Skip to navigation – Site map
Images et musées

Deborah Denenholz Morse, Martin A. Danahay (eds). Victorian Animal Dreams: Representations of Animals in Victorian Literature and Culture

Aldershot : Ashgate, 2007
Laurence Talairach-Vielmas
p. 513-515
Bibliographical reference

Deborah Denenholz Morse, Martin A. Danahay (eds). Victorian Animal Dreams: Representations of Animals in Victorian Literature and Culture. Aldershot : Ashgate, 2007, 281 pages

Full text

1Victorian Animal Dreams, sous la direction de Deborah Denenholz Morse et Martin A. Danahay, est un ouvrage collectif qui comprend 14 articles, une introduction et une postface d’Harriet Ritvo, célèbre pour The Animal Estate : The English and Other Creatures in the Victorian Age (1987) et The Platypus and the Mermaid, and Other Figments of the Classifying Imagination (1997). Morse et Danahay partent du principe que les avancées scientifiques à l’époque victorienne, et notamment les travaux de Charles Darwin, ont eu un impact sur les représentations d’animaux dans la littérature victorienne. L’ouvrage de Darwin le plus caractéristique est, bien entendu, The Expression of the Emotions in Man and Animals (1872), puisqu’on mettant en parallèle hommes et animaux, Darwin fait non seulement basculer l’homme dans la bestialité, mais donne aussi à l’animal une part de subjectivité. L’impact des théories évolutionnistes sur les sens et fonctions des représentations d’animaux qui foisonnent dans la littérature victorienne n’est certes pas un sujet original. Néanmoins, nombre d’articles de cette collection apportent un regard nouveau sur les figures animales qui hantent l’époque victorienne. L’ouvrage est découpé en trois parties : "Science and Sentiment", "Sex an Violence", "Sin and Bestiality". Dans la première partie, qui réunit des articles de Teresa Mangum, Cannon Schmitt, Nigel Rothfels, Susan David Bernstein et Ivan Kreilkamp, la question du regard porté sur les animaux et la mort croise animaux exotiques et domestiques, qu’il s’agisse de la chasse aux éléphants dans l’article de Rothfels, ou de la métaphore du chien dans Great Expectations (1860-61), un roman où l’homme et l’animal se confrontent sans cesse, l’homme risquant à chaque instant, comme le montre Kreilkamp, de glisser dans l’oubli tel un chien errant. Mangum ouvre ce premier volet en reliant les travaux de Darwin dans The Expression of the Emotions in Man and Animals à la prise de conscience de la souffrance animale, qu’elle se manifeste par la construction de chenils pour chiens abandonnés ou de cimetières pour animaux. Cette prise de conscience est, en effet, de plus en plus marquée au fil de la deuxième moitié du siècle, comme en témoignent la création, l’essor et l’influence grandissante des sociétés de protection des animaux, luttant par exemple contre la vivisection, sur la législation de l’époque. La chasse aux éléphants d’Afrique et la disparition rapide de ces derniers fait l’objet des recherches de Rothfels, qui analyse les récits d’Arthur H. Neumann (Elephant Hunting in East Equatorial Africa [1898]) ou de Gordon R. Cumming (Five Years of a Hunter’s Life in the Far Exterior of South Africa [1850]). Cannon Schmitt analyse les corps de célèbres collectionneurs de coléoptères–Charles Darwin et Alfred Russel Wallace–pour tisser des liens entre le collectionneur obsessionnel (qui vibre sous l’effet de la découverte) et l’insecte de bas étage, brisant ainsi les frontières entre les espèces afin de réévaluer certaines constructions de la recherche scientifique et du savoir. Si les Victoriens optaient parfois pour des tenues ornées de carapaces de coléoptères, Bernstein nous invite à pénétrer plus encore le monde de la mode et les liens étroits entre mode et nature à partir des illustrations d’Edward Linley Sambourne, "Designs After Nature", publiées dans le journal satirique Punch entre 1867 et 1876. Les tenues élégantes de ces dames, les transformant en oiseaux, insectes ou créatures marines, soulignent à nouveau l’influence des théories évolutionnistes sur la société victorienne. Si Darwin voyait un lien évident entre sélection naturelle et apparence (qu’il s’agisse des motifs ou des couleurs vives susceptibles d’attirer les femelles lors de la compétition entre mâles d’une même espèce), les illustrations de Sambourne inversent la théorie de Darwin, donnant aux femmes-oiseaux ou poissons habillées à la dernière mode un rôle dominant dans le choix du partenaire sexuel. Bernstein explore alors la construction de cette nouvelle féminité si artificielle et pourtant si fortement liée aux mécanismes naturels décrits par Darwin dans The Origin of Species (1859), prenant l’exemple incontournable des romans à sensation des années 1860. Cette littérature populaire, qui joue constamment sur la frontière entre nature et culture, propose des héroïnes sensuelles et actives qui paradent dans les rues vêtues à la dernière mode pour attirer les regards de ces messieurs. Dans ces intrigues, où l’homme n’a guère un rôle dominant dans le choix de sa partenaire, l’artificiel et l’instinctif deviennent indissociables, faisant fusionner nature et culture.

2Dans la deuxième partie, les articles mêlent encore le domestique et le sauvage. Martin A. Danahay recherche des images de violence domestique dans des tableaux pré-raphaélites célèbres (comme The Awakening Conscience [185153] de Holman Hunt), qui utilisent des animaux domestiques bien plus que des animaux sauvages pour mettre en scène la violence domestique. Mary Jean Corbett explore les images de reproduction sexuelle et mélanges raciaux dans The Mill on the Floss (1860). Elsie Β. Michie repart des théories darwiniennes pour analyser les rôles et fonctions du cheval dans les scènes de séduction des romans d’Elizabeth Gaskell, George Eliot et Thomas Hardy, tandis qu’Anca Vlasopolos se penche sur la chasse aux baleines et à l’albatros à l’époque victorienne.

3La troisième partie s’ouvre sur un article de Deborah Denenholz Morse qui reprend l’influence de l’image de la "bête" à travers les romans les plus célèbres de la période, de Wuthering Heights (1847) à Dr. Jekyll and Mr. Hyde (1885), en passant par les nouvelles d’Arthur Conan Doyle et W. W. Jacobs ou encore par le Tarzan d’Edgar Rice Burroughs. Il est encore question d’un des chiens les plus célèbres et les plus particuliers de Dickens dans l’article de Grace Moore, qui examine la relation triangulaire entre Bill Sikes, Nancy et Bull’s-eye dans Oliver Twist (1837-39), montrant comment le roman témoigne des changements notoires de la perception des animaux au début du dix-neuvième siècle. Alan Rauch nous fait ensuite voyager dans le passé avec une analyse du mégathérium (un ancêtre géant des paresseux actuels), fréquemment utilisé par les scientifiques de l’époque, tel Richard Owen, comme métaphore ou "parabole paléontologique" ("paleontological parable" 220) pour inciter l’homme au devoir et à la responsabilité. Les chapitres suivants traitent encore d’empire et d’animaux sauvages : Heather Schell retrace les parcours de certains chasseurs de tigres impliqués dans des mouvements de protection des tigres, utilisant les théories darwiniennes–notamment l’idée de compétition entre mâles développée dans The Descent of Man (1871 (pour expliquer la communion étrange entre chasseur et proie dans un contexte impérial, tandis que Mary Elizabeth Leighton et Lisa Surridge retracent les rôles et fonctions de la figure du crocodile tout au long du dix-neuvième siècle, des Confessions of an English Opium Eater (1822) de Thomas De Quincey à The Sign of Four (1890) de Doyle, sans oublier la réécriture de la comptine d’Isaac Watts par Lewis Carroll dans Alice’s Adventures in Wonderland (1865). Le crocodile, à l’appétit féroce, lié à l’hypocrisie par ses larmes, à l’Egypte, à l’Inde ou à l’Afrique-autant de zones associées à la colonisation–ou à la fange dans laquelle il se terre à l’affût de ses proies, est la métaphore par excellence de l’altérité–un Autre cannibale, dangereux, imprévisible, que J. M. Barrie finira par tourner en dérision en 1904 dans Peter Pan, transformant l’animal sauvage en trope par trop usité trahi par le tic-tac de la pendule qui vient sans doute sonner l’heure de la fin du cliché.

4Ce recueil d’articles, qui tente de cloisonner les contributions en trois parties distinctes, frappe d’abord par son caractère interdisciplinaire. Cependant, si les théories évolutionnistes émaillent les analyses, tissant ainsi des liens entre les chapitres, ces échos ne suffisent pas à donner une cohérence globale à l’ouvrage (les principes énoncés par Darwin ne sont jamais vraiment examinés dans le détail), dont la variété est autant une force qu’une faiblesse. L’animal passe du domestique au sauvage, de l’Angleterre à l’Orient, et l’approche est peu chronologique, rendant le parcours difficile pour le lecteur qui cherche à avoir une vision globale à la fin de l’ouvrage. L’intérêt de ce recueil réside sans doute dans la multiplicité des visions qu’il propose et dans l’originalité de plusieurs articles qui incitent le lecteur à relire des œuvres parfois canoniques pour retrouver le clin d’œil à l’animal qui avait échappé à sa vigilance. Notons également que les articles prennent en compte les recherches les plus récentes sur les représentations d’animaux (on songe, par exemple, à l’ouvrage de Nigel Rothfels, Savages and Beasts : The Birth of the Modern Zoo [2002]), et qu’il fournira aux spécialistes de la période nombre de nouvelles pistes de recherche à explorer.

Top of page

References

Bibliographical reference

Laurence Talairach-Vielmas, « Deborah Denenholz Morse, Martin A. Danahay (eds). Victorian Animal Dreams: Representations of Animals in Victorian Literature and Culture », Caliban, 25 | 2009, 513-515.

Electronic reference

Laurence Talairach-Vielmas, « Deborah Denenholz Morse, Martin A. Danahay (eds). Victorian Animal Dreams: Representations of Animals in Victorian Literature and Culture », Caliban [Online], 25 | 2009, Online since 13 December 2016, connection on 18 February 2020. URL : http://journals.openedition.org/caliban/1786

Top of page

About the author

Laurence Talairach-Vielmas

Université de Toulouse, UTM, CAS

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Caliban – French Journal of English Studies est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals