Navigation – Plan du site
Études

Les relations Venezuela-Cuba : au-delà des discours, du poids de l’histoire et des réalités étatiques (1958-2015)

Las relaciones entre Cuba y Venezuela: el peso de las realidades históricas y estatales (1958-2015)
Cuba and Venezuela’s relationship: a diplomatic history of state’s realities (1958-2015)
Xavier Calmettes
p. 181-198

Résumés

L’étude de la situation politique extérieure du Venezuela et de Cuba est rendue difficile par l’extrême polarisation de ce terrain d’enquête. Les travaux de la plupart des chercheurs insistent sur la rupture que représenterait le chavisme dans l’histoire diplomatique bilatérale. Les condamnations répétées de Rómulo Betancourt, Jaime Lusinchi ou Rafael Caldera contrastent avec les déclarations d’amitié prononcées par les présidents de la Ve République. Des accords bilatéraux et régionaux ont été conclus entre Cuba et le Venezuela (Petrocasas, Misión Milagro, Alba…). Ils ont permis à l’État cubain de trouver des ressources financières et de sortir de l’isolement diplomatique des années 1990. Richard Gott, Gregory Wilpert ou Claudio Katz décrivent la naissance d’un nouveau type de relation bilatérale qui ne serait plus défini par les égoïsmes nationaux mais par l’idéologie politique des acteurs. Nous montrerons comment l’alliance entre le mouvement chaviste et Cuba a été construite et déterminée par d’importants enjeux géostratégiques.

Haut de page

Notes de la rédaction

Texte reçu le 29 septembre 2016, accepté le 25 mai 2017.

Texte intégral

1Les relations entre le Venezuela et Cuba ont été l’objet de nombreuses études universitaires, journalistiques ou politiques. Ces travaux insistent sur la rupture que représenterait le chavisme dans l’histoire diplomatique du pays. Notre propos est au contraire d’identifier les continuités qui existent depuis 1958. Certes, les dirigeants de la IVe (1958-1999) et de la Ve République (depuis 1999) vénézueliennes se distinguent par leur volonté affichée d’entretenir des rapports très différents avec le régime issu de la révolution cubaine. Et les condamnations répétées de Rómulo Betancourt, de Jaime Lusinchi ou de Rafael Caldera, contrastent avec les déclarations d’amitié prononcées par les deux présidents de la Ve République, Hugo Chávez et Nicolas Maduro, à l’égard du régime cubain [Alexander, 1982, p. 544 ; Valecillos Vásquez, 2014, p. 113-124, 220].

2Au niveau international, les réformes initiées par Hugo Chávez ont changé le rapport entretenu entre Cuba et le reste de l’Amérique latine. L’élection du président vénézuélien s’est inscrite dans une vaste remise en cause de la politique étasunienne dans les pays situés au sud du Río Grande. En Bolivie, en Équateur, au Brésil, au Nicaragua, au Honduras (jusqu’en 2009) et en Argentine, des présidents issus de la gauche ou du centre-gauche ont été élus. Ils n’ont plus contesté la légitimité du gouvernement cubain et ont refusé la création d’une zone de libre-échange entre les pays américains du nord et du sud.

3Des accords bilatéraux et régionaux ont été conclus avec Cuba, ce qui lui a permis de trouver des ressources financières et de sortir de l’isolement diplomatique des années 1990. En échange, l’île a contribué à l’amélioration des indicateurs sociaux de certains de ces nouveaux gouvernements en envoyant des milliers de techniciens et de médecins dans des zones dépourvues de services publics. Une alliance internationale, L’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (ALBA), fut créée et regroupe aujourd’hui le Venezuela, la Bolivie, l’Équateur, le Nicaragua ainsi que plusieurs îles des Caraïbes (Antigua et Barbuda, la Dominique, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, la Granada, Saint Christophe et Nièves, Sainte-Lucie). Elle a pour but de favoriser les coopérations interétatiques. Les programmes comme Petrocasas, Petrocaribe et Banco del Alba ont été lancés, dans une large mesure, grâce à la coopération Venezuela-Cuba.

4Ce changement de cap politique et symbolique a suscité des réactions opposées de rejet ou d’adhésion. Les journalistes et des chercheurs qui désiraient soutenir ou critiquer les politiques menées ont proposé des interprétations psychologiques ou interpersonnelles de ce rapprochement. Le charisme d’Hugo Chávez et de Fidel Castro ainsi que la polarisation politique à l’œuvre au Venezuela et entre Cubains ont contribué à ce type d’approches. Teodoro Petkoff a critiqué une alliance qui serait fondée sur une relation plus affective que politique, née de la rencontre de deux Chefs d’État [Gyldén, 2005]. Richard Gott, chercheur favorable au chavisme, dédia un chapitre de son ouvrage à la rencontre de baseball entre Hugo Chávez et Fidel Castro en 1999, symbole, selon lui, du début d’une alliance désintéressée entre les deux États [Gott, 2005, chap. 1].

5Malgré quelques travaux éclairants de chercheurs [D’Elia et Cabezas, 2008 ; España, 2013], l’absence de statistiques et d’évaluations officielles fiables de l’impact des missions et la difficulté à obtenir des chiffres crédibles de sources indépendantes ont contribué à favoriser ce type d’ouvrage et à alimenter un discours politique conspirationniste. Ainsi, certains dirigeants politiques vénézuéliens de premier plan comme Ismael García, fondateur du parti politique Avanzada progresista, dénoncent régulièrement « l’impérialisme cubain » [García, 2015] alors même que les Cubains manifestent de très vives inquiétudes vis-à-vis de leur dépendance pétrolière à l’égard de Caracas [Pavel, 2014].

6Les déclarations de ce type d’acteurs ont des objectifs de politique intérieure et de mobilisation de leurs soutiens politiques dont il convient de se détacher. Comme le signalaient Julien Rebotier et Sandrine Revet à ce sujet :

« Entre une science idéologisée et l’illusion d’une neutralité péremptoire et sans appel, il est nécessaire d’investir tout le champ de la nuance, d’éclairer les contextes et leur pertinence et d’adopter un certain décentrement par rapport aux productions médiatiques » [Rebotier et Revet, 2006, p. 22].

  • 1 Les deux auteurs sont proches du régime castriste. Luis Báez fut un journaliste cubain de premier p (...)

7Dans ce contexte polarisé [Brosner, 2011 ; Yanez, 2005 ; Piccone et Trikunas, 2014], les travaux de Jean-Jacques Kourliandsky [2004], de Rafael Duarte Villa [2000, 2004] et de Carlos A. Romero [Gratius et Romero, 2013 ; Romero, 2006, 2010, 2013], analysent les relations internationales dans la région avec une approche plus académique et permettent de mieux comprendre les enjeux diplomatiques et économiques de cette relation. Le livre, peu exploité, de Luis Báez et Rosa Miriam Elizalde1 [2005] révèle également des sources d’archives et des témoignages de premier plan au sujet de la genèse de cette alliance. Ces études mettent en exergue le réalisme politique qui a guidé l’action publique dès 1992.

8Jusqu’à présent, les chercheurs se sont particulièrement intéressés aux aspects matériels (missions, échanges financiers et pétroliers…) et aux implications politiques de cette relation jugée « exceptionnelle ». Or, il s’agit justement de la justification qu’ont voulu donner Hugo Chávez et Fidel Castro. Contrairement à ce type de visions, qui insistent sur une lecture en termes de « rupture » de l’histoire vénézuélienne, nous soulignons les continuités qui existent depuis 1958 dans la relation entre les deux pays. Nous démontrerons que le rapprochement des deux États n’était pas dénué de fondements historiques, de jeux géostratégiques et que les accords politiques signés au début des années 2000 répondaient aux nécessités économiques et sociales des deux États. Ce changement de perspective nous permettra de conclure sur les évolutions rapides de la situation actuelle.

La gauche vénézuélienne et la révolution cubaine : le poids de l’histoire (1958-1992)

9En 1958, la révolution cubaine se trouvait déjà au centre des discussions politiques vénézuéliennes. Le renversement de la dictature de Pérez Jiménez, en janvier 1958, eut lieu un an avant celle de Fulgencio Batista. Les démocrates vénézuéliens concevaient la lutte contre la dictature cubaine comme nécessaire pour consolider les démocraties sociales du continent. Une vague de fond devait emporter les régimes autoritaires de la région. Le gouvernement provisoire vénézuélien de Wolfgang Larrazábal apporta une aide médiatique et militaire au Mouvement du 26 juillet qui semblait devoir annoncer une alliance entre les deux États. En décembre 1958, un avion C-46 livra une importante quantité d’armes achetées par les gouvernements vénézuélien et costaricain pour la guérilla. La cargaison était destinée à préparer l’offensive finale contre l’armée loyaliste. Une chaîne de radio continentale, qui diffusait les programmes de Radio Rebelde : la Cadena de la libertad, a été créée à Caracas. De grandes collectes de fonds furent organisées par les Vénézuéliens pour soutenir le Mouvement du 26 juillet. C’est pourquoi, après la victoire de janvier 1959, Fidel Castro réserva sa première visite officielle au Venezuela où il fut reçu avec tous les honneurs par le Parlement et la population. La délégation cubaine qui accompagnait le chef du Mouvement du 26 juillet mit plusieurs heures à relier l’aéroport de Maiquetía à Caracas en raison de l’immense foule venue l’acclamer et qui bloquait la route. 300 000 personnes assistèrent à la Plaza Area del Silencio (Altamira) au discours de Fidel Castro. Le quotidien El Nacional affirma qu’« aucun hôte n’aurait été mieux indiqué que lui [F. Castro] pour partager avec notre peuple la fête de la liberté que nous célébrons en ce 23 janvier » [Imprenta El País, 1959, p. 1]. La Esfera déclara qu’« un motif supplémentaire de l’orgueil vénézuélien est que parmi nous se trouve notre frère, Fidel, éternel universitaire et guérillero, qui a enflammé par son exploit le cœur de la démocratie américaine » [Imprenta El País, 1959, p. 1]. Deux des principaux partis, la Unión Republicana Democrática (URD) et Acción Democrática (AD), entretenaient des liens étroits avec le nouveau régime. Ces deux partis détenaient la majorité au Parlement et par la voix de Domingo Alberto Rangel, ils rendirent un hommage appuyé à Fidel Castro. Le Parlement était heureux de recevoir « un fils du Venezuela », « un héros […] peut-être l’unique héros que l’Amérique latine ait connu depuis le temps des libertadores » [Báez, 2007, p. 3].

10Une grande partie des membres d’AD et de l’URD étaient favorables à une alliance avec Cuba afin d’instaurer une démocratie sociale et éviter l’ingérence des États-Unis. Mais Rómulo Betancourt, le premier président élu de la ive République, s’opposa à son parti. Lors de la visite du 23 janvier 1958, il envisagea de prétexter un voyage à l’intérieur du pays pour éviter de rencontrer Fidel Castro. Ce n’est que sous la pression de son parti qu’il accepta finalement de se réunir avec lui [Portillo, 1981, p. 37]. L’inimitié réciproque exprimée en privé par les deux dirigeants au cours de la rencontre recoupait une divergence de conception politique [Calmettes, 2013, p. 313]. La stratégie cubaine de confrontation avec les États-Unis s’opposait à celle de conciliation de Rómulo Betancourt.

11Ce dernier exclut, progressivement, les tendances qui lui étaient contraires. Les divergences grandissantes entre l’organisation de jeunesse d’AD et celle du gouvernement conduisirent à une scission et la création du Movimiento Izquierda Revolucionaria (MIR) le 9 avril 1960. L’un des quatre points qui justifiait la séparation de la jeunesse d’AD du courant majoritaire était la position du gouvernement vénézuélien envers La Havane. De même, la rupture de l’alliance entre l’AD et l’URD s’expliquait par les divergences grandissantes entre Rómulo Betancourt (AD) et son ministre des Affaires étrangères, Luis Arcaya (URD), au sujet de la révolution cubaine. Une anecdote assez révélatrice des tensions qui secouaient le gouvernement vénézuélien au début des années 1960 fut donnée par un ancien haut fonctionnaire, Simón Alberto Consalvi, qui se rappelait que :

  • 2 L’expression de Rómulo Betancourt est : “Bueno, dígale que venga por 10 horas o una vaina así”.

« L’antipathie personnelle entre Rómulo Betancourt et Fidel Castro était déjà de notoriété publique […] Dorticós [président de la République cubaine] allait visiter Caracas après Buenos Aires et, au dernier moment, Betancourt s’opposa à la visite. Cela provoqua une crise que tu ne peux pas t’imaginer […] Alors Arcaya m’a envoyé à Caracas pour convaincre Betancourt […] Finalement, Betancourt me dit : “ça va dis-lui qu’il vienne pour 10 heures ou un truc de ce genre”2 » [Morales et Otero, 2013, p. 44].

12La rupture intervint lors de la réunion de l’Organisation des États américains (OEA) de San José (Costa Rica), en octobre 1961. Luis Arcaya refusa de parapher le communiqué final condamnant Cuba alors que Rómulo Betancourt souhaitait signer le document. L’URD retira son soutien au gouvernement.

  • 3 Fabricio Ojeda a été membre de la tendance favorable à la lutte armée au sein du Parti communiste v (...)

13La situation politique des deux pays, qui connaissaient des changements institutionnels importants, avait contribué à la création de réseaux entre organisations de gauche qui ont perduré au début des années 1990. Malgré l’éloignement du gouvernement de l’URD, du Parti communiste du Venezuela (PCV) et du MIR, ces organisations politiques gardaient une base militante active et conservaient leurs liens avec l’île. Ils formaient une culture politique concurrente pour laquelle la révolution cubaine était une référence importante. Cuba fournit à ces groupes un soutien logistique et militaire jusqu’au début des années 1970. Des ouvrages ont relevé le rôle joué à partir de 1960-1961 par les puissances étrangères (notamment Cuba et la République dominicaine) dans les troubles qui agitèrent alors le Venezuela [Tarver, 2001 ; Betancourt, 1962, p. 318 ; Gáffaro, 2006]. Le Carupanazo et le Porteñazo de 1962, deux soulèvements armés qui visaient à renverser le gouvernement de Caracas, étaient une réponse de Cuba à l’éloignement voulu par Rómulo Betancourt de sa sphère d’influence. Le 13 mars 1967, Fidel Castro rendit un hommage officiel au guérillero Fabricio Ojeda3 et des livres furent édités à La Havane en faveur des groupes politiques vénézuéliens de gauche [Sánchez García et Héctor Pérez, 2007]. Après l’élection de Carlos Andrés Pérez, en 1974, les relations se normalisèrent entre les deux États et Cuba cessa de soutenir la lutte armée sur le territoire vénézuélien. Toutefois, pendant les trente premières années de la IVe république, les dirigeants du gouvernement cubain ont continué à entretenir un rapport étroit avec les associations politiques et syndicales vénézuéliennes critiques à la ligne politique de Rómulo Betancourt et de ses successeurs.

14Ces relations ont été réactivées après l’élection d’Hugo Chávez en 1998. Des dirigeants politiques critiques aux orientations des gouvernements antérieurs, en raison de leur vision politique et de leurs liens avec Cuba, intégrèrent les institutions politiques de la Ve République. José Vicente Rangel, ministre des Affaires étrangères (1999-2001) et vice-président d’Hugo Chávez (2002-2007), avait rencontré la délégation cubaine à Caracas en 1959. Alí Rodríguez Araque, qui fut guérillero dans les années 1960 et 1970, devient ministre des Affaires étrangères (2004-2006) puis de l’Economie (2008-2010), puis secrétaire général de l’Unión de Naciones Suramericanas (2012-2014). Il rappela dans son livre-témoignage l’importance de la révolution cubaine dans l’imaginaire des groupes qui s’opposaient à Marcos Pérez Jiménez et ses visites en 1959 et 1960 à Cuba [Elizade et Rodriguez Araque, 2012, p. 10-11 et p. 45].

Quand Cuba utilise le chavisme pour faire pression sur le gouvernement vénézuélien (1992-1998)

  • 4 FAOSTAT, « Food supply (kcal/capita/day) : crops primary equivalent » [en ligne], Rome, FAO statist (...)

15Au regard des relations entretenues pendant la IVe République, l’alliance entre le régime cubain et la gauche dissidente vénézuélienne paraissait devoir perdurer. Or, le contexte géopolitique fut bouleversé à la fin des années 1980 et au début des années 1990 par l’implosion du bloc soviétique. En quelques années, le produit intérieur brut (PIB) de Cuba baissa de plus de 30 %. Les pénuries touchèrent particulièrement les villes. Les coupures d’électricité (apagones) duraient plus de 10 heures par jour et la production agricole diminua, faute d’intrants et d’engrais. Entre 1989 et 1993, la consommation journalière d’aliments passa de 3 008 Kcal/jour/personne à 2 321 Kcal/jour/personne4. L’isolement diplomatique dont souffrait l’île vis-à-vis des principaux États de la région et des États-Unis rendait difficile tout accès aux financements internationaux ou aux approvisionnements en matières premières. Dans ce contexte, les efforts de la diplomatie cubaine visaient à établir de bonnes relations avec les puissances régionales de l’aire caraïbe. L’élection de Carlos Andrés Pérez en 1988 (qui, au cours de son premier mandat, avait rétabli les relations diplomatiques avec La Havane) paraissait être une opportunité de sécuriser les importations pétrolières de l’île. Le président vénézuélien obtint le soutien de Cuba, malgré son impopularité, la politique répressive qu’il mena au moment du Caracazo et l’application des réformes du Fonds monétaire international (FMI). La priorité fut donnée à l’élaboration d’accords commerciaux qui permettaient d’éviter un effondrement de l’économie cubaine.

16Lors de la tentative de coup d’État du 4 février 1992 menée par le Movimiento Bolivariano Revolucionario 200 (MBR-200), dirigé par Hugo Chávez, Fidel Castro appuya immédiatement Carlos Andrés Pérez. Le 5 février 1992, le journal officiel du Parti communiste cubain, le Granma, publia un communiqué du chef d’État dans lequel il déclarait que :

« Depuis tôt ce matin, dès que les premières informations sur le pronunciamiento militaire qui est en train de se dérouler nous sont parvenues, nous avons été saisi d’une profonde inquiétude qui n’a commencé à se dissiper qu’au moment où nous avons pris connaissance de tes apparitions à la radio et à la télévision et des nouvelles selon lesquelles la situation commence à être sous contrôle […] Nous avons bon espoir que les difficultés soient entièrement résolues et que l’ordre constitutionnel soit préservé tout comme ton leadership à la tête de la République sœur du Venezuela. Fraternellement » [Castro, 5 février 1992, p. 1].

17Les déclarations postérieures de Fidel Castro dans lesquelles il dit méconnaître l’idéologie politique du mouvement chaviste sont à observer à l’aune de la relation qui s’établit avec le gouvernement vénézuélien après 1999. En effet, alors que le programme chaviste et son orientation sociale étaient connus, le dirigeant cubain réitéra son appui à l’exécutif vénézuélien, en novembre 1992, lors du second coup d’État. Il rappela à cette occasion « ses sentiments sincères d’amitié » [Castro, 28 novembre 1992, p. 1] au président vénézuélien et « la plus profonde gratitude du peuple cubain » [Castro, 28 novembre 1992, p. 1] pour le vote du Venezuela concernant la condamnation de l’embargo des États-Unis à l’ONU. En 1993, au moment de la destitution de Carlos Andrés Pérez, le Granma ne mentionna le mouvement chaviste qu’en rapport avec les troubles qui éclatèrent à Caracas alors que le discours du président vénézuélien fut largement repris [Órgano Oficial Del Partido Comunista de Cuba, 22 mai 1993, p. 1].

18Après la destitution de Carlos Andrés Pérez et l’élection de Rafael Caldera à la présidence de la République, Cuba continua d’appuyer le pouvoir central. Le 2 février 1994, Carlos Lage alors secrétaire du conseil des ministres affirmait que des négociations étaient menées et que « les relations avec le Venezuela vont continuer à se développer » [Órgano Oficial Del Partido Comunista de Cuba, 2 février 1994, p. 1]. Les relations entre les deux États semblaient alors être conformes aux rapports classiques entre deux États où les intérêts stratégiques et la préservation des équilibres internes priment sur les liens idéologiques entretenus par les acteurs.

19En réalité, c’est l’évolution de la position de Rafael Caldera qui fut à l’origine du rapprochement entre Hugo Chávez et Fidel Castro. Il pensait que le régime cubain était sur le point de tomber. Malgré l’alliance de Rafael Caldera avec des partis de la gauche vénézuélienne (notamment le PCV), ce dernier ne maintint pas la même politique que son prédécesseur. Le 15 juin 1994, le président vénézuélien suggéra, lors de la réunion de Cartagena de Indias, que des changements politiques étaient nécessaires à Cuba. En novembre 1994, il reçut deux opposants notoires au régime castriste (le directeur de la fondation cubano-américaine Jorge Mas Canosa et Armando Valladares) [Báez et Elizade, 2005, p. 60]. Le contexte politique plus hostile poussa les autorités cubaines à nouer des liens avec les dirigeants chavistes. Le 12 septembre 1994, l’ambassadeur de Cuba au Venezuela, Germán Sánchez Otero rencontra le dirigeant du MBR-200. Il constata que ce dernier n’était pas hostile à Cuba. Dans le rapport qu’il envoya à La Havane, il stipula que : « nous devons cultiver avec lui une relation particulière, d’influence et collaboration » [Báez et Elizade, 2005, p. 60].

20Mais ce qui précipita le voyage d’Hugo Chávez, initialement prévu en janvier 1995, fut la réception réservée à Armando Hart, ministre cubain de la culture. Ce dernier, qui venait demander des explications au sujet de l’accueil réservé aux deux opposants reçus en novembre 1994, aurait reçu comme réponse de Rafael Caldera que le régime cubain était en « phase terminale » et qu’il allait demander des changements politiques à Cuba lors de la réunion des chefs d’État américains de Miami tenue du 9 au 11 décembre 1994 [Báez et Elizade, 2005, p. 60-61].

21Le régime cubain prit alors la décision d’avancer la date du voyage d’Hugo Chávez à La Havane au 13 décembre 1994. La visite avait plusieurs intérêts pour l’île. Le rapide délitement du système politique bipartisan dominé par AD et le Comité de Organización Política Electoral Independiente (Copei) montrait qu’une nouvelle force partisane pouvait surgir dans le champ politique vénézuélien et le chef du MBR-200 était l’un des dirigeants qui pouvait influer sur ce nouveau paysage en pleine recomposition. Cette invitation offrait également un moyen de pression diplomatique sur Rafael Caldera qui devait assister au sommet de Miami deux jours auparavant. En cas de non-condamnation du régime cubain, la visite d’Hugo Chávez pouvait être transformée en une simple conférence sur Simón Bolívar organisée par Eusebio Leal. En cas de désapprobation du régime ou de tentatives d’ingérence, Cuba donnerait à cette visite un caractère officiel.

22L’appui de Rafael Caldera aux États-Unis lors du sommet de Miami permit la réception d’Hugo Chávez avec les honneurs généralement accordés à un chef d’État. Preuve que cette décision était la conséquence directe de la position diplomatique vénézuélienne prise quelques heures auparavant, Hugo Chávez n’avait pas été averti de la dimension que prendrait cette rencontre et fut surpris par les honneurs auxquels il eut droit [Becquer, 2014 ; Serrano, 2013].

23Rafael Caldera connaissait une situation politique difficile. Le système politique vénézuélien était en pleine recomposition. Il devait s’assurer de l’appui de l’aile gauche de la coalition gouvernementale, pour qui, la condamnation de Cuba était excessive. Le président tenta d’éviter une confrontation directe avec La Havane. Un accord fut donc trouvé entre les deux pays pour ne pas permettre d’ingérence en matière de politique intérieure. Germán Sánchez Otero, sans reconnaître un tel accord, le sous-entend lorsqu’il témoigne de contacts avec le gouvernement vénézuélien à ce sujet :

« Après un hommage à Bolívar, le jour de l’indépendance vénézuélienne […] à laquelle participa le commandant en chef [Fidel Castro], le président Rafael Caldera nous fit parvenir un message verbal […] nous proposant d’effacer le passé et de partir sur de nouvelles bases » [Cité dans Báez, 2005, p. 99-101].

Discours d’union et réalisme des échanges (1998-2015)

24De 1994 à 1998, Cuba n’intervint plus sur la scène politique vénézuélienne. Hugo Chávez n’assista qu’à une réunion de solidarité avec le régime communiste, le 8 octobre 1996 [Báez, 2005, p. 99-101]. Après son élection, en 1998, un rapprochement diplomatique s’opéra sans que les échanges entre les deux pays n’en soient bouleversés. Fidel Castro salua l’élection du dirigeant du Movimiento V República (MVR) et envoya un message soulignant que le peuple cubain partageait « la noble et désirée allégresse du peuple vénézuélien » [Castro, 8 décembre 1998]. À l’occasion de la signature de la convention intégrale de coopération, le chef d’État cubain prononça un discours à l’Assemblée nationale vénézuélienne dans lequel il appuyait les changements voulus par Hugo Chávez et soulignait, à plusieurs reprises, les différences qui existaient entre la Constitution de la ve République et celle de Cuba [Castro, 27 octobre 2000].

25En octobre 2000, la convention signée entre le Venezuela et Cuba posa les bases de la coopération interétatique. Le Venezuela vendit le pétrole à des tarifs avantageux à Cuba et plusieurs États des Caraïbes. Le traité prévoyait des réductions de 5 % à 25 % des prix et un paiement différé avantageux était accordé aux pays signataires en fonction de quotas de pétrole préétablis. L’inclusion de Cuba dans ces accords était nouvelle. Durant la période 1998-2002, La Havane souhaitait accéder à des financements internationaux sans que ceux-ci se traduisent par des pressions sur sa politique intérieure. Les conventions, signées en octobre 2000, répondaient à ces exigences. Les conditions de livraison du pétrole ne différaient pas de celles proposées par les gouvernements de la IVe République à d’autres États. Les accords de Puerto Ordaz, signés en 1974, et de San José, d’août 1980, prévoyaient déjà des réductions de 20 à 25 % des prix pour la Jamaïque et la République dominicaine. Le pétrole a été également utilisé par les gouvernants de la IVe République comme un outil de projection politique régionale.

26Les conventions signées en 2000 ne constituaient donc pas une rupture fondamentale vis-à-vis des administrations précédentes. Les échanges avec Cuba restaient modestes. En 2003, le commerce bilatéral se limitait à 875 millions de dollars [ONE, 2009].

27La tentative de coup d’État du 11 avril 2002 et le paro petrolero de 2003 marquèrent le point de départ d’une accélération des échanges. Hugo Chávez parvint à revenir au pouvoir, suite à sa destitution, grâce à l’appui d’une partie des militaires et aux manifestations des classes populaires. Une partie de l’administration, la haute hiérarchie militaire, le patronat, représenté au sein de la Fedecámaras, et le syndicat de la Central de Trabajadores de Venezuela (CTV) ont soutenu ou participé à la tentative de destitution du président de la République. Le risque d’un second coup d’État, en cas de désaffection de ses soutiens, poussa l’exécutif à chercher des solutions d’urgence afin d’améliorer les conditions de vie des classes populaires. En 2003, les missions les plus importantes ont été créées : Misión Barrio Adentro (santé), Robinson, Ribas et Sucre (éducation), Mercal (alimentation), Guacaipuro (amérindien). Elles contournaient l’administration d’État et s’appuyaient sur l’aide technique cubaine. La création de ces organismes permettait de répondre aux demandes sociales fondamentales. Les missions auraient pu ensuite être intégrées à l’appareil d’État à mesure que la fonction publique était réformée. L’augmentation continue des prix du baril à partir de 2004 a offert des marges de manœuvres financières nouvelles au gouvernement qui a pu maintenir les missions sans réorganiser l’appareil d’État. Les pétrodollars ont été réinvestis dans de nouveaux projets sociaux qui firent appel à une main-d’œuvre cubaine. Des médecins, éducateurs sportifs et spécialistes furent envoyés au Venezuela. Le 14 décembre 2004, dix ans jour pour jour après la visite d’Hugo Chávez à La Havane, l’ALBA fut fondée et offrait un cadre à la création de coopérations culturelles, économiques, sociales, médiatiques et financières. Le contexte économique très favorable que connaissait le Venezuela grâce à la hausse régulière des prix du pétrole favorisa la création d’entreprises Grannacionales communes et de projets qui améliorèrent la projection et l’influence internationale du Venezuela dans les pays bénéficiaires.

28À partir de 2004, les échanges bilatéraux augmentèrent rapidement. Ils expliquaient, en partie, la forte croissance que connut l’économie cubaine au milieu des années 2000. Elle crût de 8 % par an, en moyenne, entre 2004 et 2008, contre 2,9 % par an entre 2001 et 2003 [Pérez Villanueva, 2009, p. 47]. Le Venezuela bénéficia également de ces missions qui eurent de fortes répercussions sociales. Entre 2003 et 2006, le taux de mortalité infantile des enfants de moins d’un an passa de 18,49 ‰ à 14,22 ‰ [INE, 2012, p. 4], l’espérance de vie augmenta, les missions éducatives permirent d’éradiquer l’analphabétisme dans le pays en 2005. Ces évolutions se reflétèrent dans l’Indice de développement humain (IDH) hors variable économique qui passa de 0,80 en 1998 à 0,86 en 2011 [Calmettes, 2013, p. 320]. Le succès de ses missions renforça la base électorale du chavisme et permit au régime de bénéficier d’une plus grande stabilité. Avec plus de 60 % des suffrages exprimés, Hugo Chávez a largement remporté l’élection présidentielle de 2006.

Graphique 1. Taux de pauvreté au Venezuela

Graphique 1. Taux de pauvreté au Venezuela

Source : Élaboration personnelle à partir des données de l’INE (Caracas).

  • 5 Calcul réalisé à partir des statistiques fournies par l’Instituto Nacional de estadística, disponib (...)
  • 6 Les chiffres donnés par l’ONE pour les exportations ayant pour destination finale le Venezuela ne c (...)

29Les échanges de biens avec le Venezuela acquirent une importance majeure pour Cuba à la fin des années 2000. De 2010 à 2012, ils représentaient plus de 40 % des importations et exportations de marchandises cubaines. Le souvenir de la crise consécutive à la chute du bloc de l’Est, au début des années 1990, interroge les responsables gouvernementaux sur la dépendance qu’entretient l’île avec le Venezuela. D’autant que la relation bilatérale n’a pas la même importance économique pour Caracas. Les chiffres du commerce extérieur montrent que Cuba représente moins de 7 % des échanges (importations et exportations de marchandises) du Venezuela5 et cela même en ajustant les différences statistiques des deux pays. Si l’on ne prend en compte que les chiffres de l’INE, les marchandises en provenance de Cuba représenteraient environ 1 % des importations du Venezuela. Si les données de l’INE et de l’ONE sont croisées dans le sens le plus favorable aux ventes de marchandises de l’île, la part des importations cubaines représente entre 5 % et 6 % du total entre 2010 et 20146.

Graphique 2. Part des importations cubaines dans la balance commerciale vénézuélienne exprimée en pourcentage

Graphique 2. Part des importations cubaines dans la balance commerciale vénézuélienne exprimée en pourcentage

Source : Élaboration personnelle à partir des données de l’INE (Caracas).

30La maladie d’Hugo Chávez et les difficultés économiques qui secouèrent le Venezuela dès 2009, à la suite de la baisse des prix du pétrole et de la crise économique mondiale, rendaient plus pressantes la nécessité d’une diversification des échanges. Des accords furent signés avec la Russie et la Chine pour l’exploitation pétrolière dans les eaux du golfe du Mexique et l’achat de matériels de transport. Le Brésil investit en partenariat avec Cuba pour la création du port et de la zone franche de Mariel. Le Club de Paris décida d’annuler la plupart des dettes cubaines et de réinvestir une grande part des intérêts de cette dernière dans des projets économiques sur l’île. Le retour des investisseurs, la libéralisation modeste du marché cubain et le fort potentiel de l’économie permet au régime de diversifier son assise commerciale qui se reflète au niveau de sa balance commerciale. Depuis 2010, le commerce avec le Venezuela plafonne autour de 40 % des exportations et des importations de marchandises et devrait, d’après les premières statistiques disponibles, être réduites à moins de 35 % des échanges en 2015.

Graphique 3. Échanges commerciaux (exportations et importations) en valeur entre le Venezuela et Cuba (en millions de dollars)

Graphique 3. Échanges commerciaux (exportations et importations) en valeur entre le Venezuela et Cuba (en millions de dollars)

Source : Élaboration personnelle à partir des données de l’ONE (La Havane).

31D’autre part, la substitution des importations étasuniennes à Cuba par celles de leurs concurrents européens (de 2,8 milliards de dollars en 2005 à 4,7 milliards de dollars en 2013), sud-américains (de 3,6 milliards de dollars en 2005 à 7,6 milliards de dollars en 2013) et chinois (de 0,9 milliard en 2005 à 1,8 milliard en 2013) provoquèrent des réactions au sein des milieux d’affaires de Miami, New York et Los Angeles qui constataient que l’un des marchés les plus proches leur échappait. L’annonce de la normalisation des relations avec les États-Unis fut d’ailleurs saluée par plusieurs entrepreneurs [Chesky, 2015].

32La nouvelle politique de l’administration étasunienne vise à créer des dissensions au sein de l’axe Caracas-La Havane. Alors que le 17 décembre 2014, Barack Obama et Raul Castro annonçaient conjointement la libération des détenus politiques et la normalisation progressive de leur relation politique, le 18 décembre le président nord-américain signa la loi de défense des droits humains et de la société civile du Venezuela qui permettait de sanctionner les dirigeants de ce pays [Mesa et Faus, 2014].

Le temps des questionnements : vers une diversification des échanges ?

33Le Venezuela connaît une grave crise économique. La cohabitation entre le pouvoir exécutif et législatif a renforcé l’inquiétude des diplomates cubains quant aux risques de changements majeurs dans la relation bilatérale. Dans ce contexte, il convient de rappeler que Cuba n’a pas toujours soutenu le mouvement chaviste et que les États-Unis sont conscients du réalisme qui guide la politique étrangère cubaine. La Havane a entretenu des relations apaisées avec Carlos A. Pérez et a fait preuve d’un extrême réalisme diplomatique dans les années 1990. Les accords bilatéraux, très critiqués par la MUD, furent signés avec l’idée d’obtenir des bénéfices économiques et sociaux mutuels en dépit de discours soulignant le caractère politique de cette alliance. Au fond, s’il existait des liens idéologiques anciens entre la gauche vénézuélienne et la révolution cubaine, que les équilibres politiques de la IVe République s’étaient forgés sur la question de la relation à entretenir avec le régime castriste, l’alliance entre la gauche exclue du pacte de Punto Fijo et Cuba ne fut mise en œuvre que sous la pression des événements dans les années 1990.

34La politique de l’administration Obama, qui a visé à créer des dissensions entre les deux pays, a néanmoins peu de chance d’aboutir à des résultats concrets. L’aide technique cubaine a permis l’inclusion des quartiers défavorisés des grandes villes et des zones rurales sans services publics de bénéficier de centres d’attention médicale et d’éducation. Les deux pays ont créé un tissu d’assistance sociale, actuellement déficient mais auquel les classes sociales les plus précaires doivent recourir, qui ne pourrait pas être retiré sans susciter la résistance des bénéficiaires de ces programmes dans un contexte de crise profonde et de remontée probable du taux de pauvreté. Les entreprises communes créées au sein de l’Alba, les circuits commerciaux intégrés ne pourraient pas être remis en cause par le remplaçant de Nicolás Maduro en l’espace de quelques mois sans un appui extérieur important. De plus, la dynamique géopolitique dont bénéficie aujourd’hui La Havane semble favorable à une meilleure insertion de l’île dans le marché régional et international. En revanche, il est probable que l’État cubain tente de réduire sa dépendance pétrolière et économique à l’égard de Caracas en raison de l’instabilité politique actuelle. Ce processus semble avoir d’ailleurs commencé puisque, depuis 2010, la part des exportations et importations vénézuéliennes dans la balance commerciale cubaine n’augmente plus.

Haut de page

Bibliographie

Alexander Robert Jackson, Romulo Betancourt and the Transformation of Venezuela, New Brunswick, Transaction books, 1982.

Báez Luis, « 23 janvier 1959 : le Venezuela doit être le pays leader des peuples d’Amérique », Granma International, édition française, 27 janvier 2007.

Báez Luis et Elizalde Rosa Miriam, El encuentro, La Habana, Oficina de publicaciones del consejo de Estado, 2005.

Becquer Paseiro Laura, « El encuentro de dos gigantes » [en ligne], Granma, 12 décembre 2014 [consulté le 21 juillet 2015]. Disponible sur : http://www.granma.cu/mundo/2014-12-12/el-encuentro-de-dos-gigantes

Betancourt Rómulo, Tres años de gobierno democrático 1959-1962, Caracas, Imprenta Nacional, 1962.

Brosner Demetrio, « La geopolítica del caribe y sus implicaciones para la política exterior de Venezuela », Idlis, octobre 2011.

Calmettes Xavier, « “La réforme contre la révolution” ? Les relations vénézolano-cubaines (1958-1961) », RITA, Paris, no 6, février 2013.

Calmettes Xavier, « Cuba-Venezuela : continuités et ruptures d’une relation privilégiée », in Olivier Folz, Nicole Fourtané et Michèle Guiraud (dir.), Le Venezuela d’Hugo Chávez : bilan de quatorze ans de pouvoir, Nancy, Presses universitaires de Lorraine, 2013.

Castro Fidel, « Discurso pronunciado en la sesión solemne de la Asamblea nacional en Palacio Federal Legislativo » [en ligne], Caracas, 27 octobre 2000. Disponible sur : http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/

Castro Fidel, « Envía Fidel felicitación a Hugo Chávez », Granma, año 34, no 244, 8 décembre 1998.

Castro Fidel, « Mensaje de Fidel a Carlos Andrés Pérez », Granma, año 28, no 29, 5 février 1992, p. 1.

Castro Fidel, « Mensaje de Fidel a Carlos Andrés Pérez », Granma, año 28, no 284, 28 novembre 1992, p. 1.

Chesky Brian, « Cuba is a Huge Opportunity for Airbnb » [en ligne], Bloomberg Business, 12 mai 2015 [consulté le 5 juin 2015]. Disponible sur : http://www.bloomberg.com/news/videos/2015-05-12/cuba-is-a-huge-opportunity-for-airbnb-chesky

D’Elia Yolanda et Cabezas Luis Francisco (dir.), Las misiones sociales en Venezuela, Caracas, Idlis, 2008.

Duarte Villa Rafael, « Dos etapas en la política exterior de Venezolana frente a Estados Unidos en el período de Hugo Chávez », Cuadernos del Cendes, Caracas, vol. 21, no 55, avril 2004, p. 23-27.

Duarte Villa Rafael, « Venezuela : o projeto de refundação da República », Luã Nova, San Pablo, no 49, 2000, p. 135-139.

Elizalde Rosa Miriam et Rodriguez Araque Alí, Antes de que se me olvide, La Habana, Ed. Política, 2012.

España Luis Pedro, El socialismo petrolero: situación y políticas sociales bajo un fallido modelo de desarrollo, Caracas, Idlis, 2013.

Gáffaro Domingo Irwin, Control civil y pretorianismo en Venezuela, Caracas, Universidad Católica Andrés Bello, 2006.

Garcia Ismael, « ¿Habilitado para qué? » [en ligne], Primero Justicia, 19 mars 2015 [consulté le 19 mars 2015]. Disponible sur : http://www.primerojusticia.org.ve/cms/index.php?option=com_flexicontent&view=item&cid=160:nuestros-dirigentes-opinan&id=21551:ismael-garcia-habilitado-para-que&Itemid=499

Gott Richard, Hugo Chávez and the Bolivarian Revolution, Londres, Verso, 2005, chap. 1.

Gratius Susanne et Romero Carlos A., « La proyección internacional de la Venezuela post-chavista », Policy Brief, no 94, mai 2013.

Gyldén Axel, « Chávez-Castro : les liaisons dangereuses », L’Express, 5 septembre 2005. Disponible sur : http://www.vcrisis.com/index.php?content=fr/200509051325

Imprenta El Pais, « Visita de Fidel Castro », El País, año XXXVII, no 19, 23 janvier 1959.

INE (Instituto Nacional de Estadística), « Indicadores básicos de salud:1990-2011 » [en ligne], Caracas, avril 2012 [consulté le 25 juillet 2015]. Disponible sur : http://www.ine.gov.ve/index.php?option=com_content&view=category&id=83&Itemid=46#

Kourliandsky Jean-Jacques, « Politique étrangère du Venezuela : le choc des mots, le poids des réalités », Revue internationale et stratégique, Paris, no 64, 2004, p. 39-52.

Mesa Alfredo et Faus Joan, « Obama firma una ley que sanciona altos funcionarios de Venezuela » [en ligne], El País, 19 décembre 2014 [consulté le 25 juin 2015]. Disponible sur : http://internacional.elpais.com/internacional/2014/12/19/actualidad/1418959170_254034.html

Morales María Eugenia et Otero María Belén, « Simón Alberto Consalvi: un sobreviviente », Comunicación, no 162, second semestre 2013, p. 44.

ONE (Oficina Nacional de Estadística e Información), Anuario estadístico de Cuba 2007 [en ligne], La Habana, 2008 [consulté le 8 novembre 2009]. Disponible sur : http://www.one.cu/aec2007/esp/08_tabla_cuadro.htm

Órgano oficial del Comité Central del Partido, « Declaraciones de Carlos Lage », Granma, año 30, no 23, 2 février 1994.

Órgano oficial del Comité Central del Partido, « Autorizó el senado juicio a Carlos Andrés Pérez », Granma, año 29, no 103, 22 mai 1993.

Pavel Vidal Alejandro, « Proyecciones macroeconómicas de una Cuba sin Venezuela », La Habana, Desde la isla, no 24, février 2014.

Pérez Villanueva Omar Everleny, « La estrategia económica cubana: medio siglo de socialismo », Cahiers des Amériques latines [en ligne], no 57-58, 2009 [consulté le 27 juillet 2015]. Disponible sur : http://cal.revues.org/1206

Piccone Ted et Trinkunas Harold, « The Cuba-Venezuela Alliance: The Beginning of the End? », Policy brief, juin 2014.

Portillo Julio, Venezuela-Cuba : relaciones diplomáticas, 1902-1980, Caracas, Ed. Arte, 1981.

Rebotier Julien et Revet Sandrine, « Le Venezuela contemporain à l’épreuve des faits », Cahier des Amériques latines no 53, 2006.

Romero Carlos A., « La política exterior de la Venezuela bolivariana », Plataforma democrática, no 4, juillet 2010 ;

Romero Carlos A., « La coopération sud-sud entre le Venezuela et Cuba », La Coopération sud-sud : un défi pour le système de l’aide, Philippines, IBON books, 2010, p. 115-122.

Romero Carlos A., Jugando con el globo: la política exterior de Hugo Chávez, Caracas, Ed. B., 2006.

Sanchez Garcia Antonio et Pérez Marcano Héctor, La invasión de Cuba a Venezuela: de Machurucuto a la revolución bolivariana, Caracas, El Nacional, 2007.

Serrano Maríana, « Se cumplen 19 años del abrazo entre líderes que marcó la alianza independentista de América latina » [en ligne], AVN, 12 décembre 2013 [consulté le 21 juillet 2015]. Disponible sur : http://www.avn.info.ve/contenido/se-cumplen-19-a%C3%B1os-del-abrazo-entre-l%C3%ADderes-que-marc%C3%B3-alianza-independentista-am%C3%A9rica-lati

Tarver Michael, Venezuela Insurgency: a Successful Failure, Washington, Xilbris, 2001.

Valecillos Vásquez Carmen Aidé, La construcción de representaciones sociales en los discursos anuales de los presidentes venezolanos: Betancourt, Caldera, Pérez y Chávez, Madrid, Universidad Complutense de Madrid, 2014.

Yanez Hernán, « The Cuba-Venezuela Alliance: “Emancipatory Neo Bolivarismo” or “Totalitarian Expansion?” », Institute for Cuban and Cuban-American studies occasional papers, no 7, décembre 2005.

Haut de page

Notes

1 Les deux auteurs sont proches du régime castriste. Luis Báez fut un journaliste cubain de premier plan, proche de Fidel Castro et l’un des fondateurs du journal officiel du Parti communiste Cubain (PCC), le Granma. Il conclut à l’amitié et la proximité idéologique qui lie Hugo Chávez et Fidel Castro. Mais les auteurs fournissent des témoignages et documents inaccessibles aux autres chercheurs, qui peuvent être interprétés différemment, raison pour laquelle cette source est incontournable.

2 L’expression de Rómulo Betancourt est : “Bueno, dígale que venga por 10 horas o una vaina así”.

3 Fabricio Ojeda a été membre de la tendance favorable à la lutte armée au sein du Parti communiste vénézuélien et participe avec Douglas Bravo à la formation d’un mouvement de guérilla qui mena des actions de harcèlement de l’armée de la IVe République. Il est arrêté en 1966 et meurt en prison.

4 FAOSTAT, « Food supply (kcal/capita/day) : crops primary equivalent » [en ligne], Rome, FAO statistic division [consulté le 21 juillet 2015]. Disponible sur : http://faostat.fao.org/

5 Calcul réalisé à partir des statistiques fournies par l’Instituto Nacional de estadística, disponible sur : http://www.ine.gov.ve/index.php?option=com_content&id=339&Itemid=33, consulté le 15 mai 2015.

6 Les chiffres donnés par l’ONE pour les exportations ayant pour destination finale le Venezuela ne correspondent pas aux statistiques données par l’INE concernant les importations cubaines. Les deux courbes suivent les mêmes tendances mais à des niveaux différents. Si l’on considère le chiffre total des importations vénézuéliennes et que ce dernier est mis en relation avec les exportations de l’île, la part des produits cubains est proche des 5 % durant la période 2010-2014 avec un pic à 6,5 %.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Taux de pauvreté au Venezuela
Crédits Source : Élaboration personnelle à partir des données de l’INE (Caracas).
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/8639/img-1.png
Fichier image/png, 55k
Titre Graphique 2. Part des importations cubaines dans la balance commerciale vénézuélienne exprimée en pourcentage
Crédits Source : Élaboration personnelle à partir des données de l’INE (Caracas).
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/8639/img-2.png
Fichier image/png, 54k
Titre Graphique 3. Échanges commerciaux (exportations et importations) en valeur entre le Venezuela et Cuba (en millions de dollars)
Crédits Source : Élaboration personnelle à partir des données de l’ONE (La Havane).
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/8639/img-3.png
Fichier image/png, 61k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Calmettes, « Les relations Venezuela-Cuba : au-delà des discours, du poids de l’histoire et des réalités étatiques (1958-2015) », Cahiers des Amériques latines, 87 | 2018, 181-198.

Référence électronique

Xavier Calmettes, « Les relations Venezuela-Cuba : au-delà des discours, du poids de l’histoire et des réalités étatiques (1958-2015) », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 87 | 2018, mis en ligne le 25 octobre 2018, consulté le 20 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cal/8639 ; DOI : 10.4000/cal.8639

Haut de page

Auteur

Xavier Calmettes

Xavier Calmettes est professeur en sciences sociales du programme d’excellence de l’ISFODOSU (République dominicaine) et docteur en histoire contemporaine de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Ses travaux portent principalement sur l’histoire antillaise du xxe siècle. Il a notamment publié Cuba durante la Primera Guerra Mundial et publiera, en 2019, un second ouvrage au sujet de la dictature de Fulgencio Batista.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals