Navigation – Plan du site
Lectures

Carmelo Mesa-Lago, Roberto Veiga González, Lenier González Mederos, Sofía Vera Rojas et Aníbal Pérez-Liñán, Voices of Change in Cuba from the Nonstate Sector

University of Pittsburgh Press, 2018
Ted A. Henken
p. 197-200
Référence(s) :
Carmelo Mesa-Lago, Roberto Veiga González, Lenier González Mederos, Sofía Vera Rojas et Aníbal Pérez-Liñán, Voices of Change in Cuba from the Nonstate Sector, University of Pittsburgh Press, 2018, 176 p.

Texte intégral

  • 1 Travailleurs indépendants, version cubaine de la micro-entreprise.

1Le 5 décembre 2018, deux jours avant l’entrée en vigueur d’une nouvelle loi importante dans le secteur privé cubain, le nouveau président cubain Miguel Díaz-Canel, cinquante-huit ans, s’est exprimé sur Twitter pour annoncer une modification à la loi : « Aujourd’hui, à l’émission Mesa Redonda, les responsables des différents ministères feront le point sur la situation du travail indépendant. Nous sommes confiants dans le leadership collectif et le lien constant avec le peuple, garantissant sa participation aux tâches révolutionnaires et à la prise de décision. » Ici, Díaz-Canel faisait implicitement référence au tollé retentissant de la nouvelle classe entrepreneuriale cubaine – connue familièrement sous le nom de cuentapropistas1 – selon lequel le nouvel ensemble de réglementations était à la fois autoritaire et coûteux. Bien que les nouveaux règlements sur le travail indépendant aient été élaborés à l’origine à huis clos, sans la participation des cuentapropistas cubains eux-mêmes, après leur divulgation au public le 10 juillet 2018, le gouvernement a été confronté à un blocage soutenu et à des demandes d’abrogation ou de redressement lorsqu’il a organisé des réunions locales avec des entrepreneurs pour expliquer les nouveaux règlements et leur indiquer comment les appliquer au mieux.

2Lorsque le nouveau règlement est entré en vigueur le 7 décembre, deux des aspects les plus régulièrement critiqués (sinon les plus fondamentaux) de la nouvelle loi avaient été supprimés : les entrepreneurs cubains pourraient toujours détenir plus d’une licence d’exploitation et la taille des restaurants privés populaires « paladar » de Cuba ne serait limitée que par les paramètres physiques de la salle à manger, et non par la règle arbitraire et tristement célèbre des « 50 chaises ». S’insurgeant contre les affirmations selon lesquelles cette abrogation de dernière minute représentait un revers pour son nouveau gouvernement, le président Díaz-Canel a tweeté de nouveau le 7 décembre : « Il n’y a aucune raison de croire que les rectifications sont des régressions, ni qu’elles doivent être confondues avec des faiblesses lorsque les voix du peuple sont entendues. La révolution est en train de changer tout ce qui devrait être changé. Aucun de nous ne peut faire autant que nous tous ensemble. “#OnEstCuba #OnEstContinuité”. »

3Le dernier épisode de la saga imprévisible du secteur privé cubain (« nonstate sector », NSS), dont il a été question plus haut, ne fait que renforcer l’importance et la vitalité de livres comme celui dont il est question ici. Comme l’indique le titre du livre – Voices – son objectif premier est de comprendre, d’analyser et de partager le plus largement possible les expériences, les opinions, les obstacles et les désirs de changement d’un large éventail de pionniers du secteur privé cubain, émergent mais peu maniable, qui comprend non seulement les cuentapropistas du secteur privé indépendants mentionnés ci-dessus, mais également les agriculteurs usufruitiers, membres des nouvelles coopératives non agricoles et les acheteurs et vendeurs des habitations privées. En effet, l’un des aspects les plus novateurs et les plus riches du livre est qu’il repose sur une analyse méticuleuse de 80 entretiens intensifs menés à Cuba avec des membres de ces quatre groupes entre 2014 et 2015. Ayant publié un livre et de nombreux articles sur les cuentapropistas cubains, en partie fondés sur des entretiens directs avec eux, je peux témoigner de la grande difficulté et donc de la grande valeur pour les chercheurs et surtout les décideurs politiques d’entendre ces voix non vernies. Je peux également dire que la méthodologie d’entrevue rigoureuse employée par les auteurs et l’étendue de l’expérience et de l’occupation des personnes interrogées est certainement sans précédent dans la recherche existante sur le sujet.

4Les auteurs commencent leur étude en justifiant leur intérêt pour le secteur privé cubain en affirmant qu’il est passé d’environ 20 % en 2005 à 29 % de la population active de l’île en 2015. Pourtant, ils admettent ouvertement que les statistiques cubaines sur la taille exacte de divers secteurs de sa population active sont discutables, citant des chiffres officiels concurrents qui situent le NSS entre 22,8 % et 35,8 % de la population active. Selon les auteurs, le NSS cubain « a le potentiel de transformer l’économie étatique prédominante (71 % de la population active), qui se trouve dans une situation pour le moins précaire » (p. 1). En plus de partager les voix des acteurs du SSN, l’objectif des auteurs de l’ouvrage est de tenter de quantifier le secteur et d’identifier plus précisément les quatre groupes qui le composent. Dans le même ordre d’idées, nous apprenons que les cuentapropistas représentent la part du lion de la main-d’œuvre non étatique, soit 41,4 % (ou 483 400 licenciés en 2015, un total qui s’élève à près de 600 000 en 2019). Viennent ensuite les agriculteurs usufruitiers qui représentent 26,7 % de la main-d’œuvre non étatique (312 296) et les membres des diverses coopératives agricoles cubaines qui constituent 19,8 % de la main-d’œuvre non étatique (231 500). Le reste du secteur est formé de petits propriétaires privés (8,5 % ou 99 500), de paysans (2,8 % ou 32 000) et de métayers (0,2 % ou 2 843). Ironiquement, malgré les attentes initiales d’une grande expansion compte tenu de sa forme supposée plus « socialiste » d’organisation et de gestion du travail, la nouvelle expérience cubaine des coopératives non agricoles (CNA) ne représente que 0,5 % de la main-d’œuvre non étatique avec seulement 5 500 membres.

5Outre l’analyse purement statistique citée plus haut, ce petit livre est en fait assez riche et complémentaire. Sur le plan quantitatif, nous avons accès à une pléthore d’informations par ailleurs indisponibles sur le NSS de Cuba, y compris les caractéristiques démographiques de ses travailleurs (âge, sexe, race et niveau d’éducation). De plus, à travers les réponses aux différents questionnaires administrés aux 25 cuentapropistas, 25 usufruitiers, 25 acheteurs, vendeurs et courtiers de maisons privées et les 5 membres de nouvelles coopératives non agricoles qui ont participé à l’étude, nous découvrons leur niveau de satisfaction, leurs occupations antérieures, leurs profits, leur dépendance envers le capital investi, leurs transferts de fonds ou leur microcrédit, le nombre de salariés, la concurrence, la publicité et les projets de croissance de la coopérative. En fait, l’une des conclusions qui surprend aussi les auteurs est que les niveaux de satisfaction sont très élevés chez les travailleurs du NSS malgré les nombreux obstacles bureaucratiques et franchement politiques auxquels ils doivent faire face quotidiennement (p. 121).

6L’une des parties les plus utiles du livre est celle où ces travailleurs du « nonstate sector » (NSS) peuvent s’exprimer sur les principaux problèmes auxquels ils sont confrontés et les changements qu’ils souhaitent. Par exemple, au chapitre 2 sur les travailleurs indépendants, nous apprenons que leurs principaux défis sont l’accès aux intrants et la nécessité d’un marché de gros, suivis par une bureaucratie lourde et une législation restrictive. En effet, « leur désir de changement est concomitant avec les problèmes qu’ils ont identifiés » et inclut « plus de liberté et moins de réglementations » et « un meilleur accès aux intrants et des prix plus bas » (p. 41-42). En dépit d’une telle analyse quantitative rigoureuse des chiffres recueillis par les auteurs de l’étude, leur livre est tout à fait honnête quant à la quasi-impossibilité de mener aujourd’hui à Cuba des recherches par sondage scientifiquement fondées et généralisables. Pour cette raison, ils insistent sur le fait que leurs conclusions, bien que précieuses et sans précédent, sont plus indicatives que représentatives.

7Trois autres éléments confèrent à ce livre une valeur particulière en tant que ressource pour la recherche ultérieure sur le sujet par d’autres chercheurs. Tout d’abord, sur le plan qualitatif, avant de présenter les données de l’enquête, chacun des quatre principaux chapitres du livre (chapitre 2 sur les cuentapropistas, chapitre 3 sur les usufruitiers, chapitre 4 sur les NAC’s et chapitre 5 sur les ventes de maisons privées) commence par une section « antécédents » étendue où les auteurs donnent un aperçu encyclopédique des connaissances actuelles et récentes politiques gouvernementales dans ce secteur, incluant des données sur leur taille, leurs tendances, leurs caractéristiques clés, leurs progrès, leurs obstacles et leurs impacts.

8Deuxièmement, le livre se termine par une conclusion très originale qui tente d’établir des liens et des comparaisons entre les quatre sous-sections quelque peu disparates du recueil, tout en rassemblant les divers thèmes et leçons qui se chevauchent pour arriver à une série de recommandations générales et de suggestions spécifiques pour les décideurs politiques cubains s’ils souhaitent prendre en compte ces « voix du peuple ».

9Troisièmement, dans un effort louable de transparence, les auteurs fournissent une annexe dans laquelle ils partagent les questionnaires d’entrevue utilisés dans l’étude.

10Mon travail sur l’économie cubaine a profondément été influencé par celui de Carmelo Mesa-Lago, il convient donc de terminer ma recension en mentionnant un certain nombre d’autres caractéristiques enviables que ce livre partage avec une grande partie de ses autres travaux dans un domaine polarisé qui souffre souvent de travaux qui « dégagent plus de chaleur que de lumière ». Tout d’abord, l’œuvre est une vitrine exemplaire des fruits potentiels d’une collaboration transfrontalière et interdisciplinaire. Mesa-Lago, économiste cubano-américain, a réalisé l’étude en collaboration avec Roberto Veiga et Lenier González, qui ont mené et compilé les interviews sur le terrain à Cuba. Veiga et González sont deux intellectuels publics cubains de premier plan qui ont respectivement étudié la science politique et la sociologie et ont coédité la célèbre revue Espacio Laical jusqu’en 2014 avant de cofonder Cuba Posible, l’une des revues les plus importantes et influentes de Cuba à l’époque actuelle. Sans parler de la collaboration de Sofía Vera Rojas et Aníbal Pérez-Liñán, respectivement doctorante et professeur de science politique à l’université de Pittsburgh, qui ont travaillé ensemble au traitement et à la tabulation des entretiens.

11Une deuxième caractéristique qui rend ce livre particulièrement précieux est son immersion dans la littérature cubaine sur la SSN (produite en espagnol à Cuba), y compris les travaux de sciences sociales de l’académie et le journalisme officiel et indépendant et son utilisation fine. Mesa-Lago a également fait en sorte que ce livre – comme beaucoup de ses prédécesseurs – soit publié à la fois en espagnol et en anglais afin que son impact et son influence se fassent sentir le plus largement possible. Enfin, Mesa-Lago mérite d’être salué pour son travail acharné visant à établir une base statistique crédible sur tant d’aspects disparates de l’économie cubaine (et pour avoir admis ouvertement qu’une telle base est un rêve éphémère). Ce court livre contient aussi une série de tableaux et de figures étonnamment détaillés. Établir un outil statistique commun pour les chercheurs, les décideurs politiques et les experts qui sont souvent en désaccord dans leurs analyses et leurs opinions est déjà à saluer, dans ce domaine si polarisé des études cubaines. En tant qu’homme politique et intellectuel public américain, Daniel Patrick Moynihan est connu pour avoir ironisé : « Chacun a droit à ses propres opinions, mais pas à ses propres faits. »

Haut de page

Notes

1 Travailleurs indépendants, version cubaine de la micro-entreprise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ted A. Henken, « Carmelo Mesa-Lago, Roberto Veiga González, Lenier González Mederos, Sofía Vera Rojas et Aníbal Pérez-Liñán, Voices of Change in Cuba from the Nonstate Sector », Cahiers des Amériques latines, 91 | 2019, 197-200.

Référence électronique

Ted A. Henken, « Carmelo Mesa-Lago, Roberto Veiga González, Lenier González Mederos, Sofía Vera Rojas et Aníbal Pérez-Liñán, Voices of Change in Cuba from the Nonstate Sector », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 91 | 2019, mis en ligne le 27 septembre 2019, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/cal/9620

Haut de page

Auteur

Ted A. Henken

Baruch College,
City University of New York

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals