Navigation – Plan du site
Lectures

Aliocha Maldavsky (dir.), Les Laïcs dans la mission : Europe et Amériques xvie-xviiie siècles

Tours, Presses universitaires François-Rabelais, coll. « Perspectives historiques », 2017
Amaia Cabranes
p. 183-186
Référence(s) :
Aliocha Maldavsky (dir.), Les Laïcs dans la mission : Europe et Amériques xvie-xviiie siècles, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, coll. « Perspectives historiques », 2017, 264 p.

Texte intégral

  • 1 Un nouvel ouvrage — celui-ci en langue espagnole — vient de paraître, Invertir en lo sagrado: salva (...)

1Cet ouvrage se distingue tout d’abord par son objet d’étude : la participation des laïcs dans la mission catholique à l’époque moderne — question à peine effleurée par l’historiographie, ou du moins pas abordée de manière directe et systématique jusqu’à présent1.

2Le livre se compose d’un ensemble d’articles — une série d’études de cas — embrassant une période chronologique de trois siècles, du xvie au xviiie, et un espace qui s’étend de l’Europe méditerranéenne (Italie, France, Espagne) aux territoires américains, français et espagnols nés de l’expansion atlantique de ces deux pays. La perspective euro-américaine correspond à l’attachement institutionnel des auteurs des différents textes (France-Amériques).

3Le recueil est organisé en trois parties, précédées par une introduction de la directrice de l’ouvrage, Aliocha Maldavsky, et clôturées par un « contrepoint » concernant les missions protestantes écrit par Yves Krumenacker.

4La première partie du livre regroupe trois articles consacrés aux « donations, financements et fondations » faits par des laïcs en faveur de l’œuvre missionnaire. La deuxième partie, composée également de trois textes, aborde la question des « relais indigènes et locaux ». Et la troisième, dédiée aux rapports entre « laïcs, apostolat et esclavage », comporte deux textes et configure, en quelque sorte, un ensemble caribéen : Nouvelle Orléans et Antilles françaises.

  • 2 Sur la définition de « laïc » et l’intégration dans cette catégorie des populations indiennes et es (...)

5L’axe central de l’ouvrage, comme son titre le laisse entendre, concerne les acteurs : qui sont ces « laïcs2 » ? Quelles sont leurs motivations et les modalités de leur action dans la mission ? Nous ne pouvons pas rendre compte de manière exhaustive de la totalité des réponses avancées dans ces travaux, mais nous dégagerons deux idées qui traversent l’ensemble de l’œuvre et nous paraissent essentielles : l’agentivité des femmes et celle des groupes sociaux ciblés par l’action missionnaire, engagés à leur tour dans l’apostolat. En effet, le livre met en scène de « nouveaux » acteurs sociaux — notamment les femmes, les Indiens et les esclaves — traditionnellement invisibilisés par une historiographie religieuse centrée sur les institutions ecclésiastiques. Cette approche à travers le groupe des laïcs ouvre ainsi une fenêtre sur des réalités peu connues des sociétés de la période moderne.

6Quatre études parmi celles qui composent le recueil portent spécifiquement sur les femmes laïques. Ariane Boltanski analyse le financement par deux femmes de l’aristocratie romaine du xviie siècle des missions rurales menées par les jésuites dans leurs domaines respectifs. Boltanski met en évidence la complexité des motivations de ces deux femmes de pouvoir : leurs attentes sotériologiques, leur désir de contrôler socialement les populations rurales ainsi que leur détermination à développer leur capacité d’action et leur autonomie en gérant elles-mêmes leur patrimoine. Dominique Deslandres identifie cet empowerment féminin au moment de la colonisation française de l’Amérique et démontre la participation des femmes à la fondation de la société civile par l’entremise de la bienfaisance, l’éducation et la santé. En même temps, Deslandres introduit la question des « relais » indigènes dans la conversion des nouvelles populations conquises à travers le rôle que jouent les Amérindiennes chrétiennes. De l’autre côté de l’Atlantique, on retrouve d’autres « relais » féminins dans l’article de Pierre-Antoine Favre : les dévotes séculières de Douarnenez (Bretagne) désignées par Le Nobletz pour la diffusion après sa mort de ses peaux peintes et de ses gloses.

7La question des « relais », très abondamment abordée dans l’ouvrage — bien au-delà du cadre de la deuxième partie, six articles lui sont consacrés —, peut également être considérée en termes d’agentivité de groupes subalternes, notamment des Indiens et des esclaves. La question est, par ailleurs, susceptible de recouper une analyse historique du genre comme le met en évidence l’article d’Emily Clarck. Centré sur la Nouvelle Orléans au xviiie siècle, l’auteur distingue une occupation de l’espace sacré selon les sexes qui correspond à des modes d’évangélisation et des configurations sociales distinctes pendant la période espagnole ou française de la Louisiane. Le programme missionnaire mené par les Ursulines françaises vise fondamentalement les populations féminines, les esclaves ont pu retrouver dans cette stratégie des religieuses certains aspects formels de la ségrégation sexuelle qui caractérisait leur vie antérieure. Captives converties ou esclaves nées créoles, elles ont mené une campagne intime d’évangélisation auprès des hommes esclaves. Ensuite, la Real Pragmática promulguée par Charles III d’Espagne encourage les hommes libres de couleur appartenant à la milice des nègres de la Louisiane à s’« investir » dans le sacrement du mariage, notamment en tant que parrains, leur ouvrant ainsi une voie de promotion sociale.

  • 3 On retrouve dans d’autres missions jésuites des traces de cette indépendance indigène dans les acti (...)

8Par ailleurs, l’« agency » indigène dans le processus de conversion est exhaustivement analysée par Guillermo Wilde dans le contexte des missions jésuites des forêts sud-américaines (les réductions des régions des Indiens guaranis, chiquitos et moxos). Wilde présente l’évolution des dévotions indigènes depuis la formation des réductions au début du xviie siècle jusqu’au xixe siècle — au-delà même de l’expulsion des jésuites. L’auteur montre comment à partir de la constitution d’un corps, de confréries, ou la formation d’indigènes susceptibles de les assister dans la mission (sacristains, musiciens, artisans, etc.), les jésuites ont fini par perdre le contrôle des populations en même temps que les Indiens ont gagné progressivement en autonomie dans les activités liturgiques3.

9Dans ces espaces dits de frontière où, faute d’une forte présence hispanique, la mission a joué un rôle essentiel dans l’occupation de l’espace et le contrôle des populations, les militaires ont collaboré étroitement avec les pères. Une étude sur ces autres acteurs laïcs de la mission aurait également trouvé toute sa place dans ce recueil.

10La grande diversité d’approches des études qui composent le livre rend compte en elle-même de la complexité et de l’ampleur de l’action des laïcs au sein de la mission. Celle-ci étant comprise d’ailleurs dans un sens large dont la pluralité dépasse les catégories de mission intérieur et extérieur. Le foisonnement de sources mobilisées (chroniques et correspondances, sources inquisitoriales, registres paroissiaux, testaments, etc.) offre une vue panoramique et comparative sur des réalités plurielles qui est également très intéressant d’un point de vue méthodologique.

11Concernant l’analyse des sources inédites, on peut souligner l’étude ethno-historique de Bérénice Gaillemin sur les catéchismes pictographiques, détournés de leur usage initial — convertir les néophytes —, par la noblesse indigène en Nouvelle-Espagne à la fin du xvie siècle afin de revendiquer des privilèges (encomiendas). Il peut être intéressant de s’interroger sur l’intérêt que présenterait l’analyse d’autres sources iconographiques susceptibles d’éclairer les rapports entre laïcs et mission, par exemple la peinture religieuse où les donateurs se font représenter.

12Enfin, la volonté comparatiste de l’ouvrage est présente de manière paradigmatique dans l’article de Byron Ellsworth Hamann qui ouvre le recueil. Il s’agit d’une étude comparative de deux enquêtes inquisitoriales du milieu du xvie siècle : l’une menée contre un encomendero de la région de Oaxaca (Nouvelle-Espagne) et l’autre contre un seigneur du Royaume de Valence (Espagne), tous les deux accusés de défendre les pratiques religieuses non chrétiennes des populations de leur ressort — idolâtres et islamiques respectivement. C’est ainsi que la relation des laïcs à la mission peut-être également comprise en termes d’inaction.

Haut de page

Notes

1 Un nouvel ouvrage — celui-ci en langue espagnole — vient de paraître, Invertir en lo sagrado: salvación y dominación territorial en América y Europa, siglos xvi-xx, de Roberto Di Stefano et Aliocha Maldavsky. Ce volume, dont le cadre chronologique comprend la période moderne et contemporaine, met l’accent sur la dimension spatiale et territoriale de l’« investissement » des laïcs dans la sphère du sacré. Il est disponible en ligne sur :

2 Sur la définition de « laïc » et l’intégration dans cette catégorie des populations indiennes et esclaves des Amériques, lire l’introduction d’Aliocha Maldavsky.

3 On retrouve dans d’autres missions jésuites des traces de cette indépendance indigène dans les activités liturgiques. Les ordonnances de 1610 établies pour le père visiteur Rodrigro de Cabredo pour les missions en Nouvelle-Biscaye autorisent explicitement les assistants indigènes des religieux, dits temachtianos ou maîtres de doctrine, à baptiser les enfants mourants en l’absence du missionnaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amaia Cabranes, « Aliocha Maldavsky (dir.), Les Laïcs dans la mission : Europe et Amériques xvie-xviiie siècles », Cahiers des Amériques latines, 88-89 | 2018, 183-186.

Référence électronique

Amaia Cabranes, « Aliocha Maldavsky (dir.), Les Laïcs dans la mission : Europe et Amériques xvie-xviiie siècles », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 88-89 | 2018, mis en ligne le 23 janvier 2019, consulté le 16 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/cal/9014

Haut de page

Auteur

Amaia Cabranes

Université de Bordeaux

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals