Navigation – Plan du site
Éditorial

50 ans !

Capucine Boidin et David Garibay
p. 5-10

Texte intégral

  • 1 Comme d’autres revues aujourd’hui, les CAL raccourcissent, partagent et féminisent leurs mandats. L (...)

1Fondée en 1968, la revue des Cahiers des Amériques latines fête aujourd’hui cinquante ans de passion pour les sciences humaines et sociales de l’Amérique latine. Cinquante ans de pluridisciplinarité « scientifique mais vivante » selon l’expression qu’emploie Pierre Monbeig dans le premier édito de la revue. Cinquante ans de dévouement et d’opiniâtreté des équipes directrices pour en faire une publication de premier rang1. Des historiens, des géographes, un politiste et actuellement une anthropologue, issus de l’IHEAL, de l’EHESS, de l’IRD et de l’université de Lyon 2 n’ont eu de cesse de faire dialoguer et progresser leurs disciplines comme le latino-américanisme.

Les couvertures des Cahiers des Amériques latines depuis cinquante ans

Les couvertures des Cahiers des Amériques latines depuis cinquante ans

2Cinquante ans, c’est l’occasion pour la revue d’interroger son identité. Faut-il conserver dans le titre « Cahiers » et « Amériques latines » ? Ne faudrait-il pas s’appeler Cahiers des Amériques ? Ou Cahiers des Amériques latines et caribéennes ? Ou Revue internationale des Amériques latines ? La question se pose depuis plusieurs années en comité. « Cahier » serait suranné et trop institutionnel. De fait, l’appellation Cahier vient d’une première mouture irrégulière de la revue, les Cahiers de l’IHEAL, qui auraient été dirigés par Denise Douzant-Rosenfeld [Berthe, 1998, p. 16]. L’expression « Amérique latine » est certes une catégorie de l’action publique internationale, mais n’est plus une catégorie analytique. Elle structure encore des institutions de recherche (comme le Clas, le Center of Latin American Studies à Cambridge), des congrès comme celui du Lasa (Latin American Studies Association), des portails de revues (scielo, redalyc, etc.) et évidemment l’Institut des hautes études d’Amérique latine qui porte la revue. Pourtant, jamais les soupçons n’ont été plus forts autour de cette dénomination dans les sciences sociales. Soupçon qui s’applique par ailleurs aux aires culturelles en général, que ce soit la Mésoamérique, les sociétés amazoniennes, « lo andino », les Amériques noires ou indiennes. Certains auteurs la récusent, lui préférant celles d’Amérique lusophone, hispanophone, ibérique, sociétés américaines post-esclavagistes ou plus récemment de « nuestra América » [Mara Viveros, 2018]. D’autres choisissent de penser les Amériques dans leur ensemble, comme le Creda et l’Institut des Amériques. Enfin nombre d’entre nous s’habituent à regarder les espaces bleus des atlas sous les labels d’atlantique noir ou d’histoire atlantique tandis que certains s’attachent à croiser ou connecter les histoires impériales. Alors, faut-il encore garder l’expression ?

3L’histoire de l’expression « Amérique latine » est aujourd’hui mieux connue et nuancée. Elle remonte au milieu du xixe siècle, lorsque les États-Unis se construisent comme puissance politique au détriment du Mexique, qui au même moment repousse les invasions napoléoniennes… Français qui développent alors le latinisme pour mieux contrer le germanisme. Loin d’être seulement née comme une catégorie de l’impérialisme français des années 1860, elle est aussi et surtout une catégorie que mobilisent les auteurs hispano-américains eux-mêmes, dès les années 1850, pour distinguer les destins différenciés du nord et du sud du continent [Ardao, 1965 ; Rojas Mix, 1986 ; Quijada, 1998 ; Marcilhacy, 2015]. Cette catégorie pourrait bien continuer à rassembler des chercheur.e.s qui s’identifient à un passé, un présent et un avenir spécifiques aux suds… expression qui ne fait pas moins débat [Gervais-Lambony et Landy, 2007]. À l’heure où le président Trump redonne vigueur aux pensées racistes des suprématistes blancs des États-Unis et où le futur président brésilien Bolsonaro réactive l’idée des vertus du blanchiment de la race au Brésil, revendiquer des Amériques plurielles et latines garde un certain sens. Parce que des questions et des traditions de pensées communes, surgies des terres du sud animent et agrègent des communautés d’argumentation vivantes.

  • 2 Dossier coordonné par Angela Cuhna Neves, Lena Lavinas et Hélène Le Doare, Cahiers des Amériques la (...)

4Comme dans la plupart des revues multidisciplinaires axées sur une région du monde, les Cahiers articulent des connaissances aréales et des questionnements théoriques propres aux sciences sociales, tout en favorisant des débats académiques transnationaux. Le premier dossier thématique des Cahiers est ainsi consacré aux « Mouvements de femmes en Amérique latine : nouveaux espaces de lutte » en 19822. Les démocratisations des années 1980 et 1990 nourrissent ainsi des débats plus généraux sur la citoyenneté, le multiculturalisme, la mémoire des violences. Les crises sociales s’accompagnent de réflexions sur le lien entre inégalités et démocratie, sur les formes de violence sociale, sur l’articulation paradoxale entre néopopulisme et néolibéralisme, sur les modèles de politiques de développement, la lutte contre la pauvreté, les relations de genre. La crise environnementale interroge la gouvernance des ressources, en particulier minières. Le « tournant à gauche » qui s’amorce au tournant des années 2000 nourrit des analyses sur la démocratie participative, sur les liens entre le pouvoir et les mouvements sociaux, sur les formes de personnalisation des régimes, sur les possibilités et les limites des démocraties dites radicales. Il ne serait pas étonnant que les évolutions politiques en cours dans des pays comme le Brésil ouvrent à leur tour de vifs débats sur les liens entre justice et politique, sur les nouvelles formes d’autoritarismes institutionnels de légitimation de la violence et de la répression ou sur les processus de construction des opinions.

5Dans l’édito qui ouvrait la deuxième série des CAL, en 1985, Guy Martinière se félicitait du poids du latino-américanisme dans les sciences sociales françaises (800 spécialistes) et souhaitait renforcer la présence de nos collègues latino-américains dans la revue. L’analyse systématique menée vingt ans plus tard met en valeur la diversité et l’équilibre des disciplines (la géographie, l’histoire et la sociologie étant plus représentées que l’anthropologie, la science politique ou l’économie) et montre que 36 % des auteurs sont rattachés à des institutions latino-américaines et 52 % à des institutions françaises [Compagnon, 2010 ; Garibay et Hoffmann, 2015]. Il nous restait à mieux cerner le lectorat des Cahiers. Nous remercions Hervé Théry qui a cartographié cette année les consultations des pages des CAL à partir des données fournies par le site d’OpenEdition. La carte visualise la force de certains liens européens (Belgique, Pays-Bas, Allemagne) et atlantiques, en particulier avec les pays caribéens, le Chili, l’Argentine, la Colombie et le Canada (qui compte moins de lecteurs en chiffres absolus que les États-Unis) [cercles sur la carte ci-après] mais plus de vues en chiffres relatifs [gris foncé].

Carte 1. Cahiers des Amériques latines, pages vues en 2017

Carte 1. Cahiers des Amériques latines, pages vues en 2017

Source : élaboration par Hervé Théry depuis OpenEdition, Cartes & données — Articque.

  • 3 Alain Musset, déclarait en 1998 avec Mona Huerta qu’ils « accompagnaient » leur volume anniversaire (...)
  • 4 Tous les volumes de la deuxième série (1985-) sont sur notre site en format pdf puis à partir du no(...)
  • 5 Ces procédures réduisent considérablement l’édition, la correction ortho-typographique et le maquet (...)

6Cinquante ans, c’est l’occasion pour l’équipe actuelle des CAL de prendre des décisions fortes. La revue sera désormais uniquement publiée sous format numérique sur la plateforme d’OpenEdition Journals. Il y a vingt ans, la revue offrait sur cédérom un surplus et une diversification de ses informations3. Dix ans plus tard, l’édition en ligne s’ajoutait à la publication papier. Aujourd’hui, la numérisation rend le papier superflu, voire lent et encombrant. Le papier serait presque trop ancré dans un territoire particulier et une langue nationale pour être réellement à la hauteur de l’actuelle circulation mondiale des idées4. La digitalisation rend possibles — mais non automatiques — des relations plus horizontales, plurilingues et internationales. On aimerait cependant faire l’éloge d’une certaine lenteur. Par rapport aux revues nativement numériques comme Nuevo Mundo Mundos Nuevos ou Ideas qui ont d’emblée adopté des procédures, une réactivité et une créativité propres à l’édition en ligne, les Cahiers des Amériques latines héritent et souhaitent faire vivre les savoir-faire de l’édition papier, avec une attention particulière donnée au format page et à sa numérotation, en particulier pour les dossiers5.

7Nous continuerons donc à organiser des dossiers sur des pays et des problématiques contemporaines, mais aussi sur des concepts et auteurs qui font débat afin de favoriser le dialogue entre les disciplines des sciences humaines et sociales. L’équilibre est subtil puisqu’il s’agit de publier des articles très bien évalués dans leurs disciplines d’origines (évaluations anonymes) mais aussi lisibles au-delà des cercles de spécialistes (évaluation par le comité de rédaction, pluridisciplinaire). L’équipe aura désormais à cœur d’intégrer plus largement des collègues de toutes générations et nationalités et de publier davantage d’articles dans leur langue originale, que ce soit en espagnol, en anglais ou en portugais dans les numéros à venir : en 2019 sur le Paraguay, trente ans après la chute de la dictature de Stroessner, les hiérarchies ethno-raciales en Guyane, les migrations ; en 2020 sur prohibitions, pluralisme juridique, « Bourdieu dans les Amériques » et en 2021 sur sexualités, arts, christianismes amérindiens… Heureux hasard que le dossier de ce numéro anniversaire soit consacré aux naissances en Amérique latine.

Haut de page

Bibliographie

Gervais-Lambony Philippe et Landy Frédéric, « Introduction au dossier “On dirait le Sud” », Autrepart, no 41, 2007, p. 3‑14. Disponible sur : doi:10.3917/autr.041.0003

Ardao Arturo, Génesis de la idea y el nombre de América Latina, Caracas, Centro de Estudios latinoamericanos « Rómulo Gallegos » V Consejo Nacional de la Cultura, 1980.

Ardao Arturo, « La idea de Latinoamérica », Semanario Marcha, no 1282, Montevideo, 27 novembre 1965.

Berthe Jean-Pierre, « À l’origine des CAL », Cahiers des Amériques latines, no 28-29, 1998, p. 15-18.

Compagnon Olivier, « Les Cahiers des Amériques latines : bilan d’étape et perspectives », Cahiers des Amériques latines, no 65, 2010, p. 7-16. Disponible sur : http://journals.openedition.org/cal/230

Compagnon Olivier, « Avant-propos », Cahiers des Amériques latines, no 48-49, 2005, p. 5-6. Disponible sur : http://journals.openedition.org/cal/7852

Garibay David et Hoffmann Odile, « Les Cahiers des Amériques latines dans un paysage éditorial changeant », Cahiers des Amériques latines, no 78, 2015, p. 7-17. Disponible sur : http://journals.openedition.org/cal/3496

Marcilhacy David, « “¡Nada de latinismos!” Amérique “latine” ou Amérique “hispanique” : batailles symboliques et idéologiques autour d’une dénomination », Cahiers d’études romanes, revue du CAER, no 30, 2015, p. 199-222. Disponible sur : doi:10.4000/etudesromanes.4846

Martinière Guy, « Éditorial », Cahiers des Amériques latines Deuxième série, no 1, 1985.

Musset Alain et Huerta Mona, « 30 ans ! », Cahiers des Amériques latines, no 28-29, 1998, p. 9-13.

Quijada Mónica, « Sobre el origen y difusión del nombre “América Latina” (o una variación heterodoxa en torno al tema de la construcción social de la verdad) », Revista de Indias, vol. 58, no 214, 1998, p. 595616. Disponible sur : doi:10.3989/revindias.1998.i214.749

Rojas Mix Miguel, « Bilbao y el hallazgo de América latina: Unión continental, socialista y libertaria… », Caravelle, Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien, no 46, 1986, p. 35-47.

Viveros Vigoya Mara, Les Couleurs de la masculinité : expériences intersectionnelles et pratiques de pouvoir en Amérique latine, Paris, La Découverte, 2018.

Haut de page

Notes

1 Comme d’autres revues aujourd’hui, les CAL raccourcissent, partagent et féminisent leurs mandats. Les CAL Première série sont dirigés par le directeur de l’IHEAL. Nombreux.ses sont ceux et celles qui ont fait vivre cette première série des Cahiers : Thérèse Bouysse Cassagne durant 15 années, Hélène Le Doare, Jean-Pierre Berthe, Jacques Chonchol et Claude Collin-Delavaud. Puis, dans la nouvelle série : Mona Huerta, Ramon Safon, Carmen Falconnet, Françoise Roujean, Pierre Jarrigue. Les CAL Nouvelle Série ont un rédacteur en chef, Guy Martinière (no 1-10, 1985-1990) ; Bernard Bret (no 11-22, 1991-1996) ; Pierre Ragon (no 23-24, 1996-1997) ; Alain Musset (no 25-47, 1997-2005) ; Olivier Compagnon (2005-2014) ; Odile Hoffmann et David Garibay (2015-2017) ; David Garibay et Capucine Boidin (2018).

2 Dossier coordonné par Angela Cuhna Neves, Lena Lavinas et Hélène Le Doare, Cahiers des Amériques latines, juillet-décembre 1982, no 26.

3 Alain Musset, déclarait en 1998 avec Mona Huerta qu’ils « accompagnaient » leur volume anniversaire « d’un cédérom permettant aux possesseurs d’un ordinateur PC-multimedia de prolonger leur lecture, de l’approfondir et de l’enrichir grâce aux informations contenues dans le support informatique ». Le cédérom comprenait un index général des Cahiers depuis leur fondation, des cartes, des tableaux et un enregistrement sonore d’Alejo Carpentier [Musset et Huerta, 1998, p. 10].

4 Tous les volumes de la deuxième série (1985-) sont sur notre site en format pdf puis à partir du no 33 (2000-), tous les numéros sont en ligne en texte intégral. La numérisation des sommaires de la première série (1968-1984) est en cours. Les articles seront scannés et mis en ligne en fonction des demandes.

5 Ces procédures réduisent considérablement l’édition, la correction ortho-typographique et le maquettage des articles qui peuvent être réalisés par une même personne, le plus souvent non-professionnel de l’édition. Au passage, le paragraphe remplace la page et le lecteur fait défiler le contenu plutôt qu’il ne le feuillette. Observation fondée sur la participation de Capucine Boidin aux premières années de la revue Nuevo Mundo Mundos Nuevos dans les années 2002 et 2007 et à la fondation avec Hélène Combes, Justine Faure, Caroline Rolland-Diamond, Christine Zumello et Violaine Jolivet de la revue Ideas en 2011 pour l’Institut des Amériques.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Les couvertures des Cahiers des Amériques latines depuis cinquante ans
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/8775/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/8775/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 976k
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/8775/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/8775/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/8775/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Carte 1. Cahiers des Amériques latines, pages vues en 2017
Crédits Source : élaboration par Hervé Théry depuis OpenEdition, Cartes & données — Articque.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/8775/img-6.png
Fichier image/png, 654k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Capucine Boidin et David Garibay, « 50 ans ! », Cahiers des Amériques latines, 88-89 | 2018, 5-10.

Référence électronique

Capucine Boidin et David Garibay, « 50 ans ! », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 88-89 | 2018, mis en ligne le 23 janvier 2019, consulté le 16 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/cal/8775

Haut de page

Auteurs

Capucine Boidin

Comité de rédaction

Articles du même auteur

David Garibay

Comité de rédaction

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals