Navigation – Plan du site
Lectures

Lenita Perrier, Couleur de peau et reconnaissance sociale : l’expérience vécue des Afro-brésiliens émigrés à Paris

Paris, L’Harmattan, 2016
Oscar Quintero
p. 204-207
Référence(s) :
Lenita Perrier, Couleur de peau et reconnaissance sociale : l’expérience vécue des Afro-brésiliens émigrés à Paris, Paris, L’Harmattan, 2016, 312 p.

Texte intégral

1Croyez-vous que l’on vivra un jour dans une société post-raciale ? Telle est la question que, d’une façon provocatrice et curieuse, Lenita Perrier nous propose comme toile de fond à son ouvrage. Ce travail s’insère dans les débats les plus récents et acharnés autour de la « question raciale » dans les sciences sociales contemporaines, à savoir si l’on peut continuer à utiliser la race comme catégorie analytique des sciences sociales et si cette idée de race a toujours une signification sociale dans des sociétés de plus en plus globalisées [Gilroy, 2000 ; Banton, 2011 ; Wade, 2017].

2Pour y répondre, la démarche entreprise par l’auteure est à la fois claire et complexe. Elle nous propose de « découvrir autrui dans son humanité, au-delà de la couleur, de la race et de l’invisibilité à partir de l’analyse des processus relationnels et des ordres sociaux normatifs ou construits dans le but d’élucider les zones sombres des rapports socio-raciaux » (p. 18). Cette invitation nous rappelle que les processus sociaux de hiérarchisation sociale, réifiés et réactualisés dans l’imaginaire des individus, reposent sur un fait « simple et banal » : la vie sociale est le plus souvent fondée sur des rapports de pouvoir et de domination.

3Pour ce faire, l’enquête menée par Lenita Perrier entre 2004 et 2009 s’appuie sur cinquante entretiens approfondis avec des Afro-brésiliens vivant à Paris, tout en privilégiant l’étude de l’expérience foisonnante du vécu à partir de leurs parcours personnels de migration ; en tenant compte, entre autres thèmes, de leurs trajectoires de vie, leurs parcours scolaire et professionnel, l’histoire familiale, les parcours national/transnational, ainsi que l’histoire et le vécu de l’immigration et de l’intégration socio-raciale en France.

4Pour les lecteurs qui veulent connaître de façon approfondie l’histoire des relations raciales au Brésil et les différentes théories socio-anthropologiques au sujet de la construction nationale dans un contexte post-esclavagiste et postcolonial, cet ouvrage présente une excellente revue des principaux débats historiques et les enjeux d’actualité marqués par l’idée – amplement critiquée et dépassée aujourd’hui – de la « démocratie raciale » proposée par Gilberto Freyre dans Casa grande e Senzala [1933].

5Tout en suivant les défis épistémologiques déjà avancés par Fanon [1952] sur les populations noires en France, ce travail nous donne des éléments de réponse sur le ressenti des Afro-brésiliens par rapport à ce qu’ils estiment être leur identité ethno-raciale, en essayant ainsi de dévoiler la façon dont celle-ci s’inscrit dans leur praxis tant au niveau individuel qu’au niveau collectif. Autrement dit, il s’agit de voir comment ces identifications se déploient et sont négociées aussi bien dans la vie privée que dans la vie publique de cette population (p. 120).

6Le travail de cette chercheuse brésilienne, qui a effectué son Master en Angleterre et sa thèse doctorale en anthropologie sociale à Paris, est intéressant du point de vue de la population cible de son enquête : une minorité qui n’est pas si visible comme le sont les « minorités visibles » en France [Beauchemin et al., 2010]. Pour reprendre ses mots « dans la région parisienne l’immigration brésilienne a une densité plus forte mais elle est dispersée et pas assez nombreuse pour constituer un groupe à part dans le paysage multiculturel français. D’autre part, dans le contexte de la société française, la population noire et métisse brésilienne appartient à la fois aux groupes minoritaires “visibles” (phénotype noir) et à l’immigration brésilienne plus large “invisible” » (p. 121).

7C’est justement ce « jeu de masques » qui rend très heuristique le choix de cette population, afin de comprendre les dynamiques et les configurations des identités nationales, ethnicisées et racialisées, dans un monde de plus en plus fluide et globalisé. Le travail analytique approfondi se centre sur les artistes et travailleurs du secteur culturel, notamment à partir d’une approche ethnographique sur les académies ou associations de capoeira, qui sont de plus en plus nombreuses en région parisienne depuis les années 1990.

8La capoeira est devenue une filière de travail importante en établissant des liens étroits entre les Brésiliens qui vivent en France et ceux qui vivent encore au Brésil ou dans d’autres pays européens et ailleurs, en constituant tout un réseau d’immigration et d’insertion socio-occupationnelle traversé par de multiples identités nationales et ethnico-raciales.

9Ce travail s’inscrit donc dans la tradition des études du Black Atlantic, tout en discutant la notion des « contextes diasporiques » dont l’idée d’appartenance au continent africain est déplacée vers d’autres pôles culturels traversés par l’idée d’un Atlantic Noir. Selon Gilroy [1993], le Black Atlantic peut être considéré en tant que contreculture de la modernité, caractérisé par une double conscience d’être Européen et Noir ou même Latino-américain et Noir.

10À cet égard, la recherche de l’auteure montre comment les rapports raciaux brésiliens, déplacés dans le contexte européen, font ressortir les logiques des pratiques sociales intersubjectives à deux niveaux. D’abord, la reproduction des ordres socio-raciaux brésiliens marqués par le racisme colonial, et en même temps caché par l’idéologie républicaine de la démocratie raciale. Enfin, des ordres qui se reconstruisent et se transforment dans le contexte français à partir d’une double injonction contradictoire marquée par l’exotisme que peut représenter la culture brésilienne dans le contexte parisien, et une racialisation aveugle ou soft par rapport aux minorités raciales « typiquement » françaises : « noires » et « arabes ».

11D’après l’auteure, ces manifestations identitaires conjuguent à la fois réification et fluidité, elles mettent en lumière des processus relationnels « hybrides » caractérisés par l’intégration sociale et la négociation avec autrui, manifestés par des rapports de coopération ou de concurrence très présents dans le milieu artistique et culturel. Ainsi, « le choix d’une vie artistique fondée sur le marché du travail ethnique à Paris, demeure, malgré tout, l’un des chemins choisis – parmi d’autres voies – pour l’articulation des identités individuelles et collectives des Brésiliens noirs et métis dans un contexte transnational, ethno-racial et culturel différencié » (p. 174).

12Cet ouvrage ouvre des pistes de réflexion et des questionnements qui méritent d’être développés par la communauté scientifique visant les problèmes autour du racisme et de l’ethnicité dans un monde contemporain où les flux migratoires sont de plus en plus complexes et variés et dont les nationalismes et les populismes semblent être à l’ordre du jour.

Haut de page

Bibliographie

Banton Michael, « The Colour Line and the Colour Scale in the Twentieth Century », Ethnic and Racial Studies, vol. 35, n° 7, 2012, p. 1109-1131.

Beauchemin et al., « Les discriminations : une question de minorités visibles », Population & Sociétés, n° 466, avril 2010, p. 1-4.

Fanon Frantz, Peau noire, masques blancs : le nègre et la psychopathologie, Paris, Seuil, 1975 [1952].

Freyre Gilberto, Casa-grande e Senzala: formação da família brasileira sob o regime da economia patriarcal, São Paulo, Global Editora, 48e ed., 2003 [1933].

Gilroy Paul, Against Race: Imagining Political Culture Beyond the Color Line, Cambridge, Harvard University Press, 2000.

Gilroy Paul, The Black Atlantic: Modernity and Double Consciousness, Cambridge, Harvard University Press, 1993.

Wade Peter, Degrees of Mixture, Degrees of Freedom: Genomics, Multiculturalism and Race in Latin America, Durham, Duke University Press, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Oscar Quintero, « Lenita Perrier, Couleur de peau et reconnaissance sociale : l’expérience vécue des Afro-brésiliens émigrés à Paris », Cahiers des Amériques latines, 87 | 2018, 204-207.

Référence électronique

Oscar Quintero, « Lenita Perrier, Couleur de peau et reconnaissance sociale : l’expérience vécue des Afro-brésiliens émigrés à Paris », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 87 | 2018, mis en ligne le 25 octobre 2018, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cal/8681

Haut de page

Auteur

Oscar Quintero

Universidad Nacional de Colombia

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals