Navigation – Plan du site
Lectures

Ignacio Del Valle Dávila, Le nouveau cinéma latino-américain, 1960-1974

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015
Julie Amiot-Guillouet
p. 211-213
Référence(s) :
Ignacio Del Valle Dávila, Le nouveau cinéma latino-américain, 1960-1974, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, 266 p.

Texte intégral

1Les Presses universitaires de Rennes, particulièrement dynamiques ces dernières années dans la publication des recherches les plus récentes, ont fait paraître en 2015 dans la collection « Des Amériques » l’ouvrage d’Ignacio Del Valle Dávila. Il est issu de sa thèse de doctorat, soutenue en 2012. Dans le premier chapitre, l’auteur interroge certains concepts-clés dans la définition de ce « nouveau cinéma latino-américain » (NCLA) : il aborde ainsi la « latino-américanité », la « nouveauté » et l’« unité » qui permettent de ranger des films très divers sous l’étiquette commune qui est l’objet du livre. Ensuite, il étudie un certain nombre de déclinaisons nationales dudit « nouveau cinéma » : à Cuba (chapitres 1 et 6), en Argentine (chapitres 3 et 5), au Brésil (chapitre 4) et au Chili (chapitre 7). L’ouvrage propose en outre une bibliographie de 14 pages, complète et actualisée, du moins pour ce qui concerne l’exégèse hispanophone, lusophone et francophone. L’absence de référence anglo-saxonne est révélatrice du peu de traductions dont font l’objet les travaux en langue anglaise, et l’on peut à ce titre observer que l’ouvrage New Latin American Cinema (2 volumes de 332 et 540 pages) dirigé par Michael T. Martin et publié à Détroit en 1997 n’est pas mentionné, alors même qu’il procède également à une lecture des aspects transnationaux de ce cinéma qu’il complète par ses déclinaisons nationales. Quoi qu’il en soit, l’ouvrage d’Ignacio Del Valle Dávila vient combler un vide bibliographique dans la mesure où, jusqu’à sa parution, il n’existait pas d’approche globale du nouveau cinéma latino-américain qui eût été publiée en français : le travail d’Alexandre Figueirôa Ferreira, La Vague du Cinema Novo en France fut-elle une invention de la critique ?, publié par L’Harmattan en 2000, portait ainsi sur le seul cas brésilien.

2Après une introduction présentant succinctement les débats qui se sont fait jour autour du concept de NCLA, l’auteur resitue utilement le surgissement des films qui ont marqué sa fondation, son développement et sa diffusion dans le contexte continental et mondial des luttes anticoloniales, qui prennent une vigueur particulière en Amérique latine au lendemain de la révolution cubaine de 1959. Il souligne ainsi la portée continentale des mouvements politiques et sociaux qui agitent l’Amérique latine, et qui vont trouver une traduction privilégiée dans un « nouveau cinéma » protéiforme. Si cet effort de contextualisation est fort bienvenu et pertinent, il met peut-être un peu de côté d’autres aspects, plus directement liés à l’histoire du cinéma : l’usure du modèle d’un cinéma de studios qui peine à se renouveler, et dont l’artificialité est dénoncée par de jeunes générations de cinéphiles, critiques et metteurs en scène qui, en Amérique latine comme en Europe, souhaitent voir aborder le cinéma sous l’angle de la culture et de la création artistique. En revanche, l’auteur met très bien en évidence le rôle joué par les grands festivals de cinéma, tant en Amérique latine qu’en Europe, dans la cristallisation d’un mouvement qui a su habilement jouer de sa dimension « latino-américaine » pour se faire connaître auprès des distributeurs et des exploitants (p. 31), ce qui laisse transparaître une indéniable préoccupation commerciale de la part des cinéastes se réclamant de cette appellation.

3Lorsqu’il aborde les différentes déclinaisons nationales du NCLA, Ignacio Del Valle Dávila prend le soin de caractériser les spécificités nationales. Ainsi à Cuba, l’État s’efforce de soutenir un NCLA ouvert sur l’Amérique latine et révolutionnaire tandis qu’en Argentine le contexte est beaucoup plus adverse pour les créateurs (p. 91). L’orientation générale de la réflexion, mais aussi la structuration de l’ouvrage relient efficacement diverses modalités de la création cinématographique latino-américaine des années 1960-1970 sous l’égide unificatrice du NCLA tout en soulignant les différences qui émergent en fonction des contextes nationaux. L’accent mis sur les problèmes de la distribution et de la circulation de ces films (à l’intérieur du continent et à l’étranger, en particulier en Europe) aide à comprendre le manque de visibilité dans un marché globalement dominé par les productions hollywoodiennes.

4Cet ouvrage est par conséquent une bonne introduction aux enjeux du NCLA, même si l’on peut observer que certains écueils, sans doute inhérents à un projet aussi vaste, n’ont pas toujours été évités. Ainsi, l’auteur aborde avec raison les polémiques qui ont pu opposer au Brésil les tenants du Cinema Novo et les critiques leur reprochant de réaliser « des films complexes, qui n’intéressent pas le peuple et qui, par conséquent, n’ont pas de répercussion sociale » (p. 123). Il s’agit là d’un problème majeur rencontré par le NCLA, qui aurait sans doute mérité une approche comparée à la lumière des différents contextes nationaux proposés. De la même manière, et alors que le livre met l’accent à la fois sur les points communs à échelle continentale et sur les variations nationales des projets, certains enjeux relevant de la diplomatie culturelle semblent quelque peu laissés de côté. Par exemple, le rôle joué par Cuba dans la diffusion d’un NCLA dont elle souhaitait apparaître comme le fer de lance est suggéré dans un passage fort intéressant de l’ouvrage qui souligne « à l’intérieur du NCLA des désaccords entre les groupes qui sont en concurrence pour avoir une certaine hégémonie ou, au moins, pour imposer leur propre vision de ce que devrait être le cinéma révolutionnaire » (p. 175). Si la question des relations diplomatiques – par ailleurs fort bien connue et étudiée – entre Cuba et le Chili est évoquée, peu de choses sont finalement établies des relations entre Cuba et d’autres pays latino-américains associés au NCLA, celles-ci sont en effet restées l’horizon d’une recherche qui reste à faire. En outre, la perspective générale adoptée par l’auteur le conduit parfois à aborder certains aspects et certaines œuvres du NCLA qui ont déjà été largement étudiés, comme l’histoire du groupe Cine Liberación en Argentine et du film L’Heure des brasiers, traité par Clara Kriger dans l’ouvrage Cine documental en América latina, dirigé par Paulo Antonio Paranaguá et publié chez Cátedra en 2003.

5Malgré ces quelques réserves, et d’autres tenant à une langue parfois maladroite pour une publication de ce niveau universitaire, l’ouvrage d’Ignacio Del Valle Dávila est une excellente synthèse introductive. Il vient utilement combler une importante lacune historiographique dans le panorama éditorial français et suscitera probablement de nouvelles recherches.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julie Amiot-Guillouet, « Ignacio Del Valle Dávila, Le nouveau cinéma latino-américain, 1960-1974 », Cahiers des Amériques latines, 87 | 2018, 211-213.

Référence électronique

Julie Amiot-Guillouet, « Ignacio Del Valle Dávila, Le nouveau cinéma latino-américain, 1960-1974 », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 87 | 2018, mis en ligne le 25 octobre 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cal/8706

Haut de page

Auteur

Julie Amiot-Guillouet

Université de Cergy-Pontoise

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals