Navigation – Plan du site
Études

L’utilisation politique de la catastrophe dans les médias : Chili, 1906-2010

La utilización política de la catástrofe en los medios: Chile, 1906-2010
The political use of disasters in the media: Chile, 1906-2010
Mauricio Onetto Pavez
p. 161-180

Résumés

Cet article analyse l’utilisation des catastrophes par les autorités chiliennes – État, autorités politiques, économiques et religieuses – pour construire un référent identitaire propre au Chili et à ses habitants, à l’image de l’élite chilienne. En effet, le sous-sol chilien est traversé par des plaques tectoniques dont les mouvements provoquent des catastrophes telluriques de très grande ampleur. Les élites ont doté ces événements d’une signification particulière qui, en outre de conforter leur pouvoir, diffuse l’idée que tous les Chiliens sont victimes d’une nature indomptable. En se fondant sur une consultation exhaustive d’articles de presse écrits entre 1906 et 2010, cet article montre comment le traitement médiatique de catastrophes naturelles participe au projet néolibéral porté par les élites, politiques et économiques.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

désastre, presse, identité

Keywords :

disaster, press, identity

Palabras claves :

desastre, prensa, identidad
Haut de page

Notes de la rédaction

Texte reçu le 4 mai 2017, accepté le 31 octobre 2017.

Texte intégral

« Nous pouvons être “nostalgiques d’une histoire que nous n’avons pas vécue” et nous pouvons aussi avoir “peur de perdre une souffrance, à laquelle on tient comme à l’identité même, peut-être parce que cette souffrance a été le seul héritage” » [Martin, 2000, p. 800].

1L’histoire du Chili s’est construite sur l’idée que des situations catastrophiques s’abattent périodiquement sur ses habitants. De fait, le sol chilien est traversé par des plaques tectoniques dont la force endogène provoque des catastrophes telluriques de très grande ampleur. La périodicité des séismes au Chili conduit ses autorités à construire ce que Dominick La Capra appelle un « traumatisme historique », connectant les expériences du passé avec le présent et les mettant en tension avec le futur [2001]. Pour reprendre les mots de Didier Fassin et Richard Rechtman, on peut dire que le traumatisme des séismes s’est imposé « comme une forme d’appropriation originale des traces de l’histoire et comme un mode de représentation dominant du rapport au passé » [2007, p. 29]. Certes, chaque événement « crée son propre contexte de sens » [Quéré, 2006, p. 197- 201]. Mais la périodicité des séismes, leurs caractéristiques et les ruines qu’ils ont laissées ont participé à la reproduction de cette formulation historique créée par les autorités, et que l’élite politique et économique s’est appropriée avec le temps à des fins particulières.

  • 1 Les élites en Amérique latine utilisent constamment les catastrophes pour mettre en place des polit (...)
  • 2 Le sujet de la souffrance et l’idée d’être victimes, en tant que stratégie discursive, ont été prés (...)
  • 3 Pour en savoir plus sur les groupes d’entreprises qui furent liés aux médias au cours du dernier si (...)

2Les élites ont doté ces événements de significations qui confortent leur pouvoir1. Elles ont diffusé l’idée que tous les Chiliens sont victimes d’une même nature indomptable. Se présenter comme un peuple qui souffre en raison des événements qui ont lieu sur son territoire constitue l’axe central de la communication politique interne et externe du Chili2. Au xxe siècle, les médias sont devenus les principaux artisans de cette conception historique de « victime collective » [Oliver-Smith, 2009, p. 39]. Au Chili, les grands titres de presse, très liés au pouvoir politique – par exemple El Mercurio propriétaire de la majorité des titres régionaux3 –, en ont été les principaux protagonistes.

  • 4 L’identité sera considérée, comme le font Brubaker et Cooper, comme une catégorie de pratiques et d (...)
  • 5 El Mercurio, 29 janvier 1939, p. 19.

Les élites voient dans les catastrophes l’occasion d’unifier les discours sur le passé, de construire une identité4 et de générer un contrôle social pour étendre leur propre zone de privilèges [Riesel et Semprun, 2008]. Toute la classe politique, en contexte démocratique ou dictatorial, s’est prêtée à cet exercice de construction identitaire, pour exalter la figure de la Nation [Arquembourg, 2011, p. 125]. Ainsi en 1939, El Mercurio, quotidien par excellence de l’élite libérale et conservatrice, écrit à propos du président de la République, Pedro Aguirre Cerda (1938-1944), qui appartenait au Front populaire : « Son excellence le président de la République a déclaré que c’est dans les moments d’épreuves que l’on observe le mieux l’efficacité des autorités et le temple de la Nation5. »

  • 6 « Mon problème, c’est de savoir comment les hommes se gouvernent (eux-mêmes et les autres) à traver (...)
  • 7 Les discours sur les catastrophes sont ceux qui permettent une réorganisation des discours politiqu (...)

3Cet article analyse la construction de « discours de vérité6 », qui, toujours politiques7, sont formulés à partir d’une catastrophe tellurique et exposés dans la presse. La liste des séismes étant très longue, nous avons choisi de nous concentrer sur les tremblements de terre les plus importants du siècle dernier : 1906 (Valparaíso), 1928 (Talca), 1939 (Chillán), 1960 (Valdivia), 1985 (centre du pays) et 2010 (centre du pays), c’est-à-dire ceux qui, dans la mémoire collective, ont eu le plus grand impact sur l’histoire du pays. La façon dont les conséquences de ces séismes sont exposées dans les médias met en évidence la problématique centrale de cette étude : comment les élites se sont approprié les catastrophes pour obtenir des bénéfices politiques, économiques et socioculturels, et par ce biais instaurer leur vision du monde au sein de la société chilienne.

  • 8 La radio arrive au Chili dans les années 1920, mais elle met plus de 10 ans à acquérir un impact mé (...)
  • 9 À l’heure actuelle, 90 % des médias de presse au Chili sont contrôlés par deux grands groupes : « E (...)
  • 10 Le Mercurio est le journal le plus cité en raison de son influence au niveau national dès le début (...)
  • 11 À l’exception de 1960 où le climat était plus politisé en raison de la guerre froide et où certains (...)
  • 12 Le contexte et la réception de ces discours ne font pas partie de l’analyse.

4Nous avons révisé plus de soixante journaux, revues et documents informatifs, aussi bien nationaux que régionaux (autour de chaque épicentre), sur une période de quinze jours après le séisme. C’est dans cet intervalle de temps qu’est publiée la grande majorité de l’information relative aux événements. Nous avons également fait attention aux anniversaires et aux commémorations spéciales dans les années qui les ont suivis. Tous les médias de communication, télévision et radio compris, ont participé à construire le discours de souffrance et de victimisation qui a permis à l’élite d’unifier la population après ces événements et d’imposer une série de mesures à son avantage. Nous nous sommes néanmoins intéressés exclusivement à la presse écrite, dans la mesure où c’est le seul média qui fut présent tout au long du xxe siècle8. Nous avons diversifié l’origine de nos sources en considérant la presse de différentes régions, bien que le monopole des médias9 au Chili ne permette ni une grande multiplicité d’informations10 ni une représentation exhaustive de tous les courants politiques11. Enfin, les articles de presse ont été étudiés dans leur totalité (titres, images et même publicités). L’analyse est centrée sur les éléments mettant en évidence le croisement de la « destruction », de l’idée de victime et de son utilisation politique par le biais de valeurs comme la solidarité12.

« Lo Chileno » depuis les ruines

  • 13 Quelques travaux traitant des conséquences de ces séismes : MHN [2009] et Manns [1972].
  • 14 El Imparcial, 5 décembre 1928.

5Les conséquences des tremblements de terre furent diverses, tant en nombre de victimes qu’en termes de destructions13. Le premier que nous avons choisi d’étudier, en 1906, a fait près de 3 000 morts et détruit une grande partie de la ville de Valparaíso. Celui du 1er décembre 1928, dont l’épicentre se situe dans la région du Maule, a fait environ 200 morts et presque entièrement dévasté la ville de Talca. Cité par le quotidien El Llanquihue, l’intendant de la région déclare alors qu’il est « incroyable que, matériellement, Talca n’existe plus » et qu’il donnera un prix à qui trouvera un mur encore debout14. Le séisme le plus meurtrier, en 1939, fait, lui, plus de 6 000 victimes.

  • 15 El Mercurio, 26 janvier 1939, p. 15.
  • 16 El Mercurio, 28 janvier 1939, p. 15.
  • 17 Ilustrado, 26 janvier 1939, p. 1.
  • 18 Las Últimas Noticias, 8 mars 1985, p. 5.

6Pour chaque séisme, on peut lire dans la presse qu’il s’agit de l’un des événements les plus tragiques de l’histoire. En 1939 par exemple, El Mercurio statue : « Il s’agit d’un cataclysme qui n’a sans doute pas d’équivalent dans l’histoire du pays »15 ; « Le président de la République lors de son arrivée à Valparaíso : “Il n’y a pas eu dans l’histoire du pays de catastrophe aussi grande que celle-ci”16 » ; « Une catastrophe sans précédent dans l’histoire de l’Amérique a isolé les provinces de Ñuble, Concepción et Bío Bío17 ». En 1985, Las Últimas Noticias reprend les mots de l’une des plus célèbres personnalités médiatiques du Chili et d’Amérique latine, le présentateur Mario Kreutzberger : « Je crois qu’il n’a pas existé dans le monde tremblement de terre aussi dévastateur que celui-ci18 ».

  • 19 Comme le démontre Teun Van Dijk, les personnes appartenant à l’élite sont généralement considérées (...)
  • 20 Berlant, El Corazón de la nación, p. 12.
  • 21 El Imparcial, 3 décembre 1928.
  • 22 Revista Crack, 3 février 1939.

7L’idée de destruction massive a contribué à la diffusion par les élites – seules à toujours avoir la parole après la catastrophe19 – d’un sentiment faussement empathique, créant l’illusion que la société dans son ensemble se trouvait face au même drame et, par conséquent, face à la perte d’un même projet de société20. Dans le même temps, elle a diffusé l’idée que la capacité à rebondir était une qualité propre au Chili qui concernait la totalité de ses habitants [Mattelart, Piccini et Mattelart, 1996, p. 71-72], introduisant une idée positive – morale – associée à une supposée résilience générale. Renaître des ruines fait de la société chilienne une incarnation du phénix, qui se traduit dans la manière de construire et de transmettre sa propre histoire. En 1928, El Imparcial signale par exemple avec assurance que les habitants « au-delà de cette vision de ruines [avaient] une foi aveugle dans l’avenir et que la ville qui est aujourd’hui écrasée par la catastrophe [allait] se lever de nouveau pour une nouvelle vie21 ». Après le tremblement de terre de 1939, la revue Crack s’appuie de l’image du phénix pour restituer l’interview d’un sénateur chilien de gauche : « Construire sur des décombres de superbes réalités est un exemple que donne l’histoire à chaque chapitre. Et l’oiseau phénix, qui dans la mythologie revit de ses cendres, en est le symbole parfait. C’est de cette manière que le dirigeant du Front populaire chilien, le sénateur Don Marmaduke Grove, voit les choses ». L’homme politique considère que la catastrophe est le point de départ permettant de se recréer, mais aussi de se retrouver : « Les ruines de Chillán peuvent être les fondations d’un Chili nouveau22 ».

  • 23 Revista Zig Zag, 27 mai 1960, p. 23.
  • 24 La Segunda, 3 mars 1986, p. 4.

8Après le séisme de 1960 à Valdivia, la Revista Ercilla indique que c’est dans le malheur et son surpassement que l’on voit « lo chileno » apparaître : « Le Chili, sous un tel choc, chancelle économiquement, mais c’est maintenant que l’esprit de l’homme chilien se redresse après avoir été abattu23 ». Un an après le tremblement de terre de 1985, un des éditoriaux de La Segunda signale à son tour : « Au cours des siècles, ce type de catastrophes naturelles a conditionné notre développement et notre caractère24 ».

Image 1. Une du journal Diario Concepción, 6 octobre 2013

Image 1. Une du journal Diario Concepción, 6 octobre 2013
  • 25 Un débat eut lieu dans les cercles intellectuels chiliens pendant toute la première moitié du xxe s (...)

9À ces allégories, que l’on observe dès 1906, s’ajoutent au cours du siècle certains paradigmes nationalistes. On trouve par exemple jusqu’en 1960 le terme de « race » comme composante de ces discours25. Peu de temps après le tremblement de terre de Talca en 1928, El Imparcial titre un article « L’âme de la race », duquel il ressort que tout est sous contrôle puisque la force de la « race » a une fois de plus ramené l’ordre au moment voulu :

  • 26 El Imparcial, 3 décembre 1928, p. 18.

« Comme dans les nombreux moments critiques que notre pays a supportés, le peuple chilien a démontré une fois de plus que l’âme de la race conserve intactes toutes les caractéristiques de force, de résignation et même de fatalisme qui ont fait sa particularité depuis les temps de l’“Arauco non apprivoisé” jusqu’aux jours quelque peu funestes que nous traversons26. »

10Barbara Silva et Alfredo Riquelme ont examiné pour le tremblement de terre de 1960 comment le « processus biologique » s’est entremêlé aux conditions territoriales, devenant l’une des « clés de la survie nationale » [Silva et Riquelme, 2011, p. 78]. Dans les sources postérieures à 1960 cependant, le thème de la « race » est progressivement abandonné et les idées d’unité et de solidarité s’imposent comme les grands paradigmes définissant cette « chilenité ».

L’unité dans la douleur

11« 2010 a été une année très positive pour l’image du Chili à l’étranger » : cette phrase, qui s’étale en une du numéro de janvier-mars 2011 de la lettre d’information des Chiliens résidents à l’étranger, Chile Somos Todos, est extraite d’une interview du secrétaire d’État aux Affaires étrangères de l’époque, Fernando Schmidt. Selon lui, le Chili a montré cette année-là son meilleur visage, en « résistant » à la série de catastrophes qui s’est abattue sur le pays : le tremblement de terre de magnitude 8.8 survenu le 27 février mais aussi le sauvetage de trente-trois mineurs pris au piège dans la mine de San José. Deux des caractéristiques propres à la population chilienne dans les discours populaires sont ici mises en avant : l’unité et la solidarité.

12Les mots de Schmidt font écho à l’éditorial de la même revue, écrit par celui qui était alors ministre des Affaires étrangères, Alfredo Moreno Charme, qui va plus loin encore dans son interprétation des événements :

« Aussi ironique que cela puisse paraître, cette année a été, effectivement, très agitée, non seulement pour ceux d’entre nous qui ont débuté un nouveau mandat gouvernemental, mais aussi pour tout le pays, qui s’est vu fouetté par un tragique tremblement de terre dont nous sommes sortis davantage unis. Nous avons aussi été témoins de la manière dont un groupe de nos compatriotes a été avalé par la terre et ensuite, à la stupéfaction du monde, ont réapparu dans l’un des sauvetages les plus spectaculaires qui ait jamais eu lieu et qui a ému la population du monde entier. À partir de la tragédie, mais aussi de la solidarité et de l’unité qui nous caractérise, le Chili s’est installé avec force dans le monde, justement l’année où nous célébrons les 200 ans de notre pays » [Ministerio de Relaciones Exteriores, 2011, p. 2].

13Les mots du ministre sont représentatifs de la lecture des événements de 2010 faite par le monde politique. Au-delà de certaines formules qui nous renvoient au xviie siècle – lorsqu’il écrit que le pays a été « fouetté » ou qu’« un groupe de compatriotes a été avalé par la terre » –, c’est pour Moreno dans ce type de circonstances que les citoyens s’unissent et que la nation est revalorisée, de même qu’il permet d’obtenir la reconnaissance internationale nécessaire, selon lui, pour légitimer les comportements et les valeurs internes. Comme il le dit lui-même, le Chili « s’est installé avec force dans le monde » suite à ces catastrophes. Il faut comprendre ces mots comme une invitation adressée au reste de ses compatriotes à concevoir ces événements de la même manière que lui, et ainsi à propager l’idée non seulement d’une souffrance commune, mais aussi d’une lecture commune de cette souffrance. Son invitation laisse aussi entendre qu’il existe une équation installée, une logique déjà éprouvée, au regard de laquelle ses mots ne paraissent ni exagérés ni inhabituels aux yeux de ses lecteurs.

  • 27 Ilustrado, 27 janvier 1939, p. 10.
  • 28 El Mercurio, 28 janvier 1939, p. 18.

14« Face à la douleur, toutes les volontés se rassemblent », écrit El Ilustrado en 1939 pour raconter la campagne de solidarité spontanément apparue après le tremblement de terre. Le journal signale que « du Nord au Sud de la République, il n’existe qu’une seule volonté : atténuer la tragédie des victimes27 ». Lors de ce même séisme, l’envoyé spécial du Mercurio dans la zone dévastée, Raul Cuevas, s’adresse directement aux lecteurs en leur rappelant, d’un point de vue moral, le rôle qu’ils doivent jouer face à ces événements : « Nous tous, Chiliens, devons penser que ce malheur nous est commun et que, sous le large toit du Chili, nous sommes Frères28 ». Ces formules d’auto-conviction traversent le paysage médiatique, insistant sur l’unité du peuple chilien face aux malheurs qui effacent provisoirement les différences.

  • 29 Revista Ercilla, 25 mai 1960, p. 2.
  • 30 La Tercera, 6 mars 1985, p. 8.

15En 1960, la Revista Ercilla écrit pour sa part : « Le Chili est frappé au sol mais il n’y a pas un Chilien ni un habitant de ce pays qui n’ait volontairement répondu “présent” ! pour participer à sa reconstruction29 ». En 1985, les médias ont consacré de nombreuses pages à la description des campagnes solidaires qui ont débuté dès le premier jour dans toutes les régions du Chili. Pour La Tercera, « la solidarité des Chiliens, tant de fois mise à l’épreuve, prouve une fois de plus que face à la douleur de tous, nous nous unissons autour d’une cause commune30 » – bien que le pays soit alors en pleine dictature civique-militaire. Le quotidien Las Últimas Noticias, dans un éditorial intitulé « La solidarité de tous doit être un compromis national », pose de son côté les directives du comportement à suivre par les citoyens du pays :

  • 31 Las Últimas Noticias, 5 mars 1985, p. 9.

« C’est, pour nous tous, l’heure de la solidarité active avec les personnes qui ont tant souffert la dure expérience d’avoir perdu des êtres chers et de constater les ruines que sont devenues leurs habitations. Il en a toujours été ainsi parce que nous, Chiliens, sommes formés à la dure pédagogie de l’infortune, et parce que nous sommes les enfants de la rigueur, nous avons appris que nous vivons dans un pays fragile, vulnérable, où la nature, pour de mystérieuses raisons, fait de nous les victimes de sa rudesse. Et chaque fois, sur la douleur d’un grand nombre s’étend la main de tous 31. »

  • 32 El Llanquihue, 4 février 1939, p. 2.

16Tout ce qui brise l’image de solidarité et d’unité, en d’autres mots la base de la « politique sentimentale » – dont nous ne nions pas qu’elle ait pu améliorer le moral de la population et encourager le volontariat – est catégorisé comme impropre aux habitants et à leur organisation sociale [Berlant, 2011, p. 13]. D’une certaine manière, prendre soin de ce qui définit « lo chileno » se convertit en un exercice obligatoire pour tous. En parallèle, et pour renforcer cette « chilenité » issue de la souffrance, on fait preuve d’un respect pour les symboles de la nation allant jusqu’au ridicule. On lit par exemple dans El Llanquihue en 1939 : « Près de soixante amendes pour ne pas avoir hissé le drapeau ». La police était en effet chargée de contrôler le bon respect du décret municipal ordonnant au citoyen de hisser le drapeau pour une durée de cinq jours afin de respecter « le deuil qui afflige le territoire en raison du tremblement de terre dans les provinces centrales32 ».

  • 33 Un travail pointu sur le sujet de la violence en 2010 est celui de Roca [2014]. À titre de comparai (...)
  • 34 Il ne s’agit pas d’une particularité chilienne. On rencontre des situations similaires après une tr (...)

17Le problème le plus sensible fut néanmoins celui des pillages, récurrents après chaque séisme33. L’image du Chilien souffrant mais courageux et solidaire était ébranlée par ces actes de vandalisme et de brigandage, trop fréquents pour être occultés [Oyandel et Alarcón, 2011, p. 121]. Il est important d’évoquer la temporalité transversale de la question des pillages, car ce problème est resté constant d’un gouvernement à l’autre, conséquence des fortes inégalités dans la société chilienne – bien que cela ne concerne pas exclusivement la région34. Les vols sont aussi bien individuels que collectifs, œuvre de cambrioleurs lambda ou de personnes favorisées. Et dans la plupart des cas, ils sont perçus comme un problème ponctuel, ce que traduisent les réflexions de Juan Emilio Cheyre, ex-commandant en chef de l’Armée qui apporta également l’aide du Chili après le tremblement de terre à Haïti en janvier 2010. Les scènes qui suivent le séisme au Chili, quelques semaines plus tard, lui semblent particulièrement surprenantes. Ses mots sont représentatifs d’une conception de l’ordre social propre à l’élite, niant tout ce qui ne correspond pas à l’ordre établi. La particularité du cas chilien réside dans cette constance avec laquelle l’élite feint d’ignorer le manque d’organisation structurel de la société [Jocelyn-Holt, 1997] :

« […] même lors de l’intervention à Haïti, je n’ai vu de telles images. Au contraire, j’ai vu des gens chanter, prier, se prendre par la main, et personne ne tentant de justifier l’injustifiable. Nous avons eu de nombreux tremblements de terre au Chili, et ceci n’était jamais arrivé. Il y a une maladie ici et il faut l’assumer comme telle… Le vandalisme est une chose qui va durer bien plus longtemps que les effets du séisme, parce que les maisons et les routes seront reconstruites, mais certains secteurs de la société vont continuer ces mauvaises pratiques. Cela n’est pas le comportement d’un peuple comme celui du Chili35. »

L’utilisation de la solidarité par la sphère politico-économique

18La classe politique comprend que chaque catastrophe est une occasion précieuse de démontrer sa proximité avec les citoyens chiliens, d’assouplir les animosités et de parvenir à des accords. En ce sens, on constate dès le premier tremblement de terre une grande complicité entre la presse et la sphère politique.

  • 36 Comme l’indique Jesús Martín-Barbero, « Là où les faits ne parviendraient pas à parler, c’est alors (...)

19En 1939, la presse souligne la manière dont tous les partis se sont rendus à La Moneda pour proposer au ministre de l’Intérieur leur coopération tandis que chacun, en parallèle, préparait ses convois sanitaires destinés à la zone affectée. Des journaux comme El Ilustrado prêtent leurs colonnes aux partis pour leur permettre de communiquer avec leurs militants36. Le Parti conservateur publie par ce biais une tribune complète adressée à ses partisans :

  • 37 Ilustrado, 28 janvier 1939, p. 11.

« AUX CONSERVATEURS DU PAYS
Les partisans qui souhaitent contribuer par de l’argent ou des dons en nature pour soulager la situation des victimes du tremblement de terre doivent adresser leurs dons directement au parti où a été ouvert un registre spécial. À cet effet, le trésorier général du parti, don Carlos Lira Infante recevra quotidiennement ces dons dans les locaux du secrétariat général du parti37. »

  • 38 Selon Carla Rivera : « À partir des années 1960, on observe une tendance progressive à la démocrati (...)

20En 1960, la solidarité et l’unité politique des premiers jours s’expriment par le biais de certains signes adressés aux citoyens38 : la Chambre des députés siège dans le calme, en l’honneur des victimes, après que la session a été ouverte par le président de la République Jorge Alessandri. La Revista Ercilla justifie cet acte comme le premier d’une trêve politique officielle entre les deux partis, puisque dans un moment plutôt critique de la scène politique chilienne :

  • 39 Revista Ercilla, 29 juin 1960, 25-26.

« Tout le Chili explosa, comme un seul homme, dans le creuset généreux de la solidarité. Et, alors que l’organisation des secours et des aides se mettait en place, une trêve politique mit un frein à l’impétuosité, aux programmes et aux principes, à la poursuite de deux objectifs essentiels : le premier, l’aide d’urgence, et ensuite, la reconstruction du territoire dévasté39. »

21Pour concrétiser cette trêve, la gauche décide de paralyser certaines mesures adoptées quelques jours plus tôt contre le gouvernement, retirant notamment l’accusation constitutionnelle qu’elle avait elle-même présentée contre le ministre des Finances Roberto Vergara et le ministre du Travail Eduardo Gomien. La Revista Ercilla considère cela comme un excellent signe, puisque « distraire, et surtout faire obstruction avec des accusations odieuses et clairement politiques, signifierait finalement conspirer contre l’unité nationale, exaltée par les cataclysmes du sud ». Cette trêve évite aux partis de gauche un jugement moral, qui aurait sans doute eu lieu s’ils n’avaient adopté cette posture d’unité et de solidarité.

22Ces deux notions s’imposent dans les médias grâce à la participation de toutes les sphères du pouvoir et notamment des syndicats, des associations professionnelles et des entreprises. La presse fait son possible pour mettre en avant ce compromis. En 1939, El Mercurio et d’autres titres de presse impriment des pages entières sur lesquelles sont listées les aides envoyées par les organisations patronales, syndicales et sociales à destination des personnes dans le besoin. Les entreprises, et en particulier les grandes entreprises, s’emploient à démontrer leurs actes de solidarité. Ils font la publicité, non seulement de leurs dons, mais aussi de l’utilité de leurs propres produits dans le contexte de la catastrophe. Il faut préciser toutefois qu’à partir des années 1960, seules les grandes entreprises peuvent se permettre d’utiliser les espaces médiatiques. Celles-ci acquièrent le monopole de l’exhibition de leurs actes de solidarité, les syndicats et autres organisations ne pouvant plus suivre le rythme en raison du coût que cela implique.

  • 40 Pour approfondir sur le rôle et la manière dont les entreprises ont tiré profit de ce tremblement d (...)

23La conséquence de cette rupture est particulièrement visible lors du tremblement de terre de 2010 où, à la différence des autres séismes, les entreprises interviennent en tant qu’acteurs reproducteurs du discours officiel de solidarité et d’unité, par le biais de leurs propres produits et services40. Jusqu’alors, les entreprises avaient plutôt été des acteurs de l’ombre. Si l’on compare le rôle des entreprises lors de catastrophes plus anciennes comme celles de 1906, 1928 et 1939, on voit qu’il s’agissait davantage de charité et de se « mettre à disposition » des autorités pour l’intérêt général que de proposer une vision.

  • 41 El Mercurio, 20 août 1906.
  • 42 El Mercurio, 2 décembre 1928.

24En 1906, une publicité de la liqueur Torpedo : « GRAND TREMBLEMENT DE TERRE ! À cause de l’épouvantable catastrophe, le peuple a beaucoup souffert, et la SEULE LIQUEUR […] qui puisse calmer les nerfs est TORPEDO41. » En 1928, nous trouvons des inserts publicitaires d’entreprises qui profitent du séisme pour faire la publicité de leurs produits, comme c’est le cas des pâtisseries Remis Clar : « DERNIÈRE MINUTE. Effets du séisme. Pour toutes les personnes qui désirent dormir tranquilles, passez aux pâtisseries réputées Remis Clar42. »

25Les entreprises agissent selon les conséquences des séismes, mais toujours régies par les indications des autorités et en prenant en compte la morale et la légalité. Jusqu’en 1985, on peut apprécier un style semblable dans les textes et les images utilisées par les publicitaires. La chaîne de supermarchés Monserrat, après le tremblement de terre du 3 mars, diffuse dans un petit encadré l’annonce suivante, promouvant sa marque mais dans un esprit collaboratif :

  • 43 Las Últimas Noticias, 8 mars 1985, p. 5.

« Cher client : AIDEZ-NOUS À AIDER LE CHILI. Tout sert… à ceux qui ont tout perdu. Apportez dès que possible votre contribution à votre supermarché Montserrat […]43. »

  • 44 Le néolibéralisme s’est installé avec force au Chili justement après le tremblement de terre de 198 (...)
  • 45 La Tercera, 6 mars 2010, p. 47.

26En revanche, à partir de 2010, date à laquelle le modèle néolibéral est installé dans toute sa splendeur et légitimé par la démocratie elle-même44, l’entreprise décide d’apparaître sans se draper des apparences de la charité, et de prendre part aux discours associés à la solidarité et à l’unité. Le marché est devenu un lieu de médiation non seulement économique mais aussi politique. La catastrophe devient prétexte pour promouvoir un discours et montrer une image positive de l’entreprise, sans fard, via des publicités dans les journaux. L’un des groupes les plus importants du Chili, Copec, propriétaire de nombreuses marques, publie dans les jours suivant le séisme une page complète pour motiver les Chiliens : « DEBOUT LE CHILI. Plus unis, plus forts, plus solidaires, plus Chiliens que jamais45. »

Image 2. Page complète de publicité : La Tercera, 6 mars 2010, p. 47

Image 2. Page complète de publicité : La Tercera, 6 mars 2010, p. 47
  • 46 « Le sentimentalisme, après tout, est le seul véhicule de changement social qui, à la différente d’ (...)

27Les entreprises comprennent qu’elles peuvent se présenter ouvertement comme vectrices de solutions, par l’utilisation d’un discours « sentimentaliste46 ». En ce sens, il n’est pas étonnant que la compétition entre entreprises se soit aussi portée sur le terrain médiatique, à celui qui se montrerait le plus proche du discours de la « chilenité », à celui qui se montrerait le plus solidaire, le plus unificateur. Nous pensons que cette entrée en scène de l’entreprise fut possible grâce à l’image de responsabilité sociale que le secteur patronal avait réussi à forger dans les années précédentes, par le contrôle des médias et le système économique en lui-même, élevant l’idée d’« entreprenariat » au rang de valeur au sein de la société chilienne. Dans une lettre adressée au directeur du journal El Sur, la citoyenne Jennifer Romero demande par exemple aux entrepreneurs de faire preuve de responsabilité sociale :

  • 47 El Sur, 5 mars 2010, p. 25.

« Monsieur le directeur,
C’est le moment où apparaissent le meilleur et le pire de notre essence. La télévision nous montre des images terrifiantes, qui ne contribuent pas à calmer les esprits ni à saisir l’ampleur de la catastrophe, qui met aussi en évidence la solidarité de la société chilienne […] C’est le meilleur scénario pour que les entreprises démontrent leur responsabilité sociale et contribuent à la reconstruction des habitations et des infrastructures fondamentales47. »

28L’irruption de l’entreprenariat est considérée pour beaucoup comme une bonne chose, puisqu’il se présente telle une alternative efficace à l’incapacité de l’État d’assumer le coût de la reconstruction. Le président Piñera, troisième fortune du pays, invite le secteur privé à être un participant actif de ce processus, et ce dernier adhère, par le biais de la presse, au discours d’unité et de solidarité. Cependant, il est encore plus surprenant de constater que la première invitation aux entreprises est faite par la présidente socialiste Michelle Bachelet durant les dernières heures de son mandat. En effet, à la sortie du comité d’urgence auquel participent ses ministres et des représentants des forces armées et de l’Onemi, le Bureau national dédié aux situations d’urgence, la présidente invite, sans que cela soit perçu comme une contradiction, les entrepreneurs à se placer en première ligne : « au-delà d’informer de toutes les décisions qui ont été prises, [je veux] faire un appel à toutes les autorités, civiles et militaires, à tous les représentants du monde privé et des différentes institutions à se mettre à disposition pour collaborer à la multitude de tâches qui nous attendent48. »

  • 49 La publicité pour Duracell a été publiée dans le quotidien La Tercera du 7 mars 2010, p. 53. Celle (...)

Images 3 et 4. Pages complètes de publicités après le tremblement de terre de 201049

Images 3 et 4. Pages complètes de publicités après le tremblement de terre de 201049
  • 50 La publicité pour Banco Chile est publiée le 2 mars 2010 dans La Tercera, p. 19. Celle de Banco San (...)

Images 4 et 5. Pages complètes de publicités de banques après le tremblement de terre de 201050

Images 4 et 5. Pages complètes de publicités de banques après le tremblement de terre de 201050
  • 51 La Cuarta, « Crónica », 15 mars 2010.

29L’ample couverture médiatique accordée aux actions des entreprises est sans aucun doute facilitée par les liens existant entre les médias et ces groupes, tous membres d’une même « famille ». De fait, le groupe Copesa n’hésite pas à s’auto-attribuer en 2010 la meilleure note dans le journal qui lui appartient, La Cuarta, qui titre : « Un 7 [20/20] pour le groupe Copesa et ses associés51 ».

30Quand les réponses inversent les sens et les significations d’une action et les transforment, uniquement, en un événement médiatisé, nous sommes en présence d’un usage qui peut être politique ou expiatoire : « Le don est démonstratif quand il devrait être discret. Il est collectif quand il devrait être individuel. Il est programmé quand il devrait être spontané. Il rend heureux quand il devrait être pensé comme quelque chose de grave… » [Rozier, Pharabod, Martin, Heurtin et Cardon, 1999, p. 97]. S’est imposée ainsi l’image discursive d’une pratique qui n’a pourtant jamais été habituelle et qui n’existe pas hors des projecteurs des médias. Cet usage disproportionné de la notion de solidarité cache, au fond, une « illusion égalitaire pour maquiller le poids de l’inégalité » et le moyen de maintenir un statu quo dans la forme et l’ordre de la société [Fassin et Vázquez, 2005, p. 389-405].

31D’une certaine façon, ces collectes donnent lieu à une synchronisation des émotions collectives, favorisant de manière notable la gestion de la peur après une catastrophe [Virilio, 2005, p. 39]. Cette peur peut être utilisée dans de nombreux buts par ceux qui détiennent le pouvoir. Par exemple, pour créer des consensus politiques permettant après chaque séisme l’imposition de nouvelles lois [Klein, 2008]. On peut ainsi lister un grand nombre de mesures instaurées dans l’urgence et qui sont toujours en vigueur aujourd’hui. Citons, par exemple, la loi 1838 sur les logements ouvriers et la caisse de crédit hypothécaire (future Banco del Estado), promulguée après le tremblement de terre de 1906 ; ou la Loi 4563 qui autorise le président à établir des ordonnances générales contenant les normes de construction des bâtiments, après le séisme de 1928. Le vaccin contre la fièvre typhoïde fut également rendu obligatoire cette même année au prétexte d’éviter une autre catastrophe. En 1960 fut promulguée, entre autres, la Loi de sécurité intérieure de l’État.

  • 52 La Estrella de Valparaíso, 8 mars 1985, p. 4.
  • 53 Ricardo Lagos, « Chile respira profundo y encara la catástrofe », Clarín, Buenos Aires, 7 mars 2010
  • 54 [Revet et Langumier, 2013 ; Beck, 2001].

32On observe une tendance à utiliser « l’extraordinaire » ou « l’exceptionnel » pour justifier la mise en place d’un ordre bien durable au Chili, sous les encouragements de la presse : « Face à une catastrophe de cette magnitude, il n’y a plus qu’à espérer des mesures réellement exceptionnelles »52. L’idée s’impose que l’effort doit venir de tous, mais surtout des autorités, et que celui-ci est légitimé par le théâtre de ruines. Les mots de l’ancien président Ricardo Lagos après le tremblement de terre de 2010 montrent d’ailleurs que les choses n’ont pas particulièrement changé à ce niveau depuis la fin de la dictature militaire : « Ce que l’on sait est qu’un tremblement de terre exige des réponses immédiates face au désastre et nous obligera à des dépenses extraordinaires pour permettre le retour à la normalité »53. Comme l’indiquent Revet et Langumier : « Cette avalanche de dispositifs de gouvernement de la catastrophe a pour conséquence de normer l’exceptionnel et, en le routinisant, de le normaliser »54. Cette normalisation bénéficie aux intérêts privés et démontre la « vulnérabilité institutionnelle » de l’État au Chili [Merlinsky et Tobias, 2015], mais elle n’existe que grâce à la régularité des catastrophes dans le temps. Le paradoxe du cas chilien réside dans le fait que l’État lui-même s’est forgé grâce à elles.

  • 55 El Mercurio, 1er février 1939, p. 1.

33Après le désastre de 1939, El Mercurio publie le document dans lequel le gouvernement sollicite plus de 2000 millions de pesos au Congrès national pour affronter la reconstruction. Il espérait que le législateur autoriserait la négociation d’un crédit international55. D’une certaine manière, les autorités savent que ce pragmatisme, pour ne pas dire autoritarisme, dans les décisions justifiées par l’urgence, porte une violence implicite, puisque les excuses de l’« unité » et de la « solidarité » sont constamment mises en avant, comme on le voit dans le paragraphe introductif au projet de loi :

  • 56 El Imparcial, 1er février 1939, p. 1.

« Unis dans la communauté du malheur, tous les citoyens se trouvent absorbés par le désir commun de contribuer à la solution des problèmes gravissimes qui ont été générés par la catastrophe qui nous submerge et la représentation nationale ne pourra faire moins que contribuer à la cristallisation de cette aspiration56. »

34On retrouve des mots similaires en 2010 dans l’éditorial du même journal :

  • 57 El Mercurio, « Editorial », 28 février 2010, p. 3.

« Le Chili est en conditions d’aborder ces nécessités survivantes, ce qui demandera un effort de rationalisation que toute la population devra assumer avec un esprit solidaire. Celui-ci doit prévaloir face aux urgences présentes, face auxquelles les citoyens espèrent que les différences partisanes seront généreusement laissées de côté57. »

Conclusion

35L’« unité » et la « solidarité » ont opéré tout au long du xxe siècle, mais nous en observons toutefois un usage plus clair à partir de 1960. Ces notions telles qu’elles sont exprimées dans la presse invitent les citoyens à se sentir égaux face à la catastrophe, en même temps qu’elles propagent le discours de la classe politique [Arquembourg, 2011, p. 25]. Ces deux concepts submergent le ressenti de chacun dans une même grande souffrance, parce que l’exposition des pertes se collectivise et ce bien que les événements n’aient affecté qu’un pourcentage précis de la population. De telle sorte que l’égalité trouvée dans le souvenir de la fragilité a conduit ce discours à générer un sentiment identitaire.

36Ces notions d’unité et de solidarité ont pu de leur côté perdurer dans le temps dans la mesure où elles entretenaient un discours historique fondé sur l’effort et le dépassement de soi, qui s’était constitué au cours des siècles précédents [Onetto, 2017]. De ce point de vue, la reconnaissance de l’autre par la souffrance a permis une utilisation historique des catastrophes de manière à construire un récit historique de type consolant. Cela explique que l’expérience et le souvenir traumatique aient suivi un même chemin en différentes époques et que leurs souvenirs et valeurs de référence se reconnaissent grâce à cette expérience [Fassin et Rechtman, 2007].

37Cette identité, dans laquelle nous reconnaissons que la sphère médiatique a joué un rôle prépondérant, a acquis un pouvoir institutionnel qui, par conséquent, a été façonné pour être respecté [Silva, 2008, p. 171]. En effet, toute situation qui compromet l’image de solidarité et d’unité autour de la catastrophe – résumée, le plus souvent, sous l’expression « lo chileno », a été attaquée ou neutralisée par la presse. C’est à partir de cette lecture imposée que s’est formé, comme le dirait Lauren Berlant, « le cœur de la nation » et que se mesure le « sentimentalisme national » [Berlant, 2012, p. 12].

38En résumé, les discours autour de la catastrophe ont permis un « avènement collectif » – une déclaration – au-delà d’une identité nationale [Arquembourg, 2011, p. 31]. Pour ces raisons, on évoquera plutôt une identification [Brubaker et Cooper, 2000, p. 14], probablement due à la répétition des faits désastreux et la logique persuasive imposée par le monde politique, et non une identité construite sur des matérialités concrètes, des traditions et des droits communs et sur une série de pratiques sociales égalitaires.

Haut de page

Bibliographie

Arquembourg Jocelyne, L’Événement et les médias : les récits médiatiques des tsunamis et les débats publics (1755-2004), Paris, Éd. des archives contemporaines, 2011.

Beck Ulrich, La Société du risque : sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubier, 2001.

Berlant Lauren, El Corazón de la nación: Ensayos sobre política y sentimentalismo, Mexico, FCE, 2012.

Brubaker Rogers et Cooper Frederick, « Beyond “Identity” », Theory and Society, vol. 29, nº 1, 2000, p. 1-47.

Clavandier Gaëlle, La Mort collective, Paris, CNRS Éd., 2004.

Coleman Roy et Sim Joe, « “You’ll Never Walk Alone”: CCTV Surveillance, Order and Neo-liberal Rule in Liverpool City Centre », British Journal of Sociology, vol. 51, no 4, 2000, p. 623-639.

Fassin Didier et Rechtman Richard, L’Empire du traumatisme : enquête sur la condition de victime, Paris, Flammarion, 2011.

Fassin Didier et Vázquez Paula, « Humanitarian Exception as the Rule: The Political Theology of the 1999 Tragedia in Venezuela », American Ethnologist, vol. 32, no 3, 2005, p. 389-405.

Fuentes Lorca Lissette et Shüller Vidal Úrsula, La política social de Mercalli: El terremoto y la oportunidad de los empresarios, Santiago, Ceibo Ediciones, 2014.

Garate Manuel, La revolución capitalista de Chile (1973-2003), Santiago, Editorial Universidad Alberto Hurtado, 2012.

Gilbert Claude, Le Pouvoir en situation extrême : catastrophes et politique, Paris, l’Harmattan, 1992.

Hardy Sébastien, « Destruction, déplacement, polémique et politique : Managua, capitale immobile », Cahiers des Amériques latines, no 43, 2003, p. 143-162.

Jeudy Henry-Pierre., Le Désir de catastrophe, Dijon, Circé, 2010.

Jocelyn-Holt Alfredo, El peso de la noche: Nuestra frágil fortaleza histórica, Santiago, Planeta /Ariel, 1997.

Klein Naomi, La Stratégie du choc : la montée d’un capitalisme du désastre, Toronto, Léméac/Actes Sud, 2008.

Lacapra Dominick, Writing History, Writing Trauma, Baltimore, Johns Hopking University Press, 2001.

Lindell Michael, « Disaster Studies », Current Sociology, no 61, 2013, p. 797-825.

Manns Patricio, Los terremotos chilenos, Santiago, Editorial Quimantú, 1972.

Martin Jean-Clément, « Mémoire et oubli pour un autre régime d’historicité », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 47, no 4, 2000, p. 783-804.

Martín-Barbero Jesús, Comunicación masiva: discurso y poder, Quito, Ciespal, 2009.

Mattelart Armand, Piccini Mabel et Mattelart Michele, Los medios de comunicación de masas: la idiología de la prensa liberal en Chile, Buenos Aires, El Cid, 1970.

Merlinsky María Gabriela et Tobias Melina Ayelén, « Inundaciones en Buenos Aires. ¿Cómo analizar el componente institucional en la construcción social del riesgo? », L’Ordinaire des Amériques, no 218, 2015. Disponible sur : http://orda.revues.org/1885 ; DOI : 10.4000/orda.1885

Ministerio Relaciones Exteriores de Chile, « Chile Somos Todos », no 85, janvier-mars 2011.

Mhn, Terremotos en Chile: Valparaíso, Chillán, Valdivia, Santiago, Origo, 2009.

Oliver-Smith Anthony, « Theorizing Disasters: Nature, Power and Culture », in Susanna Hoffman et Anthony Oliver-Smith (dir.), Catastrophe & Culture: the Anthropology of Disaster, Santa Fe, School of American Research Press, 2002.

Onetto Mauricio, Temblores de tierra en el Jardín del Edén: Desastre, memoria e identidad en Chile, siglos xvi-xviii, Santiago, Centro de Investigaciones Diego Barros Arana, Dibam, 2017.

Oyanedel Regina et Alarcón Claudia, « Reflexiones y desafíos », Cuadernos, no 26, 2010, p. 115-122.

Quarantelli Enrico, « The Nature of Conditions of Panic », American Journal of Sociology, no 60, 1954, p. 265-275.

Quéré Louis, « Entre fait et sens, la dualité de l’événement », Réseaux, no 139, 2006, p. 183-218.

Revet Sandrine et Langumier Julien, Le Gouvernement des catastrophes, Paris, Karthala, 2013.

Revet Sandrine, Anthropologie d’une catastrophe, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2007.

Rey Nicolas, « Anthropologie du risque urbain dans les laderas de Cuzco (Pérou) », Cahiers des Amériques latines, no 46, 2004, p. 133-149.

Riesel René et Semprun Jaime, Catastrophisme, administration du désastre et soumission durable, Paris, Éd. de L’Encyclopédie des Nuisances, 2008.

Riquelme Alfredo, « El debate ideológico acerca de las Comunicaciones de Masas en Chile: 1953-1973 », CÉNECA, 1984.

Rivera Carla, « La verdad esta en los hechos: una tensión entre objetividad y oposición, radio cooperativa en dictadura », Historia, vol. 1, no 41, 2008, p. 78-98.

Roca Andrea, « Catástrofe, violência e estado de exceção: memórias de insegurança urbana após o terremoto de 2010 na cidade de Concepción, Chile », thèse de magister, Facultad de Filosofía, Letras e Ciencias Humanas, Universidad de Sao Paulo, 2014.

Rodríguez Velazquez Daniel, « El derecho a la vivienda y fallidas estrategias posdesastre en México », Bulletin de l’Institut français d’études andines, vol. 43, no 3, 2014, p. 483-506.

Rodríguez Rosa et Martín María Ángeles, « Periodismo de catástrofes: el 11 de septiembre, Análisis del suceso y experiencias vividas », Ámbitos, numéro spécial 9-10, second semestre 2002-année 2003, p. 567-596.

Rozier Sabine, Pharabod Anne-Sylvie, Martin Olivier, Heurtin Jean-Philippe et Cardon Dominique, « Les formats de la générosité : trois explorations du Téléthon », Réseaux, vol. 17, no 95, 1999, p. 15-105.

Santa Cruz Eduardo, Prensa y Sociedad, Santiago, Ed. Universitaria, 2014.

Santa Cruz Eduardo, Modelos y estrategias de la prensa escrita en procesos de modernización; Chile siglo xx, Santiago, Universidad Arcis, Centro de Investigaciones Sociales, 1996.

Silva Bárbara et Riquelme Alfredo, « Una identidad terremoteada », Revista de Historia Iberoamericana, 2011.

Silva Bárbara, Identidad y Nación entre dos siglos, Santiago, LOM, 2008.

Sunkel Guillermo, El Mercurio: 10 años de educación político-ideológica, 1969-1979, Texas, Instituto Latinoamericano de Estudios Transnacionales, 1982.

Van Dijk Teun, La noticia como discurso, Barcelona, Paidós, 1990.

Vásquez Lezama Paula, « De la tragédie collective à l’individuation du malheur : l’expérience de fin de légitimité de la condition de victime des sinistrés de la catastrophe La Tragedia (1999) au Venezuela », Anthropologie et Sociétés, vol. 33, no 3, 2009, p. 193-210.

Virilio Paul, L’Accident originel, Paris, Galilée, 2005.

Haut de page

Notes

1 Les élites en Amérique latine utilisent constamment les catastrophes pour mettre en place des politiques qui leur sont favorables. Cf. Hardy [2003].

2 Le sujet de la souffrance et l’idée d’être victimes, en tant que stratégie discursive, ont été présents dans la communication politique depuis l’arrivée des conquérants espagnols sur le territoire chilien, jusqu’à nos jours [Onetto, 2017]. Cette condition de « victimes » n’est pas conditionnée ni par des circonstances ni par des dispositions morales. Cf. Vásquez Lezama [2009]. N’y interviennent pas non plus ni conceptions religieuses ni traditions comme dans d’autres régions d’Amérique, notamment au Pérou, où cela a divisé la population [Rey, 2004].

3 Pour en savoir plus sur les groupes d’entreprises qui furent liés aux médias au cours du dernier siècle, cf. Sunkel [1982, p. 57] ; Mattelart, Piccini et Mattelart [1970] et Santa Cruz [1996, p. 39].

4 L’identité sera considérée, comme le font Brubaker et Cooper, comme une catégorie de pratiques et d’analyse, utilisée pour donner du sens aux activités communes, distinguer les groupes, et persuader que les aspirations collectives sont les mêmes pour tous, justifiant certaines lignes d’action [Brubaker et Cooper, 2000, p. 5].

5 El Mercurio, 29 janvier 1939, p. 19.

6 « Mon problème, c’est de savoir comment les hommes se gouvernent (eux-mêmes et les autres) à travers la production de vérité […] Par production de vérité, je n’entends pas la production d’énoncés vrais, mais l’aménagement de domaines où la pratique du vrai et du faux peut être à la fois réglée et pertinente » [cité par Foucault in Fassin et Rechtman, 2007, p. 16]. Cette « production de vérité » est une arme de pouvoir, un véritable capital [Martín-Barbero 2009, p. 194].

7 Les discours sur les catastrophes sont ceux qui permettent une réorganisation des discours politiques et de l’action des politiques elle-même dans les sociétés modernes. Cf. l’introduction au dossier [« Le temps des catastrophes », 2008, p. 7].

8 La radio arrive au Chili dans les années 1920, mais elle met plus de 10 ans à acquérir un impact médiatique. De son côté, la télévision commence à se développer dans les années 1950 mais ne s’installe dans les foyers qu’après 1960. Pour de plus amples références historiques sur la presse, cf. les travaux de Santa Cruz [2014] et Silva [2008].

9 À l’heure actuelle, 90 % des médias de presse au Chili sont contrôlés par deux grands groupes : « El Mercurio Sociedad Anónima Periodística » (El Mercurio S.A.P.) et « Copesa » (Consorcio Periodístico Sociedad Anónima), présents tout au long du xxe siècle. Sur la concentration des médias en Amérique latine, cf. Martín-Barbero [2009, p. 186 et suivantes].

10 Le Mercurio est le journal le plus cité en raison de son influence au niveau national dès le début du xxe siècle. De nombreux autres journaux reprenaient ses informations, en partie parce qu’ils appartenaient au même groupe. Nous avons donc préféré à plusieurs occasions utiliser la source originale. Nous avons également inclus quelques revues informatives lorsqu’elles jouaient un rôle politique important à l’époque, comme la revue ZigZag et Ercilla.

11 À l’exception de 1960 où le climat était plus politisé en raison de la guerre froide et où certains journaux de gauche, comme El Siglo, critiquèrent l’action du gouvernement de droite de l’époque.

12 Le contexte et la réception de ces discours ne font pas partie de l’analyse.

13 Quelques travaux traitant des conséquences de ces séismes : MHN [2009] et Manns [1972].

14 El Imparcial, 5 décembre 1928.

15 El Mercurio, 26 janvier 1939, p. 15.

16 El Mercurio, 28 janvier 1939, p. 15.

17 Ilustrado, 26 janvier 1939, p. 1.

18 Las Últimas Noticias, 8 mars 1985, p. 5.

19 Comme le démontre Teun Van Dijk, les personnes appartenant à l’élite sont généralement considérées plus fiables par les medias [Dijk, 1990, p. 130]. De leur côté, comme l’a étudié Claude Gilbert, les autorités privilégient ces opérations de visibilité car ces situations leur donnent l’occasion d’apporter la preuve de leurs capacités et sont une base de légitimation [Gilbert, 1992, p. 15 et 248].

20 Berlant, El Corazón de la nación, p. 12.

21 El Imparcial, 3 décembre 1928.

22 Revista Crack, 3 février 1939.

23 Revista Zig Zag, 27 mai 1960, p. 23.

24 La Segunda, 3 mars 1986, p. 4.

25 Un débat eut lieu dans les cercles intellectuels chiliens pendant toute la première moitié du xxe siècle et jusqu’aux années 1960 sur la particularité des Chiliens – en raison de leur sang et de leurs origines européennes – vis-à-vis des indigènes et leurs voisins d’Amérique latine. Le concept de « race chilienne » est apparu dans une série de discussions publiques et d’écrits à l’impact national. Le principal promoteur de ce nationalisme exacerbé fut l’écrivain Nicolas Palacios qui publia en 1904 son livre Raza chilena.

26 El Imparcial, 3 décembre 1928, p. 18.

27 Ilustrado, 27 janvier 1939, p. 10.

28 El Mercurio, 28 janvier 1939, p. 18.

29 Revista Ercilla, 25 mai 1960, p. 2.

30 La Tercera, 6 mars 1985, p. 8.

31 Las Últimas Noticias, 5 mars 1985, p. 9.

32 El Llanquihue, 4 février 1939, p. 2.

33 Un travail pointu sur le sujet de la violence en 2010 est celui de Roca [2014]. À titre de comparaison, le sujet de la violence et des pillages a été étudié par les Disaster Studies, cf. Quarentelli [1954] et Lindell [2013].

34 Il ne s’agit pas d’une particularité chilienne. On rencontre des situations similaires après une tragédie tout au long du continent latino-américain, comme par exemple en 1999 après les tragiques inondations au Venezuela. Pour Sandrine Revet, ces pillages font partie d’une inégalité instaurée, « la continuité des situations sociales ordinaires » [Revet, 2007, p. 132]. L’auteur analyse également la manière dont ces événements ont été traités par la presse [2007, p. 139].

35 The Clinic, 7 mars 2010. Disponible sur : http://www.theclinic.cl/2010/03/07/juan-emilio-cheyre-ex-comandante-en-jefe-%E2%80%9Chabia-temor-de-entregarle-el-mando-al-ejercito%E2%80%9D/ (révisé le 7 janvier 2017).

36 Comme l’indique Jesús Martín-Barbero, « Là où les faits ne parviendraient pas à parler, c’est alors cette autre nature qui parle, que l’on appelle l’“opinion publique” » [Martín-Barbero, 2009, p. 200].

37 Ilustrado, 28 janvier 1939, p. 11.

38 Selon Carla Rivera : « À partir des années 1960, on observe une tendance progressive à la démocratisation de la communication, qui conduit à ce qu’en 1973, on comptait un système de communications pluriel et ouvert à tous les secteurs de l’opinion » [Rivera, 2007]. Cf. Riquelme [1984].

39 Revista Ercilla, 29 juin 1960, 25-26.

40 Pour approfondir sur le rôle et la manière dont les entreprises ont tiré profit de ce tremblement de terre, voir le travail des journalistes Fuentes Lorca et Shüller [2014].

41 El Mercurio, 20 août 1906.

42 El Mercurio, 2 décembre 1928.

43 Las Últimas Noticias, 8 mars 1985, p. 5.

44 Le néolibéralisme s’est installé avec force au Chili justement après le tremblement de terre de 1985. Sur ses influences et son développement historique, cf. Gárate [2012].

45 La Tercera, 6 mars 2010, p. 47.

46 « Le sentimentalisme, après tout, est le seul véhicule de changement social qui, à la différente d’autres rhétoriques révolutionnaires, ne produit pas plus de douleur ni ne nécessite trop de valeur » [Berlant, 2012].

47 El Sur, 5 mars 2010, p. 25.

48 El Mostrador, 28 février 2010, disponible sur : http://www.elmostrador.cl/noticias/pais/2010/02/28/gobierno-decreta-estado-de-catastrofe-en-el-maule-y-bio-bio/ (révisé le 7 janvier 2017).

49 La publicité pour Duracell a été publiée dans le quotidien La Tercera du 7 mars 2010, p. 53. Celle pour Claro apparaît dans le même journal, le jour précédent, p. 7.

50 La publicité pour Banco Chile est publiée le 2 mars 2010 dans La Tercera, p. 19. Celle de Banco Santander le 4 mars, en p. 25 du même journal.

51 La Cuarta, « Crónica », 15 mars 2010.

52 La Estrella de Valparaíso, 8 mars 1985, p. 4.

53 Ricardo Lagos, « Chile respira profundo y encara la catástrofe », Clarín, Buenos Aires, 7 mars 2010.

54 [Revet et Langumier, 2013 ; Beck, 2001].

55 El Mercurio, 1er février 1939, p. 1.

56 El Imparcial, 1er février 1939, p. 1.

57 El Mercurio, « Editorial », 28 février 2010, p. 3.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1. Une du journal Diario Concepción, 6 octobre 2013
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/8623/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Image 2. Page complète de publicité : La Tercera, 6 mars 2010, p. 47
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/8623/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Images 3 et 4. Pages complètes de publicités après le tremblement de terre de 201049
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/8623/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/8623/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Images 4 et 5. Pages complètes de publicités de banques après le tremblement de terre de 201050
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/8623/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/8623/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mauricio Onetto Pavez, « L’utilisation politique de la catastrophe dans les médias : Chili, 1906-2010 », Cahiers des Amériques latines, 87 | 2018, 161-180.

Référence électronique

Mauricio Onetto Pavez, « L’utilisation politique de la catastrophe dans les médias : Chili, 1906-2010 », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 87 | 2018, mis en ligne le 25 octobre 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cal/8623 ; DOI : 10.4000/cal.8623

Haut de page

Auteur

Mauricio Onetto Pavez

Mauricio Onetto Pavez est docteur et titulaire d’un master en histoire et civilisations de l’EHESS de Paris. Il est enseignant-chercheur à l’Universidad Autónoma du Chili. Il dirige des recherches (projets Fondecyt-Conicyt) financés par l’ État chilien et dirige le réseau international RED GEOPAM. Il travaille actuellement sur le détroit de Magellan et son importance géopolitique et cosmographique dans la formation de l’Amérique et de l’ordre moderne au xvie siècle. Il a notamment publié Temblores de tierra en el jardín del edén: desastre, memoria e identidad, Chile, siglos xvi-xviii (Dirección de Bibliotecas, Archivos y Museos, 2017).

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals