Navigation – Plan du site
Études

Contester en situation post-autoritaire : le « mouvement étudiant » chilien (années 2000)

Protestar en un contexto post-autoritario: el « movimiento estudiantil » chileno (años 2000)
Protesting in a Post-Authoritarian Context: the Chilean « student movement » (2000s)
Marion Di Méo
p. 143-160

Résumés

Plus de quinze ans après la transition à la démocratie, les gouvernements chiliens sont confrontés à d’importantes vagues de mobilisations étudiantes, sans précédent depuis les grandes manifestations des années 1980 contre la dictature d’Augusto Pinochet. Cet article analyse ces événements en les réinsérant dans leur contexte, afin de saisir l’importance de la question générationnelle dans le renouvellement des comportements protestataires des étudiants chiliens. La diversité des éléments constituant le répertoire des étudiants est révélatrice de la nature des discussions stratégiques au sein d’un mouvement qui apparaît comme très hétérogène.

Haut de page

Notes de la rédaction

Texte reçu le 14 juin 2016, accepté le 29 janvier 2017.

Texte intégral

1Loué tant sur la scène nationale qu’internationale pour sa transition à la démocratie « réussie », sa stabilité politique et sa croissance économique, le Chili a pourtant connu depuis le milieu des années 2000 d’importantes mobilisations sociales. Elles remettent en cause tant le système économique que les institutions démocratiques en place. La presse et des chercheurs ont baptisé de « printemps chilien » le mouvement protestataire animé par les étudiants du secondaire et du supérieur à partir de mai 2011. Précédées entre janvier et mars par les mobilisations d’organisations écologistes contre un projet de barrage dans le sud du pays, d’autres secteurs de la société leur emboîteront le pas : les enseignants, certains recteurs d’universités, les travailleurs du cuivre ainsi que ceux regroupés au sein de la Centrale unique des travailleurs (CUT), qui convoquera deux journées de grève générale les 24 et 25 août 2011.

  • 1 La Concertación de partidos por la democracia est une coalition de partis de centre gauche qui naît (...)

2Toutefois, les mobilisations précédemment évoquées « ne vont pas de soi » dans un pays marqué par dix-sept années de dictature. Durant les premières années de transition en effet, « le Chili entre dans un cycle récessif de mobilisation » [Barozet, 2011, p. 73], tandis que se met en place une démocratie de « basse intensité » [Moulián, 1997]. Les gouvernements successifs de la Concertation1 tendent alors à décourager la participation citoyenne et les différentes formes de mobilisation, au nom de la stabilité politique et de la croissance économique. Pourquoi et comment la contestation étudiante se forme-t-elle ? Dans ce contexte, la contestation étudiante qui voit le jour au milieu des années 2000 mérite d’être analysée à l’aune d’un double questionnement : pourquoi et comment la contestation étudiante se forme-t-elle ? En d’autres termes, comment la situation politique influence-t-elle la contestation et quel poids exerce-t-elle sur les modalités concrètes de sa réalisation ?

  • 2 Le premier séjour a été réalisé entre juillet 2011 et juillet 2012, lors d’une année d’échange univ (...)

3L’analyse se fonde sur l’observation d’activités politiques sur différents campus universitaires de Santiago et des entretiens semi-directifs avec des militants et dirigeants du mouvement lycéen et étudiant lors de plusieurs séjours au Chili2. Par ailleurs, ce travail s’inscrit dans une réflexion plus générale sur les interactions entre mobilisations sociales et institutions publiques, principalement les forces de l’ordre et les autorités civiles qui les commandent. Si la plupart des démocraties occidentales ont bien intégré la gestion des mouvements de protestation [Della Porta, 1995 ; Fillieule et Della Porta, 2006] la question du maintien de l’ordre apparaît d’autant plus pertinente au Chili que toute action « dure » et répressive envers les manifestants ne pouvait que ressusciter les fantômes du passé et faire resurgir les images de la dictature qu’un grand nombre de Chiliens s’efforçaient d’oublier. De ce fait, l’examen de la gestion des mobilisations et de l’action collective par les institutions – politiques et policières – interroge la difficulté qu’il y a à mettre en œuvre un maintien de l’ordre respectueux de la liberté d’expression en même temps qu’il garantit l’ordre public dans un contexte de transition. Dans un pays où la démocratisation va de pair avec la démilitarisation progressive de la vie politique [Barozet et Fernandez, 2000 ; Cuadros-Garland, 2005], il est intéressant de s’interroger sur la nature de cette évolution au sein de la police militarisée chilienne qui, après avoir massivement participé à la répression de tout type de contestation pendant la dictature, doit (ré)apprendre à contrôler pacifiquement les manifestants. Toutefois, les caractéristiques de la gestion policière des activités protestataires dépendent également de la morphologie prise par ces activités, et par le type d’acteurs mobilisés [Fillieule, 1996]. Dans cette perspective, les mobilisations massives des étudiants chiliens, d’abord en 2006 puis à partir de 2011 constituent un cas d’étude intéressant pour interroger les interactions entre forces de l’ordre et mouvement estudiantin, tout en soulignant certains traits internes propres à ce dernier.

4Nous présenterons d’abord brièvement le contexte et la manière dont évolue l’action collective au Chili, après le retour à la démocratie formelle en 1990. Nous analyserons ensuite les éléments ayant conduit au « printemps chilien » de 2011, avant de revenir plus en détail sur les moyens d’action déployés par les étudiants pour faire valoir leurs revendications.

Transformation de l’action collective dans une démocratie « sous surveillance »

  • 3 Le système électoral chilien était, avant sa réforme en 2015, divisé en soixante districts pour l’é (...)
  • 4 Avant ces réformes en effet, le président de la République ne pouvait révoquer ou nommer des offici (...)

5Au terme de la dictature du général Augusto Pinochet (1973-1990), le retour à la démocratie se caractérise par un « pacte » [Godoy, 1999] entre militaires et élites civiles. Les nouveaux gouvernements héritaient alors d’un système politico-institutionnel verrouillé, marqué par la persistance d’« enclaves autoritaires » [Garretón, 1989], « garde-fous mis en place par les militaires afin de protéger par anticipation à la fois des intérêts et des orientations politiques » [Dabène, 2008, p. 90]. La place prépondérante des militaires dans la vie politique, assurée notamment par le maintien d’Augusto Pinochet à la tête des forces armées jusqu’en 1998, ou encore le système électoral « binominal3 », décrié pour assurer une « surreprésentation » de l’opposition, sont autant d’éléments contraignant les marges de manœuvre politique des dirigeants chiliens dans l’après dictature. Les réformes constitutionnelles menées en 2005 sous la présidence de Ricardo Lagos ont notamment permis d’en finir avec l’existence des sénateurs « à vie » (senadores vitalicios) nommés par le président et rétabli l’autorité présidentielle sur les forces armées et sur les Carabineros4. Le système binominal, quant à lui, a été supprimé en mai 2015 et remplacé par un régime proportionnel. Mais la Constitution de 1980 est toujours en vigueur, dont le « sceau autoritaire » représente la principale enclave autoritaire vingt-cinq ans après le retour de la démocratie.

6Ces questions proprement institutionnelles ne doivent pas masquer les interrogations sur la persistance d’autres types d’enclaves, moins palpables et davantage symboliques et culturelles. Dans un ouvrage très récent, Marie-Christine Doran [2016] accorde une place centrale à ces éléments, et montre comment se construit, dans le discours présidentiel des différents mandataires de la Concertation, une image négative de la mobilisation sociale, associée à l’idée de « conflit » et de menace à la stabilité. Les acteurs sociaux mobilisés pendant la dictature ont par la suite été désactivés, « dans le cadre d’une application élitiste du fonctionnement de la démocratie » [Barozet, 2011(a), p. 75]. La droite et le centre-gauche assument l’échec de l’Unité populaire (1970-1973) et les intenses manifestations populaires de cette époque, ainsi que leur radicalisation, sont régulièrement pointées du doigt comme les événements ayant conduit au coup d’État du 11 septembre 1973. Leur éventuelle reproduction dans le contexte de la transition donnerait un prétexte aux forces armées pour intervenir à nouveau.

7À ces éléments institutionnels et politiques, il faut ajouter un volet économique. Les gouvernements de la Concertation ont fait le choix de poursuivre les caractéristiques générales du modèle dessiné par le régime autoritaire [Garretón, 2010 ; Gaudichaud, 2014]. Seule la dépense publique en politiques sociales d’assistance a été augmentée. Combinées à d’importants taux de croissance, elle s’est traduite en une importante réduction de la pauvreté absolue. En aucun cas, cette orientation n’a signifié un changement substantiel des profondes inégalités distributives ou territoriales [Gaudichaud, 2014].

  • 5 L’expression protestas nacionales fait référence aux importantes mobilisations sociales qui secouen (...)

8Dans cette démocratie « contre le conflit social » [Doran, 2016, p. 123], l’action collective connaît d’importantes transformations et un recul en intensité, contrastant ainsi avec la période des protestas nacionales des années 1980 contre la dictature5. Alors que les premières agences de renseignement créées après la dictature achèvent la démobilisation des groupes d’extrême gauche n’ayant pas rendu les armes, le syndicalisme et le mouvement ouvrier sortent de la dictature défaits et battus. Les mobilisations liées au travail perdent en intensité. La mise en place du modèle néolibéral a largement contribué à ces phénomènes : le « Plan de travail » (Plan Laboral) de 1979 et le nouveau Code du travail ont consacré un modèle de travail hautement favorable au patronat, dans lequel les mécanismes de négociation collective sont restreints et le droit de grève strictement encadré [Feres, 2010 ; Gaudichaud, 2014]. La poursuite d’une telle politique par la Concertation, et l’appel à la modération de la part des partis de gouvernement et de la principale centrale syndicale, la CUT, contrôlée à ce moment-là par la coalition gouvernementale, expliquent que les premières années de la transition se soient déroulées presque sans mobilisations ouvrières.

  • 6 Le terme désigne au Chili les habitants des quartiers populaires, dénommés poblaciones. La plupart (...)

9Quant aux secteurs populaires, notamment les pobladores6, ils ont été d’importants acteurs lors des journées de protestas nacionales, en déplaçant le conflit vers les quartiers périphériques [Mellado, 2011]. Aux manifestations diurnes dans le centre de la capitale se succèdent les cacerolazos et les barricades dans les poblaciones. L’intervention des militaires vire souvent à l’affrontement avec une partie des habitants. Ces quartiers sont en effet d’importantes cibles de la répression du régime qui occupera militairement plusieurs d’entre eux après avoir proclamé l’état de siège en 1984. Par ailleurs, l’opposition partisane à la dictature choisit finalement de marginaliser la mobilisation de ces secteurs, dans le but de garantir la tenue des négociations institutionnelles avec le régime [Oxhorn, 1994]. Le retour à la démocratie a délégitimé une partie du répertoire de ces groupes sociaux, dont l’action est dénommée, dès la fin des années 1980, « violence populaire » [Doran, 2016].

  • 7 Le terme d’encapuchados fait référence aux jeunes qui affrontent directement les forces de l’ordre (...)

10Pour autant, certaines formes d’actions issues de lutte contre la dictature ressurgissent dans l’espace public, notamment lors de journées de commémorations historiques, telles que le 11 septembre, date « d’anniversaire » du coup d’État. À cette occasion, et en marge des commémorations officielles ou partisanes, quelques jeunes encapuchados7 issus de quartiers populaires s’affrontent avec la police à coups de barricades incendiaires et de cocktails Molotov dans les quartiers populaires mais aussi sur certains campus universitaires. Comme nous le verrons en effet, le recours à l’affrontement direct avec les forces de l’ordre apparaît comme un élément récurrent, bien que minoritaire, des mobilisations estudiantines. Mais avant d’analyser les formes prises par la contestation étudiante, examinons d’abord l’évolution historique de cette dernière depuis le retour à la démocratie.

Renouvellement des générations, élargissement des demandes

  • 8 La contribution de l’État au budget des universités considérées comme publiques est réduite à 25 %.

11En premier lieu, le système éducatif chilien constitue l’un des secteurs les plus touchés par la mise en place des réformes d’inspirations néolibérales par la dictature. En 1981, le régime militaire entame un processus de décentralisation, qui voit la gestion des écoles primaires et des collèges publics confiée aux municipalités, tandis que les dépenses publiques d’éducation sont drastiquement réduites, « en harmonie avec la nouvelle philosophie du modèle et du fait de l’injonction d’un “ajustement structurel” qui s’impose dans les pays latino-américains dans la décennie 1980 » [Aguila, 2010, p. 218]. Dans le cas chilien, ces ajustements ont lieu avant même les pressions exercées par divers organismes internationaux tels le Fonds monétaire international (FMI). Certains auteurs parlent à ce sujet de « mise en œuvre précoce et doctrinale de mesures néolibérales » [Marques-Pereira et Garibay, 2011, p. 146]. Le gouvernement militaire amorce également un processus de privatisation de l’éducation supérieure. L’université du Chili est progressivement démantelée, du fait de la séparation de ses « antennes régionales », qui deviennent des universités indépendantes [Cattaneo, 2003]. Le régime autorise la création d’universités et d’instituts d’éducation supérieure privés jouissant d’une autonomie totale et met également un terme à la gratuité de l’éducation supérieure : institutions publiques et privées sont dorénavant soumises à une logique d’autofinancement8 [Assael et al., 2011].

  • 9 Il s’agit de l’Estatuto Docente, entré en vigueur avec la loi 10579 de janvier 1997.

12On assiste ainsi à une importante transformation du système d’éducation, dont l’esprit est incarné par la Loi organique constitutionnelle d’éducation (LOCE), publiée par Augusto Pinochet le 10 mars 1990. Avec le retour à la démocratie, le choix politique de la Concertation a été celui de la continuité avec le paradigme dominant, tout en augmentant les ressources publiques destinées à l’éducation. Bien que le rôle de l’État chilien ne se transforme pas radicalement dans la décennie 1990 en ce qu’il n’abandonne pas ses pratiques d’agent subsidiaire, force est de constater que la dépense du gouvernement en éducation passe de 2,6 % à 4,3 % du PIB entre 1990 et 2000 et se poursuit, tout au long des années 2000 [Muñoz et Raczynski, 2007]. La priorité est donnée à l’augmentation de la couverture scolaire et les conditions de travail des professeurs sont améliorées grâce à la promulgation d’un statut de la profession qui régule la carrière professionnelle et le cadre de travail pour les professeurs du secteur municipal9. Des progrès en matière d’infrastructures (bibliothèques, cantines, salles informatiques) de même que l’instauration de la journée scolaire complète sont autant de réussites que l’on peut attribuer à la Concertation [Aguila, 2010].

13Malgré cela, le Chili demeure l’un des pays de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) qui investit le moins dans les quatre niveaux d’éducation (maternelle, primaire, secondaire et supérieure)10. La fin de la gratuité de l’éducation supérieure et le système d’autofinancement des universités ont entraîné une hausse importante des frais de scolarité. L’éducation supérieure chilienne est aujourd’hui parmi les plus chères au monde (environ 22 % du PIB par capita), coût qui pèse principalement sur les familles. Ces dernières s’offrent cette éducation supérieure en se soumettant à la logique de l’endettement, avec des taux d’intérêt allant jusqu’à 8 % selon les prêts [Braghetto, 2013].

14Si ce système sera remis en question avec force par de nouvelles générations d’étudiants à partir du milieu des années 2000, les mobilisations estudiantines des années 1990 s’opposent déjà au processus de marchandisation de l’éducation publique et « semblent rompre avec l’immobilisme social auquel la société paraissait condamnée » [Cortés, 2015, p. 20]. Ainsi, les revendications pointent du doigt les conséquences du modèle économique choisi, telles l’endettement des étudiants universitaires du fait de la disparition des universités publiques et de la multiplication des universités privées pour permettre l’élargissement de la couverture scolaire. Les mobilisations de l’année 1992, contre la privatisation de l’université de Santiago (USACH), puis celles de 1997 contre un décret entérinant les modes de fonctionnement de l’enseignement supérieur mis en place par la dictature, vont dans ce sens [Rifo, 2013].

  • 11 C’est sous ce nom qu’est connu, au Chili, le transfert de la gestion de l’éducation primaire et sec (...)
  • 12 Le « mochilazo » est le nom donné aux mobilisations lycéennes de 2001 autour de la création d’une c (...)

15Du côté des mobilisations lycéennes, la « municipalisation » de l’éducation secondaire11 pendant la dictature a généré une forte résistance de la part de ces secteurs, dont le jeune âge protégeait relativement de la répression du régime. La réarticulation, à la fin des années 1990, du mouvement lycéen autour de l’Assemblée de coordination des étudiants du secondaire (ACES) – instance qui regroupe les centres d’élèves des collèges et lycées – permettra l’ouverture d’une nouvelle étape dans les mobilisations estudiantines chiliennes : en 2001, le « mochilazo12 », témoigne déjà du potentiel mobilisateur d’une nouvelle génération.

  • 13 La « révolte des pingouins », ou Revolución pinguina, est le nom qui sera attribué à cette mobilisa (...)
  • 14 Présentée comme « la grande réforme » historique du système éducatif, cette loi a largement été cri (...)

16Le mouvement social qui agite ainsi le Chili lors de notre premier séjour en 2011 n’est pas sans précédent. En 2006, les lycéens sont au cœur d’une importante mobilisation, alors qu’une génération entière est passée sur les bancs de l’école depuis la fin de la dictature, sans pour autant combler les espérances d’ascension et de mobilité sociale des familles. Alors que la présidente socialiste Michelle Bachelet n’est en poste que depuis quelques mois, la « révolte des pingouins13 », organisée autour de l’ACES, génère une adhésion très rapide des étudiants et professeurs du primaire et du secondaire dans d’autres régions du pays. Ce qui débute par des demandes ponctuelles – telles la gratuité des examens d’entrée à l’université – se transforme en quelques mois en une remise en question du système scolaire chilien, symbolisé par la LOCE. Daniel Grimaldi atteste en ce sens : « la “révolte des pingouins” passe progressivement du statut de manifestation routinisée du début de l’année scolaire à celui de mouvement de grève nationale », qui se terminera par l’occupation de près de mille établissements scolaires à l’échelle du pays [Grimaldi, 2011, p. 98]. Les étudiants demandent la « démunicipalisation » de l’enseignement primaire et secondaire, une hausse des dépenses de l’État dans l’éducation publique, la fin de la ségrégation et des pratiques lucratives dans l’éducation secondaire et supérieure (« fin al lucro »). Les mobilisations sociales obligent la présidente Bachelet à revoir son agenda mais la situation de minorité parlementaire dans laquelle se trouve son gouvernement l’obligera à négocier un projet de réforme éducative avec l’opposition, qui sera adopté sous le nom de Loi générale d’éducation (Ley general de Educación – LGE), largement en deçà des attentes des étudiants14. La « fin » du conflit se solde par la sortie des représentants étudiants de la table des négociations et la cooptation de certains dirigeants lycéens, membres des Jeunesses socialistes, par les dirigeants du PS de l’époque.

  • 15 Des militants mapuche, emprisonnés dans le sud du pays, entament une grève de la fin en novembre 20 (...)

17Quelques années plus tard, ce sont les étudiants de l’enseignement supérieur qui commencent un nouveau cycle d’intenses mobilisations, alors que la coalition de centre droit menée par Sebastian Piñera est aux commandes du pays depuis un an. Face à des gouvernements de centre gauche, les mouvements sociaux étaient confrontés à des autorités qui avaient lutté en faveur de la démocratie et l’arrivée au pouvoir d’un « gouvernement de gestionnaires » de droite représente ainsi un nouveau scénario politique. La popularité initiale du président ne reflète aucunement un éventuel appui de la jeunesse, peu inscrite sur les listes électorales [Doran, 2008 ; Barozet, 2011(b)]. Si l’année 2010, marquée par le tremblement de terre du 27 février puis par le sauvetage de trente-trois mineurs dans le nord du pays, ne sera pas favorable à la mobilisation, l’année 2011 se caractérise dès ses premiers mois par un climat d’agitation sociale. D’autres manifestations massives ont précédé celles des étudiants, en particulier celles des défenseurs de l’environnement, mobilisés autour de la plateforme Patagonia sin represas, en plus de l’intensification de manifestations plus anciennes des populations indigènes15.

  • 16 La Confech est une organisation estudiantine qui regroupe les fédérations d’étudiants de certaines (...)

18Le nouveau contexte politique ainsi que les lacunes de la LGE de 2008 favorisent l’émergence des mobilisations et surtout leur maintien dans le temps. Par ailleurs, Emmanuelle Barozet souligne que ces événements peuvent être considérés comme « propres à un pays de plus en plus riche, mais où les inégalités socioéconomiques sont criantes et ne sont pas jugulées par les politiques publiques » [Barozet, 2011(b)]. Outre les demandes non satisfaites en 2006, les revendications de 2011 se centrent sur les mécanismes d’accès à l’éducation supérieure, la fin de la gestion des établissements primaires et secondaires par les mairies, la qualité de l’enseignement et une refonte du système de financement permettant la gratuité de l’éducation. D’autre part, les étudiants introduisent un discours autour de la lutte contre l’héritage de la dictature, non seulement économique et « sectoriel », mais aussi politique et social. Dans cette perspective, les étudiants et lycéens mobilisés, rejoints par d’autres groupes, vont progressivement ajouter à leurs revendications sectorielles et matérielles des demandes plus globales : des bannières de lutte pour une « éducation gratuite et de qualité », impliquant des « réformes fiscales » font leur apparition dans les manifestations, de même que des propositions de « renationalisation du cuivre » et de changement de Constitution [Peñafiel, 2012, p. 128]. La critique formulée en 2011 dépasse ainsi le strict domaine de l’éducation pour s’adresser au modèle chilien dans son ensemble, et son « consensus néolibéral », à l’origine d’un système profondément inégal [Cortés, 2015, p. 22]. Les mobilisations les plus importantes démarrent à la mi-mai 2011, quand la Confédération des étudiants du Chili (Confech16) convoque une des premières manifestations massives du mouvement, face au mécontentement grandissant des étudiants vis-à-vis de la politique du gouvernement en matière d’éducation. Les manifestations se prolongent à un rythme soutenu tout au long de cette année, atteignant des niveaux de participation inégalés depuis le retour à la démocratie [Salazar, 2012]. De plus, plusieurs sondages d’opinion font état d’un soutien massif de la population aux demandes de transformations formulées par les étudiants, tandis que la popularité du gouvernement chute ostensiblement [Vera Gajardo, 2011 ; Cortés 2015].

19Ces éléments contextuels ne sont pourtant pas les seuls permettant d’expliquer la massivité des mobilisations de 2006 et 2011 et il apparaît comme essentiel de relever l’importance du renouvellement générationnel au sein des étudiants. En effet, tant les « pingouins » de 2006 que les acteurs du printemps chilien sont « les enfants de la démocratie » (« hijos de la democracia »), cette génération qui est née pendant ou peu après le plébiscite de 1988, et qui se désigne comme telle [Vera Gajardo, 2011]. Les entretiens conduits auprès d’étudiants mobilisés lors de ces événements, de même que les nombreuses conversations entretenues avec des jeunes Chiliens laissent entrevoir un sentiment d’appartenance commune à une nouvelle génération, qui, à la différence de celle de leurs parents, ne connaît pas la peur inspirée par la répression systématique de l’État à l’égard de toute forme de contestation. Ces nouveaux manifestants semblent porteurs d’un potentiel de mobilisation important et le contexte post-autoritaire dans lequel ils évoluent constitue un élément marquant de cette génération.

Répertoire d’action entre filiation historique et innovation militante

20Cette ultime partie est l’occasion de revenir sur les actions mises en place par les étudiants, actions composant ce que Charles Tilly désigne sous le nom de « répertoire de l’action collective » [Tilly, 1984, p. 99]. Cette notion désigne les moyens d’agir que les groupes ont à leur disposition, à un moment donné, pour mettre en œuvre une contestation. Le terme de répertoire désigne ainsi un « inventaire » ou un « recueil méthodique » [Goirand, 2010, p. 16] et il constitue l’ensemble des moyens et des pratiques que les acteurs sont capables de mettre en œuvre pour organiser la contestation. L’analyse de ces éléments doit nous permettre de révéler plusieurs choses : elle nous renseigne d’abord sur le processus de prise de décision interne au mouvement, tout en révélant l’adaptabilité des étudiants au contexte politico-institutionnel environnant. Elle permet également de mettre en lumière la diversité des organisations composant le mouvement et les principales divergences qui l’animent.

21Un des moyens d’action les plus usités par les étudiants, particulièrement lors du printemps chilien, est sans nul doute la manifestation. S’il est le plus employé, il est également le seul élément dont la mise en œuvre est décidée par les instances représentant le mouvement dans son ensemble, telles la Confech ou l’ACES, dont les membres sont chargés de négocier l’organisation des défilés avec les autorités. Les textes législatifs encadrant cette forme d’action garantissent constitutionnellement le droit au rassemblement, sans autorisation préalable, pourvu que celui-ci soit pacifique et sans arme. Mais ces textes prévoient également que toute réunion dans des lieux publics doit faire l’objet d’une notification aux autorités compétentes au moins deux jours avant et que les forces de l’ordre pourront empêcher ou dissoudre toute manifestation ne respectant pas ce délai de notification. À Santiago, les demandes sont adressées à la préfecture de la région métropolitaine, et les manifestations sont préparées lors de réunions rassemblant les organisateurs du défilé, le responsable de l’ordre public de la préfecture et des représentants des forces de l’ordre. Si les textes de loi n’indiquent pas que les autorités peuvent formellement interdire la tenue d’une manifestation, le levier dont elles disposent pour restreindre les manifestations est la capacité que leur octroie le décret ministériel 1 086 à déterminer le parcours des défilés. Cette question est un véritable enjeu, tant pour les autorités en charge de l’ordre public, préoccupées par les possibles débordements, que pour les étudiants, soucieux de se voir autoriser l’accès à la principale artère de la capitale, l’avenue Bernardo O’Higgins, aussi connue sous le nom d’Alameda. En 2011, un des moyens utilisés par la préfecture de la région métropolitaine pour tenter d’endiguer la protestation était donc de restreindre l’accès des manifestants à des rues peu fréquentées et assez éloignées de cette artère.

  • 17 La cumbia est un style de musique très répandu en Amérique latine, notamment en Colombie, dans les (...)
  • 18 Ce slogan a notamment été utilisé dans des manifestations de soutien au gouvernement de l’Unité pop (...)
  • 19 En espagnol, « ¡El que no salta es facha! », « ¡El que no salta es Pinochet! ». 

22Comme de nombreuses manifestations au Chili, celles de 2011 s’inscrivent dans le registre des protestas, identifié par Marie Christine Doran [2010, p. 117-118] et institué comme forme prédominante de la mobilisation pour la démocratie dans les années 1980, dont le caractère festif et « d’intense “communion sociale” » se fait largement ressentir. Il est fréquent lors des manifestations estudiantines que divers groupes et orchestres jouent de la musique – souvent de la cumbia17 – générant autour d’eux des petits groupes où certains se rassemblent pour danser. Concernant la composition des cortèges, elle est révélatrice de la diversité des groupes composant le mouvement. À la tête, on retrouve souvent les organisateurs de la manifestation, tels les représentants de la Confech ou des organisations lycéennes. Dans le reste du défilé, les banderoles aux couleurs des lycées ou des universités prédominent sur les étendards des jeunesses partisanes, tandis que des drapeaux rouge et noir, symbole de la gauche révolutionnaire, flottent ici et là. Il faut également noter la présence massive des militants du principal syndicat étudiant, l’Union nationale des étudiants (UNE), dont le refus de tout attachement partisan est désormais bien établi dans « l’espace » du mouvement estudiantin chilien. Les identités collectives qui se dégagent de ces cortèges sont ainsi davantage « universitaires » que partisanes, sans pour autant que l’appartenance politique de certains des leaders de la mobilisation soit méconnue. Les étudiants mobilisés importent également des slogans et des modes d’agir de l’avant-dictature, faisant ainsi appel à des éléments centraux de l’imaginaire politique collectif chilien : on peut par exemple entendre à plusieurs reprises les manifestants répéter « El pueblo, unido, jamás será vencido », adage très employé pendant les mobilisations des années 1960 et du début des années 197018. Par ailleurs, on peut également observer qu’à de nombreuses reprises, étudiants et lycéens sautent en scandant des refrains rappelant ceux utilisés à l’époque de l’Unité populaire, tels que « Qui ne saute pas est facho », quand les opposants au régime militaire scandaient « Qui ne saute pas est pro-Pinochet »19. La reproduction de ce répertoire gestuel et verbal dans des contextes différents le fait apparaître comme un instrument privilégié de protestation populaire contre les autorités ou des groupes opposants mais pas seulement. Cette reproduction témoigne également d’un important travail de filiation historique réalisé par les acteurs contestataires. À ce propos, Christophe Traïni souligne que les « traditions » sont le résultat des « opérations conscientes à travers lesquelles des acteurs sociaux s’efforcent de s’approprier des pratiques et des discours qu’ils attribuent à de glorieux aînés érigés en parangons des conduites morales et politiques ». Il rappelle également que « la diffusion dans le temps des conduites qui se veulent héritées des anciens, relève souvent […] bien moins de la reproduction à l’identique que d’une véritable invention fondée sur une relecture mythique d’un passé décrit comme exemplaire » [Traïni, 2009, p. 549]. Ici, la référence à l’époque de l’Unité populaire et à celle de la dictature permet d’inscrire la contestation étudiante dans la continuité d’une tradition militante combative, chère à la gauche et surtout à l’extrême gauche chiliennes.

23Le second moyen d’action mis en place par les étudiants est connu au Chili sous le nom de toma. Il constitue un des éléments centraux du répertoire de l’action collective chilienne, et naît avec le mouvement des pobladores. La toma, qui consiste à cette époque à occuper illégalement des terrains pour y installer des campements, se généralise dans les années 1950-1960. Comme l’explique l’historien chilien Gabriel Salazar, l’occupation de terrain prend progressivement une forme collective et planifiée, destinée à s’emparer d’un espace pour y installer, à terme, une población [Salazar, 2012]. Ce mode d’action, relevant de la désobéissance civile, devient « une forme légitime de faire de la politique à partir des bases [populaires] » [Salazar, 2012, p. 40] et s’étend rapidement à d’autres secteurs de la société lors de leurs mobilisations, en particulier à celui des étudiants qui n’hésitent pas à occuper les bâtiments scolaires dès le milieu des années 1960 [Salazar, 2012]. Aujourd’hui, les tomas consistent à s’introduire, la nuit généralement, dans les établissements scolaires afin d’en prendre le contrôle et d’en interrompre le fonctionnement normal. Le recours à ce moyen d’action est décidé au niveau local de chaque lycée et université, et le choix de le reconduire dans le temps est régulièrement soumis à votation. Des banderoles exposant les principales revendications et/ou les raisons de l’action sont disposées à l’entrée des bâtiments, dans une logique de publicisation des demandes. L’accès aux établissements est très souvent bloqué par la présence de chaises, bureaux et chaînes métalliques devant les grilles d’entrée.

24Si en 2006, les étudiants du secondaire privilégient en premier la mobilisation dans les rues, plusieurs éléments les conduisent à revoir leur stratégie. Tandis que les principaux moyens de communication s’efforcent de criminaliser le mouvement, les premières manifestations sont violemment réprimées par les forces spéciales des Carabineros de Chile et les débordements provoqués par des groupes d’encapuchados, en marge des manifestations contribuent à délégitimer le mouvement [Bonner, 2014 ; Cortés, 2015]. Les tomas se multiplient dans une logique de repli vers l’intérieur des établissements scolaires, témoignant ainsi de la capacité de réaction et d’adaptation des lycéens. Ce mode d’action est reproduit dès le mois de juillet 2011 après l’appel à la mobilisation lancé par la Confech, affectant les principaux lycées publics de la capitale, mais aussi certaines universités, comme l’université du Chili, celle de Santiago ou celle encore de Concepción, dont la plupart des cours sont suspendus. D’autres, comme l’université catholique du Chili, font le choix de participer aux manifestations mais ne font pas le choix de la toma.

  • 20 Ley Hinzpeter, artículo 269, consulté en ligne le 12 avril 2016. Disponible sur : http://www.movili (...)
  • 21 Ana Piquer, directrice exécutive d’Amnistie internationale Chili, consulté en ligne le 21 mai 2014. (...)

25Toutefois, craignant une extension des occupations, le ministre de l’Intérieur de l’époque, Rodrigo Hinzpeter, est à l’origine d’un projet de loi visant à encadrer strictement l’action manifestante, intitulé « Sauvegarde de l’ordre public » et communément appelé loi Hinzpeter. Ce texte législatif prévoit la condamnation, allant de 541 jours à trois ans d’emprisonnement, de toute personne « participant à des désordres ou à n’importe quel autre acte de force et de violence qui impliquent les conséquences suivantes : paralyser ou interrompre un service public […] ; envahir, occuper ou saccager des habitations, bureaux, commerces, établissements scolaires ou religieux, privés ou municipaux ; empêcher ou altérer la libre circulation des personnes ou des véhicules dans les rues, sur les ponts et autres biens publics semblables », entre autres20. Le deuxième élément mentionné vise ainsi à restreindre, par la menace de sanctions lourdes, l’usage des tomas par les acteurs mobilisés. Hautement critiquée par les étudiants, l’application de cette loi aurait signifié, d’après la responsable de l’antenne d’Amnistie internationale au Chili, « une protection disproportionnée de l’ordre public ». Elle rappelle que s’il est vrai que l’ordre public peut représenter une limite aux libertés d’association et d’expression, cette limite doit avoir un but légitime, son caractère nécessaire et proportionnel devant également être démontré21. Cette loi sera finalement rejetée par les députés en octobre 2013.

26En plus de l’usage d’éléments traditionnels du répertoire d’action chilien, les étudiants font le choix d’organiser ce qu’ils dénomment des « actes culturels » (« actos culturales »), désignant ainsi des performances artistiques ou théâtrales diverses. Ces éléments apparaissent lors des mobilisations de 2011, et l’usage croissant des réseaux sociaux par les étudiants chiliens facilite l’organisation de ces événements, principalement nés d’initiatives de petits groupes massivement relayés par la toile. On mentionnera, à titre d’exemple, que le 15 juin 2011, les étudiants de théâtre de l’université du Chili ont entamé un marathon de 1 800 heures consécutives autour du palais présidentiel, La Moneda. En juin de la même année s’est déroulé un « thriller pour l’éducation », sur la place de la citoyenneté : les étudiants, déguisés en zombies, ont reproduit de façon extrêmement coordonnée la chorégraphie de la chanson de Michael Jackson22. L’aspect festif et novateur de cette pratique dans l’action collective a représenté un moyen d’accroître la visibilité et le soutien au mouvement, car elle a attiré la présence de nombreux habitants de la capitale. On peut également mentionner l’organisation de Flash Mobs, au cours desquels des étudiants se sont rassemblés pour danser ou encore pour dénoncer une décision politique. C’est le cas de celui intitulé « Tous en vacances », après que Joaquin Lavín, ministre de l’Éducation, a avancé la date des vacances de l’hiver 2011 (juillet-août) en plein apogée des mobilisations. Au cœur de l’hiver austral, plus de 500 étudiants se rassemblèrent sur la place d’armes de Santiago, équipés de serviettes de plage, de maillots de bain, de râteaux et de pelles, lunettes de soleil et crèmes bronzantes pour contester cette décision. Plus récemment, on évoquera la tenue d’un carnaval pour l’éducation à plusieurs reprises (avril 2014, juin 2015), ou encore le balonazo du 11 juin 2015 au cours duquel étudiants et professeurs ont tiré des ballons de football contre la police en pleine Copa América23. Ce registre d’action, assez novateur dans l’espace contestataire chilien, poursuit selon nous plusieurs objectifs : augmenter pour la désamorcer le coût de toute intervention policière « musclée » face à des manifestants déguisés ou en maillots de bain, interpeller les pouvoirs publics grâce à l’enrôlement des professionnels des médias, tout en déjouant un contexte médiatique national normalement défavorable à la contestation, dominé par ce que Michelle Bonner [2014] appelle un « cadre de la loi et de l’ordre » (« law and order frame »). Ces professionnels des médias, friands de « unes » et d’activités « originales » tendent à couvrir massivement ces événements, favorisant ainsi la diffusion des demandes estudiantines sur la scène publique.

  • 24 La plupart de ces groupes, tels la jeunesse rebelle (Juventud rebelde) ou la jeunesse guévariste (J (...)

27Toutefois, bien que les étudiants préfèrent recourir à des répertoires valorisant le nombre et revendiquant un caractère festif, la violence manifestante s’invite régulièrement à la fin des cortèges, à quelques mètres seulement de l’endroit où se tient l’événement de clôture des manifestations. Tandis que dirigeants étudiants se succèdent sur la scène installée à cet effet, des petits groupes d’encapuchados et des étudiants revendiquant une appartenance militante à des groupes d’extrême gauche24, s’attaquent à des abris bus et aux panneaux de signalisation, ou extraient des pavés de la chaussée pour les lancer sur les forces de l’ordre en poste quelques rues plus loin. Les affrontements qui s’ensuivent entre groupes manifestants et policiers, sont ensuite diffusés en boucle par les principales chaînes de télévision, qui passent parfois sous silence le reste de la mobilisation. Si, de manière générale, les principaux dirigeants étudiants ne montrent aucune forme de solidarité à l’égard des encapuchados et de leur mode d’action, la question du recours à la violence est toutefois un sujet épineux au sein du mouvement étudiant. Les entretiens que nous avons réalisés avec plusieurs leaders des mobilisations révèlent en fait des positions hétérogènes quant à cette question, régulièrement abordée lors des réunions de la Confech en 2011, mais jamais définitivement tranchée. Si pour certains la violence est inacceptable et fragilise le mouvement, d’autres, dans une vision pragmatique des moyens d’action, la considèrent comme une éventualité dès lors qu’elle est acceptée par le plus grand nombre. Certains envisagent enfin la violence comme tout autre élément de la mobilisation et défendent les groupes qui y ont recours.

Conclusion : des répertoires protestataires aux répertoires policiers

28Ainsi, le modèle éducatif mis en place pendant la dictature et poursuivi, bien qu’amendé, par les gouvernements démocratiques, a été l’objet d’une remise en question profonde lors de journées de contestation sans précédent depuis les protestas nacionales des années 1983-1984. Dans un contexte institutionnel et politique peu propice à la mobilisation, le renouvellement des générations et des comportements protestataires apparaît comme un élément central pour comprendre la révolte des pingouins et le printemps chilien. Construite autour d’un discours de lutte contre l’héritage de la dictature, la contestation qui démarre en 2006 puis en 2011, parvient à générer des mobilisations diversifiées et souvent massives, et cette diversité révèle la capacité d’adaptation des étudiants face aux tactiques employées par la police et les autorités civiles. Quant à la régularité des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre en marge des grandes marchas convoquées par la Confech, elle est l’un des témoins de l’hétérogénéité des groupes et organisations composant le mouvement.

29L’analyse des éléments composant le répertoire d’action des étudiants chiliens ne doit pour autant pas nous faire perdre de vue ce que la morphologie de la contestation doit aux représentations des policiers à l’égard des manifestants. De même que les dispositifs de contrôle et de sécurité mis en place par les forces de l’ordre, les doctrines et conceptions policières des acteurs protestataires, de leurs demandes ou de leurs modes d’action, sont autant d’éléments à prendre en compte dès lors que l’on s’intéresse aux mobilisations sociales et à leurs caractéristiques [Fillieule, 1997]. Ceci nous amène donc à nous interroger sur la manière dont les forces de police chiliennes ont géré, une fois la démocratie revenue, les activités protestataires conduites par divers groupes de la société. Les premières réponses à ces interrogations laissent entrevoir l’existence, au Chili, d’un maintien de l’ordre différencié en fonction des publics mais aussi des territoires, comme a pu l’observer Hélène Combes dans le cas mexicain [Combes, 2006].

Haut de page

Bibliographie

Aguila Ernesto, « Veinte años de Concertación en educación: avances y límites de una reforma », in Jaime Ensignia (dir.), Chile en la Concertación (1990-2010): una mirada crítica, balance y perspectivas, tomo II, Santiago, Friedrich Ebert Stiftung, 2010, p. 15-235.

Assael Jenny et al., « La empresa educativa chilena », Revista Educación & Sociedad, vol. 32, n° 115, 2011, p. 305-322.

Barozet Emmanuelle, « De la démobilisation au réinvestissement “local” : mouvements sociaux locaux et territoires au Chili », Cahier des Amériques latines, n° 66, 2011(a), p. 73-89.

Barozet Emmanuelle, « Brève », Problèmes d’Amérique latine, n° 82, 2011(b), p. 129-131.

Braghetto A. Marco, « El movimiento universitario y las transformaciones de la educación superior en el Chile neoliberal », Revista www.izquierdas.cl, IDEA/USACH, n° 16, 2013, p. 55-74.

Bonner Michelle, Policing Protest in Argentina and Chile, Boulder, Colorado, Lynne Rienner Publishers, 2014.

Cattaneo P. Rodrigo, « La privatisation de l’enseignement supérieur et la restructuration métropolitaine de Santiago du Chili », Hérodote, n° 123, 2003, p. 107-124.

Combes Hélène, « Gestion des manifestations dans le Mexique des années 1990 », in Olivier Fillieule et Donatella Della Porta (dir.), Police et manifestants : maintien de l’ordre et gestion des conflits, Presses de Sciences-Po, 2006, p. 229-257.

Cortes Alexis, « Chile en la encrucijada de un nuevo ciclo », Cadernos de trabalho Netsal, vol. 3, n° 7, 2015.

Doran Marie-Christine, Le Réveil démocratique du Chili : une histoire politique de l’exigence de justice (1990-2016), Paris, Khartala, 2016.

Doran Marie-Christine, « Les effets politiques des luttes contre l’impunité au Chili : de la revitalisation de l’action collective à la démocratisation », Revue internationale de politique comparée, vol. 17, 2010, p. 103-126.

Fillieule Olivier, Stratégies de la rue : les manifestations en France, Paris, Presses de Sciences-Po, 1997.

Garreton Manuel Antonio, La posibilidad democrática en Chile, Santiago, Flacso, Cuadernos de Difusión, 1989.

Garibay David, « Diversité des violences contemporaines en Amérique latine », Amérique latine 2008, mondialisation : le politique, l’économique, le religieux, Études de la Documentation française, 2008, p. 37-50.

Godoy Oscar, « La transición chilena a la democracia: pactada », Estudios Públicos, n° 74, 1999, p. 79-106.  

Goirand Camille, « Mobilisations et répertoires d’action collective en Amérique latine », Revue internationale de politique comparée, vol. 17, 2010, p. 7-27.

Marques-Pereira Bérangère et Garibay David, La Politique en Amérique latine : histoires, institutions et citoyennetés, Paris, Armand Colin, 2011.

Moulian Tomás, Chile actual: anatomía de un mito, Santiago du Chili, LOM Ediciones, 1997.

Muñoz Gonzalo et Raczynski Dagmar, « Reforma educacional chilena: el difícil equilibrio entre la macro y la micro política », Serie Estudios Socioeconómicos, n° 31, 2007.

Peñafiel Ricardo, « Le “printemps chilien” et la radicalisation de l’action collective contestataire en Amérique latine », Lien social et politiques, n° 68, 2012, p. 121-140.

Salazar Gabriel, Movimientos sociales en Chile: trayectoria histórica y proyección política, Uqbar Editores, 2012.

Tilly Charles, « Les origines du répertoire d’action collective contemporaine en France et en Grande-Bretagne », Vingtième siècle – Revue d’histoire, vol. 4, 1984, p. 89-108.

Traïni Christophe, « Tradition(s) », in Olivier Fillieule, Lilian Mathieu et Cécile Pechu, Dictionnaire des mouvements sociaux, Presses de Sciences-Po, 2009, p. 548-554.

Vera Gajardo Sandra, « El resplandor de las mayorías y la dilatación de un doble conflicto: el movimiento estudiantil en Chile en el 2011 », Anuari del conflicte social 2011, Universidad de Barcelona, p. 286-309.

Haut de page

Notes

1 La Concertación de partidos por la democracia est une coalition de partis de centre gauche qui naît au moment de la campagne en faveur du « non » lors du plébiscite organisé par le régime militaire en 1988, sur le maintien ou non du général Pinochet à la tête du pays pour huit années supplémentaires. Cette coalition rassemble le Parti démocrate-chrétien (PDC), le Parti pour la démocratie (PPD), composé principalement de militants socialistes « rénovés », le Parti socialiste, ainsi que d’autres petites formations de gauche.

2 Le premier séjour a été réalisé entre juillet 2011 et juillet 2012, lors d’une année d’échange universitaire au sein de l’université catholique de Santiago, alors que les étudiants chiliens se mobilisent tous les jeudis dans les grandes villes du pays. Notre présence à Santiago lors de ces événements nous a permis d’en être les témoins privilégiés. Les autres séjours, plus courts (trois mois en moyenne), ont été réalisés en 2014, 2015 et 2016.

3 Le système électoral chilien était, avant sa réforme en 2015, divisé en soixante districts pour l’élection des députés et en dix-neuf circonscriptions pour l’élection des sénateurs. Dans chaque division électorale, dans lesquelles les candidats se présentaient sur des listes, deux représentants de chaque chambre étaient élus. Étaient alors élus députés ou sénateurs les deux candidats d’une même liste si cette dernière obtenait le plus grand nombre de suffrages et un total de votes excédant le double de ceux obtenus par la liste suivante. Si aucune liste n’obtenait les deux postes, chacune des listes ayant obtenu les deux majorités de votes les plus hautes se voyait attribuer un siège, et étaient élus députés ou sénateurs les candidats de chaque liste ayant obtenu le plus de voix.

4 Avant ces réformes en effet, le président de la République ne pouvait révoquer ou nommer des officiers des forces armées ou de la police à des postes supérieurs sans que cela ne se fasse sur proposition des autorités militaires.

5 L’expression protestas nacionales fait référence aux importantes mobilisations sociales qui secouent le régime autoritaire chilien à partir de 1983, dans un contexte de crise économique et d’augmentation de la pauvreté. Généralement convoquées par le mouvement syndical ou l’opposition partisane à Pinochet, ces journées de contestation sont suivies par de nombreux groupes sociaux (syndicats, organisations d’habitants des quartiers populaires, fédérations universitaires, professions libérales, collectifs de femmes, familles et proches des victimes de la répression, etc.).

6 Le terme désigne au Chili les habitants des quartiers populaires, dénommés poblaciones. La plupart de ces quartiers sont nés après des occupations illégales de terrain, connues au Chili sous le nom de tomas ; nous y reviendrons plus loin.

7 Le terme d’encapuchados fait référence aux jeunes qui affrontent directement les forces de l’ordre lors des journées de protestas, visage caché par un foulard ou une cagoule.

8 La contribution de l’État au budget des universités considérées comme publiques est réduite à 25 %.

9 Il s’agit de l’Estatuto Docente, entré en vigueur avec la loi 10579 de janvier 1997.

10 Cf. http://www.cooperativa.cl/noticias/sociedad/educacion/ocde-chile-es-el-pais-con-menor-gasto-publico-en-educacion/2013-10-19/200351.html.

11 C’est sous ce nom qu’est connu, au Chili, le transfert de la gestion de l’éducation primaire et secondaire du ministère de l’Éducation vers les municipalités.

12 Le « mochilazo » est le nom donné aux mobilisations lycéennes de 2001 autour de la création d’une carte étudiante de transport (le « Pase escolar ») et en défense de l’éducation publique.

13 La « révolte des pingouins », ou Revolución pinguina, est le nom qui sera attribué à cette mobilisation en référence aux uniformes portés par les étudiants du secondaire, parfois surnommés les pingouins.

14 Présentée comme « la grande réforme » historique du système éducatif, cette loi a largement été critiquée par les étudiants ne comprenant pas leurs principales demandes comme la fin des pratiques lucratives ou la « démunicipalisation ».

15 Des militants mapuche, emprisonnés dans le sud du pays, entament une grève de la fin en novembre 2010, tandis que d’autres collectifs intensifient le recours à l’occupation de terres.

16 La Confech est une organisation estudiantine qui regroupe les fédérations d’étudiants de certaines universités chiliennes. Créée en 1984, elle est aujourd’hui composée des universités considérées au Chili comme publiques malgré leur coût (telles l’université du Chili, l’université de Santiago et celle de La Serena, ou encore l’université métropolitaine des sciences de l’éducation), des universités « privées traditionnelles », c’est-à-dire créées avant le décret de 1982 sur l’enseignement supérieur (parmi lesquelles les différentes universités catholiques) et de certaines universités privées (comme l’université Alberto Hurtado, ou la Adolfo Ibañez).

17 La cumbia est un style de musique très répandu en Amérique latine, notamment en Colombie, dans les pays andins et dans certains pays du Cône Sud, principalement l’Argentine et le Chili.

18 Ce slogan a notamment été utilisé dans des manifestations de soutien au gouvernement de l’Unité populaire (1970-1973) mené par Salvador Allende.

19 En espagnol, « ¡El que no salta es facha! », « ¡El que no salta es Pinochet! ». 

20 Ley Hinzpeter, artículo 269, consulté en ligne le 12 avril 2016. Disponible sur : http://www.movilizatechile.cl/2012/07/que-es-la-ley-hinzpeter/

21 Ana Piquer, directrice exécutive d’Amnistie internationale Chili, consulté en ligne le 21 mai 2014. Disponible sur : http://blog.lanacion.cl/2012/07/09/que-significa-la-ley-hinzpeter-desde-la-perspectiva-de-los-derechos-humanos/

22 Cf. la vidéo en ligne sur Youtube, disponible sur : https://www.youtube.com/watch?v=MG50RDjFiRU

23 La Copa América, ou Coupe des Amériques, est une compétition de football qui oppose les différents pays de la région.

24 La plupart de ces groupes, tels la jeunesse rebelle (Juventud rebelde) ou la jeunesse guévariste (Juventud guevarista) se réclament du MIR (Movimiento de izquierda revolucionaria), mouvement d’extrême gauche créé à la fin des années 1960, ou du Frente, en référence au Front patriotique Manuel Rodriguez, mouvement armé organisé par le Parti communiste au début des années 1980 pour mener des actions contre les représentants des forces armées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Di Méo, « Contester en situation post-autoritaire : le « mouvement étudiant » chilien (années 2000) », Cahiers des Amériques latines, 87 | 2018, 143-160.

Référence électronique

Marion Di Méo, « Contester en situation post-autoritaire : le « mouvement étudiant » chilien (années 2000) », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 87 | 2018, mis en ligne le 25 octobre 2018, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cal/8586 ; DOI : 10.4000/cal.8586

Haut de page

Auteur

Marion Di Méo

Marion Di Méo est ATER à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence. Elle achève la rédaction de sa thèse de doctorat en science politique, qui s’intéresse au traitement des mobilisations sociales – principalement étudiantes et autochtones – dans le Chili de l’après dictature. Ses recherches portent aussi sur la thématique du maintien de l’ordre, et plus particulièrement sur la question de la démilitarisation de cette activité, dans un pays où la police avait directement participé aux violations des droits de l’homme commises pendant la dictature.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals