans la revue de l’IHGB [Silva Machado, 1846].

40Ces neuf Guarani faisaient partie d’un groupe plus grand, composé d’environ 200 individus, qui vivait sur la rive gauche du Taquari, non loin du siège de la propriété du baron. Ils auraient alors apporté une pétition pour que le baron la transmette aux autorités compétentes, et le baron leur aurait fait « comprendre que le gouvernement prendrait des mesures pour les aider » [ibid., p. 251].

41Le baron place ces Indiens entre la « civilisation » et la « barbarie ». Ce point est intéressant et on y reviendra. Cependant, il faut noter que malgré leur « caractère docile et pacifique », ils lui auraient manifesté un grand mécontentement et le désir de déménager de la région. Tout d’abord, à cause de la « rareté presque absolue de gibier » dans ces lieux, ce qui rendait « difficile leur subsistance » ; ensuite, à cause de l’invasion de « leurs campements par les habitants voisins » [ibid., p. 251].

42Le baron avance dans sa lettre que les colons n’auraient pas pu s’y établir sans l’aide de ce groupe d’Indiens qui, depuis qu’il s’était installé dans les années 1830, avait servi « d’avant-garde » contre les assauts de la « formidable et redoutable tribu des Goyanazes » qui, « par sa férocité et ses continuels actes de barbarie envers les habitants et envers les voyageurs, empêchait non seulement le peuplement de l’intérieur des terres mais aussi l’occupation des champs les plus proches » [ibid., p. 251]. Rappelons rapidement que le terme Goyanazes ne faisait pas référence à une « tribu » précise. À l’instar des catégories Coroados, Bugres, etc., il s’agissait d’une expression générique de plus, utilisée principalement dans la province de São Paulo pour classer les Indiens qui étaient considérés comme « sauvages » ou « hostiles ».

43L’interprétation livrée par le baron sur l’importance de l’installation et, surtout, de la permanence de ces quelques Guarani dans la région est fondamentale. Pour lui, le bourg d’Itapeva da Faxina serait très affecté s’ils décidaient de déménager. En effet, c’est grâce au rôle qu’ils auraient joué dans le peuplement, la colonisation et la pacification de la route qui passait par la zone, qu’Antonina défend la « transcendante utilité d’employer tous les moyens possibles » pour les maintenir sur place [ibid., p. 251].

44Les moyens proposés par le baron étaient de plusieurs ordres. Tout d’abord moral. Avant tout, il était indispensable de se laisser guider par les « inspirations philanthropiques et humanistes qui nous meuvent pour améliorer le sort de ces misérables qui, une fois transformés en hommes civilisés, nous rétribueront les sacrifices que nous avons employés pour les faire sortir de l’état de barbarie dans lequel ils sont nés ». Au-delà de ce discours sur le rôle civilisateur des élites politiques, le baron avait aussi en tête des idées plus pragmatiques. Pour lui, transformer les Indiens signifiait ancrer parmi eux « les besoins de l’homme civilisé, en leur fournissant gratuitement […] tous les moyens nécessaires ». En premier lieu, « il faudrait qu’un endroit convenable soit choisi dans l’arrière-pays, avec de bonnes terres fiscales cultivables, pour fonder une espèce d’aldeamento » avec les fonds publics [ibid., p. 252]. Ensuite, à l’intérieur de cet espace il serait important de fournir des outils et des vêtements, d’établir de grands champs et d’apprendre aux Indiens à élever porcs et volailles.

45Une fois présentés les moyens pour fixer les Indiens, le baron énumère leur « utilité pour la société ». Mis à part les services déjà évoqués « de défense contre les tribus féroces », les Indiens regroupés pourraient aussi combler « le grand manque de bras dont nous souffrons dans tous les domaines du service national et privé » [ibid., p. 253].

46Le baron conclut sa lettre sur deux dernières remarques. Il dit d’abord qu’il avait connaissance de la sous-utilisation du budget « considérable » dont la province de São Paulo disposait pour la Catéchèse et la Civilisation et qu’il serait donc « d’extrême utilité […] si on l’employait en faveur de cette tribu ». Ensuite, qu’il se mettait à la disposition du gouvernement « pour collaborer » avec ses « modestes moyens » à cette « entreprise si philanthropique » [ibid., p. 253]. Cette conclusion est intéressante car elle indique au moins deux choses : d’un côté, la connaissance approfondie que le baron possédait du fonctionnement des affaires publiques ; de l’autre, la connaissance qu’il avait de la situation indigène sur le terrain, ce qui lui permettait d’anticiper toute action publique et d’entreprendre de manière privée sans prendre trop de risques. En effet, l’aldeamento précis dont il est question dans cette lettre, celui qui sera fondé sous le nom de São João Batista do Rio Verde, ne sera vraiment financé par l’État que quelques années après la rédaction de cette lettre. Entre-temps, c’est le baron qui prendra en charge sa construction et mise en place.

Indigénisme et intérêts privés

47On remarquera la similitude à la fois discursive et pratique entre les projets indigénistes de Bonifácio datés de 1821, celui du baron élaboré en 1843 et le « règlement des missions » qui sera promulgué deux ans plus tard et qui définira toute la politique indigéniste du Second Empire. On peut penser que, si le gouvernement brésilien a appuyé le projet indigéniste d’Antonina, c’est parce que ce dernier a su anticiper ses intentions et reprendre le langage et la vision si répandue à l’époque sur les Guaranis en général.

48L’image évolutive du baron qui plaçait ces Indiens à mi-chemin entre la « civilisation » et la « barbarie » et les opposait aux Indiens « sauvages », ne représentait pas, bien évidemment, l’idiosyncrasie d’un seul individu, mais la vision de toute une époque qui distinguait, de manière plus générale, les peuples « agriculteurs », comme c’était le cas de la plupart des sociétés de langue guarani et les peuples « nomades ». Il les représentait donc comme des travailleurs potentiellement plus « prévisibles », plus « propres », plus « rationnels », plus « moraux », plus « chrétiens », en un mot, plus « civilisables ».

49Dans le cas des Guarani peints par le baron, l’image d’Indiens à mi-chemin entre la « civilisation » et la « barbarie », « demi-civilisés », « dociles », « pacifiques », etc., a aussi en partie été construite en raison de leur héritage jésuitique. Rappelons que le baron a recherché sans cesse des informations sur les anciennes missions ignaciennes de l’époque coloniale pour fonder, sur leurs ruines, les futures aldeamentos de l’époque monarchique. Le discours indigéniste du baron n’entrait pas seulement en résonance avec des projets contemporains, il était aussi en continuité avec le projet jésuite. Ainsi, en dépit des intentions affichées par les nouvelles élites du pays, intentions selon lesquelles le « problème indigène » devait se redéfinir en opposition à des pratiques de l’époque coloniale, les politiques indigénistes du xixe siècle ont été marquées, au contraire, par leur proximité avec les pratiques coloniales. Ce qui nous permettrait de parler d’une espèce de versant colonial des projets indigénistes nationaux [Richard et al., 2013].

50Il faut souligner aussi le rôle crucial joué par les discussions entre le groupe guarani d’Itapeva da Faxina dans la formulation initiale du projet du baron. Ce n’est qu’à la suite de leur rencontre qu’Antonina est capable de l’ébaucher. En réalité, leur visite ressemble plus à la présentation de revendications. Ces individus se sont rendus dans la propriété du baron dans le but de négocier et pour cela ils avaient une stratégie très claire. En échange de leur engagement à ne pas quitter les lieux, ils ont demandé aux autorités une terre plus abondante et mieux protégée des colons locaux. Le recours à une autorité à la fois locale et régionale semble être un point important de leur stratégie. En effet, ils avaient un grand respect envers le baron à qui ils s’adressaient en tant que Paí-Guasu. Etymologiquement, en langue guarani, Paí est un terme de respect, adressé aux personnes âgées, aux chamans et aux « gens sérieux » ; avec le temps, le terme a été appliqué aux prêtres chrétiens, particulièrement aux jésuites [Montoya, 1876, p. 261]. Quant à Guasu, le mot signifie tout simplement « grand ». Dans ce sens, l’appellation Paí-Guasu indique justement l’importance et le respect que les Indiens accordaient à Antonina.

51Quoi qu’il en soit, on pourrait même penser qu’en sollicitant une terre plus abondante et mieux protégée, ces quelques Indiens ne demandaient pas autre chose que la création d’un « vrai » aldeamento, tel que les lois de l’époque le stipulaient. Un espace qui, au moins en théorie, disposait d’un budget étatique et où on devrait vivre selon des préceptes « philanthropiques » et « humanistes ». Si cela est le cas, on pourrait aussi imaginer que ces Indiens connaissaient relativement bien la législation indigéniste de l’époque, leurs droits et leurs devoirs face à leurs concitoyens, et que, en fin de compte, ils n’ont pas fait autre chose que solliciter le baron, député de la province de São Paulo à cette époque, pour qu’il les représente au Parlement.

52Pour le baron, la « question indigène » faisait partie de, ou était subordonnée à un projet plus ample, plus ambitieux aussi, un projet privé et personnel qu’il transforme en projet d’intérêt public. Sa demande au gouvernement de libérer des terres de propriété de l’État pour créer un aldeamento pour les Indiens, libérant ainsi les vastes territoires qu’ils occupaient, peut être vue comme l’illustration d’une pratique et d’un processus beaucoup plus ample qui a permis que la propriété territoriale privée se constitue fondamentalement, dans les années de formation du Brésil, à partir du patrimoine public [Silva, 1996]. De la même façon, le projet de création de quelques aldeamentos est aussi une solution face à l’imminence de la fin de la traite des esclaves, pour disposer d’une main-d’œuvre indigène, bon marché et soi-disant « libre ».

53Le succès du projet d’Antonina se doit, sans doute, au fait qu’il a su manier les arguments nécessaires pour convaincre l’État brésilien et mettre la machine étatique à sa disposition. Les arguments économiques de la route à ouvrir, des aldeamentos en tant qu’étapes qui assureraient la colonisation et le peuplement de la région ainsi que la sécurité des voyageurs, enfin, des aldeamentos comme une solution partielle à la « question platine » et donc à la souveraineté de l’État, n’étaient pas autre chose qu’une stratégie pour « articuler ses intérêts personnels aux urgences politico-idéologiques de l’époque, en orientant ses initiatives aux vastes plans qui présidaient la constitution de la nation » [Wissenbach, 1995, p. 138-139].

54On note, dans ce sens, une singulière originalité dans la façon d’agir du baron, car jusqu’à ce qu’il arrive à officialiser la création de l’aldeamento de São João Batista do Rio Verde, c’est lui qui a assumé la protection et la tutelle des Indiens, et cela de façon privée, en prenant en charge toutes les dépenses d’installation et de fonctionnement de l’établissement. Ce point est fondamental, car l’une des questions de cet article est de discuter les pratiques de gestion des populations indigènes et d’administration de leurs territoires au xixe siècle. Ici la médiation établie entre les Guarani et les autorités s’est faite à travers un personnage hybride – baron d’Antonina pour les hommes politiques de la cour et Paí-Guasu pour les Indiens – qui circulait facilement entre les différents espaces politiques de l’Empire. La tutelle indigène, souvent définie comme une subtile pratique étatique de domination qui oscille entre des pratiques protectrices, civilisatrices et pédagogiques, ne semble pas être un monopole exclusif de l’État, mais aussi une qualité qui a caractérisé et qui caractérise encore la pratique individuelle d’autres acteurs (colons, militaires, missionnaires, ONG, etc.). La tutelle individuelle exercée par Antonina ou, mieux, par le Paí-Guasu, a été efficace car, elle a su articuler différents rôles : du patron esclavagiste à l’humaniste philanthrope, du missionnaire au fonctionnaire laïc, du chasseur d’Indiens au jésuite, etc. Rôles qui, par ailleurs, ont souvent été séparés avec rigidité par l’historiographie de l’indigénisme.

Conclusion

55Depuis quelques années, de nouvelles études se sont attachées à ne plus penser l’indigénisme depuis la seule perspective de l’État. Et, si l’on parle de plus en plus d’autres acteurs, soulignons donc le caractère intrinsèquement négocié de ce vaste champ.

56En intégrant dans les analyses le point de vue d’autres acteurs, il ne s’agit pas de nier les rapports de pouvoir et de domination asymétrique qui ont imprégné et qui imprègnent toujours bon nombre des politiques publiques à l’égard des Indiens. Il s’agit plutôt de montrer que, trop fidèle aux intentions affichées par le point de vue de l’État, l’historiographie de l’indigénisme a longtemps oublié d’interroger les pratiques plus quotidiennes, les situations plus ordinaires, etc., qui ont permis que ce vaste champ se construise de manière assez dynamique au fil du temps.

57Le retour à ces situations ordinaires et à ces pratiques quotidiennes permet de déconstruire une vision inévitablement moins idyllique ou romantique du monde indigène, mais certainement plus complexe et proche du réel. Une vision moins idyllique ou romantique dans le sens où le monde indien apparaît d’une manière moins cohérente qu’elle ne semble l’être dans bon nombre de travaux ; une vision plus complexe, aussi, dans le sens où les Indiens n’apparaissent pas toujours déguisés en victimes, ayant l’obligation de résister face à l’État ou à qui que ce soit. Une vision plus proche du réel enfin, dans le sens où la négociation, la transaction, le pacte, l’alliance, sont des horizons possibles et plausibles, auxquels aspirent également les sociétés indigènes elles-mêmes. En revenant sur l’expérience du baron d’Antonina, nous avons souligné qu’en circonscrivant nos objets d’études, nous sommes mieux outillés pour observer la capacité des acteurs de négocier localement la mise en place de plusieurs projets ; dans le cas décrit dans cet article, un projet indigéniste aux frontières du public et du privé.

Haut de page

Bibliographie

Abirgaus, L. (1983), Barão de Antonina, Boletim do Instituto Histórico, Geográfico e etnográfico Paranaense, 40, 241-244.

Almeida, A. (1947), Achegas à biografia do Barão de Antonina, Revista do Arquivo Municipal, 116.

Almeida, M. C. (2010), Os Índios na História do Brasil, Rio de Janeiro, FGV.

Amoroso, M. R. (1998), Catequese e Evasão. Etnografia do Aldeamento Indígena São Pedro de Alcântara, Paraná (1855-1895), São Paulo, USP, thèse de doctorat.

Antonina, B. (1978 [1856]), Discurso e requerimento do Sr. barão de Antonina, Anais do Senado do Império do Brasil, 3.

Barbosa, P. (2014), (En)quête de la « Terre sans Mal » Histoire et Migration d’un Mythe, Paris, Doctorat, EHESS.

Barbosa, P. (2013), Las Jornadas Meridionales y la formación de los aldeamientos indígenas de las provincias de San Pablo, Paraná y Mato Grosso entre 1840 y 1889 : profetismo y movilidad guarani. Dans P. Langer & G. Chamorro, Missões, militância indigenista e protagonismo indígena (p. 73-94), São Bernardo do Campo, São Paulo, Nhanduti.

Bley Junior, W. (1989), Silva Machado : de tropeiro à barão, Boletim do Instituto Histórico, Geográfico e Etnográfico Paranaense, 46, 19-34.

Bonifácio de Andrada e Silva, J. (1992b [1821]), Apontamentos para a civilização dos índios bravos do Império do Brasil. Dans M. Carneiro da Cunha, Legislação indigenista no século XIX, São Paulo, CPI-Edusp.

Borges, L. (2014), Senhor de homens, de terras e de animais : a trajetória política e econômica de João da Silva Machado (Província de São Paulo, 1800-1853), Curitiba, UFPR, thèse de doctorat.

Bossert, F. (2012), Notas sobre la jerarquía interétnica en los ingenios azucareros del noroeste argentino. Dans D. Villar & I. Combès, Las tierras bajas de Bolívia : miradas históricas y antropológicas (p. 217-236), Santa Cruz de la Sierra, El País - Museo de Historia de la UAGRM.

Brotero, F. (sd), Barão de Antonina. Apontamentos genealógicos, São Paulo, Escolas Profissionais Salesianas.

Carneiro da Cunha, M. (1992). História dos Índios no Brasil. São Paulo : Companhia das Letras.

Carneiro da Cunha, M. (1992b). Legislação indigenista no século XIX, Dans M. Carneiro da Cunha, Legislação indigenista no século XIX. Uma compilação (1808-1889), São Paulo, CPI-Edups.

Carneiro da Cunha, M. (1992a), Política indigenista no século XIX, dans M. Carneiro da Cunha, História dos Índios no Brasil (p. 133-154), São Paulo, Companhia das Letras.

Carvalho, J. (2010), A construção da ordem : a elite política imperial. Teatro de sombras : a política imperial, Rio de Janeiro, Civilização Brasileira.

Chamorro, G. (2011), Etnografia do espaço : o “sertão” no relato de dois sertanistas do XIX, dans J. Dari & W. Marsechner, Transfazer o espaço : ensaios de como a literatura vira espaço e vice versa, Dourados, MS, Ed. UFGD.

Dolhnikoff, M. (2007 [2005]), O pacto imperial. Origens do federalismo no Brasil do século XIX, (Globo, Éd.) São Paulo.

Doratioto, F. (2002), Maldita Guerra : nova história da Guerra do Paraguai, São Paulo, Companhia das Letras.

Favre, H. (2009), Le mouvement indigéniste en Amérique latine, Paris, L’Harmattan.

Iglesias, M. P. (2010). Os Kaxinawá de Felizardo : correrias, trabalho e civilização no Alto Juruá. Brasília : Paralelo 15.

Monteiro de Almeida, M. (2010 [1951]), Episódios Históricos da Formação Geográfica do Brasil, Rio de Janeiro : Irmãos Pongetti.

Monteiro, J. M. (2001), Tupis, Tapuias e a História de São Paulo, dans J. M. Monteiro, Tupis, Tapuias e Historiadores. Estudos de História Indígena e do Indigenismo, Campinas : Unicamp.

Monteiro, J. (1998), O desafio da História Indígena no Brasil, dans A. L. Silva & L. B. Grupioni, A temática indígena na escola : movos subsídios para professores de 1o e 2o graus (p. 221-228), Brasília, MEC-Mari-Unesco.

Montoya, A. R. (1996 [1639]), La Conquista Espiritual de Paraguay, Asunción, El Lector.

Montoya, A. R. (1876 [1639]), Tesoro de la lengua guaraní, Leipzig, Oficina y Fundería de W. Drugulin.

Mota, L. T. (2006), A Revista do Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro (IHGB) e as populações indígenas no Brasil do II Reinado (1839-1889), Diálogos, 117-142.

Mota, L. T. (1998), O aço, a cruz e a terra : índios e brancos no Paraná provincial (1853-1889), Assis, São Paulo, Unesp, thèse de doctorat.

Pacheco de Oliveira, J. (2011), A presença indígena no Nordeste : processos de territorialização, modos de reconhecimento e regimes de memória, Rio de Janeiro : Contra Capa.

Pacheco de Oliveira, J. (1998), Uma etnologia dos “índios misturados”? Situação colonial, territorialização e fluxos culturais, Revista MANA, 4 (1), 47-77.

Petrone, M. S. (1976), O Barão de Iguape : um empresário da época da Independência, São Paulo, Brasília, Ed. Nacional, Instituto Nacional do Livro.

Ramos, A. R. (2011), Indigenismo: um orientalismo americano, Anuario Antropológico, (1), 27-48.

Rezende, A. (1924), O Estado de Matto-Grosso e as supostas terras do barão de Antonina, Rio de Janeiro, Papelaria Sta Helena - S. Monteiro e Cia. Ltda.

Richard, N., Capdevila, L., Foerster, R., Obregón Iturra, J. P. & Ménard, A. (2013), Micro-histoires des nouvelles formes de conquête des territoires indiens. Le versant colonial des projets nationaux dans le cône sud américain, 1850-1960, Nuevo Mundo Mundos Nuevos.

Saint-Hillaire, A. (1851), Voyage dans les provinces de Saint Paul et de Sainte Catherine (vol. v. 1), Paris, Arthus Bertrand - Libraire de la Société de Géographie.

Silva Carneiro, D. (1987), John Henry Elliott e outros pioneiros americanos no Paraná, Curitiba, Centro Cultural Brasil-Estados Unidos de Curitiba.

Silva Machado, J. (1847), 160a Sessão em 4 de março de 1847, Revista do Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro, t. 9, 130-133.

Silva Machado, J. (1846 [2-9-1842]), Cópia da participação oficial, que em data de 2 de Setembro de 1842 dirigiu João da Silva Machado (hoje barão de Antonina) ao governo da província, acerca dos alojamentos dos indígenas no munípio de Itapeva, Revista do Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro, t. 8.

Silva Machado, J. (1843), Informações que pude obter do alfêres Antonio Pereira Borges, Comandante da Companhia exploradora formada em Campos Gerais de Curitiba, Freguesia de Ponta Grosso, 30 de Outubro de 1842, Revista do Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro, t. 5, 108-117.

Silva, L. O. (1996), Terras devolutas e latifúndio : efeitos da lei de 1850, Campinas, Ed. da Unicamp.

Sposito, F. (2011), Liberdade para os índios no Império do Brasil. A revogação das guerras justas em 1831, Almanack (1), 52-65.

Sposito, F. (2012), Nem cidadãos, nem brasileiros : indígenas na formação dos Estado nacional brasileiro e conflitos na província de São Paulo (1822-1845), São Paulo, Alameda.

Treece, D. (2008), Exilados, Aliados e Rebeldes. O movimento indianista, a política indigenista e o Estado-Nação imperial, São Paulo : Nankin - Edusp.

Wissenbach, M. C. (1995), Desbravamento e Catequese na constituição da nacionalidade brasileira : as expedições do barão de Antonina no Brasil meridional, Revista Brasileira de História, 15 (30), 137-155.

Haut de page

Notes

1 Il est difficile de dresser une liste complète de ces travaux.

2 La principale réforme constitutionnelle de cette époque est connue par l’historiographie comme Ato Adicional de 1834.

3 Avant l’émancipation et la création de la province du Paraná en 1853, Antonina avait occupé le poste de député pour la province de São Paulo depuis le début des années 1840.

4 Ces avantages sont décrits de manière très claire dans un décret de 1857 qui règlemente l’application du décret n° 426 de 1845 dans les provinces du Paraná et Mato Grosso [Carneiro da Cunha, 1992(b), p. 240-251].

5 Les missions du Guairá et d’Itatín ont duré peu de temps et ont été massivement détruites par les attaques des bandeirantes au début du xviie siècle. Leur population s’est dispersée et déplacée vers les missions plus australes du Tape [Montoya, 1996 ].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Aldeamentos guarani sur le tracé de la route entre São Paulo et Mato Grosso (1840-1860)
Crédits Source : élaboration par l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/8374/img-1.png
Fichier image/png, 494k
Titre Image 1. Aldeamento de N. Senhora do Loreto en 1857
Crédits Source : João Henrique Elliott, 1863.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/8374/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pablo Antunha Barbosa, « Histoire d’un projet indigéniste aux frontières du public et du privé (Brésil, 1840-1860) », Cahiers des Amériques latines, 86 | 2017, 147-166.

Référence électronique

Pablo Antunha Barbosa, « Histoire d’un projet indigéniste aux frontières du public et du privé (Brésil, 1840-1860) », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 86 | 2017, mis en ligne le 01 février 2018, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/cal/8374 ; DOI : 10.4000/cal.8374

Haut de page

Auteur

Pablo Antunha Barbosa

Pablo Antunha Barbosa est anthropologue. Il est actuellement postdoctorant (FAPERJ) au musée national de l’université fédérale de Rio de Janeiro et mène des recherches sur l’histoire des groupes de langue guarani de São Paulo, Paraná et Mato Grosso do Sul au xixe siècle. Il est également chercheur au Laboratório de Pesquisas em Etnicidade, Cultura e Desenvolvimento (Laced) et au Centro de Investigaciones Historicas y Antropológicas (Ciha). Ses travaux s’inscrivent dans les domaines de l’anthropologie historique et de l’histoire de l’anthropologie.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals