Navigation – Plan du site
Lectures

Paul Estrade, José Martí (1853-1895) : les fondements de la démocratie en Amérique latine

Paris, Les Indes Savantes, 2017
Patricia Pérez Pérez (Peuaud)
p. 176-180
Référence(s) :
Paul Estrade, José Martí (1853-1895) : les fondements de la démocratie en Amérique latine, Paris, Les Indes Savantes, 2017, 709 p.

Texte intégral

1Après Severiano de Heredia : ce mulâtre cubain que Paris fit « maire » et la République, ministre (2011), Paul Estrade, historien, chercheur infatigable et hispaniste français reconnu, publie cet essai d’histoire politique et sociale qui est bien plus que la réédition de la thèse doctorale qu’il a soutenue en 1984. À 125 ans de la création du Parti révolutionnaire cubain, il peut se lire comme un rappel nécessaire de l’éthique de José Martí, comme une recréation de sa pensée humaniste et de ses idéaux de patriotisme et de fraternité universelle qui conservent aujourd’hui toute leur actualité et l’intégrité de leurs valeurs. « L’accord absolu, vital, entre sa parole et ses actes » (p. 25) est ainsi restitué par l’auteur dans cet ouvrage consacré à l’analyse de « ses idées économiques », « ses idées et sa pratique sociales », « ses idées et son action politiques ». Il rend compte du parcours héroïque et révolutionnaire de José Martí (1853-1895), à la fois penseur, poète, écrivain fécond, chroniqueur, journaliste, traducteur, excellent orateur et homme politique, présenté comme le premier à avoir posé les jalons d’une véritable démocratie en Amérique latine.

2Dès l’avant-propos, Paul Estrade dresse un bilan de la reconnaissance progressive de José Martí à Cuba, du xixe au xxe siècle. C’est grâce à la persévérance de Gonzalo de Quesada y Miranda et d’autres martiniens progressistes que sa pensée et ses actions ont pu être divulguées à partir des années 1930. Reprises et revalorisées par les révolutionnaires dans leur lutte contre Gerardo Machado, puis par la « génération du centenaire » (1953), elles devinrent une arme libératrice efficace, notamment contre la dictature de Fulgencio Batista. L’auteur précise également que la riche bibliographie relative à l’immense « forêt de papier » que José Martí a léguée reste incomplète, malgré le considérable travail de récupération fourni par ses bibliographes cubains. Certains documents et leurs données bibliographiques sont restés, comme le remarque Paul Estrade, inaccessibles à la plupart des chercheurs martiniens dans les années 1980, situation liée aux difficultés émanant du blocus et aux sanctions politiques et économiques imposées à Cuba depuis 1960.

3C’est donc sur la version des Œuvres complètes de José Martí (l’édition critique n’étant pas achevée), établie par l’Édition nationale (1963-1973, 28 vol.) et sur d’autres textes inédits non compris dans celle-ci, que Paul Estrade bâtit son étude minutieuse et bien documentée, la deuxième la plus importante présentée dans une université française, parallèle aux travaux de Jean Lamore sur l’américanisme de José Martí (1983). Il n’exclut ni le Martí poète, ni le dramaturge, ni le romancier et tient rigoureusement compte du contexte historique spécifique dans lequel Martí et ses idées ont évolué. L’auteur souligne par ailleurs l’attachement de cette étude au caractère novateur que l’approche de Julio Antonio Mella (1903-1929) a insufflé à la compréhension de l’œuvre martinienne.

4Le premier volet, qui met l’accent sur ses idées économiques, révèle l’intime relation entre les nombreux déplacements du jeune Martí exilé de sa patrie, encore colonie espagnole et les modifications de son positionnement face aux réformes libérales entreprises par les nouveaux gouvernements postcoloniaux en Amérique. Dans un premier temps, Martí considère que l’introduction d’une certaine modernité est indispensable à la transformation des rapports sociaux en Amérique latine. S’il vante les vertus du progrès et de l’industrialisation, il reconnaît tout de même que ce modèle de développement ne peut se faire si la masse de la population reste à l’écart du mouvement. Pour cela, il formule des propositions concrètes recueillies par Paul Estrade : distribution de la terre, abandon de la monoculture, développement d’une industrie nationale, régulation de l’exploitation minière, diminution des impôts sur les produits locaux et régulation de l’immigration européenne qui prive de travail les autochtones. Néanmoins, les dérives des caudillos qu’il côtoie au Guatemala et au Venezuela et les méfaits du libéralisme effréné dont il est témoin aux États-Unis, le conduisent peu à peu vers un libéralisme social et vers une nette radicalisation de sa pensée. Durant son exil dans ce Nord qu’il appela « le monstre » dans une métaphore connue, il s’indigne face à une société où « la liberté et la démocratie n’ont rien à espérer du pouvoir de l’argent » (p. 116) et où la spéculation boursière comme le pouvoir tyrannique des banques, est un banditisme qu’il faut dénoncer. Martí comprend que ce modèle n’est pas sans danger pour les relations avec les républiques situées au sud du Río Bravo, où le capital monopoliste commence à s’étendre sournoisement au détriment de leur souveraineté.

5Dans le domaine social, José Martí reste, pour l’auteur, le penseur latino-américain dont les idées furent les plus avancées du moment ; elles sont, selon lui, inséparables des conditions mêmes de sa formation personnelle. Son combat antiesclavagiste et contre la discrimination des Noirs, ses réflexions sur la réhabilitation des Indiens et la nécessité de leur offrir une éducation, de reconnaître leurs apports culturels et l’obligation de leur garantir l’accès à l’éducation et à la terre, témoignent d’une prise de position ferme et indignée que Paul Estrade documente avec minutie dans ce livre. L’activisme social de Martí se définit ainsi par la défense des déshérités et la lutte contre l’oppression et le mépris des minorités culturelles. Cette récurrence de la défense des « pauvres de la terre », grâce à sa plume ou sa parole vive, n’entame pas pour autant son esprit de justice et de discernement. Estrade le montre tantôt comme le défenseur des grèves des étudiants ou des ouvriers du Mexique, tantôt comme le critique acerbe de la grève injuste et abusive des typographes de La Revista Universal (juillet 1875) ou du Plan de reprise de guerre de Gómez et Maceo. En observateur avisé des réalités de son époque, Martí condamne toute forme de violence inutile et sa perception de la légitimité de la lutte des « classes » change selon les circonstances. S’il refuse pour un temps l’anarchisme, qu’il considère comme un obstacle à l’apprentissage de la démocratie, il comprend peu à peu que c’est « la société, par son injustice et sa violence intrinsèque », qui engendre une telle radicalité. Face au socialisme importé d’Europe, il émet également des réserves. À ces courants de pensée il préfère l’attachement à une cause majeure : celle de l’indépendance de son pays et de Porto Rico, indispensable pour sauver l’Amérique métisse d’un drame qu’il sent proche. L’analyse critique menée par Paul Estrade fait ressortir ainsi la principale ligne de conduite martinienne en matière sociale : son attachement aux idéaux démocratiques de justice et de respect de la pleine dignité de l’homme.

6« Ses idées et son action politiques », indissolubles de ses aspirations socio-économiques, occupent une place de choix dans ce volume. Selon Estrade, si ses opinions politiques se forgent durant une période courte (de 1871 à 1895), elles n’obéissent à aucune autorité, à aucune mode venue d’ailleurs ; elles évoluent de concert avec ses propres expériences de rebelle à Cuba et de proscrit en exil. Ses pratiques politiques s’articulent autour des notions d’indépendance et de république dont la conjonction et la mise en pratique pouvaient congédier, d’une part les résidus colonialistes, de l’autre le libéralisme ambiant. S’appuyant sur les diverses situations politiques que Martí dut affronter dès son adolescence dans sa lutte pour l’indépendance absolue de Cuba, et jusqu’à sa mort pour empêcher « notre Amérique » de tomber dans l’escarcelle étasunienne, Paul Estrade fait l’éloge de la correspondance totale entre le decir et le hacer chez ce révolutionnaire qui prêcha continuellement par l’exemple.

7L’auteur décrit le combat de Martí pour Cuba : son anticolonialisme, son rejet du caudillisme, le souhait d’une émancipation sans conditions pour garantir l’exercice des libertés publiques et individuelles, dans une patrie « de tous et pour les biens de tous », d’où seule l’oligarchie serait exclue. Pour venir à bout de ces projets d’indépendance et de république future (sans despotisme, laïque, juste et morale, avec une constitution propre et des élections au suffrage universel), pour contrer l’opportunisme du Parti libéral autonomiste, du Parti réformiste et des annexionnistes, il fonde avec l’émigration cubaine de Tampa, Cayo Hueso et New York une nouvelle organisation centrale : le Parti révolutionnaire cubain, appuyée plus tard par d’autres émigrés cubains et étrangers se trouvant dans des pays voisins. Ce parti d’union, d’idées et d’action, anticolonial et anti-impérialiste, que Paul Estrade considère comme « le laboratoire vivant de la démocratie latino-américaine naissante », devait permettre la préparation (y compris au sens militaire) de la guerre inévitable et être le garant de la démocratie dans la nouvelle « république projetée ». La dimension culturelle du PRC reste peut-être la moins soulignée de ce travail.

8Le retour aux formes monarchiques, césariennes du pouvoir des États-Unis, conduit Martí à un élargissement de son combat sur le terrain continental. Celui-ci est né d’une prise de conscience lors des deux conférences panaméricaines auxquelles il a participé d’abord en tant que journaliste (1889-1890), puis en tant que diplomate (1891). Fort de cette expérience, il lance un appel (Notre Amérique, Mère Amérique), un cri, exhortant à l’unité urgente des nations américaines, pour faire face à cet impérialisme naissant. Il aspire à consolider l’union des Antilles libérées pour assurer, avec leur indépendance, celle de « notre Amérique » et l’équilibre du monde.

9Martí est mort au combat à quarante-deux ans sans voir ses projets pour Cuba et pour l’Amérique se concrétiser. Avec ses idées économiques, ses engagements sociaux et politiques, il conçoit une démocratie ayant pour principal pilier la justice qui garde une influence considérable sur son pays et en Amérique latine.

10Avant de conclure, Estrade ne manque pas de revenir sur le terme « démocratie », utilisé dès le titre de l’ouvrage et jamais défini par Martí, tout en soulignant le sens nouveau que la pensée et la praxis martiniennes lui ont imprimé. Chez le Cubain, la démocratie s’éloigne de l’usage démagogique ayant maintes fois servi les intérêts stratégiques de politiciens en tout genre. Elle n’est pas non plus celle chère à Tocqueville (dont l’ouvrage classique De la démocratie en Amérique se trouve en arrière-plan) ni la démocratie désirée par Domingo F. Sarmiento. Celle que souhaitait Martí s’éloigne du modèle libéral de développement dont il s’écarte définitivement en raison de son caractère autoritaire et néfaste pour les couches sociales défavorisées et les indépendances nationales. La démocratie, comme le précise Paul Estrade, plus qu’une notion abstraite chez Martí, est un projet d’action, une « pratique » et une affaire de tous les citoyens, une solution logique face à des impératifs d’ordre économique, sociopolitique et géopolitique qui témoignent de son engagement et de sa constance dans l’obtention d’une réelle indépendance pour Cuba et le continent américain. Elle est valable aussi pour des nations se trouvant bien au-delà de ces frontières et c’est en cela que la valeur épistémologique et fondatrice que Paul Estrade accorde à la pensée libératrice de Martí n’est plus, à notre sens, à démontrer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patricia Pérez Pérez (Peuaud), « Paul Estrade, José Martí (1853-1895) : les fondements de la démocratie en Amérique latine », Cahiers des Amériques latines, 86 | 2017, 176-180.

Référence électronique

Patricia Pérez Pérez (Peuaud), « Paul Estrade, José Martí (1853-1895) : les fondements de la démocratie en Amérique latine », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 86 | 2017, mis en ligne le 01 février 2018, consulté le 25 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cal/8392

Haut de page

Auteur

Patricia Pérez Pérez (Peuaud)

Professeure d’espagnol à l’université catholique de l’Ouest et membre du Groupe de recherche interdisciplinaire sur les Antilles hispaniques et l’Amérique latine (Griahal)

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals