Navigation – Plan du site
Migrations : le(s) sens des liens

Reconfiguration des ancrages et construction des origines dans un contexte de double migration. Jeunes d’origine équatorienne entre l’Espagne et Londres

Reconfiguración de los anclajes y construcción de orígenes en un contexto de doble migración: los jóvenes de origen ecuatoriano entre España y Londres
Reshaping of anchoring and constructions of origins in a context of double migration: young people of Ecuadorian origin between Spain and London
Itane Lacrampe-Camus
p. 153-170

Résumés

Au début des années 2000, l’Espagne connaît une forte immigration équatorienne qui devient rapidement une migration familiale. Une importante seconde génération de migrants équatoriens grandit dans le pays d’accueil, s’y insère et obtient la nationalité espagnole. Depuis la crise économique espagnole de 2008, une partie de cette population migre à son tour vers de nouveaux pôles au sein d’un champ migratoire équatorien multipolaire. Cet article analyse le cas des jeunes d’origine équatorienne qui migrent vers Londres. Il interroge la reconfiguration de leurs rapports aux espaces, et spécifiquement aux lieux d’origines, pendant et suite à l’expérience migratoire londonienne. Un dispositif méthodologique est développé autour d’entretiens semi-directifs auprès de jeunes d’origine équatorienne entre Madrid et Londres. Les résultats révèlent trois types d’ancrage aux lieux : affectif, de revendication et utilitaire. Selon les expériences des individus, les formes d’ancrage sont variées et leurs combinaisons multiples. Leurs origines, en permanente construction, sont diverses et à l’image des jeunes qui tentent d’atteindre un équilibre entre héritage et quête d’autonomie, non figées dans le temps et dans l’espace.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

Texte reçu le 14 décembre 2018, accepté le 22 mai 2019.

Texte intégral

1À la fin des années 1990, plusieurs facteurs redessinent la géographie des migrations équatoriennes, traditionnellement orientée vers les États-Unis. Alors qu’ils durcissent leur politique migratoire [Jokisch, 2001], l’Équateur connaît une grave crise financière poussant des milliers d’Équatoriens à émigrer [Ramírez Gallegos et Ramírez, 2005]. En Europe, l’Espagne est en plein boom économique, alimentant d’importants besoins de main-d’œuvre [Moreno Fuentes et Bruquetas Callejo, 2011]. Elle devient un pôle de destination majeur au sein du champ migratoire équatorien, et plus largement pour de nombreux groupes latino-américains [Pedone, 2005 ; Yépez del Castillo et Herrera, 2007]. Au début des années 2000, l’immigration équatorienne s’y intensifie et devient une migration familiale [Aparicio Gomez, Alvarez Del Arco et Rodriguez, 2014]. À partir de 2008, la crise économique espagnole, qui affecte particulièrement les migrants, suscite de nouvelles mobilités : migrations internes, retours temporaires ou définitifs en Équateur, nouveaux départs vers des pays tiers, européens notamment [Viruela et Torres Pérez, 2015]. En effet, les migrants latino-américains ont bénéficié de processus de régularisation rapides et d’un accès privilégié à la nationalité espagnole [Gil Araujo, 2010], ce qui facilite la mise en œuvre d’une mobilité européenne. Le Royaume-Uni, et Londres en particulier, devient l’un des pôles majeurs de ces nouvelles migrations. À l’inverse de migrants plus âgés, les jeunes d’origine équatorienne ne développent pas leur mobilité seulement en réponse à la crise économique espagnole [Ramos, 2017]. Celle-ci est aussi motivée par le besoin de découverte et le souhait de s’émanciper de la tutelle parentale [Lacrampe-Camus, 2018], à un âge où l’individu construit son projet de vie et effectue une transition vers l’âge adulte [Flipo, 2013 ; Mary, 2014].

2Les trajectoires migratoires des jeunes d’origine équatorienne au cœur de cet article articulent trois pôles : l’Équateur, lieu de naissance et/ou d’origine des parents, l’Espagne, lieu de leur première migration effectuée avant dix-huit ans sous la tutelle parentale, et Londres, lieu de ré-émigration. Les études portant sur des trajectoires migratoires binaires, entre deux pôles de la migration, soulignent la position d’entre-deux du migrant, entre ici et là-bas. Mais dans le cas d’une double migration, l’existence de trois pôles migratoires complexifie cette relation. En termes de rapport aux espaces, que produit cette trajectoire complexe, vécue et imaginée à des degrés variables selon les individus ? Cet article questionne la reconfiguration des ancrages et des rapports aux origines des jeunes pendant et suite à leur mobilité à Londres.

3Au sein de la littérature sur les migrations équatoriennes, cette recherche interroge les redéploiements migratoires d’Espagne vers une nouvelle destination dans le champ migratoire équatorien, encore peu étudiés en raison de leur aspect récent y compris pour d’autres nationalités, et propose une étude nouvelle sur les jeunes, enfants de migrants en Espagne, dans un contexte de ré-émigration à Londres. Plus largement, en s’intéressant aux jeunes en migration, elle questionne la recomposition des liens et des rapports à l’origine entre trois espaces suite à un double mouvement migratoire, le premier étant effectué enfant ou adolescent. Alors que ces jeunes sont en construction de leur identité, dimension qui se cristallise souvent lors du passage à l’âge adulte, comment définissent-ils leur origine et « font-ils avec » l’origine de leurs parents ?

4Cette recherche s’inscrit dans le champ de la géographie sociale des migrations et centre l’analyse sur l’individu, appréhendé comme un acteur disposant d’une marge d’action pour mettre en œuvre ses décisions. Cet ancrage théorique permet de dépasser les explications en termes de déterminisme dans la compréhension du fait migratoire [Ma Mung, 2009]. De ce fait, notre démarche accorde une place centrale au concept d’expérience, en tant que processus continu par lequel le sujet se construit en tant qu’acteur conscient de lui-même et de ce qu’il entoure, qui permet de prendre en compte le vécu de l’individu, de comprendre son interaction avec le monde social et le rapport à soi [Lariagon, 2018 ; Milazzo, 2018]. L’expérience permet ainsi de relier les dimensions temporelles et spatiales des trajectoires migratoires dans l’analyse.

5L’enquête analyse les représentations et les rapports des jeunes avec les trois espaces mentionnés, inégalement connus et pratiqués par chacun. Elle s’appuie sur 41 entretiens semi-directifs, menés auprès de jeunes d’origine équatorienne ayant effectué avant trente ans une migration à Londres depuis l’Espagne. Ils ont en commun d’avoir deux parents équatoriens et de posséder la nationalité espagnole. Les 21 femmes et les 20 hommes du corpus ont été rencontrés à Londres ou à Madrid (entre le mois d’octobre 2016 et d’août 2017) et interrogés sur leurs expériences migratoires pendant et après la migration à Londres, pour ceux qui étaient rentrés en Espagne (3 au moment de l’entretien, 9 après notre rencontre). Au moment de l’entretien, ils ont entre seize et trente-trois ans et vivent ou ont vécu entre un mois et huit ans à Londres.

6Trois variables principales les distinguent :

  • l’âge d’arrivée en Espagne qui implique une connaissance de l’Équateur comme espace vécu variable selon les individus. 3 jeunes sont nés en Espagne, 9 sont arrivés avant l’âge de six ans, 21 entre six et onze ans, 8 entre douze et dix-huit ans. Tous sont en contact depuis leur plus jeune âge avec une culture familiale de la migration, et pour ceux nés en Équateur, ils ont migré enfants ou adolescents suivant un processus de regroupement familial ;

  • le temps de résidence en Espagne (19 individus ont vécu entre treize et dix-huit ans en Espagne, 13 entre neuf et douze ans et 9 moins de huit ans) ;

  • l’expérience d’une autre migration avant le départ pour Londres. 8 individus ont vécu une migration interne en Espagne, 12 une migration à l’international : 6 dans un pays tiers et 6 un retour en Équateur allant de quelques mois à quelques années, seuls ou en famille (les séjours de vacances en Équateur sont exclus ; un individu a effectué deux types de mobilités, une migration interne et un retour en Équateur).

7Dans un premier temps, l’article questionne la dialectique mobilité-ancrage dans les études migratoires, pour ensuite dégager cinq trajectoires d’enquêtés. Celles-ci illustrent trois profils types de rapports aux espaces, au fondement de la construction par les jeunes de leurs origines.

La dialectique mobilité-ancrage

8La migration est souvent abordée comme l’opposé de l’ancrage, en raison de l’idée de sédentarité que la notion véhicule [Cortes, 2008]. Mais être mobile n’est pas pour autant synonyme de mouvement permanent [Marchandise, 2013]. Au contraire, en s’investissant dans les lieux de la migration, bien qu’à des degrés variables, le migrant prend place dans différents lieux et crée de l’ancrage [Baby-Collin, 2014]. Même dans les lieux où il s’imagine « de passage », il peut se sédentariser, de manière plus ou moins précaire, afin d’affronter un lieu jugé hostile et d’accéder à certaines ressources [Timera, 2009]. Selon les auteurs, l’ancrage apparaît comme une composante du processus de territorialisation, des constructions socio-spatiales en général, et souligne la relation entre l’espace et l’identité.

9Lorsqu’un individu multiplie les étapes et lieux de vie, l’ensemble de ces lieux forme un patrimoine identitaire géographique [Guérin-Pace, 2009], témoin de la capacité des migrants à jouer sur plusieurs espaces et appartenances. Les lieux peuvent se substituer les uns aux autres. Ainsi, un individu peut se sentir appartenir à plusieurs lieux, et ceux formant ses repères ne sont pas forcément ceux où il a vécu [Ramos, 2006]. Le rapport au lieu peut aussi s’incarner par un dés-ancrage, révélé par un rejet ou une indifférence de l’individu vis-à-vis d’un espace et des normes sociales et familiales qui le régissent [Del Rey Poveda et Quesnel, 2009]. Ces décalages s’observent dans les constructions identitaires de migrants découlant de trajectoires migratoires complexes. En déclinant une appartenance géographique, l’individu affiche un ancrage identitaire qui ne renvoie pas toujours à un lien affectif [Guérin-Pace, 2009]. Être ancré dans un lieu ne signifie pas y être présent physiquement. Les individus peuvent révéler un ancrage sentimental ou émotionnel avec le pays d’origine, qu’Asuncion Fresnoza-Flot [2015] distingue d’un ancrage social au pays de destination, pour les jeunes migrants d’origine philippine arrivés en France avant dix-huit ans.

10Les formes de l’ancrage sont donc multiples et impactent les constructions identitaires. L’identité peut être définie comme l’ensemble des caractéristiques et attributs qu’un individu ou un groupe forge en entité spécifique, tant pour soi que pour les autres [Castra, 2010]. L’identité personnelle, produit de la socialisation, évolue selon les expériences vécues. Claude Dubar distingue ainsi « l’identité pour soi » (ou « identité réelle » selon Goffman), image que l’on construit de soi-même et que l’on revendique, et « l’identité pour autrui » (ou « identité virtuelle ») assignée par les autres et pouvant être une première forme de catégorisation [Dubar, 2007].

11L’identité collective se développe à partir de sentiments d’appartenance à une communauté ou à partir de liens sociaux. L’individu peut ainsi revendiquer des identifications à différents groupes de manière synchrone ou non [Castra, 2010]. Elsa Ramos insiste sur la capacité de l’individu à « construire » son identité afin de devenir l’acteur de sa propre vie, processus qui passe par une prise d’autonomie, la reformulation de sa propre trajectoire biographique pour lui donner un sens [Ramos, 2006]. Ce processus peut conduire à opérer certaines ruptures, notamment avec sa famille et son passé. Mais pour François de Singly, l’individu ne liquide pas son passé, il « fait avec ». Il est donc en tension et recherche un équilibre entre son héritage familial et la quête d’autonomie. Ainsi, les identités sont en fabrication permanente, passé et territoire d’origine y sont réinterprétés.

12L’espace d’origine est généralement défini comme « le lieu d’où part et où revient le migrant, qu’il soit celui de sa naissance ou celui d’un temps de vie » [Cortes, 2008, p. 189]. Néanmoins cette définition renvoie l’origine à une provenance unique, ce que remettent en cause plusieurs auteurs. Dans cet article, les origines désignent le commencement que l’individu donne à son histoire et à son existence, dans le sens où il les construit [Ramos, 2006]. Dans ce processus de négociation et de composition avec ses héritages et appartenances, il choisit parmi les ressources familiales ce qui fait écho à sa réalisation de soi. Au cours de sa trajectoire, il peut expérimenter et revendiquer plusieurs lieux d’origine, auxquels il attache des sens différents. Certains peuvent être liés à un affect singulier, tandis que d’autres sont associés à des symboles ou encore à un projet de retour.

13Dans le cas des jeunes qui nous intéressent ici, le questionnement porte sur l’évolution des liens aux lieux d’origine (Équateur ou Espagne) suite à la migration à Londres, au regard de l’ensemble de la trajectoire migratoire et des multiples expériences des individus.

14L’expérience de la migration, individuelle ou familiale, définie ici comme l’acquisition d’un savoir produit par le vécu d’un événement ou la réalisation d’une action, constitue un capital migratoire, mobilisé dans les départs successifs [Ramos, 2017]. Ce capital migratoire renvoie au cumul de pratiques, de mémoires, d’émotions ou encore de représentations que la migration engendre. Les expériences migratoires des parents peuvent causer des représentations négatives liées à un récit traumatique, mais créent également des connaissances et compétences migratoires dont les jeunes sont les héritiers [Attias-Donfut et Wolff, 2009]. La mobilisation de ce capital se traduit notamment par l’appel au vaste réseau de migrants équatoriens en Europe, structuré à partir de la fin des années 1990. Au cœur du champ migratoire équatorien, ces réseaux reposent sur des liens de parenté, d’amitié et d’appartenance à une origine commune. Ils jouent un rôle décisif pour une première sociabilité dans le pays de destination [Pedone, 2002 ; Torres Pérez, 2004] et dans l’élaboration des stratégies individuelles [Granovetter, 1973].

15L’ensemble de ces éléments influence le développement du projet migratoire du jeune, qui définit l’intention de migrer « et/ou l’accomplissement même de la migration avant que celle-ci ait atteint son terme » [Ma Mung, 2009, p. 32]. Le projet se reconfigure en permanence selon des conditions extérieures ou des dispositions intérieures au migrant. Son analyse permet d’interroger le « comment » de la migration, et d’articuler les échelles sociales, spatiales et temporelles [Boyer, 2005] tandis que l’étude de ses évolutions éclaire les ancrages aux espaces.

Les oscillations des rapports aux origines : entre nostalgie de l’Espagne, reconnexion avec l’Équateur et perte de repères

16L’ancrage désigne différents rapports que l’individu entretient avec un lieu et caractérise son attachement au lieu [Debarbieux, 2014]. Les trajectoires des jeunes d’origine équatorienne font émerger trois figures distinctes de l’ancrage, révélant la complexité des rapports aux lieux et aux origines dans un contexte de double migration. Pour les expliquer, cinq enquêtés sont présentés ici, représentant trois profils types de rapports aux espaces.

17Quatre variables les distinguent : l’expérience vécue des espaces ; le niveau de qualification des jeunes ; le caractère autonome ou familial de la migration à Londres et la mobilisation du réseau de migrants d’origine latino-américaine. Le temps passé à Londres, les activités réalisées (étude, travail) et les projets migratoires développés après l’expérience londonienne sont également pris en compte.

L’Espagne, un ancrage affectif et une nouvelle origine

18Pour la plupart des jeunes, la migration à Londres est pensée comme une étape de la vie permettant d’acquérir des connaissances et des compétences et ils conservent un projet de retour en Espagne tout au long de leur séjour. Celui-ci est souvent marqué par des conditions de vie difficiles qui exacerbent la nostalgie de l’Espagne. Ce cas est illustré par les trajectoires de James et Vladimir.

19James (vingt-trois ans au moment de l’entretien), arrive en 2004 à Séville à l’âge de dix ans. Il obtient un diplôme dans l’hôtellerie et travaille dans un hôtel de la ville avant de décider de quitter son emploi pour migrer à Londres en 2015. À vingt et un ans, il souhaite vivre une expérience loin du foyer familial et apprendre l’anglais pour améliorer ses compétences professionnelles. Après deux ans dans la capitale britannique, en possession d’un bon bagage linguistique et d’importantes économies, il rentre à Séville pour suivre une formation et devenir entrepreneur.

20Vladimir (vingt-sept ans au moment de l’entretien), gagne Madrid en 2000, également à l’âge de dix ans. Après sa scolarisation, il y suit des études en administration des entreprises, effectue une mobilité Erasmus d’un an en Roumanie et obtient un diplôme de master. Ne trouvant pas d’emploi en Espagne à la sortie de l’université, il préfère exercer des petits boulots à l’étranger et améliorer son anglais. Il rejoint à Londres un ami d’enfance et d’université, également d’origine équatorienne, qui vient de migrer. Il rentre en Espagne au bout d’un an et suit une courte formation en complément de son diplôme pour ensuite obtenir un emploi dans son domaine d’étude.

21James et Vladimir jugent positivement leur séjour à Londres mais déplorent l’intensité du rythme de vie, la précarité des emplois et le coût élevé de la vie. Pour économiser et atteindre ses objectifs, James s’enferme dans un rythme routinier où il cumule plusieurs emplois et consacre ses temps de repos à l’apprentissage de l’anglais. Au bout d’un an, Vladimir est fatigué de Londres et des petits boulots, frustré de ne pas exercer une activité en lien avec son master. Son niveau élevé de qualification participe à son projet de retour en Espagne car il pense pouvoir s’y épanouir professionnellement.

22Les jeunes se heurtent aux difficultés de la vie londonienne, et développent une nostalgie de l’Espagne, qui devient le lieu du chez-soi, de la famille et des amis, où sont projetés les désirs de retour. L’expérience londonienne confirme ainsi l’ancrage affectif à l’Espagne : Vladimir et James y ont grandi, s’y sentent bien insérés et n’y ont jamais subi de discrimination.

  • 1 Les propos des migrants lors d’entretiens enregistrés en espagnol ont été retranscrits en intégrali (...)

« Toute ma vie pratiquement j’étais en Europe et c’est ce qui m’a fait grandir, et bon, je dois admettre, je suis Équatorien mais la mentalité de mes compatriotes […], je ne partage pas toutes les idées, […] donc c’est comme porter une contradiction au jour le jour non. […] je me vois rester en Europe, en Espagne par exemple. […] Et [rire] je me sens moitié-moitié non. […] c’est difficile de le dire, ça sonne un peu ridicule mais […] je me sens plus européen » [James, 7/12/2016, Londres1].

« Je suis latino, mais je me considère… ibérique [rire] » [Vladimir, 9/07/2017, Madrid].

  • 2 Terme polysémique, le « cosmopolitisme » renvoie notamment à la propension des individus à s’ouvrir (...)

23James met en avant la contradiction identitaire qu’il ressent en tant que migrant d’origine équatorienne. Vladimir et James revendiquent des identifications à différents groupes. Ils ne renient pas le fait d’être Équatoriens, mais ne se reconnaissent pas non plus dans la culture de leur pays de naissance. Ils insistent sur les différences de mentalités avec l’Équateur, où ils ont vécu enfants et où ils sont retournés deux fois en vacances. Aucun projet de retour n’est envisagé en Équateur, dont ils se détachent en affichant une « identité pour soi » plus proche de l’Espagne, et au-delà à l’Europe. Vladimir revendique une identité « ibérique », se référant à des symboles communs au sud de l’Europe. Cette « identité pour soi », construite au fil de ses expériences en Espagne et en séjour Erasmus, a enrichi son capital migratoire. La mobilité étudiante, bien qu’elle ne forge pas toujours une identité européenne [Sigalas, 2009], favorise son inclination au cosmopolitisme2. Dans cette perspective, Vladimir et James recherchent la compagnie d’autres Européens à Londres. Accueillis à leur arrivée par un membre du réseau équatorien (un cousin pour James et un oncle pour Vladimir), ils ne le mobilisent pas davantage une fois installés, exprimant le besoin de s’en détacher. Pour Vladimir, le meilleur souvenir de son expérience londonienne est la vie en colocation avec de jeunes Européens.

24Ainsi, bien qu’ils reconnaissent la richesse d’appartenir à deux pays, l’Espagne devient dans leur référentiel identitaire spatial un lieu d’origine plus important que l’Équateur. Dans leurs discours, l’Espagne est le lieu où ils ont grandi et son importance croît suite à la migration londonienne qui les rend nostalgiques.

La reconnexion avec l’Équateur, un ancrage revendiqué

25Que la migration à Londres soit pensée dans un objectif de retour en Espagne ou non, elle peut offrir l’opportunité de renouer avec l’origine équatorienne.

26C’est ce dont témoigne Maria (dix-sept ans au moment de l’entretien), arrivée à l’âge d’un an à Madrid en 2001. À douze ans, elle migre à Londres avec sa mère pour rejoindre son frère aîné, afin d’améliorer les opportunités professionnelles de la famille. Bien intégrée au système scolaire britannique, elle fréquente le groupe associatif « Sin Fronteras3 » depuis qu’elle a seize ans. Ce projet, porté par l’association LAWRS4 (Latin American Women’s Rights Service), aide les jeunes femmes migrantes latino-américaines de quatorze à vingt et un ans à améliorer leurs conditions de vie à Londres en proposant des activités artistiques. Pour Maria, fréquenter LAWRS lui a permis de nouer des relations avec d’autres jeunes femmes latino-américaines.

« En Espagne, je ne me souviens pas avoir été impliquée dans une quelconque activité latino où nous partagions notre culture. À part les amis, je n’aimais pas l’ambiance latino. Et ici, c’est différent. […]

En Espagne […], jamais je ne me suis sentie espagnole […] je n’ai même pas pris l’accent ni la culture espagnole, donc je me suis sentie toujours d’où je viens, d’Équateur. Mais il y a eu un moment […] où j’étais confuse à propos de mon identité, je ne savais pas si je devais me sentir espagnole ou équatorienne. Parce qu’avec l’Équateur, je n’avais pas de connexion, […] mais quand je suis arrivée ici, j’ai rencontré des Latinos, et forcément j’ai grandi davantage, je me suis sentie plus identifiée à mes origines, avec la culture, et j’ai senti que j’avais trouvé vraiment mon identité, je suis d’Équateur. Si on me demande, je dirai que je suis d’Équateur […] je ne dis pas que je suis d’Espagne, […] je me sens plus connectée à l’Équateur et j’aime ça » [Maria, 12/05/2017, Londres].

27L’expérience du processus d’insertion dans un pays d’accueil est un élément marquant pour les migrants, en particulier lorsqu’une migration est effectuée enfant ou adolescent. Maria garde des souvenirs négatifs de sa position de migrante en Espagne et fait part lors de l’entretien de l’angoisse de sa mère avant leur naturalisation. Bien qu’elle ne se soit jamais sentie espagnole, elle ne pouvait néanmoins revendiquer une identité équatorienne en raison de l’absence de contacts avec son pays d’origine. Comme d’autres jeunes d’origine migrante, elle se situe dans un entre-deux entre l’« établi » et l’« étranger » [Elias et Scotson, 1965, cité dans Pilote et Correa, 2010]. Les enfants de migrants sont confrontés dans leur expérience quotidienne de la migration à deux cultures et parfois deux langues différentes. Maria renoue avec l’Équateur après avoir migré à Londres, ce qui lui permet d’exprimer un ancrage de revendication. Cette reconstruction du lien avec l’Équateur ne résulte pas d’une expérience du pays comme espace vécu – Maria ne s’y est rendue qu’à de rares occasions lors de vacances familiales – mais naît de la fréquentation d’un réseau de migrants à Londres. Les relations d’altérité qui se créent dans l’espace de ré-émigration influencent directement les liens avec le pays de naissance et participent au repositionnement des appartenances. Dans son référentiel identitaire spatial, les deux lieux de référence sont l’Équateur et Londres où elle se sent parfaitement insérée et où sa famille a atteint un niveau de vie qu’elle juge confortable. Après cinq ans à Londres, Maria souhaite rester au Royaume-Uni et y entamer des études supérieures. Elle n’a pas l’intention de rentrer en Espagne qu’elle n’associe qu’au passeport qui lui a permis de migrer au Royaume-Uni.

28Les réseaux de migrants prennent toute leur importance dans son cas, puisque c’est la fréquentation d’un réseau de migrants d’origine équatorienne et latino-américaine qui favorise la reconnexion avec le pays d’origine et permet de résoudre le conflit identitaire. Maria revendique un ancrage en Équateur, lié à un ancrage affectif autour d’une culture commune, sans que ce dernier entraîne un projet de retour.

La triple absence

29« Retournant dans sa famille, dans son village, dans sa communauté paysanne, l’émigré retourne en “vacancier” et même en “étranger” dans un monde qui lui apparaît de plus en plus comme étrange » [Sayad, 1999, p. 98]. Abdelmalek Sayad souligne, par ce qu’il nomme la « double absence », la tension dedans-dehors vécue par le migrant, membre d’un groupe dans le pays de destination tout en étant en dehors et face à lui. Cette notion désigne « l’ubiquité impossible » que ressent « l’émigré-immigré » en tentant d’être présent là où il est absent, ce qui souvent entraîne une partielle absence là où il est présent. Dans le cas d’une trajectoire migratoire complexe, certains peuvent expérimenter une « triple absence », comme Alicia et Amalia.

30Alicia (dix-sept ans au moment de l’entretien) arrive à Madrid à trois ans en 2002. À dix-sept ans, elle quitte le lycée et rejoint à Londres sa mère et sa sœur aînée qui ne trouvait pas d’emploi en Espagne. Elle s’adapte difficilement à la vie londonienne. Les conditions de logement y sont très dures (la famille partage une même chambre dans un logement en colocation), les emplois précaires et le salaire minimum l’obligent à accumuler les petits boulots. Elle ne fréquente pas de réseaux de migrants d’origine équatorienne ou latino-américaine, et n’apprécie pas les quartiers latinos de Londres. Bien qu’elle s’appuie sur la présence familiale, Alicia évoque un sentiment de solitude et de non-insertion dans la capitale britannique. Durant les premiers mois, elle devient très nostalgique de l’Espagne et de Madrid en particulier. Cependant, lors d’un séjour à Madrid pour régler des questions administratives, elle s’y sent étrangère.

« C’est très dur la vie ici [à Londres] […] et je suis allée à Madrid […], je ne me sentais pas comme à la maison. Donc c’est que je ne me sens bien nulle part ! C’est-à-dire que je ne me retrouve pas, ni à Madrid ni à Londres » [Alicia, 5/12/2016, Londres].

31Alicia est frustrée par la double absence entre Londres et Madrid. Alors qu’elle se représentait Madrid comme un lieu de référence, elle n’y retrouve plus ses marques. Elle doute de son projet de retour en Espagne et se projette progressivement à Londres, où elle compte étudier. Elle a pris d’autant plus ses distances avec l’Espagne qu’elle a été victime de discrimination enfant et adolescente. Elle ne se projette pas non plus en Équateur où elle ne s’est jamais rendue. La construction d’un imaginaire associé à cet espace non pratiqué est alimentée par un discours familial marqué par la peur de l’insécurité et de la violence. Alicia expérimente ainsi une triple absence et souffre d’une perte de repères.

32Ce sentiment est également partagé par Amalia (vingt ans au moment de l’entretien) qui a migré à Madrid à sept ans en 2003, puis vécu un an aux États-Unis en 2012 avec sa mère (sans emploi suite à la crise économique espagnole) et sa sœur. Elle y apprend l’anglais avant de rentrer en Espagne. À vingt ans, alors qu’elle ne trouve pas d’emploi dans le secteur hôtelier malgré son diplôme, elle décide de partir dans le sud de l’Angleterre comme jeune fille au pair pour améliorer son anglais. Déçue, elle met fin à son contrat au bout de deux mois et part à Londres, où des amis équatoriens de sa mère l’accueillent. Elle trouve rapidement un emploi et un logement grâce aux réseaux de migrants équatoriens. Néanmoins, elle a des difficultés à s’adapter au rythme de vie londonien. Elle travaille de nuit, ce qui l’empêche de socialiser avec d’autres jeunes. Elle se sent étrangère à Londres et s’interroge quant à ses ancrages en Espagne et en Équateur.

« En Espagne, ça se voit que je ne suis pas d’Espagne, à cause de mes expressions, mon accent, la s, ça s’entend, mais quand je suis en Équateur et que je commence à parler, les gens disent que je ne suis pas Équatorienne. Donc c’est très bizarre et quand j’étais en Équateur, j’ai des amis équatoriens qui ont commencé à m’appeler d’une manière affectueuse […] “l’Espagnole”, c’est genre, quoi ? ! […] c’est très bizarre, ici aussi en Angleterre […] je me sens très bizarre, […] je ne sais pas d’où je suis ! (rire) […] Parce qu’ici, avec les Européens, je dis que je suis d’Espagne […] et quand ils me connaissent plus et tout, bah je dis regarde, j’ai les deux nationalités, je suis Équatorienne. Mais en Espagne, je suis d’Équateur » [Amalia, 10/03/2017, Londres].

33Au Royaume-Uni, Amalia est identifiée comme Espagnole à cause de son passeport. En revanche, en Espagne, où elle est considérée comme migrante, elle revendique sa nationalité équatorienne et se conforme ainsi à cette identité assignée. Si Amalia joue de ses deux nationalités, elle peine à déterminer ses appartenances, d’autant plus qu’elle est considérée comme expatriée lorsqu’elle est en Équateur. Si elle ne nie pas ses origines et éprouve de la curiosité pour la culture équatorienne, elle s’y sent toutefois étrangère. Son séjour en vacances a révélé son « identité d’entre-deux », mettant à jour ce qui la sépare des autres Équatoriens. Cette expérience est partagée par les descendants de migrants qui retournent au pays des aïeux dans le cadre d’un « tourisme des racines » [Legrand, 2006]. À Londres, elle connaît les difficultés de la vie de migrant, tandis qu’elle se sent étrangère à Madrid depuis sa nouvelle expérience migratoire. Dans le cas d’Amalia, l’expérience migratoire à Londres complexifie les ancrages avec ses deux espaces d’origine, sans qu’elle ne parvienne à s’identifier à l’un des trois pôles de sa trajectoire.

Les différentes figures de l’ancrage et les facteurs structurant la construction des origines

34Les cinq jeunes présentés indiquent des ancrages aux espaces et une évolution du rapport aux origines distincts. Trois figures de l’ancrage émergent.

35En premier lieu, l’ancrage est affectif : il s’exprime à travers un sentiment d’appartenance et d’attachement à un lieu. L’individu a de l’affection pour ce lieu et cherche à y faire sa place. C’est le cas de James et Vladimir qui situent leur ancrage affectif en Espagne, où ils retournent après leur expérience londonienne. Cette installation s’inscrit dans une logique d’ascension professionnelle dans laquelle Vladimir s’appuie sur son diplôme universitaire et James réinvestit les ressources londoniennes, économiques et linguistiques.

36Ensuite, l’ancrage est revendiqué : les individus éprouvent le besoin d’afficher l’appartenance à un lieu, à une identité et une culture commune, qu’elle s’accompagne d’une présence physique ou non. Pour Maria, c’est la migration londonienne qui lui permet de construire cet ancrage à l’Équateur.

37Enfin, la troisième figure de l’ancrage est utilitaire. Elle renvoie à la capacité de pratiquer au quotidien un lieu sans pour autant s’y projeter et y développer un lien d’appartenance, bien que le migrant puisse y être inséré. Les individus peuvent décider de s’y ancrer temporairement au fil de leur trajectoire migratoire pour en retirer une compétence ou une ressource, telle que l’acquisition d’une nationalité leur permettant de migrer ailleurs (ici la nationalité espagnole) ou l’apprentissage d’une langue (ici de l’anglais) afin d’augmenter leurs opportunités professionnelles. Cet ancrage utilitaire n’est pas synonyme d’un ancrage affectif ou de revendication. Les jeunes comme James et Vladimir, qui ne se projettent pas à Londres, expérimentent cette forme d’ancrage dans la ville où ils acquièrent dans tous les cas des compétences.

38Entre les trois pôles de la migration, les ancrages développés par les jeunes enquêtés sont variés et évolutifs. Ces rapports à l’espace impactent la construction des origines des individus. Ils mettent en avant différentes origines, l’Équateur et l’Espagne, en y rattachant des formes d’ancrage, des valeurs et des projets migratoires divers. Les lieux d’origines apparaissent comme des espaces non prédéfinis pouvant se reconfigurer au gré des expériences migratoires. Certains ne souhaitent pas vivre en Équateur mais revendiquent leur ancrage à ce lieu et leur origine équatorienne, alors que pour d’autres le lieu d’origine espagnol peut devenir plus important que le lieu d’origine équatorien. Il peut autant se développer un décalage qu’une jonction entre les lieux de la pratique quotidienne et les lieux « qui font sens ».

39Ainsi, il apparaît que les rapports aux espaces et la construction des origines s’envisagent différemment selon quatre facteurs.

40D’abord l’expérience vécue des espaces : la non-expérience de l’espace vécu équatorien ne participe pas forcément à un plus grand ancrage affectif à l’Espagne. Alors que Maria a migré en bas âge en Espagne, elle ne s’est jamais sentie Espagnole. Alicia et Amalia insistent également sur leur position de migrante dans ce pays qui les empêche de s’y identifier complètement. L’expérience vécue d’un espace n’est donc pas toujours synonyme d’ancrage et ne fait pas toujours origine. D’un autre côté, l’expérience de l’espace vécu équatorien n’empêche pas de développer un fort attachement à l’Espagne comme pour Vladimir et James.

41Vient ensuite le caractère familial ou autonome de la migration : Maria et Alicia sont en famille à Londres, ce qui peut accentuer le dés-ancrage avec l’Espagne. James et Vladimir ont migré seuls, motivés par une soif de découverte. L’expérience londonienne a participé à leur émancipation de la tutelle parentale et du réseau communautaire, tout en leur donnant envie de se rapprocher de leur famille en Espagne après avoir gagné en autonomie. Quant à Amalia, elle est dans une situation d’entre-deux. Elle migre seule à Londres mais est accompagnée par sa mère à distance qui l’oriente vers un réseau communautaire très présent dans son insertion dans la ville. Sa migration participe à son émancipation matérielle de la tutelle parentale mais pas du réseau de migrants.

42Troisième facteur, la mobilisation des réseaux de migrants : outre l’expérience de l’espace vécu, c’est la mobilisation, ou la non-mobilisation, désirée ou non, des réseaux de migrants qui semble impacter davantage l’ancrage affectif à l’Équateur ou à l’Espagne et l’ancrage de revendication. Maria s’investit dans un réseau d’origine latino-américaine lui permettant de se reconnecter à son origine équatorienne. Vladimir et James s’entourent d’un réseau de migrants de jeunes Européens qui participe à leur revendication d’une identité européenne et espagnole et qui exacerbe leur dés-ancrage avec l’Équateur. Dans leur cas, cet investissement provient d’une démarche personnelle. Amalia est orientée vers le réseau de migrants équatoriens dès son arrivée par sa mère. Alors qu’elle y est bien intégrée, elle met en avant son « identité d’entre-deux » entre l’Équateur et l’Espagne. Si le réseau lui permet de s’insérer dans la ville, il ne favorise pas pour autant son épanouissement personnel. Alicia quant à elle ne fréquente aucun réseau de migrants à Londres et expérimente une perte de repères.

43Enfin, le niveau de qualification joue un rôle : dans le cas de Vladimir, son ancrage en Espagne est facilité par l’acquisition d’un master, où il s’est toujours projeté avec un poste qualifié dans son domaine d’étude. Tout comme James, il s’inscrit dans une logique d’ascension professionnelle en Espagne, alors que Maria et Alicia, ayant abandonné l’école, se projettent davantage dans les études à Londres, ce qui accentue leur dés-ancrage avec l’Espagne. Maria, qui vit à Londres depuis plus de cinq ans, a notamment développé un ancrage utilitaire et affectif à la ville qui s’illustre par un projet d’installation et d’études.

Conclusion

44D’origine équatorienne et en possession de la double nationalité espagnole, les jeunes enquêtés ont migré à Londres en quête d’expérience, à la recherche de compétences, d’un emploi ou bien pour rejoindre un membre de la famille. Leur trajectoire migratoire relie trois pôles au sein du champ migratoire équatorien : l’Équateur, l’Espagne et Londres. Il apparaît que la dialectique mobilité-ancrage se complexifie à travers une trajectoire migratoire ardue et laisse place à de nombreuses formes de rapports à l’espace.

45Selon leurs expériences et la mobilisation ou non des réseaux de migrants, les repositionnements des appartenances sont différents. L’expérience vécue de l’Équateur participe à la construction d’une identité équatorienne plus ou moins forte. Les jeunes qui n’ont quasiment pas pratiqué cet espace ont construit un rapport à l’origine équatorienne hérité des parents, virtuel et imaginaire, qui peut porter une vision négative ou positive. Mais la non-expérience vécue de cet espace n’est pas contraire à la construction d’un ancrage revendiqué avec l’Équateur, fruit des relations d’altérités vécues à Londres. Pendant la migration à Londres, certains expérimentent une reconnexion avec leur lieu d’origine équatorien alors que d’autres confirment leur détachement. Les lieux d’origine ne sont pas stables dans le temps et plusieurs peuvent être revendiqués au cours du processus de construction des origines.

46Le lien entre l’âge d’arrivée en Espagne et le degré d’attachement à l’Espagne et à l’Équateur est faible. À des âges d’arrivée équivalents, certains revendiquent un ancrage à l’Équateur, d’autres non, ou affirment un ancrage affectif à l’Espagne. Au contraire, certains mettent en avant le décalage avec la culture espagnole et la discrimination dont ils ont été victimes. Il arrive aussi qu’ils expérimentent un phénomène de triple absence suite à la migration londonienne, se sentant étrangers dans les trois pôles traversés au fil de leur trajectoire migratoire. Londres reste pour la majorité des jeunes une étape dans leur trajectoire de vie où ils expérimentent des conditions de vie difficiles et n’ont pas l’intention de s’installer. La migration permet principalement d’acquérir des compétences et des connaissances et les jeunes développent ainsi un ancrage utilitaire à Londres non relié à un affect particulier.

47Grâce à une analyse centrée sur l’acteur-migrant, cette étude qualitative a permis de dépasser l’approche binaire des rapports aux lieux. Cet article éclaire et enrichit la tension dedans-dehors vécu par le migrant et analysée par Abdelmalek Sayad, en révélant des rapports aux espaces fluctuants, à la fois dans l’espace et dans le temps. Les formes d’ancrage aux lieux d’origine dépendent de la période de vie, ici marquée par la transition vers l’âge adulte, mais également de la situation dans laquelle se situe l’individu et des tactiques qu’il développe autour de sa migration. Pour les jeunes, la migration à Londres s’effectue seul ou en famille, et est donc plus ou moins choisie. Elle peut être pensée dès le début comme temporaire et selon les objectifs et les modalités de la migration, la mobilisation des réseaux de migrants et l’insertion dans la ville sont différentes. Cet ensemble de facteurs influence les modalités d’ancrage aux espaces. En se rapprochant d’un réseau de migrants latino-américain, ou au contraire en l’évitant, les jeunes choisissent les manières de « faire avec » leur origine familiale équatorienne, afin de devenir les acteurs de leur vie, de s’émanciper et de reformuler leur trajectoire biographique. Au contraire, ils peuvent subir le poids de leur identité migrante en Espagne et à Londres et du décalage ressenti avec le pays de leurs parents. La construction de leur identité et de leurs origines, qui découle de ces choix et contraintes, met en avant une origine équatorienne, une nouvelle origine espagnole ou un sentiment d’entre-deux entre le pays des origines familiales et le pays de seconde nationalité. Toutefois, bien que l’Équateur soit reconnu comme origine, aucun projet de retour n’émerge des discours. Que leurs identités soient troublées ou au contraire qu’ils s’auto-identifient comme Équatoriens, le refus de rentrer en Équateur ne fait-il pas de ces jeunes des Européens ? Ce refus est-il lié à leur plus longue expérience de l’espace européen (en Espagne ou à Londres), à une période de vie marquée par le passage à l’âge adulte ? Leur rapport à l’Équateur est différent de celui de leurs parents provenant de la première génération migratoire équatorienne en Europe, génération qu’il serait intéressant de comparer avec les plus jeunes dans un contexte de double migration.

48Les ancrages aux espaces se modifient. Ils soulignent la capacité des individus à choisir les positions spatiales où ils souhaitent développer une forme de dépendance matérielle et/ou psychologique, de façon « momentanée » ou plus ou moins durable, qui évoquent les multiples façons « d’être au lieu » [Debarbieux, 2014]. Pour une population jeune en contexte migratoire, ces reconfigurations des ancrages sont des éléments participant à la quête d’autonomie : l’individu va « faire avec » son héritage familial et réinterpréter ses espaces d’origine.

Haut de page

Bibliographie

Aparicio Gómez Rosa, Álvarez del Arco Débora et Rodríguez Ernesto, Jóvenes ecuatorianos en España: dilemas y certezas de una generación, Ernesto Rodríguez, 2014.

Attias-Donfut Claudine et Wolff François-Charles, Le Destin des enfants d’immigrés : un désenchaînement des générations, Paris, Stock, 2009.

Baby-Collin Virginie, « Prendre place ici et là-bas : géographie multisituée des migrations boliviennes (Argentine, États-Unis, Espagne) », habilitation à diriger des recherches, université Paris Ouest-Nanterre La Défense, 2014.

Boyer Florence, « Le projet migratoire des migrants touaregs de la zone Bankilaré : la pauvreté désavouée », Stichproben, no 8, 2005, p. 47-67.

Castra Michel, « Identité », in Serge Paugam, Les 100 mots de la sociologie, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », 2010.

Cicchelli Vincenzo, L’Esprit cosmopolite : voyages de formation des jeunes en Europe, Paris, Presses de Sciences-Po, 2012.

Cortes Geneviève, « Migrations, espaces et développement : une lecture des systèmes de mobilité et des constructions territoriales en Amérique latine », habilitation à diriger des recherches, université de Poitiers, 2008.

Debarbieux Bernard, « Enracinement-ancrage-amarrage : raviver les métaphores », L’Espace géographique, no 1, 2014, p. 68-80.

Del Rey Poveda Alberto et Quesnel André, « Dynamiques intrafamiliales et migration internationale : obligations et ancrages des migrants du Veracruz (Mexique) », in Virginie Baby-Collin et al. (dir.), Migrants des Suds, IRD, 2009.

Dubar Claude, « Polyphonie et métamorphoses de la notion d’identité », Revue française des affaires sociales, no 2, 2007, p. 9-25.

Flipo Aurore, « Mobilité et passage à l’âge adulte : itinéraires de migrants intra-européens », Agora débats/jeunesses, no 65, 2013, p. 23-35.

Fresnoza-Flot Asuncion, « Un double ancrage : liens familiaux et insertion sociale des enfants d’immigrés philippins en France », Enfances Familles Générations, no 22, 2015, p. 159-181.

Gil Araujo Sandra, « Políticas migratorias y relaciones bilaterales España-América Latina », in Anna Ayuso et Gemma Pinyol, Inmigración latinoamericana en España: el estado de la investigación, Barcelone, Fundació Cidob, 2010.

Granovetter Mark S., « The Strength of Weak Ties », American Journal of Sociology, vol. 78, no 6, 1973, p. 1360-1380.

Guérin-Pace France, « La diversité des ancrages territoriaux au regard des parcours migratoires », in France Guérin-Pace, Olivia Samuel, Isabelle Ville (dir.), En quête d’appartenances : l’enquête Histoire de vie sur la construction des identités, Paris, Ined, 2009.

Jokisch Brad D., « Desde Nueva York a Madrid: tendencias en la migración ecuatoriana », Ecuador Debate, no 54, 2001, p. 59-84.

Lacrampe-Camus Itane, « L’émancipation des jeunes migrants d’origine équatorienne entre l’Espagne et Londres », Belgeo, no 3, 2018.

Lariagon Renaud, « Dimensión territorial de las experiencias estudiantiles », thèse de doctorat en géographie, université de Caen Normandie, 2018.

Legrand Caroline, « Tourisme des racines et confrontations identitaires dans l’Irlande des migrations », Diasporas, histoire et sociétés, no 8, 2006, p. 162-171.

Ma Mung Emmanuel, « Le point de vue de l’autonomie dans l’étude des migrations internationales : “penser de l’intérieur” les phénomènes de mobilité », in Françoise Dureau et Marie-Antoinette Hily, Les Mondes de la mobilité, Rennes, Presses de l’université de Rennes, 2009.

Marchandise Sabrina, « Territoires éphémères, les réseaux sociaux des étudiants marocains en mobilité internationale », thèse de doctorat en géographie, université Montpellier 3, 2013.

Mary Aurélie Aline, « Re-evaluating the concept of adulthood and the framework of transition », Journal of Youth Studies, vol. 17, no 3, 2014, p. 415-429.

Milazzo Josepha, « Habiter un village global : migrations et expériences à Cadaqués (Catalogne, Espagne) », thèse de doctorat en géographie, Aix-Marseille université/Universitat Autònoma de Barcelona, 2018.

Moreno Fuentes Francisco Javier et Bruquetas Callejo Maria, Inmigracion y Estado de bienestar en España, Obra Social La Caixa, coll. Estudios Sociales, 2011.

Pedone Claudia, « “Tu siempre jalas a los tuyos”: cadenas y redes migratorias de las familias ecuatorianas hacia España », in Gioconda Herrera, Maria Cristina Carrillo et Alicia Torres (dir.), La migracion ecuatoriana: transnacionalismo, redes e identidades, Quito, Équateur, Flacso, Sede Ecuador, 2005.

Pedone Claudia, « Las representaciones sociales en torno a la inmigración ecuatoriana a España », Iconos, no 14, 2002, p. 56-66.

Pilote Annie et De Souza Correa Sílvio Marcus, Regard sur… L’identité des jeunes en contexte minoritaire, Québec, Presses de l’université Laval, 2010.

Ramirez Gallegos Franklin et Ramirez Jacques Paul, La estampida migratoria ecuatoriana: crisis, redes transnacionales y repertorios de acción migratoria (segunda edición actualizada), Quito, Équateur, Centro de Investigaciones Ciudad, 2005.

Ramos Cristina, « Onward migration from Spain to London in times of crisis: the importance of life-course junctures in secondary migrations », Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 44, no 11, 2017.

Ramos Elsa, L’Invention des origines : sociologie de l’ancrage identitaire, Paris, Armand Colin, 2006.

Sayad Abdelmalek, La double absence : des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Seuil, 1999.

Sigalas Emmanuel, « Does Erasmus student mobility promote a European identity? », ConWEB: Webpapers on Constitutionalism and Governance beyond the State, no 2, 2009.

Timera Mahamet, « Aventuriers ou orphelins de la migration internationale », Politique africaine, vol. 3, no 115, 2009, p. 175-195.

Torres Pérez Francisco, « La inmigración ecuatoriana en España y su proceso de inserción, algunas reflexiones », in II Conferencia regional « Migracion, desplazamiento forzado y refugio », Universidad Andina Simon Bolivar, Quito, 2004.

Viruela Rafael et Torres Pérez Francisco, « Flujos migratorios, crisis y estrategias de movilidad: los inmigrantes ecuatorianos y rumanos en España », in Francisco Torres Pérez et María Elena Gadea Montesinos, Crisis, inmigracion y sociedad, Talasa, 2015.

Haut de page

Notes

1 Les propos des migrants lors d’entretiens enregistrés en espagnol ont été retranscrits en intégralité et traduits par l’auteure. Chaque verbatim extrait d’un entretien est suivi du nom modifié de l’enquêté, de la date et du lieu de l’entretien.

2 Terme polysémique, le « cosmopolitisme » renvoie notamment à la propension des individus à s’ouvrir à d’autres cultures, valeurs et/ou styles de vie, dans une dynamique d’apprentissages des dimensions transnationales du monde [Cicchelli, 2012].

3 Cf. http://www.lawrs.org.uk/sin-fronteras/, consulté le 18 avril 2019.

4 Cf. http://www.lawrs.org.uk/, consulté le 18 avril 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Itane Lacrampe-Camus, « Reconfiguration des ancrages et construction des origines dans un contexte de double migration. Jeunes d’origine équatorienne entre l’Espagne et Londres », Cahiers des Amériques latines, 91 | 2019, 153-170.

Référence électronique

Itane Lacrampe-Camus, « Reconfiguration des ancrages et construction des origines dans un contexte de double migration. Jeunes d’origine équatorienne entre l’Espagne et Londres », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 91 | 2019, mis en ligne le 27 septembre 2019, consulté le 08 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/cal/9528 ; DOI : 10.4000/cal.9528

Haut de page

Auteur

Itane Lacrampe-Camus

Itane Lacrampe-Camus est géographe, doctorante à l’université Paul-Valéry (Montpellier 3) au sein de l’UMR ART-Dev (5281). Sa thèse porte sur l’émancipation des jeunes et la reconfiguration de leurs ancrages dans un contexte de redéploiement migratoire en Europe. Elle développe une approche qualitative sur des terrains multi-situés, dans l’espace et sur les réseaux sociaux numériques de migrants.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals