Navigation – Plan du site
Lectures

François-Michel Le Tourneau (dir.), Amazonie brésilienne : usages et représentations du territoire, coll. « Travaux et mémoires », no 88

Paris, Éd. de l’IHEAL, 2017
Christian Girault
p. 218-219
Référence(s) :
François-Michel Le Tourneau (dir.), Amazonie brésilienne : usages et représentations du territoire, coll. « Travaux et mémoires », no 88, Paris, Éd. de l’IHEAL, 2017, 376 p.

Texte intégral

1Ce livre présente les résultats des travaux d’un collectif de chercheurs dirigé par François-Michel Le Tourneau, géographe, directeur de recherche au CNRS, qui a enquêté pendant plusieurs années auprès des « populations traditionnelles » d’une vaste région située dans les États du Pará et de l’Amapá, traversée par des affluents de rive gauche de l’Amazone, comme le Trombetas ou le Jari. Par « populations traditionnelles », il faut entendre, comme l’expliquent bien les auteurs, de petites communautés villageoises, assez isolées, qui regroupent des paysanneries d’origines diverses, exploitant pour le compte de gros commerçants des produits de la forêt comme la noix du Brésil (Bertholletia excelsa) et l’açaíEuterpe oleracera, un palmier dont les fruits sont consommés ou utilisés dans la cosmétique – et complétant leurs moyens de subsistance par une petite agriculture ou un petit élevage. Les données quantitatives et qualitatives recueillies dans les villages montrent une transformation sociale de ces communautés, sur une période de trente à quarante ans, liée au métissage intense de tribus Amérindiennes, de Noirs issus des communautés de marronnage (quilombolas) et de nouveaux venus (Nordestins surtout) ainsi qu’à l’affirmation de la place de l’État qui apporte l’école et des allocations familiales appréciées, qui délimite des aires de protection de l’environnement… Ainsi la région change de visage par un désenclavement progressif, l’arrivée de la télévision et du téléphone mobile et la déforestation se poursuit alors avec le démarrage de l’élevage des bovins et le développement des projets miniers. Par ailleurs les populations, désireuses de mieux s’approprier leur territoire, sont amenées à défendre leurs droits fonciers individuels ou collectifs, à s’organiser en coopératives et à participer davantage à la vie civique au niveau local et aussi au niveau national.

2L’analyse minutieuse des données historiques et socio-économiques villageoises, des modes de vie des familles et l’étude des « cartes mentales » de leur environnement dessinées par les résidents permettent de dresser un tableau convaincant de réalités insaisissables pour des observateurs pressés. L’élaboration de la méthodologie des enquêtes, la mise en commun des données obtenues sur trois sites principaux de recherche et leur traitement ont certainement demandé une « orchestration » délicate. La structure bien organisée de l’ouvrage qui accorde une place nécessaire à la contextualisation géographique et historique de la région étudiée (première partie) permet de traiter à fond les thèmes des activités agricoles et d’extraction (deuxième partie), de la connaissance de l’espace vécu par ces populations (troisième partie) et des questions de mobilité entre ville et forêt et de statuts fonciers (quatrième partie).

3Cet ouvrage collectif offre ainsi une riche « traversée » d’un espace amazonien qui, remarquons-le, est voisin de notre département de la Guyane, déjà bien sillonné par les équipes multidisciplinaires de l’IRD et du CNRS et constitue une nouvelle contribution de valeur à la vaste bibliographie française sur le Brésil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Girault, « François-Michel Le Tourneau (dir.), Amazonie brésilienne : usages et représentations du territoire, coll. « Travaux et mémoires », no 88 », Cahiers des Amériques latines, 87 | 2018, 218-219.

Référence électronique

Christian Girault, « François-Michel Le Tourneau (dir.), Amazonie brésilienne : usages et représentations du territoire, coll. « Travaux et mémoires », no 88 », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 87 | 2018, mis en ligne le 25 octobre 2018, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cal/8745

Haut de page

Auteur

Christian Girault

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, Creda (UMR 7227).

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals