Skip to navigation – Site map

HomeNuméros532 - La poésie et la musique pour...La Première Guerre Mondiale vue p...

2 - La poésie et la musique pour répondre à la guerre / Poetry and Music as a Response to War

La Première Guerre Mondiale vue par Einstürzende Neubauten

Maxime Lachaud
p. 111-119

Abstract

On November 7th, 2014, the German avant-garde musicians Einstürzende Neubauten released a new album based on a performance commissionned by the Flemish city of Diksmuide in order to commemorate the beginning of the First World War. Through research, they fell upon recordings made by linguists during these years or upon the songs of the Harlem Hellfighters, an infantry regiment composed of Afro-American musicians who introduced jazz in Europe. In this interview, the band’s leader Blixa Bargeld explains their will to come back to ancient forms of music and to explore new dimensions of their art by using the discoveries they have made, while paying tribute to the persons who died in this tragic conflict and considering war as an ongoing process.

Top of page

Author's notes

Cet article est fondé sur un entretien effectué le 7 octobre 2014 avec Blixa Bargeld autour de la performance Lament. Voir la traduction et l’explication du nom du groupe plus bas dans le texte.

Full text

1Comment aborder la thématique de la Première Guerre Mondiale sans tomber dans la redite ou le cliché ? C’est la question que se sont posée les musiciens d’Einstürzende Neubauten après avoir accepté une offre de la ville flamande de Dixmude pour marquer le centenaire du début de cette période tragique de l’histoire. Ils ont alors fait appel à deux chercheurs pour creuser des aspects peu connus de cette période. C’est ainsi qu’ils ont pu mettre la main sur des enregistrements rares de prisonniers, archivés à l’Université Humboldt de Berlin ou sur les compositions des Harlem Hellfighters, un régiment afro-américain placé sous commandement français en cette période de ségrégation aux États-Unis, dont les chansons narrant les combats et la victoire ont introduit le jazz en Europe. À partir de ces idées est née la performance Lament qui constitue à la fois un album et un spectacle dont la première a eu lieu le 8 novembre 2014.

2Créé en 1980, Einstürzende Neubauten tire son nom des "neubauten," immeubles construits après la seconde guerre mondiale. En revanche, "einstürzende" se réfère à l’écroulement. Le groupe porte ainsi un regard critique sur l’uniformisation capitaliste dans le contexte de la ville de Berlin séparée par le Mur. Leur idée a toujours été de détruire afin de construire quelque chose de nouveau, ce qu’ils ont appliqué à la fois à la musique et au langage. Devenu une formation majeure de l’avant-garde allemande, notamment suite au succès d’albums comme Halber Mensch (1985) ou Haus der Luege (1989), le groupe s’est caractérisé par une physicalité du son liée à l’utilisation d’instruments inventés et de matériaux récupérés. Avec leurs premières performances, faites à base de percussions métalliques, de hurlements, de manipulations électroniques, d’ambiances oppressantes et d’environnements urbains recréés sur scène, ils ont pu être associés à la musique dite "industrielle." Par la suite, les musiciens n’ont cessé d’affiner leur vision et de se renouveler par le biais d’autres médias (théâtre, danse, vidéo...) et de collaborations (Werner Schwab, Heiner Müller, Peter Zadek, Sogho Ishii...). On compte une quinzaine d’albums studio à leur actif, ainsi qu’un bon nombre de compilations et d’enregistrements parus sous divers formats.

3Indissociables de l’histoire de Berlin et des années d’après-guerre, le projet allemand, aujourd’hui composé de Blixa Bargeld, Alexander Hacke, N.U. Unruh, Jochen Arbeit et Rudolf Moser, n’avait pourtant jamais abordé frontalement la thématique de la guerre. Avec Lament, ils nous prouvent encore une fois leur goût pour l’expérimentation, tout en piochant dans leur propre artillerie et leur riche passé. Un disque à part dans la discographie du groupe, que Blixa Bargeld, le chanteur et leader, a accepté de décortiquer avec nous.

Le Projet

Q : Cet album se démarque de votre discographie, même si on retrouve votre goût pour les sources préexistantes et le matériel récupéré. S’agit-il d’un album traditionnel d’Einstürzende Neubauten ou plus d’une reconstruction en studio du spectacle ?

Blixa Bargeld : La première chose à comprendre est que ce n’est pas un album régulier d’Einstürzende Neubauten. Ce n’est pas plus un "album" car cela a été conçu comme une performance. Nous avons été chargés pour commémorer le début de la Première Guerre Mondiale. Le spectacle se tient à Dixmude en novembre pour la première. L’album est l’archive sonore de cette création. Etant donné que nous avons travaillé en studio, nous avions tout enregistré mais l’enregistrement a toujours été conçu comme un spectacle. Même la succession des titres telle qu’elle est présentée sur le disque correspond à l’ordre dans lequel nous souhaitons la jouer en concert. Si vous regardez le vinyle, les faces A, B et C sont constituées du spectacle lui-même et la face D commence par "Where have all the flowers gone ?" ("Sag mir wo die Blumen sind ?") qui est déjà le premier rappel. Il est important de préciser que nous allons jouer Lament durant la tournée de novembre-décembre 2014 et non des albums classiques !

Q : Sur scène, vous serez rejoints par un quatuor à cordes durant tout le spectacle. Apparemment, ils sont présents dès la première pièce musicale ("Kriegsmaschinerie"), dont l’ambiance apocalyptique renvoie directement à vos premiers albums (Kollaps, 1981 ; Zeichnungen des Patienten O.T., 1983), une bourrasque de bruits métalliques, de grincements et un enfer sonore qui monte sans cesse, monstrueux, implacable, jusqu’au cri final.

Blixa Bargeld : Les paroles de ce morceau ne sont pas chantées mais écrites sur des pancartes. Le texte que l’on voit n’est rien de plus que des didascalies et les autres musiciens jouent et mettent en scène une sorte de Léviathan sur scène. Il y a aussi le quatuor à cordes que l’on entend dès le début même si cela ne s’entend pas forcément. Cela devient de plus en plus bruyant sur scène jusqu’à ce que tout explose et que les hymnes soient chantés.

Q : Avez-vous fait usage de vos anciens appareillages et instruments ?

Blixa Bargeld : Normalement avec Neubauten, quand nous enregistrons un album, nous allons en studio et nous passons beaucoup de temps à rechercher du matériau, des instruments, en essayant de trouver des choses que nous n’avons pas faites auparavant. Cela n’a pas été tellement le cas pour ce spectacle. Nous savions sur quels thèmes nous allions travailler et nous avons fouillé dans les malles. Notre expérience nous a beaucoup servi. Il n’y a que deux instruments qui ont été créés pour ce spectacle. L’un est une harpe en fil de fer barbelé et une installation à gaz. Tout le reste est déjà connu pour nous. Peut-être pas pour tous les gens qui nous connaissent mais pour nous ça l’est. Tout est stocké dans une pièce à part. Dans notre vieux studio, nous avions une salle qui servait d’entrepôt dans le même bâtiment, nous pouvions y aller et ouvrir les vieilles valises et remettre les machineries en route.

Q : Dès le premier morceau, avec ce texte montré aux spectateurs, vous faites le constat que la guerre ne s’est jamais arrêtée, elle n’est qu’un processus continu. On sent aussi que vous allez nous amener vers des formes d’expressions singulières et inédites quant au sujet de la Première Guerre Mondiale.

Blixa Bargeld : Je savais qu’en 2014 il allait y avoir des tas d’expositions et d’événements autour de la Première Guerre Mondiale. Des films, des livres. Donc je savais que quand on aurait terminé de préparer cette performance, tout serait déjà fait et refait. Il fallait que je trouve des aspects qui n’aient pas été trop mis en lumière précédemment, voire pas du tout. J’ai eu deux chercheurs qui ont travaillé pour moi en amont puis quand nous sommes allés en studio, le groupe m’a demandé : "c’est quoi le programme ?" Je leur ai montré tout le matériel que j’avais rassemblé. Je leur ai dit ce que j’aimerais faire et nous avons commencé à travailler en ce sens. J’avais donc un plan en tête et tout a été fait en trois temps. Nous avons commencé au début de l’année 2014 puis nous avons enregistré les cordes puis une autre session a eu lieu après l’été.

Revenir à des formes musicales anciennes

Q : Pourquoi ce désir de revenir à des formes musicales anciennes, notamment le motet et le lamento ?

Blixa Bargeld : Quand nous avons travaillé sur ce projet, j’avais déjà l’idée de faire un lamento. J’avais une structure à l’esprit, mais pendant le processus de travail, cela s’est détourné de la structure normale d’un lamento si on peut parler ainsi jusqu’à une chose complètement différente. En fin de compte, il ne reste que le nom. Au départ le chœur aurait dû se trouver sur les trois parties du lamento mais cela a fini par n’être présent que sur la première partie. Le titre est resté mais pas la structure.

Q : Est-ce que l’aspect religieux ou sacré de la lamentation vous intéressait aussi ?

Blixa Bargeld : Cela ne m’intéressait absolument pas ! C’est un de mes problèmes. Le lamento, comme dans l’Ancien Testament, était structuré autour de phases comme le voilage, l’oubli, etc. C’est pourquoi je n’ai pas écrit de lamento de la sorte car je ne sais pas faire cela. Mais j’aimerais le faire. Dans un lamento aussi, il est possible d’accuser l’ennemi et je n’étais pas capable de le faire.

Q : On retrouve cette forme musicale dans la trilogie "Lament" qui constitue une pièce maîtresse quant à ce travail autour de la Première Guerre : une première partie où les voix s’étirent comme des drones, un recueillement au milieu de la dévastation, ne laissant transparaître que quelques mots ("Macht Krieg"), une seconde où le silence est entrecoupé de percussions violentes et une troisième qui prend pour base un motet du XVIème siècle, "Pater Peccavi," composé par Jacobus Clemens Non Papa. Peut-on dire qu’il s’agit véritablement de la section la plus importante du spectacle ?

Blixa Bargeld : Si l’on s’attarde sur cette séquence, la face C sur le vinyle, on a le lamento en trois parties puis la chanson "How did I die ?" pour conclure la séquence. Sans ce morceau à la fin, ce serait déséquilibré. C’est la dernière pièce de la représentation. Dans la troisième partie du lamento, on peut entendre sur les cordes les voix des prisonniers de guerre suivies par "How did I die ?" Quand tout s’achève, c’est comme la mort qui revient, non pas à la manière des zombies, mais en chantant. Sans ce basculement à la fin, la performance se serait terminée sur une touche très triste et déprimante, mais je voulais qu’il y ait de l’espoir à la fin.

Q : Vous avez aussi revisité une autre forme musicale, celle de l’hymne.

Blixa Bargeld : Vous connaissez sûrement l’hymne national anglais, appelé aujourd’hui "God save the Queen." Mais à l’époque on l’appelait "God save the King." C’est identique musicalement à "Heil dir in Siegerkranz" qui était l’hymne officiel pour le Kaiser et aussi identique à l’hymne danois, bulgare, canadien, etc. C’est la même pièce musicale avec des paroles différentes que l’on trouve dans un certain nombre de pays qui sont entrés la Première Guerre Mondiale. La majorité de l’Europe était encore monarchiste, pas la France, mais tous ces monarques avaient des familles incestueusement liées entre elles. Wilhelm II, Nicholas II, dont il est fait référence dans le morceau suivant "The Willy-Nicky Telegrams," avaient la même tante qui était Victoria, la Reine d’Angleterre. Si on regarde l’arbre généalogique, toutes les monarchies d’Europe sont reliées entre elles. Les hymnes représentent cette consanguinité avec ce mélange des différentes langues et on finit avec ce persiflage et cette version satirique à la fin.

Enregistrer sous la contrainte

Q : Votre "Pater Peccavi" inclut des enregistrements de voix de détenus de toutes nationalités. Ces traces audio sont conservées à la Humboldt-Universität de Berlin. Pouvez-vous nous en dire plus sur ces recherches et la façon dont vous avez intégré ces sources sonores à vos chansons ?

Blixa Bargeld : Si l’on regarde un documentaire sur la Première Guerre Mondiale, on pourrait croire que ce sont des sons authentiques. Mais les seuls enregistrements audio de cette époque sont les cylindres phonographiques d’Edison. Pendant la guerre, les linguistes et les musicologues ont fait des enregistrements systématiques des prisonniers. Nous avons eu accès à ces enregistrements qui par chance sont conservés ici à Berlin. Avec les chercheurs qui ont travaillé pour moi, je voulais dénicher des aspects de la guerre qui avaient un potentiel musical. Une des choses que j’ai trouvée, c’est ce compositeur de la Renaissance flamande qui est enterré à Dixmude, qui a composé un motet à huit voix, "Pater Peccavi," le fils prodigue dans le Nouveau Testament. Par un hasard étrange, c’était aussi un des textes utilisés par les linguistes pour enregistrer les prisonniers de guerre. Ils ont donc fait un certain nombre d’enregistrements dans différentes langues, dont certaines doivent même être mortes aujourd’hui. Cela va de l’occitan jusqu’au corse. Ce sont ces enregistrements que nous avons utilisés. Je ne pouvais m’empêcher de combiner ces deux choses à présent que la porte était grande ouverte : le motet à huit voix par ce compositeur flamand et la parabole du fils prodigue que les prisonniers de guerre récitent. Le motet a été arrangé pour le quatuor à cordes et il a été ralenti à environ un tiers de la vitesse originale, ce qui lui confère un grand sentiment d’apesanteur. Dans le spectacle, nous jouons les voix immortalisées par les cylindres phonographiques en tenant dans nos mains des enceintes en formes de cubes, comme si nous tenions un petit oiseau ou un œuf. Nous les laissons sortir puis nous les rattrapons. En travaillant avec un matériau de ce type, il est facile de tomber dans le piège de l’utiliser comme un effet sonore. C’est vrai que les sources sont de qualité médiocre, mais ce serait déplacé pour moi de les améliorer ou de dire je préfère ce son. Ce serait inapproprié par rapport à des enregistrements qui ont été faits sous la pression par des prisonniers. Il fallait trouver un moyen d’intégrer ces voix de personnes décédées sans les juger.

Mêler les langages et les expressions

Q : Vous avez toujours été intéressés par les langues et les sonorités des mots, mais jamais nous n’en avons trouvé autant que dans Lament. Tu t’essaies par exemple à la langue néerlandaise à travers les textes d’un poète flamand, Paul van den Broeck ("Achterland," "In de Loopgraaf"). Vous vous aventurez aussi dans le music hall et les bruits animaliers en reprenant une performance vocale de Joseph Plaut ("Der Beginn des Weltkrieges 1914") dans laquelle le début du conflit est raconté du point de vue des animaux. À la fin du morceau, un paon s’écrit "Hitler !" et cela confirme ce que vous disiez quant au fait que la Seconde Guerre Mondiale n’est qu’une suite de la première. Un morceau, en particulier, vient à l’esprit, s’étirant sur plus de treize minutes, totalement hypnotique : "Der 1. Weltkrieg." Ici, des voix de femmes se mêlent à la tienne pour signifier l’entrée en guerre progressive des différents pays dans le conflit. De fait, il en ressort une forme d’inéluctabilité, un engrenage impossible à stopper. Peux-tu revenir sur cette pièce musicale ?

Blixa Bargeld : C’est une composition percussive mathématique et statistique. J’en ai écrit différentes versions. Il y avait deux versions en 7/8 et une en 4/4 et du 90 "beats" par minute et une autre avec du 100 "beats" par minute. Et déjà à 100 "beats" par minute, c’était très long. Donc 90 "beats," c’était vraiment trop long. Pas véritablement par rapport à la musique mais par rapport à la condition physique qu’il fallait avoir pour les jouer. Pour tenir pendant treize minutes sans pause, il faut vraiment être en pleine forme. Chaque beat représente un jour. À partir du début de la première guerre mondiale, chaque instrument à percussion représente les nations qui ont pris part à la guerre. En s’associant au conflit, elles rejoignent l’ensemble de percussions. Nous avons décidé de tout jouer sur des tubes en plastique, donc il y en a dix-huit différents pour les nations et leurs colonies, etc. On joue par exemple l’Allemagne, l’Empire ottoman, la Bulgarie, l’Autriche, puis les autres se joignent à des moments différents puis abandonnent à travers des armistices et des révolutions jusqu’à ce que tout s’arrête. On trouve en plus mes remarques chronologiques (1917, 1918...) et un catalogue non représentatif des champs de batailles les plus cruciaux dans cet espace-temps, égrenés par des femmes dans leur langue maternelle.

Proto-jazz

  • 2 Il est à signaler que cette même année 2014, l'auteur Max Brooks a écrit un roman graphique illustr (...)

Q : Un autre aspect intéressant du disque est qu’il fait connaître les compositions des Harlem Hellfighters ("All of no Man’s Land is ours," "On Patrol in no Man’s Land"). Là encore, votre approche se révèle ironique. Les soldats afro-américains de ce 369ème régiment d’infanterie,2 après six mois de combat, rentrent triomphants au pays, juste pour se trouver face à un racisme toujours bien ancré, à une époque où le Ku Klux Klan s’est refait une santé et où les lynchages restent une triste réalité. Vous nous prouvez ainsi que, même dans les pires moments de l’Histoire, la créativité et l’espoir trouvent leur place. De ce fait, Lament s’achève sur une touche optimiste. On sent qu’il était important pour vous de ne pas produire une œuvre macabre, qui se complairait dans le constat tragique, mais plutôt offrir une réflexion et une approche inédite. Pouvez-vous nous en dire plus sur ces soldats musiciens ?

  • 3 De son vrai nom Bill Robinson, "Bojangles" (1878-1949) fut l'homme de spectacle afro-américain le m (...)

Blixa Bargeld : Ce sont eux qui seront plus tard responsables du goût prononcé pour le jazz en France. C’étaient des soldats Noirs. Les Harlem Hellfighters, c’était leur surnom. C’était le premier ensemble musical du régiment d’infanterie et ils venaient essentiellement de Harlem. Mr Bojangles,3 si vous en avez déjà entendu parler, faisait aussi partie des Harlem Hellfighters. En raison de la ségrégation aux États-Unis, il y a eu beaucoup de protestations quand on les a envoyés combattre pendant la Première Guerre Mondiale car ils avaient des officiers blancs. Des soldats noirs sous commandement blanc, ce n’était pas permis dans ce contexte. Les Américains ont trouvé un moyen de contourner ce problème en les envoyant en France et en les mettant sous commandement français. Ils portaient pour combattre un uniforme mixte, mi-américain mi-français. Ils avaient des commandants français. Il n’y avait pas de ségrégation raciale en France. C’est ainsi que les Français ont servi d’hôtes à cette troupe de proto-jazz. Ce fut le premier jazz band enregistré. Ils ont enregistré pour Pathé en 1919, donc juste après la guerre. Malheureusement le leader du groupe James Reeves Europe a été poignardé à mort par le batteur en 1919. C’est pour cela qu’il reste si peu de traces. C’est au même moment que le terme "jazz" est apparu, des gens comme Louis Armstrong ou Kid Ory firent leurs premiers enregistrements.

4Propos recueillis le 7 octobre 2014 et traduits par Maxime Lachaud.
Une version de cet entretien a été publiée dans le numéro #23 de la revue française Obsküre (Edicide Publications, Paris, 2014).
L’album Lament est paru le 7 novembre 2014 sur le label Mute.

Top of page

Bibliography

Brooks, Max et Caanan White, The Harlem Hellfighters, New York City : Broadway Books, 2014.

Dax, Max et Robert Defcon, Einstürzende Neubauten : Pas de beauté sans danger, Rosières en Haye : Camion Blanc, 2010.

Duboys, Eric, Industrial Musics, volume 1, Rosières en Haye : Camion Blanc, 2009.

Shryane, Jennifer, Blixa Bargeld and Einstürzende Neubauten : German Experimental Music, Farnham : Ashgate, 2011.

Top of page

Notes

2 Il est à signaler que cette même année 2014, l'auteur Max Brooks a écrit un roman graphique illustré par Caanan White sur cet épisode oublié de l'histoire américaine. Le livre se nomme tout simplement The Harlem Hellfighters et a été publié par Broadway Books.

3 De son vrai nom Bill Robinson, "Bojangles" (1878-1949) fut l'homme de spectacle afro-américain le mieux payé de son époque. Danseur de claquettes et acteur, il fit carrière à Broadway et tourna dans une vingtaine de productions hollywoodiennes, notamment aux côtés de Shirley Temple.

Top of page

References

Bibliographical reference

Maxime Lachaud, « La Première Guerre Mondiale vue par Einstürzende Neubauten », Caliban, 53 | 2015, 111-119.

Electronic reference

Maxime Lachaud, « La Première Guerre Mondiale vue par Einstürzende Neubauten », Caliban [Online], 53 | 2015, Online since 24 August 2015, connection on 19 January 2022. URL : http://journals.openedition.org/caliban/1000 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caliban.1000

Top of page

About the author

Maxime Lachaud

Auteur, journaliste, essayiste.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Caliban – French Journal of English Studies est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search