Skip to navigation – Site map
Mythes et mémoires

"Nightown", "Necropolis", "Jerusalem" : les figures de la ville dans Ulysses de James Joyce

Philippe Birgy
p. 305-314

Abstract

This paper proposes to inquire into the textual functions played by the city of Dublin in James Joyce's Ulysses. Leaving aside the questions of the town-like or maze-like structure of the text itself and the hieroglyphic tracery of the flâneur's path—for these aspects have already been amply documented by Joycean scholars—it concentrates on the communal dimension that underlies Joyce's writing and on the stylistic inscription of a democracy to come that reaches beyond nationalism and citizenship (the latter being comically presented as Bloom's celestial Jerusalem). It also considers the town's monumental and paralyzing forces, but without opposing them squarely to the transience and mobility of literary signs.

Top of page

Full text

1Joyce est un écrivain de la ville, et même d'une seule ville, Dublin, dans laquelle toute l'écriture de Ulysses et de Finnegans Wake est circonscrite, de môme que la plus grosse partie du Portrait.

2On pourrait certainement problématiser cette affirmation mais cela ne sera pas notre objet. Si un argument polémique ou critique se présente dans cet article, ce serait que Dublin n'est qu'une figure pour toutes les villes passées et futures, une figure de la collectivité humaine, d'une hypothétique communauté des esprits ainsi que de quelque chose de plus vaste encore, un microcosme du monde.

3Mais dans le même temps, la ville de Joyce est datée, très exactement datée du 16 juin 1904. Autant dire que c'est encore une ville du XIXème siècle, du moins en regard de ce que Melvin Webber a décrit en 1964 comme la dématérialisation graduelle de la ville au XXème siècle, l'annulation du lieu par le développement des réseaux de transport et de télécommunication.

4En conséquence, gager d'un caractère annonciateur, prospectif ou prophétique de Ulysses seulement parce qu'il contient de multiples projections de cette communauté post-urbaine, d'un urbanisme généralisé qui efface la ville, ne rendrait pas véritablement compte du texte de Joyce. Et cela, avant toute chose, parce que la prospection reste l'affaire de Bloom.

5Dans la voiture à cheval qui le mène aux funérailles de Dignam, Bloom est dépassé par un corbillard et il s'interroge : que se passerait-il si le cercueil tombait sur la chaussée et que le corps du défunt était exposé à la vue de tous (Joyce 81) ? Puis la progression du personnage vers le cimetière de Glasnevin est arrêtée par le passage d'un troupeau qu'on mène à l'abattoir et il songe alors que pour la convenance de tous, il serait utile d'éviter les rencontres embarrassantes (Joyce 81). A son avis, et cela fait longtemps qu'il y réfléchit, il serait utile de prévoir des lignes de tram dédiées aux animaux, aux morts et aux vivants afin éviter les mauvaises rencontres.

6En effet, selon Bloom, on fait des bonnes ou des mauvaises rencontres : Mulligan est une mauvaise rencontre pour Stephen et ce dernier n'ira pas au rendez vous que ce faux ami lui a fixé (Joyce 168). De même. Bloom juge que le marin rencontré dans le chapitre "Aemaeus" est peu recommandable (Joyce 519). D'autres rapprochements lui paraîtraient plus souhaitables. Ainsi Stephen tirerait bénéfice d'une relation avec son épouse, Molly, et il ferait sans doute mieux aussi de s'en remettre à lui-même, le mari. C'est qu'il a déjà retrouvé Stephen sur sa route à plusieurs reprises avant de cheminer à ses côtés. Et par opposition à ce croisement d'itinéraires, dont Bloom ne peut penser qu'il est fortuit, le jeune homme passe toujours bien au large de son père, cependant que Bloom évite consciencieusement l'amant de sa femme dont il sait qu'il a rendez-vous avec Molly. Mais Joyce, en sous-main, renvoie dos à dos les bonnes et les mauvaises rencontres, comme si elles étaient les deux faces d'une même pièce.

7Le problème de la ville nouvelle, de la non-ville du futur post-urbain, c'est qu'on ne s'y rencontre plus. Le motif du rendez-vous manqué occupe une place considérable dans Ulysses. Entendons-là que la rencontre y est encore possible ; c'est cette possibilité qui importe et qui ouvre sur la question de ce que l'on a à faire ensemble.

8Joyce n'est pas sceptique ou matérialiste à ce sujet. Sa représentation des rencontres est dialectique. Par exemple, lorsque Bloom et Gertie se trouvent sur la plage, quelque chose se passe entre eux qui ne peut avoir lieu que dans la distance. Le voyeurisme de Bloom comme sa liaison épistolaire avec Martha sont basés sur des jeux de rôle, sur des identités fictionnelles, avec cette suggestion cruciale—et il ne faut la négliger sous aucun prétexte—qu'il n'y a pas d'identité qui existe en dehors de ce jeu. C'est aussi là la dimension psychanalytique de Ulysses. Ainsi Joyce consacre tout un chapitre aux fantasmes, lequel se nomme "Circe". L'action se déroule dans "Nightown", la ville nocturne, la ville des rêves. Et il y est significativement question de la possibilité de la relation ou du congrès sexuels.

9Au titre des rendez-vous manqués, on doit mentionner certaines rencontres au caractère particulièrement incertain ou inabouti qui sont presque physiques mais qui ne peuvent se concrétiser ou se matérialiser parce qu'elles sont de l'ordre de la hantise. Bloom croise son fils Rudy, mort en bas âge et depuis bien longtemps (Joyce 497). Bob Doran assure dans "Cyclop" qu'il a vraiment vu passer Paddy Dignam alors que celui-ci est décédé la veille (Joyce 247). Nous ne souhaitons pas, avec ces quelques exemples, donner l'impression au lecteur que de telles occurrences existent en nombre limité ou même fini dans Ulysses. Compte tenu du caractère péripatétique du roman, ils foisonnent ; tout y est interprétable en termes de rencontre. Ce trait définitoire du récit correspond à beaucoup de choses qui se sont dites et se disent encore au sujet de l'écriture moderniste : il rappelle l'injonction de Forster, "only connect", et nombre d'opinions critiques qui insistent sur la production en réseau du sens, sur une procédure de lecture traversante qui parcourt le texte en tout sens selon le modèle de la circulation dans la ville.

10Cependant nous préférons insister ici sur les singularités du texte de Joyce, notamment ces cas de prises de contact avec l'au-delà, dont on trouve une version burlesque dans "Circe". Là, Joyce se moque des plus spiritualistes de ses compatriotes, ceux qui s'impliquent dans les sociétés ésotériques et qui rentrent ainsi en communication avec les défunts. Voici par exemple ce que donne dans le texte une séance d'entretien avec Dignam :

  • 1 Précédemment (chapitre "Aeolus") le professeur MacHugh a comparé les civilisations grecque, juive, (...)

Interrogated as to whether life there resembled our experience in the flesh he stated that he had heard from more favoured beings now in the spirit that their abodes were equipped with every modern home comfort such as talafana, alavatar, hatakalda, wataklasat... (Joyce 248)1

11Cette figure de la ville désincarnée et devenue réseau de communication nous renvoie à l'utopie, à l'espoir d'un monde où tout le monde se parle, est entendu et se répond, où la parole circule librement entre tous. Nous laisserons momentanément cette question en suspens mais non sans promettre au lecteur qu'elle sera reprise, car c'est la destination de notre propos. Nous la suspendons donc pour rentrer dans le détail de la notion de proximité et de contact, ceci au risque de nous éloigner un peu de la ville, mais si la ville se laisse circonscrire, si on peut en tracer les limites, c'est par rapport à un milieu antinomique qui la cerne.

12La question de la prise de contact occupe déjà les pensées de Stephen dans le chapitre "Proteus" :

Limits of the diaphane. But he adds: in bodies. Then he was aware of them bodies before of them coloured. How? By knocking his sconce against them, sure.... Stephen closed his eyes to hear his boots crush crackling wrack and shells. You are walking through it howsomever. I am, a stride at a time. A very short space of time through very short times of space. (Joyce 31)

13Ce sont là ses réflexions métaphysiques sur la perception. Mais alors qu'il s'abstrait de la sorte en fermant les yeux, et avant même cela, Stephen traverse concrètement dans "Proteus" l'étendue d'une terre vainc : il vient de la banlieue de Howth en suivant une vaste plage où la mer a charrié des immondices, un espace qui est décrit comme instable, ni terre ni mer, ni construit ni cultivé. Et c'est le caractère indéterminé de cet environnement qui lui inspire ses réflexions. Ou plutôt cette indétermination du lieu ne lui permet pas de fixer son attention sur des propriétés ou des éléments physiques pour en empêcher la dérive. Il se raccroche parfois à cet environnement, mais seulement de manière ponctuelle, notamment lorsqu'il passe près de la carcasse d'un chien qui est un rappel de sa condition mortelle.

14C'est donc dans cette frange que le personnage s'interroge sur la question de la proximité des objets et du jeu de la perspective qui fait qu'en raccourci des objets très distants l'un de l'autre peuvent paraître contigus. On retrouve une semblable préoccupation chez Bloom, l'astronome amateur qui médite sur la voie lactée et les constellations. Celui qui observe le ciel pour le connaître associe les astres, les regroupe en famille, trace des lignes entre eux en vertu de leur apparente proximité en dépit du fait que ceux-ci sont extrêmement distants, et qu'ils sont donc aussi séparés dans le temps puisque l'éclat qui nous parvient d'eux et qui les signale n'est peut être que la trace de leur existence passée. Les conclusions de Bloom sur ce sujet sont exposées dans l'avant dernier chapitre sous la forme du questionnaire :

His (Bloom's) logical conclusion, having weighed the matter and allowing for possible error?
That it was not a heaventree, not a heavengrot, not a heavenbeast, not a heavenman. That it was a Utopia, there being no known method from the known to the unknown: an infinity, renderable equally finite by the suppositious apposition of one or more bodies equally of the same and of different magnitudes: a mobility of illusory forms immobilised in space, remobilised in air: a past which possibly had ceased to exist as a present before its probable spectators had entered actual present existence.
(Joyce 575)

15Cet effet de raccourci, semble-t-il, opère également dans le temps. Stephen, à l'occasion d'un cours d'histoire qu'il dispense à l'école de Deasy, songe à ces événements et ces civilisations qui, bien que séparés dans l'histoire et par l'histoire, se rejoignent pourtant, se répondent ou témoignent de la permanence d'une formule, d'une idée. Ce sont encore là des principes de représentation que l'on dit constitutifs de la pensée moderniste : le processus d'accrétion, la reconnaissance des similitudes et des ressemblances, la méthode mythique vantée par Eliot, les effets de correspondance ou tout est dans tout et réciproquement. On pensera à la dernière partie du Waste Land où toutes les villes se superposent :

What is the city over the mountains
Cracks and reforms and bursts in the violet air
Falling towers
Jerusalem Athens Alexandria
Vienna London
Unreal.

16Sans déplacer la notion de dématérialisation du milieu urbain qui s'impose sitôt que ce dernier est perçu comme un collectif humain, une communauté des esprits (Rousseau : "les maisons font la ville, mais... les citoyens font la cité"), Joyce souligne aussi avec insistance certains caractères tangibles de la ville. D'une part, celui que nous avons déjà énoncé, à savoir : la possibilité du contact physique. (Et pour éviter toute confusion avec ce qui a été dit plus haut, rappelons que ce sont les corps qui se rencontrent, pas les citoyens). A quoi s'ajoute le caractère monumental de la ville et spécialement la présence parfois écrasante des monuments historiques consacrés à la mémoire des personnalités politiques marquantes. Les monuments sont une manière de célébration des figures tutélaires, indépassables, qui pèsent sur la question irlandaise et ils ponctuent le trajet de Bloom vers Glasnevin. Le personnage les voit passer derrière la fenêtre de la voiture et à chaque fois le récit de pensées est interrompu par ces rappels topologiques qui temporisent le récit et qui apparaissent très fréquemment suivis du verbe "to pass" avec son ambiguïté sémantique qui renvoie au passé, à ce que l'on croise et à ce qu'on laisse derrière soi : "past watery Lane", "passing the open drains and mounds of ripped up roadway before the tenement houses", "They went past the bleak pulpit of saint Mark’s... past the Queen’s theatre : in silence" (Joyce 76). "Mr Power, collapsing in laughter, shaded his face from the window as the carriage passed Gray’s statue", "Mr Power’s choked laugh burst quietly in the carriage. Nelson’s pillar" (Joyce 78). "They looked. Murderer’s ground. It passed darkly. Shuttered, tenantless, unweeded garden. Whole place gone to hell" (Joyce 83). Et de manière plus insistante, moins lexicalisée, peut être :

The stonecutter's yard on the right. Last lap. Crowded on the spit of land silent shapes appeared, white, sorrowful, holding out calm hands, knelt in grief, pointing. Fragments of shapes, hewn. In white silence: appealing. The best obtainable. Thos. H. Dennany, monumental builder and sculptor.
Passed. (Joyce 82)

17Mais tout ce qui passe ainsi revient ailleurs, sous les espèces de la fantasmagorie, notamment dans le chapitre "Circe", et à bien d'autres endroits également, sous la forme du leitmotiv.

18C'est ce spectre de la revenance que Bloom cherche à conjurer alors qu'il entreprend un parcours commémoratif dans le cimetière de Glasnevin, cette hantise des fantômes qui, parce qu'ils ne sont pas assignables à une place, déambulent dangereusement parmi les vivants. Et c'est encore l'idée monumentale, le caveau, la pierre tombale qui préviennent cette dérive, qui permettent d'identifier et de fixer les morts dans leur dernière demeure. Ainsi, personne ne sait où se trouve enterré le corps de Robert Emmet, et par conséquent nul ne peut être garant de son repos. Les monuments historiques concernent le travail du deuil qui requiert une stabilité topologique. La remémoration que les stèles et les tombeaux imposent est un arrangement avec les morts, un acte propitiatoire (Ricoeur 49).

19Or l'esprit des défunts n'est par réductible à cela. Certes, le travail du deuil exige qu'un corps soit identifié et précisément localisé. Mais il faut aussi deux autres conditions, nous rappelle Derrida. D'une part que l'on admette que les morts travaillent, sur les vivants et sur eux-mêmes, qu'il n'y a rien en somme de figé, qu'il faut tenir compte d'une "interactivité", dirait-on, si l'on se résolvait à être vulgaire. De l'autre que l'on ne peut parler de générations de morts qu'à la condition du langage (Derrida 30).

  • 2 Il s'agit là de la déclaration reproduite dans les minutes de l'Office of Public Works. "Speech fro (...)

Let no man write my epitaph: for as no man who knows my motives dare now vindicate them. Let not prejudice or ignorance asperse them. Let them and me repose in obscurity and peace, and my tomb remain uninscribed, until other times, and other men, can do justice to my character; when my country takes her place among the nations of the earth, then, and not till then, let my epitaph be written. I have done.2

20Bloom revient plusieurs fois sur cette dernière déclaration d'Emmet. Et il insiste à plusieurs endroits sur l'irrespect envers les morts qui caractérise ses concitoyens. Les défunts, on les enterre et on les oublie. A partir de quoi il envisage les caveaux en tant qu'appartements à louer, et invite donc à une lecture du cimetière comme nécropole. Si la ville est un collectif humain, et Bloom en tant qu'humaniste évidemment ne croit pas que les morts émigrent vers quelque cité céleste, elle a une mémoire humaine, et elle est constituée non seulement de tous ses habitants présents mais de tous ses habitants successifs. C'est ainsi que se dessine la perspective d'une ville de toutes les générations. La figure la plus employée dans Ulysses pour décrire cette communauté-là, c'est l'Apocalypse ou le jugement dernier, le jour où tous les morts se relèvent pour s'assembler. Le seul titre du chapitre "Hades" implique déjà cela : un voyage aux enfers est un voyage dans le passé qui permet la coïncidence entre toutes les générations qui se sont succédées et se sont effacées les unes les autres.

  • 3 On en trouvera l'exemple dans le dysfonctionnement du système de tramway rapporté dans "Aeolus", so (...)

21On retrouve dans l'évocation de la figure statuaire l'idée d'une paralysie des forces vitales du peuple irlandais, d'où ces visions d'une ville figée, empêchée dans sa progression.3

  • 4 La parabole est déjà à l'ère victorienne chargée d'ironie car c'est à la fois une récompense et une (...)

22La colonne de Nelson, symbolisant l'occupation anglaise, est perçue comme un point de repère doté d'un fort pouvoir de centralisation qui arraisonne et stabilise le système de référence culturel dublinois. On peut glosser à l'envi : c'est une tour de contrôle panoptique, une célébration monumentale de l'occupant, etc. Ce monument a été beaucoup commenté avant d'être plastiqué par l'IRA en 1960, preuve qu'aux yeux des patriotes, il représentait un enjeu politique. Mais pour nous en tenir à Ulysses, la colonne de Nelson apparaît notamment dans la "parabole des prunes" narrée par Stephen afin d'amuser ses concitoyens. Il y évoque les mésaventures de deux vieilles filles qui gravissent les marches du monument pour accéder à un panorama de la ville. Cette fiction est explicitement élaborée sur la base de l'épisode biblique où Moïse, le patriarche, gravit le mont Nebo jusqu'au sommet du Pisgah pour s'y voir accorder avant de mourir un bref aperçu de la terre promise.4

23La colonne rappelle d'autres édifices chargés de sens comme la tour de Martello occupée par Mulligan. Lorsque ce dernier réfléchit à l'avenir de Dublin et se pose comme prophète d'un nouvel hellénisme, il appelle la tour du nom d'"omphalos", nous renvoyant ainsi à une perception de l'espace collectif organisée de manière concentrique autour d'un axe, d'un nombril auquel tout est rapporté. Il pense la ville sur un modèle antique. Il faut ajouter que la tour de Martello fut aussi une forteresse défensive et une tour de guet construite par les Anglais pendant les guerres napoléoniennes pour protéger la ville contre l'invasion française.

24La coïncidence entre les générations, l'effet de superposition que nous venons d'évoquer est aussi celui de toutes les villes qui ont existé. Sitôt qu'il quitte son domicile, Bloom se rêve dans une cité orientale fantasmatique :

Somewhere in the east: early morning: set off at dawn. Travel round in front of the sun, steal a day's march on him. Keep it up for ever never grow a day older technically. Walk along a strand, strange land, come to a city gate, sentry there, old ranker too, old Tweedy's big moustaches, leaning on a long kind of a spear. Wander through awned streets. Turbaned faces going by. Dark caves of carpet shops, big man, Turko the terrible, seated crosslegged, smoking a coiled pipe. Cries of sellers in the streets. Drink water scented with fennel, sherbet. Dander along all day. Might meet a robber or two. Well, meet him. Getting on to sundown. The shadows of the mosques along the pillars: priest with a scroll rolled up. A shiver of the trees, signal, the evening wind. I pass on. Fading gold sky. A mother watches me from her doorway. She calls her children home in their dark language. High wall: beyond strings twanged. Night sky, moon, violet, colour of Molly's new garters. Strings. Listen. A girl playing one of those instruments what do you call them: dulcimers. I pass. (Joyce 47)

25Puis il se projette en Palestine tout en reconnaissant le caractère fantaisiste de ses affabulations et il essaie même de le corriger par la vision inverse, de sorte que ce même lieu lui apparaît comme une terre vaine et stérile. Quoi qu'il soit, il s'inscrit dans le texte une sorte de jeu de substitution possible entre toutes les villes (ce qui donne à Dublin son statut de microcosme) et une équivalence potentielle de toutes ces villes avec le modèle à venir de la cité céleste : une cité de l'esprit où tout serait pour le mieux dans le meilleur des mondes.

26Cette cité céleste a d'abord, historiquement, une expression religieuse ; c'est celle qui rassemble les croyants à la fin des temps : "[a]nd he carried me away in the spirit to a great and high mountain, and shewed me that great city, the holy Jerusalem, descending out of heaven from God" (The Holy Bible, King James Version, Rev 21, 10).

  • 5 L'urbanisme qui lui succède inverse les priorités et prend pour base l'existant avec ce qu'il est c (...)

27Mais ce caractère extra-terrestre et extra-historique mène ensuite à l'utopie, comme projection idéale, dans le sens où c'est l'idée d'une communauté harmonieuse qui détermine la structure pratique de la ville dans l'entreprise utopiste.5

  • 6 L'auteur s'appuie notamment sur les travaux de Véronique Léonard-Roques et d'Emmanuel Levinas consa (...)

28Si nous étions tenus de restituer ces visions à Bloom, le juif en quête d'une communauté—un personnage qui n'est pas religieux mais humaniste, répétons-le, ceci au nom d'un principe de cohérence ou de vraisemblable qui déterminerait la construction du personnage—nous pourrions arguer que la ville est la terre promise en ce sens qu'elle accueille ceux qui sont en rupture de communauté, les errants, ceux qui sont sortis d'une manière ou d'une autre du cadre d'identification et de surveillance que constitue la communauté rurale. Car la ville a un devoir d'hospitalité, nous dit-on, elle peut accéder à la demande de l'exilé qui souhaite que son passé ou ses origines ne soient pas retenus contre lui. Pour reprendre les termes d'Olivier Mongin : "[d]ans la tradition juive la ville 'doit' tenir lieu d'accueil pour celui qui se trouve au dehors, pour celui qui, ni totalement innocent ni totalement coupable est accusé d'un crime".6

  • 7 "Urbanization and Communications", cité dans Choay 207.

29L'émigrant laisse son passé aux portes de la ville, il gagne la possibilité d'être jugé pour lui-même plutôt qu'en vertu d'un statut ou des stigmates dont il hériterait contre sa volonté. C'est le lieu du possible. Ce qui rejoint la formulation de Webber : "la ville avec ses concentrations d'individus et de bâtiments n'eut guère d'attrait pour les immigrants où que ce fût, ni à aucun moment. C'était seulement la possibilité de contact, d'être intégré dans une culture urbaine, qui séduisait".7

30Cette question de l'intégration taraude Bloom et elle est débattue dans le chapitre "Cyclop" où le citoyen, "the citizen" (il reçoit rarement d'autre nom dans le récit), oppose son nationalisme à l'utopisme de Bloom :

- Persecution, says he, all the history of the world is full of it. Perpetuating national hatred among nations.
- But do you know what a nation means? says John Wyse.
- Yes, says Bloom.
- What is it? says John Wyse.
- A nation? says Bloom. A nation is the same people living in the same place.
- By God, then, says Ned, laughing, if that's so I'm a nation for I'm living in the same place for the past five years.
So of course everyone had the laugh at Bloom and says he, trying to muck out of it:
- Or also living in different places.
- That covers my case, says Joe.
- What is your nation if I may ask? says the citizen.
- Ireland, says Bloom. I was born here. Ireland.

- And I belong to a race too, says Bloom, that is hated and persecuted. Also now. This very moment. This very instant.

- Are you talking about the new Jerusalem? says the citizen.
- I'm talking about injustice, says Bloom.
- Right, says John Wyse. Stand up to it then with force like men.

- But it's no use, says he. Force, hatred, history, all that. That's not life for men and women, insult and hatred. And everybody knows that it's the very opposite of that that is really life.
- What? says Alf.
- Love, says Bloom. I mean the opposite of hatred. I must go now, says he to John Wyse. Just round to the court a moment to see if Martin is there. If he comes just say I'll be back in a second. Just a moment.
Who's hindering you? And off he pops like greased lightning.
- A new apostle to the gentiles, says the citizen. Universal love. (Joyce 271-73)

31C'est à ce chapitre qu'il nous faut aboutir d'une manière ou d'une autre. Parce qu'y est abordée la question de la nation comme assemblée d'individus et qu'elle est renvoyée à un horizon eschatologique ou messianique, à l'amour universel de tous ceux qui vivent "au même endroit ou ailleurs" ainsi qu'à la nouvelle Jérusalem. On gage ici que c'est de la démocratie dont Bloom parle dans ce dialogue. A quoi s'oppose la solution du citoyen : la lutte armée, les nôtres contre les autres, ce qui est clairement une histoire d'hommes :

- The memory of the dead, says the citizen taking up his pintglass and glaring at Bloom
- Ay, ay, says Joe.
- You don't grasp my point, says Bloom. What I mean is....
- Sinn Fein! says the citizen. Sinn fein amhain!The friends we love are by our side and the foes we hate before us. (Joyce 251)

  • 8 S'il faut encore suivre Derrida ici—puisque nous en dépendons—alors nous devons tenir compte de tou (...)
  • 9 Lorsque nous parlons d'irrévérence vis-à-vis de cette parole d'Emmet, nous faisons référence à la f (...)

32C'est dans ce dialogue de sourds que se déclare l'ambivalence de la dernière volonté d'Emmet. D'un côté elle milite contre l'idée monumentale, contre la pétrification, contre l'inscription gravée dans les tables de la loi. (Rappelons incidemment que cette figure de la loi est significativement associée à une statue dans Ulysses, celle de Moïse, dans le chapitre "Aeolus". Or cette loi mosaïque c'est aussi celle qui prescrit les villes-refuges).8 Mais d'un autre côté, elle est traitée avec désinvolture par Bloom parce qu'à ses yeux, ce qui est à l'œuvre dans cette parole suspendue ("Let no man write my epitaph"), c'est encore la mémoire des morts auprès desquels on est en dette, la mémoire des pères de la nation qui met les fils en dette, qui leur dicte la réponse violente du nationalisme irlandais.9

33La ville, en somme, est renvoyée à une perspective eschatologique, mais le texte s'en déprend sitôt qu'il s'en saisit, et cependant il ne cesse pas d'avoir affaire avec elle. A notre sens, elle est la métaphore forcément imparfaite et décevante d'une démocratie à venir à laquelle on ne peut se rapporter qu'avec inquiétude. C'est ce qui rend la conclusion particulièrement difficile. Nous souhaitons bien sûr éviter toute sortie triomphale ou tonitruante sur la "reconnaissance de l'altérité" et "le message de tolérance" qui nous serait dictée par ce mythos de la fin des temps, de la célébration d'un second avènement ; nous souhaitons la tenir à distance parce qu'elle est moquée par l'auteur partout où elle apparaît. La sortie de Bloom à la fin de "Cyclop", pour en rester à cet épisode, est une expulsion en bonne et due forme, c'est-à-dire ignominieuse. Bloom part sous les quolibets avec un chien aux trousses. Et pourtant l'événement est évoqué comme une ascension triomphale du messie Bloom : "[a]nd they beheld Him even Him, ben Bloom Elijah, amid clouds of angels ascend to the glory of the brightness at an angle of fortyfive degrees over Donohoe's in Little Green street like a shot off a shovel" (Joyce 283). Mais il n'en reste pas moins que la moquerie de Joyce n'est pas la raillerie du citoyen et que son jeu reste ouvert à la venue d'un avenir.

Top of page

Bibliography

Choay, Françoise, Pour une anthropologie de l'espace, Paris : Seuil, 2006,

Derrida, Jacques, Spectres de Marx, Paris : Galillée 1993.

Jacob, C., L'empire des cartes, approche historique de la cartographie à travers l'histoire, Paris : Albin Michel, 1992.

Joyce, James, Ulysses, Gabier, Walter ed., Harmondsworth : Penguin, 1986.

Mongin, Olivier, La condition urbaine. La ville à l'heure de la mondialisation, Paris : Seuil, 2005.

Mumford, Lewis, La cité à travers l'histoire (The City in History), trad Gérard et Guy Durand, Paris : Seuil, 1972 (1964).

Ricoeur, Paul, La mémoire, l'histoire, l'oubli, Paris : Seuil, 2000.

Webber, M., "The Urban Place and the Nonplace Urban Realm", Webber, M. et al., Exploration into Urban Structure, Philadelphia : University of Pennsylvania Press, 1964.

Top of page

Notes

1 Précédemment (chapitre "Aeolus") le professeur MacHugh a comparé les civilisations grecque, juive, romaine et britannique. A cette occasion, il a reproché à ces deux dernières leur obsession cloacale. Là où l'exil des juifs les menait, ils construisaient un autel consacré à leur dieu, mais pour leur part, les Romains déclarent : "[i]t is meet to be here. Let us construct a watercloset" (Joyce 108).

2 Il s'agit là de la déclaration reproduite dans les minutes de l'Office of Public Works. "Speech from the Dock" <http://en.wikisource.org/wiki/>

3 On en trouvera l'exemple dans le dysfonctionnement du système de tramway rapporté dans "Aeolus", sous l'en-tête "Hello There, Central!" : "[a]t various points along the eight lines tramcars with motionless trolleys stood in their tracks, bound for or from Rathmines, Rathfarnham, Blackrock, Kingstown and Dalkey, Sandymount Green, Ringsend and Sandymount Tower, Donnybrook, Palmerston Park and Upper Rathmines, all still, becalmed in short circuit" (Joyce 122).

4 La parabole est déjà à l'ère victorienne chargée d'ironie car c'est à la fois une récompense et une punition : cette terre promise, Moïse ne la verra jamais, <http://www.victorianweb.org/religion/type/ch7a.html>.

5 L'urbanisme qui lui succède inverse les priorités et prend pour base l'existant avec ce qu'il est convenu d'appeler un "pragmatisme".

6 L'auteur s'appuie notamment sur les travaux de Véronique Léonard-Roques et d'Emmanuel Levinas consacrés à l'hospitalité (Mongin 94-5).

7 "Urbanization and Communications", cité dans Choay 207.

8 S'il faut encore suivre Derrida ici—puisque nous en dépendons—alors nous devons tenir compte de tout ce qui "contredit" la condamnation implicite de l'écriture par opposition à la présence pleine de la parole signifiante.

9 Lorsque nous parlons d'irrévérence vis-à-vis de cette parole d'Emmet, nous faisons référence à la fin du chapitre "Lestrygonian" où Bloom profite du passage d'un tramway, au sortir du restaurant, pour se soulager de ses flatulences :
Seabloom, greaseabloom viewed her last words. Softly. When my country takes her place among.
Prrprr.
Must be the bur.
Fff! Oo. Rrpr
Nations of the earth. No-one behind. She's passed. Then and not till then. Tram kran kran kran. Good oppor. Coming. Krandlkrankran. I'm sure it's the burgund. Yes. One, two. Let my epitaph be. Kraaaaaa.
Written. I have.
Pprrpffrrppffff.
Done. (Joyce 239)

Top of page

References

Bibliographical reference

Philippe Birgy, « "Nightown", "Necropolis", "Jerusalem" : les figures de la ville dans Ulysses de James Joyce », Caliban, 25 | 2009, 305-314.

Electronic reference

Philippe Birgy, « "Nightown", "Necropolis", "Jerusalem" : les figures de la ville dans Ulysses de James Joyce », Caliban [Online], 25 | 2009, Online since 13 December 2016, connection on 28 February 2020. URL : http://journals.openedition.org/caliban/1630 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caliban.1630

Top of page

About the author

Philippe Birgy

Université de Toulouse-Le Mirail

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Caliban – French Journal of English Studies est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals