Navigation – Plan du site
Migrations : le(s) sens des liens

Introduction

Virginie Baby-Collin et Violaine Jolivet
p. 17-27

Texte intégral

1Avec près de 49 millions de migrants internationaux résidant hors de leur pays d’origine, et un peu moins de 10 millions d’immigrants en 2017, selon les données des Nations unies1, l’Amérique latine reste une région très fortement marquée par les flux migratoires. Une littérature abondante en sciences sociales rend compte de nouvelles dynamiques, bien au-delà des classiques champs migratoires de la région Amérique, longtemps dominés par les études sur les flux mexicains, puis centraméricains, caribéens, et finalement sud-américains, vers les États-Unis. La complexification des trajectoires migratoires se lit notamment dans les migrations latino-américaines vers l’Europe, bien que la crise économique de 2008 ait ralenti le processus et généré certains flux de retour, ou dans l’essor des migrations « Sud-Sud », le Nord n’étant pas toujours le but à atteindre. Elle se lit aussi dans les réversibilités des mouvements, les réorientations de trajectoires, porteuses de recompositions fortes dans les relations des individus aux lieux. Comme la chronique d’Efrén Sandoval qui ouvre ce numéro en rend compte, la médiatisation récente des « caravanes des migrants » en Mésoamérique et les nouvelles restrictions imposées par l’administration Trump aux ressortissants centraméricains, haïtiens ou cubains signalent des évolutions rapides de flux face aux inflexions des politiques migratoires qui affectent et redessinent les savoir-circuler et les connexions sociales et spatiales des individus en mobilité.

2Ce numéro questionne les conditions contemporaines de la mobilité internationale, non pas envisagée comme un mouvement linéaire et unidirectionnel, mais comme une mise en relation multidimensionnelle et changeante des espaces et des sociétés. Il faut donc dépasser le nationalisme méthodologique et repenser, trente ans après les premiers écrits sur le transnationalisme, les formes et les modalités de la mise en relation et de l’articulation des espaces-temps. Le numéro rend compte de la diversité des contextes politiques, économiques et sociaux dans lesquels les migrations latino-américaines s’inscrivent pour comprendre les stratégies et les contraintes qui façonnent les vies quotidiennes.

Migrations, mobilités, circulations : concepts, échelles, méthodes

3L’approche classique des migrations internationales, entendues comme un changement de résidence principale caractérisé par le passage de frontières nationales est devenue insuffisante pour rendre compte des mobilités multiples qui participent du phénomène migratoire aujourd’hui. La continuité, peu souvent abordée dans les recherches, entre mobilités internes (rural-urbain, rural-rural) et internationales, rappelle que ces dernières prolongent le plus souvent des mouvements antérieurs et les étendent au-delà des frontières, sans qu’en change fondamentalement la nature [Cortes, 2000 ; Perraudin, 2018]. Considérer les échelles et les temporalités multiples des mobilités, mais aussi les circulations, les bifurcations et les retours, relativise la linéarité ou la rupture, inhérentes à certains travaux classiques.

4Le travail d’Alejandro Garcés et de ses collègues insiste en ce sens sur la longue durée des mobilités. Aux confins de la Bolivie, du Chili et de l’Argentine, dans la puna de l’Atacama, des mobilités précolombiennes de troc, rythmées par les saisons et les conditions climatiques différenciées des terroirs, ont été renouvelées par les cycles économiques (cycle agricole des haciendas, cycles miniers – du salpêtre au lithium), et traversées par l’orogénèse de frontières étatiques qui ont découpé un espace de circulation préexistant. Les mobilités y sont devenues transfrontalières et internationales presque malgré elles.

5Les temporalités des circulations évoluent selon les contextes politico-économiques des territoires qu’elles articulent. L’article d’Ana Vila Freyer analyse ainsi les formes de connexions de régions rurales mexicaines avec des localités situées aux États-Unis. La comparaison des migrations de l’État de Guanajuato dont les générations circulent, depuis un siècle, entre Mexique et États-Unis, aux migrations plus récentes originaires du Chiapas, moins inscrites dans des filières et plus irrégulières, révèle de profondes différences dans les rapports identitaires des individus aux lieux de la mobilité.

6Ce numéro permet également de souligner les liens peu souvent évoqués entre circulation transnationale et mobilités touristiques. La contribution de Laurine Chapon montre comment les Cubains de l’étranger sont devenus des entrepreneurs touristiques de leur région d’origine grâce à la mise en place d’une économie transnationale familiale. Lorena Izaguirre analyse quant à elle la filière des artisans commerçants péruviens du village de Pisaq, dans la région de Cuzco, circulant vers la mégapole de São Paulo. La touristification de la vallée sacrée a stimulé une économie de l’artisanat « inca », d’abord in situ, puis progressivement exportée vers des espaces globalisés aux marchés plus lucratifs. Le passage du statut d’entrepreneur transfrontalier, circulant de manière régulière entre les deux espaces du circuit migratoire, à celui d’entrepreneur sédentarisé à São Paulo, est souvent fluide, les positions pouvant aussi être réversibles au sein des groupes familiaux.

7Cette porosité n’est toutefois pas généralisable car les « politiques de la mobilité » pensées en termes de forces motrices, vitesses, routes, expériences et frictions [Cresswell, 2010] ne sont pas égales pour tous et toutes. Alors qu’une partie du groupe des artisans péruviens tisse, par sa circulation, des territoires de la mondialisation par le bas, devenant transmigrants [Tarrius, 2002] ou entrepreneurs de la mobilité [Peraldi, 2001], rappelant les circulations des Otavaleños d’Équateur étudiés par David Kyle [2000], d’autres mobilités révèlent les fractures d’un monde globalisé et la violence de l’expérience de la frontière, obstacle à la circulation des personnes, où les différentes formes de retour sont souvent impossibles. C’est ce que montre l’article de Salazar et Voorend, analysant les conditions difficiles de protection sociale transnationale dans un contexte général de violence extrême et de vulnérabilité des personnes migrantes en Amérique centrale.

8Les circulations sont parfois complexifiées par des trajectoires articulant non pas deux mais plusieurs espaces de la migration et donnent naissance à des formes d’ancrage multiple [Jolivet, 2017] plus complexes qu’une simple articulation entre deux lieux. Les configurations familiales des Péruviens que Marina Laura Lapenda et Susana María Sassone observent depuis Buenos Aires révèlent que les familles sont parfois désarticulées entre trois continents et quatre ou cinq pays, européens, nord et sud-américains, jusqu’en Asie. Les jeunes d’origine équatorienne auxquels s’intéresse Itane Lacrampe-Camus à Londres sont des secondes générations dont tous les membres disposent de la nationalité espagnole, pays où ils ont grandi et d’où ils sont ensuite partis, fuyant la crise, suivant leurs parents ou en quête d’émancipation personnelle. Ils témoignent des réorientations intra-européennes des flux, dans des contextes de libre circulation.

9L’importance des articulations entre les lieux et des mises en relation de contextes distants sur lesquels insiste ce numéro renvoie bien entendu à la perspective transnationale. Définie par l’anthropologie étasunienne [Glick Schiller, Basch et Blanc-Szanton, 1992], la notion est envisagée dans la recherche tant au niveau micro des familles qu’au niveau meso des groupes, lui-même très élastique (des villages aux communautés nationales) ; elle est aussi abordée « par le haut », du point de vue des politiques des États face à leurs migrants dispersés.

10Les familles transnationales, séparées par les frontières mais gardant au-delà d’elles une « vie de famille » [Baby-Collin et Razy, 2011 ; Bryceson et Vuorela, 2003] sont présentes dans plusieurs articles mais diversement envisagées. Ce sont des constructions pluri-générationnelles dynamiques, sources d’échanges renouvelés, dans le texte d’Alejandro Garcés qui retrace un arbre généalogique transnational entre le Chili et l’Argentine. À Buenos Aires, la famille est un des vecteurs privilégiés de circulation et de maintien des liens auprès des migrants originaires du Pérou (Lapenda et Sassone). Les processus de transnationalisation des familles sont également sources de redéfinition identitaires, dans les textes d’Ana Vila Freyer (différemment au Chiapas et dans l’État du Guanajuato) et d’Itane Lacrampe-Camus, dans un contexte de redéploiement migratoire depuis l’Équateur vers l’Espagne puis le Royaume-Uni. Et dans le cas de Laurine Chapon, les familles transnationales sont une ressource pour l’amélioration d’une offre touristique construite dans la bourgade cubaine de Viñales, en ce qu’elles permettent une gestion à distance de l’offre de chambres sur Airbnb et une meilleure perception des modes de consommation mondialisés. Dans le texte de Salazar et Voorend, c’est sous l’angle de la protection sociale transnationale que les familles centraméricaines sont envisagées. Cette thématique est nouvellement abordée dans un nombre croissant de recherches, l’enjeu de la protection sociale transnationale au-delà des frontières, au cœur d’un nombre croissant de recherches, questionne les « environnements de ressources » [Levitt et al., 2017]. Au Sud, les États, le marché, comme le tiers-secteur, sont souvent suppléés par les ressources des familles transnationales elles-mêmes, dont les membres s’organisent informellement pour pallier aux besoins les uns des autres, d’un côté à l’autre des frontières, en l’absence de mécanismes de protection formels et étatiques.

11Le terme de transnational est central, on le voit, mais discuté ou mis en balance avec d’autres notions proches qui questionnent les échelles de l’analyse : le transfrontalier et le translocal. L’un comme l’autre permettent d’éviter le prisme du nationalisme méthodologique que la notion de transnational ne supprime pas tout à fait, puisque l’au-delà du national se positionne dans tous les cas par rapport à l’État-nation.

12Le qualificatif transfrontalier insiste sur la dimension du passage de la frontière comme motrice des échanges. Il est invoqué par Alejandro Garcés dans l’Atacama et Lorena Izaguirre pour les circuits commerciaux des entrepreneurs péruviens. Le translocalisme permet quant à lui de discuter les liens entre les lieux en s’affranchissant des cadres nationaux, pas toujours opérants pour comprendre les processus observés. Le terme est sollicité par Ana Vila Freyer pour comprendre les espaces des redéfinitions identitaires, issues des relations entre les lieux de circulation de migrants mexicains, moins liés aux appartenances nationales qu’aux rapports aux espaces vécus.

13Tous issus d’études de terrain, les articles choisis pour composer ce numéro rendent compte de méthodologies principalement qualitatives, communes aux sciences sociales ici mobilisées : sociologie (Izaguirre), anthropologie (Garcés), géographie (Lacrampe-Camus, Chapon, Lapenda et Sassone), science politique ou encore études du développement (Salazar et Voorend, Vila Freyer). Observations de lieux et de situations, conduite d’entretiens auprès d’acteurs migrants ou non, construisent un matériau attentif aux pratiques sociales qui articulent les lieux dans la mobilité. Les focales pour l’observation varient : dans les espaces d’origine (Vila Freyer), dans les espaces d’installation (Lapenda et Sassone, Lacrampe-Camus), en différents points de l’espace régional transfrontalier (Garcés) ou encore en enquêtant les connexions avec l’extérieur depuis l’espace d’origine via les TIC (Chapon). Par ailleurs, plusieurs articles font dialoguer des études de cas pour mieux rendre compte de la diversité des liens. Salazar et Voorend exploitent ainsi deux enquêtes conduites en Mésoamérique dans des espaces de départ (Honduras), de transit (Mexique) et de destination (Costa Rica). Ana Vila Freyer mène une réflexion sur deux régions mexicaines de traditions migratoires distinctes. Dans les articles d’Itane Lacrampe-Camus et de Lorena Izaguirre, c’est un travail de terrain partiellement multisitué qui est convoqué, bien que mettant l’accent sur les entretiens et observations conduits dans l’espace de destination (Londres, São Paulo). Lorena Izaguirre revendique une ethnographie globale afin de comprendre les deux bouts de la chaîne du circuit économique, ici et là-bas. Se déplacer dans l’espace de la mobilité permet en effet une analyse qui tienne compte des points de vue changeants des acteurs selon les lieux où ils se trouvent et des territorialités parfois multisituées.

14Les articles choisis offrent des regards sur des migrations contemporaines du nord au sud du continent et au-delà, bien connues ou plus discrètes, démontrant la diversité des liens migratoires et la réversibilité des statuts pour certaines régions devenant tour à tour espace de départ, de transit ou d’accueil. C’est ce que démontrent Salazar et Voorend en Amérique centrale à travers l’étude des flux migratoires Sud/Nord ou Sud/Sud que les enjeux de sécurité et de violence contribuent à aviver. Dans l’espace caribéen, Laurine Chapon envisage les transformations rapides et récentes de l’espace rural cubain connecté à des nouvelles dynamiques transnationales. Lorena Izaguirre, Marina Laura Lapenda et Susana María Sassone portent quant à elles leur attention sur deux pôles récents du champ migratoire péruvien. Ce dernier, caractérisé par sa multipolarisation accrue depuis la seconde moitié du xxe siècle, est abordé ici dans un espace régional élargi dans lequel la centralité des métropoles est remarquable (Buenos Aires, São Paulo). Avec la contribution d’Alejandro Garcés sur les mobilités andines, ces textes illustrent l’importance considérable des migrations Sud/Sud, inscrites dans des cadres macro-régionaux, qui composent aujourd’hui les principaux flux migratoires mondiaux. Finalement, la mondialisation migratoire dont sont emblématiques certaines familles transnationales construites entre Europe, États-Unis et Cuba (Laurine Chapon), est visible dans les flux latino-américains plus récents à destination de l’Europe au xxie siècle, dont Itane Lacrampe-Camus envisage les derniers redéploiements au sein de l’espace européen, entre Espagne et Royaume Uni.

Ressources-identités-politiques : penser les reconfigurations des espaces migratoires

15La migration est souvent considérée comme une stratégie, un moyen d’accéder à des ressources inscrites dans des territoires, qu’elle donne l’accès à de meilleures conditions de vie là-bas (en destination) ou qu’elle facilite l’acquisition de ressources destinées au mieux-être dans l’ici (en origine). L’accent mis sur l’inégale répartition ou accès à des ressources présente alors la mobilité comme un moyen d’y faire face. Les formes de ce qu’Itane Lacrampe-Camus appelle « l’ancrage utilitaire » dont témoignent les jeunes d’origine équatorienne ayant quitté l’Espagne en mal d’emplois pour la métropole londonienne, sont éloquentes. Londres permet souvent d’acquérir des ressources linguistiques de plus en plus nécessaires pour obtenir un travail et des ressources financières par la multiplicité des offres d’emploi que les jeunes y trouvent. Elles peuvent être réinvesties dans les espaces d’origine, par le biais de transferts financiers ou du rapatriement des capitaux, économiques, techniques, humains, acquis dans la mobilité, comme le montrent sur plusieurs générations les réinvestissements lors des retours des migrants circulant entre les villages de l’État de Guanajuato et les espaces agricoles des États-Unis (Ana Vila Freyer).

16Dans la puna de l’Atacama chilo-argentin et plus généralement dans l’espace andin, les mobilités entre étages écologiques distincts ou entre terroirs sont ancestrales et directement liées à l’enjeu de ressources rares ; elles ont permis des échanges de ressources complémentaires, nécessaires à la survie des groupes. Alejandro Garcés détaille comment ces mobilités s’actualisent au xxie siècle, les ferias des zones frontières remplaçant les échanges de troc de produits alimentaires par la marchandisation de biens de consommation courante mondialisés et importés.

17La mobilité est une forme de ressource comme le prouvent les entrepreneurs transnationaux qui tirent leurs revenus de la circulation entre leur village de production artisanale et la métropole de consommation. La migration est parfois aussi une ressource en soi pour échapper à la violence ou à des situations intenables, ce que révèlent les départs douloureux des migrants centraméricains fuyant extorsions, intimidations et violences quotidiennes de leurs espaces d’origine, dans le texte de Salazar et Voorend. La ressource migratoire permet aussi à certains de rester, parce que d’autres membres de leur communauté ont pris ce risque à leur place, et leur envoient les ressources permettant d’améliorer un quotidien in situ. Toutefois, si les acteurs rencontrés au fil des articles font preuve d’agentivité, et si la mobilité y est plutôt positivement associée à « l’accès à… », il importe de ne pas minimiser les contraintes ni les risques qui traversent les expériences migratoires. C’est ce dont témoignent les traversées dangereuses, où des acteurs associatifs, religieux et de la société civile tentent d’assurer un minimum de protection vitale à des migrants extrêmement vulnérables (Salazar et Voorend), a fortiori quand l’irrégularité de leur statut vient renforcer leur précarité (ce que montre Ana Vila Freyer avec les migrants du Chiapas). Mais les ressources ne sont pas toujours du côté de la migration et peuvent aussi émaner des espaces d’origine, pour soutenir ceux qui sont partis. En attestent les pécules amassés dans les espaces de départ pour financer les voyages des migrants ou encore les envois des Nicaraguayens auprès de leurs proches installés au Costa Rica, ils montrent que la protection sociale transnationale des familles se donne aussi depuis l’origine vers l’espace d’installation. Enfin, les textes de Laurine Chapon et Lorena Izaguirre prouvent comment la ressource peut être à la fois l’espace d’origine et sa mise en valeur depuis l’espace d’installation. Les patrimoines culturels et paysagers locaux y sont à l’origine du déploiement d’activités économiques et touristiques, dont l’essor n’a été possible que parce que les migrations internationales se sont diversement greffées sur cette mise en valeur.

18Les mobilités entre les lieux redéfinissent les modes d’ancrage et les relations que les individus nouent aux territoires. Ces relations par-delà la distance génèrent une diversité d’ici et de là-bas, qui jouent sur la manière dont les individus et les groupes s’auto-représentent et sont représentés. Les articles de ce dossier élaborent finement les recompositions identitaires induites par les expériences de la migration. Ainsi, dans plusieurs des contributions, nous voyons comment les manifestations culturelles, traits saillants des cultures d’origine, sont remodelées à l’épreuve de la mobilité. L’artisanat de Pisaq (ici en origine) se modifie en prenant de l’ampleur pour satisfaire une demande internationale, celle des touristes et de l’élite paulista (là-bas) ; les traditions culinaires cubaines (ici) s’adaptent aux goûts internationaux des touristes en introduisant des condiments venus d’ailleurs, qui vont leur donner un cachet particulier, comme le montre Laurine Chapon ; les migrants péruviens de Buenos Aires développent une cuisine autochtone devenue à la mode, adaptée à destination d’une clientèle étrangère. Lapenda et Sassone expliquent par ailleurs comment certains territoires deviennent dans les espaces de la migration péruvienne à Buenos Aires des assemblages de « condensation territoriale du transnationalisme » : les liens aux origines s’actualisent dans des sphères privées et publiques, redéfinissant les contours d’une péruvianité renouvelée en migration qui s’exprime par exemple dans la gastronomie et les festivités religieuses populaires.

19Les mobilités influencent ainsi les recompositions culturelles comme les identifications individuelles. Les expériences relatées des migrants mexicains dans les villages de Guanajuato illustrent comment les circulations migratoires, faites d’allers retours multiples, sur plusieurs générations, ont contribué à créer des identifications plurielles entre Mexique et États-Unis. L’entremêlement des appartenances aux lieux, tissées au fil des mobilités et des générations, crée ce qu’Ana Vila Freyer appelle des « appartenances multi-spatiales et composées ». Cette complexité des appartenances est au cœur de l’ouvrage dirigé par Victor Zúñiga et Silvia Elena Giorguli dont nous rendons compte dans la rubrique des lectures de ce numéro. Leur enquête exceptionnelle questionne le retour au Mexique de jeunes enfants d’origine mexicaine qui sont nés ou ont grandi aux États-Unis, appelés la génération 0.5. Les conditions de leur (ré)installation au Mexique, en particulier les problématiques scolaires et d’apprentissage, posent des questions essentielles relatives aux difficultés de la mise en œuvre de véritables territorialités transnationales, biculturelles et pas encore accompagnées comme telles par des institutions aux prismes et aux périmètres nationalo-centrés.

20Les complexités des recompositions identitaires dans la mobilité sont abordées également par Itane Lacrampe-Camus par le biais du questionnement sur les origines. Comment les jeunes secondes générations de migrants d’origine équatorienne qui ont grandi en Espagne puis sont partis à Londres construisent-elles leurs origines ? Si certains découvrent leur équatorianité au sein de réseaux communautaires latino-américains en terre anglophone, en revendiquant un ancrage originel dans un pays qu’ils ont en général peu connu, d’autres se perçoivent comme Espagnols ou naviguent entre plusieurs lieux d’ancrage affectif.

21La dimension générationnelle des rapports changeants aux origines, objet de travaux renouvelés depuis les terrains étasuniens et européens [Portes et Rumbaut, 2001 ; Portes et al., 2016], est aussi évoquée dans l’étude de Laurine Chapon. Les transformations des espaces d’origine et leur adaptation à une mondialisation touristique à l’œuvre avec l’ouverture de Cuba sont notamment portées par les plus jeunes qui ont connu une expérience internationale et accompagnent leurs parents dans l’usage et l’appropriation des nouvelles technologies nécessaires à la gestion des logements Airbnb remodelant le village.

22La longue durée des mobilités peut aussi être le socle de nouvelles revendications identitaires transnationalisées qui mettent à mal les prismes nationalo-centrés des identités construites par les États latino-américains depuis le xixe siècle. C’est le cas dans la puna de l’Atacama où les circulations ancestrales servent aujourd’hui les revendications identitaires autour d’une ethnicité indigène transatacameña à cheval sur la triple frontière, dont les ferias de troc devenues aujourd’hui d’échanges marchands seraient l’une des actualisations. La base commerciale qui est l’un des arguments de cette revendication se consolide avec une forme de patrimonialisation – reconstruction identitaire transfrontalière, revendiquant la récupération de la langue indigène kunza, un drapeau, un hymne, le tout porté par des associations indigènes, rurales et commerciales et des acteurs qui pour une grande part n’ont plus rien à voir avec les acteurs ancestraux de la mobilité régionale et leurs lignées.

23C’est ainsi le rapport au politique et à l’État qui est finalement interrogé en filigrane dans les articles. La revendication d’une ethnicité transatacameña remet en question les cadres nationaux construits en fixant et rigidifiant des frontières dont les traversées doivent aujourd’hui se négocier et font l’objet de contrôles, en particulier relatifs, dans ce cas, à la circulation des biens. En effet, dans les limites du Mercosur, la mise en place de la libre circulation des personnes recrée un espace de mobilités favorisant des circulations souvent anciennes, renouvelées, mais aussi plus récentes, comme le montrent les migrations péruviennes à destination de l’Argentine et du Brésil, amorcées depuis les années 1980-1990. Différemment, les réorientations des champs migratoires vers l’Europe ont été stimulées par des conditions d’entrée favorables en Espagne avant l’imposition progressive des visas dans la décennie 2000, et encouragés par la sécurisation croissante des frontières étasuniennes à la suite du 11 septembre 2001 qui ont dissuadé de nombreuses entrées et fait bifurquer les routes vers l’Atlantique. Les réorientations intra-européennes de ces flux d’origine latino-américaine ne sont possibles que parce que ces populations ont pu bénéficier de conditions de régularisation rapides et d’un octroi facilité de la nationalité espagnole, au nom du passé colonial. Ainsi, tous les jeunes rencontrés par Itane Lacrampe-Camus à Londres sont détenteurs d’un passeport européen, condition même de leur circulation.

24Les recompositions contemporaines de champs migratoires plus anciens doivent évidemment beaucoup aux évolutions des cadres politiques et des régimes de contrôle des frontières et des circulations qui les traversent. Le droit de circuler est un adjuvant essentiel à la mobilité. Sur ce point, le contraste entre les migrations anciennes et consolidées entre les villages de l’État de Guanajuato et les États-Unis et des migrations plus récentes du Chiapas marquées par l’irrégularité des conditions juridiques des personnes est déterminant dans les modalités de construction des appartenances multiples ou juxtaposées. L’irrégularité du statut, les conditions du retour (volontaires ou résultat d’une déportation) conditionnent fortement les recompositions identitaires en origine et les perceptions de la mobilité (Ana Vila Freyer). Sur les routes centraméricaines, l’absence de protection des États et l’exposition des migrants aux risques des mafias sélectionnent les migrants : des hommes plus que des femmes, des jeunes plus que des personnes plus âgées et vulnérables, ou alors des caravanes collectives pour tenter de se protéger ensemble, avec l’aide de structures charitables sur les routes du transit (Salazar et Voorend, chronique d’Efrén Sandoval). L’absence de l’État protecteur de ses citoyens est au cœur de la compréhension des exils centraméricains, c’est une des sources de départs critiques, pour des familles en quête de ressources pour assurer leur survie via une mobilité aléatoire, parfois entravée, parfois sans retour et où la liberté de circuler se conquiert difficilement.

25Toutefois, certaines reconsidérations des statuts politiques et légaux des migrants par leurs États d’origine soulignent une volonté de mieux encadrer des formes émergentes de citoyennetés transnationales. Ainsi, plusieurs gouvernements ont bien compris la force que représentent leurs ressortissants à l’étranger et encouragent leurs votes à distance comme leurs investissements en origine, ce qu’exposent Lapenda et Sassone à propos de la citoyenneté transnationale en construction des Péruviens de Buenos Aires. Depuis une dizaine d’années, les différentes réformes de l’État cubain en termes de facilitations des mobilités entre Cuba et l’extérieur, comme la reconnaissance croissante de la diaspora sur la scène politique et économique, permettent l’émergence d’une classe de petits entrepreneurs touristiques transnationaux qui peuvent investir de l’argent depuis l’étranger, dont nous fait part Laurine Chapon.

26Bien d’autres flux qui auraient mérité d’être débattus sont tus dans ce numéro : les migrations de déplacés en situation de violence dont l’actualité s’est décalée de la Colombie vers l’Amérique centrale, même si l’article de Salazar et Voorend en rend partiellement compte ; les exodes de longue durée, renouvelés par des crises récurrentes, dont témoigne l’espace haïtien ; les retours des migrants depuis les États-Unis et l’Europe depuis la crise économique de 2008 et les tensions croissantes aux frontières des forteresses européenne et nord-américaine, ainsi que leurs conséquences sur les sociétés d’origine, comme en témoigne de l’ouvrage de Zúñiga et Giorguli chroniqué dans les lectures, etc. Aujourd’hui, la massification de l’émigration vénézuélienne sous le régime de Nicolas Maduro qui transforme ce qui fut au long du xxe siècle une terre d’accueil recherchée pour sa puissance économique construite sur la manne pétrolière, en une terre d’exode, nous semble emblématique : à la fois de la réversibilité des situations et des flux, du rôle des contextes politiques, mais aussi des conjonctures économiques dans l’activation des mobilités, de l’importance des situations de crises génératrices de départs massifs, comme de la difficulté à construire l’accueil de l’autre côté des frontières. De futures publications viendront certainement combler ces manques et enrichir les connaissances.

Haut de page

Bibliographie

Baby-Collin Virginie et Razy Élodie, « La famille transnationale dans tous ses états », Autrepart, no 57-58, 2011, p. 7-22.

Bryceson Deborah et Vuorela Ulla, The Transnational Family: New European Frontiers and Global Networks, Berg, 2003.

Cortes Geneviève, Partir pour rester : survie et mutation des sociétés paysannes andines, Orstom, coll. « À travers Champs », Paris, 2000.

Cresswell Tim, « Towards a politics of mobility », Environment and planning D: society and space, vol. 28, no 1, 2010, p. 17-31.

Glick Schiller Nina, Basch Linda et Blanc-Szanton Cristina, Towards a Transnational Perspective on Migration: Race, Class, Ethnicity, and Nationalism Reconsidered, New York, New York Academy of Sciences, 1992.

Jolivet Violaine, « Médias et migration : territorialités connectées et ancrages au sein de la communauté haïtienne de Montréal (1960-2016) » [en ligne], Espace populations sociétés, no 2, 2017. Disponible sur : http://journals.openedition.org/eps/7202

Kyle David, Transnational Peasants: Migrations, Networks, and Ethnicity in Andean Ecuador, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2000.

Levitt Peggy, Viterna Jocelyn, Mueller Armin et Lloyd Charlotte, « Transnational social protection: setting the agenda », Oxford Development Studies, vol. 45, no 1, 2017, p. 2-19.

Peraldi Michel (dir.), Cabas et containers : activités marchandes informelles et réseaux migrants transfrontaliers, Paris, Maisonneuve et Larose : maison méditerranéenne des sciences de l’homme, 2001.

Perraudin Anna, Esquiver les frontières : expérience migratoire, identités et rapport au groupe des Indiens mexicains, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

Portes Alejandro et Rumbaut Rubén G., Legacies: The Story of the Immigrant Second Generation, Berkeley, New York, University of California Press/Russell Sage Foundation, 2001.

Portes Alejandro, Aparicio Rosa et Haller William, 2016, Spanish Legacies: The Coming of Age of the Second Generation, Oakland, University of California Press, 2016.

Tarrius Alain, La Mondialisation par le bas : les nouveaux nomades de l’économie souterraine, Paris, Balland, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Virginie Baby-Collin et Violaine Jolivet, « Introduction », Cahiers des Amériques latines, 91 | 2019, 17-27.

Référence électronique

Virginie Baby-Collin et Violaine Jolivet, « Introduction », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 91 | 2019, mis en ligne le 27 septembre 2019, consulté le 22 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/cal/9361

Haut de page

Auteurs

Virginie Baby-Collin

Virginie Baby-Collin est professeure de géographie à l’université d’Aix- Marseille, membre de l’UMR Telemme et de l’Institut universitaire de France. Elle travaille sur les migrations internationales en Amérique latine, aux États-Unis et en Europe, sur les façons dont les migrants prennent place dans les espaces métropolitains, et sur les modalités de mise en lien des individus, des familles et des groupes entre des lieux distants.

Articles du même auteur

Violaine Jolivet

Violaine Jolivet est professeure en géographie à l’université de Montréal. Elle travaille sur les liens entre les mobilités et la fabrique urbaine dans les Amériques. Auteure de Miami la cubaine : géographie d’une ville-carrefour entre les Amériques aux Presses universitaires de Rennes en 2015, ses projets actuels étudient les transformations des quartiers centraux à La Havane en lien avec les mobilités transnationales et s’intéressent aux géographies des populations d’origine haïtienne à Montréal entre stigmatisation et redéfinition des territoires urbains.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals