Skip to navigation – Site map
Reconnaissances

Le creux ou la ville en procès chez Rosmarie Waldrop

Vincent Broqua
p. 203-213

Abstract

In the texts of the American poet Rosmarie Waldrop’s, the city amounts to a haunting and haunted name, interstices, and empty centres. It is not so much a theme as one of the elements of her poetry of emptiness. Her poems avoid or empty the city, thereby inventing ways to think the city differently. They bring out what is usually left aside, and the margins of the city are therefore "the locus of fertility". In fact, Rosmarie Waldrop’s spectral cities constitute a series of counter-models echoing Paul-Armand Gette’s urban photographs as well as Roland Barthes’ vision of Tokyo.

Top of page

Full text

  • 1 Marc Crépon, Langues sans demeure, Paris : Galilée, 2005.

1Il faudrait dire en ouverture qu’il n’y a pas ou peu de ville dans l’œuvre de Rosmarie Waldrop et ajouter que cette absence même est un discours sur la ville. Grande dame de la poésie américaine, Rosmarie Waldrop est d’origine allemande, vit aux Etats-Unis depuis cinquante ans et a publié une œuvre (poétique et romanesque) totalement écrite en anglais américain, défamiliarisant la langue et se défamiliarisant dans la langue. Traductrice, elle a notamment publié la totalité de l’œuvre d’Edmond Jabès en anglais puisant au cœur de l’œuvre de ce poète nomade le non-espace, l’u-topie depuis laquelle elle forgera sa langue. Elle dit, et ceci n’est pas sans rapport avec sa conception de la ville : "I have always thought of poetry as a way of building a world. The world is certainly not a given, even if it occupies more and more of the sky. Building a counterworld, not better, but other" (2002, 64). Elle et son mari sont par ailleurs éditeurs à Providence, Rhode Island. Avec sa double appartenance qui, finalement, ne lui en donne aucune, elle tisse une textualité de l’entre-deux dans une langue qu’empruntant à un titre de Marc Crépon,1 j’appelle "sans demeure" (2004).

2On pourrait dire en ouverture que la ville dans l’œuvre de Rosmarie Waldrop forme un paysage qui serait une série d’espèces d’espaces, au sens où Georges Perec pense la ville dans son livre éponyme. Au début du chapitre "Ville" d’Espèces d’espaces, le romancier français donne une anti-définition de la ville : "Ne pas essayer trop vite de trouver une définition de la ville ; c’est beaucoup trop gros, on a toutes les chances de se tromper" (119). Il propose des moyens de penser qui sont d’une autre espèce et permettent d’appréhender les espaces complexes de la ville dans leur juxtaposition—il propose notamment le genre de l’inventaire comme façon d’appréhender la ville—dans leur intermittence—il suggère le mode de la distinction entre ce qui est et ce qui n’est pas—dans leur impensable—il aborde une méthode qui serait une non-méthode. "Il faudrait, dit-il, renoncer à parler de la ville, à parler sur la ville" (122). Il faudrait donc penser une poétique de la ville qui étoilerait celle-ci, qui la viderait du sens dont elle est déjà trop pleine pour la parcourir, pour y flâner et se perdre dans les lieux familiers et pourtant inconnus parce que trop ignorés. Il faudrait mettre en procès l’inertie des conceptions héritées de la ville, chercher des contre-modèles ou, pour reprendre la phrase de Rosmarie Waldrop citée plus haut, "build a counterworld". On pourrait dire alors que Perec embrasse tout simplement la démarche poétique en cherchant une méthode pour parler de la ville sans en parler.

  • 2 Cohérence de la constitution du champ de production culturelle ou hasard objectif de la critique, o (...)

3Retournons-nous, reprenons depuis le début. Il faudrait donc désormais dire, en ouverture, que l’œuvre de Rosmarie Waldrop, ne contient que très peu de villes. En cela, contemporaine de Perec, elle semble non pas tant renoncer à la ville que renoncer à parler de la ville ou à avoir un discours sur la ville. Pourquoi, dès lors, parler d’une poète qui, si elle est traduite par des auteurs de premier plan tels que Jacques Roubaud,2 est très peu connue du large public français et pourquoi s’attacher dans un colloque sur l’art de la ville à la présence furtive de celle-ci dans l’œuvre de l’écrivain ? Est-ce que le propos de cet article serait lui-même, à l’image de ce que prônait Perec, une volontaire absence de propos, serait-il empty, creux ?

4Si on veut bien me pardonner l’outrecuidance que j’ai ici à évoquer le travail du chercheur en littérature, je crois que cette tâche est précisément de questionner les écritures comme recherche, et de s’aventurer dans l’expérience de la recherche afin de questionner ses propres modes de pensée. C’est, il me semble, vers cela aussi que nous porte le thème et la démarche qui sous-tend ce numéro de la revue. Or, il se trouve que c’est entièrement autour de la recherche d’une autre langue comme processus de pensée sentie qu’est tournée l’œuvre de Rosmarie Waldrop : son œuvre appréhende la ville (la transforme peut-être) non pas tant comme un thème que comme un des cléments de son paysage poétique du creux et de la possibilité qu’engendre le creux, du procès ou processus qu’il permet : "this emptiness which is not empty.... On the contrary, it is the locus of fertility" (91). Son art de la ville, si c’est un art, est évitement et évidement de la ville. En effet, la ville s’inscrit au cœur d’une recherche d’autres modèles de pensée qui refuseraient le spectacle. La ville est chez elle travail spectral du nom, cœur des interstices, et finalement centre vide.

5Je veux parler du creux de la ville en tant qu’il participe à la formation de contre-modèles, à travers l’œuvre de Rosmarie Waldrop et en évoquant deux intercalaires iconographiques qui ont à voir avec une réinvention de la ville et des discours sur la ville dans laquelle s’inscrit l’œuvre de Rosmarie Waldrop.

Le nom de la ville comme spectre du nom de l’Amérique

  • 3 Dans leur anthologie de textes poétiques contemporains réalisée pour la revue Critique, Michèle Coh (...)

6Un creux de ville, ce serait un creuset du nom. Le nom de la ville se vide par sa plus grande familiarité, il est celui qu’on oublierait presque tant il est connu, appelé, tant il est utilisé dans son évidence. L’artiste français Raymond Hains jouait avec les glissements de noms des villes dont il photographiait les pancartes et faisait errer poétiquement le signifiant ainsi transformé en autre intensif3 de lui-même. Rosmarie Waldrop, elle, écrit le nom de la ville comme un spectre, une inquiétante étrangeté, soit une défamiliarisation dans le familier. L’écriture de A Key into the Language of America, publié en 1994, nous fait entrer de plain-pied dans les questions du nom de ville porteur d’une étrangeté révélatrice des mouvements d’enfouissement des origines troublantes des Etats-Unis qui sont ignorés et pourtant se prolongent jusqu’à aujourd’hui. En effet, dans ce livre, la poète réfléchit à la langue américaine, au creuset de l’Amérique et à ce qui les hante. Travaillant par la technique du collage, elle relit et relie au présent A Key Into the Language of America, livre écrit au 17e siècle par l’Anglais Roger Williams, fondateur de la ville et de la colonie de Providence, ville où réside Rosmarie Waldrop et dont Williams avait non pas volé mais respectueusement acheté le territoire aux Amérindiens. Ecrit prolongeant son œuvre en faveur de la tolérance religieuse et culturelle, son livre était censé servir de manuel d’apprentissage de la langue et de la culture du peuple Narragansett, soit les Américains d’alors. Roger Williams souhaitait alors non pas s’emparer de cette culture et de cette langue, mais la faire mieux connaître aux autres colons ethnocentristes pour qui ce peuple amérindien était un peuple "sauvage", sans langue développée et donc sans culture. Le projet échoua en partie, puisque les colons se servirent de ce manuel pour asservir les Narragansetts dont la langue est désormais morte. Dans la préface au livre, Rosmarie Waldrop explique que lorsqu’elle, une Allemande, arriva sur le sol américain, le pays lui sembla étrangement similaire à l’Europe qu’elle avait connue, et l’absence de choc culturel fut intrigante. Pourtant, c’est dans certains noms de villes et de lieux que vint se loger et se lover le sentiment inquiétant d’une violence linguistique, d’une étrangeté qui la repoussait dans la béance de l’inconnu :

Nothing seemed too different from my native Germany—except for the Indian place-names. I was at first irritated by them : my ears could not quite take them in, my eyes were disoriented by their spelling
Aquidneck
Chepachet
Cocumscussock
Misquamicut
Pascoag
Pawtucket
Pawcatuck
Quonochontaug
Woonasquatucket
Then, gradually, I became fascinated with the irritant, the otherness of these names, the strangeness of their music, which alone inscribes the Indian past in the present tense, (xiii-xvi)

  • 4 Georges Perec, Penser, Classer, Paris : Hachette, 1985.

7Là encore, le genre de la liste, c’est-à-dire cette poétique du penser/classer (autre titre de Perec)4 permet d’inventer la signifiance au cœur de l’étranger qui est en fait l’américain du début : les toponymes empruntés à cette langue indienne (le Narragansett) restent illisibles (cette langue parlée dans ce qui était le territoire de Rhode Island a disparu en 1800), les noms de lieux ne sont toujours pas déchiffrables, mais ils signifient poétiquement, c’est-à-dire que leur signifiant acquiert un pouvoir de hantise : ces mots fascinent ("I became fascinated"), ou, pour l’entendre selon l’étymologie, ils créent des charmes et des sortilèges. En reprenant l’argument de Freud dans L’inquiétant selon lequel le unheimlich n’est pas tant l’étranger que le familier qui fait retour, on pourrait dire qu’ici c’est le familier refoulé de ce qui était l’Amérique qui refait surface et crée un sentiment de unheimlich, presque une angoisse. Ce n’est pas tant l’étrangeté de l’anglais et de la culture de la société d’affluence qui marquèrent Rosmarie Waldrop, que l’étrangeté des Etats-Unis à eux-mêmes. La langue des autres qui étaient les Américains est le symptôme d’une altérité étouffée, supprimée et engloutie mais néanmoins inscrite dans le corps de la langue comme autant de cicatrices dépourvues de sens et rendues presque insignifiantes tant ces mots font partie du paysage, tant ils font d’habitude naturellement partie du creuset déhistoricisé de l’Amérique. Ce sont précisément ces symptômes que l’autre—l’étrangère—reconnaît, ressent et révèle dans les aspérités qui déstabilisent la langue et la culture de l’habitude. Le toponyme Narraganssett est, en effet, la trace d’une ombre du passé perdu portée dans et par le présent comme un procès. Ces spectres sont les signes d’une histoire qui souhaiterait ne pas s’écrire et pourtant dit son nom de manière fugace en inscrivant sur la rétine paysagère les ombres et les échos de la mise à mort d’une langue par la conquête d’un peuple. Ces ombres du passé que sont les toponymes amérindiens hantent le projet poétique de Rosmarie Waldrop où ils créent des aspérités fascinantes, ils s’inscrivent dans une poétique fantomatique qui fait surgir l’étranger autant qu’elle crée l’étrangeté dans la langue américaine.

8En effet, les références à la ville et à son paysage se trouvent à l’état de traces : ainsi, le mot "Seekonk", nom de la rivière qui traverse la ville de Providence où le couple Waldrop habite, revient par exemple dans la préface de A Key Into the Language of America (xix) ou encore dans un livre postérieur, Blindsight :

On a balcony onto the Seekonk stands. And full of thoughts of winter. My friend. And drunk with red wine I. Think of the power. Of a single word. Like for example 'fact'. When I know what matters. Is between. (21)

  • 5 A ne prendre en compte que la disposition sur la page, "On a balcony onto the Seekonk stands" n’est (...)

9Se frayant un chemin comme une anecdote dans le tissu du poème, le nom est une ombre palimpseste du langage Narragansett. Par la double proposition prépositionnelle et par l’allitération en /s/, par les cinq syllabes du groupe <on a balcony> puis les cinq syllabes de <onto the Seekonk> et l’éclatement final de <stands>, ce vers5 qui commence la section "Evening Sun" est rendu véritablement spectral par ce signifiant qui hante le lecteur tout autant que texte lui-même en pulvérisant son retour dans la texture rythmique et sonore. Une poétique fantomatique se met en place avec la série de fricatives "and full of thoughts of winter". Le rythme saccadé de la strophe qui isole les mots, les laisse résonner en interrompant la syntaxe de la phrase avant que la phrase ne soit terminée, laisse à réfléchir par ailleurs au pouvoir du mot, au pouvoir d’un seul mot—"the power. Of a single word". Ce mot est peut-être le toponyme lui-même. Ce mot perçu comme étranger désigne la rivière et hante le texte dès le départ non pas seulement comme un fait dans le monde, mais comme le signe d’un entre-deux de la langue ("Is between"), c’est-à-dire d’un espace de l’altérité. Et puis, plus loin, toujours dans "Evening Sun", le mot "Providence" apparaît : "Down swoops the hawk. From the sky over Providence. The sky over my head". Le nom de la ville fonctionne comme ancrage de l’anecdote, puisqu’il s’agit de décrire un épisode en plein soleil où des flocons de neige semblent tomber et où le locuteur s’aperçoit qu’il s’agit du duvet d’un oiseau en train de se faire dévorer par un faucon. Le vers remotive humoristiquement le nom de la ville où la providence est bien cruelle : un prélude à l’hiver dissimulé dans une autre saison. Mais aussi, le mot "Providence" après le départ de "Evening Sun" sur la rivière "Seekonk" fait retour sur l’appropriation chrétienne du lieu dans ce que le texte appelle "the sun and the shadow of Rhode Island" (21). Par ailleurs, la mémoire est entraînée dans cette dérive des noms, et le lien entre cette rivière au nom étrange et l’anecdote du faucon dévorant emporte le sujet vers la rivière de l’Eden, le fleuve Euphrates, et vers la rivière céleste des morts :

I sit in my mother’s shawl which is. Threadbare. In my head I sit. By the river Euphrates. Strange like water the skies of the dead. (22)

10La ville de Providence avec sa rivière au nom Narragansett évoquant une rivière fertile mais aussi la rive des morts, marque tout à la fois le retour de la mère spectrale et la langue enfouie des Etats-Unis porteuse d’un sortilège à l’origine violente. Le lien fort effectué entre l’évocation de la mort, le nom de la ville et de la rivière qui la parcourt, au travers d’une poétique fantomatique reprend la problématique déjà abordée dans A Key de la spectralité du nom de l’autre.

Between ou les interstices

11Depuis les années 1970 au moins, des artistes ont cherché à s’éloigner de la pensée de la ville comme une totalité englobante. La ville s’est alors révélée dans la beauté de ses interstices négligés. Ainsi, l’artiste français Paul-Armand Cette a photographié les lieux où les plantes venaient se loger dans les villes : telle photographie rend compte d’une herborisation en lisière du chantier du Centre Pompidou à Paris, telle autre constate ce qu’il nomme l’exotisme dans la banalité, puisqu’il s’agit notamment chez l’artiste de repérer les essences exotiques plantées ou transplantées dans la ville afin de signaler qu’elles se mêlent incognito aux espèces locales dans ce qu’il lui arrive d’appeler des jardins spontanés.

D. R. Paul-Armand Gette

D. R. Paul-Armand Gette

© Photographie du livre de Paul-Armand Gette par Marie-Ange Guilleminot

  • 6 Voir notamment Yto Barrada, A Life Full of Holes, The Strait Project, Manchester : Corner House, 20 (...)
  • 7 Voir Absalon, Cellules, Paris : Paris-musées, 1993.

12Art de l’éphémère, façon de faire naître les contre-discours au cœur des villes et d’y faire émerger le processus d’un contre-monde à l’intérieur du monde, ces propositions de Paul-Armand Gette sont une manière d’inventer un regard sur la ville loin de ses signes les plus spectaculaires. Plus récemment, la photographe marocaine Yto Barrada a entrepris de photographier sa ville, Tanger, et de documenter les essences qui disparaissent dans la transformation rapide du tissu urbain.6 Enfin, l’artiste israélien Absalon construisait de belles et austères cellules d’habitation conçues aux strictes dimensions de son corps et que l’artiste allait implanter dans les marges des villes qu’il souhaitait habiter.7

13Emergence des lieux de l’éphémère et regard porté sur cette banalité que l’on ignore dans une ville, la mise en valeur des interstices et des marges est une façon de penser la ville comme un lieu de l’accident, le lieu de la possibilité d’un autre discours. C’est une manière de penser le creux de la ville, autrement dit de concevoir la ville non pas comme un lieu de pouvoir, mais comme un lieu du possible : "In Providence, you can encounter extinct species" (c’est moi qui souligne). Rosmarie Waldrop dit dans un texte à la limite entre la prose et l’essai que faire l’expérience de la ville consiste en l’écoute du corps et de ses mouvements qui ne serait pas sans rapport à un paradoxal éloignement-vers l’extérieur de la ville :

walking again in Washington, trying to keep a log of my steps, downbeat of the body, weight rolling from heel to toes, as they carried me outward from the centers of power to where the buildings sized down to warmer brick, a foghorn from the river. (2005, 245)

ou encore :

Downtown Providence. Torn-up streets. A cityscape of cranes and holes in the ground. Just like Berlin. (255)

14Propos poétique, propos politique : à rebours de la ville comme société du spectacle, se loge la ville des interstices, du corps et des dérives à la Debord. Le paysage est déchiré, les trous du sol s’offrent comme autant d’aspérités. Ainsi, les rues auxquelles il est fait référence explicitement dans "As if We Didn’t Have to Talk", poème dont on dit qu’il est largement écrit en rapport avec Paris, sont abandonnées : "abandoned streets" (1972, 53). Cette façon de penser est une façon de voir la ville, une façon de l’écrire que l’on pourrait qualifier de dedans/dehors (c’est-à-dire écrite du point de vue du corps, mais écrite dans les périphéries de la ville) :

like everyone we adjust
to just those questions
we choose to see
boats on the East River
barges on the Seine
garbage on the Seekonk
float on into the sky
in my dreams too we walk
along the roadless widening
angle of the light
or run
legs spider long
breath in our ears
driven by some force again
and again
to the same sentences (74-75)

15Le choix de voir la ville ainsi est une réponse au questionnement qu’elle pose. Cette réponse visuelle ne se fait pas tant à travers l’image ou la métaphore que par le choix de voir les processus linguistiques à l’œuvre dans la langue même de la ville : par exemple, les allitérations en /s/ font soudain se rapprocher la rivière de Paris et la rivière de Providence, les allitérations en /b/ ("boat", "barges") président aussi au glissement anagrammatique de "barges" à "garbage" où le langage fait donc se glisser la ville dans les replis de la phrase. Comme cette force qui pousse à courir encore et encore d’une rue à l’autre, d’un vers à l’autre, et fait émerger le mot "sentence", la ville naît dans les replis du vers de la façon dont on choisit de la dire, comme on a pu choisir de la voir : autrement dit, ce qui compte ce n’est pas tant le rêve, que la façon que l’on a de parler le rêve.

  • 8 Dans son essai "Between, Always", Rosmarie Waldrop dit : "I feel a strong affinity to this word,’be (...)

16Loin des lieux de pouvoir, ces interstices ou ces "between" traversent l’œuvre de Rosmarie Waldrop8 et tentent de rendre la vitalité de l’être dans un lieu de l’aliénation. Cet investissement du corps dans l’entre-deux est aussi à l’œuvre dans The Road is Everywhere or Stop this Body. Terme ultime de l’écriture de la ville comme creux, le poème ne prend la ville que comme point de départ et point d’arrivée du trajet qui donne le prétexte à ces poèmes, tout en excluant la ville elle-même du recueil. En effet, le livre tout entier est fait de textes qui reprennent le parcours que Rosmarie Waldrop faisait entre Providence et Middleton, son lieu d’enseignement. Les poèmes remplissent les interstices entre ces deux villes, ils sont comme les traits qui investissent le vide entre les villes qui ne se signalent que dans les gloses du livre. L’entre-deux de la ville est une mise en processus de la pensée, circulation d’idées et de trajectoires poétiques. En effet, c’est pendant ces textes écrits entre une ville et l’autre que le flux poétique de la phrase en butte au vers s’articule, comme si la ville était le point de fixité en procès. Ce chemin, ce cheminement dans les interstices de la ville qui est cheminement de la poésie comme pensée, Rosmarie Waldrop le met en mots en parlant d’Edmond Jabès : "to continue, to carry from one place to another. To continue thinking, to think from another place, another perspective.... Between Cairo and Paris..." (2002, 149).

Centre ville comme centre vide

17Dans l’Empire des signes, Roland Barthes parle de Tokyo comme d’un centre ville à centre vide (44-46). La carte de la capitale japonaise présente en son centre une tache blanche, signe en creux de la Cité Impériale qui reste à jamais inconnue des cartographes pour des raisons de secret et de sacré.

D.R.

D.R.

© Photographie de L’empire des signes, Marie-Ange Guilleminot

18Dans A Key into the Language of America, la troisième partie de chaque chapitre est un récit en prose de la confrontation d’une jeune fille avec l’altérité. Le récit, qui bouscule souvent les codes de la narrativité, part d’une ville : "I was born in a town on the other side which didn’t want me in so many. All streets were long and led. In the center" (4). La persona du texte est vite exclue "I, like other girls, forgot my name in the noise of traffic" (4). Dissolution du moi comme prélude au départ : "I began my education by walking along a road" (6). Dans le dernier chapitre du livre, la jeune fille qui a questionné les territoires de la sexualité, arrive, semble-t-il, à la fin de sa course, moment qui pourrait être aussi tendu vers le paradis, comme Dante dans le troisième livre de la Divine comédie : "I had finally reached the center of the city. It was deserted, in ruins" (66). Le verbe "reached", le plus-que-parfait et la référence effectuée par l’article "the" construisent cette fin comme celle d’une sorte de quête eschatologique. Or, au lieu des escaliers merveilleux menant à Béatrice, au lieu de l’image de la cité promise, le texte donne à voir le vide : "it was deserted, in ruins" (66). Avec la perte de cette fin promise, le sentiment d’une identité stable et d’un désir de sens ne peuvent précisément plus être atteints (reached). Ils doivent être constamment redéfinis, en procès (dans les deux sens du terme) :

then life could not
be understood forward
or backward (66)

19Pour Barthes, "[les villes occidentales] sont concentriques ; mais aussi, conformément même au mouvement de la métaphysique occidentale, pour laquelle tout centre est le lieu de la vérité, le centre de nos villes est toujours plein" (44). Tokyo est pour lui le contre-modèle de la ville et de la métaphysique occidentales : "(son) centre n’est plus qu’une idée évaporée, subsistant là non pour irradier quelque pouvoir, mais pour donner à tout le mouvement urbain l’appui de son vide central, obligeant la circulation à un perpétuel dévoiement. De cette manière, nous dit-on, l’imaginaire se déploie circulairement, par détours et retours le long d’un sujet vide" (45). Le centre vide de Tokyo et de A Key into the Language of America sont différents en ce que le vide dans A Key résulte d’une guerre amoureuse entre un sujet masculin et un sujet féminin, dont on ne sait pas s’ils ne sont pas parfois un seul et même sujet. De plus, le centre vide de la fin de A Key a une dimension tragique révélée notamment par le titre du chapitre auquel ce centre vide appartient : "Of Death and Burial" (65). Mais, ce que la lecture du centre vide de Tokyo nous permet de comprendre, c’est que le vide de la ville dans A Key nie également l’idée d’un centre métaphysique où la vérité serait absolue. Ce centre vide est en tout point ce que Rosmarie Waldrop nomme Lawn of Excluded Middle, autrement dit la loi du centre exclu, mais aussi cette loi qui devient, à la faveur du jeu de mots, terrain fertile où pousse l’herbe de la poésie. Dans "The Space of Emptiness", Rosmarie Waldrop parle de "the centre we long for, which, we think, would give meaning to our life... " et conclut "there is nothing there" (2005, 250). Ce vide est le lieu impossible de la poésie (tentant à la fois de dire avec et contre le langage), la poésie comme lieu ex-centrique, qui tente de remettre les mots en circulation tout en tenant le langage en procès.

*

20Pour parodier et inverser la proposition du Roi Lear, on pourrait dire : "Nothing shall lead to something". Comme le centre de Tokyo, le centre vide dans l’œuvre poétique de Rosmarie Waldrop, centre qui prend l’aspect d’un centre ville dans A Key into the Language of America, est une force qui organise le mouvement et la circulation (de la langue, du désir tout autant que du sang et des voitures). La conception de la ville comme creux chez la poète nord-américaine élargit la façon de penser la ville, ouvre des espaces, des béances et des lieux blancs d’échanges qui permettent de penser en dehors de la doxa. Redisons-le avec Rosmarie Waldrop : "This emptiness which is not empty, as the excluded middle between true and false is not as empty as the law of logic would have it. On the contrary, it is the locus of fertility" (Waldrop Rosmarie et Keith, 2002, 91).

Top of page

Bibliography

Absalon, Cellules, Paris : Paris-musées, 1993.

Barrada, Yto, A Life Full of Holes, The Strait Project, Manchester : Corner House, 2005.

Barthes, Roland, L’Empire des signes, Genève : Skira, 1970.

Broqua, Vincent, "Pressures of Never-at-Home", <http://jacketmagazine.com/32/pbroqua.shtml>.

Clédat, Françoise, Paul-Armand Gette, Paris : Editions du Regard, Centre national des arts plastiques, 1997.

Cohen, Francis et Michèle Cohen-Halimi, Les Intensifs. Poètes du XXIe siècle, Critique, 735-736.

Crépon, Marc, Langues sans demeure, Paris : Galilée, 2005.

Perec, Georges, Penser, Classer, Paris : Hachette, 1985.

Perec, Georges, Espèces d’espace, Paris : Galilée, 2000 (1974).

Waldrop, Rosmarie, The Aggressive Ways of the Casual Stranger, New York : Random House, 1972.

Waldrop, Rosmarie, The Road is Everywhere of Stop this Body, Columbia, Missouri : Open Places Scries, 1978.

Waldrop, Rosmarie, A Key into the Language of America, New York : New Directions, 1994.

Waldrop, Rosmarie, Lavish Absence : Recalling and Rereading Edmond Jabès, Middletown : Wesleyan University Press, 2002.

Waldrop, Rosmarie, Blindsight, New York : New Directions, 2003.

Waldrop, Rosmarie, La Reproduction des profils, trad. Jacques Roubaud, Paris : Editions Melville, 2003.

Waldrop, Rosmarie, Dissonance, Tuscaloosa : University of Alabama Press, 2005.

Waldrop, Rosmarie, Lawn of the Excluded Middle, Curves to the Apple, New York : New Directions, 2006 (Tender Buttons Books, 1993).

Waldrop, Rosmarie et Keith Waldrop, Ceci n’est pas Keith, ceci n’est pas Rosmarie, Providence : Burning Deck, 2002.

Top of page

Notes

1 Marc Crépon, Langues sans demeure, Paris : Galilée, 2005.

2 Cohérence de la constitution du champ de production culturelle ou hasard objectif de la critique, on notera que Jacques Roubaud, le traducteur et ami de Rosmarie Waldrop (2003), se trouve être l’un des membres de l’Oulipo auquel appartint son ami Georges Perec dont la conception de la ville se rapproche fortement de la façon dont Rosmarie Waldrop écrit la ville.

3 Dans leur anthologie de textes poétiques contemporains réalisée pour la revue Critique, Michèle Cohen-Halimi et Francis Cohen parlent des poètes comme des intensifs. La démarche de Raymond Hains, souvent classé parmi les nouveaux réalistes, et qui avait lui-même commencé sa carrière d’artiste sous les auspices du poète et artiste Camille Bryen, pourrait être dénommée intensive tant Hains redonne une force et une intensité nouvelle au réel.

4 Georges Perec, Penser, Classer, Paris : Hachette, 1985.

5 A ne prendre en compte que la disposition sur la page, "On a balcony onto the Seekonk stands" n’est pas un vers, il est l’un des éléments d’un paragraphe de prose. Cependant, si les groupes de mots séparés par des points ne sont pas disposés sur la page comme des vers, ils ne forment pas non plus des ensembles phrastiques. En effet, la phrase déborde constamment l’unité marquée par le point. Ce signe de ponctuation est utilisé comme une barre de mesure qui s’apparente à la marque de lin de vers. Autrement dit, il ponctue des unités de rythme et non des unités propositionnelles. Il établit une syntaxe du rythme qui nous fait attribuer le nom de "vers" aux unités qu’il délimite. Il fait bouger les frontières du sens. En interrompant la chaîne des mots, il fait déborder le sens des mots : il rend ses sens poreux et leur fait envahir le terrain de la signifiance de façon à ce qu’ils hantent le lecteur alors pris dans des phénomènes d’interstices du sens si bien figurés en acte par "what matters. Is between". C’est un espace de l’entre-deux qui fait de ce texte un processus dynamique et contribue à créer une poétique fantomatique.

6 Voir notamment Yto Barrada, A Life Full of Holes, The Strait Project, Manchester : Corner House, 2005.

7 Voir Absalon, Cellules, Paris : Paris-musées, 1993.

8 Dans son essai "Between, Always", Rosmarie Waldrop dit : "I feel a strong affinity to this word,’between’. It is the title of one of my earliest poems in English" (2005, 265).

Top of page

List of illustrations

Title D. R. Paul-Armand Gette
Credits © Photographie du livre de Paul-Armand Gette par Marie-Ange Guilleminot
URL http://journals.openedition.org/caliban/docannexe/image/1556/img-1.jpg
File image/, 204k
Title D.R.
Credits © Photographie de L’empire des signes, Marie-Ange Guilleminot
URL http://journals.openedition.org/caliban/docannexe/image/1556/img-2.jpg
File image/, 568k
Top of page

References

Bibliographical reference

Vincent Broqua, « Le creux ou la ville en procès chez Rosmarie Waldrop », Caliban, 25 | 2009, 203-213.

Electronic reference

Vincent Broqua, « Le creux ou la ville en procès chez Rosmarie Waldrop », Caliban [Online], 25 | 2009, Online since 13 December 2016, connection on 17 August 2018. URL : http://journals.openedition.org/caliban/1556 ; DOI : 10.4000/caliban.1556

Top of page

About the author

Vincent Broqua

Université Paris 12-Paris Est

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Caliban – French Journal of English Studies est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals