Navigation – Plan du site
Lectures

Nicolas Terrien, « Des patriotes sans patrie » : histoire des corsaires insurgés de l’Amérique espagnole (1810-1825)

Mordelles, Les Perséides, 2015
Pierre Ragon
p. 207-211
Référence(s) :
Nicolas Terrien, « Des patriotes sans patrie » : histoire des corsaires insurgés de l’Amérique espagnole (1810-1825), Mordelles, Les Perséides, 2015, 381 p.

Texte intégral

1C’est là une somme importante et informée touchant à une question assez rarement abordée : celle du rôle des pirates et des corsaires de toutes origines qui, au temps des mouvements d’indépendance, tout en servant leurs propres objectifs, s’engagèrent en politique au côté des insurgés à qui ils fournirent sur mer l’aide parfois décisive qui leur manquait. Le phénomène a concerné toutes les côtes de l’Amérique, et l’auteur choisit d’aborder la question dans sa globalité, ce qui lui permet de dépasser le cadre retenu par ses prédécesseurs. Il accorde le meilleur traitement à l’étude de l’aire Caraïbe, une région du monde où course et piraterie, endémiques, connurent un nouveau développement au temps de la guerre de Sept Ans et des révolutions atlantiques mais il n’omet pas pour autant le cas du Río de la Plata et celui de la façade Pacifique de l’Amérique espagnole.

2Qui étaient ces hommes ? Nicolas Terrien voit en leur sein une foule hétéroclite d’authentiques révolutionnaires, d’éternels aventuriers et de véritables entrepreneurs, tous orphelins des guerres révolutionnaires de l’Amérique du Nord et de l’Europe (chap. 2 : des navires et des hommes). Il commence par brosser quelques portraits. Luis Brión, un riche marchand hollandais originaire de Curaçao relèverait de la première catégorie, lui qui choisit d’appuyer Bolivar, organisant transports de troupes, blocus et assauts le long de la côte vénézuélienne. Le marin français Aury, en revanche, servit successivement les jeunes – et parfois éphémères – républiques de la Nouvelle-Grenade, du Mexique et du Río de la Plata, hésitant entre engagements politiques et projets personnels, accumulant aussi une importante fortune. Il serait plus proche de l’aventurier quand José Almeyda – un Canarien de nationalité nord-américaine formé au combat sur mer dans la lutte des États-Unis contre l’invasion anglaise de 1812 – se distinguerait au contraire par le caractère méthodique de ses engagements. Comme leurs hommes et leurs navires, les capitaines viennent de partout, même si les Nord-Américains dominent alors que l’Amérique latine, sans tradition maritime propre, ne semble guère avoir à offrir.

3L’affaiblissement du commerce espagnol est le principal objectif de tous ces corsaires, qui en espèrent en retour leur propre enrichissement, certains intervenant aussi en coordination avec les armées indépendantistes qui manœuvrent le long des côtes. Quelle que soit la force de leur conviction politique, servir les nouveaux pouvoirs leur permet d’assurer à leurs prises une relative sécurité puisqu’ils se trouvent couverts par des lettres de marque il est vrai plus ou moins reconnues.

4Après les hommes, l’auteur entreprend d’analyser leur activité (chap. 3 : les réseaux de la course insurgée). Ce cycle corsaire connut ses temps forts : les années 1816-1818, un moment où Louis Aury et Luis Brión sont particulièrement actifs, les années 1821-1822, quand en Colombie la révolution marque des points, et les années 1824-1826, le temps pour les nouveaux états de la reconnaissance politique. Plusieurs facteurs expliquent à l’inverse le reflux des années 1819-1820, notamment la destruction des établissements corsaires des côtes caraïbes, le retrait de la course du Río de la Plata, l’application de nouvelles lois sur la neutralité aux États-Unis ainsi que l’arrivée d’une importante expédition espagnole à Puerto Cabello.

5Les attaques se concentrent contre les routes commerciales espagnoles, principalement dans la Caraïbe et plus rarement dans le Río de la Plata ou les eaux du Pacifique. Mais ces marins pratiquent aussi des razzias, notamment en terre ferme, dans les zones tenues par les Espagnols. Les haciendas en font régulièrement les frais.

6Les ports des États-Unis apparaissent comme des lieux privilégiés lorsqu’il s’agit de valoriser le produit des prises même si les corsaires doivent tenir compte d’une législation changeante et des pressions diplomatiques que l’Espagne exerce à travers ses représentants. Sur les côtes de l’Amérique du Nord, ils disposent de véritables points d’appui qui leur sont concédés de fait : Barataria au sud de la Nouvelle-Orléans, Galveston et Mata Gorda au Texas, l’île Amelia au large de la Floride. Mais ils en disposent aussi plus avant, au cœur de la Caraïbe (Providencia face au Nicaragua ou Tortuguilla sur la côte de Cuba, l’île de Margarita, les ports haïtiens, etc.) et ils utilisent enfin des points d’appuis dans les régions passées sous le contrôle des insurgés, comme Carthagène, Angostura ou Buenos Aires. En bien des endroits, mais surtout dans les grands ports des États-Unis (New York, Baltimore, la Nouvelle-Orléans, etc.), ils trouvent le nécessaire appui d’armateurs qui financent les opérations, l’usage d’arsenaux où ils réparent les navires de négociants qui les aident à écouler leurs prises. De fait, les insurgés disposent d’agents dans tous les ports importants qui favorisent le développement de la course et les îles des puissances neutres sont généralement accueillantes pour les navires qui veulent faire relâche et vendre en contrebande.

7Mais la force des corsaires et des pirates ne tient pas seulement aux complicités dont ils bénéficient mais tient aussi à la faiblesse de leur adversaire. L’Espagne est alors politiquement très affaiblie sur la scène internationale et sa marine est exsangue (chap. 4 : la monarchie espagnole face au défi corsaire). Déjà largement surclassée avant les guerres de la révolution et de l’empire, la flotte espagnole souffrit durement de ses confrontations avec la marine anglaise au Cap Saint-Vincent et à Trinidad en 1797 puis à Trafalgar en 1805. Les difficultés financières et l’incurie firent le reste. Après le congrès de Vienne, l’Espagne de la restauration en appela à ses nouveaux alliés, les royaumes d’Angleterre ou de France notamment, afin qu’ils l’aidassent à défendre ses possessions américaines. Le gouvernement, les autorités locales, notamment le vice-roi Abascal à Lima, Cienfuegos à La Havane, et les chambres de commerce tentèrent également de développer une course royaliste. Mais les candidats étaient rares et les profits bien maigres puisque le commerce des États insurgés passait par des navires neutres… exclus des cibles des corsaires.

8Sans grands moyens, l’Espagne s’efforça aussi de lutter contre la course en l’attaquant à la racine. Pour cela, elle déploya un double réseau d’informateurs aux États-Unis, la principale base du recrutement corsaire. Ce réseau était fait de représentants diplomatiques et d’espions tels le frère capucin Antonio de Sedella ou les frères Laffite, ainsi que de pirates qui jouaient double jeu. Le représentant plénipotentiaire de l’Espagne à Philadelphie, Luis de Onís (jusqu’en 1819) l’anima avec un certain bonheur.

9L’affaire était d’autant plus compliquée que les prétendus « neutres », Nord-Américains, Français et Anglais, jouaient leurs propres cartes en agissant avec plus ou moins de mollesse contre ceux de leurs ressortissants qui s’engageaient dans la course, quand ils ne leur apportaient pas un discret soutien. Le consul espagnol à la Nouvelle Orléans qualifia de « guerre sourde » l’attitude des États-Unis à l’égard de l’Espagne (chap. 5 : une difficile neutralité dans la « question d’Occident »). Ceux-ci étaient cependant plus soucieux de l’extension de leur propre territoire au détriment des possessions de l’Angleterre au nord et de l’Espagne au sud que du succès des mouvements d’indépendance des Latino-Américains. Les États-Unis tolérèrent la course tant qu’elle ne gênait ni leur propre expansion territoriale (en ouvrant un conflit entre eux et l’Espagne) ni leur commerce.

10L’attitude des Européens était tout aussi ambiguë : politiquement les monarchies étaient hostiles au développement de tout mouvement révolutionnaire ; inversement, elles étaient soucieuses de ménager les gouvernements d’insurgés qui avaient la capacité d’ouvrir ou de fermer leurs ports à leur commerce. C’est pourquoi la France de la Restauration ne fit rien pour aider l’Espagne alors même que des armements privés soutenaient les insurgés et que des corsaires utilisaient le relais des Antilles françaises. Quant aux Anglais, ils se souciaient presque exclusivement de leur commerce et profitaient de la situation pour obtenir de l’Espagne un abaissement des droits de douane. Mais ils négociaient pareillement avec les gouvernements insurgés et les autorités britanniques ne faisaient rien pour empêcher les armements privés en faveur des insurgés qui partaient des Antilles britanniques mais aussi parfois d’Angleterre. La Suède de Bernadotte, à Saint-Barthélemy, et peut être le Danemark à Saint-Thomas, firent montre d’une complaisance à peine dissimulée. « Les ports des nations neutres » manifestaient « bien plus qu’une cordiale indifférence : les corsaires y étaient armés, les marins recrutés, les prises vendues, et les agents des gouvernements indépendants y faisaient l’achat de tout ce dont avait besoin l’insurrection, à commencer par des armes et des munitions » (p. 248). C’est à Haïti que les contradictions étaient les plus fortes : ayant des intérêts communs avec les insurgés hispaniques, les gouvernements haïtiens, très faibles et dépourvus de reconnaissance internationale, étaient aussi contraints à la prudence que leur imposait la peur de susciter de trop vives réactions de la part de la France ou de l’Espagne.

11Dans un dernier chapitre (chap. 6 : l’impératif corsaire de la révolution), l’auteur entend prendre la mesure du rôle joué par les corsaires dans le succès des mouvements d’indépendance. Dès l’année 1816, la chute du nombre des entrées au port de Cadix en provenance de l’Amérique montre clairement l’ampleur des dommages que subit le commerce espagnol. À l’inverse, les prises enrichissaient les insurgés et permettaient de financer les entreprises corsaires (Cochrane dans le Pacifique) voire les opérations militaires sur terre. Les marins, en l’absence de flottes « nationales », ne se contentaient pas d’intervenir pour appuyer les actions militaires des insurgés : ils ouvraient aussi de nouveaux fronts en se projetant au-delà des régions insurgées afin de répandre les idées de la révolution.

12Le travail est soigné, le tableau est fouillé, nourri d’informations précises, souvent directement tirées des archives espagnoles ou françaises, l’auteur a largement exploité les fonds de l’Archivo General de Indias et ceux des archives diplomatiques de La Courneuve. Quelques longueurs, des répétitions (notamment dans le dernier chapitre) ou un excès de subtilité qui donne en certains endroits le sentiment de perdre le fil de la discussion, retranchent parfois au plaisir de la lecture. Sans doute aussi le premier chapitre, consacré au droit de la course, apparaîtra-t-il à certains comme un détour superflu.

13Il ne s’agit pas moins là d’un livre utile, à certains égards surprenant, puisque l’auteur y délivre les prémices d’une thèse de doctorat tout juste engagée. L’ouvrage se referme donc logiquement sur une série de questions qui dessinent les grandes lignes d’un travail à venir. L’approche sera plus sociologique, inscrite dans les pas de Peter Linebaugh et de Marcus Rediker qui envisagent le monde des marins comme une contre-société subversive forgée sur le pont des navires. Pour cela Nicolas Terrien compte s’appuyer sur de nouveaux dépouillements qu’il se propose de faire aux États-Unis, le pays rappelons-le où beaucoup de ces hommes furent recrutés. Souhaitons-lui des vents favorables.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Ragon, « Nicolas Terrien, « Des patriotes sans patrie » : histoire des corsaires insurgés de l’Amérique espagnole (1810-1825) », Cahiers des Amériques latines, 87 | 2018, 207-211.

Référence électronique

Pierre Ragon, « Nicolas Terrien, « Des patriotes sans patrie » : histoire des corsaires insurgés de l’Amérique espagnole (1810-1825) », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 87 | 2018, mis en ligne le 25 octobre 2018, consulté le 12 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cal/8695

Haut de page

Auteur

Pierre Ragon

Université de Paris Nanterre (UMR 8168)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals