Navigation – Plan du site
Lectures

Michel Bertrand et al. (dir.), Les Amériques : du précolombien à nos jours

Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2016
Jorge Guerra Vélez
p. 169-172
Référence(s) :
Michel Bertrand et al. (dir.), Les Amériques : du précolombien à nos jours, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2016, 2048 p.

Texte intégral

1La grande entreprise d’élaborer un dictionnaire sur les Amériques s’est concrétisée depuis quelque mois avec la parution des deux tomes ; « Du précolombien à 1830 », et « de 1830 à nous jours ». Voyageant du sud au nord, avec ses mers et ses hauts plateaux, ses espaces ruraux et urbains, c’est un premier ouvrage dans son genre. D’une part, il réunit 150 hommes et femmes chercheurs, professeurs et spécialistes reconnus pour leurs connaissances de ce continent qui convergent principalement autour de l’Institut des Amériques (IDA). D’autre part, il rassemble des contributions de sociologie, de science politique, de géographie, d’histoire, de critique d’art, d’anthropologie et autres disciplines. Mieux, il clarifie des concepts, nous présente des objets de recherche, nous propose des profils des personnalités américaines. Tenant compte des contextes, il relie des termes, fait la synthèse de données et de contributions intellectuelles générales et spécialisées. Dépassant les cadres nationaux d’analyse, les notices situent les Amériques dans le monde, en particulier dans ses rapports avec l’Europe occidentale.

2Les coordinateurs ont préféré un projet composé d’analyses et de résultats empiriques à un projet purement descriptif. L’introduction synthétise la structure, le contenu et le développement des différentes catégories mais discute aussi ce que l’énoncé « les Amériques » veut ou peut dire. Les éléments chronologiques dans les deux tomes pourront être utilisés dans des manuels scolaires autant en Amérique qu’ailleurs dans le monde.

  • 1 Un autre concept nous pose aussi problème, celui de préhistoire, avec sa discipline, et imposé par (...)

3Aux termes attendus d’indépendance, caudillisme, mouvements indiens, populisme, drogues (nous préférons celui du narcotrafic)1, azteca, pour n’en mentionner que quelques-uns, s’ajoutent codex, baroque, hohokam, femmes et politique, nazi, Sud, littérature de l’exil, Islam, Maras, bande dessinée ou rêve américain. Des concepts plus fréquents au siècle dernier côtoient des concepts plus récents, qu’ils dérivent de l’évolution normale des langues, soient introduits par divers penseurs ou soient imposées par des nouvelles modes, corollaires des mutations technologiques et des réseaux sociaux. Les hommes et les femmes dont les Amériques gardent l’empreinte s’y trouvent presque tous. Tantôt ils forment le fondement de l’ouvrage, tantôt on les découvre dans l’index de noms, aussi divers que Las Casas, Montaigne, Tocqueville, Humboldt, Thoreau, Bolívar, San Martin, Washington, Tupac Amaru, jusqu’à Leonardo Boff, Gioconda Belli, Claude Lévi-Strauss, François Xavier Guerra, Charles Taylor, Samuel Huntington, Hugo Chavez, Michelle Bachelet, Barack Obama, le sous-commandant Marcos, en passant par Alfonso Reyes, José Enrique Rodó, Andrés Bello, José Luis Romero, Hannah Arendt, Ernesto Guevara, Harry Truman ou Malcom X.

4Aussi bien conçu que puisse être un dictionnaire, il n’est guère exclu qu’il laissera certains insatisfaits ; les uns, à cause de l’absence des personnages qu’ils auraient aimé y trouver, et les autres, parce que des thèmes ou termes manquent à leurs yeux. À quelques reprises on se demande si certains spécialistes d’un sujet précis sont vraiment aussi avertis sur un autre dont ils/elles sont encore les signataires. Vu la difficulté de faire un examen détaillé d’un ouvrage ainsi complet et dense, on ne peut mentionner que quelques regrets. C’est ainsi, sauf inattention de notre part, que l’on aurait désiré dans la partie consacrée aux intellectuels, davantage d’éclaircissements sur ce qu’il en est de l’Amérique du Sud, du Centre, ou des Caraïbes. Nous n’avons pas vu évoquer les noms de la franco-péruvienne Flora Tristan, du dominicain Pedro Enriquez Ureña, du péruvien Manuel González Prada, de l’argentine Marta Traba – pourtant amie de l’uruguayen Ángel Rama, qui a été cité –, du colombien Rafael Gutiérrez Girardot.

  • 2 Cf. G.H.D. Cole, A History of Socialist Thought, vol. 4, chapitre 21, Palgrave Macmillan, 2002.

5De même, dans la section dédiée au populisme, ne figurent pas les arguments d’Ernesto Laclau. Nous avons aussi cherché en vain d’autres termes controversés : clientélisme, corruption, ou celui des paramilitaires, escadrons de la mort ou groupes de « limpieza social », et qui auraient pu être un appendice dans la partie contre-révolutions. D’autres ne sont que sommairement mentionnés voire absents ; la théologie de la libération, qui aurait mérité un paragraphe à elle seule, en incluant les analyses d’un Frei Betto ; la notion de société civile, dont la doxa et la praxis renaîtront dans les Amériques, comme le signalent Norbert Lechner ou Larry Diamond, en s’appuyant sur les mobilisations sociales suite aux dictatures du Cône Sud ; l’Investigación Acción participativa-IAP, si chère au sociologue colombien Orlando Fals Borda ; le corporatisme argentin et chilien ; le néolibéralisme ; ou la version latino-américaine de l’essai, el Ensayo. Quid de la linguistique et variétés de langues parlées à travers les Amériques ? Il est aussi surprenant de ne trouver ni dans l’index des noms de personnes ni dans les sources bibliographiques quelqu’un qui a déjà fait école dans les Amériques comme Pierre Rosanvallon, ou dans l’excellente partie « Gauches » les avis du grand théoricien de la pensée socialiste G.H.D. Cole, qui signalait, quant au socialisme étatsunien, qu’un des obstacles pour la consolidation de la gauche a été l’emprise d’une église catholique, liée aux migrants irlandais à ses débuts, sur les syndicats et les groupes politiques influencés par les idées socialistes2. D’autre part, un important historien comme Eric Hobsbwam, brièvement nommé dans la captivante section « Histoires et historiens », n’est pas cité dans le paragraphe destiné au jazz sur lequel il a pourtant écrit de nombreux articles.

6À propos de musique, il est satisfaisant de voir clarifié ce que les mélomanes des rues de Caracas, Cali ou Ciudad de Panamá connaissent et ce qu’ignorent nombre d’intellectuels, en particulier européens. C’est dans les quartiers portoricains de New York que la salsa prend son envolée quoi que puissent en penser les amis cubains qui ont enrichi d’autres genres musicaux et rythmes familiers. Mais le texte aura le don d’agacer les salseros quand ceux-ci y trouveront Juan Luís Guerra et ses 4-40 parmi ses exposants, alors qu’il s’agit du merengue dominicain. Quant à la cumbia colombienne, son berceau ne se trouve nullement sur la côte pacifique, mais bien sur la Caraïbe. On y lit la remarque très exacte que le pop et le rock ont été vus comme « moins latino » – déjà en 1997, la bande chilienne Los Prisioneros ironisait dans une de leurs chansons : nuestra pésima musica no es placer para dioses – et que le Mexique et l’Argentine apparaissent à l’avant-garde de l’Amérique latine. Mais, quant au pays aztèque, rien n’est dit sur un possible transfert culturel lié à son voisinage avec les États-Unis, et par rapport au pays gaucho, on ne parle pas du soutien de la Junta Militar au rock national en réplique à un rock made in England et cela pendant la guerre des Malouines. Et comment oublier les effets de la movida madrilène, conséquence de la transition démocratique après le franquisme, sur les groupes de rock et de pop latino-américains, et parmi eux les Argentins de deuxième ou troisième génération qui ont été mentionnés dans l’ouvrage ; alors que la première génération, celle des Luis Alberto Spinetta, los Gatos, Nito Mestre ou Sui Generis n’a pas été évoquée. D’ailleurs, quelques lignes sur la chanson de « protestation » n’auraient pas été de trop.

7La section concernant le cinéma est très riche d’informations. Juste un bémol : aucune allusion à ce que l’on pourrait décrire comme le transfert des techniques et des idées cinématographiques européennes vers les États-Unis. L’arrivée des réalisateurs, scénaristes, acteurs/actrices et techniciens, surtout de l’Allemagne et de l’Autriche – soit attirés par Hollywood, comme Ernst Lubitsch, soit plus tard fuyant l’ascension d’Hitler tels que Joseph von Sternberg, Erich von Stroheim, Marlene Dietrich, Billy Wilder (à peine cité) – contribuera à l’âge d’or du cinéma nord-américain.

8Concluons que la parution de ce dictionnaire, fruit d’un travail colossal, est une excellente nouvelle. On attend avec impatience les réactions d’un vaste lectorat qui, sans doute, demandera une nouvelle édition dans un futur proche, comportant plus de tomes et incluant des nouveaux noms, peut-être anglais, allemands ou autres. Cette somme, comme le disent ses éditeurs, est un « outil » pour le chercheur comme pour « l’honnête homme ». Et d’ores et déjà on peut dire, en empruntant une phrase de Marcel Proust, qu’il s’agit d’« un de ces livres qu’on place dans le bon coin de sa bibliothèque ». Voici un texte qui, sans doute, donnera une vision complémentaire à tous ceux et celles qui ont terminé une thèse doctorale au xxie siècle, et qui souhaitent cultiver leur esprit, dans un sens hégélien. Bienvenue donc à cet ouvrage sur les rayons consacrés aux Amériques.

Haut de page

Notes

1 Un autre concept nous pose aussi problème, celui de préhistoire, avec sa discipline, et imposé par les disciples de Jacques Boucher de Perthes.

2 Cf. G.H.D. Cole, A History of Socialist Thought, vol. 4, chapitre 21, Palgrave Macmillan, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jorge Guerra Vélez, « Michel Bertrand et al. (dir.), Les Amériques : du précolombien à nos jours », Cahiers des Amériques latines, 86 | 2017, 169-172.

Référence électronique

Jorge Guerra Vélez, « Michel Bertrand et al. (dir.), Les Amériques : du précolombien à nos jours », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 86 | 2017, mis en ligne le 01 février 2018, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/cal/8382

Haut de page

Auteur

Jorge Guerra Vélez

Coresponsable du Grecol, chercheur associé à l’IHEAL-Creda

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals