Skip to navigation – Site map
A. Mythologies of Space

L’espace en poésie – poésie de l’espace : les Fireside Poets

Michel Barrucand
p. 33-43

Abstract

The discovery of American space and its impressive size is best expressed through poetical visions. From the beginning, poets have described their environment, following colonial expansion and the progressive settlement of continuous waves of immigration. In the 19th Century, the geographic description took a new direction, symbolized by the westward movement of the frontier and the crossing of the Middle West, whose vast prairies were on the verge of being conquered and destroyed. The Fireside poets wanted to deal with the present but also to hint at a land that was gradually fading away. This analysis of The Prairies, The Song of Hiawatha and Snow Bound shows how Bryant, Longfellow, and Whittier map these American landscapes, express the dreams that they inspire, and relate the myths on which to found the nation’s geographical and social future, a future that would bear the founding marks as indelible scars.

Top of page

Full text

  • 1 Essays: Second Series, 1844, 222.

1Au XIXe siècle, le romantisme bat son plein, touchant aussi les rives américaines. En Nouvelle Angleterre, un groupe de poètes se constitue. Rien de bien formel, aucun cénacle ni club privé d’intellectuels. Tout simplement des façons communes de réfléchir, de percevoir le monde, d’être et d’apparaître en face de la Nature, de ses mystères et de ses beautés. On les appellera les "Fire Side Poets," ou les "Cambridge Poets," ou enfin, "les Brahmanes," car ils étaient des intellectuels réputés, respectés, et admirés du grand public, comme ces sages d’orient, membres de la caste sacerdotale, la première des castes hindoues. Cinq noms prestigieux se détachent ainsi au panthéon de la poésie romantique américaine : William Cullen Bryant (1794-1878), Henry Wadsworth Longfellow (1807-1882), John Greenleaf Whittier (1807-1892), Oliver Wendell Holmes (1809-1894), et enfin James Russell Lowell (1819-1891). Tous avaient pour objectif de fonder une poésie américaine indigène, ce qu’évoquait Emerson dans son célèbre essai The Poet (1844) : "The poet is the Namer or Language Maker, naming things sometimes after their appearance, sometimes after their essence (...) The poet names the thing because he sees it (...) [He] turns the world to glass, and shows us all things in the right series and procession."1 Cette perception de la nature et de l’environnement s’inscrivait d’ailleurs dans un courant de philosophie initiée par Diderot et Montesquieu, puis développé plus tard par Madame de Staël (De l’Allemagne, 1813) qui soulignait l’influence des climats et des paysages sur les hommes, ou par Chateaubriand décrivant dans son Atala les rives du Meschacebé, lui-même influencé par l’écrivain explorateur William Bartram (1739-1822) et ses descriptions de la Géorgie.

2Dans cette étude sur l’espace en poésie, nous considérerons trois poèmes caractéristiques de l’espace américain : The Prairies (1834) de Bryant, un long poème en quatre parties ; The Song of Hiawatha (1855) de Longfellow, récit en vingt deux chants ; et enfin Snowbound de Whittier, sept cent soixante vers divisés en paragraphes inégaux. Derrière ces trois poèmes lyriques, trois types d’espaces évoqués : le réel, le fictif et enfin, l’espace mythique dont la vocation est de donner des racines historiques à un peuple dépourvu d’histoire.

3Les poèmes servent de description géographique du paysage, afin d’évoquer les spécificités de la nature américaine. Il existe bien un lieu américain typique et unique. Ce qui frappe l’imagination, c’est l’immensité des territoires des trois régions concernées. The Prairies se situe dans l’Illinois, le Middle West, alors frontière du pays en formation. Bryant avait traversé à cheval cet endroit si particulier comme en témoigne la lettre 7 des Letters of a Traveller (1850) où le poète nous décrit la faune et la flore à la manière d’un naturaliste, "the wide, unfenced prairie, spreading away on every side until it met the horizon," notant la présence de nombreux animaux, les tourterelles sauvages, les chiens de prairie ou les coqs de bruyère, mais aussi les prédateurs, comme le coyote ou l’aigle chauve. The Song of Hiawatha correspond à la région des Grands lacs du Nord – le Gitchee Gumee en langue odjibwa est le Lac Supérieur où Hiawatha passera tout son enfance (chapitre III) et s’éveillera à la nature. Enfin Snowbound qui retrace un épisode familial dans le Massachusetts encore très agricole de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe. Ce seront les souvenirs d’enfance du poète qui deviendront le matériau poétique, l’évocation du chalet bloqué par les neiges d’hiver pendant toute une semaine et la vie des quakers, alors que la communauté familiale se resserre autour du foyer, espace comprimé en un lieu symbolique. On observe alors une véritable galerie de portraits des proches de Whittier, ses parents, ses oncles, et les amis intimes, représentatifs de la vie des pionniers d’autrefois.

4Mais on s’aperçoit que cet espace se divise en deux : une nature apprivoisée, civilisée, et une nature vierge et libre. Dans les poèmes, nous n’avons que quelques références directes à une nature canalisée par l’homme. On sent bien que la structuration de l’espace géographique reste à faire et que l’agriculture n’a que peu d’emprise dans cette immensité. C’est par la négation que The Prairies évoque le paysage : "The unshorn fields boundless and beautiful / For which the speech of England has no name" (vers 2-3). On obtient plus de précision dans Hiawatha car, dans la saga des indiens, on assiste précisément à la naissance de l’agriculture, au chapitre XIII, où les peuplades primitives plantent et récoltent pour la première fois du maïs afin de lutter contre les famines cycliques. L’agriculture est d’ailleurs une expression de la paix entre les tribus, un lien avec le divin, et les moissons ne se déroulent que suivant des rites religieux précis et sacrés, accomplis par les jeunes gens dans le vacarme des rires et de la joie retrouvée. Notons toutefois la précarité de cette agriculture puisque Minehaha, la jeune épouse de Hiawatha mourra de famine au chapitre XX. Enfin Snowbound suggère la vie à la ferme. Dans cet espace resserré, la nature est domestiquée, elle permet à une économie familiale de se développer, mais il n’empêche qu’il faut subir les intempéries. L’homme, malgré son orgueil aussi démesuré que les paysages dans lesquels il évolue, ne saurait tout contrôler. Toutefois, la "log-cabin," petite maison en rondins de bois – que Thoreau plus tard magnifiera dans son Walden – est un véritable refuge face à la force immense et incontrôlable que la domestication du pays n’a guère entamée.

5Et puis en face de ces îlots, l’immense océan de la nature vierge, libre, indomptée, presque inaccessible, dont nous ne retiendrons que quatre éléments caractéristiques. Les prairies d’abord, sans limite et sans nom où des vagues d’herbe sombre déroulent leurs crêtes dans le vent incessant : "They stretch / In airy undulations far away / As if the Ocean (...) / Stood still (...) / And motionless for ever" (The Prairies, 6-10). Remarquons l’assimilation par la métaphore du paysage insondable dans son ensemble, à un autre paysage, l’océan qui relie les extrémités du monde dans un mouvement continuel et imprévu. Bryant utilise ici une technique descriptive intéressante : son regard opère un mouvement circulaire de 360°, ce qui donne une impression d’immensité et d’infinitude.

6Ensuite, la forêt, qui devient l’élément essentiel de l’espace dans Hiawatha. C’est dans les bois que le jeune indien grandit (chapitres III et V), découvre les animaux, les bruits et les cris sauvages, et l’activité principale de l’indien, la chasse ; autant de rapports intimes crées entre l’être qui s’affirme dans la jeune force de l’âge, et l’espace sauvage où s’accomplissent toutes les destinées. Longfellow décrit cet environnement avec une précision d’ethnologue, donnant même des détails sur le lien existentiel entre l’espace et la communauté indienne. Le canoë, par exemple, est fait de différentes essences de bois, le bouleau, le cèdre, le mélèze, le sapin (chapitre VII), ainsi que l’arc, l’emblème du chef (au chapitre IV), en frêne souple, les flèches en chêne rigide et incassable, et la corde en peau de cerf.

7Troisième élément, les rivières. Elles constituent dans leurs diversités la seule possibilité de pénétrer l’espace, comme par exemple au chapitre IX, où Hiawatha s’engage dans un voyage incertain vers l’ouest pour lequel il a construit lui-même son canoë :

Thus the Birch Canoe was builded
In the valley, by the river,
In the bosom of the forest;
And the forest’s life was in it (...)
And it floated on the river
Like a yellow leaf in Autumn (...)

And thus sailed my Hiawatha
Down the rushing Taquamenaw
Sailed through its bends and windings
Sailed through all its deeps and shallows
(...)

8Enfin, l’océan, qui sera pour les indiens l’occasion de la rencontre avec les blancs (chapitre XXI), mais aussi l’origine du déclin de leur suprématie, comme si le simple fait de sortir de leur environnement naturel, la forêt, les avait condamnés à tout jamais, errance comparable à celle de l’éloignement du jardin d’Eden.

9Et puis au-delà de ces espaces, la frontière, espace mouvant, en perpétuel décalage vers l’ouest, comme si la géographie intemporelle était peu à peu rattrapée par l’histoire humaine, dévorée par ce que certains appellent la civilisation. Dans The Prairies, la frontière est une limite fictive qui se déplace, lieu magique que l’on ne traverse qu’à cheval. Ce détail n’est pas neutre, le cheval représentant, comme sur une image figée, la référence spatiale, un ordre de grandeur, une échelle, pour que le lecteur puisse s’imaginer les distances à parcourir. Mais c’est aussi une référence temporelle et locale. Le poème fut rédigé dans les années 1830, quand le cheval était le seul vrai moyen de déplacement dans ces espaces inoccupés où l’homme ne pouvait s’aventurer sans danger. A la fin du poème, Bryant évoque le vent du soir qui court toujours plus loin, lui aussi en quête d’espace nouveau, ce qui accentue la solitude du poète et l’immensité des lieux traversés : "All at once a fresher wind sweeps by and breaks my dream, / And I am in the wilderness, alone" (123-124). A partir d’une réalité géographique pittoresque, l’image de la frontière se transforme en une création intellectuelle : cette découverte intime d’un paysage toujours plus lointain devient une découverte de soi, toujours plus profonde et mystérieuse.

10Ainsi, la description topographique des paysages est-elle relativement structurée dans les œuvres poétiques. Mais il s’agit d’une description mouvante, une véritable pénétration dans la géographie américaine contemporaine qui n’est que la première approche de l’environnement. Car la découverte de l’espace est aussi une recherche personnelle et la quête d’un absolu qui semble se cacher derrière le spectacle grandiose de la nature, un espace fictif que l’homme imagine pour mieux s’intégrer dans un univers inabordable.

11Cet espace-fiction, deuxième degré de lecture, est une description idéalisée de l’espace, en décalage avec la réalité. C’est d’ailleurs la grandeur même des paysages qui, dans un cadre poétique, empêche une description précise et minutieuse. Quand on se penche sur le bestiaire des œuvres considérées, surtout Hiawatha, on s’aperçoit qu’il y a de nombreuses références aux animaux, mais que paradoxalement, beaucoup de ceux là n’ont pas de distinction précise, comme les oiseaux par exemple, qui sont fréquemment nommés "birds." Heureusement, quelques animaux typiques du nouveau continent apparaissent, qui aident ainsi à situer l’environnement : les ours grizzli, les bisons, les cerfs, base de la civilisation indienne, les oiseaux des bois, (robin, blue bird etc.) ou les poissons, (sturgeon, perch, pike, fresh water herring). Il serait d’ailleurs intéressant d’établir une liste plus fine du bestiaire. On y découvrirait le plongeon arctique (the loon) ou l’oie cendrée (the blue goose) parmi tant d’autres qui pourraient symboliser le continent américain. Mais même si la description est plus ou moins détaillée, afin de donner un semblant de couleur locale, l’intérêt de Longfellow est de faire apparaître son conte le plus poétique possible. Pour ce faire, il utilise non pas la nomenclature des naturalistes qui éloignerait le lecteur du sujet du poème, mais celle utilisée par les indiens eux-mêmes. Ainsi, le bestiaire devient à présent un élément culturel à part entière : le héron bleu est Shuh-shuh-gah, l’écureuil rouge, Adjidam’mo, ou le corbeau Kah Kah gee, pour ne citer que les plus récurrents. En fait, le poème Hiawatha est un véritable dictionnaire ethnologique de la langue odjibwa. Il est vrai que Longfellow s’est servi du travail de deux explorateurs pour concevoir son œuvre : Jane, indienne odjibwa et Henry Rove Schoolcraft. Ainsi, le poème est de deuxième main, Longfellow travaillant en bibliothèque et non sur les lieux exacts de son histoire. L’œuvre est en fait une pure fiction – on s’en serait douté – mais qui rassemble plusieurs légendes cumulées autour d’un point commun : la présence d’un jeune guerrier charismatique et porte-flambeau de toutes les tribus, image exemplaire et symbolique d’un peuple ou d’une civilisation que Longfellow voulait à sa manière préserver et honorer.

12Dans The Prairies, quelques animaux typiques apparaissent aussi, the prairie wolf the gopher (petit écureuil roux), the vultures. Mais l’auteur laisse planer beaucoup d’imprécision, comme dans les vers 103-120 où le vocabulaire n’apporte que des images vagues : insects, quadrupeds, birds, reptiles, deer etc. On a donc ici une présence anecdotique des animaux mais aucunement une image réaliste, ce qui peut nuire à l’authenticité du poème. On pourrait faire la même remarque pour la flore où l’imprécision est encore plus grande, excepté pour les arbres qui participent directement dans Hiawatha à la culture indienne. Il faudrait toutefois faire remarquer que les arbres, à la différence des animaux, conservent leurs noms anglais sauf les buissons à fruits ou à baies tels les fraisiers sauvages (Odah-Min) ou les groseilliers (Shaho-min).

13Cet espace fictif est aussi l’occasion pour le poète d’évoquer des tableaux de moeurs, de devenir à sa façon ethnologue et conservateur archiviste en figeant les instantanés de la vie des colons, des indiens ou des pionniers. The Prairies, en nous montrant les grandes plaines du Middle West, nous offre une vision de l’espace à travers les yeux d’un "cow-boy" solitaire, bien campé sur son cheval docile, image galvaudée mais qui insère le lecteur dans un espace réaliste. Le travail poétique est d’ailleurs remarquable : Bryant utilise des rythmes binaires pour créer le mouvement si caractéristique du trot, et emploie des sonorités cumulées et harmoniques en [ai] ou [i :] (vers 36-39) pour suggérer le vent qui fouette les flancs de la bête.

14Dans Hiawatha, Longfellow évoque en permanence la vie quotidienne des indiens. On a là un tableau presque complet d’une civilisation. La vie du village au chapitre III, ou la cérémonie du mariage aux chapitres XI et XII, avec ses rites, son banquet et même une histoire d’indien mise en abyme dans le récit qui évoque les débuts de la création ("When the heavens were closer to us / And the Gods were more familiar," (chapitre XII, 32-33) et de la vie d’un chasseur qui ressemble parfaitement au personnage principal. Aux détails réalistes – la fabrication du canoë déjà mentionnée (chapitre VII), les ustensiles de cuisine, des bols en bois blanc finement polis, les cuillères en corne de bison ou les vêtements rituels, "Robes of fur and belts of wampum" (chapitre XI) – s’ajoutent des éléments légendaires qui transforment le récit en fiction narrative : la naissance des quatre vents dans les Montagnes Rocheuses (chapitre II), les nombreux voyages de Hiawatha vers l’ouest, et les retours agités vers le village où l’attendent sa mère inquiète, Nokomis, et ses amis d’enfance. Hiawatha se déplace très vite grâce à ses vêtements magiques et surtout ses mocassins, véritables bottes de sept lieues.

15Enfin Snowbound relate assez fidèlement la vie des pionniers du Massachusetts. Le poème est l’occasion de tableaux pittoresques et très colorés, mais les personnages – essentiellement les parents du jeune garçon – réels au départ deviennent vite symboliques d’un genre de vie sur lequel Whittier se penche avec nostalgie et tendresse : la vie d’un trappeur, aventurier et libre, son père (vers 224-247) ; les attaques indiennes à la fin du XVIIIe siècle vécues par la maman, alors elle-même une enfant (vers 257-260) ; ou la description d’une nature sauvage à travers les yeux d’un homme simple et curieux, l’oncle (vers 307-318).

  • 2 Nous pensons toutefois que l’un des buts de Longfellow, intellectuel et professeur réputé de Harvar (...)

16Le poète n’est pas seulement un ethnographe scientifique dont le but ne serait que de décrire une civilisation à un moment donné,2 il est aussi un rêveur invétéré qui invente le monde à son image et selon ses aspirations les plus profondes. L’espace devient alors un moyen de redécouverte d’un passé enfoui dans les méandres de l’histoire, voire de la préhistoire. Les trois poèmes de notre corpus révèlent des couches successives du passé américain. Dans The Prairies (comme dans Thanatopsis, le poème le plus célèbre de Bryant), apparaissent deux types d’indiens. D’un côté, le bon sauvage qui gît à présent sous les monticules funéraires, ce qui permet une réflexion très romantique sur la mort et la précarité de la vie et des civilisations ; de l’autre, les guerriers "warlike and fierce" (vers 59), en réalité des chasseurs d’animaux mais aussi d’hommes, qui n’hésitent pas à détruire les paisibles et rustiques bâtisseurs de tumulus. Indiens nomades qui après leur passage ne laissent derrière eux qu’un espace désert d’hommes, peuplé à nouveau d’animaux, et dans lequel l’herbe reprend sa place essentielle de couverture et de protection du monde.

17Même idée dans Hiawatha mais le poète n’évoque ici que la couche guerrière de la civilisation indienne, les hommes à la peau rouge, au regard fier et haineux, qui figurent dans les premiers tableaux du poème où les tribus se réunissent pour fumer le calumet de la paix (chapitre I). A ces valeureux combattants, défenseurs d’une cause ancestrale inviolée, Longfellow oppose l’arrivée de l’homme blanc et indique la rupture historique irrémédiable que cela entraîne – ce qui forcera d’ailleurs le jeune chef Hiawatha à se retirer dans les Montagnes Rocheuses, séjour de ses aïeux et de ses dieux. Snowbound, obéissant à la même règle, évoque la période révolutionnaire qui s’intègre à la légende fondatrice de l’Amérique.

18Cependant, l’espace sert aussi à découvrir l’avenir, il est porteur de prémonitions et d’espérance. Hiawatha annonce l’arrivée des bateaux européens – le chapitre XXI s’intitule "The White Man’s Foot" – et présente ainsi une intuition : la marche vers l’ouest, l’unité de la nation, la destruction du milieu indien, la fuite des guerriers devant la colonisation, symbolisée par l’image christique du départ sur l’eau de Hiawatha. The Prairies aux vers 120-128 nous présente l’image d’une vie nouvelle qui va se mettre en place dans les prairies de l’ouest : l’arrivée des hommes blancs, colons paysans qui domestiqueront cette terre sauvage. Le poète entend déjà,

The sound of that advancing multitude
Which soon shall fill these deserts. From the ground
Comes up the laugh of children, the soft voice
Of maidens, and the sweet and solemn hymn
Of Sabbath worshippers. The low of herds
Blends with the rustling of the heavy grain
Over the dark brown furrows.

19Enfin dans Snowbound, c’est l’arrivée du journal (au vers 688) qui replonge le poème dans le présent. On assiste à la joie des personnages qui redécouvrent le monde des humains et se réapproprient l’univers après cette grande semaine d’exclusion : "And all the world was ours once more" (vers 714).

20Ainsi, l’espace américain vu par les poètes romantiques est-il à la fois réel et irréel, précis et imprécis, observé mais aussi imaginé, comme si la réalité n’était en fait qu’une occasion à saisir, celle de découvrir un monde caché, passé ou futur, et comme si le présent n’était qu’un tremplin à la découverte, permettant aussi, par sa densité et son évanescence, la création d’un mythe fondateur, celui de l’Amérique.

21Cette dimension mythique de l’espace est fréquente non seulement dans la poésie de cette époque, mais probablement dans la grande majorité des œuvres littéraires américaines, car l’Amérique cherche en permanence des justifications existentielles qui lui donneraient l’aura nécessaire que seuls les grands pays possèdent par le poids de leurs longues histoires. C’est précisément de cela dont l’Amérique est privée, elle qui souhaite obtenir un statut universel et permettre à l’homme une renaissance dans un univers neuf. Le mythe, c’est l’histoire sacrée, le temps fabuleux des commencements, celle qui octroie une signification au monde, à l’existence humaine, aux nations porteuses de symboles et qui définit les valeurs fondamentales, pose les questions indispensables et surtout apporte les réponses nécessaires à la civilisation.

22Chez nos poètes, trois mythes se mettent en place. D’abord, celui de l’espace indien qui montre la grandeur du passé. En dépit des apparences, l’Amérique a été peuplée bien avant la colonisation. Nous avons ainsi affaire à une dimension historique à quatre niveaux. D’abord, les indiens agriculteurs, les fameux "mount builders" – évoqués déjà chez Philip Freneau – qui indiquent une civilisation paisible, heureuse et en complète harmonie avec le milieu naturel dans lequel ils vivent. Ensuite, les indiens guerriers, sauvages, fiers et courageux, qui s’affrontent souvent, mais qui trouvent leur unité à travers le personnage mythique – et mystique – de Hiawatha, fondateur et sauveur de la nation indienne. Le troisième niveau, c’est la confrontation des civilisations : l’arrivée de l’homme blanc entraînant le déclin inéluctable des civilisations autochtones et le départ symbolique de Hiawatha vers l’ouest, isolé dans son exil et sa tristesse, qui emporte tout son peuple dans son cœur meurtri. Enfin, dernier palier de cette pyramide, ce que d’aucuns appelleront "le Nouveau Monde." Tout se passe comme si le lecteur était le témoin privilégié d’une sorte de cycle, ou plutôt d’une élévation en spirale. En réalité, les poètes américains ne font rien d’autre que de créer une mythologie parallèle à celles de l’antiquité européenne. Hiawatha n’est au fond qu’un nouveau Gilgamesh, un Ulysse aux semelles de vent, un Lemminkaïnen couvert de plumes. Et Longfellow d’apparaître comme un barde antique, érudit, sage, célèbre, universel, au point d’être le seul écrivain américain à avoir son buste dans le coin des poètes de l’abbaye de Westminster.

23Deuxième mythe de l’espace : la maison. The Prairies est dénué d’habitation, mais on a l’impression, grâce au rêve final, que le décor vide n’est qu’en attente de la construction de maisons et de temples, peuplés de jeunes filles ou d’enfants aux rires sonores. Quant à Hiawatha, il nous dépeint le jeune chef dans son village, endroit éphémère fait de tentes, les wigwams, qui s’agencent autour d’un feu, tout près du grand lac qui borde la forêt.

24Snowbound apparaît naturellement comme le plus représentatif des trois poèmes. La maison dont il est question est probablement un chalet en rondins de bois, image aujourd’hui totalement intégrée dans la conscience collective américaine – et mondiale – que le cinéma ou la télévision ont magnifié, grâce à d’autres œuvres littéraires comme la très célèbre Little House on the Prairie de Laura Ingalls Wilder. Derrière cette maison modeste sont soulignés la chaleur du foyer et son symbolisme. A cause des rigueurs de l’hiver, la communauté se réunit autour de l’âtre. C’est donc l’occasion d’un rassemblement familial forcé par les éléments naturels et la saison, duquel jaillissent pour rompre la monotonie des soirées – et peut-être la peur de l’oubli – des contes qui vont devenir l’histoire d’une famille puis celle de l’Amérique entière.

25La maison apparaît ainsi protection de la mémoire, car les récits racontés par un vieux monsieur, le poète vieillissant, surgissent en fait de l’imaginaire de l’enfant qu’il était. Ils deviennent des messages pour les générations à venir ainsi que l’expression des valeurs fondamentales, des acquis symboliques d’un genre de vie. Ils ont donc une réelle vocation pédagogique, certainement plus qu’ethnologique ou anecdotique. A la fin de cette longue méditation, le poète n’exhorte-t-il pas un voyageur imaginaire à partager tout le poids de son passé, les souvenirs de son enfance devenus les images de l’enfance d’un pays ?

(...) These flemish pictures of old days;
Sit with me by the homestead hearth.
And stretch the hands of memory forth
To warm them at the wood-fire’s blaze, (vers 740-744)

26Enfin, dernier mythe évoqué par le traitement de l’espace en poésie, c’est le futur du monde américain et de la lumière qu’il peut apporter aux autres pays du globe. Il s’agit bien de définir une nouvelle civilisation et de l’inscrire non seulement dans le temps – l’histoire – mais aussi dans l’espace, de créer un lieu géographiquement nouveau pour permettre aux hommes d’être libres et heureux. La poésie, conscience artistique d’une réalité physique, prend toute sa part dans la mise en place de cet avenir ardemment souhaité. Ne rejoint-on pas là les pères pèlerins, courageux fondateurs d’une nouvelle société, qui débarquèrent par une journée glaciale à Plymouth Rock, ce 11 décembre 1620 ? Dans The Prairies, le poète nous fait partager aux vers 120-128 sa vision d’une humanité renouvelée dans un espace géographique totalement remodelé. Il entend "that advancing multitude," ce peuple en marche, nouvelle élite d’une histoire biblique qui recommence ;

(...) From the ground,
Comes up the laugh of children, the soft voice
Of maidens, and the sweet and solemn hymn
Of Sabbath worshippers

27Les femmes et les enfants sont bien sûr symboliques de l’avenir et de l’espoir qu’il apporte avec lui. L’importance de la religion soulignée par le "sabbath" indique que tout s’inscrit dans un ordonnancement divin, enserrant la destinée humaine dans les desseins du Créateur. Notons que cette marche en avant se fait dans une grande agitation, mais aussi dans une grande douceur. Si les enfants rient et jouent, les jeunes filles murmurent et l’hymne dans le temple est doux et solennel, comme pour remercier dieu de cette terre qui leur est offerte, de cette vie qu’ils devront sanctifier par des actions de grâce. La terre tout entière porte l’avenir d’une humanité régénérée, et promise à un bonheur suprême :

(...) the low of herds
Blends with the rustling of the heavy grain
Over the dark brown furrows,

28les sillons représentant l’agriculture, source de vie et donc d’avenir. L’Amérique apparaît comme une terre édénique, la possibilité offerte aux hommes d’un nouveau paradis.

29La même vision est proposée dans Hiawatha, à la fin du chant XXI. Le jeune guerrier imagine la marche vers l’Ouest de l’homme blanc et ainsi le sort tragique réservé à son peuple qui ne peut lutter contre des forces inégales :

I beheld too in that vision
All the secrets of the future,
Of the distant days that shall be.
I beheld the westward marches
Of the unknown crowded nations.
All the land was full of people,
Restless, struggling, toiling, striving

Speaking many tongues, yet feeling
But one heart beat in their bosoms.
In the woodlands rang their axes
Smoked their towns in all the valleys
Over all the lakes and rivers
Rushed their great canoes of thunder.

30Ici toutefois, Longfellow atténue la vision édénique de l’Amérique. Il prend le point de vue de l’indien, comme si déjà le poète voulait demander pardon de la destruction des peuples autochtones, et du rapt de leurs terres. Quand il décrit l’agitation future, il n’imagine pas les frontons des temples, mais il pressent l’essor de l’activité économique, qui ne sera plus fondée sur le monde agricole, son silence et son profond respect de la nature, mais bien sur l’industrie, dévoreuse de charbon, rapide, incessante, bruyante, ainsi que l’illustre le vers musical "Restless, struggling, toiling, striving," suite de mots onomatopéiques dont les finales en [iN] évoquent les coups de marteaux frappés sur une cloche d’alerte. Cependant, ces nouveaux arrivants n’auront qu’un seul battement de cœur et ne formeront en dépit de toutes leurs différences qu’une seule entité, qu’un seul pays. Longfellow déplore la perte des indiens mais trace la voie à la citoyenneté américaine qui rassemble les hommes autour d’un même idéal.

31En réalité, et c’est probablement le message subliminal des trois poèmes, c’est l’espace qui propose et assure le rêve américain. Cet espace illimité, gigantesque, inépuisable, permet l’action, le mouvement, le changement, la liberté et la réussite individuelle. Mais c’est aussi par sa beauté et l’émerveillement qu’il suscite qu’il crée le rapprochement mystique nécessaire entre l’homme et le divin : l’espace devient le corps de dieu, le dieu universel. Enfin, l’espace permet la vision d’une mission christique des américains, par le débordement de la frontière et la conquête d’un ailleurs toujours possible. L’espace contribue ainsi à la création d’une nouvelle civilisation mais aussi aux mythes fondateurs essentiels sans lesquels le pays n’aurait pas d’assises juridiques, économiques, morales et humaines. La poésie romantique de l’espace permet à une nouvelle humanité d’asseoir sa raison d’être et sa détermination à poursuivre sa destinée.

32L’espace américain traité dans la poésie romantique s’offre à notre regard de lecteur à partir de trois types de descriptions : réalistes, oniriques, mythiques. Les raisons en sont simples. Il y a tout d’abord l’impérieuse nécessité pour les poètes de relier l’Amérique à son passé relativement récent et à son devenir pressenti grandiose. La découverte graduelle de la géographie américaine relie l’espace au temps. Une métaphore symbolique finira par s’imposer dans de nombreux poèmes : le pont, dont Hart Crane fera son poème principal, The Bridge (1930), vision moderne de la signification historique et spirituelle de l’Amérique.

33Deuxièmement, l’espace apparaît comme le support indispensable à la civilisation. La conquête du continent, expansion graduelle, débouche sur un mythe, la création d’une civilisation nouvelle, mythologie nécessaire pour bâtir une grande puissance universelle. L’Amérique, c’est le pays des Héros modernes qu’Hollywood magnifiera dans ses productions de westerns précédées en littérature par des écrivains comme Horatio Alger (1832-1899) ou Owen Wister (1860-1938) et les fameux "dime novels" destinés à un large public.

34Dans cette expansion géographique et culturelle, la poésie devient une force dynamique qui fait du progrès une notion essentielle – et existentielle – de l’humanité. La connaissance n’est que le chemin vers un but inconnu mais que l’on sent comme réalisation de soi. Le poète, phare de l’humanité, peut guider les hommes. N’est-ce pas la conception romantique de la poésie qu’exprimait Whitman quand il écrivait dans le célèbre Song of the Open Road "Allons, whoever you are come travel with me! (9)" et plus loin "To know the universe itself as a road, as many roads, as roads for traveling souls" (13).

35Enfin, il reste de tout ce mouvement spatial et temporel une notion symbolique forte dans la conscience américaine : la frontière, espace réel, éphémère, mais surtout espace spirituel, transcendantal. L’espace est à la fois extérieur à l’homme, géographique, dans lequel il insert sa destinée, mais il est surtout intérieur, l’espace de soi-même qu’il faut conquérir. Ces notions, acquises peu à peu, en luttant contre les éléments, en dominant les prairies, en traversant les montagnes ou les déserts, débouchent sur un projet politique, la conquête de l’espace, dont le président Kennedy fera son cheval de bataille, et le rôle de l’Amérique dans le reste du monde.

36Ainsi, la modeste poésie du coin du feu s’est-elle éparpillée dans les flammèches de l’âtre pour s’envoler jusque dans les soleils brillants de l’avenir, puis retomber sur une humanité en quête d’absolu, ou, pour reprendre Longfellow dans Birds of Passage,

From their distant flight
Through realms of light
(They) fall into our world of night
With the murmuring sound of Rhyme.

Top of page

Bibliography

Bartram, William. Travels of William Bartram. 1791, New York: Dover, 1955.

Bryant, William Cullen. Poetical Works of William Cullen Bryant. London: Kessinger Publishing, 2003.

Letters of a Traveller or Notes of Things Seen in Europe and America. London: Kessinger Publishing, 2005.

Chateaubriand, François-René de. Oeuvres romanesques et voyages. Tome I, Maurice Regard ed. Paris : Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1969.

De Staël. De l’Allemagne. Paris : Flammarion, 1993.

Longfellow, Henry Wadsworth. The Complete Poetical Works of Henry Wadsworth Longfellow. Lightyear Press, 1993.

Whitman, Walt. Complete poetry and collected prose. New York: Penguin Books, 1982.

Whittier, John Greenleaf. The Poetry of John Greenleaf Whittier: A Readers’ Edition. William Jolliff ed. Richmond: Friends United Press, 2000.

Top of page

Notes

1 Essays: Second Series, 1844, 222.

2 Nous pensons toutefois que l’un des buts de Longfellow, intellectuel et professeur réputé de Harvard, a été, tout au long de son œuvre de fixer pour la postérité des attitudes, des coutumes, des mœurs, et de faire un travail de mémoire, d’où ses poèmes sur les Acadiens, Evangeline, sur les premiers colons, The Courtship of Miles Standish, et surtout les Poems on Slavery, l’esclavage étant le mal social par excellence qu’il faut exorciser de la société mais ne jamais oublier.

Top of page

References

Bibliographical reference

Michel Barrucand, « L’espace en poésie – poésie de l’espace : les Fireside Poets », Caliban, 19 | 2006, 33-43.

Electronic reference

Michel Barrucand, « L’espace en poésie – poésie de l’espace : les Fireside Poets », Caliban [Online], 19 | 2006, Online since 13 December 2016, connection on 22 February 2020. URL : http://journals.openedition.org/caliban/2359 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caliban.2359

Top of page

About the author

Michel Barrucand

Université de Toulouse-Le-Mirail

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Caliban – French Journal of English Studies est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals