Navigation – Plan du site
Lectures

Clémentine Berjaud, Cinq sur cinq, mi Comandante ! Contribution à l’étude des réceptions des discours politiques télévisés

Paris, Éditions Dalloz, 2016
Erica Guevara
p. 163-167
Référence(s) :
Clémentine Berjaud, Cinq sur cinq, mi Comandante ! Contribution à l’étude des réceptions des discours politiques télévisés, Paris, Éditions Dalloz, 2016, 460 p.

Texte intégral

1Issu d’une thèse de doctorat en science politique soutenue en 2014, cet ouvrage pose une question souvent abordée dans les médias en Amérique latine, mais qui n’avait jamais été étudiée scientifiquement : comment ont été reçues par les téléspectateurs les quelque 3 500 heures de discours prononcées par Hugo Chávez à la télévision durant près de quinze ans ? L’auteure explore ainsi un domaine souvent négligé dans le champ de la recherche, celui de la réception, et apporte une contribution majeure à la compréhension du Venezuela des années 2000.

2Face aux défis d’une telle étude, plusieurs postulats forts, autant théoriques que méthodologiques, constituent le socle de cette enquête réalisée « par le bas » : tout d’abord, les récepteurs ne sont ni atomisés, ni socialement indifférenciés, ni passifs. Leurs pratiques sont socialement ancrées, et il est nécessaire de tenir compte de leurs dispositions sociales tout au long de l’analyse des différentes étapes du processus de réception afin de pouvoir le restituer. Ainsi, l’auteure part de l’idée qu’il est possible de tenir ensemble des questions de recherche venues de différents horizons sous-disciplinaires en « les faisant fonctionner » sur le terrain, dans le cadre d’une démarche de sociologie politique de la réception. Des notions classiques telles que celle de l’« attention oblique » développée par Richard Hoggart et par les Cultural Studies, celle de « compétence politique » amplement travaillée par les études sur les processus de politisation en France, ou encore celle de « leader d’opinion » de Paul Lazarsfeld et Elihu Katz, sont testées sur le contexte vénézuélien, et ajustées continuellement à travers de nombreux allers retours entre terrain et théorie. Les travaux portant sur les mécanismes de formation des opinions politiques sont eux aussi largement mobilisés, à travers des auteurs tels que Philip Converse, John Zaller ou William Gamson. En ce sens, cet ouvrage permet de faire dialoguer de nombreux courants de recherche, au croisement de la sociologie de la communication et de la sociologie politique.

3Afin de se donner les moyens de répondre à ces questions, un dispositif empirique très conséquent a été mis en place, auquel est consacré un chapitre préliminaire. Il comprend plusieurs séjours d’inspiration ethnographique (en zone rurale, dans des quartiers populaires et plus aisés de la capitale), pendant lesquels ont été réalisés des entretiens collectifs filmés ou « focus groups ». Différents extraits de discours télévisés de Hugo Chávez y ont été diffusés et soumis à la discussion. Les réactions des enquêtés, leurs réponses, mais aussi leur langage non verbal, leurs attitudes et leurs interactions dans le dispositif constituent le matériau central de l’analyse. Afin d’approfondir les résultats, des entretiens semi-directifs ont été réalisés avec les enquêtés, ainsi que des observations participantes dans leurs lieux de vie quotidienne. La combinaison des méthodes et le soin accordé tout au long du livre à la description détaillée des raisonnements qui sous-tendent la construction des données empiriques, ainsi qu’au dépassement des obstacles et des biais apparus pendant l’enquête, représentent ainsi un des apports les plus intéressants de l’ouvrage. Des questionnaires, administrés pendant les entretiens, permettent de collecter et de quantifier des détails sur les profils des enquêtés, et de croiser et d’affiner les conclusions. Cartographies des déplacements télévisés de Hugo Chávez, mais aussi graphiques, photos, et même croquis des logements des enquêtés, l’ouvrage foisonne en données empiriques de toutes sortes, et représente une source précieuse sur les médias au Venezuela, mais aussi sur la situation politique du pays.

4Afin de saisir la réception des discours politiques télévisés, la thèse de l’auteure est claire : il est nécessaire de la considérer comme un processus incrémental, composé d’éléments et d’étapes successives qui doivent être décrits de manière détaillée, et dont les imbrications doivent être comprises, avant de pouvoir tirer des conclusions sur les effets de ces contenus. Ces étapes sont l’entrée en réception, l’attention, l’interprétation, décomposée en réception immédiate et en réception différée. Ce n’est qu’après avoir étudié l’ensemble de ce processus qu’il devient possible, dans le dernier chapitre, de revenir sur la question des « effets » de la communication politique. Ces éléments et de ces étapes doivent être tout d’abord situés en contexte, médiatique, mais aussi juridique, politique et social, en commençant par le « message initial », ou l’étape de « production » des contenus audiovisuels. Les pratiques discursives télévisées de Hugo Chávez sont donc tout d’abord déconstruites et classées en plusieurs dimensions (électorale, gestionnaire et cérémonielle), en fonction de leurs caractéristiques et de leur rôle dans la stratégie de communication politique du gouvernement. Les dispositifs scéniques décrits mettent en évidence deux tensions, entre personnification du pouvoir et mise en scène de la territorialité. Souvent enchevêtrées, ces différentes dimensions doivent néanmoins être identifiées afin de pouvoir saisir l’épaisseur des pratiques symboliques et médiatiques de Hugo Chávez.

5Un chapitre très original est ensuite consacré à deux moments essentiels du processus de réception, pourtant souvent oubliés dans les études sur le sujet, alors qu’ils déterminent toutes les autres étapes : « l’entrée en réception » et « l’attention ». L’auteure y déconstruit le processus qui conduit un citoyen à s’exposer à un discours politique télévisé tout d’abord, mais aussi à y être attentif et à le rester. Elle aboutit à une classification des raisons subjectives de l’exposition aux discours politiques de Hugo Chávez, parmi lesquelles figurent des expositions politiques, non politiques (plaisir sportif ou divertissement), mais aussi « fortuites » ou non assumées. En croisant ces données avec les propriétés sociales des enquêtés, et en réinscrivant leurs pratiques de réception dans plusieurs espaces d’interaction quotidienne et familiale, elle retrace « le champ des possibles des entrées en réception, au-delà des justifications produites par les récepteurs eux-mêmes » (p. 143) et montre qu’il existe une répartition socialement ancrée des modalités de justifications repérées. Sont par exemple mises en évidence des incohérences entre les pratiques de non-exposition affirmées par trois médecins pendant un entretien collectif et leur connaissance pourtant approfondie des discours télévisés de Hugo Chávez (p. 126), témoignant ainsi d’une contre-exposition partisane non assumée dans un cercle social opposé au président, où le visionnage de ces contenus est considéré comme une pratique illégitime. Parmi les cas d’expositions fortuites non assumées, l’auteure distingue également les « expositions imputées » (à un tiers, souvent faisant partie de la famille, qui contrôle la télécommande) et les « expositions impensées » (par exemple, dans un salon de coiffure ou dans un restaurant, où la télévision reste allumée toute la journée). Les conditions sociales de l’exposition dépendent aussi de variables objectives, identifiables grâce à l’approche ethnographique, qui permet de repérer où est placée la télévision dans les foyers des enquêtés, ou les pratiques de visionnage dans le cadre d’interactions familiales souvent cadrées par les rapports de genre ou par les urgences routinières.

6L’auteure réinvestit ensuite la notion d’« attention oblique » de R. Hoggart, en la déconstruisant et en l’affinant. Il apparaît ainsi que l’attention à un contenu télévisé est utilisée par les enquêtés comme un marqueur de position politique. Elle dispose aussi d’un caractère collectif, car elle peut être transmise par le rôle d’un intermédiaire, guidée ou contrainte par un participant en particulier. En plus des propriétés sociales des enquêtés, les variations de l’attention doivent aussi être analysées dans le temps et en fonction des contenus à l’écran (ce qui attire le plus l’attention) et des aléas de la vie quotidienne (simultanéité des pratiques), afin d’identifier les séquences de moments d’attention et d’inattention. L’observation des premières réactions des enquêtés aux discours visionnés représente, selon l’auteure, un bon indicateur pour saisir l’attention, qui permet de mettre en évidence la complexité des facteurs et des combinaisons qui sous-tendent l’entrée en réception des téléspectateurs.

7Une fois compris ce processus, il devient alors possible d’étudier l’interprétation des discours. Clémentine Berjaud s’interroge alors sur les rapports entre compétences politiques et appréhension des discours par les téléspectateurs. Quels sont les outils, les connaissances et les expériences convoqués par les récepteurs face aux messages de Hugo Chávez, et est-ce qu’ils en font des interprétations « politiques » ? L’étude des trajectoires et des rapports au politique des enquêtés, à l’aune de leurs parcours militants ou de leurs formes d’engagement, est aussi un préalable pour saisir comment les récepteurs mobilisent (ou pas) leurs stocks de connaissances politiques comme une ressource (compétences politiques), ou comment ils font appel à d’autres grilles de lecture extrapolitiques pour donner du sens à un discours politique (compétences politisées), de façon dynamique. À travers de nombreux extraits d’entretiens biographiques et d’entretiens collectifs qui permettent de construire des « idéaux-types d’interprétations », les chapitres trois et quatre dessinent aussi de manière fine, riche et nuancée une série de portraits des Vénézuéliens pendant le régime de Hugo Chávez, et des matérialisations concrètes du politique dans leur vie quotidienne. Loin de tout populisme et de tout misérabilisme, l’auteure démontre que, bien que socialement ancrées, les interprétations politiques ne sont pourtant pas directement corrélées aux positions sociales. De nombreuses lectures mobilisant autant des ressources politiques et extrapolitiques peuvent être faites par différents profils d’enquêtés, quels que soient leur orientation politique et leur milieu social d’origine.

8L’analyse insiste également sur le caractère collectif des processus de réception, et démontre, à travers l’étude des interactions et des processus de répartition de la parole au sein des focus groups, comment les structurations internes des collectifs entraînent immédiatement des mécanismes asymétriques de co-construction du sens, en fonction des positions hiérarchiques, d’assignations de genre, des positionnements idéologiques. Ces dynamiques peuvent ainsi conduire les enquêtés à développer des interactions privilégiées avec certains interlocuteurs, tout en en excluant d’autres, mais peuvent aussi aider à construire un raisonnement à partir de la mutualisation des connaissances dont chacun dispose. En plus des réceptions immédiates, sont aussi intégrés à l’analyse les réceptions différées, le rôle des leaders d’opinion et la capacité des récepteurs à identifier et à percevoir les lignes éditoriales, les cadrages et les mises en scène construits par les chaînes de télévision.

9L’ouvrage réussit donc son pari, celui de démontrer empiriquement l’intérêt d’articuler différents corpus théoriques et différentes méthodologies plutôt issus de courants de recherche français et anglo-saxons, dans le cadre d’une enquête de réception par le bas dans un pays d’Amérique latine, ce qui représente aussi un apport pour les études en politique comparée. Malgré un format dense proche de la thèse, qui rend parfois la lecture un peu ardue, en résulte une grille d’analyse dynamique et très complète du processus de réception des messages politiques télévisés, facilement mobilisable dans d’autres contextes. Ceci d’autant plus que l’auteure insiste sur le caractère souple et non exclusif des catégorisations et des idéaux-types construits, qui doivent être adaptés au terrain, et qui peuvent être combinés et se produire de manière simultanée. Seul regret, une conclusion sur ce que cette étude apporte à la compréhension des processus de réception des messages politiques et de la communication politique au Venezuela, et en Amérique latine en général, aurait pu enrichir encore davantage l’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Erica Guevara, « Clémentine Berjaud, Cinq sur cinq, mi Comandante ! Contribution à l’étude des réceptions des discours politiques télévisés », Cahiers des Amériques latines, 90 | 2019, 163-167.

Référence électronique

Erica Guevara, « Clémentine Berjaud, Cinq sur cinq, mi Comandante ! Contribution à l’étude des réceptions des discours politiques télévisés », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 90 | 2019, mis en ligne le 02 mai 2019, consulté le 26 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/cal/9240

Haut de page

Auteur

Erica Guevara

Université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals