Navigation – Plan du site
Dossier. La prohibition des drogues au quotidien

Introduction. Drogues et prohibition : histoires situées, pratiques ordinaires

Introducción. Drogas y prohibición: Historias situadas, prácticas ordinarias
Introduction. Drugs and Prohibition: Situated Histories, Ordinary Practices
Introdução. Drogas e proibição: Histórias Situadas, Práticas Ordinárias
Chiara Calzolaio et Sabine Guez
p. 41-52

Texte intégral

  • 1 Il faut citer au moins deux autres ensembles de publications francophones datant du début des année (...)
  • 2 Un peu plus d’une décennie après, ces bouleversements des rapports Nord-Sud quant à la production, (...)

1Voilà presque trente ans que deux économistes, Pierre Salama et Michel Schiray, dirigeaient un numéro de la revue Tiers-Monde sur « Drogues et développement » et appelaient les sciences sociales françaises à étudier une question jusque-là négligée : celle des drogues illégales [Salama et Schiray, 1992]. « Sujets tabous », celles-ci échappaient aux regards théoriques et empiriques des chercheurs1. Ce désintérêt contrastait avec des tendances globales fort nouvelles : la consommation des drogues était en train de se diffuser au-delà des pays du Nord, comme les États-Unis, et la production s’étendait de plus en plus au-delà des frontières nationales des pays traditionnellement exportateurs, par exemple de cocaïne2. Des filières et des réseaux plus structurés se développaient, en même temps que croissaient les revenus qu’ils pouvaient tirer de leur commerce. Le constat était évident pour les deux chercheurs : les drogues illicites constituaient désormais « un domaine important des stratégies des acteurs économiques, États, entreprises et groupes sociaux les plus diversifiés, du niveau international au niveau local, que l’on ne [pouvait] plus ignorer » [Salama et Schiray, 1992, p. 487].

  • 3 Programme des Nations unies pour le contrôle international des drogues.
  • 4 Il s’agit d’un des premiers projets du programme Most (Management of Social Transformation) de l’Un (...)
  • 5 Nous avons ici privilégié les travaux concernant l’Amérique latine. Pour l’ensemble des recherches (...)

2Quelques années après, il ne fut plus question de « sujets tabous ». Approuvé en 1996, un projet de recherche internationale mis en œuvre par l’Unesco en coopération avec le Pnucid3 réunit pendant six ans des chercheurs de disciplines et d’origines différentes autour de la thématique commune des « Transformations économiques et sociales liées au problème international des drogues »4. La pertinence de ce projet résidait notamment dans le fait de financer des enquêtes de terrain approfondies, centrées autour de trois problématiques : l’articulation entre institutions étatiques et réseaux criminels [Rivelois, 1999 ; Geffray, 2001a] ; les effets socio-économiques, à différentes échelles, du trafic de drogues ; et, en moindre mesure, les dimensions culturelles, au niveau tant des expériences de consommation que des représentations des acteurs du trafic [Astorga, 2002]. Concernant plus spécialement quatre aires géographiques (Brésil, Chine, Inde, Mexique), le projet finança et publia des chercheurs, femmes et hommes, qui deviendraient des références pour les spécialistes de la question des drogues en sciences sociales ; comme Luis Astorga, sociologue mexicain, ou Alba Zaluar, anthropologue brésilienne dont les recherches furent largement diffusées en France à partir des années 2000 [Astorga, 2004, 2012 ; Zaluar, 2001a, 2004]5.

  • 6 Le numéro d’Hérodote dans lequel sont publiés les articles d’Alain Labrousse, sur le rôle des reven (...)

3À la fois territoires de production, lieux de consommation et espaces de trafic, les pays latino-américains ont, depuis lors, fourni matière à réflexion pour des études variées. Dans le panorama des revues (latino) américanistes françaises, les travaux ont notamment abordé les dimensions géopolitiques des production, circulation et répression des drogues illicites [Labrousse, 2004 ; Gootenberg, 2004]6 et les liens structurels entre trafic de drogues, criminalité et violences [Kessler, 2010 ; Misse, 2010 ; Vargas Meza, 2014]. D’autres travaux se sont penchés sur les chaînes longues du marché des stupéfiants et l’imbrication entre forces de l’ordre et mondes criminels [Peralva et Telles, 2014], ou encore sur les arrangements quotidiens et les trajectoires individuelles de tous ces acteurs qui composent le monde varié du négoce des drogues [Guez, 2007, 2008 ; Hirata, 2014]. Attentives, comme ces dernières études, à la singularité des contextes et aux expériences sociales, d’autres encore, en sociologie et en anthropologie, se sont plus récemment intéressées aux modalités concrètes et aux effets locaux des politiques de militarisation de la « lutte contre le narcotrafic » [Grajales, 2016 ; Calzolaio, 2016 ; Blazquez, 2016].

  • 7 Un certain nombre d’ONG et de centres d’études, souvent en réseaux entre eux, sont à l’origine de p (...)

4En élargissant le regard aux publications produites dans les Amériques, la liste des travaux et des sujets serait trop riche pour pouvoir la présenter dans le détail. Nous pouvons tout de même noter quelques tendances. Si les études socio-anthropologiques sur les réseaux criminels, leurs ancrages sociaux et institutionnels sont nombreux [voir entre autres : Astorga, 2005 [1996] ; Zaluar, 2004 ; Misse, 2011] il existe aussi toute une littérature, moins développée qu’en France, intéressée tant à l’histoire longue qu’aux pratiques contemporaines de la consommation de certaines substances parmi les peuples autochtones [voir par exemple : Carneiro 1994 ; Labate et Goulart, 2005 ; Benciolini, 2012 ; Talin et Sanabria, 2017]. Un troisième ensemble de recherches, à l’intersection entre les sciences politiques, la sociologie et le droit a abordé les limites de la répression des drogues : en premier lieu, autour de l’impact des politiques prohibitionnistes états-uniennes [voir entre autres : Rodrigues, 2004 ; Youngers et Rosin, 2005] ; puis, plus récemment, en ce qui concerne les (dis)fonctionnements des systèmes de justice [voir par exemple : Pérez Correa, 2012 ; Uprinmy et al., 2012] ou encore les changements introduits par la dépénalisation et/ou la légalisation de certains produits [cf. Aguiar et Musto, 2015 ; Labate et Rodrigues, 2015]7.

5Pourquoi proposer une nouvelle publication à l’intérieur de ce vaste champ de recherches ? Dans ce contexte intellectuel d’une grande vitalité, nous avons choisi de faire la part belle au terrain, à des histoires situées et aux pratiques ordinaires.

  • 8 Le colloque a reçu le soutien de différentes institutions et de plusieurs laboratoires de recherche (...)
  • 9 À propos des alternatives à la prohibition, le colloque a notamment réuni, à côté des chercheurs, d (...)

6Un colloque international est à l’origine de ce dossier. Coorganisé en avril 2018 par Mariana Broglia de Moura, Anne Coppel, Edgardo Manero, Alessandro Stella et nous-mêmes, cette initiative souhaitait instaurer un espace de débats et d’échanges entre chercheurs et chercheuses américanistes (du Nord et du Sud, dont beaucoup de doctorant.e.s ou jeunes docteur.e.s) travaillant sur les drogues mais n’ayant pas l’habitude, voire la possibilité, de se rencontrer8. Ces spécialistes latino-américain.e.s et européen.ne.s étudient les modes et les effets de la régulation et des prohibitions des drogues dans les Amériques (y compris avant la mise en place du régime prohibitionniste lors de la première moitié du xxe siècle), ainsi que les violences sociales liées à la « guerre aux drogues » et les réponses variées qui y ont été apportées9. Dans ce dossier, nous nous concentrons sur des recherches en sciences sociales solidement ancrées dans des enquêtes de terrain, qui nous parlent d’une histoire longue à la lumière des pratiques. Une histoire où la dimension répressive n’est qu’un aspect, bien évidemment important, du problème.

Les effets créateurs de la prohibition

7Plusieurs mondes sociaux se sont construits à l’intersection entre l’interdiction, la répression et la production des drogues, dans le sillage du régime prohibitionniste mis progressivement en place dans les Amériques latines il y a un siècle. Ce dossier se penche à la fois sur la genèse et les enjeux de ce régime et sur les sociétés et les violences que celui-ci a enfantées. Il réfléchit aux effets des politiques prohibitionnistes dans la criminalisation de certaines pratiques, à la militarisation de la lutte contre les drogues, à la gestion différentielle des illégalismes et à l’enchevêtrement du légal et de l’illégal dans les économies où circule l’argent du trafic de drogue. En se basant sur des recherches localisées dans le temps et dans l’espace, les cinq textes présentés constituent, d’abord, autant d’entrées pour revisiter une histoire centenaire. Sans bien sûr la (re)présenter dans sa totalité, ils permettent de plonger dans des contextes historiques et géographiques différents et de raconter ainsi, dans leur singularité, plusieurs volets et moments situés de cette histoire : les soubassements racistes de la prohibition de la marijuana au Brésil entre la fin du xixe siècle et le début du xxe [Carneiro] ; la mise en place du régime de contrôle des stupéfiants au Brésil dans les années 1930 [Broglia de Moura] ; la participation croissante à leur négoce illégal dans le nord du Mexique dans les années 1980 [Guez] ; l’actualité de la légalisation du cannabis à des fins thérapeutiques en Colombie [Góngora] ; l’explosion des violences qui traversent le Mexique depuis plus d’une décennie [Alvarado].

8Plutôt que de se focaliser sur la seule dimension de la répression (amplement développée dans les travaux précités), nous avons souhaité nous intéresser à la prohibition des drogues dans ses effets créateurs. La mise en œuvre de cette dernière a en effet produit des dispositifs publics (les institutions au sens large) et des catégories sociales, des rapports de pouvoir et des formes d’organisation économique et sociale inédits. Les textes réunis ici examinent des usages institutionnels comme individuels de la prohibition des drogues et son instrumentalisation par des acteurs aussi divers que des « entrepreneurs de morale » [Becker, 1985 (1963)] au Brésil dans les années 1930, les auxiliaires des trafiquants de drogue dans le Mexique contemporain, ou encore les mères d’enfants malades qui se mobilisent aujourd’hui pour la légalisation du cannabis médicinal en Colombie.

9Ces travaux se tiennent ainsi au plus près des pratiques et des acteurs. Tournant le dos à une analyse surplombante, les textes, qui puisent dans les archives et les matériaux ethnographiques, s’intéressent à ce que les gens font et disent [Bazin, 2008] et nous racontent la « prohibition » en train de se vivre, dans les actes. Car si la réglementation s’impose dans ses principes au niveau international, les États gardent une marge de manœuvre pour la mettre en place… ou la défaire, comme le récent mouvement vers la légalisation le montre. Les acteurs, de leur côté, s’en emparent et dans ses interstices créent toutes sortes de stratégies qui organisent le social – qu’il s’agisse des pharmaciens brésiliens qui, par ricochet, en profitent pour se professionnaliser, des habitants de la frontière entre le Mexique et les États-Unis qui se servent de la prohibition pour « joindre les deux bouts » ou des jardiniers colombiens se réinventant en créateurs de remèdes à base de cannabis.

10« […] personne ne s’imaginait que la prohibition pourrait générer tant d’effets inattendus tels que l’incontrôlable “narcotrafic” ou la modification de la structure biologique de ces êtres qu’elle prétendait éradiquer », écrit Andrés Góngora. Cet anthropologue reconstruit l’histoire du cannabis comme remède en Colombie et le retournement du stigmate associé à cette plante. Il aura fallu l’émergence de nouveaux acteurs – les personnes atteintes de maladies chroniques et dégénératives susceptibles d’être traitées avec de la marijuana médicinale, ainsi que leurs proches – et leur alliance avec des « jardiniers » en laboratoire, au service d’une même « cause » : la légalisation du cannabis à des fins thérapeutiques. Pour développer l’action « holistique » de la plante, accroître son « pouvoir pharmacologique », une « science du cannabis » se fait jour. Les semences circulent d’un pays à l’autre, des technologies agricoles sont appliquées aux fins d’accélérer sa vitesse de reproduction et surtout de s’adapter à la loi et de la contourner (pour la culture en serre, lumière et chaleur du soleil sont remplacées par des « dispositifs électriques », par exemple). Ce faisant, des savoirs ethnobotaniques sont créés et la marijuana change de forme. Elle devient huile, pommade, teinture, élixir. Le processus de « purification morale et symbolique » qui est ici à l’œuvre est lui-même créateur de normes. Il est ainsi entendu, parmi ces nouveaux Paracelse, que certaines variétés de cannabis « sélectes » et « exclusives » ne peuvent en aucun cas faire l’objet d’une hybridation, d’une sélection artificielle, d’un clonage. Deux univers de sens, deux logiques d’action entrent alors en conflit : d’un côté les banques de semences et l’industrie pharmaceutique, désireuses d’avoir la haute main sur ce nouveau marché désormais régulé ; de l’autre les fabricants de la première heure de ces remèdes à base de cannabis, conçus par les malades eux-mêmes ou pour eux, soucieux qu’ils demeurent accessibles aux familles les plus précaires, qui parlent de « culture sociale », d’« amour pour la plante » et de leur « rapport sensuel » à elle.

11Il est aussi question de circulation, non de semences mais de mises en demeure, dans l’article de Mariana Broglia de Moura. L’anthropologue se penche sur ce qui se joue à l’entrecroisement d’une injonction à laquelle acceptent de se plier les pays signataires des conventions multilatérales régulant les échanges de drogues, d’une part, et d’enjeux sociopolitiques propres au Brésil, dans le cas soumis à l’analyse, d’autre part. Elle suit ce mouvement de l’international vers le local. Car une fois le principe de la prohibition acquis, tout reste à faire pour la mettre en œuvre à l’échelle nationale ; sa promulgation n’est qu’un point de départ. Ainsi, la prohibition n’est pas interdiction absolue des drogues mais plutôt organisation, au sein de chaque pays, d’un monopole du commerce légitime des stupéfiants, et création d’un ensemble de dispositifs de contrôle pour répondre en pratique aux exigences formulées au niveau international. Dans ce cadre, les drogues continueront en effet de circuler à des fins autorisées, à définir, et il s’agira de construire le champ médico-scientifique au sein duquel elles le feront. Mariana Broglia de Moura a scruté au sein des archives ce travail de délimitation réalisé par la Commission nationale de contrôle des stupéfiants (CNFE) brésilienne à partir des années 1930, avec ses enjeux tant professionnels que politiques – au premier chef le renforcement du pouvoir de l’État fédéral brésilien. On assiste ainsi à un jeu de négociation des frontières internes et externes aux différentes professions de santé, à la prolifération de normes visant l’exercice de ces professions comme de mesures répressives pénales et administratives pour les mettre au pas et encadrer les conduites de leurs membres, mais aussi à l’institution de nouvelles pratiques professionnelles et à l’avènement progressif d’un système d’autocontrôle, avec la formation des Conseils de la médecine et de la pharmacie. Au Brésil comme en Colombie, on le voit dans cet article comme dans celui d’Andrés Góngora, à des époques fort diverses, de nouveaux acteurs apparaissent avec la prohibition, chargés de la mettre en place, de l’implanter voire de l’institutionnaliser au niveau national, ou au contraire qui en questionnent le bien-fondé et s’emploient à la contourner et à la défaire.

12Le texte de Sabine Guez s’intéresse aux enjeux sociaux, économiques et politiques de la construction sociohistorique d’un « trafiquant » archétypal dans le Nord mexicain. Le contenu couramment assigné à la catégorie sociale du trafiquant de drogue, née avec l’interdiction du commerce de la marijuana et de l’opium dans ce pays, est resté assez stable depuis cent ans : un homme issu d’un milieu défavorisé, repérable à certaines caractéristiques (le plus souvent inculte, il affectionnerait un style de vie tape-à-l’œil) et aux modalités de sa participation directe au négoce des drogues (qu’il manipule forcément). Or, à la frontière entre le Mexique et les États-Unis, les acteurs du trafic ne sont pas seulement les « suspects habituels » – policiers, cultivateurs, transporteurs, par exemple. Ce sont des amis, des voisins, des parents : chacun est susceptible d’être mêlé au trafic de drogue sur la scène frontalière, chaque famille compte un membre qui travaille au sein de ce négoce ou y a travaillé, ou encore qui est touché par le biais de la consommation de stupéfiants. Leur commerce, plus profitable depuis qu’il est interdit, est d’autant plus attractif que les opportunités équivalentes sur le marché légal du travail sont réduites. À l’ombre de la prohibition, des formes variées d’organisation sociale autour de l’illicite se sont donc multipliées. En catégorisant les trafiquants comme des « autres », on occulte ainsi l’étendue des chaînes de coopération au sein de cette économie. On masque tous ces arrangements ordinaires avec elle, pas toujours avouables.

13Si nous mettons l’accent sur l’ordinaire des pratiques, la fluidité des passages entre légalité et illégalité, ou la productivité de la prohibition, il n’en reste pas moins que celle-ci a aussi entraîné des situations de violence qu’il n’est pas possible d’éluder. Pour ouvrir et clore le dossier, deux textes s’emparent de cette problématique. Ils se distinguent sur la forme.

14L’entretien avec Ignacio Alvarado, journaliste mexicain, propose ainsi une lecture de la terreur qui a atteint différentes régions du Mexique depuis plus d’une décennie. Si ces violences touchent des espaces traditionnellement caractérisés par le trafic de la drogue dans ce pays, elles relèvent moins de ce négoce illégal ou de son combat, d’après le journaliste, que des intérêts économiques autour de ces terres exploitées pour leurs ressources ou appelées à l’être et/ou à abriter de nouvelles infrastructures de transport. Il n’est pas question ici d’un affrontement entre des « cartels de la drogue » mais bel et bien d’extractivisme (c’est-à-dire de l’exploitation et de l’exportation des ressources naturelles). Une telle analyse des sources de la violence, informée par l’enquête de terrain et le recueil de maints témoignages, nous emmène bien loin des explications habituelles par la « guerre » que se livreraient le gouvernement et les trafiquants.

15Henrique Carneiro, historien brésilien engagé dans le mouvement anti-prohibitionniste, revient aussi de manière critique sur les liens entre violence et prohibition. Les taux d’incarcération élevés et les violences résultant de la « guerre contre les drogues » au Brésil relèvent en effet, d’après ce chercheur, d’un racisme institutionnalisé qui puise ses racines loin dans l’histoire. À travers une revue de la littérature sur la diffusion puis l’interdiction de la marijuana entre la fin du xixe siècle et le début du xxe, l’historien décrypte les arguments eugénistes et racistes invoqués par les médecins à l’origine de la prohibition de cette drogue dont l’usage était associé aux populations de descendance africaine. Le combat pour la légalisation des drogues – qu’Andrés Góngora analyse quant à lui par le bas, à travers la question du cannabis médicinal – se révèle ici dans toute sa portée antiraciste.

16Enfin, comme il a été souligné depuis les premiers travaux en sciences sociales, travailler sur l’illégalité pose des défis méthodologiques et éthiques spécifiques. Deux textes en donnent un exemple. D’un côté, comme le note Sabine Guez, ces contraintes peuvent devenir des opportunités : en s’appuyant sur des réseaux d’interconnaissance, familiaux et d’amitié, et en cherchant des indices de la présence du trafic de drogue dans la vie de ses interlocuteurs, Sabine Guez a pu mettre au cœur de son analyse ce vaste monde existant aux frontières du légal et de l’illégal, qui est le ciment du trafic sans en porter nécessairement le nom. De l’autre côté, comme le raconte Ignacio Alvarado pour décrire son travail journalistique, dévoiler les intérêts économiques et politiques derrière le négoce des drogues et le combat mené contre elles, ou raconter la terreur imposée par les forces de l’ordre obligent à mettre au point des stratégies d’enquête : éviter autant que possible les autorités locales, rester dans les régions dont le journaliste maîtrise les codes culturels.

17D’autres articles explicitent également les modalités concrètes des enquêtes et mobilisent divers procédés narratifs pour remettre au centre de l’analyse la parole et les pratiques des acteurs. Pour rendre compte d’une enquête multisituée attentive à la circulation des connaissances et des semences, Andrés Góngora a choisi de construire son récit autour de la description de différentes situations ethnographiques, des rues d’une manifestation anti-prohibitionniste à la serre d’un cultivateur. En associant dans l’écriture les textes des lois, les rapports écrits par les médecins de la Commission nationale de contrôle des stupéfiants et les réactions des pharmaciens sur lesquels s’abat la répression policière, Mariana Broglia de Moura nous permet de plonger dans les pratiques quotidiennes de production de l’illégalité.

  • 10 Délimitation qui s’applique y compris à la composition moléculaire des substances, comme dans le ca (...)
  • 11 Ce que l’on peut voir à l’œuvre dans les distinctions entre médecins, pharmaciens et « trafiquants  (...)
  • 12 Quand une substance vient à être légalisée ; cf. encore l’article d’Andrés Góngora.

18Dans leur ensemble, ces articles font apparaître un travail de délimitation et de différenciation entre le licite et l’illicite, le légal et l’illégal, qui se joue à différents niveaux : celui des substances, autorisées ou non10 ; celui des circuits de distribution de ces substances, légaux ou criminels11 ; celui des pratiques de production, plus ou moins sanctionnées12. S’il se matérialise sur le terrain des conventions et des lois, ce travail de distinction est tout le temps réactualisé dans et par les pratiques sociales, notamment de mise à distance. La distanciation sociale et morale est censée éloigner les stigmates associés à certains usages des drogues. Ainsi des mères d’enfants traités avec le cannabis médicinal qui ne souhaitent pas être confondues avec les marihuaneros, ou des participants au trafic des stupéfiants qui revendiquent leur extériorité à ce monde.

19En se penchant sur tous ces points de chevauchement, le dossier que nous présentons s’emploie à nuancer la vision d’une opposition entre « des bons et des méchants ». Loin d’être déconnectés du reste de la société, une multiplicité d’acteurs gravitent autour des drogues illégalisées, agissant et interagissant dans cet entre-deux où se croisent légalité et illégalité. Les articles qui composent ce dossier s’attachent donc à saisir et à restituer au moyen de l’ethnographie ou de documents d’archives ce que le sociologue Luis Astorga a décrit comme « la simultanéité et la complexité de relations sociales sans lesquelles le champ du trafic de drogues prohibées n’existerait pas comme tel » [2005 [1996], p. 158].

20Émerge, en filigrane, une « double morale » : condamner avec ferveur les « trafiquants », tout en bénéficiant directement ou indirectement de cette économie. Celle-ci réclame des participants en grand nombre, ne serait-ce que dans des activités d’appoint, devenues banales dans de nombreuses régions latino-américaines. Les bénéficiaires du paradigme prohibitionniste se trouvent bien sûr aussi du côté de sa défense, incarnée par ceux qui livrent combat aux premiers : policiers et militaires au premier rang. De pays en pays, de nombreuses agences étatiques qui font tourner ladite « guerre contre les drogues » tournent aussi grâce à elle et aux budgets qu’elle produit. Il est en effet plus aisé de fermer les yeux (hacerse la vista gorda, dit-on au Mexique) en rejetant sur d’« autres » la faute de la violence causée tant par le négoce des drogues que par la lutte qui lui est opposée et les intérêts (privés) qui lui sont sous-jacents.

Haut de page

Bibliographie

Aguiar Sebastián et Musto Clara, 2015, « El rayo verde. Regulación de la marihuana en Uruguay », in Beatriz Caiuby Labate et Thiago Rodrigues (dir.), Drogas, política y sociedad en América latina y el Caribe, Mexico, DF, Cide, p. 297-316.

Araújo Roberto, 2001, « Trafic de drogues, économies illicites et société en Amazonie occidentale », Revue internationale des sciences sociales, n° 169, vol. 3, p. 493-499.

Astorga Luis, « The social construction of the identity of the trafficker », in Christian Geffray, Guilhem Fabre et Michel Schiray (dir.), 2002, Globalisation, drugs and criminalisation: final research report on Brazil, China, India and Mexico. Part 3: Social and Cultural Dimensions of Drug Trafficking, Paris, Unesco - UNODCC, p. 39‑55.

Astorga Luis, 2001, « Les limites de la politique antidrogue au Mexique », Revue internationale des sciences sociales, no 169, vol. 3, p. 469476.

Astorga Luis, 2004, « Géopolitique des drogues au Mexique », Hérodote, no 112, vol. 1, p. 49-65.

Astorga Luis, 2005 [1996], El Siglo de las drogas, Mexico, Plaza & Janés.

Astorga Luis, 2012, « Drogues illégales et société : expériences mexicaines », Problèmes d’Amérique latine, no 87, vol. 5, p. 13.

Bazin Jean, 2008, Des clous dans la Joconde, Toulouse, Anacharsis.

Blazquez Adèle, 2016, « Négocier dans une marge criminalisée : l’application de la loi agraire de 1992 dans la sierra de Badiraguato (Sinaloa, Mexique) », Cahiers des Amériques latines, n° 81, p. 73-91.

Becker Howard S., 1985, Outsiders. Études de sociologie de la déviance [trad. fr. Jean-Pierre Briand], Paris, Métailié [ed. or. 1963, Outsiders: Studies in the Sociology of Deviance, New York, Free Press].

Benciolini Maria, 2012, « Entre el orden y la transgresión. El consumo ritual del peyote entre los coras », Cuicuilco, no 19, vol. 53, p. 175-193.

Bigo Didier et Dobry Michel, 1991, « Éditorial. L’interpénétration des jeux mafieux et politiques », Cultures & Conflits, no 3.

Carneiro Henrique, 1994, Filtros, mezinhas e triacas as drogas no mundo moderno, São Paulo, Xamã VM Editora e Gráfica.

Calzolaio Chiara, 2016, « Ethnographier la violence d’État : récits et expériences des victimes de la lutte contre le narcotrafic à Ciudad Juárez, Mexique », Cultures & Conflits, n° 103-104, p. 35‑61.

Chouvy Pierre-Arnaud et Laniel Laurent, 2004, « De la géopolitique des drogues illicites », Hérodote, no 112, vol. 1, p. 726.

Geffray Christian, 2001a, « Brésil : le trafic de drogues dans l’État fédéré du Rondônia », Revue internationale des sciences sociales, no 169, vol. 3, p. 485-492.

Geffray Christian, Fabre Guilhem et Schiray Michel (dir.), 2002, Globalisation, Drugs and Criminalisation. Final Research Report on Brazil, China, India and Mexico, Most-drugs Programme, Paris, Unesco, vol. 1, 2, 3 et 4.

Gootenberg Paul, 2004, « La filière coca du licite à l’illicite : grandeur et décadence d’une marchandise internationale », Hérodote, no 112, vol. 1, p. 66-83.

Grajales Jacobo, 2016, « Faire la “guerre contre la drogue”. Relations asymétriques et adoption d’un régime répressif », Cultures & Conflits, n° 101, p. 181-198.

Guez Sabine, 2007, « À la frontière du légal et de l’illégal, travail et narcotrafic à Ciudad Juarez (Mexique) et El Paso (États-Unis) », Problèmes d’Amérique latine, n° 66-67, p. 9-20.

Guez Sabine, 2008, « La frontière et au-delà. Une enquête ethnographique sur le narcotrafic à Ciudad Juárez (Mexique) et El Paso (États-Unis) », Cultures & Conflits, n° 72, p. 13-29.

Hirata Daniel, 2014, « À propos d’un point de vente de drogues : notes ethnographiques », L’Ordinaire des Amériques (Orda), no 216 [en ligne] https://doi.org/10.4000/orda.1157.

Kessler Gabriel, 2010, « Crime organisé et violences en Amérique latine et dans les Caraïbes » [trad. fr. Julie Devineau], Problèmes d’Amérique latine, no 76, p. 5-23.

Labate Beatriz Caiuby et Araújo (dir.), 2002, O uso ritual da ayahuasca, Campinas, SP, Fapesp, Mercado de Letras.

Labate Beatriz Caiuby et Goulart Sandra Lucia (dir.), 2005, O Uso ritual das plantas de poder, Campinas, SP, Brasil, Fapesp, Mercado de Letras.

Labate Beatriz Caiuby et Rodrigues Thiago (dir.), 2015, Drogas, política y sociedad en América Latina y el Caribe, Mexico, DF, Cide.

Labrousse Alain, 2004, « Colombie : le rôle de la drogue dans l’extension territoriale des Farc-EP (1978-2002) », Hérodote, no 112, vol. 1, p. 27-48.

Mingardi Guaracy, 2001, « L’argent et le trafic de drogues à São Paulo », Revue internationale des sciences sociales, n° 169, vol. 3, 2001, p. 419-426.

Misse Michel, 2011, « Crime Organizado e Crime Comum No Rio De Janeiro: Diferenças e Afinidades », Revista de Sociologia e Política, n° 40, vol. 19, p. 13‑25.

Misse Michel, 2010, « Les organisations criminelles au Brésil : la complexité des marchés illégaux en milieu urbain » [trad. fr. Georges Durand], Problèmes d’Amérique latine, no 76, p. 43-60.

Osorio Machado Lia, 2002, « Drug trafficking and money laundering in the Amazon region. Geoeconomic and geopolitical effects », in Christian Geffray, Guilhem Fabre et Michel Schiray (dir.), Globalisation, drugs and criminalisation: final research report on Brazil, China, India and Mexico. Part 2: Drug Trafficking, Criminal Organisations and Money Laundering, Paris, Unesco - UNODCC, 2002, p. 151-169.

Peralva Angelina et Telles Vera, 2014, « Les chemins de la drogue », L’Ordinaire des Amériques (Orda), no 216 [en ligne] https://doi.org/10.4000/orda.1157.

Rivelois Jean, 1999, « Drogue, corruption et métamorphoses politiques, application à une comparaison Mexique-Brésil », Tiers-Monde, t. 40, n° 158, p. 271-296

Salama Pierre, 1999, « Introduction. Drogues : un nouvel avantage comparatif ? », Tiers-Monde, t. 40, n° 150, p. 247-249.

Salama Pierre et Schiray Michel, 1992, « Introduction », Tiers-Monde, t. 33, n° 131 p. 485-488.

Schiray Michel (dir.), 2000, « Trafic de drogues et criminalités économiques », Mondes en développement, n° 160.

Schiray Michel, Geffray Christian et Fabre Guilhem (dir.), « Le trafic international des drogues dimensions économiques et sociales », Revue internationale des sciences sociales, Paris, Unesco/Érès, n° 169, vol. 3, 2001.

Talin Piera et Sanabria Emilia, 2017, « Ayahuasca’s entwined efficacy. An ethnographic study of ritual healing from “addiction” », International Journal of Drug Policy, no 44, p. 23-30.

Uprimny Rodrigo, Guzmán Diana Esther et Norato Jorge A. Parra, 2013, Addicted to punishment. The disproportionality of drug laws in Latin America, Working Paper 1, Bogota, Colectivo de Estudios Drogas y Derecho - Centro de Estudios de Derecho, Justicia y Sociedad, Dejusticia.

Vargas Meza Ricardo, 2014, « Narcotrafic, conflit armé et sécurité : une perspective à partir du cas colombien », L’Ordinaire des Amériques (Orda), no 216 [en ligne] https://doi.org/10.4000/orda.1157.

Zaluar Alba, 2001a, « Violence à Rio de Janeiro : styles de loisirs, de consommation et de trafic de la drogue », Revue internationale des sciences sociales, no 169, vol. 3, p. 407-417.

Zaluar Alba, 2001b, « Violence, argent facile et justice au Brésil : 1980-1995 », Revue internationale des sciences sociales, no 169, vol. 3, p. 477-484.

Zaluar Alba, 2004, Integração perversa: pobreza e tráfico de drogas, Rio de Janeiro, Editora FGV.

Haut de page

Notes

1 Il faut citer au moins deux autres ensembles de publications francophones datant du début des années 1990. En premier lieu, l’un des premiers numéros d’une autre revue française, Cultures & Conflits, dirigé cette fois par deux politistes, Didier Bigo et Michel Dobry, publiant différents chercheurs (dont des sociologues et des historiens) autour de la problématique de l’interpénétration du politique et du criminel, et touchant aussi la question du commerce des drogues illicites [Bigo et Dobry, 1991]. Les auteurs en venaient au même constat : la nécessité de combler le manque de recherches en sciences sociales face à l’importance accrue du lien entre « mafia, drogue et politique » [Idem] au cœur des sociétés à différentes latitudes du monde. En second lieu, relevant de la recherche géopolitique et géostratégique, les publications de l’Observatoire géopolitique des drogues et des chercheurs associés (comme Alain Labrousse), dont le premier rapport sur la géopolitique mondiale des drogues date de 1992.

2 Un peu plus d’une décennie après, ces bouleversements des rapports Nord-Sud quant à la production, à la consommation et au commerce étaient encore plus importants, les productions de drogues de synthèse et de cannabis, par exemple, s’étant largement répandues [Chouvy et Laniel, 2004, p. 16].

3 Programme des Nations unies pour le contrôle international des drogues.

4 Il s’agit d’un des premiers projets du programme Most (Management of Social Transformation) de l’Unesco qui, depuis 1992, finance des recherches interdisciplinaires, internationales et intergouvernementales appliquées à la mise en place de politiques publiques sur des sujets variés, en lien, comme le nom l’indique, aux transformations sociales.

5 Nous avons ici privilégié les travaux concernant l’Amérique latine. Pour l’ensemble des recherches issues du projet, voir les numéros suivants : Salama (dir.), 1999 ; Schiray, Geffray, Fabre (dir.), 2001. Le rapport final est disponible sur le site de l’Unesco : Geffray, Fabre, Schiray (dir.), 2002. https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000127644

6 Le numéro d’Hérodote dans lequel sont publiés les articles d’Alain Labrousse, sur le rôle des revenus du trafic de drogue dans le financement des Farcs en Colombie, et de Paul Gootenberg, sur l’histoire de la cocaïne (« entre licite et illicite »), ainsi que celui de Luis Astorga déjà cité, sur le Mexique, aborde d’autres régions du monde (notamment l’Asie), offrant ainsi un panorama des études géopolitiques et historiques sur les drogues [Chouvy et Laniel (dir.), 2004].

7 Un certain nombre d’ONG et de centres d’études, souvent en réseaux entre eux, sont à l’origine de plusieurs de ces travaux, comme le Bureau de Washington sur l’Amérique latine (Wola), le centre de recherche-action Dejusticia en Colombie, ou encore le prestigieux Cide (Centro de Investigación y Docencia Económicas) au Mexique. Avec des programmes de recherche spécialisés sur les politiques des drogues, leurs sites internet peuvent offrir aux lecteurs intéressés un aperçu des débats actuels sur ces sujets.

8 Le colloque a reçu le soutien de différentes institutions et de plusieurs laboratoires de recherche : l’Institut des Amériques, la Fondation Argentine, la Maison de l’Amérique latine, le Centre de recherches historiques, Mondes américains, le Centre Maurice-Halbwachs, l’Institut interdisciplinaire sur les enjeux sociaux, l’EHESS, le CNRS. Il s’est tenu du 11 au 13 avril 2018 à la Maison de l’Argentine (Cité universitaire) et à la Maison de l’Amérique latine, réunissant une trentaine de chercheuses et de chercheurs francophones, anglophones, hispanophones et lusophones.

9 À propos des alternatives à la prohibition, le colloque a notamment réuni, à côté des chercheurs, des acteurs institutionnels impliqués dans la mise en place des politiques publiques centrées sur la consommation des drogues (le vaste champ de la réduction des risques est très développé aussi en France) et sur la dépénalisation et/ou la légalisation de certaines substances. Ce sujet fera l’objet de publications ultérieures.

10 Délimitation qui s’applique y compris à la composition moléculaire des substances, comme dans le cas de la réglementation colombienne du cannabis médicinal décrit par Andrés Góngora.

11 Ce que l’on peut voir à l’œuvre dans les distinctions entre médecins, pharmaciens et « trafiquants » analysées par Mariana Broglia de Moura.

12 Quand une substance vient à être légalisée ; cf. encore l’article d’Andrés Góngora.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chiara Calzolaio et Sabine Guez, « Introduction. Drogues et prohibition : histoires situées, pratiques ordinaires », Cahiers des Amériques latines, 92 | 2019, 41-52.

Référence électronique

Chiara Calzolaio et Sabine Guez, « Introduction. Drogues et prohibition : histoires situées, pratiques ordinaires », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 92 | 2019, mis en ligne le 01 avril 2020, consulté le 07 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/cal/9909 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.9909

Haut de page

Auteurs

Chiara Calzolaio

Articles du même auteur

Sabine Guez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals